Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les plateaux télés

On parlait de folies occidentales, on doit parler de folies Française, à la Télévision, nous sommes sur France TV, chaine du service public, dans une émission (1) qui fait le point sur la situation en Ukraine à une heure de grande écoute, avec des présentateurs "vedette" Karim Rissouli, Laure  Adler. Un expert militaire, Michel Goya. Nous sommes le 12 septembre 2022, l'offensive Ukrainienne dans la région de Kharkov vient de réussir, à la surprise générale, après ce qui semble être l'échec d'une offensive sur Kherson, annoncée elle depuis des mois. 

Un des participants (Gérard Araud, ex ambassadeur de France aux USA) s'est fendu d'un article dans le Point pour évoquer l'ambiance extraordinaire qui régnait sur le plateau. Le fait est qu'elle défiait l'entendement. 

Une Russe, qui cite des articles écrit par une opposante Russe exilée depuis 25 ans aux USA, une Ukrainienne qui ne doutait pas du succès de l'offensive surprise, font partie de la bande d'enthousiastes qui parlent tous humblement "sous le contrôle de Michel Goya", dont la bonhommie experte parle d'un "1918", c'est sa thèse: après des années de guerre de tranchées sur un front immobile, une série d'offensives sont déclenchées, qui mènent en quelques mois à la fin de la guerre... Thèse étrange: les offensives allemandes de 18 furent brisées par la défense française, qui détruisit l'armée Allemande pourtant toute entière rassemblée.

Le plus féroce des combattants est Nicolas Tanzer, prof à Science Po, haut fonctionnaire mais surtout (Wikipedia dixit) enthousiaste défenseur de l'OTAN. Directeur d'un mystérieux institut lobbyiste de l'assemblée nationale, le "CERAP", il apparait comme ce qu'il est: un agent d'influence anti Russe, dans l'exercice de ses fonctions.

Son discours est énergique: l'armée Russe a des pertes énormes et les compense en recrutant des vieux, et aussi dans les asiles psychiatriques et les prisons. Dans les régions occupées, on torture, et on déporte les enfants, ce qui est un acte de génocide d'après les conventions internationales. On trouve partout des charniers dans les régions libérées, et on va bientôt devoir libérer la Crimée, cela n'est pas négociable, la minorité tatare injustement traitée devant être défendue. 

Bien sur, on ne mentionne pas les pertes Ukrainiennes, un startupper est trop malin pour mourir, l'absurdité totale qui consiste à recruter des fous ou des criminels en leur donnant des armes, le fait que les régions "occupées" sont russophones et le sont à la demande des populations, le fait que les charniers sont rien moins que douteux, et que la minorité "russophone" en Crimée n'est bien sûr jamais évoquée en regard de la tatare. Quand au fait que la Crimée étant considérée Russe par les Russes, une tentative de (re)conquête pourrait être une menace directe contre une puissance nucléaire, la chose, inconcevable pour Tanzer, est juste brièvement évoquée par Goya... 

Qu'un adulte francophone puisse proférer ce torrent d'insanités débiles est absolument sidérant: on veut décrire là le monde, et cela est monstrueux. Le caractère psychiatrique de la chose apparait d'ailleurs: par cette accusation de mobiliser les asiles. L'asile est mobilisé, Nicolas Tanzer l'a fait ! 

Le pauvre ambassadeur évoque l'incertitude de la guerre, tout en se joignant à la meute (il mentionne délicatement que "nous" souhaitons tous la victoire Ukrainienne)... 

Une représentante de l'ONG "Stand by Ukraine", le principal lobby Ukrainien en France, crache le morceau et cite Zelensky: "tout commence par la Crimée et tout finira par la Crimée". Critique selon elle pour l'économie Ukrainienne, la Crimée n'est pas négociable... L'ONG en question a porté plainte contre  Ségolène Royal "au nom des victimes" pour avoir évoqué de possibles manipulations au sujet des crimes de guerre russes.

Sous nos yeux peut être enfin dessillés, se manifeste l'opinion d'une belle blonde, résolue pour les beaux yeux de l'Ukraine à convaincre ou à forcer le monde pour des raisons morales à quelque chose de précis: forcer la Russie à abandonner la Crimée (et aussi toutes ses menées à l'intérieur des frontières de l'Ukraine en 1991). 

L'idée serait la suivante (si je comprends bien): bien que faisant partie de la Russie, ces territoires ne valent pas la peine de déclencher une guerre nucléaire pour les maintenir dans le giron Russe et la Russie doit donc les abandonner. On pourrait imaginer l'inverse, et l'annexion par la Russie vieille déjà de 8 ans, pourrait au contraire signifier que la reconquête doive être abandonnée du fait de la menace de guerre nucléaire qu'elle implique. Bref, un conflit est en place avec comme enjeu, la renonciation à une guerre nucléaire, à assumer par l'une ou l'autre des parties. Sans vergogne ni doute, la belle blonde insiste: c'est à Poutine de s'incliner et l'hypermotivation européenne devrait le faire plier, il suffit d'insister et de le menacer avec assez de force. Pour garantir la manoeuvre, des fournitures d'armes au glorieux peuple de l'Ukraine devrait suffire à assurer la victoire sur le terrain.

Tanzer approuve: l'Europe n'en fait pas assez et l'engagement de l'OTAN est insuffisant. Comme on pouvait s'y attendre, il y a bien un point de vue, actif et représenté, qui milite pour une guerre effective contre la Russie de la part de l'OTAN, l'expression de la force juste suffisant à dissuader la Russie, celle ci devant et devant l'évidence, renverser Poutine le démon en trop. Cette insistance à vouloir la chute de Poutine lui monte d'ailleurs au cerveau, son souhait émouvant de voir DEUX mausolées sur la place rouge, l'un pour les crimes de Staline, l'autre pour ceux de Poutine, tout comme nous avons nous dénoncé les crimes de la collaboration et de la colonisation est ahurissant... La conscience du crime doit ainsi faire des progrès en Russie, la dénonciation d'Ivan le Terrible étant encore à venir et nous avons bien maculé de faux sang notre statue de Colbert. 

Nous devons donc nous battre avec l'Ukraine au nom de la liberté et bien sûr du "droit des peuples à disposer d'eux même" sans doute, si tant est que l'Ukraine soit un peuple et doive forcément disposer du droit de disposer des peuples qui lui sont soumis. Ceux-ci s'expriment ce week end dans des référendums que Macron considère sans valeur, dommage que Poutine soit d'un avis différent et signifie par cela dès aujourd'hui son intention de sanctuariser dans la fédération de Russie des territoires qu'on doit déjà considérer Russe. 

Vient alors la grande discussion sur la fragilité du pouvoir Russe face à la défaite, celle devant le Japon et l'Allemagne au début du siècle fragilisant le tsar, notre ambassadeur évoquant alors celle face à l'Allemagne en 1941 qui fusionne communisme et nationalisme Russe pour 50 ans de domination absolue... 

Et alors l'apothéose, Laure Adler cite Vaklav Havel: l'Ukraine est la frontière du monde occidental, puis un stratège européen, pour qui "l'Ukraine a toujours représenté la tête de pont de la démocratie et de l'incarnation de la démocratie européenne". La statue gigantesque de Stepan Bandera vous remercie, Laure, vous parlez d'or. 

(1) Le plateau télé : https://www.france.tv/france-5/c-ce-soir/c-ce-soir-saison-3/4034743-guerre-en-ukraine-faut-il-croire-a-un-tournant.html

(2) L'article du point signé Gérard Araud https://www.lepoint.fr/monde/gerard-araud-peut-on-encore-debattre-de-la-guerre-en-ukraine-18-09-2022-2490375_24.php#xtatc=INT-2438-[topconversions|2490375]

 

Écrire un commentaire

Optionnel