Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/12/2016

Les visions du monde

Maintenant que l'horizon se dégage brièvement, laissant au débat quelques mois avant de nouvelles hystéries, du moins en France, car en Italie et en Autriche c'est Dimanche, considérons les points de vues sur l'état du monde et donc sur la fameuse mondialisation, obsession de tout le monde et responsable cachée de toutes les décisions, tous les complots et toutes les misères. 

On a en gros trois points de vue, correspondant aux trois attitudes classiques en économie. D'abord le souverainisme étroit, voulant la fermeture des frontières, la subvention aux boulangeries et en fait la réparation du sort injuste réservé aux perdants de la spécialisation économique décrite par Ricardo et due au libre échange généralisé. Les délocalisations, voilà l'ennemi, ce phénomène absurde et absolu, ruine les peuples. Cet amour pour le peuple qualifie souvent de "populiste" le tenant de cette position.

En face, il y a le libéralisme pur et dur, mondialisé et fou de prospérité, il va jusqu'à la suppression des peuples et le brassage par les migrations de tous ceux cis. Confiant dans les équilibres finaux, il ne se protège de rien et ne se refuse rien, depuis un revenu minimal accordé à tout plongeur arrivant à traverser les mers, jusqu'à la fabrication de la totalité de ses biens en morceaux de taille égales qui font trois fois le tour du monde pendant son montage avant d'être vendus dans le monde entier. Hors sol, vivant invisible et ne payant pas d'impôts, il assure à ses capitalistes des rendements insensés. Allié de la paix et des accords internationaux, il vivrait (cela n'est pas si sur en fait) de la globalisation totale et de l'unification du monde. 

Une fraction de la gauche a les pieds dans les deux camps, et tout en reconnaissant l'inéluctabilité de la position libérale, souhaite appliquer au monde ce qui a si bien marché à l'intérieur des nations: les impôts et la morale. Oeuvrant dans les organismes internationaux, justement, elle souhaite participer à l'extension de la mondialisation en encourageant à l'effacement des barrières qui la limite encore, tout en tentant d'obtenir en échange des petites compensations, permettant de limiter, ou de tenter de limiter les casses ici ou là, d'arracher des impôts ici ou là. Assis sur un opposition explicite au capitalisme en tant que tel, il ne supporte, en échange d'une vision globalisée de celui ci, qu'on ne massacre que la moitié des peuples qui lui sont soumis, il faut bien faire des compromis, on n'a rien sans rien. 

On reconnaitra ici ma grille de lecture distinguant les deux libéralismes, celui des nations et celui de l'économie globale. 

Je me dois donc ainsi de mettre en avant maintenant la quatrième conception, la mienne, à la fois populiste et libérale, et qui consiste à oeuvrer pour le libéralisme tant que celui ci est conforme non pas aux intérêts des nations en général mais à la mienne, les autres ne méritant de vivre qu'a condition de participer à ma puissance dans le cadre d'alliances bien comprises. Pas si éloignée du libéralisme absolu, cette conception a pour mérite de se soustraire à l'idéologie, c'est à dire à l'obligation de respecter les règles unidimensionnelles d'un domaine du discours. Le libéralisme économique n'est qu'une convention, pas une loi physique à respecter: on peut décider et donc pousser son avantage, la négociation entre puissances, évidemment cynique, devant permettre la revendication de son intérêt, il n'y a pas de morale mondialisée qui s'impose à tous et nul ne peut vouloir son propre malheur.

De plus, le libéralisme des nations, que je revendique, consiste bien à accepter que les nations se défendent, au nom de ce qui régule toutes les interactions libres: les buts et valeurs (et non pas l'utilité) des acteurs du monde. Ce que je revendique ici, c'est l'existence des acteurs que sont les nations, acteurs que le libéralisme idéologique qu'il soit libéral ou social, rejette au nom d'une conception dévoyée de l'humanité. Le capitalisme, même mondialisé, ne peut s'affirmer que dans les cadres des nations et employé à leur bonheur. C'est aux nations que de l'imposer et de le permettre. Ceci a naturellement un cout et qui est le développement de la puissance, c'est à dire de la nécessité de l'effort, de la grandeur et de la lucidité. 

Ce cout passe par l'acceptation du monde sous la forme de celle de ce qui est commun à tous les hommes et qui est l'inégalité des conditions à un instant donné. Car même si rien n'est inéluctable et que l'égalité symbolique des êtres est absolue, rien n'impose ou sinon dans des limites à déterminer, l'égalité de leur sort qui n'est pas due. Les individus libres le sont parce qu'ils peuvent vouloir être pauvres. Pire que cela: soumettre la conduite de la société au principe de la réduction des inégalités est une folie ruineuse et débile, et qui conduit au désastre de la pauvreté générale. Le bonheur des  hommes n'est qu'individuel est il faut d'abord assurer, avec des équilibres à discuter, la prospérité générale, celle de la nation. 

La voilà donc mon idéologie. Elle se présente comme un but de régulation de l'action, n'est pas donnée d'avance, peut échouer mais constitue le contraire de la soumission à des mécanismes implacables ou à des idéologies de la misère ou de l'égalitarisme.

Elle a d'autre part le mérite d'être soutenue par le niveau réel et incontournable de manifestation de la volonté de l'acteur national: l'élection démocratique, issue de l'histoire du monde occidental et possibilité à saisir (ou pas) d'expression puissante de cette volonté. Notons bien que c'est la seule. L'individu isolé, repoussoir fantomatique de l'aporie libérale, conduit à migrer ou à subir les migrations ou pire son contraire, la délocalisation de son salaire ne peut conduire, ou alors à la marge (en devenant lui même capitaliste ou entrepreneur, ce qui doit toujours rester possible), le capitalisme global... Seule les nations organisées, dotées d'un marché régulé par des lois et des consommateurs critiques peut soutenir son développement, qui ne peut, encore une fois n'exister que créé, soutenu et assis sur (...) les nations. Le peuple par ses lois peut donc décider. 

Le problème est qu'il peut décider de plusieurs choses, et d'abord du niveau d'activité capitaliste, justement, sur son sol. Il lui suffit pour cela de décider du niveau des impôts, déficits, et autre principes d'organisation de la vie édictés dans sa zone géographique. Il le fait en demandant de temps à autre lors d'élections et de référendums l'application de programmes politiques variés soumis par des équipes candidates.

Il peut le faire en désordre, en se soumettant aux points de vue décrits plus haut, en y ajoutant le degré de ressentiment, de volonté de mépris ou de vengeance qu'il souhaite manifester par dessus tout. Il peut se plonger dans la misère populiste souffrante, exprimant la vilenie éternelle d'un monde injuste soumis au diable. Il peut se chier dessus et nommer des démagogues, il peut accentuer son malheur en exigeant au nom de la morale des lois absurdes. Bref, tout est possible. 

Mais il peut aussi avoir de la chance et majoritairement s'entraîner par contagion a accepter une bonne organisation, celle qui patiente mais dans un temps limité produit un mieux par des paris sur l'optimalité de certains entrainements sociaux. Plus prospère et plus confiante en elle, une société peut alors progresser et donc mécaniquement s'occuper mieux des plus désespérés, qui lucides et apportant leur soutien, réduisant les risques que détachés de leur nation, des composantes entières de celle ci ne partent à la dérive.

A ce point pourrait s'exprimer une conception du monde en quelque sorte à cheval entre libéralisme des nations et libéralisme des individus: celui entre les classes sociales et culturelles, à l'intérieur des nations. Peut on voir une main invisible contrôler les composantes politiques de la nation, régulant leurs intérêts conflictuels ? Je ne le crois pas, ces groupes d'individus au même comportement ne sont que des aggrégats issus des interactions individuelles et les classes sociales s'opposent bien à la nation, considérer leur existence n'aboutissant qu'au fétichisme du prolétariat et Staline a tort. Non, il y a bien de la Nation et donc le sentiment d'être issu des classes qui forment la nation et la considération d'y retourner si ça se passe mal, l'essentiel étant préservé. Il n'y a pas d'"être riche", alors qu'il y a un être national et historique. 

C'est pour cela que les dérives démagogues et les folies fascistes sont NOTRE problème et ne peuvent être considérées comme des forces extérieures à combattre, mais comme des concitoyens à convaincre et à nourrir physiquement et spirituellement. Oui, ll faut respecter la xénophobie de ceux qui se  refusent à avoir des voisins noirs ou trop bruyants, oui, il faut respecter l'hypocondriaque smicard qui exige que son mal de tête soit soigné sans que cela ne le ruine. Ces gens sont le peuple, ceux qui participent à l'élection que l'on accepte de perdre. 

Il y a dimanche en Italie un choix qui va être fait. Que des ensemble nationaux de cette importance (la troisième économie de la zone Euro, tout de même) se livrent à de tels paris foldingues au nom de la liberté pour maintenir le principe même du choix libre du peuple montre l'importance de ce principe, et peut être son aspect dérisoire. Mais le résultat du pari, si il est gagné sera l'occasion d'une joie intense pour bien des gens en Europe. L'Italie a l'occasion de se grandir. C'est un allié et sa prospérité nous profite, je la souhaite donc. Le désastre de la mauvaise conduite de son peuple, alors qu'elle a tout de même pu produire un dirigeant courageux (quoiqu'un peu vicieux, et un peu suicidaire), serait cependant un signe pour le nôtre et un encouragement à se mieux conduire. Mais rien n'est écrit.  

 

P.S. Ricardo Muti à Milan fit chanter les spectateurs pour protester contre Berlusconi: 

https://www.youtube.com/watch?v=the9_fs1Za0

Nabuco fut utilisé pour protester contre l'Autriche, il y a un siècle, faut il protester contre l'Europe aujourd'hui ? Faut il tirer prétexte de son mal être européen ou autre, pour ne pas vouloir se réformer comme il faut ? La grandeur des peuples consiste à en décider. Viva Italia ! 

P.S. 2 En parlant d'Autriche, le pays de Sissi et d'Hitler va donc choisir son président Dimanche entre un vieil écolo sympa et un facho. Ses frontières enfin fermées, le peuple va peut être exprimer le souhait d'avoir à éviter d'exterminer encore une fois l'un de ses ennemis héréditaires, ou pas. 

P.S.3  Les peuples ont choisi: l'écolo en Autriche et No en Italie. Le contraire de mes prévisions. Comme quoi...  

29/11/2016

Les économies

On se contentera de quelques chiffres pour soutenir une argumentation subtile, presque impossible à saisir, tant sa complexité et surtout son évanescence épithéliale est arachnéenne. 

Les dépenses publiques, au coeur des politiques à mettre en oeuvre ont deux aspects, les sociales et les étatiques, et se matérialisent en pourcentage du PIB, c'est à dire de la richesse annuelle produite.

La France est en tête de peloton dans l'ensemble des pays industrialisés : 57/32 (57% de dépenses publiques, 32 de sociales). La Finlande c'est 58/31.

Il faut bien comprendre qu'aux US, on a 38/19, champion du monde avec la Pologne, 38/20

Donc deux extrêmes entre 60/30 et 40/20.

L'Allemagne: 44/26 et L'Angleterre, 43/21 sont  au milieu, mais plutôt (tu parles) dans la fourchette basse.

L'Espagne 45/27 et l'Italie 50/29 sont la fourchette haute. 

L'endettement de la France, à 100% du PIB, est en croissance continue, et se trouve employé au paiement des dépenses courantes non financées de la fonction publique et bien sur des "assurances" sociales. Une réduction de ces dépenses est souhaitable, avec une ampleur à déterminer. 

Fillon, le célèbre écorcheur de bébé, le tueur de femmes enceintes, le dracula de la mayenne, veut aller à 50/30 en cinq ans. Le défi est immense, et la difficulté de la tache gigantesque, toute la société française va devoir s'opposer à cette destruction de l'état et de l'assistance sociale, nous renvoyant au moyen âge, à Vichy, et à Auschwitz.

Il y a donc deux absurdités insupportables qui vont nous être présentés dans cette campagne qui commence: d'une part que la situation française est acceptable et possible et qu'il n'y a pas lieu de la changer, d'autre part que l'objectif visé est insupportable, indigne de la civilisation et impossible à atteindre.

Je conchie et méprise les salauds et les cons qui vont se prêter à cette mascarade et les prévient: nous gagnerons et la France sera sauvée. Nous trainerons les cadavres mutilés de leur famille derrière nos chars et nous donnerons à nos porcs leurs coeurs, arrachés palpitants. Mort aux cons ! 

 

 

11/11/2016

Les lignes de fracture

Une ligne de fracture traverse tout l'occident, de la Russie aux US en passant par l'Europe. On peut la suivre aussi au moyen orient, mais sous une autre forme, cette fois incarnée et au combien, le sang en coule. 

Il s'agit une montagne, ou plutôt d'une cicatrice: au sommet de la ligne, un fossé infranchissable qui fait que même après avoir escaladé la fronce, on ne peut sauter le ravin et passer de l'autre coté. 

Car il y a deux camps dans le monde, celui du bien et celui du vrai, et ceux-ci n'ont plus rien à voir. Du coté du bien, toute la satisfaction du monde récemment moderne, qui persuadé de la fin des vieux clivages, veut se consacrer à la négation du mal, de l'égoïsme et de la pauvreté. De l'autre, l'humanité normale, que dis je celle qui émergea un peu moins récemment et qui inventa ce qu'on appelle encore l'occident, situé aujourd'hui à l'ouest mais d'abord une idée, c'est à dire une invention et donc parfaitement transmissible et aussi destructible. 

On va faire court: l'indistinct mélangeait tout dans le religieux initial, seul lieu de l'expression non guerrière et non agricole. On y trouvait le beau, le bien et le vrai, tous confondus dans l'adoration. L'antiquité grecque tenta la première sortie de la barbarie en extrayant le beau d'abord, puis le vrai; le bien, oublié, n'étant qu'une loi d'arrangement, une variante du vrai, le monde étant tout cela à la fois, et les hommes soumis aux dieux, leurs simple utilisateurs conscients, mais désespérés par leur cruauté. Le premier monothéisme inventa le bien, sous la forme d'une loi morale qui scellait une improbable et profondément innovante alliance avec un divin qui se trouvait contraint, pour la première fois. Mieux, lié par sa férocité à quelque chose de différent de son plaisir, le divin se trouvait en quelque sorte dépendant de ces hommes là. Le début de la fin.

Localisés par les hasards de l'histoire sur la toujours disputée terre de palestine, les mondes grecs et juifs entrèrent en fusion, et après quelques siècles d'entre embrassades, un prophète d'un autre type innova en sortant du néant quelque chose de prodigieux, et qui est l'articulation hors du religieux des trois principes, fondant ainsi une civilisation autour de la dynamique entrelacée de 3 concepts indépendants associés librement pour détruire le religieux, privé alors de son unique raison d'être. 

Naturellement la force de cette idée ne s'exprima pas tout de suite, et il fallut bien de l'histoire pour que le pot aux roses soit découvert, pour que l'hyper principe de liberté se manifeste et pour que Dieu finalement meure. Simultanément et comme un prix à payer, on tua le beau aussi, enfin on essaya et on y réussit presque, bien que le souvenir en demeure et que donc on puisse le recommencer un jour. Au même moment, la fin du religieux tenta aussi de détruire le vrai, sous la forme de variantes absurdes des sciences de l'histoire et des peuples que les deux plus grandes tyrannies de l'histoire tentèrent d'imposer avec des crimes inouïs. 

Récupéré du néant par des sciences juives qui elles surent utiliser la fission atomique à leur(notre) avantage, le vrai triompha avec un essor des sciences qui dépassa tout ce qu'on pouvait imaginer. Au point de renverser l'équilibre qui le fait lui aussi composite: il noya le sens commun au point qu'on voulut lui substituer le bien, le juste, comme garantie, soit disant, de l'évitement de la violence qui venait de se terminer, brutalement (c'est le moins que ce qu'on pouvait dire). En fait, les plus extrêmes violences continuèrent, à l'Est, et finirent par un rideau de fer qui s'abattit pour quarante années. Piloté par les tenants du bien et de leurs amis, soutiens et idiots utiles. Ils subvertirent toutes les philosophies, toutes les intelligences, toutes les morales et cela aussi à l'Ouest. Ils échouèrent comme nations, comme autorités, comme partis mais l'écume, l'odeur, que dis je la puanteur, la terrible puanteur de ces idéaux là resta imprégnée dans leur chair: celle de ce qui fut la gauche, des PSA aux PSU en passant par les PS et tout, tout ce qui se réclama, se réclame et se réclamera de cela jusqu'à la fin des temps. Qu'ils soient maudits et à jamais promis à l'enfer tous ces gens, tous ces "idéaux", tous ces socialismes. 

Que trouve-t-on chez ces gens? D'abord l'esclavage: la pensée des lumières, c'est à dire la force organisatrice de la liberté, hors de toute centralité divine ou étatique leur est inconnue. Ils la nient absolument et ne veulent qu'une tyrannie de fonctionnaires au service d'un parti, le parti du bien. Celui ci justifie ses pouvoirs, ses crimes et ses corruptions insensées au nom de la justice, de la paix et de la vertu qu'il ne possède que du fait de son adhésion proclamée à l'infecte divinité du nom de socialisme à qui l'on sacrifie le destin du peuple, c'est à dire sa prospérité, et sa liberté.

Pourtant à  jamais déconsidéré par les pires crimes, cette conception du monde sert pourtant de spiritualité à la moitié du monde occidental, mieux, elle se sent tellement sure qu'elle entreprend de ruiner la famille, de supprimer les nations, de mélanger les peuples de force. Sans assumer une tyrannie, elle se propose au contraire de tout subvertir, qui plus est au profit d'une nouvelle caste de super riches, des joueurs de football et des émirs qui reconvertissent leurs salaires et autres pétrodollars avant l'extinction de leur gisements. Cela sous les yeux gourmand d'un tiers monde asiate menaçant qui s'apprête à déferler. Ce qui déferle aussi ce sont les bons sentiments, les appels à toutes les spoliations au nom de la solidarité, à toutes les corruptions au nom de la défense des intérêts des fonctionnaires. Et tout cela se voit, et cela s'abomine.

 
La voilà la fracture au sommet du clivage:  une haine atroce et inextinguible, une volonté maintenant affirmée et que les coups de marteau contre un mur ne suffirent pas à apaiser: nous voulons le coeur arraché de la gauche rouler à bas de la pyramide et les cadavres pantelants des hétaïres paritarisées violées rouler dans les égouts de nos déjections ! Ahhrghhh ! 

Voici donc où en est le mâle blanc hétérosexuel: un brin furieux. 

En particulier contre certaines analyses de la victoire de Trump. Ainsi la quasi totalité d'entre elles évoquent la question sociale. 

D'un coté, la gauche éberluée, qui passa deux ans à traiter de raciste et de misogyne un milliardaire distingué qui dénonce à raison une cynique qui fut accusée de racisme en 2008 par un Obama en campagne et qui défendit son violeur de mari à coup de milliers de dollars pour acheter le silence des victimes. Le coup des propos "obscènes" vieux de dix ans révélés un mois avant l'élection fut particulièrement bien joué: absurde et convaincant les crétins, il ne marcha pas, au point qu'on puisse dire après coup: "well done Hillary, but not strong enough, you could have do better."

Des représentants distingués de l'élite intellectuelle, gagnants de la mondialisation, ne supportent tout simplement plus la vieille blonde hypocrite, et ce physiquement, au point de fantasmer presque ouvertement sa mort violente, ont voté Trump avec enthousiasme, tant il représente la fraicheur, la spontanéité et surtout, la sincérité, pour ne pas dire l'humanité, la seule que l'on respecte. On en est là. Cela n'a rien à avoir avec un vote de perdants déclassés au chômage dans la forêt qui réclameraient une sécurité sociale. Celle ci, dont le site buggé à mort ne fait qu'exiger des sommes supérieures à celles des assurances privées antérieures sera abolie par le vainqueur de l'élection. Un comble. Point de petits blancs en quête de prébendes là dedans: bien au contraire, la haine de la corruption a prévalu et le socialisme est une corruption, c'est comme cela que le peuple américain l'a toujours perçu. 

De l'autre coté, une droite centriste dont le discours, en gros similaire au précédent, est davantage inquiet, car plus près du manche, n'a pas pris la mesure de la situation et veut se la faire avec une autre tactique. Il s'agirait, non pas de lutter contre le racisme agressivement, mais de "rassembler" pour apaiser les furieux, les câliner et les rendre heureux. On met en avant de bons arabes gentils (le foutage de gueule mielleux de frères musulmans patenté n'est pas détecté) et on prédit l'union nationale de tous avec tous en la conduisant depuis Bordeaux, là où ça marche. On soignera le problème social avec une réduction des réformes indispensables, la maitrise de la goutte d'eau à ajouter étant millimétrique. Tout pour plaire: inefficacité, angélisme, exactement ce qu'il faut pour que ça pète à la fin. 

Pourtant la chose est évidente: malgré la boue médiatique et l'obscurité qu'elle induit dans les esprits vérolés par les paroles publiques hypocrites et dénuées de sens, l'électeur peut toujours faire ce qu'il veut et choisir non pas le pire, mais ce qu'il reconnait comme lui convenant et l'offre, encore libre, permet de faire émerger des choix qui peuvent convenir. C'est ce qui c'est passé avec Trump: un personnage à peine politisé, il n'est pas issu des républicains traditionnels d'Amérique, a émergé, il a plu, il a vaincu. 

Le vote pour lui n'est pas social. Il n'est pas non plus "raciste": bien que principalement orienté contre les peuples allogènes perçus comme envahissants, ce sentiment, contrairement à ce que croit la gauche, est naturel estimable, justifiable et respectable, il est celui de tous les peuples qui veulent maintenir leur intégrité. 

Ignorer ou détester ce sentiment est un crime. Que ce soit au nom de son propre intérêt (ah quelle est belle la générosité du maghrébin en voie d'inclusion pour les nouveaux arrivants sans papiers venus du moyen orient), ou bien de la stupide bêtise du petit blanc manipulé qui a renoncé par négligence culturelle à son histoire, ou pire, par culpabilité historique à sa fierté culturelle. Sans parler de l'infecte démagogie du chef de parti qui pour gonfler les chiffres du peuple qu'il veut défendre, a besoin de pauvres, qu'il doit importer (à grand frais) du tiers monde.

Quand est il des autres acteurs ? Nous avons bien sur le parti raciste historique, en fait faire valoir du premier sentiment et qui croit dur comme fer à la théorie nationale socialiste, comme il se doit. Il croit qu'il est en position de ramasser les billes, il n'est pas un parti en fait, juste un exutoire qui ne sera qu'un fauteur de désordre. Bien pire est possible, il n'y a qu'à voir ce que sa stratégie de dédiabolisation suscite comme mépris chez les vrais poilus, je pourrais en être et mon imagination est sans limites. 

Nous avons aussi le petit corrompu de droite qui croit avoir du bon sens: on nous sort les gaulois, puis on s'excuse en y incluant les martiniquais susceptibles, bref, un mélange hongrois qui sent la soupe. En parlant de soupe la double ration de frites pour remplacer le jambon vaut son pesant de "c'est ça la république" répété trois fois.

On croirait du Trump ! En est ce ? A priori oui, mais il y manque quelque chose: la dénonciation de la vieille corruption politicienne, ancienne et connue, celle des moeurs, celle de l'argent des conférences présidentielles (Clinton y fit fortune). Comment cette dénonciation pourrait elle être utiliser pour séduire ? Elle serait suicidaire...

Ami des tapies, balkanys, et autres héros de la pureté raciale et financière, Sarkozy est évidemment un Clinton et sa tiédeur à faire suer le fonctionnaire et l'ouvrier aux 35 heures en est le témoin: un mou démagogique, qui voudrait, c'est une honte, baisser les impôts des pauvres au lieu de les mettre au boulot. Un communiste. 

Trump est donc incarné en France dans la personne de François Fillon! (Vous l'aviez pas vu venir, celle là?). Porteur de la première vraie tentative, à la Française, de rompre avec la langue de bois, il parle franchement et avec la reconnaissance de l'invasion c'est sans doute la seule chose que le peuple peut sentir et apprécier.

Cela n'est pas fait de manière vulgaire: l'homme est un bourgeois en apparence timide. Mais la franchise est entière, on ne peut lui reprocher que son silence d'homme politique qui a des règles à respecter: il accepte en principe la victoire électorale de personnages qu'il dénonce. Au moins n'en seront responsables que les électeurs. Au moins, il le dit, quoique et je le lui reproche,  sans grande clarté... 

Mieux que cela, il instaure et rend possible une manière de parler que nous avions perdu l'habitude d'entendre, au point de penser qu'elle soit devenue impossible. Au point d'identifier le politique au mensonge, à l'hypocrisie, au désespoir du pis aller. De fait, qu'il perde ou non, il aura montré qu'on peut exprimer des vérités simples sans une démagogie qui "serait" nécessaire. Que tous les gagne petits et les habiles, les humanistes et les lèches culs soient maudits: ils auront toujours tort, et nous les détestons. 

Sur l'économie, il met franchement et avec calme le peuple face à ses responsabilités: il faut bosser plus si on veut s'en sortir tous. Cela peut marcher et profiter à tous. Sur l'immigration il se contente de vouloir voter des lois qui en déciderait et puis, il y a une musique qui s'élève: on pourrait aussi les appliquer. Sur les folies islamistes, pareil: il se vante, et contre la principale organisation islamique de France, l'UOIF, de vouloir s'en prendre aux frères musulmans. Sur la politique étrangère, il fait comme Trump: il s'entend avec la Russie pour lutter contres les gens qui assassinent nos concitoyens.

Ainsi, il n'est pas un démagogue, il ne promet pas tout et son contraire, il semble mesuré, respectueux des lois. Il est pourtant le seul porteur d'une puissante réforme libérale et nationale, à la hauteur de celle de 1958 et pour le bien évident du pays, tous ceux qui ont abordé le sujet le savent et le disent. A t il la meilleure tactique ? Tel point peut il ne pas marcher ? Il essaye et propose et il est le seul sur le créneau. Plus que neuf jours. 

Alors ? Où est il, sur la fameuse ligne de crête ? Et bien il est une épée et il l'enfonce, il la tranche, il la pulvérise. 

Car le sujet sur la trinité mérite d'être complété. Le vrai est une épée, une arme, une technique. Il rompt avec les mensonges de la faiblesse, soumise à et instrument du bien laissé seul en charge des mensonges qu'on se fait à soi même. Car ce n'est pas beau que de se laisser aller au bien: la beauté reconnait l'éclat des épées et le courage, dans le domaine du bien c'est aussi celui de la vérité. Bref, la trinité fondamentale, seule capable d'exprimer les trois principes fondamentaux des attitudes humaines d'abord séparés et ensuite en dépendance, se doit d'être magnifiée. La reconnaissance de cette instabilité du spirituel s'appelle la liberté, le concept englobant qui laisse l'esprit vagabonder dans toutes ses expressions, librement et justement. 

Car il n'y a pas de haine qui tienne et la seule qui vaille, celle que l'on doit combattre, est celle de la liberté.  

Qui n'en veut ? 

(un peu abrupt,mais le sujet l'exige). 

P.S. Une très intéressante analyse à l'américaine http://www.laviedesidees.fr/Redneck-blues.html.

En gros, le "grand paradoxe" (les pauvres blancs des US, les "red necks" votent contre le social). Et bien, on a plusieurs interprétations: la pauvreté est la marque de la déchéance protestante que l'on mérite moralement, et aussi que le pauvre blanc ne pouvant que dominer le noir devient le raciste essentiel, contre la solidarité donc. Pour finir, c'est aussi l'élite blanche qui dénonce les racistes red necks depuis l'origine des US. Un grand pays, vraiment, et qui ne se réduit pas aux petites lois économico sociales des européens à peine sortis du communisme.

Vive la liberté ! 

 P.S.2 l'article prémonitoire de Michael Moore 

http://www.huffingtonpost.fr/michael-moore/cinq-raisons-pour-lesquelles-trump-va-gagner/ 

31/10/2016

Le truc de Schubert

Qu'est ce qui qualifie Franz Schubert ? Sa syphilis ? Son jeune âge ?  Son maitre, Saliéri ? 

En 1823, il compose "la belle meunière". En Mars 1827, il est porte flambeau à la mort de Beethoven, et meurt du typhus un an après à 31 ans, en Novembre 1828.

Je me voudrais critique de disque, en admirateur prosterné d'immenses compositeurs, d'immenses personnes, sans parler des héros qui osent -jouer- ces gens. 

Né et mort à Vienne, dans une ville qu'on visite à pensant à lui et à d'autres, il est porteur de souvenirs, car la musique est par essence ce qui s'attache au temps. Un lieu commun, certes mais avoir le culot de s'exprimer sentimentalement en musique alors que Beethoven est mort, c'est grandiose et il y arrive.

Naïvement, on dirait, dans un piano ultra célébré, et décrit comme ultra profond: il me semble pourtant transparent, comme naïf, comme si ses mélodies étaient "actuelles", évidentes. Ce sentiment d'évidence, de parfaite adéquation à l'esprit du temps (je parle du début du XXIème siècle), est patent. Quand on m'avait conseillé (il y a longtemps) les impromptus j'avais ri. Ah oui ! Frère Jacques... Or c'est manifeste. Ou bien alors c'est moi. 

De fait il avait atteint dès cette époque, un niveau de simplicité absolu (le niveau, pas la simplicité). C'est ça Schubert. Cela va au delà des "lieds", parfaitement émouvants par ailleurs et fondés à faire le fameux schubertianisme qu'il a vécu d'ailleurs: star du rock viennois, il fut adulé. Mais cela ne suffit pas à le caractériser...

Car il y a dans la transparence la soif d'une perfection juvénile absolue qui ne se satisfait jamais... Il arrive à nous prendre, le diable, pour des voyages qui ne sont pas les seuls, mais qui en sont. 

David Fray, Lars Vogt, Mitsuko Uchida soyez bénis et les autres, en direct car ils étaient moins cher aussi, ça a marché aussi. 

 

Il est pour finir l'auteur de l'une des choses les plus émouvantes qui soit: 

https://www.youtube.com/watch?v=Bm_AKMV0ME0

https://www.youtube.com/watch?v=bZZqZTKoFcM

https://www.youtube.com/watch?v=1x1Q7LO_UlU

Le plus admirable éloge de l'art suprême, de ce qui est au delà de l'humain, et exprimable de toutes les manières possibles ! 

 

30/10/2016

BWV 99 Was Gott tut, das ist wohlgetan

Ce que Dieu fait est bien fait... Le inch allah luthérien allemand, mis en musique par Bach, lui même... 

Bon on suivra le texte suvant: http://www.bach-cantatas.com/Texts/BWV99-Fre6.htm

aprés avoir pété un franc suisse à Bachstifftung pour écouter ça dix fois. 

http://www.bach-streaming.com/what-god-doth-that-is-rightly-done-bwv-99-video.html

 

L'ouverture est guillerette, mais en fait à la Bach ultra hiérarchisée et complexe, toutes les nuances de la bonhommie étant explorées tour à tour, comme de juste. 

tadadam avec le rappel rentré, et hop ca remonte encore une fois pour bien poser la structure.

Apparaissent donc alors ce qui marquera la brêve période de notre temps précieux soustrait au monde: la présence simultanée et obstinée d'une flute et d'un hautbois (dit d'amore par la volonté du maitre).  Et puis les voix arrivent, par en dessus et ça le fait. En parlant de maitre, on est là dans l'affirmation de la paternité bienveillante, quasiment champêtre. Cela se développe, vous êtes pris. 

Un récitatif. Vous ne perdez rien pour attendre.

Puis l'air de ténor entièrement dissonant. La flute laissée seule se confond en désespoir par en dessous, et la voix ahahahah essaye de lui échapper. 

Erschüttre dich nur nicht, verzagte Seele,
Ne frémis donc pas, âme désespérée,
Wenn dir der Kreuzeskelch so bitter schmeckt!
Si le calice de la croix a pour toi un goût si amer !

Nous y sommes donc et la dissonance cognitive, spirituelle et le reste se manifeste puissamment: 

Obgleich die Süßigkeit verborgen steckt.
Encore que la douceur en soit cachée.

Et c'est bien tout le problème, la répétiton de la chose en descente délicieuse d'un mal au coeur délicieux qui n'en finit pas de descendre dans le désespoir de l'amertume faite musique pour notre délice... Ne frémis pas, non ne frémis pas... Tu parles et la flute, la flute.... La fin abrupte et aigüe, est la seule remontée musicale.

Un mot au sujet de la flute, instrument magique, sacré, préhistorique, terrifiant, ensorcelant: il enchante ce délire hors de tout, qui glisse dans l'au delà. Seule avec le ténor, on atteint là, brutalement un sommet de Bach et je ne rigole pas. 

L'Alto s'avance et tente de synthétiser. Mais ce n'est qu'un espoir, et il va falloir maintenant passer à la casserole. D'abord l'Alto qui récite. 

Wenn man genug geweinet,
Lorsqu'on aura assez pleuré,
Kommt endlich die Errettungszeit,
Viendra enfin le temps de la délivrance,
Da Gottes treuer Sinn erscheinet.
Où se manifestera la sincère loyauté de Dieu.

Ca se termine bien, en apparence. 

Viens alors le duetto de BWV 99, l'une des plus extraordinaires moments musicaux qui soit: la recherche réussie de l'accord absolu. Conçue comme une marche progressive de deux tacherons associés alto soprano comme humains, flute et hautbois comme machines toute la marche progressive vers le point suprême, est mené en plusieurs étapes pour finir dans un bref échange, redoublé dans deux motifs accordés en fait parfaitement et à quatre. Cela s'appelle la "crux" et quelque soient les significations multiples qu'on peut lui accorder, force est d'admirer le combat, et ce que l'on en obtient. 

Le bachstifftung est extraordinaire, à la bonne vitesse avec le bon équilibre des voix: https://www.youtube.com/watch?v=KBjvsHCv0Zk

Cela commence avec la machine flute et haubois, une première fois. Les voix d'abord dédoublées se synchronisent plusieurs fois, et à chaque fois cela repart avec le décalage pour finir finalement dans l'incroyable

Wird auch künftig nicht ergötzet.
N'aura pas non plus à l'avenir à se délecter.

Mais avant cela, il faut passer par le terrible 

Wenn des Kreuzes Bitterkeiten
Si les amères souffrances de la croix
Mit des Fleisches Schwachheit streiten,
S'attaquent à la faiblesse de la chair,

Méditation incroyable sur la terrible nécessité, recherche éperdue, l'argument retourné incroyablement tordu, qui reprend bien sur, c'est un miroir comme toujours, le "bitter schmekt". Mais bon sang, de quoi parle-t-il ? 

Cela se termine brutalement après le silence des voix, par les deux machines, elles aussi accordées en une brève reprise. Voilà. Combien de litres de larmes furent versés sur ces moments là? 

Puis, on en revient au début, c'est à dire à la maison, c'est fini, vous pouvez rentrer chez vous tranquille, papa s'occupe de tout. C'est ce que dit le choeur. Il en profite même pour vous faire un dernier retourné... Quel culot.

Drum lass ich ihn nur walten.
Aussi n'ai-je qu'à le laisser agir. 

C'est ça, bien sur. C'est court, et c'est fini maintenant. Le silence qui suit, accablé, nous laisse sur terre.

99 est ainsi donc une merveille totale, une cantate de Septembre, du deuxième cycle, jouée en 1725. C'est qui qui est l'auteur de ce truc ?

 

16/10/2016

Les pédagogies

http://nathaliebulle.com/wp-content/uploads/pdf/rn-publicain-pn-dagogistes_20130315_153612.pdf

est un texte précieux, fait de ce ne que pourra jamais produire le simple journalisme. Une analyse et une réflexion, ce que ne sera jamais une simple description. "L'école et son double" est l'ouvrage de la dame. 

D'abord comparer Dubet et Meirieu à Brighelli et Finkielkraut fait beaucoup d'honneur à deux journalistes, mais qu'importe, il se pourrait que d'autres noms se mettent de la partie, il faut le dire inégalement représentée (c'est quoi cette figure de rhétorique, le français est trop intelligent, ou trop poétique). 

En gros, des théories indubitables, confortées par le plus ancien savoir du XXème siècle, déroulent sous nos yeux leurs conséquences incontournables sans que nous n'y puissions rien, car nous n'y comprenons rien. Il semble que cette Nathalie Bulle, pourtant du CNRS, soit une redoutable salope (au sens des années 70) et nous permette de découvrir (au sens de soulever le couvercle) le fameux pot aux roses.

D'abord, on ne conçoit jamais de grande théories hors d'un contexte idéologique bien précis dans lequel de grandes idées souvent inconnues du public (et j'en fait partie) ont acquis leurs évidences à l'écart du public (et j'en suis). Je veux dire par là que ce qui parait incompréhensible n'est souvent pas du à l'apparence du monde soudainement devenu absurde ou pervers, mais bien à ce qui justifie qu'on le fasse tel et qui un ensemble de doctrines écrites, accessibles pourvu qu'on y prête attention, et justifiant, voire prescrivant avec cohérence et volonté justifiée les actions qui conduisent à l'absurde.

Les pédagogies qui finissent actuellement de ruiner le système éducatif français et ceux qui en "bénéficient", sont issues d'un ensemble de conceptions particulières au confluent de la philosophie, de la sociologie et du politique que l'on se doit de rendre visible.

D'abord le politique. C'est la thèse de Nathalie Bulle qui explique bien le débat "scientifique" normalement tourné vers la possibilité de connaitre au sujet de la relation pédagogique fut retourné en considérations susceptibles d'être soumise au débat démocratique, et donc sujet aux question de préférences partisanes, le public étant libre de choisir entre une droite et une gauche sur ces questions. Teinté par la droiture, la relation maître élève fit les frais de la chose, le fameux slogan "ne dites pas "monsieur le professeur", dites "crève salope"" n'ayant sa validité que là.  

On passe donc au sociologique. Bourdieu le chéri de ses thésardes, (est ce lui qu'on appelait "la poutre", à cause de ce qu'il mettait dans l'oeil de ses victimes, je m'égare, ?) théorisa avec la "domination" l'aspect pédagogique de la chose, toutes les théories de tous ses disciples ayant depuis vocation à changer l'inéluctable inégalité du normalien dominant (voir plus haut) en fait terrible, profond, et quasi hitlérien ressentiment de classe encastré dans la plus terrible, la plus vulgaire, et surtout, ce fut un professeur, la plus fausse des idéologies sectaires.  

Incompréhensible et inopérant auprès de ses collègues qui le méprisait pour ses turpitudes, le gros communiste se consacra à laver le cerveau d'une certaine classe de demeurés, qui cherchèrent à toute force à appliquer ces théories sectaires dans le domaine qui était le leur, l'humilié, mal payé et qui n'avait rien à voir, métier de professeur des écoles. Désintéressés (tu parles, leur salaire minable, gage de leur liberté et de leur responsabilité, faisait foi) par les matières qu'il enseignaient sans gout, ils se mirent à autre chose, c'est à dire au pédagogisme. 

Je suis sévère: le prof en général restera mon héros en ce qu'il se consacre bien sur à l'apprentissage, et pas à ses matières, qu'il le fait pour rien et que cela est injuste, mais que justement, et c'est Adam Smith qui le dit lui même, il le fait par ce qu'on le reconnait. Car l'amour infini que l'on voue au prof de maths qui vous révéla la racine carrée vaut tous les salaires. La pédagogie n'est pas en cause: il y a de l'humain dans le prof et le fameux rapport est d'abord l'un des plus difficile qui soit, voisin de la relation amoureuse et ce sont les grecs qui le disent, là encore je m'égare, car Bourdieu en avait bien sur, tiré les mauvaises conclusions.

Quoiqu'il en soit, garant de la civilisation de l'honneur, le prof mérite, comme le fantassin qui meurt le premier jour ou qui devient maréchal de France à force de succès magnifiques, tout le respect qu'on doit au vrai courage. Ce sont les ordres qu'ils reçoivent et les stratégies qu'on leur ordonna de mettre en oeuvre qui conduisirent au désastre. Ils le firent en voyant ce qui se passait, et en tentant de combler les manques qu'ils voyaient. Certains furent acquis à la cause immonde et délibérément ravagèrent, d'autres ne comprirent rien à ce qui se passait. Mais les responsables furent leur officiers, et il faut maintenant faire feu sur le quartier général. 

Les hiérarchies de classes et de savoir que je décrivais en sociologue plus haut n'agirent bien sur pas que sur les biffins. Toute une hiérarchie à la fois épiscopale et militaire (le mot "mammouth" ne fut pas inventé pour rien) est à l'oeuvre et le phénomène se produit à toutes les échelles. Mieux, le ministre lui même, prototype de la stupide mijaurée au cerveau lavé, même pas francophone en plus, est victime de la terrible incapacité citoyenne à appréhender la nature du monde, à en choisir les degrés de liberté. Dans la société du savoir, la convention absurde, masquée par l'hypocrisie et la corruption fait office de nature, et il n'y a plus de choix: le politique en ce qu'il est de gauche et que tout le monde est de gauche est devenu obligatoire, la religion de la connerie a tout transformé en culte et qui discute du culte ? 

Venons en à ces fameuses théories, c'est là que c'est intéressant. D'abord, une distinction fondamentale, liée au fameux "constructivisme" dont l'ampleur de la nocivité ne lassera jamais d'étonner.

Il n'y a pas construction de l'être par la raison, mais apparition de la raison à partir de l'être.

Pardon de cette forfanterie, qui me conduit à improviser des aphorismes sans doute inexacts, mais il s'agit bien de cela. Alors que bien sur toute l'histoire de l'humain est celui d'une émergence progressive des structures logiques explicites de la civilisation à partir des magmas implicites biologiques et tribaux, ce qui remet en cause toutes les doctrines de la révélation et de préexistence de quoique ce soit d'intelligent à l'intelligence humaine, il n'y a aucune raison d'appliquer ce merveilleux principe naturel à la transmission du savoir à nos enfants: par définition le savoir se situe hors du biologique et de la théorie de l'évolution, et vouloir appliquer le même mécanisme au domaine par essence symbolisé de la relation d'apprentissage est une généralisation hâtive, voire maladive, voire fausse, voire gravissivement fausse.  Elle semble à l'oeuvre, nos intellectuels sont des cons, et on vient de s'en rendre compte.

Cette histoire de l'opposition du symbolique et du naturel est ancienne et se trouve sans doute à l'origine de bien des vocations et bien sur de forêts entières de livres incompréhensibles, tous consacrés à paraphraser la grande découverte: la description de l'évolution du cerveau des singes vaut pour celle de l'embryon et aussi pour celle de nos enfants à l'école: adaptation au réel, construction progressive et conventionnelle par l'imitation de la capacité à faire semblant de savoir. C'est cela la pédagogie, c'est cela l'idéal de l'humain que l'on obtient après application de la technique en question.

Il faut bien comprendre qu'avec cela, on rompt avec quelque chose. En fait avec trois choses. D'abord avec l'évident principe que les différents mondes de l'univers ne sont pas forcément en correspondance ou en sympathie comme le pensait l'ésotérisme de la renaissance. Voilà pour ta gueule déjà, crypto gnostique demeuré.

Ensuite que le symbolique comme marque logique de la représentation digitale, bien qu'il ait ses limitations et on en a parlé a aussi d'immenses avantages et le contrôle de la nature par la raison à développer chez les enfants et les jeunes adultes est un aspect fondamental de la poursuite de la civilisation. S'y vouloir soustraire c'est recommencer l'évolution simiesque, ce qui constitue une régression, disons une perte de temps. Voilà pour ta gueule toi qui veux élever ton fils sans faire de différence avec ton chimpanzé.

Pour finir, le symbolique désigne aussi le caractère effectif de la distinction entre maitre et élève, entre parent et enfant et structure la nécessité de l'obéissance, le respect de qui a raison se devant d'être acquis, au besoin par la force, dès le plus jeune âge.

Le savoir est volonté d'avoir raison, de prouver par soi même le contact avec le réel assimilé avec le vrai, c'est la meilleure des éducations. Tout doit être démonté et analysé comme il est, depuis la souris jusqu'à l'ordinateur qu'on doit disséquer dans ses tréfonds. Le contraire du rap au milieu des immeubles et de l'adaptation type culte du cargo à du presse bouton adaptatif. L'école primaire doit justifier ce qui distingue le bébé humain du lémure et non pas ce qui les identifie. La physique n'est PAS une science naturelle, soumise aux opinions sur la théorie de l'évolution ou à l'infériorité niée ou prouvée du cerveau des femmes: elle est l'identification de la loi naturelle à la formule mathématique et cela ne se discute pas ! 

A partir de là on a ce qui constitue l'effroyable oppression (capitaliste, pourquoi pas, le mot est disponible) que subissent les pauvres chti enfants des classes supérieures qui ont la chance de profiter de doctrines pédagogiques traditionnelles. La reproduction, comme dirait l'autre je vous l'assure marche à plein dans les deux mondes, qui sont en train de se séparer irrémédiablement. On reprochait le knout et l'effroyable discipline qu'on imposait autrefois aux classes dangereuses. Nous vivons l'inverse: celles ci sont maintenant laissées à leur désordre, à leur cannabis et à leur rap, sans doute pour les mieux exploiter, que sais-je, la théorie du complot ya ke sa.

Il y a un autre aspect du pédagogisme est qui est l'égalité. L'égalité réelle bien sur, ya ke sa. Elle est le concept qui nie les différences de puissance cognitive entre les individus, ceux ci ayant accès par droit et donc par nature aux mêmes conceptualisations sous peine de discrimination. Responsables de l'imposition de cette doctrine, les très méritants hiérarques, fonctionnaires bien sur, sont les seuls à être impitoyablement sélectionnés: selon leur adhésion aux règles politiques décrites plus haut. Le vatican et l'armée rouge ont leurs propres lois et critères de recrutement, pourquoi pas l'éducation nationale, sa taille est plus importante. De toutes façon, on ne demande que de s'adapter et le caractère gauchiste ou révolutionnaire de la chose n'est que la marque que l'on porte aux oreilles: un gage de sodomie supportée sans grimace, la révolte muette des esclaves asservis au revenu minimum. 

Cette notion d'égalité a d'autant plus d'importance qu'elle opère à plusieurs niveaux. D'abord biologique, on l'a vu, elle a aussi un but opérationnel qu'on pourrait résumer par la notion de "nivellement par le bas": une société homogène, socialiste disons le, se doit de ne pas posséder de semi élite qui ne soit pas fonctionnarisée, c'est à dire tenue en laisse et soumise à la discipline du ventre et des hiérarchies militaires. En gros, il s'agit aux sens biologique et social, de nier la notion même de liberté celle qui préside au hasard des naissances, aux déterminations autonomes et surtout aux pensées dirigée par la raison, celle ci étant construite (voir plus haut) on peut la faire et faire faire. 

Nous y voilà donc pour la doctrine qui préside à l'éducation. Et on dénonce la théorie du genre ! Celle ci, infime partie de la théorisation du monde qui assumée dans la marginalité des lycées des années 80 est maintenant ce qui anime les directeurs de la haute administration, n'en est qu'une forme particulière: construction du sexe, égalité de tous avec toutes, obligation de se conformer aux messages "éducatifs" imposés par le politique.  

Nous y voilà: les choses sont claires. Il faut donc maintenant détruire tout cela. Non pas déconstruire, cela vient d'être fait ici (et ailleurs, mais moins bien), mais détruire. D'abord renvoyer les hiérarques, la question de leur passage devant les tribunaux se devant d'être agitée pour leur faire peur, réduire leur retraites et aussi faire des autodafés avec les disques durs de leur ordinateurs. Puis on passera à autre chose, des élèves en uniforme à qui on apprendra de force le français et le calcul, cela doit être mené avec constance pendant au moins vingt ans avant que cela fasse quelque effet. En attendant, dictature ? Non, cela ne sera pas nécessaire: la force de la vérité doit suffire et les escadrons de la mort le ne seront que si Fillon n'est pas élu. 

 

 

09/10/2016

Le déclassement

A propos de http://www.laviedesidees.fr/La-gloire-de-nos-peres.html

On retrouve là bien des points de vue que "tout le monde partage", à moins que l'on ne s'y oppose tout en les acceptant, une même chose se devant d'exister, et cela suffit, pour qu'on la discute, ce qui la rend éternelle... 

La question est celle de l'ascension sociale, forme suprême et incontournable de la perception de l'histoire, que l'on ne peut éviter de considérer principale dans la vie des nations. Elle serait le moteur des envies, la seule justification de la vie, le seul moteur de l'histoire (si tant est que l'histoire ait un moteur... ), la seule chose qui vaille. 

Alors qu'on nous rabat les oreilles avec la décroissance, on ne nous les tire jamais avec un point de vue bien plus pragmatique et que je voudrais rappeler ici: toute l'histoire des nations et en fait toute l'histoire se fit avec une ascension sociale nulle ou extrêmement lente, et en tout cas animée par des pesanteurs quand à l'égalité des conditions qu'on pourrait considérer comme extrêmes. Nul projet bourgeois, ou parfaitement marginal, en tout cas une société exclusivement organisée autour de son maintien symbolique avec une population rurale exclusivement consacrée à sa survie alimentaire tout à fait majoritaire (foin de médiane et de revenus mitigés à leurs écarts types, disons 80%). Parler de seuil de pauvreté ou de revenu médians à cette aune, qui est celle de la longue durée est tout simplement dérisoire. 

On en viendra donc à l'idée que la fin de la pauvreté n'est pas une fin, ni un but, ni une tendance. Elle est un accident de l'histoire du à une prospérité provisoire locale et n'a aucune réalité véritable dans la vie des nations.

Les "trentes glorieuses" dont on nous rabat les oreilles furent une période de grandes souffrances: déracinés de partout, les paysans français de la guerre de 14 furent tout simplement exterminés, le formica recouvrit bien des tristesses, et les inégalités de ces croissances là furent constantes et combattues au delà de tout et nous en venant au fond de l'affaire: la transformation du refus culturel des inégalités lié aux communications et évolutions soclales en un point de vue philosophique voire en une religion ! 

Les sociétés n'ont que faire des inégalités invisibles et les différences de vies, coutumes et préférences ne sont pas mesurables à l'aune des "revenus" ou de leur distribution ou pire de leur augmentation tendancielle. Il est possible et mesurable que des populations se stabilisent en mode de vie ou de niveau relatif de revenus dans l'ensemble social. Cela s'appelle les classes sociales, disons pour être le plus brutal possible des "castes" et que cela ne soit même pas "conçu" me parait étonnant. 

Qu'il soit possible à une certaine mobilité de se manifester est évidemment acceptable, souhaitable et à encourager, mais ne signifie en rien qu'elle soit obligatoire. On a tous connu ces histoires de petits bergers qui devinrent diplomate, mais cela ne signifie rien: ni que tous les bergers peuvent le devenir, ni qu'aucun ne le peut... 

Dans ces considérations, il y a, chevillé au coeur des points de vues de base, même ceux des plus intellectuels d'entre nous, des motivations "cognitives" à la fois puissantes, enracinées et complètement stupides: la confusion du possible et du nécessaire, du droit et de la justice, de l'égalité conceptuelle et de l'égalité "réelle". 

Parlons en de l'égalité "réelle": ce fut le nom d'un secrétariat d'état dont l'intitulé disparu en même temps que la démission de son titulaire, concomitante avec celle d'Emmanuel Macron cet été. Elle a et aura toujours des ses multiples, mais le sens fondamental, celui de l'erreur cognitive essentielle dont l'expression est le signifiant, demeurera longtemps.

La réduction des inégalités n'est pas et ne doit pas être un objectif, un but ou une volonté. Tout au plus un effet marginal heureux de la croissante prospérité générale, seule chose à considérer. Voilà la réalité. Car cette réduction là est en opposition frontale, et l'histoire le démontre, avec la paix, la création des richesses et le progrès en général. Que des paysans révoltés détruisent des églises, que des guerres de race ou de prédation brulent des civilisations cela est le réel de l'histoire et n'est jamais ni souhaitable, ni essentiel. Que le monde occidental, hanté par la connerie socialiste post chrétienne s'effondre sous le poids de sa corruption populaire encouragée en son nom est un phénomène similaire: l'humain est capable de tout et n'a de comportement optimal que pour sa gueule ou celle de ses affidés, pendant le temps qu'il a à vivre...

Car les nations se constituèrent dans l'inégalité des conditions, je dirais bien sur et forcément: c'est la volonté de résoudre des questions fondamentales de survie de soi ou des moeurs de beaucoup, bref, de tout ce qui est important à un moment donné aux populations, et cela n'est pas uniquement l'égalité bien sur, qui mène à de grandes alliances qui dépassent les époques, les familles, et bien sur les classes sociales, alliées en non pas en lutte, malgré elles malgré tout le reste.  Même si elles se constituèrent sur la base d'intérêts, ce ne fut jamais l'égoïsme tribal qui les firent, et cela par définition. 

J'en reviendrais donc modestement à une conception nationale des histoires, seule capable de donner un point fixe dans le changeant et perpétuel devenir des hommes et de leur volontés. Se maintenir ne veut pas dire évoluer vers une direction, et la force du vivant est bien ce but là plutôt que l'autre. Qui sait ce qu'il veut devenir ? 

L'idée moderne de la décroissance doit être creusée et a deux significations contraires, voire trois si on y ajoute le mortel désespoir du camp du pire, celui (le camp) de la domination inéluctable à venir par les hordes raciales africaines. D'abord un retour sain aux valeurs fondamentales de la consommation: pourquoi emballer forcément ses yaourts et ses petits pois au delà d'un simple journal réutilisé ? On a là une direction du mode de vie, qui pourrait accompagner heureusement comme fait de civilisation, les plus aventureuses explorations cybernétiques ou médicales. La valeur ajoutée n'a pas éternellement vocation à être extraite de l'inutile polluant.

A ce point les choses se dédoublent, et les anti spécistes (les ennemis de l'humain donc) proclament l'inéluctable de cette pollution pour mieux imposer l'extermination par la décroissance devenue arme de destruction, l'interdiction pacifiste des autres armes (du moins des nôtres) faisant partie de l'opération. 

L'autre branche est celle de la vraie décroissance, celle du retour aux âges anciens, fortement ruraux et donc inégalitaires et donc traditionalistes. Là où les vraies valeurs, celle du sang du sol et de la religion contrôlée par les seuls qui savent lire prévaut. Que l'on soit curé ou diplômé de développement durable, la chose est la même. Suis je éloigné de ce point de vue ? Je voulais l'acceptation des classes, l'idéal collectif spirituel, l'adhésion aux valeurs de la nation, je l'aurais.

La deuxième idée de la décroissance serait donc fausse et confondue avec la première. 

On voit ici la profonde adéquation entre certains mêmes, et l'effroyable mélange qui peut se manifester dans les brouillards idéologiques. Disons que ma conception du monde n'est pas fondatrice, et se voudrait hors de la nécessité de fonder un ordre militant ou religieux: c'est le réel qui fait les classes sociales et pas la volonté d'un "retour" à je ne sais quoi: disons que je verrais un monde comme stable et mis hors de l'équilibre par les évènements ou le provisoire (ce que j'appelle le "réel"). Le retour n'est pas à vouloir, ou à planifier, mais à accompagner. Encore le brouillard... 

C'est sans doute pour cela que la vraie pensée du monde doit être ouverte, c'est à dire refusant tout "retour": il n'y a que des stabilités fondamentales des processus et non des ères géologiques dont on doit tuer les dinosaures. Le réel n'est jamais violé que dans les phantasmes des théoriciens qui confondent découverte et invention, encore une violation cognitive. Il n'y a qu'un seul réel, celui du monde et il ne peut être ni masqué ni retrouvé, ni occulté, seulement découvert car déjà là, les associations que nous pouvons faire à son sujet étant ce qui caractérise son aspect "ouvert".

On en revient à la deuxième signification: il faut dédaigner l'idolâtrie de l'objet vulgaire à la fois inéluctable, navrant et nécessaire soit disant au bonheur  d'une peuple stupide. Que celui ci en soit privé n'est pas du tout un mal, et la transformation de l'employé désargenté en fonctionnaire abruti n'est ni souhaitable ni nécessaire: le sort du bureaucrate communiste n'est PAS enviable et ne correspond pas à une évolution séculaire de la civilisation. Voilà le sens de la vraie décroissance, et cela devrait faire  un sort à bien des volontés d'ascension sociale...

 Car l'idéal de la société de progrès, en gros celui issu du "conseil national de la résistance" , c'est à dire de l'ambiguité laissée au communiste, et dont le socialisme de Mitterand a profité (on pourrait dire "à plein") a fait long feu. Transformé en encouragement à l'immigration (vous savez les africains qui font le boulot et les gosses que vous ne voulez plus faire, et qui donc vous payent, sans rechigner, vos allocs et vos retraites), l'ascension sociale des blancs extraits de leur campagne dans les années 60 doit maintenant s'arrêter. S'agit il d'un déclassement ? Non, d'une reprise en main. Simplement le sentiment national devra être consolidé et il ne pourra l'être qu'autour d'une prospérité organisée autour de principes convenables. Il faut la restaurer, quitte à ce qu'il y ait des pauvres.

Car le blanc peut être pauvre, il l'a été longtemps. Cela s'appelle les inégalités et pourvu qu'elles s'accompagnent de compensations, elle peut être supportable et supportée, voire honorée. Car c'est le propre, justement, de ce qui fut la vieille religion, qu'un philosophe allemand transforma en apocalypse, de célébrer la pauvreté, comme droit au salut, voire comme condition de celui ci. C'est ce monde là qui alors se dévoua à l'industrie au sens noble, celle qui créa justement une transformation sociale inouïe, et dont on se plaint à tort du premier hoquet. C'est d'ailleurs aux franciscains, ceux qui inventèrent la pauvreté comme condition choisie, que de décrire la richesse et donc d'en codifier la possibilité et donc l'expansion raisonnée. 

Ce souci ou plutôt cette absence de souci pour la pauvreté dans la nation se traduit à notre époque par une généralisation du droit à manger qui s'étend à tout ce qui rentre dans le champ tactile du crétin tordu. Point d'émois devant la télévision, point de sentiment devant l'affiche du petit au ventre gonflé dans le métro. Michel Drucker y proclame qu'il veut éradiquer la faim, on n'y fait pas attention (il faut ce niveau d'obscénité pour que la vieille dame se laisse escroquer). Quand le réfugié meurt, on gémit, quand il arrive en Europe, dés son premier pas sur le continent objet de son invasion, on se précipite sur lui et on le couvre de tout ce qu'on trouve: couverture, emplois, bises, et tous les billets vers la France et l'Allemagne, organisateurs de ce généreux continent. 

Comment oser parler de stratégies d'ascension sociale dans un monde capable de telles absurdités ? Ruinant tout sentiment d'appartenance à une histoire, l'accueil irréfléchi du transfert des surnuméraires les plus hardis du tiers monde ruine tout respect, toute solidarité avec les pauvres. Car la haine générée se trouve dédoublée.

D'abord elle devient celle des pauvres locaux, des vieux pauvres, laissés bien sur seuls à l'avantage indu que constitue une langue déjà apprise sans parler de la connaissance des bonnes adresses (celle des restaurant à poubelles les plus. généreuses). Tout ira vers l'étranger, dont le caractère musulman, par essence menaçant, exige la plus extrême gentillesse, en forme de déradicalisation préventive, donc. Cette aide s'adresse symboliquement aux confrères déjà arrivés et installés, très exigeant sur la générosité, mettez vous à leur place. Les autres s'enfuient dans la ruralité en attendant de revenir en force d'ici quelques siècles, mais ronchonnent. 

Le dédoublement haineux se fait aussi de la part des riches: à peine installé dans leur bourgeoisie après bien des tracas, voilà qu'ils se tournent vers leur passé pour en éprouver le fond charnel et originel. Que trouvent-ils dans leur ex quartiers? Un tiers monde ravagé par la drogue, l'horreur du néant dont il ne sont pas sortis eux: leur misère fondatrice a été remplacée et il ne reste rien de leurs vieux souvenirs, dont ils ne peuvent que se désolidariser. Misère du monde moderne ! 

Et on parle de "métissage" ! Le modèle de l'île de la Réunion doit s'appliquer partout et les petits blancs doivent fuir dans leur montagne le temps de les laisser sodomiser un ou deux touristes avant qu'ils ne laissent la place, modernité oblige, au agences de voyages qui organisent les sauts en combinaison dans les cascades. 

L'excès de souci se traduit donc par une trop grande négligence de la pauvreté véritable, celle qui nous attend tous du fait du déclassement. Pour s'en prémunir, un nouveau dédoublement. Refuser ce sort et exiger que l'on emprunte en plus de tous les impôts possibles pour payer nos soins, nos salaires, nos usines, les locomotives que nous produisons sans avoir de clients. Ou bien accepter ce sort et produire à bon prix le temps que la prospérité revienne, grâce aux marchés futurs monopolistiques que nous devons nous laisser inventer. Car l'injonction de la pauvreté pour notre salut est ambigüe: elle génère la richesse, la seule qui vaille, celle de l'effort historique et de la liberté. 

On perd sa vie à essayer de la gagner. Quel sentiment peut motiver les peuples sans les contraindre au paradoxe infernal du voeu mal interprété, à l'effet pervers qui ruine l'innocent juste coupable d'avoir trop voulu ? L'amour ? Même pas, ou bien alors un amour soigneusement épuré, tellement qu'il ne puisse égaler aucun de ceux que l'on connait. Faut il que le monde reste ouvert pour que l'on puisse inventer ce qui nous manque ! 

 

25/09/2016

BWV 54 Wiederstehe doch der Sünden

Une cantate de jeunesse qui enchanta ma célébration bachique de 2013 et 2014 (on hésite entre 1713 ou 1714 pour sa première exécution à Weimar). BWV 54, un bijou incroyable, pur diamant et qui fait et fera l'admiration de tous, en tout temps. 

La célébration est celle du troisième dimanche de Carème (Oculi). 

Les paroles sont en http://www.bach-cantatas.com/Texts/BWV54-Fre6.htm

On passera sur l'enregistrement du premier couplet par Marcon, Giulio Carmignola et Angelika Kirchschlager

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/bach-arias-various/5099708992422

On passera aussi sur le trop lent mais parfaitement baroque du film noir et blanc de Glen Gould:

https://www.youtube.com/watch?v=keT3Gnypbt4 avec Russel Oberlin

On notera l'illlustration graphique parfaitement géniale de https://youtu.be/3iKFi2DH-sA qui montre la balance de tout ce qui intervient pour faire marcher l'incroyable machine. 

Mon préféré est le BachStifftung avec Markus Forster, énervé et en colère et surtout avec l'admirable enregistrement de la complexité de la machine à violons qui anime la "chose". Car la chose doit être faite à mon avis avec vigueur et vitesse et ce n'est pas l'avis de tout le monde.  https://www.youtube.com/watch?v=w-5-MfijHdE 

Gardiner, par exemple est extrêmement doux là dessus. 

La cantate est exceptionnellement courte, deux arias d'Alto séparés par un récitatif. 

On commence par une attaque rythmée étrange, celle qui hélas est parfois développé avec lenteur et nostalgie avec ton égrelé qu'on n'attribue qu'aux vieux enregistrements. Cette étrangeté est parfaitement dissonante et introduit le rythme de la marche surprenante que constitue tout ce merveilleux moment. 

Widerstehe doch der Sünde,
Fais face au péché,

tient toi debout devant le péché ! 

Sonst ergreifet dich ihr Gift.
Avant qu'il ne te distille ses poisons.

Les violons peuvent être ornementés et l'Alto peut aussi se le permettre dans la démarche puissance de l'injonction finale incroyablement étrange et puissante: 

Laß dich nicht den Satan blenden;
Ne te laisse pas aveugler par Satan ;

Denn die Gottes Ehre schänden,
Avoir honte de la gloire de Dieu conduit
Trifft ein Fluch, der tödlich ist.
À une situation qui mène à la mort.

Assénée deux fois seulement, la menace toute de nécessité, la honte de la gloire est "mortelle", suffit à la répétition des deux vers d'introduction qui font l'aria, jusqu'à la fin... Comme souvent, un silence suit le centre de l'exposé. Et puis ça repart. On remarquera les ornementations propre à Bachstiftung, absente des autres versions. Ces cadeaux là sont optionnels et font partie de ce que peut offrir la maitrise complète d'un sujet, la transparence et la facilité de ses petites améliorations. 

Le récitatif étrange associe péché et mort tout en remarquant que l'apparence du péché est "wunderschön".

Il  s'en prend aussi aux "pommes de sodome" (Sodomsäpfeln) étrange allusion à une homosexualité qui ne permet "plus" (étrange compassion) d'appartenir au royaume. Il se termine par un énervement caractérisé du violoncelle toute en grave irritation. 

L'aria terminal se déchaine alors. 

Wer Sünde tut, der ist vom Teufel,
Celui qui se livre au péché est du diable,
Denn dieser hat sie aufgebracht.
Car ce dernier l'a en fait engendré.
Doch wenn man ihren schnöden Banden
Et pourtant lorsque l'on fait face
Mit rechter Andacht widerstanden,
À ses attaques grossières avec un esprit droit,
Hat sie sich gleich davongemacht.
Il ne tarde pas à s'enfuir.

 

Le thème est le même, mais complètement endiablé: teuuuuuuueeueueueueu fel !

Deux contre chants violoncelle et violon qui se dépassent l'un l'autre, avec la chute sonore de la fameuse note: plongée dans le vide, la figure est celle du combat dans le ciel. Cet accompagnement est inouï il traduit le combat  contre le péché qui est du diable. Mais on peut le vaincre ! davon davon davon gemachhchht ! 

Les dissonances diaboliques montrent toute l'ampleur du combat dont la fluidité est admirable les flux de conviction qui affirment la légitime victoire, toute de souplesse (et de robustesse, dirais je). 

La chose est enlevée et  joyeuse, comme une petite fille qui aurait vaincu la peur du noir, trois petits tours et puis s'en vont. Ca y est le diable s'est enfuit. 

 

24/09/2016

BWV 33 Allein zu dir, Herr Jesu Christ

Pourquoi est on fasciné par tel ou tel de ces moments musicaux que constituent tour à tour les éléments de ce monument musical total que constitue les cantates dans leur ensemble ?  

https://youtu.be/8lxnaw2GbS8 Pour l'exemple.

Il s'agit de BWV 33.  Une cantate incroyablement brillante et dynamique entre un choeur d'entrée et un duetto alignés en miroir. Le choeur de fin, comme d'habitude n'est là que pour arroser d'eau froide les esprits échauffés par les merveilles présentées. Au milieu un incroyable méditation voix/violon avec un pic, un ascenseur vers le ciel. 

L'ouverture est un tube. Fantaisie chorale, comme on dit. En vingt cinq secondes, tout est là, tous les étages, toute la puissance de la complexité et le choeur complètement construit entièrement à l'oeuvre, on dirait depuis toujours et les hautbois qui attaquent avec une vivacité qui vient d'ailleurs: qu'est ce qui leur prend ? 

Comme toujours/souvent le thème est doublement constitué avec une reprise de l'initial par en dessous et là blam, le choeur arrive introduit par un soprano céleste, en dessus bien sur et tout explose. L'alternance entre l'orchestre qui laboure encore et encore et le sublime mouvement choral est toute l'idée, la vivacité des hautbois soutenue par les violons qui eux aussi partent en avant étant le moteur de l'ensemble. 

Au moment ou l'orchestre conclut un peu, le choeur repart aérien et à nouveau l'orchestre tente de le calmer, avec une agitation qui se fait reprendre et cela trois fois, quatre fois. Un char céleste conduit par des dauphins ! 

Ich ruf dich an,
Je t'implore,
Zu dem ich mein Vertrauen hab.
Toi en qui je mets ma confiance.

bram. C'est tout. 

Le récitatif est celui de la culpabilité luthérienne mais sur la fin ça se met à chanter: une parole de rémission est possible, donc "freueueueueuen".

L'orchestre s'avance, les armes à la main, sans les archets.  Et hop c'est parti pizicatto de graves, le violon se met à chanter la grande mélodie. On la répète, profonde et elle est là pour durer. Double introduction. 

Puis l'alto s'avance. 

Wie furchtsam wankten meine Schritte,
Que mes pas étaient chancelants et craintifs !

Doch Jesus hört auf meine Bitte  (meine Bitte fera rire tout le monde, est ce pour ça que cela me fascine ?)
Jésus exauce pourtant ma prière

et le délicieux dialogue s'engage voix contre le violon sur le rythme des violoncelles ploum ploum ploum.

Le violon se répète dans une répétition redoublée, en fait inversée vers le haut et vers le bas comme en miroir, que dis je un diamant qui réfléchit la chose dans tous les sens. 

Mais la rhétorique se déploie: mes péchés m'accablent MAIS 

Dass er für mich genung getan.
Il a assumé mes péchés comme ceux du monde

Et puis le violon s'aligne avec la voix et l'accord au sommet de la montagne se produit. Tchac. 

Stop.

Et le violon repart impérieux, le ténor évanoui, git sur le coté, la machine non pas à coudre, mais à vapeur... On dirait le train de dumbo... 

On reprend la chanson au début, et le violon séparé entame la descente et porte la voix qui doit se calmer tout doucement. Elle ne va pas d'ailleurs jusqu'à la fin encore. Le violon se charge de terminer. 

Le récitatif d'attente est celui de la supplication de pouvoir continuer à recevoir la foi chrétienne pour obéir aux commandements, elle se traduira par "Und wird durch Liebe tätig sein",  de véritables actes d'amour.

Alors, on repart avec les hautbois en mélodie. Double introduction, comme il se doit. Et puis, le duetto ténor basse en compétition et évidemment une ultra complexe harmonie d'orchestre par derrière. L'accord ténor basse est particulier: la vérité contre la sincérité avec un brin de violence... 

Gott, der du die Liebe heißt,
Dieu, toi dont le nom est amour,
Ach, entzünde meinen Geist,
Ah, enflamme mon esprit,

Le retour de l'harmonie instrumentale tente de calmer les choses, et l'accord se construit peu à peu. 

Pour finir, la succession, ténor, basse, hautbois 1, hautbois 2 et tout qui s'enchevêtre et ça part en dissonance, "meine Ruh", dans un dérapage aérien puis le coup de basse et l'apaisement final... 

Avec la mélodie qui revient, qui revient à tous les unissons possibles. 

Triebe, Liebe ça rime. 

Et puis on conclut

Sende du mir Hülfe zu!
Envoie-moi ton secours !

Dans un unisson héhéhéhé mélangé ultra compliqué, cela s'apaise, finalement.  

Le choeur final sonne la fin du voyage... Libérateur comme toujours, il reprend la mélodie de l'entrée, mais pacifiée, comme si on s'excusait.

La fin est ambigüe: 

Hier in dieser Zeit
Sur cette terre
Und folgends in der Ewigkeit.
Et dans l'éternité.

 Et voilà, c'est tout. 

 

P.S. Je viens de me rendre compte que j'en suis à 100 notes, dans une confidentialité qui met Hautetfort à l'abri des ddos de mes fans, du moins jusqu'à présent. Vu le nombre de cantates à commenter, l'inspiration ne me manquera jamais. 

18/09/2016

Les théologies musulmanes

Désordre fait religion et réciproquement, l'islam (avec un petit "i") est un ensemble brouillon de préjugés, de malédictions, de conceptions bizarres et contradictoires. Sans dogme, sans autorité centrale, exclusivement prêché par des individus prétentieux qui se succèdent en s'anathémisant les uns les autres, il est multiple, bigarré, étrange et comme de juste consacre exclusivement la seule chose qui compte, l'unicité de quelque chose appelé Dieu qui semble correspondre à l'unicité fantasmée d'une vérité que tous se disputent.

C'est pour cela qu'on se doit parler des théologies, il y en a plein. Le terme propre est la modalité d'"Aqida" (croyance) dont on parle. Par exemple, l'aqida chiite impose de croire, en plus, en l'occultation de l'imam no 12, qui s'appelle Al mahdi, comme de juste. 

On va commencer par mentionner les 4 écoles juridiques qui sont d'accord entre elles pour être différentes, les diversités géographiques étant les premières raisons d'une omnipotence divine relative à l'endroit où on se trouve, ce qui ne lasse pas d'ailleurs de surprendre.

On avait traité cela en http://francoiscarmignola.hautetfort.com/archive/2015/11/11/les-ecoles-musulmanes-5714316.html, ces écoles là étant juridiques et non théologiques, ce sont les "madhab".

Allons donc voir les différentes théologies et la gagnante s'il n'y en a une. 

Vocabulaire

Les mots ont un sens il ne faut ni les traduire bêtement ni les porter tels des valises.

Islam signifie "soumission", musulman "celui qui se soumet", Coran (Qur an) "message donné par la parole".

Cette notion de "révélation" est très importante, car elle est nouvelle, et abroge les précédentes. 

Le tahwid "unicité", "monothéisme" désigne le dogme fondamental (et il n'y en qu'un héhé).

Le kalam "discussion", "dialectique", s'identifie parfois à la théologie, façon de traduire raisonnablement ce qu'on sait de Dieu. Mais ce terme générique désigne une manière de le faire, la théologie musulmane étant partiellement le refus, précisément de cette activité là. Il est interdit en Arabie Saoudite, tout comme la philosophie.

Le  Kharidjisme

En pointe sur la question de l'autorité, ils furent ceux qui refusèrent l'arbitrage (perdu par Ali) entre Ali et Muawiyah, ils furent les "sortants" ceux qui disent: "l'arbitrage n'appartient qu'à Dieu". Ni chiite ni sunnites. 

Il en reste les ibadites à Gardahia au Mzab et aussi des gens dans l'île de Jerba.

Le Jahmisme

C'est la déviance de Jham ibn Safwaan, ceux qui croient que le coran est un ensemble de significations. Il s'agit là de la question de la nature du Coran.

La question des attributs est là extrême: Dieu n'a ni nom, ni attributs. 

L'homme ici n'a aucune volonté, il est soumis à commettre ses actes. 

Jham fut exécuté pour ces déviances.

L'Atharisme

Fondée par Hanbal lui même, athar veut dire "texte". La partie du Hanbalisme qu'on ne peut soupçonner d'anthropomorphisme. Notons qu'un athariste peut très bien ne pas être juridiquement un Hanbalite. 

Cette histoire d'anthropomorphisme est très importante: on parle de l'image de Dieu et de sa face et de ses mains. Cela doit faire place naturellement à considérer ici une allégorie, avec tous les problèmes que ça pose. Quoi ? Dieu ferait de la poésie ? Il y a de multiples solutions à ce problème, les plus réactionnaires acceptant à la fois la lettre et l'image, la contemplation du mystère suffisant quand ça bloque vraiment. 

Les atharites privilégient le tafwid, méthode de lecture qui exclut l'interprétation pour se conformer au texte. Par opposition au tawil, méthode d'interprétation. 

Le Qadarisme

Hasan Al basri, dans le milieu Omeyyade, tenant de l'interprétation des successeurs de Dieu plutôt que des successeurs de l'envoyé de Dieu, et DONC d'une doctrine favorisant la prédestination. Les tenants du contraire, les qadarites furent donc persécutés... 

Les qadarites furent des précurseurs du mutazilisme.

Le Mutazilisme

Première grande école de l'islam, celle des maisons de sagesse du grand califat abbasside, celui de Al Mamun, le fils d'Haroun Al Rachid, celui qui envoya un éléphant à Charlemagne, le protecteur d'Al Khawarizmi, qui fit fouiller la pyramide de Chéops.  Il imposa ces conceptions là et mena une inquisition autoritaire contre les traditionalistes qui niaient la création du coran. Ceux ci se sont bien vengés par la suite. Al Mamun mourrut à Tarse en 835.

Ils croient les actes crées par l'homme, que le coran est crée, que les attributs de Dieu ne sont pas éternels (et donc liés à la création) et aussi qu'il faut toujours interpréter les allégories. 

Les mutazilites donnent ainsi des noms à Dieu, mais pas d'attributs. 

Mais il y a la question du bien et du mal définis par l'ordre et l'interdiction divine, question épineuse car comment savoir si c'est Dieu qui parle ? On a ici le célèbre motto: ordonner le licite et interdire l'illicite. Le bien et le mal sont indépendants de Dieu pour les mutazilites.

Une autre question est le libre arbitre et le rôle de la raison nécessaire pour se convaincre de la révélation.

Le plus grand des mutazilites fut Abel Jabbar, mort en 1025. Son fondateur fut Wasil ibn Ata, mort en 750, connu pour un défaut de prononciation qui le conduisit à produire discours qui n'utilisaient pas la lettre "r". 

Les mutazilites sont les "séparés" ceux qui ne prennent pas parti. 

L'asharisme

Pour ce qui concerne la théologie, on avait parlé de l'asharisme, école principale du sunnisme, et qui donne à l'islam sunnite son caractère fixe et relativement unifié intellectuellement et théologiquement. Néanmoins, on se doit aussi de mentionner le maturidisme, dérivé de l'asharisme mais adopté majoritairement par les hanafites (les turcs en gros, mais aussi l'érythrée).

On a donc pour les asharites, créations des actes par Dieu (et pas par l'homme, selon les mutazilites) et liberté de l'homme de les accomplir. 

On a aussi l'incréation du Coran (cela est partagé par les hanbalites), celui ci faisant partie de Dieu.

L'asharisme fut propagé par les almohades et les ayyoubides (les kurdes d'où est venu Saladin). Al Gazhali fut bien sur un asharite.  

 

Ibn Taymiyya

Un point particulier à Hanbal: le plus fécond, celui qui règne sur ledésert Saoudien. Le plus réac aussi. De son école vint, bien plus tard, (1263-1328) mais avant Tamerlan (1336-1405) le fameux Ibn Taymiyyah, mentor du 5 ème monde, le salafisme véritable, ennemi de tout, et pourtant mystique et soufi, l'un d'entre eux donc.

Le dernier imprécateur (et oui même dans ce domaine, il arrive qu'on n'arrive pas à faire mieux), il fut ennemi de Ibn Arabi, d'Al Gazhali (faut le faire), et évidemment de tout ce qui ressemble à la philosophie, la "religion d'Aristote", Averroes occupant un rang enviable dans sa classification. Ennemi mortel des mongols qu'il assimilait aux chrétiens (c'est dire), il mourut emprisonné par les mamelouks, tant il les gonflait. Une perle. 

D'abord il était contre les asharites (la seule école théologique universelle de ce monde en morceaux). 

Quels sont les points discutés ? Toujours les mêmes et c'est cela LA théologie islamique: les positions des uns et des autres sur le statut des attributs de Dieu (en a-t-il et sont-ils différent de lui?) et sur la volonté divine (y-a-t-il une liberté possible quand Dieu veut tout et prévoit tout?). 

Les asharites, comme musulmans "modérés", récusent les attributs de Dieu (il n'y a que de l'essence), et considèrent comme mystérieuse la liberté humaine alors que  Dieu peut tout. Un point d'équilibre. Un point très important  est la notion d'anthropomorphisme, crime redouté par les asharites, et qu'on reproche aux extrémistes. 

Taymiyyah lui ne croit pas en la raison, dote Dieu de tous les attributs de la puissance infinie, et ignore, le contraire aurait surpris, la liberté de quoi que ce soit.  

 

Le Wahhabisme 

Fondé par Mohammed Abelwahhab (1703 1792), c'est une théologie d'origine Hanbalite, inspirée par Ibn Taymiyya. 

Abdelwahhab Meddeb, le charmant chroniqueur de France Culture s'en désolait mais assumait fièrement son prénom, il a disparu trop tôt (en 2014).

Les Saoud, à l'origine plutôt karidjites, embrassèrent la doctrine, d'abord pour leur malheur un seoud fut décapité par les turcs en 1818 puis plus récemment avec le succès qu'on a vu. C'est bien les wahhabites qui apostasient à tour de bras (le fameux tafkir, ou excommunication).

Al Farabi

Le joueur de luth perse, mort en 905 à Damas. Il fut le premier à considérer Aristote au point d'être le "second maitre". Il commenta la république de Platon. Il est porteur d'une angéologie faite de mondes sphériques emboités, mais n'est pas un théologien.  

Ibn Arabi

Le grand maitre, un andalou qui rencontra tout jeune Averroes et qui se lança dans le grand ésotérisme poétique de la consécration du "tawhid", le culte quasi idolâtrique (héhé) de l'unicité du divin. Il est à la base de la grande "philosophie" mystique qui recouvrit l'islam pour toujours. Après avoir vécu à Séville, il mourut en 1240 à Damas.

On peut noter une attention particulière aux multiples noms de Dieu et la présence d'une femme mystérieuse, Nizhâm, qui l'inspira. 

Un point important sur le tawhid: son contraire est le Shirk, l'associationnisme (gare à toi si tu en es).

Al Gazhali

Avant Averroes il y eut le grand soufi (mort en 1111), partisan exclusif de la révélation, critique de l'aristotélisme d'Avicenne, et auteur d'une réfutation de la philosophie (tahafut al falasifa) (déjà) qu'Averroes eut le tort (d'après certain) de réfuter (tahafut al tahafut)... Malgré Averroes il fut l'auteur de l'inexorable interdiction et rejet de la philosophie en Islam. 

Averroes

Il n'est pas un théologien, mais mérite le détour, il n'est que le "dernier" philosophe, voir 

 

Les hadiths

Il n'y a pas que le Coran (dans la vie). Il y a aussi les "hadiths", communications privées du prophète, rapportées, classifiées et authentifiée par tout un système de traditions variées. Responsables, par leur diversité et leurs origines variées de tout le désordre intellectuel islamique ils sont immensément nombreux. 

Ils ne sont PAS divins, mais vrais car reliés au prophète ou à ses compagnons. Avec le coran, ils forment la Sunna.

Ils sont caractérisés par leur chaine de transmission qui les relient à leur origine depuis ceux qui les rapportent.Leurs origines sont elles aussi classées par proximité avec l'origine (mahomet dit que dieu lui a dit, j'ai entendu le prophète dire que, on nous a ordonné que, le compagnon nous a dit que). De manière générale, il y a une multitude de vérités de différentes sortes, dont l'autorité de la tradition établit l'autorité par une sorte de redondance multiple d'actes d'autorités établissant les vérités, toutes se rapportant in fine à une unicité divine, contraire parfait de tout le système qui semble l'établir et la révérer... 

Malik et Hanbal furent de ceux qui recueillirent les premières grosses compilations de Hadiths, mais le principal auteur des hadiths originaux est le méconnu Abou Hourayra, compagnon du prophète. Son célèbre hadith est:"Allah possède quatre vingt dix-neuf noms, cent moins un, celui qui les apprend entrera au paradis" 

 

Le Soufisme

Compris comme original en islam alors qu'il en partage toutes les diverses orthodoxies, le soufisme se caractérise surtout par la croyance qu'il y eut en plus du Coran d'autres révélations, secrètes celle là. Tous reliés familialement au prophète, et donc rattachés à Ali et Fatima, les maitres soufis sont toujours suspects de chiisme. Les séfévides, qui succédèrent aux timourides en Iran et qui y introduisirent  le chiisme (1500) sont issus d'une dynastie Soufie. 

Les Bektachis et Alévis sont des soufis rattachés au chiisme duodécimain. Il y a une multitude d'ordres, tous fondés par des personnalités (les "saints") qui se rattachent à Ali.

Chaque fondateur fonde son xxxx iyya. Par exemple, le grand Suhrawardi (+ 1168) fonda la suhrawardiyya. 

Forme presque exclusive de l'islam en Afrique noire, le soufisme s'y mâtine de bien des choses. Citons Amadou Bamba, mort en 1927, fondateur du mouridisme au Sénégal. 

Conduit, de par leur relation personnelle avec le divin, à exprimer des opinions variées pouvant choquer, les maitres soufis furent souvent persécutés et dénoncés de manière diverses. 

Ils sont la cible et les bêtes noires des tenants du littéralisme en islam et en général. 

L'apocalypse musulmane

Certains hadiths transmettent une apocalypse reprise par l'état islamique en irak et au sham (le pays de la main gauche en regardant vers l'Est, c'est à dire tout le moyen orient, palestine comprise). Tout se termine à Dabiq à la frontière entre syrie et irak, Dabiq étant le nom d'un magazine bien informé issu de la région (comment, vous n'êtes pas "encore" abonné ?). Comme toute les apocalypes, elle parlent d'un combat contre les romains qui eut lieu contre les byzantins. Elles sont bien inspirantes pourtant, pour pas mal de gens. 

On y parle (y compris chez les sunnites) d'un mahdi suscité par Dieu qui doit instaurer le règne millénariste qui précédera comme de juste la fin du monde. Il y eut de multiples auto proclamés mahdi dans l'histoire. Curieusement, on n'en a pas cette fois ci, Al Bagdadi n'ayant pas pu percer (sa rolex sans doute).  Il faut citer le Mahdi soudanais qui tua Gordon, et rasa Khartoum. Son successeur fut défait à Omdurman, la dernière charge de cavalerie de l'histoire, et Churchill y participa. 

La fin de l'ijtihad

La fin de l'âge de l'interprétation, c'est après la terrible démoralisation qui suivit la destruction totale de Bagdad en 1258 par Hulagu Kahn, petit fils de Gengis. L'encre de tous les manuscrits détruits noircit les eaux du Tigre. 

L'art de l'interprétation ijtihad se voit alors condamné: ses portes se seraient refermées... Bon comme on date de tout cela d'Al Gazhali (bien avant donc) il y a discussion. Conceptuellement on dit aussi que le djihad remplace l'ijtihad, et aussi que seuls les grands savants y ont droit, comme quoi rien n'est jamais vraiment fini. 

La grande théorie

Une manière de voir et qui pourrait être la grande synthèse est que le sunnisme lui même eut ses "fitna" (grande discorde) au delà de la querelle avec les chiites.

D'abord la querelle Omeyyade, d'abord à l'origine du chiisme, c'est Muhawiyyah qui combattit Ali, mais qui se termina mal, tous étant assassinés après la bataille du grand Zab en 750 par les Abbassides, le seul survivant créant l'état Andalou de Cordoue. 

Les guerres civiles entre califes posent donc en permanence le problème de l'autorité et cela ne finit jamais...  

Les Abbassides prétendaient descendre de l'oncle de Mahomet. Jamais la stérilité d'un homme, en l'occurence Mahomet (infoutu de concevoir un fils) n'a eu autant de conséquences...

Car il y a aussi guerre civile entre les deux fils de Haroun Al Rachid, Mamun et Amine. Profondément déstabilisante elle fixa les 3 pouvoirs, ceux du peuple, des oulémas qui construisait le système juridique musulmans avec les hadiths et le calife lui même. Al Mamun voulut imposer au nom de la raison une sorte de théocratie qui fut en fait refusée par l'islam! Les oulémas voulurent être les interprètes d'un texte immuable et la théologie du coran crée/incrée a ce point là comme pivot historique et intellectuel. L'échec des abbassides fut complet: l'islam ne put se constituer que sur le refus de la prétention du calife à être celui qui "ordonne le bien et interdit le mal", car génératrice de la guerre entre frères.  

De fait l'islam se constitue ainsi CONTRE les califes. C'est le sens cette toute personnelle "synthèse", en forme de paradoxe. L'islam traditionnel, celui qui s'était endormi sous la férule ottomane est en fait non politique au sens strict, au sens qu'il refuse la dictature personnelle du calife/dieu/prophète. Ceci au prix de la captation du juridique, le calife n'en étant que l'exécuteur. On a donc bien en fait une théocratie non politique, toute entière consacrée au juste, assimilé par l'Islam (avec un grand i, c'est sa caractéristique) au judiciaire. Cela fonctionne admirablement tant que nul politicien ne se mêle d'en faire. C'est le règne du juge/prêtre, et la théologie se résume à l'explicitation du licite, les écoles théologiques réduites à presque rien se chargeant d'un discours périphérique, qui finalement n'intéresse pas grand monde. 

La réforme

La question de la "réforme" de l'islam, si on ne retient pas sa forme "traditionnelle" qui est bien évidemment le retour aux bien guidés, et qui a animé la totalité des réformes qu'on a pu connaitre depuis les almoravides jusqu'au mollah Omar et celle du retour à la seule variante intellectuellement véritablement distincte, et je ne parle pas du chiisme: le mutazilisme. 

Et oui, il y aurait une "réforme" avec le gout sucré de ce qui rend le café vraiment différent: peut on changer cela? En tout cas, si elle est concevable elle ne pourrait aller que vers cette seule alternative là. Inutile de dire qu'en l'état des choses actuellement on est loin. Mille ans de théologie réformée comme cela ? Plus que jamais cette "réforme", celle de l'islam n'a aucun sens ni réalité, quelque soit sa forme. On en vient alors à la seule réforme qui vaille, et qui est mise en oeuvre: fermeture du coffre à jouets et passage à autre chose. Mahomet est mort.