Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2016

Les théories de l'art

Comme indiqué dans un article précédent, la discussion de au sujet de la religiosité de la musique de Bach est ouverte.

Mais d'abord, il faut savoir que la question de la relation entre l'Art en général et la divinité est posée depuis longtemps et sous des formes distinctes qui se suivent dans l'histoire. On pourrait distinguer trois théories modernistes.

D'abord celle du Dieu des religions qui inspire l'Art, celui ci étant une voie de communication vers celui là. On y inclut l'art romantique, dont l'objet et la représentation du réel, et donc du divin.

Ensuite celle du modernisme qui tue ce dieu là et donc énonce l'impossibilité de la représentation, l'Art célébrant son impuissance glorieuse à voir au delà du réel brut immédiat.

Une troisième forme, plus récente, entend maintenir un audelà, qui serait le lyrisme Heideggerien: celui d'un dieu qui "viendrait" ("der kommende Gott"  de Höderlin), au delà des dieux des religions, au delà du réel en tout cas, mais sans être surnaturel. Une sorte de dieu ultime des poètes. Son caractère "à venir" en ferait une future victime, car il faudrait le tuer lui aussi, mais autrement (intrigant non ?)

Il y a bien sur des théories intermédiaires, la considération de l'imitation de la nature, et du plaisir qu'on en tire (Leopardi) quelque soit le caractère intrinsèque de beauté ou de laideur de l'objet vu ou représenté. L'Art serait alors un accès au vrai, une (re)production du vrai. Ce vrai étant celui du spectateur, du plaisir vrai qu'il éprouve, ou bien celui de la vérité que tous doivent éprouver, ou bien seulement certains.

Cette vérité là se trouve furieusement romantique et subjective, à moins qu'on ne veuille accéder à une vérité non contestée, mais on se demande bien quelle équation pourrait devenir artistique, à moins que.

Nous voilà donc revenu à Bach et au problème qu'on voulait poser. De fait, le vieux boche avait sans doute réfléchi à la question sous tous ces aspects car sa musique résume la totalité du débat: classer ses chansonnettes sous l'orbe d'une de ces théories est l'enjeu.

 Bach est qualifié de "baroque", et le fait est que ses airs n'ont pas grand chose à voir ni avec le classique, ni avec le renaissance, ni avec le romantique, ni bien sur avec le moderne, et naturellement pas avec l'ultra moderne qui n'est pas de la musique, mais c'est un autre débat.

Un point important, il me semble est la question du rythme: issu de l'intérieur de la musique pour tout le baroque, la basse continue n'étant pas le rythme, mais son soutien, il est extérieur à la musique pour tous les airs battus de la modernité africanisée. Il faudra noter que cette africanité là est par contre post afrique bien sur, les vraies percussions traditionnelles n'ayant rien à voir, et ressortant plutôt du rythme intérieur, modulé, que nous sert en fait les dansantes antiennes recyclées par la période clé de l'histoire du monde (1600-1750).

La suite de la musique occidentale fut de fait une longue marche vers le néant: elle disparut avec le XXème siècle, la contemplation de l'impossibilité de produire des sons harmonieux lui ayant été fatale.

Car cette question de la danse est bien sur essentielle et se trouve justification symbolique du bruit qui la stimule, et cela dans tous les supports raisonnables de son activité. Non que la musique s'en trouve dévalorisée: son langage, réflexion suprême, est celui du mouvement, sa cause, sa justification, son origine. Car la musique est bien l'art suprême, le seul en fait, toutes les autres activités de distraction n'en étant que des formes abatardies, en tout cas secondes.

Finissons en avec la danse: elle est évidemment causée par l'ivresse du sentiment musical, et il faut la vieillesse sommeilleuse et toussauteuse des audences des concerts de Bach pour ne pas se livrer à des débordements non classiques caractérisés. Pleurs et hurlements seraient de mise, mais la civilisation occidentale a réussi à les maitriser. Le désordre et la frénésie n'en sont que plus intérieurs, c'était le but.

On en vient donc à la relation au divin. Il faut savoir qu'il y en a de multiples. On peut louer d'abord, et les paroles sacramentelles (le texte de la messe en si) peuvent suffire. Remarquons toutefois que quelque soit l'intensité de son approbation du credo, sa manifestation avec cette musicalité là n'est ni évidente, ni obligatoire, ni à proprement parler signifiante. On pourrait même dire (et c'est sur certains le disent) qu'elle pollue le message divin au point de le rendre secondaire, l'éclatante conviction qu'elle manifeste étant tellement liée à sa force, comme musique, qu'elle en devient autonome: "et resurrexit". A moins que. Mais quoi ? 

De fait, il faut donc considérer qu'il y a autonomie. Impossible d'y échapper. Bach n'est PAS romantique. Qui oserait dire qu'il ne fabrique pas pourtant un mouvement irrépressible vers quelquechose qui n'est ni réel ni divin ?

Une autre forme d'expression est l'injonction. Caractéristique de certaines cantates, elle ordonne et soumet. Une fin du monde peut se manifester, certaines punitions être exécutées, le diable dénoncé sous des appellations diverses (Ah, Bélial!), toutes plus exotiques les unes que les autres. Pourtant, ces paroles autoritaires se révèlent souvent incroyablement maniérées, et exprimées dans un langage musical dont le baroque, désolé  (sorry), en ruine le sérieux.

Précisons l'aspect non religieux ou divin: si cela était le cas, tout le religieux y serait aspiré et Bach deviendrait Dieu: comment se contenter du grégorien dont la chiantitude, parfaitement voulue, et explicitement porteuse de ce que l'on veut dire ? Et bien parce que la musique, volontairement humiliée, est soumise à la parole du culte. Bach fait l'inverse, on devrait l'interdire.

Pourrait on alors affirmer qu'il ressort d'une voie particulière vers l'au delà qui ne serait pas classifiée ?

Examinons la voie moderne du nouveau dieu qui viendrait résoudre tous nos problèmes. Il serait une personne, donc et plus malin que la musique de Bach ? Ou bien ne serait-t-il qu'un audela de la personne et donc incapable de pleurer comme nous sur d'aussi magnifiques beautés ?

Non, nous sommes dans l'humain. Cela est clair. Le divin ne peut se permettre de telles choses sans se ridiculiser. Ou bien alors il a dicté les partitions de jean sébastien (certains disent que c'est sa femme, en fait (laquelle ?)).  Dans ce cas, il faut déclarer hérétiques les gospels et bruler tous ces noirs. Non, non, nous sommes dans l'humain.

On en vient alors aux superstitions mathématiques qu'on attache au vieux: il se serait piqué (sur le tard en  plus) de rosicrucianisme et de quadrature de cercles et ses succès mélodiques n'en serait que des retombées heureuses. Pourquoi pas, mais franchement, pourquoi diable cela est il aussi plaisant ?

Quel homme !

 

P.S. Johann Nikolaus Graf von La Fontaine und Harnoncourt-Unverzagt est mort ce week end.

04/03/2016

Le non déisme

Il faut bien parler du religieux en général, certains commentaires ici avaient abordé le sujet, et il est d'ampleur.

D'abord je crois qu'il y a bien une attitude générale (celle de l'époque, de l'air du temps) qu'on pourrait trouver étrange: pour diverses raisons, liées à l'histoire, ou à la sédimentation des opinions exprimées, il semble que la question du surnaturel, cause et justification du religieux ne soit pas encore tranchée officiellement. Il resterait un doute, qui justifierait les "agnosticismes" et qui justifie les respects que l'on manifeste officiellement aux uns et aux autres: ptet ben qu'Dieu existe, on n'peut pas savoir.

Autant le dire tout de suite, je crois qu'on peut, et c'est ce que je fais, trancher la question à la base et proclamer qu'évidemment il s'agit, non pas d'un compromis public que certains n'hésitent pas à appeler "laïcité", mais d'une position particulière inacceptable, à rebours de toutes les apparences et de tous les bons sens. Je dirais même plus, la question ne peut même pas/plus se poser.

Y a il un complot à dénoncer?  Non, je veux simplement dire que la position en question n'est pas la bonne pour parler du religieux. Les complots sectaires sont bien sur variés et d'origines multiples, mais la question n'est pas là: on peut parler du divin et de sa considération hors de toute référence à sa possible manifestation, en se contentant simplement d'exprimer sans nuances l'évidence de sa non réalité. L'athéisme militant traditionnel dénonciateur n'est pas de mise, il n'est que complotisme et n'apporte rien. L'athéisme positif est un système de langage: si on le pratiquait bien des choses dans les appréciations changeraient de manière importante. 

On doit et on peut ainsi affirmer plutôt un athéisme "ontologique" et en exposer les conséquences dans les représentations que l'on se fait des esprits et conceptions religieuses. Mieux, il doit être possible de comprendre et décrire le religieux en le qualifiant de manière rationnelle et en "pensant" Dieu, non pas comme une nécessité qui qualifierait de manière particulière une forme de surnaturel, mais comme une acception purement intellectuelle, une conception strictement humaine dont les effets ne sont jamais "magiques" mais toujours sociaux ou psychologiques.

Ce refus du surnaturel va jusqu'au législatif: le dieu des philosophes voulut s'y arrêter et se constituer dans la dernière des magies, celle qui fonderait le pouvoir. Cette position là du déisme se trouve être la position américaine par exemple: elle est construite et je la veux refuser donc explicitement pour dire ce que je dis.

Est ce enfoncer une porte  ouverte que de se placer là? Sans doute un peu, voire beaucoup, mais je maintiens qu'il n'est pas explicité en général de soutenir un tel refus "méthodologique". En permanence, trop de discours sous entendent que la croyance religieuse est rationnellement possible du fait même de son absence de prouvabilité. C'est le contraire qui est vrai, et cela doit être sous entendu sans trêve. Car les croyances ne créent pas le surnaturel, et n'en font pas une nature, cela par définition: elles n'illustrent et justifient que des comportements particuliers, que l'on doit pouvoir décrire publiquement comme incompréhensible, voire ridicules.

Pardon de m'acharner, mais cette longue suite d'affirmations, qu'on pourrait rattacher à l'insistance musulmane de dire le contraire a bien pour objet de se défier de tendances que je juge indulgentes, voire coupables et aussi parfaitement présentes.

Présentes par le respect: la croyance en Dieu, partiellement de l'ordre du privé, touche à l'intime. Peut on piétiner l'intime ? Si l'on compare avec le sexe, dont les pratiques privées, inconnues à priori, peuvent être très diverses, on pourrait dire qu'on ne peut ni exhiber ni imposer des pratiques qui seraient complètement respectables, ni non plus d'ailleurs imposer des pratiques qui certains pourraient légitimement juger inacceptables. La conséquence de cette protection de l'intime est que le refus de l'obscénité doit jouer dans les deux sens.

Disons que la proclamation de la possibilité de l'existence de Dieu me parait obscène, et que la protection trop longtemps accordée à ceux qui pourraient être choqués de l'effondrement de la justification de leur morale doit maintenant être renversée. Il nous faut protéger les psychismes de nos enfants de l'affirmation de fictions dont les rêves qui s'y rattachent sont gênants. Gênants comme réalité, pas comme discours. Car l'expression est libre, et elle doit l'être plus que les religions qui elles ne sont pas des individus, mais des organismes constitués, qui n'ont pas le statut de parti politique et qui donc n'ont droit à l'expression publique qu'à certaines conditions bien précises à définir avec prudence.

Je crois qu'il faut ici faire des allusions précises. De la même manière qu'il faut s'inquiéter des prêches sectaires en général, il faut reconnaitres que ceux cis existent dans les religions traditionnelles. Les petits gris de Stanislas en sont, et les salafistes variés qui infectent certaines banlieues aussi. Absolument rien ne justifie que l'on respecte ou considère normales ou acceptables de telles pratiques, au contraire...

On a ainsi deux types d'utilisation pour cet athéisme ontologique. D'une part la restauration d'une possible nouvellecompréhension des religions et de leur logique et d'autre part la proclamation de l'humiliation nécessaire de tous les corps constitués en charge de leur propagation à notre époque.
 

Car cet athéisme là n'est pas destiné qu'à la croyance, mais aussi aux religieux. Mais d'abord, il doit être humble, car le religieux est en fait partout. Déjà soit disant ruiné par l'incroyance générale, il a en fait métastasé  et je pense réellement qu'il imprègne notre monde au sens du polythéisme gréco romain: partout règnent les rites absurdes, les respects et les cultes bizarres, avec une intensité et une multiplicité à la hauteur de l'abandon des systèmes traditionnels. Cela signifie qu'il (le religieux implicite) est nécessaire, voire preuve de la nécessité des croyances, voire des dieux surnuméraires ainsi adorés ? Et bien non et c'est ce que je veux dire, mon athéisme s'addresse aussi à ceux là et il faudra l'énergie d'un prophète pour les dénoncer et détruire leurs statues !

On se retrouve donc avec un programme, que dis je avec un système: quelle attitude humaine échappera à ce grand retour de la théorie du polythéisme ? Et bien nous le verrons.

 

 

21/02/2016

Les cantates de Bach

L'ensemble d'oeuvres musicales similaires produites par Johann Sebastian Bach sous le nom de "cantates", sous leur forme "sacrées" et "profanes" est sans aucun doute la plus extraordinaire oeuvre composite globale de l'histoire de la musique. Formée d'au moins 200 pièces identifiées (il y en a en fait bien plus, dont beaucoup d'encore inconnues sans doute), elle manifeste la plus inconcevable variété formelle, tout en restant remarquablement homogène. Un océan dans lequel on peut nager à loisir, émerveillé par ce qui s'apparente à une nature supplémentaire, un complément de la création, ou son achèvement, là je m'égare, mais l'idée y est. 

Les cantates sont connues sous leur forme "sacrées": oeuvres jouées lors de cultes luthériens à Weimar ou Leipzig elles mettent en musique des textes à connotation religieuses, dont on pourrait interpréter le ton, le style ou la profondeur spirituelle. Cela n'est pas le propos, car il faut bien admettre que la musique qui les accompagne est d'une nature radicalement différente. On  va essayer ici d'en expliciter quelques aspects, à défaut de les identifier tous, ce qui est naturellement complètement impossible, le caractère (sur) naturel de ce déferlement étant accablant.

Accablant au sens qu'il parait impossible d'en saisir globalement l'unité, tout comme il est impossible d'embrasser un arbre, ou une montagne. On ne peut que les escalader et revenir épuisé pour dormir enfin, soustrait aux infinies variations d'un monde qui nous dépasse complètement. 

On ne peut ainsi à leur propos qu'évoquer des souvenirs de voyage et bien sur rester pétrifié si on doit dire ce qu'on en pense ou pire choisir celle qu'on préfère parmi toutes les petites pièces brèves. Toutes ? Non pas toutes, certaines sont pénibles, on y pleure trop. Ce sera un aspect: les larmes qui viennent subitement, que l'on ne peut reprendre en main qu'à la faveur d'un écart musical bienvenu qui survient subitement, pour distraire, voire pour faire rire, ouf. 

On peut souligner l'importance de ce qu'il faut bien appeler la "polyphonie" : la plupart des morceaux sont formés de musiques différentes superposées qui s'appareillent harmonieusement, enfin, en apparence: en fait elles sont la plupart du temps complètement indépendantes et se taisent subitement puis repartent sans qu'on ne puisse savoir vraiment comment. Très souvent, on voit bien pourquoi: pour le plaisir qu'elles causent, mais la raison est elle vraiment celle là ? Surtout que l'ensemble est contenu dans une hiérarchie de nécessités où règnent les mêmes types de variétés à la fois répétées et donc existantes mais aussi fugitives et parfois beaucoup trop ("quel gaspillage!" se dit on parfois). Non il y a quelque chose de plus: tout ceci est spontané et n'est pas issu d'un plan, ou bien alors de celui de quelque chose qui n'est pas humain. 

Serait il possible que mon manque de culture musicale me soumette à la magie d'un enchanteur qui à partir de quelques trucs qui se font oublier après chacune de leur apparition endort toute réflexion, toute mémoire, toute analyse ? 

Comment se souvenir d'un "air" de Bach au point de le fredonner ? Cela est impossible: chacune de ses mélodies est un amoncellement de dix airs différents tous accordés ensemble et qui changent en permanence. On ne peut mémoriser cela que structurellement je pense, et encore: d'un endroit à l'autre les choses sont retournées, similaires en écho, mais toujours "pas pareilles", ce qui produit sans soute ce sentiment éperdu de volume, de souvenir perpétuellement déformé de quelque chose qui vient de disparaitre et qui peut être, mais ce n'est pas sur va revenir, préparez vous ! 

Et pourtant, les choses sont claires au demeurant: nulle véritable obscurité. Au point que toute "fausse" note se détecte immédiatement. Quand il s'y met lui même, c'est merveilleusement annoncé et délicatement introduit, comme en s'excusant, puis envoyé avec énergie, et en connaissance de cause, oh combien. 

Parlons des voix. La tradition voulait que les femmes ne chantent  pas. On avait donc des enfants, mais avec le timbre légèrement mâle du gamin, un peu gênant. Alors que les terribles émotions qu'une puissante soprano femme adulte peut transmettre sont souvent effrayantes. Pourtant il est frappant de réaliser que la musique de Bach arrive souvent à se rendre indépendante de ces formes là, comme si les différentes variétés de sa restitution n'étaient que des variantes agréables. D'où l'importance, ou bien n'en est ce que la conséquence, de l'humilité des chanteurs: ceux ci ont en concert, du moins dans les bons, une allure humble et timide qui participe grandement au spectacle, comme si on ne faisait que redire encore une fois quelque chose qui existe de toute éternité. Tu parles: la chanson de ce dimanche là, rien de plus, à dimanche prochain. 

Revenons aux paroles des cantates: même si leur interprétation est oiseuse, et leur sens profond obscur, il est très important de les considérer comme partie intégrale de la musique. Elles en font partie, tout simplement et doivent être considérées comme telles: leur sens premier EST dans la musique et c'est le propre de l'incroyable variété de celle ci que de découper leur mots pour en éclater les sons dans toutes les volutes baroques possibles. La relation entre les sens de ces mots et ce que Bach leur fait subir est une source d'enchantement en soi. Certains effets sont incroyablement hilarants, mais au sens ou un bébé (nous) peut trouver drôle quelque chose de subit qui le distrait ou le surprend agréablement. Des rires et des pleurs à l'extérieur, mais à l'intérieur? 

Certaines de ces paroles sont par ailleurs incroyablement émouvantes et exprimées avec souvent une grande délicatesse. Par contre aucune mièvrerie: la sentimentalité est toute entière contenue dans le face à face avec un extérieur divin parfaitement puissant. L'émotion est humaine mais destinée à quelque chose de très différent de l'humain, ou bien alors c'est l'inverse strict: comme si on en venait à éprouver les émotions de Dieu ! 

On en finirait plus d'évoquer ces souvenirs de voyage. Vers quelles références, vers quels plaisirs passés peut on se tourner sans avoir à en vexer d'autres ? La seule chose possible sans doute, est de se saisir de l'un d'entre eux et de le jouer. Ce plaisir immense est réservé aux musiciens qui s'y livrent, qu'ils en soient remerciés, sans parler de l'auteur dont personne ne peut dire s'il est mort ou vivant pour toujours.  

 

P.S. Il faut entamer ici une discussion qui devra avoir lieu et qui porte sur la nature du religieux dans la musique de Bach. Considérée comme évidente dans le bouquin de Gardiner, entamé après la rédaction de mon éloge, et pour commencer, bien en phase (l'absolue admiration pour le sommet absolu de toute musique possible), il me parait problématique: Bach ne peut pas, à mon sens, être religieux, ou bien alors, et ce ne peut être que la seule hypothèse disponible, il est Dieu lui même...

P.S. Gardiner donne bien des pistes et on pourrait les énumérer. La plus émouvante: l'émotion supérieure d'un choriste de  douze ans à l'enterrement de son père, rejeton de la lignée des musiciens du roi David. La plus immature: celle d'un musicien accompli virtuose doté de l'arme atomique aux funérailles d'une jeune femme de l'âge qu'avait sa mère quand elle le laissa seul, enfant ? La plus cruelle, celle de barbe bleue, l'assassin des enfants qu'il fait chanter et qu'il engendre  par paquets de dix pour les voir tous mourir avec leurs mères ? On en peut plus de voir toutes les facettes possibles de l'humanité se succéder dans la vie du vieux boche. Là encore, il laisse un gout âcre d'infini. 

20/02/2016

La différence sexuelle

Beau sujet: elle doit être pensée d'une manière particulière car elle n'existe pas, bien sur, sauf qu'en fait...

On a bien là quelque chose de délicat qu'on ne peut, et oui, considérer que négativement: la différence sexuelle c'est ce qu'on ne peut pas nier. Point final. A partir de là, on peut se comporter dignement et c'est le seul moyen et aussi le but du jeu, dans tous les cas. 

D'abord on ne peut l'affirmer inconditionnellement: cela signifierait renoncer à l'égalité symbolique absolue, qui empêcherait la mère de raconter à on petit mâle son histoire sans le rendre débile: il a besoin de l'intelligence et de la respectabilité de sa mère pour ne pas se mépriser lui même. Pas de complémentarité non plus: on ne complémente pas celle avec qui on fait l'amour, on la complimente (pas mal non ? ).

Et puis la complémentarité, cela fleure bon l'idéologie des frères musulmans, celle qui voile son complément, pour le désigner ou le cacher on ne sait pas très bien. 

Ensuite, on ne peut l'affirmer comme décrivant des êtres de natures différentes, d'abord à cause de l'interfécondité, ensuite à cause de l'imbrication génétique, les gênes communs étant trop nombreux. Mais aussi parce qu'elle est de nature précisément, et nécessaire à elle. Sans aller trop loin dans l'analyse sémantique par jeux de mots, dire qu'il y aurait des êtres différents (hors nature donc) sur un tel substrat commun alors que la coopération dans l'être des êtres en question est absolue, historique, constitutive, essentielle car naturelle me parait tellement évident qu'une différenciation fondamentale est manifestement une absurdité, qui elle, est fondamentale et essentielle, ça c'est sur.

Et puis cela fleure bon le féminisme lesbien autonomisé trouvant la bite étrange: la femme, archétype du futur castré serait ainsi l'avenir pacifique du monde, après le grand massacre bien sur. 

Ensuite, on ne peut préjuger de ses choix: dans un univers virtuel conduit par les raisons et le langage, comment associer des flux d'hormones à la couleur rose pour l'éternité et ne pas voir le conventionnel derrière l'essence du genre ? Car avant de se lancer dans l'ultra moderne, il faut bien considérer qu'on ne voit pas le rapport entre la promesse hormonale de la maternité et l'extraction à la main des racines de deux. Les préférences ou l'habileté (con)génitale ne semblent pas intervenir, en tout cas, leur raison de le faire sont obscures et sans doute futiles. 

Si on passe aux genres et à leur théories, la chose se renforce encore: même si les petites filles semblent bien différentes (tu parles) la nécessité de leur déguisement en prostituées dès l'âge de trois ans reste incertaine et on doit se rendre à l'évidence, l'essence est difficile à prendre par la taille tant le social, les affects, les imitations jouent un rôle. Il y a bien une conceptualisation difficile à mener. 

Et puis il y a les "intersexuels": gonades déformées (parfois les hormones, il y en a trop de pas assez au mauvais moment, nous sommes chimiques) ou inverties, parfois les accoucheurs se méprennent. Qu'en dire ? Et bien évidemment tels les ornithorynques ils servent de témoins, de contre exemple et de preuves aux théories. On peut en effet en déduire qu'il n'y a pas de sexe du tout (la preuve) ou qu'il y en a de multiples (la preuve), ou même qu'on peut faire ce qu'on veut (si du moins on en donne le pouvoir au chirurgien accoucheur réparateur)... 

Non pas que le génétique fasse tout: les déformations possibles des chromosomes, pourtant à la racine du problème, produisent des paradoxes similaires, qui n'empêchent rien, la preuve Sheila, qui reste un homme, put accoucher elle même, comme quoi tout est possible. 

Pourtant, la méthode de reproduction qu'il faut bien pratiquer ou du moins laisser pratiquer à une certaine échelle, et cela ne lasse pas de se pratiquer, est assez ancienne, et précède dans la lente transformation des espèces toute espèce d'identification raisonnable à des ancêtres acceptables. Disons que le principe est acquis. Cela devrait suffire à en assoir le caractère inévitable; mais il y a plus que cela, il y a une question d'identité: en tant qu'être vivant on est dans la polarité et celle ci déborde toujours même si cela peut se faire de diverses manières . On ne peut la nier, c'est la thèse. 

Dès ce moment, et comme le négatif protège, on peut renoncer à tout positivité: "la femme" peut être n'importe quoi depuis une belle pouliche aux fesses et attaches proéminentes et fines respectivement jusqu'à la vierge marie dans toute sa splendeur en passant par toutes les transverbérations qu'on veut. "L'homme" pourra se pavaner avec ses droits, la généralité de son genre et aussi la hauteur de sa musique et la bassesse de ses cochons d'appétits, bref on pourra faire ce qu'on veut et cela a bien des cotés plaisants, la liberté en cette demeure étant le fond de toutes ces affaires.

Penser l'humanité à partir de cela peut donc se faire plus commodément, l'exclusion de toute essentialisation de la différence sexuelle permettant de se libérer de toutes les barbaries et de tous ces contraires oppressifs. 

A t'on vraiment atteint le but fixé? L'impossibilité de nier permet à la fois de rejeter l'uniformité qu'on sait bien inadaptée, mais aussi de garder la nécessaire et digne égalité officielle tout en préservant ses petits fantasmes bien pratiques. Un point d'équilibre, si on veut mais il est vraiment unique. Ailleurs on voit pas. 

Ainsi c'est le rejet de l'indentification d'un être à la chose qui caractérise la doctrine, et c'est bien cela que l'on affirme.

Car il n'y a dans l'être rien de ce qui ressemble au Dieu qu'Heidegger voulait nous imposer pour nous sauver malgré nous: il n'est rien du tout et le vrai athéisme permet de faire justice de bien des nécessités. 

A partir de là on peut aller au combat et défendre un patriarcat re-décrit convenablement qui pourrait bien ravager bien des points de vue. Car il y a dans le débat, au delà de personnes respectables, bien des connes qui prirent pour argent comptant ce qui n'était que dinette et poupées roses, hélas imposées et ingérées par ce que décrit la théorie du genre dans sa vraie acception: l'aliénation fut maintien d'une virginité trop longtemps. La fiancée enfin nue et sans voile doit être livrée à son équarisseur et la nature va parler !

Mon langage est transparent dira-t-on, sans doute, mais c'est intentionnel, c'est pour rire. Car le culte de la défloration virile est bien opprimant aussi et tout aussi ridicule. Aujourd'hui au courant de l'inanité de bien des cultes, on peut finir le boulot et se déclarer aussi contre la parité par exemple, plus exactement contre ce culte là, celui de la femme essentielle, forme moderne et pitoyable du vieux respect barbare pour la pute vieillissante, rendez nous, pitié, notre dame ! 

Pour faire court: on pollue l'esprit de nos filles par un féminisme de vieille ménopausée égoïste qui ne veut plus garder ses petits enfants. Et cela au nom d'un essentialisme qu'il faut combattre philosophiquement. En disant qu'on ne peut nier la différence des sexes, justement, voilà mon épée. Les femmes n'ont pas besoin de compenser leur trompeuse absence de quelque chose par une hystérie particulière: on ne peut rien leur refuser, en tout cas de ce qu'elles sont.

Ensuite que l'homosexualité comme institution est un aspect de la chose: ce n'est pas pour rien que Taubira paya à ce point de sa personne. Le mariage, la filiation et son financement doit être coulé dans le marbre, seul moyen de continuer l'obligation de la subvention à la méchanceté, la corruption et l'égoïsme. Pour mieux renforcer la différence d'avec le reste de l'humanité d'un peuple de bourgeoises divorcées entretenues, on institutionnalisa par compensation l'abolition de la filiation paritaire. 

Le lien parait tenu mais la chose est logique en fait: l'égalité suppose l'abolition du sexuel et donc son abolition "réelle": il faut compenser symboliquement le physique et réciproquement. D'où la subvention, le paritarisme, la garde des enfants systématique, les jetons de présence aux épouses, et le mariage homosexuel.

L'être supérieur est donc désexué, artificiel et virtuel, du fait de son appartenance au sexe et à l'âge idéal (la femme de plus de cinquante ans). Il a deux acceptions suivant ses préférences sexuelles. Hétéro, il exige que les hommes s'occupent en groupe des enfants et du ménage que leurs fonctions directoriales les poussent à négliger, Homo, il envisage de s'en passer complètement, la sélection des embryons permettant de faire disparaitre enfin les très laides bites. 

Et bien la doctrine s'oppose frontalement à ce déni et c'est son mérite. 

Car l'enfant, si tant est qu'on souhaite continuer à en faire, a des droits qui sont ceux de celui qu'on a finalement renoncé à tuer,  tant son apparition est dérangeante. En particulier, il a le droit de se sentir, dans les nuits d'angoisse qui l'attendent, héritier au moins en principe des grenouilles et autres lémures qui l'on précédé. Il n'est pas symboliquement héritier d'un amour désincarné entre deux socialisations ratées, il est le produit naturel d'une aventure vivante qui le rattache au plus glaireux et au plus magnifique des efforts, celui qu'ont mené faute de technique suffisante tous les êtres vivants du dernier milliard d'années. Il n'est jamais mort grâce à cela au moment ou il entre en scène, et cela mérite le respect. Et bien attribuer cette filiation "symboliquement" à un couple qui fait semblant c'est nier ce que l'on ne peut nier: la différence sexuelle.

Celle ci n'est pas accessoire, et subordonnée à je ne sais quel accord, amour, sauvetage, adoption qui nierait l'essentiel de l'histoire. Car il y a histoire et la réduire à une main éponge, une injection ou une vente à la découpe pour mieux en minorer l'importance est un oubli fâcheux. Oh bien sur cela est possible est ceux qui en sont issus gardent tous leur droits: raison de plus pour ne pas en rajouter, on ne peut vivre ni sans beurre ni sans argent. Il faut les plaindre et les dédommager et surtout leur permettre de revenir dans le tronc commun et d'y agir comme il sied de le faire.

Cela inclut t il le dévoilement systématique de la vérité biologique quand on finit par apprendre que son père n'est pas son père ? Et bien non d'après moi et je pense le justifier. L'une des armes de la PMA est en effet que le secret de la vraie origine devrait être rendu public quelqu'il soit, ce qui répondrait au gout pour les grenouilles que je manifeste moi le vieux salaud et aussi permettrait, une fois remis de l'obscénité de sa conception, de continuer sa vie d'enfant de convention.

Et bien cela est honteux et inacceptable.

D'abord pour des raisons de pruderie, car on ne peut assimiler une pénétration éjaculatoire fertile obtenue après bien des danses sociales et sentimentales aux horribles masturbations dans des mains éponges qu'on achète à des clochards ou pire à des prostitution de clochardes qu'on va même jusqu'à obliger à pratiquer les mêmes rites obscènes. L'obscène a des limites, et l'argent du gant de toilette l'est. 

Ensuite pour des raisons liées à la nature du lien que le compagnon de la femme qui accouche entretient avec l'enfant à naitre: il est son père -supposé-. Cette convention, et parfois cette erreur est une constante de la reproduction sexuée et structure déjà les sociétés animales. Vouloir rompre avec cela est à la fois une obscénité (on vient de le voir) mais aussi une négation de la différence sexuelle. La femelle est porteuse de l'histoire de la fécondation, à la fois socialement mais aussi du fait du rôle dissymétrique qu'elle joue  dans la chose, elle décide ou dissimule. Vouloir permettre à des coucous justifiés par de l'ADN de revendiquer leur rôle de père "biologique" et ainsi de briser des familles (il y a un fait divers récent absolument révoltant) est absolument scandaleux et infamant. Honte à la justice de mon pays qui n'en finit pas de se déshonorer à mépriser et piétiner ce qui est l'humanité.

Au sujet des relations entre ces sexes dont on ne peut nier l'existence, il faut admettre que la différence est sujette à tout ce que le social produit quand il y a différence, d'état, de condition, de sexe: la différence des occupations. Car la polarisation des vies sur des rôles différents est alors suffisamment fréquente pour qu'on ne la trouve pas anormale. Spécialisation économique, affective, artistique, tout se différencie car on ne peut nier les différences, on l'a assez dit. Vouloir l'égalité des conditions au point d'instaurer l'interchangeabilité obligatoire est un déni: elle viole des choix personnels. Déni de ce à quoi je pense, encore et qu'il faut rappeler: on ne le peut nier.

Qu'on me comprenne bien, c'est la polarisation qui a de la valeur, et pas l'essence de je ne sais quel male ou femelle, on l'a assez dit, l'essentiel est la différence, source d'énergie par ailleurs. Car la combinatoire des alternances et des spécialisations est assez riche pour permettre toutes les mixités. Cela s'applique à toutes les combinaisons des sexes virtuels ou réels: tous les rôles existent et doivent pouvoir s'investir à loisir: non à l'uniformité ! 

Qu'on continue à bien me comprendre: il existe une conception dévoyée de l'égalité entre hommes et femmes, issue du siècle dernier encore marqué par la virilité symboliquement affirmée. Elle a théorisé les pires absurdités au point d'avoir introduit une inégalité supplémentaire injustifiée. Alors que la modernité et la nécessaire camaraderie due à la mixité généralisée, sans parler de la contraception, a rendu les hommes infiniment plus tolérants à l'égard de toutes les formes de l'être féminin, il existe toujours chez bien des femmes des points de vue "sexués" issus tout droit du moyen âge. Supériorité de l'être féminin, revendication permanente contre une "domination" qu'on identifie à celle du capitalisme, relativisation de la paternité, exigence absurde de la parité, féminisation des noms de fonctions contre les usages de la langue, etc etc. Produit de la différence sexuelle ces préjugés là? Certainement pas! Ils ne sont que les scories de l'histoire et celle ci passera. 

Pourtant l'équivalent masculin a maintenant disparu et n'est remplacé que par une bienséance navrée qui se défoule au football:  le ridicule nous opprime ! Il est instrumentalisé par la démagogie politique, à droite comme à gauche, et n'est de fait qu'un culte tardif de la déesse mère, par ailleurs assumé par certains écologistes, de fait une barbarie dont tout le monde se moque. 

On pourrait parler de la notion de "domination masculine" pont aux anes(esses) des légendes qui justifient l'oppression matriarcale. Elles s'appuient par exemple sur la petitesse des femmes, sélectionnées par les dominants qui leur volèrent leur biftecks pendant toute l'histoire. Cette stupidité est contredite par la réalité de l'évolution humaine (beaucoup d'africaines et de suédoises sont diablement (trop) grandes), qui de toutes façons n'a pas eu le temps d'agir dans la faible durée écoulée depuis l'invention de la culture, et surtout par la réalité présente: qui peut dire que l'ignoble patriarcat a sélectionné malignement la sottise des femmes qu'il affirme alors que la parfaite intelligence des femelles en démontre le contraire chaque minute?

L'existence de l'homosexualité n'est pas un problème en soi: elle doit bien être supportée, la pauvre, depuis le temps qu'elle existe sous des formes d'ailleurs diverses, et là n'est pas la question. Même si elle a un rapport avec la sexualité et même avec les aspects de la différence entres les sexes, elle n'est pas en soi "sexuelle": qui n'a pas connu les affres de l'enfantement non voulu ou pas ne sait pas ce que c'est que le vrai sexe, celui qui produit, ou non. Le touche pipi est sexuel, mais n'a pas le gout du sang des couches, et ça lui manque. Je sais on peut entre lesbiennes jouer à cela et elles ne s'en privent pas, sans doute, mais le fait de ne pas avoir fait souffrir un véritable pauvre hétérosexuel masculin doit forcément gâter leur plaisir, du moins je me l'imagine. 

Maintenant le sexe est aussi infertile ou malheureux et l'homosexualité n'a rien à voir là dedans: le bonheur n'est pas universel et les destins sont multiples. Il est légitime de vouloir s'accomplir en faisant des enfants. Mais cela est il un droit ? Je crois que non, un droit étant proche de la considération de la nécessité de son exercice pour tous. Or le droit de ne pas s'accomplir doit exister aussi et la liberté de ne pas avoir d'enfants sans en être diminué doit être préservée. Le droit à l'enfant médical et subventionné par la collectivité est inacceptable: la stérilité n'est pas une maladie est doit être considérée comme le poil au sein ou la couille molle: un défaut à compenser avec son propre argent et sa propre tristesse.

Quelles solitudes, quels malheurs, quelles espérances ratées ont vécu sur cette terre ?  Et bien les sexes se partagent ces choses à égalité, même si elles sont, forcément, différentes.

 P.S. La journée de la femme vient de passer: une action intelligente menée par une (une) grande âme collecte tampons et serviettes hygiéniques pour les 15000 femmes SDF de la région parisienne. Une goutte d'eau dans l'océan pour pallier les dégoutantes sécrétions dont on le rappelle, l'épongeage n'est plus taxée à 20%. L'utilisation des coupes menstruelles plastiques réutilisables n'est pas de mise pour les grandes âmes adeptes de choix de la datte des menstrues: faut que ça saigne !

13/02/2016

L'épigénétique

Un mot à la mode, "épigénétique" mais que désigne-t-il exactement ? 

On va suivre par exemple Etienne Danchin et ses explications. 

Et bien d'abord, que l'hérédité, ce qui est transmis entre ascendants et descendants n'est pas -que- génétique. 

L'exemple fondateur

Car les gênes transmis peuvent s'activer ou non, d'une part , et d'autre part que la capacité d'activation des gênes est transmise aussi. Allons plus loin dans les détails. Le mécanisme le plus connu est celui des souris femelles, des soins qu'elles donnent à leurs petits, soins qui activent des gênes producteurs d'une hormone, qui stimule les comportements de soins. 

activation de gêne -> production d'hormone -> comportement de soin -> activation de gêne ... 

Et bien si on désapprend le soin, le gêne ne sera pas activé, la production d'hormone pas faite, et les souris resteront peu soigneuses. Un caractère acquis se trouve ainsi non pas inscrit dans le gêne, mais transmis héréditairement. 

L'autre exemple archétypique est la reine des abeilles, génétiquement identique aux ouvrières mais rendue obèse et productrice par une alimentation particulière, obtenue après une sélection sociale. 

On observe des transmissions de cette sorte sur plusieurs générations, mais avec atténuation: des mécanismes de hasard peuvent rétablir des déséquilibres provisoires. C'est la longévité du fameux ver Caenorhabditis Elegans (n'oubliez pas son prénom) qui devient extraordinaire sur quelques générations seulement. 

On généralise 

Un autre exemple est celui du territoire avantageux: on le possède par hasard et les enfants qui y naissent sont mieux nourris et plus grands: l'avantage est il génétique ? Non, pourtant il est transmis, et nous y sommes : voilà qui explique la race des seigneurs. Laissons ce domaine de coté pour l'instant. 

La théorie 

Il faut bien voir qu'il n'y a que 2 théories de la genèse des individus: soit ils se constituent à partir de l'informe, soit ils existent pré formés. La théorie génétique est typique du préjugé de la "préformation", tandis que l'épigénèse aristotélicienne ne l'est pas. 

Il se trouve que ces deux conceptions (en fait l'une ou l'autre) sont profondément ancrées dans les appréciations cognitives pré conscientes des individus. Remettre en cause cet essentiel, c'est à dire la croyance à la mécanique préformée ou la mécanique à former déclenche des bouleversement intérieurs générateurs d'agressivité. C'est la querelle de l'inné et de l'acquis, une occasion comme une autre de se déchirer, c'est ça qui en fait le prix. 

Il y a d'autres aspects, et qui concerne les présupposés concernant l'évolution. Une partie de l'épigénétique attribue à des mécanisme évolutifs internes au vivant les fameuses querelles de l'activation des gênes. On se retrouve alors avec des évolutions enchassées, totalement non conscientes ni voulues, qui mettraient le hasard au coeur du fonctionnement des organismes. Ceux qui prétendent à ces conceptions hurlent bien sur à la révolution conceptuelle, un deuxième Darwin étant à naître...

Les conséquences

J'avoue être intéressé par l'épigénétique de par son rapport avec les GPA/PMA que projettent de généraliser certains. Or la mère porteuse transmet c'est ça qui est important: ainsi , une souris anxieuse génétiquement peut transmettre cette anxiété à un embryon issu d'une lignée saine et implanté. Activation d'une hérédité, voilà la clé du portage. 

Un autre aspect est la contamination sur plusieurs générations par des substances nocives. Ce serait le cas de l'affreux Distilbène, aujourd'hui interdit, mais qui a activé des transmissions qui continuent... On peut aussi penser à l'obésité ou même à l'homosexualité... 

Une théorie récente propose d'expliquer l'homosexualité par l'épigénétique. Magnifique tentative de résoudre le paradoxe de l'aspect ni inné ni acquis, mais naturel de l'homosexualité, source de bien des interrogations. 

Les dérives

Les dérives du jeu avec ce concept sont bien sur légions, et orientées dans le sens auquel je pense, c'est à dire le bien évident, je le savais, principe de l'influence du psychisme sur le physique, c'est à dire la bonne vieille magie, la noire bien sur,  la plus fascinante. Les progrès de l'épigénétique sont ainsi bien sur suivis par toutes les bandes de lascars bien connues. Tout comme la mécanique quantique et les nombre réels en son temps, le mystique est toujours tapi dans l'ombre quand le conceptuel est trop compliqué. 

Le point important est l'influence que l'on voudrait accorder aux comportements avant plutôt qu'aux remèdes après: le rituel en quelque sorte. 

 

 

03/02/2016

Levy, Bernard Henri

Un interview aujourd'hui d'une personne contestée de toutes parts, mais extraordinairement prétentieuse et intéressante.

Il s'agit d'un richissime et mondain personnage, possesseur des édtions Grasset,  "nouveau" philosophe (certains disent pseudo), hagiographe de Sartre, Jean Paul, il revint au Judaïsme en même temps qu'un secrétaire de Sartre, Benny Levy. Toutes ses oeuvres artistiques furent des échecs moqués cruellement et à raison.

Il se veut un Malraux du présent, à la fois aventurier et philosophe, mais aussi religieux, il parle maintenant directement de judaïsme et d'universel, en relisant Rosensweig. Il intervint dans l'histoire pour défendre la Bosnie attaquée et attaquer  la Libye mal défendue.

Il est aussi extraordinairement superficiel. Piégé par un canular d'anthologie (la fameuse affaire Botul), il théorisa doctement l'identification de la pensée et la vie sexuelle d'Emmanuel Kant en citant une blague préparée de longue date.  

Sous nos yeux aujourd'hui même, il évoque le concept d'"avertisseur d'incendie" de Walter Benjamin à propos de la Shoah. Ici le contresens absurde est double. Benjamin mort en 40 ne fut pas au courant de l'extermination des juifs d'une part, et d'autre part évoqua la chose au sujet de la nécessité de la révolution, seule capable d'arrêter l'utilisation des armes chimiques par les bourgeoisies.   

Connu pour cela depuis un lustre, l'homme est ainsi d'une faiblesse totale et peut être éreinté, moqué et ridiculisé sans vergogne aucune, l'antisémitisme ne pouvant être évoqué pour défendre un pareil cuistre dont l'allusion à la "solidarité des ébranlés" est presque un aveu: comment être solidaire d'un pareil onaniste ? 

A rebours de beaucoup j'avoue toutefois garder un peu d'estime pour les actions du malheureux, son soutien à la Libye en révolte contre Kadhafi me l'ayant rendu, malgré ses horribles manières, sympathique, et oui. La situation actuelle de la Libye n'est en rien du à ses actions, ou à celle de Sarkozy, l'abandon de la Libye datant de la fin 2012, et fut le fait de Obama et Hollande qui abandonnèrent le pays à son sort. Sa défense de l'interventionnisme se trouve de plus absolument justifié par l'immense succès du non interventionnisme en Syrie. Bref, il n'a pas toujours tort, et cela va muscler mes critiques. 

On va commencer par son appréciation du judaïsme, dont le culte de l'autre serait anti communautariste. Et bien on peut dire le contraire, l'essence communautariste du judaïsme étant essentielle à ce qu'il est et ce d'autant plus que le caractère "autre", et je l'ai décrit ici, est constitutif de cela. L'"autre" juif est le message juif, et tout ce qui l'accompagne, et qui le protégea contre l'histoire, circoncision et kippa compris, est l'affirmation de cet autre là, et ce pour l'élévation de tous, en particulier pour les autres que juifs, à qui ils sont chargé d'enseigner cela: l'irréductibilité de la différence, et donc justement, le refus de l'universel au sens strict. 

Parler d'universel au sens naïf pour ce qui concerne le judaïsme est donc bien dans cette veine du débat superficiel, et bien sur Levy là comme ailleurs plonge dans le dogmatisme religieux commun à tous les bigots: on va donc chercher dans la Thora des allusions aux 70 nations à qui elle s'adresserait ! Mieux, et encore pire, le judaïsme se trouve irreligieux et contre l'irrationalité, l'idée du Messie n'étant ni irrationnelle (bien sur), ni déiste (bien sur). 

La comparaison entre kippa et niqab est la même veine: cela le révolte, le voile étant politique et la kippa symbole de l'humain, (mais ne s'addressant pas aux femmes, non symboliquement humaines sans doute). Bref, le refus de la classification de l'appartenance communautaire universelle, de la mauvaise foi donc. Sa révolte contre l'assimilation kippa/sionisme, qu'il juge "immonde" se trouve ainsi en dehors des rails, sans parler de sa comparaison morand/céline contre soral/dieudonné, les premiers (surtout céline) ayant tout de même "une autre allure". 

Mauvaise foi? Connerie ? Bref, on peut être riche et aussi misérable. Sa souffrance exprimée ailleurs sur le web, de voir sa soeur convertie au christianisme ne sembla pas non plus très spirituelle, elle fit l'objet d'un buzz:  son manque de sportivité dans la compétition entre les religions y fut particulièrement apparent. 

Un jugement sur l'internet qu'un journaliste à raison décrivait AUSSI comme le lieu du témoignage sincère (merci pour moi): il s'écrit : "c'est AUSSI le lieu de la haine, ne l'oubliez pas! "

On pourrait donner du sens (à l'universalisme juif), et je le perçoit, et c'est ce que je dis d'ailleurs, mais il est clair que ce sens ne sera pas donné par notre homme, celui ci comme on a dit étant le contraire du juif qu'on aime: il n'est ni cryptique, ni profond, ni acharné à l'étude, mais superficiel, transparent et inculte. Bref, comment être antisémite envers son contraire ? (pas mal non?)

29/01/2016

Walter Benjamin

Benjamin est tout de même très connu, bien qu'on nous dise le contraire. Très branché aussi et sans doute l'un des plus véritablement profonds des philosophes du XXème siècle. Il aborde une grande variété de thèmes extraordinaires, parties vivantes des interrogations du début du XXI ème siècle.

Il parle à la fois et successivement de Théologie, d'Art, et de Politique. 

La sécularisation

 Pour partie il est un théologien de la sécularisation, mais dans un sens particulier, il est d'abord le théoricien du "capitalisme comme religion" et donc un propagandiste marxisant de la vilenie de la marchandise, du désespoir du pauvre etc etc. Il va plus loin: le christianisme, sur le modèle de Weber s'est transformé en capitalisme, la pensée de la fin du monde s'identifiant avec la révolution, voila donc pour la sécularisation... 

Il est ainsi le théoricien de la sécularisation: tout est théologique en fait, bien plus que sexuel.

On trouvera ici tous les thèmes sur la rencontre entre religion et marxismes, par exemple pour Jacob Taubes, la sécularisation de la gnose vers le marxisme: l'histoire de l'occident étant le combat autour de l'enjeu caché de l'eschatologique ("eschatologie occidentale"). Cette question de la gnose est la positivation de la Weltfremdheit (le sentiment d'être étranger au monde), détruite par le dieu bon du moyen age, le dieu chrétien qui vainquit la gnose. Mais le nominalisme rend à nouveau dieu indépendant de ses créature, la sécularisation de la gnose étant le grand récit interprétatif des années 30: Le gnostique est l'être jeté là de Heidegger. 

Les autres "gnostiques" du XXème siècle sont bien sur Voegelin et Jonas. 

Car L'eschaton est la fin de l'exil et le refus de la transcendance du dieu de l'ancien testament la marque de quelquechose: la sécularisation de tout. 

L'Art

Mais d'abord le baroque, car Benjamin est d'abord l'auteur d'un traité sur le drame baroque au XVIIème siècle: il y règne l'allégorie, alors que le romantisme invoque le symbolisme. Ca c'est une différence. Repris par  Adorno son ami, le thème est un élément important de la théorie de l'Art.

Vient ensuite le très célèbre "l'oeuvre d'art à l'époque de la reproduction technique". 

A partir d'une définition de l'Aura d'une oeuvre (l'unique apparition d'un lointain) qui fait son unicité et son authenticité, il décrit le déclin de l'Aura (Verfall der Aura), associé à la reproductibilité. On remarquera la distinction marxisto hégélienne entre usage/échange et culturel/exposition, fondement de la distinction entre les choses. 

Au fait, une intéressante intuition au sujet de la photo : "Un cliché photographique, par exemple, permet le tirage de quantité d'épreuves : en demander l'épreuve authentique serait absurde." Comme quoi... 

Et puis, les passages parisiens: l'Aura de Paris, magnifiquement évoqué, les passages sont un intérieur habité. 

Benjamin est ainsi porteur d'une théorie de l'interprétation de l'oeuvre d'art, et donc du monde tout entier. En gros: le baroque croit en la répétition, en la fixité des représentations et mieux, ne questionne pas cette fixité: pas de d'eschaton (le dernier). Le contraire du romantisme, qui finit par théoriser avec le génie, la fin de l'art. Au passage, aviez vous compris que la remise en cause, la nouveauté perpétuelle, a pour point fixe la fin du monde, la fin de l'histoire ? Benjamin propose alors une théorie nouvelle, ou le critique a sa part: l'Art serait il construit par ceux qui le regardent ? 

Benjamin a traduit Proust, mais considère à tort que sa description du snobisme est supérieure à sa théorie de l'Art, concurrence oblige, et c'est impardonnable:  le snob comme consommateur chimiquement pur: comment LUI peut il dire cela ? 

Et puis il y a l'"Angelus novus" de Paul Klee: L'ange est poussé par une tempête qui s'appelle le progrès vers un avenir à qui il tourne le dos. C'est l'Ange de l'histoire. 

Benjamin et le judaïsme

Mais il y a aussi ses amis, Rosenzweig, Scholem, Buber... Stéphane Moses fut un magnifique "vulgarisateur" de ces hommes, les grands intellectuels juifs d'avant la catastrophe... 

Pour Rosenzweig, le judaïsme est hors de l'histoire. Entre assimilation et sionisme, il fait du juif la preuve que l'histoire n'est pas première et que Hegel a tort. Pour lui le judaïsme c'est un rapport fondamental, intime à l'histoire, à la terre,  à la langue et aussi l'intersection des deux triangles (monde, homme, dieu et aussi création, révélation, rédemption) : Der Stern der Erlösung". La rédemption ? Elle est à la fois passée (il y a bien eu rachat par Dieu lors de la libération de l'esclavage en Egypte) et à venir, le Messie étant l'horizon permanent du futur, celui ci pouvant advenir à chaque seconde. "chaque seconde est la porte étroite par où peut passer le messie"

Politiquement Rosenzweig est à la fois contre le sionisme et contre l'assimilation, et mourut en 29.

Scholem alla en Israël dès 1923. C'est un kabbaliste, figure de la passion pour le langage de tous ces intellectuels. 

Benjamin et Kafka: l'homme a violé une loi qu'il ne connaissait pas et se tourne vers son origine pour savoir de quoi il en retourne. C'est cela qu'il(Kafka) veut dire...  

Ah ces juifs là ! Quels tourments ! Et on nous les a décrit comme des pourris acharnés à détruire un monde que manifestement ils aiment au delà de tout... 

 

La politique et l'histoire

Le dossier Schmitt/Benjamin est un thème parfaitement actuel porté par Giorgio Agamben qui décrit  l'emprunt que fait Benjamin à Schmitt. L'âge baroque a lu la théologie politique, et la discussion porte sur le statut de l'état d'exception, de sa relation avec la loi, qui l'abolit (Benjamin) ou la confirme (Schmitt).

Pour Schmitt, il n'y a que l'état qui puisse mettre fin à la guerre civile. Qu'est ce alors que la "guerre civile mondiale"?  Et bien on est bien dans le débat, qui se situe à une grande hauteur: dans la mesure ou seul l'Etat peut mettre fin à la guerre civile d'après Schmitt, et que l'on considère certains états comme radicalement ennemis, et bien nous sommes en guerre civile et le droit est suspendu, de fait. C'est évidemment (d'après moi) la thèse du nazi qui refuse toujours d'admettre sa défaite et qui renvoie à son ennemi victorieux le soin de gérer une situation qu'il aurait pu gérer lui même... 

Benjamin lui est toujours dans le refus/promotion de la disparition complète du droit(loi) derrière le concept (messianique) de révolution, qui rend l'exception permanente, dans les deux sens du terme. Apocalyptique, en effet.

On pourrait au passage réfléchir sur le concept de république et de démocratie libérale, comme entité qui ne soit pas TOUJOURS le cloaque corrompu et désespérant qu'il est actuellement et qui le fut dans les années qui précédèrent la catastrophe allemande... Pour ces deux auteurs, en tout cas, ce concept n'existe pas...

Pour finir l'apocatastase (le rétablissement de toute chose, représenté par la chanson "nous irons tous au paradis")

"Sur le concept d'histoire" est la dernière oeuvre de Benjamin. 

 

 

 

16/01/2016

Les Catégories

La théorie des catégories est le sommet de la représentation des choses et encore, il y a mieux, vous allez voir.

Définition

Bon, une avancée dans ma compréhension: une catégorie est formée de deux ensembles d'objets : des objets et des flèches qui relient les objets. Une sorte de graphe avec en plus  que les flèches composent: si ya a vers b et de b vers c et bien y a de a vers c; et que ya une flèche de chaque objet vers lui même et que aussi la composition des flèches est associative. 

Il faut bien comprendre que chaque flèche (arrow) a autant d'existence qu'un objet et n'ESTPAS une fonction, mais UNE ligne entre deux points, un tuple d'objets la représente: son domaine et son codomaine. 

L'assimilation d'une flèche à une fonction (à un être multiple, donc) est possible mais n'est pas obligée. Par exemple, un arbre de classes dans un langage de programmation est exemple de connexion par des flèches (la relation "extends") d'un ensemble d'objets, et c'est une catégorie. 

On peut aussi interpréter les flèches entre deux objets qui sont des types comme une fonction entre les deux types, sachant qu'il y a autant de flèches entre deux types qu'il y a de fonctions possibles entre les deux types. C'est pour cela qu'on parle de "morphisme" au sujet des flèches, mais c'est un abus de langage destiné à perdre les andouilles.  

Bien sur le fait de parler tout de suite de "type" est en soi un peu abstrait, comme si la notion était évidente. De fait elle l'est, je(nous) suis(sommes) des programmeurs n'est ce pas? Quoi de plus naturel qu'un type ? 

Mais il y a plein de types de catégories, et toute la difficulté tient au interprétations de la notion, au modèles qu'on lui donne et ils sont infiniment variés, et c'est tout le problème. 

On monte

La catégorie des catégories avec comme flèches les foncteurs entre les catégories s'appelle Cat. Ca c'est de la belle abstraction (mal à l'estomac ?).

Un foncteur entre deux catégories associe les objets et aussi les flèches, mais en préservant les compositions. Il y a autant de foncteurs qu'on veut bien sur, et deux catégories peuvent être fonctorisées de plusieurs manières. Un foncteur est ainsi un homomorphisme. Quand il relie une catégorie à elle même, c'est un endomorphisme, un endofoncteur donc. Loin de se contenter des misérables catégories elle même, nous voilà donc à les brasser par paquets, les seuls objets dotés de sens étant les façons de les associer... 

Et bien cette manière de tirer des choses de conventions de relations entre d'autres choses est une façon de créer le monde, celui surgissant littéralement du langage, pour notre plus grand plaisir: c'est le concept du feu d'artifice, moteur de magnifiques spéculations fantasmatiques. Comme si le monde pouvait se définir lui même. Toutes ses caractéristiques sortent ainsi de ses repliements sur lui même comme des assertions dans le parler, assertions sujettes aux contraintes du monde, celles qui sont démontrables dans ce même langage, et donc absolument vraies. 

Accrochez vous, il y a mieux.

Car il y a les topos. Inventés par Alexander(re) Grothendieck le génial fou mort récemment après avoir fasciné deux générations de semi-fous,  ils sont une sorte de catégorie, et la catégorie des ensembles en est un.

Cet objet est particulièrement intéressant car il se substitue à l'ensemble de tous les ensembles qui n'existe pas lui; il s'appelle Set. Qu'une tel machin ne soit qu'une instance me réjouit particulièrement : quel homme cet alexandre ! 

Notons que les axiomes des topos furent donnés par Jean Giraud, qui n'a rien à voir avec le célèbre dessinateur de bandes dessinées Moebius (ou Gir). 

Une théorie particulière peut être encodée dans un topos, qui peut ou non avoir l'axiome du choix, par exemple. Mais on peut faire mieux, la chose permettant la matérialisation ex nihilo de concepts particuliers, la notion de groupe par exemple pouvant être tordue au point de dire que les groupes "sont" les endofoncteurs qui préservent la structure d'un topos particulier. 

Au sujet de Grothendieck, il faut savoir que ses univers (les univers de Grothendieck) fournissent des modèles de la théorie des ensembles. Ils sont des ensembles particuliers qui contiennent certaines de leurs parties de manière tordue. Ils permettraient ainsi de faire "mieux" que les autres théories des ensembles. 

Rappellons qu'aprés Zemerlo Franckel  Axiome du choix (ZFC) (Axiome du choix n'est ni fou, ni mort, il n'est pas le nom d'un humain), la théorie des ensembles la plus connue, il existe aussi von Neumann-Bernays-Gödel (NBG), la magnifique théorie des classes, qui avec un nombre fini d'axiomes permet de tout faire: on a ainsi des classes et des ensembles, les ensembles étant les classes appartenant à au moins une classe. La notion de classe ne serait, dit on, pas bien décrite dans ZFC.  

Au passage, les considérations sur l'infini induites par toutes ces belles théories amènent à une conception de celui ci qui a un intérêt peu connu: il n'est aucunement borné, c'est à dire ne cesse jamais de susciter plus grand que lui et ce à l'infini, ce qui est une manière élégante de dire qu'il n'existe pas en fait. 

 

Et finalement

 

Et donc pour finir, une encore plus splendide considération sur l'infini: si un cardinal inaccessible se définit comme étant plus grand que la puissance de 2 (l'ensemble des parties) de tout cardinal qui lui est inférieur, et bien il est indécidable (dans ZFC) de dire que tout cardinal est majoré par un cardinal inaccessible. De plus, et là je me marre, cela est équivalent (et donc tout autant indécidable) à dire que tout ensemble appartient à un univers de Grothendieck.

Il y a alors une théorie des ensembles de Tarski Grothendieck, qui autorise cet indécidable là. Je ne vous raconterais pas ce qu'elle doit s'autoriser par ailleurs... 

 

 

15/01/2016

Les Théologies

La théologie est un domaine de l'activité et de la pensée humaine au niveau de la philosophie, voire supérieure à celle ci car s'occupant aussi, et c'est Duns Scot qui le dit, de l'homme d'avant la chute et aussi d'après le jugement dernier.  Mais aussi, pour Philon d'Alexandrie, Moise est "ho theologos" celui qui interprète la parole de Dieu.

Cela signifie que la science de Dieu c'est une science de l'homme qui inclut les caractères divins de l'homme, tandis que la simple philosophie se trouve réduite à ses cotés terrestres, historiques, dépendant de sa déchéance provisoire. 

Comprendre une telle conception illustre que ce domaine du savoir, complètement ignoré dans une France qui ne donne pas de cours de cette belle discipline (alors que c'est le cas en Allemagne) hors des centres catholiques spécialisés ou des officines protestantes ou juives, et exclusivement réservés à la formation des prêtres et apparentés. 

Et bien alors que Dieu et tout surnaturel n'ont aucune réalité, je l'affirme et c'est mon avis, les conceptions du divin exprimées dans le langage avec la cohérence qu'exige la raison on droit de cité : elles expriment des conceptions et des réalités qui sont d'ailleurs les seules qu'on puisse effectivement rattacher aux différents sentiments religieux.

Alors que l'on a que faire des traditions, des superstitions,  et des respects divers aux lamentables pratiques régressives qui ridiculisent tous les religieux, on se doit de comprendre et de considérer comme parties fondamentales de la culture les dogmes et concepts qui constituent les grands systèmes religieux. Ils ne sont pas ridicules, eux: ils sont le produit de réflexions profondes, d'inventions magnifiques, de conceptions grandioses ! Ils sont ce qu'expliquent, expriment, rationalisent les théologies.

Ils sont ce qui intéresse LA théologie, je ne sais pas si on peut passer à ce point à la limite, la discipline ne se partageant évidemment pas, et c'est un aspect important de la question. S'il y a du "théologique" c'est pour rationaliser l'expression non pas de ce qu'on appelle la "croyance", et qui n'a pas d'intérêt en soi tant elle peut être diverse, désordonnée, superstitieuse ou fanatique, mais de ce qu'il faut bien appeler Dieu, le "théos" objet de science, et oui. Car cette chose là existe figurez vous: la preuve on peut en parler de la sorte, raisonnablement.

Je ne parle pas d'un dieu particulier, par exemple l'entité prouvable de Descartes ou même de Thomas d'Aquin. Je parle des Dieu des traditions, qui n'a d'autre existence manifeste que celle, équilibrée et rationalisée par les théologies sous la contrainte des Eglises. Cette existence là a deux caractéristiques: elle n'est pas réelle (point de surnaturel en théologie, ou bien par l'intermédiaire du concept de miracle), et elle est cohérente, contrainte par la nécessité de la raison qui la décrit dans l'histoire. Elle peut évoluer, mais pas trop et le contrôle de cette évolution, qui ressemble à une danse, est tout l'objet de la discipline. 

Commençant d'abord par la chrétienne: on doit passer par dessus le catholicisme, car le XXème siècle fut d'abord celui des grands théologiens protestants allemands: Adolf von Harnack, Ernst Troeltsch, Rudolf Bultmann, Paul Tilich sont de très importants auteurs. 

Mais parlons de la juive: Martin Buber, Gershom Scholem, Franz Rosenzweig sont tout aussi importants. Walter Benjamin les connut tous.

Que dire de l'islam ? N'en parlons pas ici, le théologique en islam est sans doute autre chose, en tout cas à traiter séparément. 

Quel est le contenu de ces discours ? Et bien, il me faut bien reconnaitre que je suis loin de pouvoir l'estimer véritablement. Qui le peut vraiment et qui en connait vraiment tous les complexes contenus ? 

Ce qu'on sait, c'est que coté chrétien, la question du Christ lui même est un problème: est il Dieu lui même ou autre chose, et si oui quoi ?  Et peut on parler de tout cela sans s'exposer à la rupture avec ce qu'affirment les dogmes ? Car toute la complexité de la chose est que ces hommes n'ont pas les coudées franches pour inventer une nouvelle religion; il décrivent quelque chose qui a une cohérence, en laquelle ils croient ou non mais qui ne s'invente pas, ne se crée pas, quelque chose qui existe et dont on ne peut que découvrir les propriétés, le théologien étant ce découvreur là, c'est ce que je disais plus haut. 

La situation fut déjà difficile à l'aube de ce christianisme, que dis je à l'aube, au matin: à partir du moment ou existait cette reconnaissance du contact avec cette identité humaine là, et qu'il était une expression d'un projet divin à expliquer, il fallut mettre en musique un discours (...) qui exprimait rationnellement la chose. Il fallut conceptualiser un divin d'une manière proprement inconcevable: avec un homme qui s'identifiait à lui, et qui se trouvait devoir trouver son origine dans un projet hors du temps, tout cela après avoir disparu, remplacé par un esprit sensé remplacer tout le monde...

La légende chrétienne solution du problème est certes absurde, contradictoire voire inimaginable: elle reste cohérente et rationnelle même si basée finalement sur un mystère que l'on peut refuser d'admettre, la question du messie advenu et disparu, ce problème magnifique qui hante la civilisation occidentale: celui de Dieu dans l'histoire. Et bien les théologies qui en exprimèrent, découvrirent et décrirent les solutions font partie de la culture à un point que peu réalisent vraiment. Ils s'inscrivent dans la trame de l'histoire, dans le tissu de la civilisation et de la culture. 

Les juifs eurent le même problème: Dieu dans l'histoire, à l'origine de la loi, fondation de l'identité, et cette fois dans un avenir mystérieux mais catastrophique dont le sens est le sujet de la réflexion. Je m'arrête là, car le judaïsme a un problème avec l'universel, celui ci étant l'objet de sa réflexion pour son malheur: son identité, son particuliarisme étant précisément cette réflexion, alimentée par le concept du messianique.  

Quand Walter Benjamin philosophe, questionne la sécularisation du religieux, il inscrit dans les conceptions du monde les éléments du malheur juif, personnel et collectif: est il un créateur d'universel à partir du seul sentiment possible ou le vulgarisateur d'un religieux identitaire particulier ? Mieux,  n'est il pas un théologien en fait ? 

Bref, comme le caractère irréfutable, ni physique, ni même métaphysique, de la chose ne peut être clos, le grand vent du divin surnaturel en arrière plan garantit que ces discours là continueront, quoiqu'on en dise... Car tout autant que le religieux le théologique est une passion. Bien que plus cérébrale. 

Qu'est ce que le christianisme ? Qu'elle est son "essence" ? Harnack, Troeltsch en parlèrent...

Un autre problème chrétien : le salut, la grâce, la rédemption. Absurde, incompréhensible et totalement en dehors de toutes les préoccupations modernes. Totalement doté de sens et puissamment ancré dans toute l'histoire pourtant. Comment le qualifier et s'en débarrasser ou vérifier sa désactivation ? A moins qu'il ne soit toujours figé dans l'inconscient (dans ce qu'on se refuse de parler explicitement) actif et prêt à surgir sous une forme ou une autre. 

Car la religion, tout comme le sexe, ne se dit pas vraiment: d'abord c'est gênant, en plus ce n'est pas si facile. Expliciter le sensoriel pur reste toute une affaire. Dans cette époque de multi tout (identité, culture, religion) encore plus. Ca refoule comme on dit, et quand cela ressort, le désordre est grand, forcément. Le théologien connaisseur des problèmes, et donc de leur réalité, à la fois logique et sensorielle sera t il le grand médecin de l'époque moderne? En tout cas sa science doit être rendue publique et sa culture aussi: sur la table les grandes idées. 

Reprenons les deux questions sur le christianisme, en commençant par la première.

La solution (l'ensemble du discours trinitaire) finalement retenue reste inexprimée dans des termes dotés de sens pour nous (je veux dire qu'elle est totalement dénué de sens  pour un occidental moyen d'aujourd'hui, chrétien ou non); pourtant elle le fut longtemps. Ce sens là est il tout entier contenu dans un discours autoritaire qui imposait finalement l'acceptation d'un mystère ou bien cela pouvait il être ressenti et intériorisé depuis une réalité collective, donc une réalité ? Et bien c'est ce dont la théologie peut parler, c'est précisément son sujet. 

Le second problème (toute l'histoire de la grâce et de la justification) est sans doute encore plus grave, en ce qu'il peut entrainer le refus de conceptions bizarres que l'on peut vouloir refuser: par exemple le caractère sacrificiel de la mort du Christ, c'est à dire  le rôle salvateur de sa mort ignominieuse. Le religieux tout entier doit il être refusé au nom du refus moderne de cette rédemption là ou bien n'est il qu'une erreur intellectuelle tardive ? Cette réflexion là demande des ressources énormes, et se trouve loin d'être finie, la encore les théologiens doivent oeuvrer.

Surtout que les deux problèmes du christianisme pourraient bien ne faire qu'un et là encore Duns Scot à son avantage serait le meilleur des théo-riciens: qu'importe la déchéance, qu'importe la faute, et le plan de Dieu d'envoyer son fils serait donc, c'est lui qui le dit, indépendant des petits péchés de l'histoire, et réalisé dans tous les cas, dont celui ci. On pourrait donc, et cette théologie-là est super-créative, se réjouir de sa venue sans en ressentir aucune tristesse, la violence pouvant être rejetée dans tous les cas, dont celui-ci. Sommes nous là dans le possible théologique ? 

Nous avions évoqué Karl Barth et ses ennemis. Parlons de Paul Troeltsch : un protestant qui va jusqu'à rejeter la révélation historique de Dieu, celui se faisant connaitre de manière immanente et naturelle. On peut ainsi aller, tout en maintenant la supériorité du christianisme, jusqu'à un Dieu révélé de manières multiples. 

Et bien le spectacle de la bête qui tourne et se retourne, entaillée par ces questions là est magnifique. Olé ! 

 

12/01/2016

De Gaulle, Vichy le libéralisme et la liberté.

Voici rassemblés ici un ensemble de commentaires fait à un texte (la monnaie) dont le sujet n'avait rien à voir avec le propos. Le sujet en est tout de même extrèmement intéressant. 

Je me permet de les re-publier ici sans modifications aucune, que son auteur n'y voit nulle offense, juste une commodité.

 

---------------

Bonjour,

Je suis tombé par le plus grand des hasards sur votre blog qui me paraît, sinon à nul autre pareil, en tout cas fort original; à la fois dans la forme (on trouve rarement accolées des démonstrations mathématiques et des considérations philosophiques) et dans le fond (vous vous proclamez libéral mais vénérez le Général et refusez la libre circulation des hommes; réactionnaire mais amoureux de le science; opposé aux Le Pen tout en étant favorables aux identitaires; contre les religions mais admirateur de René Girard).

Bref, vous représentez une forme de chatoiement du monde (excusez ma pédanterie) qui m'intrigue et me laisse penser que j'aurai peut-être beaucoup de choses à apprendre de conversations avec vous (étant entendu que je suis bien moins porté vers l'abstraction que vous ne l'êtes).

Seriez-vous disposez à engager le débat avec moi?

Écrit par : odp | 07/01/2016

-------------------

Je vous remercie de votre gentillesse.
Simplement, De Gaulle fut libéral en 58 et présenta lui des budgets en équilibre.
D'autre part, la libre circulation des hommes (celle des autres) s'oppose à la libre détermination de ses frontières (des siennes). L'idéologie dite libérale et qui effectivement inclut le refus des nations n'est qu'une domination par une idéologie justement et aussi par les prédateurs.
Le pragmatisme politique consiste à utiliser le libéralisme pour ce qu'il est: une nature des choses dont la considération convient à l'instauration de sa puissance. C'est une définition du gaullisme.

Réactionnaire certes, mais je m'en explique, l'autonomie du jugement étant nécessaire pour reconnaitre soi même le nouveau ou le vrai (autant qu'il est possible), ce qui est la marque du scientifique.

Favorable aux identitaires ? Franchement je ne crois pas, ou secondairement, car ce qu'on veut appeler "identité" est parfaitement mal défini, l'expression "identité nationale" étant quasiment un oxymore pour moi.
C'est peut être ça le débat: l'identité est par définition multiple, et privée. Elle ne peut se manifester que comme abdication et humiliation devant le sentiment national. Que cette attitude soit considérée comme marquant une identité particulière, je veux bien, mais là on parle d'autre chose.
En tout cas ma détestation de la famille Lepen et de tout ce qu'elle représente est totale, ça c'est vrai. De plus ma détestation pour les communautarismes est à la hauteur: je ne respecte en rien les identités religieuses catholique ou musulmane, et veut les humilier pour les raisons dites. Pour moi, le spirituel et le religieux s'assimilent au sexuel: liberté absolue pour toutes les turpitudes, mais dans l'espace privé, s'il vous plait, cela pourrait gêner ceux qui ont la tête ailleurs momentanément.

René Girard n'est pas un religieux, et vous devriez savoir pourquoi, vu son explication de la chose. Ma haine des religions, en fait un dégout profond pour toute référence à toute espèce de sacré vient de lui.

Bien à vous, et cela n'a rien à voir avec la monnaie.

Écrit par : François Carmignola | 09/01/2016

 

-----------------------

 

Bonjour,

Commençons par le plus simple: mon interrogation quant à l'adéquation entre Gaullisme et libéralisme. Sauf erreur de ma part, le libéralisme est fondé sur un postulat dont découle tous les autres: la primauté de l'individu sur la communauté. Or s'il est un homme politique qui a constamment placé la communauté (la France) au dessus des individus, c'est bien de Gaulle, n'hésitant jamais à sacrifier des individus (Darlan, Pucheu, Salan) ou des groupes d'individus (les marins de Mers-El-Kebir, les français d'Algérie, les Harkis) aux besoins de l'Etat. A ce titre, il me semble que le budget en équilibre de 1958 est un épiphénomène qui reflète plutôt le traditionalisme du Général en matière économique qu'un quelconque "libéralisme".

De la même manière, vous vouez aux gémonies le "sacré"; mais là encore, s'il fut un homme politique qui eût le sens du sacré, c'est bien de Gaulle. Sans sens du sacré, il n'y a pas de 18 juin 40 ; et il n'est pas innocent que la Résistance fut peuplée d'homme du sacré (grosso le PCF et l'Action Française) et la collaboration d'agnostiques (libéraux et radical-socialistes).

Écrit par : odp | 10/01/2016

 

-------------------------

 

Il est tout à fait certain que De Gaulle ne fut pas un idéologue libéral. Simplement il utilisa le libéralisme économique d'un Rueff pour restaurer pragmatiquement la puissance française.
Votre définition du libéralisme est un peu étroite, je mentionnerais plutôt le primat de la liberté comme source d'efficience sociale, économique et morale. De ce point de vue De Gaulle, tout militaire catholique qu'il fut, ne fut jamais un ennemi de cela. Démocrate convaincu, sauveur de la république contre tous les fascismes, tous les communismes, figure fondatrice de l'Europe, il est pour moi un héros de la liberté, et donc, à mon sens je vous l'accorde, un libéral.

Si je puis me permettre, De Gaulle n'a aucunement "sacrifié" ceux que vous dites.
- Darlan fut assassiné par un activiste gaulliste, mais pas sur l'ordre de De Gaulle.
- la grâce de Pucheu fut refusé par De Gaulle intentionnellement et avec raison: Pucheu était un traitre
- Salan fut un glorieux militaire, puis intenta un coup d'Etat contre la république. Il fut gracié en 68.
- les marins de mers el kebir furent victimes du refus de leurs chefs de participer à la lutte contre
l'Allemagne. Churchill a eu raison de couler leur bateaux; De Gaulle ne fut pas consulté mais approuva la chose.

L'affaire d'Algérie, c'est autre chose. D'abord, il n'était pas prévu que les français d'Algérie quittent aussi vite leur "pays". Et les harkis n'avaient pas vocation non plus à venir tous en France, pour les mêmes raisons. Mais on pourra en reparler si vous voulez.

Au sujet du sacré, je ne vois absolument pas ce que le 18 Juin a de "sacré": un général appelle à la lutte contre l'ennemi, voilà qui est parfaitement laïc.
En 40, l'action française et les communistes n'ont pas vraiment suivi ce chemin et pour des raisons différentes (les uns car Maurras soutenait Pétain, les autres car Staline soutenait Hitler).
A Londres, en 40, il n'y avait personne, à part De Gaulle et "quelques juifs". Ceux qui suivirent De Gaulle le firent pour des raisons personnelles et rien, absolument rien des partis ou des corps constitués français, y compris l'armée et l'église ne le suivit.
Le reste ne fut que la victoire militaire américaine, la sauvegarde inespérée de la souveraineté française grâce à lui, et une immense ingratitude.

De Gaulle n'a rien sacrifié du tout: il a agit dans l'intérêt de son pays en toute occasion, et c'est bien ce qu'on retient de lui.
Bien à vous et au plaisir de la conversation.

 

 

-------------------

Je vais commencer par réfuter votre postulat selon lequel la liberté est en toutes circonstances une source d'efficience sociale, économique et morale. Dans ce cas, en effet, pourquoi vouloir restreindre la liberté de circulation des hommes? Et ne me dites pas que la liberté c'est aussi celle d'interdire...

Par la suite, que de Gaulle ait été, après guerre, un défenseur de la démocratie contre le totalitarisme, c'est tout à fait vrai; mais ça ne fait pas de lui, dans l'acception actuelle, un libéral. De fait, à part quelques extrémistes isolés, les anti-libéraux actuels, de droite comme de gauche, sont favorables à la démocratie ; et c'est d'ailleurs parce qu'ils estiment que le libéralisme, tel qu'il se déploie actuellement via la liberté absolue (ou presque) de circulation des capitaux, des marchandises et des hommes, sape la démocratie qu'ils s'y opposent. Vu le merdier que ledit système a créé au cours des 40 dernières années, il est difficile de réfuter leur analyse d'un revers de main.

De fait, ce sur quoi s'affrontent libéraux et anti-libéraux actuellement c'est sur le thème de la frontière, pour les hommes, les capitaux et les marchandises. Et de Gaulle, étant entendu qu'il était d'abord et avant tout un défenseur de la Nation et qu'il n'existe pas de Nation sans frontières, me semble très clairement devoir être rangé, à cette aune, dans le camp des anti-libéraux. Une autre façon de voir les choses, est que les libéraux postulent le primat de l'économie sur le politique tandis que les anti-libéraux postulent l'inverse. Point n'est besoin d'être très versé en exégèse Gaulliste pour estimer que de Gaulle appartient également, sur ce point, au camp anti-libéral.

Écrit par : odp | 11/01/2016

 

-----------------------

Sinon, quelques précisions historiques et de mon point de vue.

Pour Juin 40, vous avez tronqué la fameuse citation: il n'y avait pas personne à part de Gaulle et "quelques juifs"; mais personne, à part de Gaulle, "des aristocrates (i.e. des membres de l'Action Française) et quelques juifs". L'essentiel de l'Etat-Major Gaulliste en 40 est Action Française; à commencer par le Général Leclerc, le Colonel Passy, le Général de Larminat ou le Colonel de Boislambert.

De Gaulle lui-même a été très longtemps (jusqu'en 40) un admirateur de Maurras qui le lui a très longtemps rendu. On connaît la fameuse citation: "Maurras est devenu fou à force d'avoir raison". Je vous engage à lire la notice wikipédia de Maurras à la section "Maurras et de Gaulle", c'est sans équivoque:https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Maurras#Maurras_et_...

Enfin, sur le terrain (i.e. en France), une très large part des mouvements de la Résistance non-communiste était d'obédience Action Française, à commencer par le plus important d'entre eux, Combat, d'Henri Frenay; mais j'aurai pu également citer Alliance de Loustanau-Lacau, Ceux de La Libération de Ripoche, l'Organisation Civile et Miliaire de Jacques Arthuys ou l'Organisation de Résistance de l'Armée.

Quant aux communistes, ils attendirent certes l'invasion de l'URSS par les nazis pour entrer réellement en résistance, mais il est difficile de contester qu'ils y jouèrent un rôle capital.

Bref, je réitère mon premier point : la Résistance, ce fut d'abord et avant tout l’Action Française et les Communistes, anti-libéraux s’il en fût ; de libéraux on ne vit point, trop occupés qu’ils étaient à « dîner en ville » comme disait de Gaulle parlant de la bourgeoisie. En la matière,

Ce qui m’amène à préciser en quoi j’estime que le 18 juin 40 reposa sur les ressorts du sacré.

Pour partir, comme vous l’avez dit, seul contre tous les corps constitués, institutions et partis, il a fallu à de Gaulle des ressources morales qu’il ne pût trouver que dans le caractère pour lui « sacré » de la France telle qu’il la concevait. De Gaulle avait clairement la religion de la France (bien plus que celle de la liberté). D’autres qui partageaient cette foi firent d’autres choix (je pense notamment aux vichysso-résistants) ; mais il est sûr que seuls ceux qui étaient animé d’un « feu sacré » (national ou communiste) se retrouvèrent dans la résistance. Les agnostiques choisirent soit la collaboration, soit le retrait du monde.

Sur Pucheu, qualifier de traitre un homme qui, après avoir tenté d’administrer la zone libre dans ce qu’il pensait être l’intérêt de la France, décide, après le débarquement allié en Afrique du Nord, de rejoindre Alger pour combattre les allemands est un peu étrange. Pucheu fût « sacrifié » parce que les communistes l’exigeaient (suite à l’affaire des otages Chateaubriant) et que de Gaulle avait besoin d’eux pour unifier la Résistance intérieure. Si Pucheu était un traitre qui méritait d’être passé par les armes alors il aurait fallu faire subir le même sort à Michel Debré, Maurice Couve de Murville ou Maurice Clavel qui tous servirent d’abord l’« Etat français » avant de perdre leurs illusions.

Écrit par : odp | 11/01/2016

 

--------------------

 

Le ton va vite monter, nous ne sommes pas du même bord...
D'abord la citation exacte (de De Gaulle) est "une poignée d'aristocrates, quelques juifs éclairés, et les pêcheurs de l'Ile de Sein". Les aristocrates en question n'étaient certes pas des envoyés de l'Action Française, et si vous le supposez, ou vous laissez vous même le croire et bien vous vous fourvoyez gravement.
Boislambert était plutôt cagoulard à l'origine (la cagoule fut toujours détestée par l'Action française)
Dewavrin (Passy) fut accusé d'être cagoulard, mais ne fut pas action française. Vous confondez avec un autre colonel, Rémy, le gaullo pétainiste des années 50...
De Larminat n'était certainement pas action française. Lisez l"'Esprit des français libres"
http://www.france-libre.net/lesprit-des-francais-libres-par-le-general-de-larminat/
On en vient à la liberté: c'est le maitre mot de l'épopée de ces aristocrates et de ces juifs là, et elle ne doit rien à l'action française, qui s'est ralliée toute entière à la révolution nationale et à la collaboration.

Au fait pour ce que je pense. Selon moi, toute citoyen qui a pendant l'année 1940 pensé qu'il était nécessaire de cesser le combat et de suivre le maréchal Pétain est un traitre, un lâche et un mauvais patriote. Il a perdu le droit d'émettre un avis et en particulier de reprocher quoique ce soit au seul homme qui se soit dressé contre l'ignominie de l'armistice.

J'y inclus naturellement la "résistance de l'intérieur", Frenay, et les autres, qui se permirent d'en remonter à De Gaulle, ce qui est méprisable et désolant.
Sans parler d'un mitterand, ami très cher et très indulgent de René Bousquet, un autre perdant des paris géo-politiques risqués, assis sur ses ordres à la police française de préparer l'assassinat de 13 000 juifs.

J'en exclus bien sur Arthuys et Ripoche qui furent des combattants de la première heure et des morts glorieux.

Clavel avait vingt ans quand il échappa à Boutang et fut un résistant valeureux, vous déraillez. Debré et Couve de Murville furent des fonctionnaires, aux ordres. Debré n'était pas sensé réfléchir, quand il le fit, à propos de l'Algérie, ce fut hors de propos.

Pucheu reste un traitre, responsable d'avoir guillotiné des otages, un comble. Condamné par la justice française, il ne fut pas gracié et avec raison.

En résumé, vos "name dropping" sont hasardeux et mal venus, désolé. 

Après avoir traité l'AF, traitons les communistes, les glorieux 75 000 fusillées, disons 2000 plutôt, et qui passèrent les saisons 39/41 à soutenir leur allié Hitler.

AF et Communistes dites vous ? Tous adeptes selon vous du "feu sacré"? Au fait, vos jeux de mots là dessus sont impropres: êtes vous francophone ?

De Gaulle fut le seul dépositaire de la lutte contre un occupant à qui on avait livré le pays.
Il ne fut pas le chef d'une résistance dont le rôle militaire fut à part quelques torturés, bien réduit. Il permit par contre à une armée française dotée d'armes lourdes de participer à la victoire. Ainsi il représenta la France, la seule qui vaille, celle qui se bat vraiment. Ce ne sont pas résistants qui prirent le nid d'aigle, mais des soldats français. Cette chose a une importance capitale: c'est l'armée qui se bat et qui défend le pays, pas les civils indisciplinés qui veulent discuter de leurs idées.

La nation française a-t-elle disparue pendant cette période ? Les anglo-saxons, les russes et les allemands le pensent. Ils se sont battus jusqu'au bout, eux. Il n'y eut que De Gaulle pour le savoir, et ne pas le vouloir. On fit grâce à sa lucidité et à son arrogance, car elles forçaient le respect.

Il n'y a rien de religieux dans cette attitude: elle est celle d'un patriote qui voulait se battre. La France ne le voulut pas, et la douleur n'est pas celle d'un quelconque sacrifice, simplement celle d'un homme d'état qui pleure sur une flotte magnifique qui se saborde et qui retrouve quatre ans après son bureau: aucun crayon n'y avait été taillé dans l'intervalle. Ce drame est un drame historique, et Dieu n'a rien à y voir.

Vous parlez de libéralisme. Je vous concède sa définition "idéologique" qui inclut des principes que je refuse (liberté de circulation des hommes, voir même refus de l'Etat dans ses formes extrêmes).
Mais je maintiens mon appartenance au camp de la liberté tel que je l'ai définie.
Car il n'y a pas de liberté sans liberté ontologique, au sens de Duns Scot (j'en parle sur ce blog): celle-ci inclut celle de Dieu, égale à celle de l'homme et celle du souverain.
Pour la définition du souverain, voyez Rousseau: c'est le peuple rassemblé, et c'est la liberté de l'homme que d'y participer et donc de l'être, souverain.
On ne peut être libre si on se soumet à quoique ce soit, par exemple à un principe qu'on ne choisit pas explicitement. C'est pour cela que -comme idéologie prescriptive- le libéralisme au sens défini plus haut est un esclavage. La liberté absolue est suppression de toute nécessité: j'ai raison parce que je suis libre et réciproquement.

De ce point de vue, vous avez donc raison dans les termes: votre "libéralisme" n'est pas le défenseur de la liberté.

Par exemple la "liberté de circulation des hommes": elle est la justification par des envahisseurs de leurs migrations de masse à motivations économiques. Ce qui revient à une invasion tout court, son but étant de s'approprier ce qu'on ne peut créer ou construire soi même sur sa zone géographique d'origine.

Et bien la liberté de créer des états a précisément pour objet de développer collectivement la puissance qui permet de s'opposer à ce type de phénomène. Etats, migrations, guerres et victoires, voilà qui est somme toute bien connu et bien normal, le conflit faisant partie du réel, l'envie de se battre, nous l'avons vu plus haut, étant célébrée par certains et parfois avec succès.
Car il ne vous pas oublier que la liberté n'a pas de limites idéologiques ou religieuses, elle est volonté pure et ne craint pas d'utiliser la violence quand on nuit à ses intérêts.
Non pas la violence du sacré, celle qui réconcilie, mais la violence des armes, celle des peuples libres qui détruisent la force de leurs ennemis.

De Gaulle est le porteur de ce nationalisme là, qui est liberté des nations, construite sur la liberté des hommes et donc de la liberté tout court.

Au sujet de la liberté économique, que vous opposez à la liberté politique. Dans la mesure ou le peuple le décide, et il est souverain, il peut considérer que l'organisation sociale qui consiste à laisser aux acteurs économiques le libre choix de l'allocation de leur ressources est la meilleure. Et avec raison, c'est ce qu'il faut faire.
Je sais, vous allez me dire que De Gaulle instaura un commissariat au plan et vous avez raison, il fut au moins partiellement autoritaire dans ces matières.

Mais la France ne cessa jamais d'être une économie de marché en tout cas bien plus sous son règne qu'elle ne l'est aujourd'hui: impôts, subventions, budgets en déficit, dette; tous ses attributs de la souveraineté et de la liberté nous ne les avons plus et on peut souhaiter en disposer à nouveau.

Et bien il va nous falloir un gaulliste pour très énergiquement restaurer la grandeur du pays. Et oui cela passera par la restauration de la liberté en matière sociale, économique et morale.

C'est le programme de François Fillon. L'histoire continue, nous aurons cette année à en décider, et je vous la souhaite bonne.

Écrit par : François Carmignola | 12/01/2016

 

 

--------------------

 

Pour enfoncer le clou au sujet de l'Action française et de la thèse ridicule qui fait de De Gaulle son assujetti.
L'AF fut d'abord le creuset intellectuel et littéraire de de la jeunesse de droite du début du siècle,
une passion, un snobisme, la marque de la réaction et cela pendant une vie d'homme, Maurras,
né en 1868, est une personnalité chatoyante, un polygraphe talentueux et séduisant qui
fascina deux générations entières.
Ce fut aussi une personnalité faible et fantasque (voyez ce qu'en dit Rebatet qui le décrit magnifiquement)
et à 70 ans en 38, quand le germanophobe guerrier se fit pacifiste,
il entraina ses fascinés vers l'abime.
De Hautecloque et De Gaulle n'en furent pas, quoique leurs sentiments aient du à cette littérature là.
De Gaulle était républicain, et cela n'est pas maurassien, pas du tout.

Maurras était une personnage très moderne mais très complexe et fragile, à la française.
Il fut le fasciste français, et Nolte le décrit dans toute sa complexité, qui est celle d'un
déracinement dégénéré qui se pare de l'anachronisme royalisant construit sur le volkich français,
les félibriges et autre danses avec pipeau de son midi natal.
Cela pour mieux cacher son incapacité à vivre le modernité.
Il fut ainsi essentiellement un intellectuel fragile, chéri de ses dames, et spirituellement dégénéré.
Ajoutez à ça le sinistre antisémitisme de l'anti dreyfusard borné, incapable de comprendre
ce qui s'était passé à ce moment.
La France en guerre contre les juifs ! Il faut vraiment être un plouc méridional
pour en rester là. La "revanche de Dreyfus" dit-il à la toute fin pour mieux sceller son indignité,
sanctionnée par la dégradation nationale.

On met au crédit de Maurras d'avoir intellectuellement réussi à fusionner réaction royaliste et nationalisme,
et donc d'avoir modernisé le sentiment français.
On pourrait dire pourtant que ce sentiment était déjà là sous Napoléon, sauf bien sur pour les
traitres allés se battre avec les rois. 
Et puis, on ne voit pas ce que la France de De Gaulle doit vraiment à Maurras:
à part "les 40 rois qui en mille ans firent la France", la belle formule d'un journal longtemps for lu.
Culte provincial, antisémitisme, refus de la démocratie, du libéralisme économique, de la science moderne,
Maurras sera pour toujours associé au retour de la nation à l'état d'avant cette royauté,
quand Paris n'est plus la capitale et que tout l'Etat a disparu, déguisé en bien pire et bien plus
indigne que la royauté de Bourges. De Gaulle fut Jeanne d'Arc. C'est à dire le contraire.

Que des royalistes, qui plus est maurassiens, ne le comprennent pas est leur problème. Voir plus bas.

Car Maurras fut l'un des instigateurs de ce drame absolu dont la France ne s'est sans doute pas vraiment relevée,
et ce malgré De Gaulle... Car la déchéance fut totale, et le dévoiement complet, comme jamais cela n'arriva dans
toute l'histoire.
Les Céline, Pétain et Maurras ne voyaient que les juifs et il n'eurent même pas le courage de se battre en fascistes
car il ne le furent même pas vraiment. Trop français: il est désolant de voir que l'abaissement de ces misérables
donna raison au racisme nazi qui les méprisait pour cela.

Il n'y a de patriotes que de gens prêts à se faire tuer, et ces méprisables lâches en étaient incapables. Qu'ils soient maudits, ils sont notre honte. 

Écrit par : François Carmignola | 12/01/2016

 

-------------------

 

Au plaisir de la suite de la conversation, et j'assume ma détestation absolue de l'Action française.