Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2017

Les extrêmes

Qu'est ce que extrémisme? Et bien j'en ai une définition, et qui l'identifie à la nécessité de ce qu'on déplore. L'(anti)racisme militant ne peut survivre à la disparition de son objet: il doit donc susciter et maintenir vivant ce qu'il veut combattre afin de pouvoir continuer à en vivre. La modération consiste à lutter en se félicitant de la disparition à venir de son ennemi. Le modéré souhaite rentrer chez lui à la fin, l'extrémiste se veut toujours en guerre perpétuelle. 

La définition me parait tellement juste et tellement éclairante qu'elle doit sans doute ranger comme extrémistes les opinions auxquelles on croit vraiment, celles dont les disparitions sont inconcevables et donc celles que l'on ne déplore pas: il ne peut y avoir de vraie conviction que positive, et se plaindre du mal n'est qu'une manière de la souhaiter si on n'y prend pas garde. Principe utile à la conduite des âmes, cette définition va donc s'appliquer à la Liberté dont une méditation extrémiste me laisse entrevoir qu'on peut tout lui ramener. 

D'abord on ne peut lui opposer que l'esclavage et que donc elle est souhaitable en premier. Ensuite que si on veut lui opposer la solidarité, c'est à dire l'obligation de donner, on ne peut le faire qu'au prix de l'esclavage donc, ce qui détruit le socialisme comme valeur et force à définir que rendre la charité obligatoire c'est rendre solidaire et donc attaché. La chose perd son sens à être obligée.

Obligé ? Esclave de l'Etat le commissionnaire tout comme l'assisté ne peut donner sens à sa vie que comme esclave, à l'un et l'autre bout de la chaîne.

Et puis la charité, est elle don de la soupe ? Non ! Conceptualisation religieuse elle vise à distribuer LE bien et non pas ses pluriels matériels romains ou pas. Elle est "amour" au sens de l'amour de soi et donc respect de la liberté d'autrui, soin jaloux de ne pas opprimer ni forcer et donc de ne pas mortifier le bien le plus précieux de celui qu'on prétend aimer: sa liberté. Qui peut être esclave de soi même?

Parlons de l'égalité: elle consacre donc cette idée d'amour de soi même égal à celui qu'on voue aux autres. Une forme de mise au point: elle consacre non pas l'égalité des conditions, je dirais bien sur, mais celle du droit à la même liberté, seule condition pour obtenir ce qu'on désire. Car il n'y a pas d'inégalité véritable: les différences entre les états individuels sont soit le fait d'une privation de liberté, justement, qu'elle soit maladie ou oppression politique, ou bien défaut d'information. Car parce qu'on en a le droit, l'égalité étant symbolique et absolue, ce n'est que le manque de savoir qui explique qu'on ne fasse pas ce qui est possible et nécessaire à l'amélioration de son état. L'impossible n'est qu'oppression ou handicap. 

Quel meilleur moyen d'obtenir et de distribuer savoir et vérité que d'en avoir toujours la liberté ? Provisoire et liée aux circonstance, correctible et jamais définitive l'inégalité des conditions doit toujours le céder à l'égalité fondamentale des droits, qui tous se ramènent à l'égalité des libertés.

Parlons de la fraternité: elle est l'aspect national des vertus des citoyens: bien loin de s'étendre au monde, elle est localisée dans la famille, comme son nom l'indique. Elle est la recommandation de défendre et de rassembler d'abord ceux qui, et c'est d'ailleurs son sens historique, veulent défendre la liberté. La collectivité qu'elle désigne a donc les mêmes frontières que les droits que l'on s'attribue et donc celles de la nation. Car c'est dans la nation qui n'opprime pas qu'on peut vivre la liberté. Elle localise ainsi l'égalité. 

Cette conception là de la liberté et de ce qui l'accompagne est bien sur en rapport avec l'extrême de la dénonciation des dominations, injustices et autres méchancetés conçues comme facteurs explicatifs du monde ou de nos conditions. La liberté étant absolue, symbolique et consubstantielle à nos êtres, elle ne peut jamais être abolie ni en droit ni en possible. Si un état du monde sombre dans l'oppression, on peut et doit le dénoncer mais jamais le révérer: les causes de cette oppression ne peuvent pas fondamentales ! Elles ne sont d'abord que celle de notre tolérance à l'ignoble et à notre rejet des guerres nécessaires à la destruction d'un mal qui ne peut être que personnel, et jamais essentiel, là est la proclamation. C'est d'ailleurs pour justifier en silence la non intervention qu'on théorise l'inévitable. L'irakien a de toute éternité pratiqué la découpe d'oreilles et attaquer Saddam Hussein est une haine injustifiée du folklore des inventeurs de l'écriture. 

La liberté est ainsi positivement absolue, 

Le monde ne peut s'y opposer que provisoirement dans des structures qui ne peuvent être qu'intentionnelles. La preuve historique en fut donnée au siècle dernier par les ignobles et criminels théoriciens de l'esclavage scientiste essentialiste attribué aux mondes racistes ou communistes: il ne traduisirent que les fantasmes de l'organisation de l'oppression mécaniste absolue.

La liberté est là, elle nous est attribuée malgré nous, et rien ne peut nous l'enlever, il n'y a donc rien à déplorer et la célébration positive de sa puissance, n'ayant aucun inconvénient, peut donc être extrême. 

29/11/2017

Les causes premières

Aristote est un gredin, on le sait. Sa "métaphysique" fut collectée après sa mort, par sa femme, euh par Andronicos de Rhodes (au 1er siècle avant JC), un bibliothécaire. Le titre "Meta ta phusika", absolument pas utilisé par Aristote, fut introduit par Nicolas de Damas, contemporain d'Herode 1er, dans une paraphrase.

"Elle" est formée de 14 livres: A, alpha, B, Gamma, Delta, E, Z, E, Teta, Iota, Kappa, Lambda, Mu, Nu.

La nature de cette réflexion là est particulière, et il faut se mettre dans un état mental particulier pour la percevoir: il s'agit de classifier et de donner sens non pas à ce qu'on dit, mais aux mots et principes qui conduisent à ce qu'on dit. C'est le niveau "meta", d'où le titre. En fait, c'est ma compréhension, ce fameux niveau est "ontologique", en ce qu'il décrit ce qui "peut" (et donc doit) être de nos attitudes face aux choses et donc de la nature des entités qui qualifient ces choses. Il s'agit de la description raisonnée, de la connaissance, des choses et de ce qui les qualifient. La question est donc celle de l'organisation du savoir. 

Comme d'habitude, on classifie "naturellement": les choses en question (les qualificateurs) sont "évidemment" ceux là, et Aristote figerait ainsi pour toujours l'attitude humaine. En fait, il fige l'occident avec des bavures évidentes, et le commentaire voire l'examen irrévérencieux devient alors gage de toutes les réflexions ultérieures, le domaine de la philosophie se trouve ainsi crée comme une seconde nature, au delà de la physique, d'où le titre.

Nature que l'on peut voir et donc décrire de diverses manières. Pouvoir façonner non pas la réalité, mais les concepts utilisés pour la décrire a quelque chose de fascinant, et cette fascination là, assez ancienne, ne cesse pas d'être distrayante; bien que vélléitaire et un peu con, je ne suis après tout qu'un humain comme les autres. 

Bien sur, il y a l'enjeu des désaccords avec les pré socratiques, qu'Aristote éreinte tout ce qu'il peut, et aussi bien sur avec Platon, on en a déjà parlé un peu.

On veut en fait s'interroger sur la nature de l'anti aristotélisme revendicateur des différentes époques. Un aspect important est évidemment la guerre avec les platoniciens mais aussi avec tous ceux qui à l'époque moderne ont voulu faire du neuf avec ce vieux bouc là. 

Le thème de la pensée de la différence de degré entre entités est particulièrement intéressant et se trouve être un noeud des différences entre les évidences supportées. Les choses sont elles vraiment distinctes ou non ? 

On commencera par l'âme et le corps, rien que cela, en considérant bien sur l'importance de la polémique sur la réalité des intelligibles. 

Les 4 causes

On évoquera brièvement la tripartition en essence, existence et vérité soit entre l'être, le devenir et la connaissance. Il y a aussi une tétrapolarité (selon Aristote) entre quatre causes : matérielle, formelle, motrice et finale.

Pourquoi diable 4 ? Et bien parce que. La sophia qu'on aime a pour objet l'étude des causes premières. C'est d'ailleurs l'objet du livre A. On notera deux couples (matière et forme d'un coté, mouvement et fin de l'autre).

Ces deux ordres de la cause, comme origine et explication furent critiqués dans l'histoire. Pour Spinoza et Descartes, cause formelle et matérielle s'identifient et s'annulent, et la cause finale est oubliée. Seule la cause motrice, identifiée à la cause "efficiente"se trouve avoir droit de cité. Puis on s'avance jusqu'à la cause moderne, qui met en relation des systèmes organisés suivant des lois. En fait cette histoire de cause motrice va plus loin: de doctes experts s'accordent pour dire que c'est bien la conception même de la cause qui était différente chez les "anciens". Pour eux, la cause résidait dans l'objet, comme attribut de l'objet. C'est ce qui aurait empêché le développement d'une vraie science, toute entière faite de la réflexion sur la cause extérieure, typiquement la cause "créatrice", typique du moyen âge qui critiquait Aristote tout en le révérant. 

On en vient alors à un autre noeud du problème, la cause efficiente de la passion du Christ. Les juifs ? La question est posée. Saint Thomas développa toute une doctrine sur la question et qui n'est point antisémite, loin de là, ou à peine: les juifs sont coupables, bien que leur culpabilité soit diminuée par leur degré d'ignorance de la gravité de ce qu'ils faisaient. Cette question de l'ignorance est le "mystère d'Israël". Ajoutons aussi que dans la doctrine, il y a bien accord entre le père et le fils pour vouloir le sacrifice, ce qui est aussi une cause, et une autre cause du mystère.

Plotin

Mais on doit parler de Plotin, le maitre du libanais Porphyre de Tyr, le fameux auteur du programme de philo du moyen âge, l'Isagoge, et qui au passage édita les Ennéades mais aussi écrivit un "contre les Chrétiens" qui condamnait le christianisme aussi bien pour sa religion que pour sa philosophie... Porphyre pense en effet que les religions ne sont que des cultes aux démons et que le philosophe est le seul vrai prêtre.

Plotin qui se présente lui même comme un simple commentateur de Platon est une sorte de maillon avec les "philosophies" orientales de la non réalité du monde: en gros, ce n'est pas l'âme qui est dans le corps, mais l'inverse, et aussi qu'il y a des degrés dans le réel, celui ci s'identifiant bien sur dans l'intelligible et non pas dans le sensible, dernier niveau de la hiérarchie des choses, à oublier bien sur. 

Cette pensée du "continu" est ontologiquement démontrée non aristotélicienne par Plotin lui même, car ce n'est que par la hiérarchie des attributs entre eux qu'Aristote nuance. En parlant d'ontologie, il faut bien comprendre que la critique aristotélicienne contre les intelligibles "réels" les identifient avec du sensible chosifié, classifié par lui même, ce qui en démontrerait l'absurdité, bien sur absurde: Plotin expose à son tour ses objets à lui, classifiés précisément par ce qu'il ne sont pas, sensibles... Il va même plus loin encore, le sensible n'étant pas, selon lui, susceptible de connaissance. 

L'argument vaut le détour: l'intelligible se distingue du sensible du fait que sa substance s'identifie avec sa cause première, essentielle. La connaissance n'étant que savoir sur les causes, l'objet physique, définitivement dual ne peut être atteint, seul l'idée le peut. CQFD. Seule la sensation, distincte des corps, caractérise leur existence. 

Le premier moteur

De même que la "métaphysique" est en fait appellée par Aristote la "science première" (évidemment), et donc connaissance des choses "première", le premier principe ou cause suprême, l'"arkhé" ("principe") s'identifie ainsi à Dieu, seule chose qui puisse justifier qu'on connaisse quoique ce soit... C'est d'ailleurs la preuve reprise par Aquin lui même.

Aristote introduit cette idée du "premier moteur", immobile bien sur, et qui fait tout marcher.  Il est éternel bien sur aussi, mais et c'est là le truc rigolo, il se doit d'être "acte pur" et donc être dépourvu de toute puissance, c'est à dire de toute potentialité. Zéro cheval vapeur...  En fait l'argument est que ce qui est en puissance suppose un acte pour devenir quelque chose et il faut rompre le cycle infernal. La pureté exclusive suppose donc l'impuissance de Dieu, qu'est ce qu'on se marre. 

Plotin encore

Pourquoi Plotin ? Parce qu'il n'est pas d'accord avec Aristote au sujet du moteur. D'abord le moteur n'est pas premier. En effet, il est pensant et donc duel: il pense et meut et donc n'est pas simple et donc pas premier. 

C'est cette disjonction entre pensant et mouvant qui se trouve inacceptable pour Plotin et secondaire pour Aristote.

La Matière

On avait abordé la question de la khora, la matière pré-existante que le démiurge façonne. 

C'est bien cela le matérialisme: la croyance en une chose qui pré existe, par opposition à la création ex nihilo, défendue par exemple par Tertullien contre Hermogène. Pourtant, la chose est discutée: la khora serait aussi un espace vide et donc non matériel. Et puis aussi, cette substance support inodore qui doit recevoir les parfums... 

On avait parlé des degrés de réalité; comparons un bloc d'argile et le vase qui en est issu: sont ils différents ? Si non, on est tout de même un peu insatisfait, et casser le vase lui fait tout de même quelque chose... Si oui, on a bien une infinité d'objets intermédiaires à peine différents et on pourrait douter. Ah quelle est belle cette expérience de pensée... Platon donne évidemment à la structure, au tout, des  propriétés particulières et les décrit avec la métaphore de la syllabe, un tout composite. 

Les 3 théories

Il y a 3 théories: le platonisme, l'aristotélisme et le nominalisme. L'aristotélisme est un compromis, le nominalisme refusant toute réalité aux idées abstraites, alors que, philosophie par excellence des mathématiques,  cette réalité n'est pas mise en doute par les matheux. On attache le beau nom de Gödel au platonisme mathématique, celui ci donnant la même réalité aux objets mathématiques et physiques, et une sensibilité à la perception mathématique. 

Pour finir, une belle comparaison fait par F. Nef, qui rend équivalent la composition des objets concrets en objets abstraits éternels avec la présence du temps dans l'éternité. 

 

(1) https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00547892/document   Olive: Retour sur l'efficience des causes

(2) https://philosophique.revues.org/280 Mattei: Les deux souches de la métaphysique

(3) http://etudesplatoniciennes.revues.org/263 Nef: Platon et la métaphysique actuelle

26/11/2017

Les refondations tordues

Plongée dans la nuit de sa traversée du désert, ("je met une rose sur le siège avant, et je rentre à Dinan"), ce qu'on appelle la droite pleure à la fois le communisme repoussoir perdu et l'inacceptable défaite électorale que je n'arrive toujours pas à relativiser.  

Il y a encore d'innombrables scories fumantes sur la terre noircie par l'explosion, elles continuent de rouler sans raisons, la terre doit trembler encore un peu. 

D'abord la confusion entre le personnel et l'idéologique, entre le kakaaukuku et l'idée platonicienne: Sarkozy fut le premier à vouloir faire vaincre libéralisme et conservatisme, et les français n'en voulant pas, ils firent venir Hollande, donc. Tu parles: le sang mélé déconnant héritier de tout ce qu'on déteste et méprise, pieds écartés en claudiquant et paume gauche vers le ciel, image physiquement détestable du contraire exact de De Gaulle corruption comprise, fut rejeté en sa détestable petite personne.

Que cela arrive aussi à son successeur ne fut que justice: quand on choisit pour ces raisons là on n'a que ce qu'on mérite. Le président "normal" fut à la hauteur du "battant": alors qu'on ne devrait ne rien avoir à foutre de la douceur des couilles du monarque, le droit de vote accordé à tort à qui je pense a fait les décisions. Les connes et les génisses qui influent trop grandement sur le choix des dirigeants sont à l'oeuvre, elles le sont toujours et cela produira les mêmes résultats. 

L'ampleur de l'injustice laisse encore baba: initiateur de l'abandon de Fillon, Bayrou l'immoral détourneur de l'argent de l'Europe nous déféqua une loi honteuse avant de disparaitre à jamais, laissant le co fondateur d'En Marche se déclarer innocent. Partout on innocente avec le sourire bien pire que cette ignoble et prématurée mise en examen qui ne choqua que ce que j'abomine: la fauculterie hypocrite et lâche et l'immonde collusion nationale pour le maintien des RTT, bien pire qu'un complot.   

Car tous ces anathèmes moraux ont bien un pendant, et qui explique tout: des politiques à mener jugées impossibles et surtout inutiles. La France n'est pas en déclin, son industrie, ses services publics, et son imposition qui ont complètement divergé d'avec ses voisins de mêmes tailles n'ont besoin de rien. Immense et puissant le déni est complet: il nous faut ne rien faire, c'est décidé, et en plus il a de gros sourcils. Qu'y a t-il de plus à dire ? 

Ensuite, la vilainie du présent: on est toujours sur le coup d'après, et une réflexion sur le passé n'a d'abord pour objet que de faire gagner le futur immédiat. Ignorer ou faire semblant de croire au désintéressement des acteurs est bien sur non seulement absurde, mais ignoble: un pouvoir s'exerce et tous les journalistes y mangent: l'odeur est forte et ce n'est pas se boucher le nez qu'il faut, mais péter! Corrompu jusqu'à la moelle le journalisme français s'inquiète de sens commun, célèbre la double personnalité de Fillon et pousse Laurent Vauquiez au FN. Sans y toucher: il n'y a pas eu de complot et tout est resté normal: le conseiller du président de 2012 est toujours à l'Elysée, et pour faire la même chose. 

Combien de temps les ruines pestilentielles de la gauche pourrie vont elle cacher le deuxième "ni droite ni gauche, ni droite"? Macron serait de droite, et ultra libéral. Le rêve de 1983 serait accompli: l'ultime rêve final de la célèbre idée libérale qu'est la gauche (à moins que ce ne soit l'inverse, le libéralisme serait de gauche en fait) a donc vaincu. Ce noeud sépare "la gauche" des gauchistes réactionnaires et aussi des réactionnaires tout court. Deux dénonciations des politiques mitterandienne sous forme de flèches de directions opposées mais de même intention. Nous n'aurions pas, hélas, rompu avec le capitalisme cette année là.

Socle du réalisme de la gauche abusée par cinquante ans de communisme (et quatre ans de révolution nationale) mais enfin raisonnable, ce monstrueux courage fait encore pleurer d'admiration les disciples de celui dont le successeur à l'époque trotskiste militant, instaura les 35 heures pour résoudre le chômage...Le libéralisme est de gauche, tout le montre. 

La prétention, aujourd'hui universelle et pilier de la communication gouvernementale est bien totalement fausse, insensée et donc absolument ignoble. D'abord les faits: aucune réforme dans ce sens, et cela au contraire. Une étatisation forcenée, un autoritarisme forcené, et la poursuite de l'endettement mortifère sans aucune politique explicite de réduction des dépenses publiques. L'explosion du système des retraites nié et truqué comme à l'ancienne, les régimes d'emplois aidés et francs maintenus, les impositions absurdes maintenues et augmentées. A part de ridicules simagrées à coup d'ordonnances inutiles (c'est tout juste si les syndicats n'ont pas manifesté pour) qui pérennisent le pouvoir des branches et donc de la grande corruption syndicale plus bien sur l'éclatante instauration de la majorité sexuelle à 15 ans, rien de libéral, ou bien je me trompe... C'est l'état de grâce de monaco.

Notez cependant que ce que je nie avec force est toutefois affirmé avec force par tout un dispositif dont l'audience reste supérieure à celle des ces écrits. Certains murmurent au sein du parti que vient de rejoindre Darmanin au bout de six mois (dans le genre "je m'assure que j'ai vraiment bien fait de trahir", on ne peut faire mieux) qu'il y aurait un culte de la personnalité qui doit AUSSI révérer brigitte. Comment savoir si cela n'est que propagande nazie ?

En parlant de propagande nazie, le questeur de l'assemblée se juge heureux après et avant son changement de parti: ses électeurs, fans de sa carrière, avaient tout prévu.

Ce dispositif est en place, les salaires versés, le soin à diriger et punir les prébendés extrême. Un barbu inconnu passa tout l'interview de Stéfanini à lui faire dire que la droite centriste était en fait séduite par Macron depuis le début. L'évidence des convictions issues des "analyses" journalistiques est visible. A moins que je ne me trompe.

Qu'est elle, cette "droite", dont le plus illustre représentant, Alain Juppé le grand, le meilleur a fait rêver la France deux ans avant de se faire niquer sa sale gueule de prétentieux par son propre peuple? D'abord, il s'agit d'une génération entière, la mienne, qui fut écrasée par la gauche pendant cinquante ans. Séduite sociétalement par les deux libéralismes, mais bien plus par le premier, elle voulut construire une bien pensance "moderne". Elle abandonna pour cela sa religion, son nationalisme et son industrie. Voilà le drame.

Appeler avec des larmes dans la voix du nom de "droite" le fatras de conneries ridicules issues de la première grande escroquerie, celle du collabo qui ré appliqua, mais dans l'autre sens et sans le dire, le "ni droite ni gauche" précédent qu'on nous ressort aujourd'hui, est hors de propos. "Refonder" "ça" ?  Vous voulez rire...

Bien sur il y eut De Gaulle, qui refusa d'identifier la France à la droite ou la gauche: cela voulait il dire qu'il niait la différence ? Pas du tout, il parla des deux camps qui se font toujours face, et de la mère de famille préoccupée du sort de son foyer; il voulait bien sur condamner que ceux qui ne voulaient que l'un des camps. Quoi de plus haïssable que le franc maçon dévoyé dans son athéisme de gauche qui vomit les trop rares libéraux français?  

On reprend: après la révolution, saisi par l'ampleur du crime qui avait pris un peu tout le monde de court, il faut le dire, le peuple de cons et de veaux, encore à moitié fertile, se jeta dans le royalisme révolutionnaire en se donnant à un corse génial. La suite ne fut que de successives et toutes ratées, de tentative d'accommodements dans la dualité. Chaque fois, on chercha à faire évoluer la droite en revenant à la royauté nécessaire à la conduite de la nation mais en donnant  des gages à la modernité. Ce schéma est la base de la politique française.   

Car il y a la "question sociale", nom ampoulé que l'on donne au fait remarquable, remarqué depuis le néolithique, qu'il existe des riches et des pauvres. Cette "frage" là, (qui parle encore de la "judenfrage"?) hante encore les consciences cent ans exactement après l'extermination de la classe bourgeoise. Le sang des suppliciés, la boue des camps et la souffrance des torturés, cela plait aux dieux de la nouvelle religion: c'était à cause des pauvres. Néanmoins, le pouvoir de conviction de cette niaiserie est resté intact à travers les siècles: les duchesses ont expliqué par cela leur quelques jours effrayés au commissariat et en sont devenues centristes.  

La vieille religion nous avait déjà beaucoup gavé avec ses pauvres, il faut le dire: elle le faisait avec insistance, mais avec paternalisme et sans grande efficacité: c'était avant la grande industrie, du moins avant le plan marshall. Même s'il y eut la doctrine "sociale" de l'Eglise, ce n'est que la forme nouvelle du gnan gnan qui finit par saisir la société dans son ensemble avec l'instauration des doctrines sociales du gaspillage total et de l'endettement absolu sans limites, élargi d'ailleurs récemment à la planète entière par le pape actuel: il est maintenant le seul vrai grand révolutionnaire. Nos racines chrétiennes ont donc poussé jusqu'au ciel, maintenant atteint: les deux milliards d'Africains arrivent, il nous faut donc leur faire leur lit dans le nôtre. Au passage, on admirera l'ampleur de la violation du principe laïque de non intervention: le pape maintenant ordonne ! Il est vrai qu'il est argentin: il n'y a que la torture des religieuses qui peut le faire taire. 

Que voilà donc la belle transition avec nos racines chrétiennes à cultiver: crèches (à garder), mosquées (à fermer ou à ouvrir suivant les rues), migrants (à inviter), voilà donc posée la question de la gestion de ces choses difficiles, le bon sens n'ayant rien à voir avec tout cela, la seule pensée juridique assortie de la recherche permanente du buzz désespérant devant tout enduire. Ah oui j'oubliais ! C'est à partir des positions prises sur ces sujets là qu'on refonde et qu'on interroge: les camps se trouvent remplis selon. 

Car la droite sacrificielle c'est bien celle qui refuse qu'on refuse qu'on accepte des pauvres, à moins que ce ne soit celle qui par christianisme puritain mal placé, se consacre au travail rentable, seule moyen (hélas, trois fois hélas) de faire que les pauvres ne le soient plus, cette transformation, ignoble et impensable, ne faisant qu'accroitre le nombre des damnés. Seul le diable pouvait avoir ce projet là et le capitalisme est maudit, donc. 

Voyez bien les deux thèmes entrelacés: est il moral d'investir pour le profit construit sur le travail exploiteur ou bien de vouloir le décider à la place d'un état corrompu qui nourrit des fonctionnaires inutiles ? Vouloir la richesse, accepter qu'il y ait des pauvres, cela fait deux monstres, que l'on voudrait décrire par le désir personnel de se valoriser soi, et aussi par le refus personnel de nourrir l'inutile. Garder cela possible et en justifier l'institution possible, cela s'appelle la liberté, à refuser donc. Nous y voilà: comment ne pas comprendre que cela est bien peu libéral ? 

Notons l'exemple du "profiteur": cité par Macron avec ses allusions fines (le premier de cordée, le jeune futur milliardaire etc) toutes destinées à ne choquer qu'avec légèreté le chauvinisme familial des mères de familles qui se masturbent devant le mozart de la politique, le thème donc, ne s'accompagne absolument pas de l'acceptation du pauvre, qui lui doit mourir sous les flots de subventions chaque sujet ayant son miyar propre. Macron n'est donc pas libéral, CQFD et l'argument me semble puissant: un démagogue ne peut avoir de constances ni de résultats, et d'ailleurs tout cela n'a pas vocation à en avoir. 

Il est donc absolument faux et insupportable de considérer le libéralisme économique, principe inspirateur de politiques de gestion raisonnables de la natio,  comme "capté" par le pouvoir macronien. C'est bien le contraire qui est vrai et une opposition politique véritable doit se consacrer à hurler l'incroyable dangerosité  de cette auto satisfaction inefficace, mortifère pour ce qui reste de la gauche et de l'extrême droite, alliées "idéogiquement" contre ce qui les protège du réel. 

Comment une telle absurdité irréelle a-t-il été rendue possible ? On a parlé d'habileté, mais est elle autre chose que de la collecte d'ordures, les deux immeubles dévastés de la rue de Solférino et de la rue de la Boetie les ayant vomi partout ? Sarkozy, puis Hollande ont d'abord tout détruit, Macron tel le gamin dans une décharge, n'agite que des rats morts. Un glaneur. 

L'identité heureuse défendue par le fournisseur des emplois aidés de la ville de Paris, hélas pour lui dix fois inférieurs à ceux de ses successeurs, eux bien mieux et plus justifiés et surtout imposés, est ainsi ni plus ni moins qu'un socialisme. Son inventeur ne gémit que de n'être qu'un vieux macron et la droite centriste que nous avons eu tout de même la satisfaction de piétiner il y a un an, que voulait elle vraiment, sinon ce qu'elle a enfin maintenant ? 

Il est donc hallucinant qu'elle se plaigne encore de Fillon ou même de ceux qui n'appelèrent pas à voter Macron tout de suite (ce que Fillon fit)... Après avoir, avec la vergogne du pervers, agité son score au deuxième tour, il apparait pourtant bien que Macron fut très mal élu: il fallait bien sur voter Le Pen ou au moins s'abstenir pour que l'on réalise l'ampleur du "coup" et se vanter de l'avoir supporté montre bien qu'on est d'abord de ses amis. 

Refaisons un tour. Dégoutée par sa propre hypocrisie, la gauche a donc décidé de changer de cheval et d'en rabattre un peu sur le social pourvu que l'essentiel soit préservé: elle s'est donc choisi un dauphin, d'ailleurs déjà en place. Le prix à payer est bien la disparition de tous les symboles, mais qu'importe, les chiottes de Solférino étaient bouchées et les drapeaux rouges tachés. Du moment que le délicieux abandon de tout continue et au combien, la fuite vers l'Europe comme idéologie de rupture fera office de komintern. Il faut absolument que tout le nationalisme, la cause et la raison de toutes les guerres, disparaisse à jamais. Assimilé à la famille que l'on hait, la nation est ce que la bourgeoisie bohème déteste le plus.

De quoi muscler une opposition qui se doit de penser le contraire, de le théoriser et d'en faire bien plus que le fameux repoussoir à qui on va jouer pendant cinq ans à nous assimiler... 

On passera bien sur sur le caractère "nationaliste" de ce qui d'abord soutint la collaboration avec l'Allemagne nazie au nom de la paix, puis qui prôna l'union avec les algériens musulmans misérables. On passera par l'effective subvention de l'état socialiste à son vieux comparse poujadiste de la 4ème république pour mieux détruire ses véritables adversaires, ce qui réussit au delà de tout: le parti communiste fut remplacé à l'avantage de la gauche victorieuse et l'ignoble tromperie motiva et décérébra une génération. J'y inclus les adversaires centristes de sens commun et les "gaullistes" soutiens de dupond, sans parler non plus de philipopo, et des blondes jeunes ou vieilles, toutes et tous acharnés à une chose, l'élection de Macron, il les remercie encore. 

La Nation c'est autre chose. C'est d'abord ce qui justifie et rend possible le capitalisme nécessaire et lui interdit de se mondialiser bêtement. Ignorer la nécessaire alliance entre nation et liberté, garante de la puissance et des intérêts de nos nationaux est la plus profonde erreur de notre temps. Cette ignorance peut encore nous tuer. Tout est là.

Les valeurs chrétiennes ? Elles sont celles du désordre spirituel et temporel imposé à l'individu laissé seul devant des mystères insolubles. Plus que jamais le dernier état historique avant l'amour absolu ou mille ans encore de moyen âge.

Alors que va-t-il rester? Portelli n'a pas encore perdu et son énergie à se battre envers et contre tout mérite toute l'admiration possible. Que lui faudrait il pour qu'elle émerge et ridiculise l'inverse miroir de Juppé, un autre surdiplômé sans convictions qui ne cherche lui aussi que la figuration ?  Ah que j'aimerais que la petite blonde délurée puisse redonner un peu de fraicheur à tout cela ! 

 

11/11/2017

Les natures et les idées

Ayant mis un pied dans l'ontologie, il convient de regarder ce qui sépare les deux origines de notre cher occident, en l'occurrence Platon et Aristote, rien que ça. 

On connait d'Aristote sa métaphysique, presque toute entière consacrée à flinguer le vieux Platon. 

Nature et Art

Un point particulièrement intéressant concerne le statut des idées vis à vis des objets artificiels, et donc de la différence entre physis (la nature) et tekhne (l'art). Et bien pour Platon, il n'y en a pas, dieu ou l'homme fabriquent les choses, cela revient au même, tandis que pour Aristote, il n'y a que le glaireux (l'organique) qui soit naturel et que donc, Platon ne peut pas, décemment, attribuer de "nature" aux objets artificiels. 

Cette critique Aristotélicienne de la théorie des Idées de Platon (il assimile "idée" et "nature", par un jeu de mot plaisant) est un enchantement, et une marque de mauvaise foi dialectique absolument splendide. 

 Les dialectiques

Au fait, il y a aussi deux dialectiques, celle de Platon, qui est une méthode toute Poppérienne de s'élever à l'idée en rejetant progressivement les illusions, et celle d'Aristote, faite de syllogismes à partir des opinions admises. On portera au crédit d'Aristote qu'il considère aussi la dialectique comme une méthode d'"examen" des principes, et donc comme quelque chose en rapport avec la recherche de la vérité. Notons toutefois, et c'est l'essentiel qu'elle ne détermine pas les principes, mais les justifie. 

Le 3ème homme

On en vient alors à ce parangon de la sophistique qui est ce qu'on appelait à l'époque "le 3ème homme" tant il était archi classique et connu. Comme le prédicat "homme" s'applique aussi bien à l'idée de l'homme qu'à n'importe quel homme, il y a donc une troisième idée, différente, de la notion d'homme qui s'applique cette fois à l'idée de l'idée de l'homme. Cette troisième chose, bien que féminine et à la fois absurde et aussi LE troisième homme. Une sorte de régression féministe à l'infini... 

Bien sur Platon connaissait l'objection et la balayait en expliquant que l'idée n'étant pas une chose ne faisait pas nombre avec celles-ci. Cela faisait d'ailleurs justice d'une autre critique d'Aristote, pour une fois bien incapable d'abstraction mais qui n'avait pas pu résister à faire la célèbre vanne:  "Pour mieux compter les choses, les idées les multiplient".  

L'argument pourtant a d'autres acceptions. Dire de l'"homme" qu'il "marche"ne peut s'appliquer ni à l'idée, qui est immobile, ni à un homme particulier, qui peut être assis. On doit donc introduire le fameux troisième etc. Néanmoins, l'argument a sa faiblesse et qui est que le fait que l'homme particulier NE PUISSE PAS être pris comme sujet invalide DONC le choix d'un troisième... Bref, choucroute. 

(Ne croyez pas que j'invente ces critiques: elles sont en fait archi connues et utilisée par bien cultivé que moi...)

Les dieux sont dans la cuisine

Aristote rapporte plaisamment, pour illustrer sa science, qu'Héraclite lui même faisait visiter ses fourneaux en disant que les dieux étaient aussi dans la cuisine. Une autre acception de la signification profonde de la chose est aussi qu'il ne s'agisssait pas de fourneaux mais de latrines et là on rigole franchement... 

 http://www.persee.fr/doc/ephe_0000-0001_1965_num_1_1_4897

La cause motrice

Mais une grande critique d'Aristote est bien sur le caractère immobile de  l'idée, cette cause là n'étant pas du tout motrice. J'ai toujours détestée cette idée de la motricité principielle, mon athéisme concevant le religieux comme ce qui pense être utile à Dieu en l'aidant à faire se lever le soleil. Cette idée fondamentale, assez logique, mais complètement idiote a de multiples avatars dont celui là. C'est ici Aristote qui mange (tient, prend ça), et aussi Averroes... Je déteste l'intellect agent, et voue ma vie à sa perte. 

Platon distingue pourtant kinesis et genesis, et tout en détestant le devenir sordide, ce qui se mange et qui se défèque, il conçoit clairement la vitesse absolue et tous les mouvements de l'âme, je dirais bien sur. Au passage, il interdit certaines musiques et il a raison: tous les rythmes ne se valent pas, et il y en a de sublimes. 

La tripartition

L'inégalitaire Platon voit TROIS états (c'est cela le signe de l'incomparable), le savoir, le courage, la survie. Aristote lui ne voit que riches et pauvres et attribue la rationalité même aux barbares. Il pense donc l'égalité... 

Cette histoire du courage comme vertu à part entière, celle des guerriers a un coté fondamental, l'oublier c'est se priver d'une part importante de l'occident, précisément. 

Faut il rappeler aussi ce cocher en charge de maitriser deux chevaux, l'un généreux, l'autre rétif: la métaphore de l'âme.

eidos et idea 

Les deux termes (ne) sont (pas) synonymes: quel délice ! 

Disons que eidos c'est le caractère générique de la nature, tandis que l'idea est la chose unique commune aux choses. Platon, le vieux salopard, emploie l'un et l'autre des termes, à sa convenance.

Et pourquoi donc n'utilise-t-il jamais eidos pour parler du Bien ? On ne trouve jamais que "idea ton agaton"... 

Et puis il y a "ousia", l'essence, encore autre chose. Il faut mentionner que l'âme n'est ni une essence ni une forme, avec forme=eidos. Héhé... 

Pour en revenir au Bien, on a quelque chose dont la transcendance est particulière. Cela est bien sur à creuser. On notera le clivage entre le démiurge et le Bien, origine de bien des spéculations... 

 La khora

La chora est la la friche, le lieu imparfait et informe que le démiurge du Timée manipule pour faire les choses en appliquant sa techne aux formes. Le lieu qui n'a pas de forme, par conséquent, et aussi l'ancêtre de la substance aristotélicienne. 

Derrida a beaucoup manipulé ce concept là aussi: c'est celui d'espace pré existant, qui comme concept, (ah ce Derrida), joue pour le philosophe le "même" rôle, on commence comme ça mais est aussi une sorte de tamis, un procédé de sélection: paradoxal, pour une chose amorphe... Bref, du difficile à penser et que Derrida ramène quelque part à la notion de genre, de race, de nation... 

 Vrai Beau Bien 

Le Beau c'est le Banquet, le Bien c'est la République et le démiurge c'est le Timée.

Le Bien est supérieur à tout: il est aux formes ce que le démiurge est aux choses... Le Beau, c'est la représentation, forcément dégradée, du Bien. Platon est impayable, très au dessus de ce qu'on en dit. 

La séparation 

L'ousia serait dans un topos au delà du ciel... Les idées sont séparées. Ca c'est Platon. La question de ce lieu demeure discutée cependant.

On doit parler aussi de l'essentiel de Platon: la distinction, séparation, entre sensible et intelligible, tout est là. C'est la différence entre ses deux ousia. Simplement, elle ne peut être totale sans absurdité, ce qui relative la critique aristotélicienne et c'est l'enjeu du débat. Le démiurge est bien un pont entre les deux mondes, et la séparation n'est pas totale, il y a imitation par "metesis", et non pas par mimesis. Participation et non imitation.

La substance pour Aristote

Les idées sont elles des choses ? Non ! C'est cela la grande critique d'Aristote, pour qui l'universel ne peut être une substance, mais seulement une qualité. 

Car une substance ne peut avoir de contraire, ou d'amplitude. Alors qu'est ce que la substance ? 

Au coeur de ce qu'on appelle l'aristotélisme, donc, la substance. Il y en a DEUX, la seconde qui est la quiddité, l'essence à proprement parler et la première, qui est la vraie, la composition de matière et de forme, l'individu, la chose. 

La deutera ousia est espèce et genre de la prote ousia: on en est là à ce qui faut appeler la bizarrerie d'Aristote: à rebours de toute ses critiques, notre grand philosophe considère donc la substance, sous sa forme seconde, comme universelle !  

Et là le paradoxe, que dis je le choc: pour être séparé des choses, l'universel se doit d'en être une ce qui est absurde par définition. Ce jeu là est d'une parfaite mauvaise foi, donc: la critique se trouve donc paralogisée, et les ontologies se mélangent et s'opposent, mais au détriment du stagirite. 

Bien sur, Aristote veut sans doute nier que ce soit la substance première qui soit universelle... Cela clarifie-t-il les choses ? 

L'idée de la non existence

Aristote et ses amis refusent aussi cette histoire d'idées multiples d'un même être, en refusant l'idée de la négation, qui serait absurde.

Platon avait pourtant prévu le coup est assume l'existence d'une forme pour le non être ! Par contre, il refuse le non-beau, le non-être-beau. Car le non être c'est le différent et le beau n'a pas de contraire: on aurait alors véritablement la négation absurde, le véritable non être. 

Aristote escroc ! 

Après tous ces siècles, on doit donc en convenir, et la mauvaise foi (doublée de forfanterie, je vous l'accorde) n'est pas en cause (...): Aristote a injustement dénigré son maitre. Vive Platon ! 

04/11/2017

Les universaux

Il est temps de se lancer dans la vraie métaphysique, la seule, la vraie: l'ontologie ou classification du monde. 

"Qui sommes nous pour décider de la nature des choses ? " 

David Armstrong

A propos de David Armstrong, auteur de la présente, et aussi à propos des universaux et de ce qu'il en dit (Armstrong).

Bon il y a deux options: réalisme et nominalisme et leurs variantes respectives. 

La question est celle de la classification, et de son origine et de la réalité des classes elle mêmes.

Les réalismes sont ceux des attributs ou des tropes. Les nominalismes sont ceux des classes naturelles ou bien des ressemblances.  

Le nominalisme a un problème: la réalité de ce que font les choses serait elle due à la classification nominaliste elle même ou bien à des caractéristiques intrinsèques à l'origine de la classification? 

Ainsi de manière générale, le nominalisme n'admet pas les propriétés, choses partagées entre les objets et ne conçoit les choses que comme des particuliers sans forme. Cela est bien sur inacceptable... Pour Armstrong, les particuliers ont une structure. 

On en vient alors aux solutions, elle même multiples. 

2 théories donc, distinguées selon que la propriété est seconde ou première. Seconde pour décorer les substances, ou bien première, multiple et en faisceaux, en tropes ou non. 

Armstrong est un réaliste, adepte des "états des choses" et des "particuliers structurés", les formes universelles étant non pas transcendantes (Armstrong n'est pas platonicien), mais incluses dans les choses, immanentes, sous la forme de "manières d'être". 

Le problème par contre, ici, est toujours le même: comment diable se produit l'instanciation ? 

 Les réalismes

Il faut cependant revenir aux fondamentaux du langage et distinguer les réalismes car on s'y perd. 

Les réalismes sont trois: 

- métaphysique: il existe un monde indépendant des représentations

- scientifique: les représentations scientifiques sont "vraies". 

- des universaux: les entités représentatives classifiantes sont réelles 

 Les trois systèmes se recouvrent, se contaminent et se mélangent. En particulier les réalismes scientifiques et universalistes sont couplés. Forcément. 

Il faut tout de suite parler de Popper et de son réalisme "critique", caractérisant le réalisme comme métaphysique, et donc non scientifique, mais permettant la réfutation, et donc la science, qui attribue des vérités aux représentations. Popper est donc bien un réaliste scientifique, mais d'un genre spécial, son réalisme de la vérité étant provisoire et auto défini. 

Le réalisme scientifique a pour adversaire l'instrumentalisme, selon lequel la théorie n'est qu'un instrument: selon Berkeley, la force de gravitation Newtonienne n'a pas de réalité, elle est une fiction commode pour prédire. De fait, on a une belle fiction non véritable, du genre de celle qui permet de considérer que Copernic ne contredit pas le dogme catholique et qui constitue donc aussi l'instrumentalisme "réthorique". C'est aussi la doctrine de Mach: la théorie est ce qui permet d'économiser une expérience.

Et puis, il y a Hume. Pour lui, il n'y a que des régularités, d'apparition ou d'évènements. La loi déduite inductivement n'a aucune réalité. C'est parce qu'on prédit avec que c'est une loi et non pas l'inverse. 

Popper détruit le principe de l'induction et fonde le "rationalisme critique", approche dynamique de la connaissance, qui renonce à la vérité pour faire de la connaissance quelque chose d'absolument vrai, rationnellement, et en même temps révisable. J'ai toujours été surpris de voir que Popper est régulièrement critiqué, mais on dirait qu'il est mal compris, comme si il y avait des échappatoires à ses conceptions. Souvent, on le critique pour n'être pas assez Popperien. 

Citons Van Fraassen (l'"empiriste constructif") qui souhaite accepter le réel scientifique, non comme vérité, mais comme adéquation, comme vérité non absolue, mais observable, "empiriquement adéquate", et cela sans sembler considérer le caractère provisoire des théories. En fait, il critique les contenus des théories, qui font semblant (à condition d'être falsifiables) de donner une réalité au monde alors que celui-ci en quasi totalité non observable. Frassen refuse le réalisme métaphysique des représentations utilisées. Ainsi, l'énergie n'a pas besoin d'exister vraiment pour être mesurable, en tout cas n'a pas "besoin" de s'identifier -en réalité- à la mesure qu'on en fait. Un point important: Frassen ne nie pas toutefois cette réalité: le monde est bien pour lui indépendant.

Van Fraassen cite une métaphore, que je qualifierai de "Poperrienne": la recherche des explications conduit à de nouvelles théories comme la recherche de l'orgasme conduit à la reproduction de l'espèce: non strictement nécessaire, l'orgasme reste toutefois un facteur incitatif essentiel (misère du réalisme...).

De fait l'empirisme constructif est assez métaphysique: il dénie le caractère "vrai" des théories, même avec un statut provisoire et ne considère le succès de la théorisation que comme une adéquation des théories aux données (ce qui est un critère de vérité, d'ailleurs...). L'exemple parfait est bien sur la "sous détermination" de la théorie quantique, qui s'offre, bien que scientifique, à plusieurs "interprétations" ontologiques radicalement différentes. 

La querelle des universaux. 

Cette histoire de la réalité des représentations mérite toutefois d'être brièvement résumée.

D'abord il y a l'"Isagoge" (l'"introduction") de Porphyre de Tyr (270) qui expliquant les "catégories" d'Aristote, introduit le problème. On rappellera que les catégories ("chefs d'accusations de l'être", ) sont dix: la substance (ou essence), la quantité, la qualité, la relation, le lieu, le temps, la position, la possession, l'action, la passion. Elles sont les "genres" de l'être. 

Genre, espèce, différence, propre, accident sont ce qui qualifient les prédicats. 

Les universaux sont les genres et les espèces. 

Ensuite il y a Boece et sa classification, sorte de programme de Hilbert de la philosophie, qui introduit 8 siècles de discussions. Il élabore en prison avant sa mise à mort par Théodoric l'Arien en 524, la "consolation de la philosophie". Il invente aussi le "quadrivium", les 4 matières (arithmétique,géométrie,musique,astronomie) et lutte contre Eutyches et Nestor. Au fait, dans la classification Deway, la section 200 c'est "religion, philosophie,psychologie". 

Son commentaire de Porphyre est la classification des natures possibles des universaux.  Existence propre ou dans la pensée uniquement ? Corporels ou non? Comme sons ou comme significations ? 

Bref, les concepts sont-ils:  ante rem, post rem, in re ? 

On commence par Roscelin de Compiègne pour qui ils ne sont que des sons (flatus vocis). Le slogan est "genus est nomen". On distinguera par snobisme les "parvipontanus" (près du petit pont) et les mélidunenses (de Melun) auteurs de l'Ars Meliduna. 

Nominalisme, donc, avec comme grave inconvénient et c'est en partie le fond de l'affaire (de la querelle), de porter atteinte à la trinité: les trois personnes ne peuvent plus avoir rien en commun et donc, ça ne va pas. 

Abélard met le concept dans les choses et ce n'est que par abstraction qu'il en est extrait. In re. Cela permet de garder l'essence divine (mais pas le reste hélas, pardon il fallait la faire celle là).

Duns Scot est particulièrement retord et génial. D'une certaine manière, son principe d'individuation universel est d'une extraordinaire subtilité (d'où son surnom). Mais Scot est toujours en dehors de tout... 

Guillaume d'Ockam dénonce lui l'universalisme par la cinglante dénonciation d'un universel existant qui serait un individu, ce qui est absurde... Il ajoute son rasoir, qui élimine l'inopportun universel, double inutile du singulier. Il admet par contre l'universalité des significations (pas bête).

 

L'existence des choses 

La question de l'existence des choses et de ce qu'on en dit reste une interrogation valide bien que l'on en soit réduit à trouver et à préférer et aussi à choisir. Ce principe d'essais et d'erreurs peut répondre à la question d'Einstein, qui s'interrogeait sur le fait que "le plus incompréhensible est que le monde soit compréhensible". Pour Van Frassen, parce qu'issues de la sélection naturelle, il est assez naturel que les théories qui survivent mettent à jour des régularités dans la nature. C'est l'idée de la sélection des idées, les "memes", vous savez ces trucs qui existent... 

 

01/11/2017

le mou du symbolique

Même si on (ne) sait (pas) déjà comment cela devrait se finir, un statu quo vaseux qui suivra le retour à la loi en Catalogne, la situation, ce qui y a mené et la manière dont le non drame s'est dénoué, ne lasse pas de surprendre, comme si une nouvelle pratique se généralisait dans le monde. 

Non pas le ni ni, mais le oui oui, l'ultime état de rebellion molle contre le symbolique autoritaire, qui n'en peut mais, passe quand même sans violence mais sans adhésion non plus. Le symbolique est devenu mou, et cela arrange tout le monde. 

Les autres exemples sont bien sur les luttes contre les harcèlements sexuels menés hors de la loi mais avec efficacité, le maintien sur le territoire de migrants illégaux inexpulsables, le retour du djihad d'assassins et de leur famille polygames sans rupture d'allocations, la retaxation immédiate d'entreprises taxées inconstitutionnellement (la précédente procédure dura cinq ans), la révolte permanente contre des élections présidentielles US et Venezuelienne jugée illégitimes. N'oublions pas ces professeurs qui refusent subitement d'enseigner la prédominance du masculin. 

Les exemples correspondant méritent d'être collectionnés: un même schéma est à l'oeuvre, en ligne avec la façon dont les jugements collectifs de l'ère moderne se forment, à rebours des traditions, et navrant les réflexes des vieux cons qui se prennent ainsi un coup de vieux supplémentaire. 

Mention spéciale aux plaidoiries pour l'acquittement du frère d'un ennemi de la France, par ailleurs assassin abominable et fils d'une mère (celle de l'assassin, seule à pouvoir s'exprimer) dont on respecte la douleur, elle traite de sale juif un père de victime. Tout cela est français (pas de souche mais chut) et donc judiciarisé, la présence de militaires dans les rues ne signifiant pas que nous sommes en guerre et qu'il faut donc absolument, la civilisation en dépend, être "juste" avec ses ennemis. Un avocat de renom se lance ainsi dans la morale judiciaire appliquée au cas d'ennemis déclarés du pays, organisateurs et inspirateurs idéologiques de crimes de guerre abominables. A aucun moment n'est abordé le caractère sectaire et global de la présence d'une telle idéologie sur notre territoire, ni sur la nécessité de s'y opposer: mieux, on propose d'acquitter un de ses responsables direct pour mieux s'opposer à ses projets... 

Ajoutons y bien sur l'incroyable déchéance de Hollande l'année dernière, et toutes les autres, tout aussi inouïes, qui furent celles de ses ministres pendant la période. Les noms de fonction ridicules ("redressement productif" fut un ponpon à révérer) humiliés par le déni et la vengeance froide: on vendit dès son éviction ce qu'on voulait vendre, et on revendit le reste dès qu'on put. Les monstrueuses corruptions séculaires d'un expert de la finance et des cheveux, orchestrateur de la pire mesure fiscale de l'histoire: 10 Milliards retoqués, réglés en cinq minutes la semaine dernière par une autre taxe. Budgets insincères, mensonges et corruptions municipales, le camarade de régiment de celui que conseillait étroitement l'actuel président s'est illustré tout autant. Le commissaire en charge de l'indulgence sur les 3% rassure: il était co-décisionnaire. Auriez vous un sac en papier s'il vous plait?

Mentionnons le rôle direct du président actuel dans la conduite de la politique économique de la France pendant la même (période). Tout cela ne compte pas, n'a pas d'importance, le symbolique est mou, vous dis-je et je m'offusque pour rien. Mes vomissures furieuses, ma haine affreuse, mes délires mortifères et violents n'ont pas d'objet. Passez muscade.

Bien sur, de tels abominations eurent lieu dans le passé et Charles VII eut bien besoin de Jeanne d'Arc, et Louis XVI fut bien ridicule lui même, et d'ailleurs la chose est une forme générale, une attitude des foules, et on devrait bien connaitre cela pour le reconnaitre, et donc le mépriser davantage. Mais non.

Ceci est une théorie du complot collectif non organisé, issu des tendances naturelles des collectivités à la chienlit méprisable, unique responsable de toutes les misères, dégueulasse laisser aller des vieux corps. Car le collectif est sujet à des tropismes dont le principal est celui du soutien à la politique du pire acceptée par tous, notamment de ses dirigeants défenseurs et organisateurs des politiques sub-optimales conçues spécialement pour accentuer le phénomène. Un cercle non pas infernal mais décidé par tous, le diable étant bien sur innocent de tout cela, sa non existence et son incompétence étant évidente: il y a bien pire et nous faisons tous ensemble bien mieux. 

Cette nuit du bon sens et de l'évidence est hyper stable est pourrait caractériser le grand système libéralo mondialisé qui préside à notre époque: un grand blob ridé adapté à sa visquosité et à sa laideur, et  qui se déplace lentement vers un futur dont ses poils n'ont pas à connaitre quoi que ce soit...  

Cette horrible vision confirmée tous les jours par toutes les nouvelles, tous les reportages, et tous les journalistes est tellement repoussante qu'elle est passée en arrière plan et se trouve devenue familière. La critiquer c'est critiquer le paysage. Or le paysage, on ne peut que le photographier. Devenue célébration de l'injuste et de l'absurde, le monde se construit une spiritualité autour de cette horreur et se trouve petit à petit en train de lui vouer un culte qui est en train de s'organiser: des prêtres étudient, des déguisements rituels se conçoivent, des cartons d'invitations sont envoyés aux bébés. Cela sera-t-il assumé par un pouvoir ? Et bien je ne le crois pas et l'originalité de la brutalité à venir sera molle, elle aussi: décentralisée et infligée par quelque chose contre quoi on ne peut rien, ce qui est précisément le rôle du sacrifice traditionnel...

Me voilà donc en plein Girard: le monde veut revenir à l'avant du christianisme et bien loin de se consumer dans une guerre qui le détruirait, il veut se stabiliser en célébrant en permanence l'absurde de son existence, et cela sera son adaptation suprême à sa nécessaire existence. Par l'établissement d'une organisation spirituelle basée sur la violence à la fois rejetée et encouragée. Encouragée car les politiques du pire dont on parle sont tellement révoltantes et absurdes qu'elles ne peuvent générer -localement- que des rejets exaspérés, et aussi rejetée car on ne veut jamais assumer officiellement la responsabilité d'une violence symbolique dont le monopole est universellement rejeté car causé par quelque chose dont on serait responsable.

La grande parade des horreurs d'Halloween (hier soir) après le massacre de Manhattan est un autre exemple de la chose: après ou avant les meurtres collectifs quelle importance: nous sommes "plus" fort et la célébration de la mort, de l'horreur et du sanglant doit primer. Et puis, la plupart des morts ne sont pas américains: quelles belles morts ! De quoi les fêter. Les hurlements de douleurs réels qui précédèrent les morts absurdes et infâmes de l'après midi valent bien ceux des festivaliers costumés en squelette. On sent qu'il va falloir envoyer des caravelles pour civiliser à nouveau ces néos aztèques. Ca tombe bien, il y a une poussée de sève en Espagne... 

Bon, je crois que la messe est dite, l'Occident a changé, et regretter des déviations passagères n'a plus de sens, il faut s'adapter et considérer quelque chose d'autre.

Tout d'abord, on peut tout de même imaginer que les vieux fondamentaux, les nations, les esprits inspirés par l'intelligence et le progrès soient toujours là, dissimulés derrière les tee shirts et des casquettes. Dégoutés tout comme moi, ils prennent leur parti en silence et souffrent comme tous les peuples malheureux écrasés par les dictatures, et celle là en est une. Il faut bien vivre, et quand les périodes de jeunesse et de fertilité ont le malheur de tomber dans les trous de l'histoire, et bien tant pis... 

Dans ce cas, il faut tenir, comme ces vieux philosophes romains obligés de se courber devant les barbares chrétiens qui ruinent leur civilisation. Je rigole, comme ces vieux théologiens chrétiens qui doivent saluer les barbares chrétiens d'une autre obédience qui ruinent leur civilisation... Tenir tu parles ! 

On avait parlé ici de l'effet "millénium", de la fameuse prédiction millénariste, qui prédit, non pas la fin du monde, mais les mille ans de sa préparation violente, l'apocalypse, bien pire, ne tenant lieu que d'horizon. Dans ce cas, on a une adaptation du type "spore", la vérité se devant d'être conservée dans des micro films cachés dans le sgègue qu'on se transmet de père en fils. Et puis mille ans, c'est vite passé. 

Une variante de l'effet en question est l'active participation aux myriades de complots possibles contre le réel, ce qui revient à se joindre aux hordes d'assassins en charge de perpétrer les sacrifices non voulus nécessaires au fonctionnement du système. Défoulatoires et provoqués, mais non organisés, ces meurtres d'innocents sont nécessaires et on ne pourra qu'être remercié d'être un ennemi de cette sorte. C'est le rôle des adolescents tueurs d'étudiants des US et aussi des terroristes urbains islamistes de notre actualité récente. Macron ne veut que s'y adapter, et on l'avait remarqué, cela ne provoque de toutes façons dans la foule peu rancunière qu'une baisse du racisme anti musulman.   

Vous me permettrez donc de répugner à me plonger les mains dans le sang humain de cette façon là. 

On pourrait alors imaginer le similaire et pour rompre avec les sempiternelles analyses de la modernité du XVIIème siècle qui consacrent encore et toujours l'émerveillement devant le miracle qui a finalement conduit aux abominations présentes, on pourrait projeter dans un avenir indéterminé une renaissance suivie d'un âge baroque qui consacrerait enfin un progrès de la civilisation...  Un peu analogique comme mode de projection dans l'avenir, cette manière de voir a l'avantage de ne pas succomber aux vertiges de l'immédiat, et  à consacrer l'impossibilité absolue d'une solution prochaine à nos maux, tout en gardant l'espoir. Un temps propice à écouter de la musique. 

 

P.S. Abdelkader Merah est acquitté. Pas de preuve directe de l'implication d'Hitler dans les crimes nazis... Le symbolisme n'est pas mou, il est vomitoire. 

21/10/2017

Les libertés

A l'occasion d'une tentative en cours de changer les idées ordinaires sur le monde, il convient de se relier aux théories exprimées, elle permettent de faire justice de certains avis ou tendances, toujours pilotés de l'extérieur par des corpus réfléchis dont il suffit d'avoir le texte pour en prendre la mesure. 

http://www.laviedesidees.fr/Une-theorie-liberale-de-la-religion.html

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/lideal-republicain-44-la-laicite

Cecile Laborde parle au nom des néo républicains qui à la suite de Philip Pettit promeuvent la "non domination". Il s'agit d'une conception de la liberté qui se veut alternative à la fameuse dichotomie de Isaiah Berlin entre liberté positive et liberté négative. Il faut tout de suite préciser que Berlin fait le choix de la liberté négative, dite "des modernes", se définissant comme négation de la contrainte, par opposition à la liberté positive, dite "des anciens", toute emplie de la notion de maitrise totale de soi et des autres, ce qui a bien des inconvénients. 

Tout cela vient des conceptions de Benjamin Constant, auteur de la distinction, et contempteur de Rousseau, qui voulut rendre illimitée la liberté du peuple, alors que selon Constant, l'Etat ne doit que faire respecter le droit naturel.

Dans le cadre de la discussion sur les libertés en général, il faut mentionner le très intéressant essai sur Bentham,  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01017737/document, et aussi https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2011-3-page-125.htm. Sans oublier http://blog.turgot.org/index.php?post/Thellier-Libert%C3%A9-Responsabilit%C3%A9. 

En gros les choses restent relativement complexes, les libertés négatives pouvant s'exprimer avec Hobbes comme renonciation aux libertés source d'anarchie, le Léviathan donnant la sécurité et donc la liberté à son détriment même, ou bien pour Bentham, il n'y a de liberté que générale, le souverain ayant seul la possibilité de faire le droit en instaurant ce qui la rend vraiment possible. Dans les deux cas, il y a la funeste domination, ennemie du genre humain moderne et qu'il convient de supprimer à tout prix. 

Car le "moderne", le vrai, est confronté à la pensée nécessaire de l'autre, l'extra marin (que dis je l'hyper marin), qui présent sans qu'on puisse s'y opposer bien sur, réclame des droits compatibles avec sa religion et surtout avec son identité culturelle indémodable. Bien que sa défaite totale séculaire face précisément aux théoriciens de la liberté soit absolue, il se rend incontournable car on ne souhaite préserver à toute force que ce qui est promis au néant. 

Il convient donc de faire disparaitre du concept de liberté tout ce qu'elle a de négative bien sur, la chose reposant sur la nécessité du souverain, objectivement la cible du délitement volontaire en cours. 

Car la liberté positive, comme concept ancien,  reste de nécessité comme celle collective de l'imposition du bien, c'est la thèse de Berlin et ce que veulent laisser nos modernes aux vieilles cultures identitaires, qu'on ne peut réduire. Il faut donc totalement cesser de les vouloir dominer, on ne doit pas vexer ce qu'on ne peut vaincre. 

Cette ré-instauration du positif, à son détriment, est typique d'une tentative de prise de contrôle du monde qui vise précisément à faire disparaitre la liberté: il ne faut pas que ses volontés puissent s'opposer à un libre choix institué, et donc il faut réprimer la désapprobation des modes de vies et systèmes de valeurs concurrents, pourvu qu'ils ne remettent pas en cause la répression en question. 

Circularité de l'oppression et auto fondation de la souveraineté absolue: le principe impérial dans toute sa splendeur, qui n'a d'avantageux que l'objectif pacifiste global. Tous les complots pourront s'y dérouler, le terrain, le terrain est là pour les abriter, ils s'annuleront les uns les autres, c'est comme cela que les empires dominent, ils en ont seuls le droit. Prenez les empires coloniaux, bâtis sur les confrontations entre nations qu'ils étaient les seuls à pouvoir interdire, instaurant pendant leur règne des paix remarquées. 

Car il faut bien comprendre que les ensembles "nationaux" à l'intérieur de l'Empire, sont porteurs des formes de liberté positives traditionnelles, qui si elles se retournent effectivement vite en fanatisme, ont le mérite de pouvoir réaliser les différents égos. Pourvu que la haute classe, cynique et approvisionnée, y trouve son compte et nous y voilà. Cujus prolo, cujus religio.

Et bien cela ne tient pas, et n'a pas tenu malgré plusieurs tentatives. Qu'on ne parle pas de la Chine, qui a instauré forte de l'expérience mongole, un racialisation démente de son bassin géographique et qui se trouve être en fait la plus grande nation ethnique au sens strict du monde. Il n'y a jamais eu d'empire là dedans, le mot est tout simplement impropre, à part bien sur les ouigours et les tibétains, tout simplement écrasés et doucement exterminés. 

Marqué par la terrible confusion post nationaliste qui préside à l'effondrement et à la transmutation du socialisme, la connerie moderne s'enferre dans un fédéralisme européen ou canadien qui veut faire la part belle à ce que l'on continue de croire à tort capable de payer nos retraites. D'où l'abandon de la nation, seule capable de maintenir les libertés dans un ensemble homogène librement et historiquement choisi, tirant de ce principe unique la motivation et la fierté de soi nécessaire aux grandes choses.  

Qu'on ne s'y trompe pas: la liberté "négative" comme absence de contraintes suppose encore un souverain en charge de faire respecter le contrat: il ne doit pas se masquer derrière une nécessité historique ou psychologique et il faut discuter de ses droits et de sa légitimité. Seul le choix libre symbolisé d'un maitre individuel peut constituer cette légitimité. Au besoin, la fonder dans le temps au grès des solidarités familiales, mais sans jamais remettre en cause le possible déni, du refus ou de l'expatriation, pour cette raison même d'ailleurs. 

Mon propos a donc bien pour objet de remettre en cause la distinction de Berlin, qui a pour faiblesse d'attaquer Rousseau, qui se trouve, on l'a pourtant déjà dit ici, pourtant la seule solution au problème de la justification du souverain. Ni nécessaire au maintien de la paix, ni conventionnel c'est à dire insulaire, ni même impérial et les USA sont ils un empire, le national strict est une entourloupe symbolique certes, mais fondatrice, et qui vaut bien la trinité. Voir avant. 

 

24/09/2017

Faggot veux dire Basson

Vivaldi est connu aussi pour ses concertos pour basson.

Cela pour célébrer une magnifique "perle" de Youtube: 


Il me faut signaler cette étrange partie de l'art de Vivaldi, qui avec le basson donne dans le difficile et pourtant dans le plus héroïquement sublime. L'introduction orchestrale du 484 est absolument incroyable et tout le reste du concerto à l'avenant, le son étrange du basson qui arrive en avive l'incroyable et baroque, totalement baroque, on ne peut en dire plus, échange entre l'individu et la société qui s'en suit. 

Comment percevait on le son à l'époque? Comme maintenant, le basson dit "baroque" ayant bien sur le son chaud. Mais comment peut jeter à la figure des gens cette introduction flamboyante interrompue après dix secondes, qui semble dégénérer avec cet aboiement rauque et sombre ? Et bien Vivaldi est capable de ça, et le prouve. 

Bon la perle en question est tout à fait remarquable: présentation, prise de son et jeunesse des musiciens, tout est parfait.  La puissance et le mystère de la chose sont là. Les gros plans sur un basson en activité sont splendides. 

On finit par comprendre: le retour répété de la solitude du pouet pouet grave, et l'émotion qui peut en jaillir avec bien sur la bande de fou fous derrière avec leurs violoncelles qui varient et accompagnent dans la fabuleuse gratuité mélodique géniale que nous offre Vivaldi: de la pure générosité, c'est le moins qu'on puisse dire. 

 

Voilà, c'est très bien le basson. Et Vivaldi a 39 concertos de ce type. 

Bravo la fagottista ! 

 

Il y a des versions du concerto mieux jouées, avec un basson mieux maitrisé, et des sonorités plus douces et plus variées. En fait l'art du basson à la Vivaldi est un art à part entière, et le génie du prêtre est incroyable. 

16/09/2017

Richter et la marche funèbre

La sonate no 12 de Beethoven, opus 26, dite de la "marche funèbre" est jouée par Sviatoslav Richter sur YouTube dans une de ces inimitables clips des années 70 russes, la grande époque. 

https://www.youtube.com/watch?v=1JM1dw6BfPs

Richter, toujours raide et timide, apparait, se courbe brièvement, massacre le piano, se lève et repart sans un mot. 

L'incroyable puissance du bucheron est toujours aussi surprenante: sa netteté et sa force en fait le plus grand pianiste du monde, j'adore ça. Cela tient il au physique? Il ressemble physiquement à Bach, ou à Beethoven, à cinquante ans et se trouve être, c'est l'objet de ma rêverie, l'image même du mâle blanc chauve cinquantenaire et bedonnant, objet de toutes les détestations et de tous les ressentiments. Et bien il est aussi un homosexuel de la russie communiste des années soixante, un hypersensible et hyperprofond génie de la musique, mort massacré par une injuste maladie dont, maigre et larmoyant il nous parla à la fin, tout maigre, lui la tempête... 

La marche funèbre, pour Beethoven, c'est toujours celle pour un héros inconnu et indéterminé, celui dont la mort est présente au début du XIXème siècle. 

En parlant de la marche funêbre, il faut savoir que Richter refusa de jouer celle de Chopin, il ne supporta pas qu'on la joue pour la mort de Staline. Celle ci n'a que plus grand écho. Richter est lui un de ces héros. 

Juste après, un mouvement rapide primesautier, étrange, tout comme cette ode à l'énergie du trentenaire qui sait déjà ce qui va lui arriver et qui lui est déjà arrivé en fait (la surdité). On y trouve toute l'énergie du monde, et la lumière aussi, c'est éclatant. Les dernières

Richter est le Chuck Berry Russe de la musique classique, mais pur interprète, il ne vécut que par la musique soit disant du passé, celle qui reste la musique, tout simplement, la chose...  

09/09/2017

La Trinité

trinité.png

 

 

 

 

 handspinner3.jpg

Il faut tenter de comprendre ce qu'est la Trinité, qui reste l'invention géniale qui façonna l'Occident. Occident avec un grand O, l'ensemble culturel géographique né des prédications chrétiennes sur les ruines, qu'il provoqua d'ailleurs, de l'empire Romain. 

Il ne s'agit pas bien sur de prêcher une signification profonde quelconque qui serait issue de quelque chose qui est intrinsèquement et structurellement contradictoire et largement absurde, voire totalement incompréhensible, voire impensable. Pourtant ça l'est, car ce le fut, et il faut bien en rendre compte, au moins dans un  petit esprit comme le mien. 

Le dogme en question est bien sur primordial, il tente (et y réussit au moins pendant une période de temps assez longue) de définir et Dieu et la religion dit chrétienne, car construite sur un personnage historique divinisé de manière extraordinairement particulière, c'est l'enjeu du truc que de le décrire en détails. 

La première chose à dire toutefois est que la description en question ne peut être faite qu'après coup, sur la base de l'une de celles disponibles et il y en a, c'est bien le problème, plusieurs. 

Plusieurs avant, et après l'élaboration du dogme unitaire, d'ailleurs partagé par les protestants... Car bien sur il y a LES fois, celles dont le théologien pourrait ou devrait rendre compte, à moins qu'il ne s'adapte à d'autres plus anciennes qu'il souhaiterait remettre en vigueur, ou à de nouvelles qu'il voudrait imposer pour faire avancer le schmilblick. Car il faut bien le dire, la façade est complexe et les guides qui la font visiter improvisent un peu devant des touristes qui ne jouissent en fait que du simple bonheur d'être là: ce qui la fait tenir n'est pas apparent, c'est le moins qu'on puisse dire.

Naturellement, la notion de "mystère" est la clé du dogme, qui se contente de verrouiller avec un ramassis de conceptions subtiles issu de toutes les synthèses possible de centaines d'années de controverses. Toutes les issues ont été identifiées, les pièges et les voies dangereuses explorées, les solutions trop faciles écartées etc. 

Le résultat est bien sur, aujourd'hui comme hier, le "hier" datant du siècle d'avant le précédent, un grand contentement de soi de la part de l'apôtre qui vous rit au nez: comment? Ce beau mystère ne vous convient pas ? C'est pourtant simple : 1 = 3. Capito ? 

 Il faut bien comprendre que cette manière de voir là a été pensée en tant que telle: la trinité comme incohérence logique a pour vocation a être une non-pensée explicite pour la foi chrétienne. C'est comme ça que s'en sortent les horribles faux culs ultimes que l'on essaye de coincer. Ils n'en continuent pas moins à philosopher la chose et à la polir dans toute sa complexité "signifiante", la foi étant entretenue dans ce qu'elle est, antérieure à la parole, mais pensée et vécue dans la parole et donc porteuse intérieurement et extérieurement de paroles diverses. 

C'est cet équilibre là qui fait vivre la trinité, mais il faut aussi comprendre qu'il est sous contraintes, la description de celles ci étant bien passionnante. 

Pour en terminer, il faut savoir que le mystère n'est pas "biblique" mais construit par l'église et se trouve, bien subtilement considéré comme "expression" plutôt que comme "objet" de la foi, du moins pour les protestants. Tout ça pour dire qu'il y a bien cet aspect là de la chose, les églises et la logique étant en quelque sorte "dépassées" par ces formulations: comme si le peuple dans ses croyances bizarres s'imposait aux églises, à elle de trouver une formulation pour les bizarreries de ce qui "monte". 

Bien sur le concept s'est construit dans le temps. Ainsi, on doit bien distinguer 3 périodes: les premiers temps, dont l'élaboration paulinienne, les grandes réflexions du deuxième et troisième siècle, et la stabilisation finale, encore en vigueur. 

Les débuts

Au début, il n'y a de traces que d'après les premiers écrits, évangiles dit "synoptiques" (les 3 premiers) le quatrième (Jean) étant assez différent. 

On ne trouve pas trace du concept en tant que tel, mais bien sur tout tourne déjà autour, on a tout le monde, "mon père", le fils "de l'homme", et le paraclet qui va prendre le relais après le départ. C'est sur cette base de concept toujours présent, toujours répété mais jamais explicité que va croitre cette foi non exprimée en un Dieu multiple qui néanmoins reste un. Cela jusqu'à la formalisation, la mise au clair si on peut dire. 

En tout cas, dés l'origine, la question est posée: comment expliquer, concevoir, accepter, annoncer la relation qu'entretient l'homme Jésus dont on se réclame et la divinité ? Comment y clarifier la notion de "saint esprit", entité juive bien connue issue de Dieu. Bref, que l'on élabore là dessus est essentiel: comment parler de cette foi, tout à fait intense par ailleurs à l'époque, sinon?

Un aspect important, au sujet de l''Esprit Saint'. D'abord c'est un concept juif, la chose (...) agissant au nom de Dieu est la "rouah", le vent divin, ce qui souffle, qui inspire, qui fait bouger. 

C'est le fameux Paraclet dont Jésus parle comme devant le remplacer après son départ. De fait, à cause de sa prétention à la divinité, il est AUSSI l'esprit du fils, l'esprit de Jésus lui même, donc. 

L'élaboration

Au deuxième siècle tout explose: non seulement il y a les gnostiques et leurs élaborations plutôt olé olé, mais aussi des explorations de toutes les possibilités de combinaison entre les termes existants de la trinité, suivant les ontologies réalistes ou non des théoriciens variés. On finit par lancer le mot: "trinitas": c'est Tertullien mort en 220 qui s'y colle. 

Car avant de parler de trinité, il faut bien parler de la nature de Jésus, humain sans nul doute mais aussi bien près de Dieu.  Comment ? 

L'adoptianisme

La première théorie est celle logique de l'adoption: un homme particulier, Jésus, est adopté par Dieu comme véhicule de la divinité suite à son supplice. L'adoptianisme nie la divinité particulière de Jésus, Dieu restant unique,non trine et libre de se manifester à travers un homme particulier. Issu des doctrines de Paul de Samosate (260), d'Antioche, cette idée fait des ravages. 

Elle engendre l'Arianisme, d'Arius, encore un berbère, qui traverse la grande persécution de Dioclétien en 311. Il meurt en 336, après le concile de Nicée qui le condamne et le concile de Constantinople de 381 qui termine vraiment l'aventure. La foi officielle est le symbole de "Nicée Constantinople", c'est l'édit de Thessalonique de 380, signé Théodose. 

Au passage le fameux "iota" dont il ne faut pas bouger c'est celui que rajoutent à tort les semi ariens en parlant de la substance du fils "semblable" (homo-i-ousios) à celle du père au lieu de l'identité des substances ("homo-ousios") imposée par les Nicéens. 

On parle aussi de "subordinationisme", car le fils est inférieur en tout au père. 

L'"unitarisme" en est l'appellation la plus générale, sachant que des unitariens sont apparus en Pologne et Lituanie au XVIème siècle, on doit mentionner Jean Sigismond de Transylvanie. 

Le Modalisme

La seconde est celle du modalisme. Trinitaire cette doctrine ne conçoit les personnes que comme des masques, successifs d'une personne divine conçue comme strictement unitaire, en fait... Praxéas, Noët, Sabellius en sont.

C'est Sabellius qui modalise dans le temps avec une succession des rôles tenus par Dieu. Cette idée baroque et théatrale, toute entière conçue pour préserver l'unité divine fut condamnée, et sa condamnation (Rome 261) utilisée plus tard par les arianistes pour renforcer leur propres positions. Sabellius vécut à l'époque d'Héliogabale,  en 218.

Praxéas fut l'ennemi de Tertullien (auteur de la célèbre phrase: "il (Praxéas) avait rendu un double service au diable en chassant le paraclet et crucifié le père".), et dénoncé pour son patripassianisme: Jésus ne pouvant être différent de Dieu, c'est donc Dieu lui même qui souffre sur la croix, c'est la passion du père... 

Noët fut un ennemi d'Hyppolite de Rome qui le dénonça dans "contre Noetus".  Pour lui, le père était le fils et réciproquement, le père était son propre fils, littéralement. 

Voir http://francoiscarmignola.hautetfort.com/archive/2017/08/10/la-nature-du-christ-5970231.html.

Le Dogme 

 Le dogme courant est bien celui d'une substance divine unique partagée par les 3 personnes distinctes. Il affirme aussi, et soutient que la doctrine, même si elle n'était pas formalisée à l'origine est bien celle de la foi dite "des apôtres", celle des tous premiers chrétiens d'avant l'Eglise. 

Il identifie aussi la trinité à l'Eglise elle même, l'organisation humaine nantie du pouvoir sacré de perpétuer l'action de l'esprit saint, force invisible qui continue l'oeuvre... 

Puis après...

Bien sur, la suite, c'est à dire les différentes philosophies élaborées au cours de la suite de l'histoire, quand elles approchent les conceptions de Dieu et de son cher fils, ne sont que broderies autour des thèmes explorés à l'époque. Le modalisme est évidemment une piste de choix, voire, une autoroute...

Par exemple, Schleiermacher, Swedenborg et Hegel sont clairement modalistes, Hegel attribuant les modalités suivant les fonctions, l'esprit étant l'Eglise, Sch... parlant des trois aspects de Dieu. (à développer). 

 La nécessité de la trinité

Mais il n'y a pas que cela: l'aspect trinitaire du divin chrétien pourrait avoir une nécessité conceptuelle structurelle. Bien en phase avec notre époque, Charles Norman Bartlett (avec aussi William Shedd et John B. Champion ) en défend l'idée, de fait assez logique, la simple présence de Jésus au voisinage de la divinité impliquant forcément quelque chose de similaire à une collectivisation du concept divin. Mieux, cette collectivisation est indispensable à la personne conceptualisée de Dieu. Un argument, précisément, est que le Divin est nécessairement personnel (ne serait ce que pour rendre la prière possible), et que donc cette personne est forcément structurée comme en relation avec d'autres personnes à l'intérieur de son unité. 

On a donc ici une description radicalement opposée à celle de l'unité solitaire d'un Dieu radicalement unique, et bien sur de tout modalisme, l'ontologie est bien "trine" et tente de la penser. 

Est on là dans ce qu'on appelle la théorie "analytique" de la religion?