Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/08/2017

La Complétude

Bon, tout se mélange. Aussi il nous faut parler de la complétude, aussi affirmée par Gödel. Le brigand semble se contredire, mais il ne parlait pas de la même chose. 

D'abord c'est la THESE de Gödel de 1929(il commençait bien).  

Mais d'abord, on définit la "cohérence" comme la "consistance" (ce sont une et une seule chose) comme la capacité d'un système de ne pas produire de contradictions. Encore faut il être capable de produire quelque chose, c'est à dire être un système... On dit aussi qu'il est "non contradictoire", ce qui est logique finalement.

Un point intéressant: une théorie est cohérente si elle a des énoncés non démontrables... Par exemple, la contradiction, doit pouvoir être exprimée dans la théorie, mais il vaut mieux qu'elle ne soit pas démontrable. Il doit y avoir du faux dans une théorie, sinon elle est "triviale" et donc n'a aucun intérêt. 

On en vient alors à la différence syntaxe/sémantique c'est à dire à la notion de "modèle". Un modèle est une structure descriptible -par ailleurs- qui vérifie les axiomes de la théorie. Une interprétation, quoi. Le mot "sémantique", sensé donner du sens, caractérise ainsi ce qui est "commun" à des objets différents et qui va au delà du simple respect potentiel de certaines règles: en plus c'est possible, car CA existe... Du moins dans une acception "réaliste" du mot "sens".

On dit qu'il y a cohérence "au sens sémantique" si il y a un modèle pour la théorie. 

La logique "du premier ordre", décrite par Frege, est la logique des prédicats avec les quantificateurs. Elle permet de décrire l'arithmétique, par exemple. 

Le théorème de complétude, le truc de Gödel, dit que SI un théorème est vrai dans TOUS les modèles, alors, on peut le démontrer en appliquant les règles du système. Vrai implique démontrable. Il le prouve pour la logique du premier ordre. Au passage, la réciproque, qui caractérise ce qu'on appelle la "correction" est vraie aussi.

Arithmétiques

A ce stade, on doit réaliser ce qu'est la logique du premier ordre. On a du ou, du et, du non, A, E (ls quantificateurs) et des variables en nombre indéfini.

On y peut définir l'arithmétique en choisissant des symboles primitifs et des règles de succession. L'arithmétique, c'est celle de Peano, définit l'addition mais aussi la multiplication. Elle est du "premier" ordre, car elle exclut les quantifications sur les ensembles de nombres.

Il y a aussi l'arithmétique de Robinson (Raphael, pas Julie), moins puissante que Peano, car "finiment" axiomatisable, mais suffisamment pour être incomplète gödéliennement. Elle a la multiplication, définie pourtant en fonction de l'addition, de manière évidente, quoique récursivement:  x*0 = 0 et  x * s(y) = x*y + y.

Ainsi donc, c'est ce schéma récursif là, (celui de la multiplication) qui "porte" la capacité à faire le monstre (le monstre de Gödel).

Au passage, l'arithmétique sans multiplication, celle de Presburger (quel nom, il a pour prénom Mojżesz ) est super simple, "complète" et "décidable". Il faudrait en reparler. 

Pour en revenir à Péano, il a -en plus- une infinité d'axiomes qui sont toutes les formes possibles du raisonnement par récurrence, énumérées bestialement car il est impossible (si on veut rester au premier ordre) d'abstraire sur toutes les formules... Péano est ainsi "infiniment" axiomatisé. 

Par contre, toutes ces arithmétiques sont compatibles avec la complétude Gödelienne: il y a bien une démonstration pour tout énoncé vrai dans tous les modèles, PARCEQUE elles sont du premier ordre.

La complétude est donc celle du système de déduction appliqué au système, ou plus exactement celle du système axiomatisé à qui l'on applique la déduction "naturelle", c'est à dire LE raisonnement tout court. Il faut bien comprendre ce qu'est ce fameux "raisonnement": il n'a pas lui, d'"axiomes" à proprement parler, sinon la seule déduction possible à partir de rien, que l'on appelle "axiome", d'ailleurs

__________ ax

    X,A |- A

Les autres règles, reformulations du raisonnement dit "axiomatique", ne sont que des ré-expressions commodes de ce qu'on appelle la déduction dite "naturelle". Tout ça fut réglé par GG (Gentzen), voir mon exposé sur Girard 

http://francoiscarmignola.hautetfort.com/archive/2015/09/12/girard-jean-yves-5684115.html

 Cette histoire DU "raisonnement" est ce qui obsède Girard... Il faut bien voir que cette idée de la formalisation de ce qui est l'apanage du mathématicien ne va pas de soi. Comment? On voudrait uberiser la forfanterie absconse du "le lecteur démontrera le reste à titre d'exercice", du "tout le reste est évident", "je vous laisse démontrer le reste, c'est du niveau CM2" ? C'est Hilbert qui lança la mode, et les "principia mathematica" qui fournirent la première version d'une notation "complète" formalisée de tous les raisonnements possibles.

Une "logique" (il y en a plusieurs) est ainsi une forme de ce fameux raisonnement. Allez on crache le morceau, chacune de ces logiques est donnée par des conventions (les symboles variés) et surtout des règles de raisonnement (exprimables avec des séquents et la fichue barre horizontale). On a L K (la logique klassike), L J (la logique intuitionniste) et L L (la logique linéaire). 

C'est Kant, qui en 1787, affirma à propos de la logique d'Aristote que selon tout apparance, elle était close et achevée. De fait c'est bien sa formalisation qui ouvrit la voie à sa digitalisation et à son encodage...

Toutes ces logiques, d'ailleurs en gros équivalentes, se définissent avec leurs règles spécifiques, exprimées par des déductions (la fameuse barre horizontale) reliant des séquents d'entrée à des séquents de sorties. Une démonstration dans la logique en question est une suite d'application de ces règles, de fait un arbre dont la racine, loin en bas est ce qu'on est arrivé à démontrer... 

Les séquents

Un point au sujet des séquents, qui restent LA manière d'exprimer des raisonnements généraux, bien que les graphes de Girard (il faudra en reparler) soient bien tentants.

Ils ont eux mêmes une partie droite et une partie gauche, séparées par "|-" le "donc" du raisonnement élementaire, en fait la classique implication, qui se contente de séparer une suite de "et" et une suite de "ou". 

De fait l'assertion élémentaire, le séquent est capable d'exprimer n'importe quoi... Depuis le faux : ( A |- ), et le vrai: (|- A) en passant par tout le reste.

Les séquents sont utilisés pour exprimer une règle particulière, la règle de coupure (cut). Gentzer a démontré lui même, ce fut sa "hauptsatz" qu'elle est redondante, et qu'on peut exprimer tout raisonnement sans elle. Les coupures peuvent toujours être éliminées. Voyons voir le séquent des coupures: 

X |- A, Y       X,A |- Z

__________________ cut

         X |- Z 

A est "coupé" (éliminé). La seule règle qui élimine une hypothèse, c'est celle là. Elle est donc, en principe, une menace: si on arrive à prouver le séquent vide |-, on serait foutu. Or, il se trouve que la contradiction mène au séquent vide. 

La règle de négation (à droite) bien connue, donne: 

|-  nA

_______

nnA |-

Et on combinant, avec la règle de coupure, on a donc au total:

|- nnA         |- nA

               ________

                 nnA|- 

_______________

       |-

C'est à dire, précisément que (nnA et nA), expression de toutes les contradictions, mène au séquent vide.  Par contraposée, s'il n'y a pas de séquent vide, il n'y aura pas de contradiction. COMME il n'est pas possible de générer de séquent vide, la logique n'est pas contradictoire.

Rassurant,non ? Et bien il a fallut un nazi pour nous le prouver. 

 

Les modèles

Naturellement, l'expression "vraie dans TOUS les modèles" a un caractère intrigant: qu'est ce que cette vérité là? De fait, il s'agit de la vérité "combinatoire", celle qui, pour le calcul des propositions, s'exprime avec les tables de vérité. On a donc les distinctions entre toujours faux, parfois faux, (et donc parfois vrai), et toujours vrai (valide).

Le mot valide est un peu faible, le "toujours vrai" ou "absolument vrai" est qualifié de "universellement valide". Alors que l'invalide lui est plus simplement "absolument faux".

En gros une proposition porte sur des variables, et un modèle, forcément dénombrable, est une liste de variables, la validité d'une proposition étant vérifiée par la constatation qu'elle est déclarée vraie dans TOUS les modèles... Pour qu'une telle absurdité soit possible, il faut donc que la proposition soit non atomique ou bien un "axiome", évidemment démontrable. P(x) vrai toujours, avec P un symbole, par exemple. 

Une proposition "validable" est donc composite, et utilise les structures du premier ordre pour se formuler.

La "conséquence logique", au sens des modèles, notée "|=", est donc une relation entre deux assertions de validité, qui se "calcule" de manière basique. 

C'est Paul Bernays, qui démontra en 1926 que pour les proposititions, la démontrabilité découle de la validité.  

 Notons que, on aurait pu commencer par là, que la réciproque est vraie: une démonstration (au sens de Gentzen), (notée "|- ") implique que tout modèle de l'hypothèse est aussi modèle de la conclusion. La chose parait assez naturelle, la déduction dit "naturelle" étant bien compatible avec l'attribution de la vérité dans les opérateurs logiques élémentaires.  C'est le théorème de "correction", de "korrektheit", de "soundness", qui s'applique à une logique, ou à un "système logique". Par exemple, la logique intuitionniste est "correcte".

Incomplétudes

Il faut maintenant évoquer LES théorèmes d'incomplétude... Car en plus, il y en a DEUX...Le truc est multiple. 

Mais surtout le sens (du mot "complet") est DIFFERENT, on va y revenir.

D'abord, le premier d'entre eux, qui est le plus fameux, dit que toute théorie consistante incluant l'arithmétique, cela inclut le calcul des prédicats, est "incomplète": il y existe des énoncés indécidables. Non pas faux, ça on le savait (voir plus haut), mais non susceptibles d'être démontré avec les axiomes de la théorie, c'est à dire qu'il n'en existe pas de démonstration avec cette théorie là. 

Notons que le théorème de complétude s'applique et n'a en fait rien à voir avec cette choucroute, le mot est juste traitre. Ainsi l'énoncé "indécidable" dont on parle (non démontrable, donc) est faux dans un modèle particulier (suivant la contraposée de la complétude gödélienne: si non démontrable alors pas vrai dans tous les modèles donc faux dans au moins un). Par contre, ce modèle violateur, qui donc existe forcément, est "non standard" car le code de Gödel (attention, on s'accroche aux branches) de l'assertion "la théorie n'est pas consistante" n'est pas représentable par un simple entier, du moins dans ce modèle là. Les modèles non-standards de l'arithmétique sont ainsi en fait inévitables... 

L'incomplétude gödélienne est donc distincte de la complétude du même (auteur), en ce qu'elle ne s'applique pas à la même notion à compléter.

C'était ce que je voulais dire.

Allons directement au "monstre" de Gödel, qui utilise l'expressivité de l'arithmétique pour encoder l'assertion qu'il n'est pas prouvable. Cette assertion ne trouve indécidable par définition: si elle est prouvable, c'est qu'elle est vraie et donc elle se contredit; elle est donc non prouvable et se trouve réfutée, c'est à dire par définition prouvée, compte tenu de ce qu'elle affirme. Le monstre est donc bien indécidable et Gödel a raison de dire ce qu'il dit.

Le deuxième théorème de Gödel se déduit (presque) immédiatement du premier: les théories plus puissantes ou égales que l'arithmétique sont trop expressives: elle ne peuvent prouver leur propre cohérence car l'expression de leur cohérence s'y trouve indémontrable. En effet, la démonstration du premier théorème d'incomplétude est elle même encodable dans la théorie sous la forme de l'implication "si une théorie est cohérente alors le monstre n'est pas démontrable". Comme le monstre dit précisément "le monstre n'est pas démontrable", et bien il est donc (dans la théorie, c'est ça qui compte) vrai, et donc il est démontré... 

Donc on a démontré par une double mise en abîme (on a le droit de l'écrire comme ça) que si on peut exprimer, dans la théorie, que la théorie est cohérente alors le monstre est démontré. Comme la conclusion est fausse, la théorie ne peut exprimer sa propre cohérence. CQFD. Il faut bien voir l'aspect extrêmement vicieux de la chose: SI on accepte de dire, dans le cadre d'une théorie, qu'elle est cohérente, ALORS, on démontre le monstre. Donc, on ne peut même pas "dire" une chose pareille et donc à fortiori, on ne peut pas la démontrer. 

A l'issue de l'exposé en public du premier théorème, Von Neumann, dans l'assistance, en déduisit immédiatement le deuxième théorème et le fit remarquer. Il était super fort, Von Neumann...

Diophante et l'ordinateur

En parlant de complétude, l'équivalence faite par Matiassevitch entre les équations diophantiennes (sur les polynômes à coefficients entiers) et les ensembles récursivement énumérables montre que ces équations là ne peuvent être décidées solvables en général, et donc que le dixième problème de Hilbert est résolu, négativement. 

On fera remarquer que Matiassevitch, né en 1947 comme Girard, trouva cela en 1970, et que c'est à Paris que Hilbert (David) formula son programme. Que toute l'informatique, c'est à dire le calcul chosifié qui occupe tellement les esprits soit équivalent aux équations diophantiennes restera toujours fascinant (au moins pour moi).

On en vient donc à ce qui est "récursivement énumérable", en gros ce qui calculable par une machine de Turing qui s'arrête à la fin, même si ça prend un temps infini.

Le terme "récursif" s'applique aux ensembles des programmes qui s'arrêtent effectivement après un nombre fini d'étapes: et il n'y a pas de programme qui puisse le décider en temps fini, c'est l'indécidabilité du problème de l'arrêt. En gros, on ne peut pas décider de l'appartenance à un ensemble récursif, et ce qui est marrant c'est que "recursif" et "décidable" sont synonymes. "récursif" est donc bien plus limitant que "semi décidable" (récursivement énumérable).

En 1936, Turing, pour prouver que halt(prog(x)) n'existe pas, en fait ne peut pas terminer en temps fini en répondant oui, définit le programme fonctionnel vicieux suivant:

vice(x)= if (halt(x,x) loopforever else ok

Prenons vice(vice). Si ça termine, halt le sait, retourne "true" et vice(vice) ne termine pas. Donc ça ne termine pas, et donc halt (vice) repond nok et donc vice(vice) retourne ok,c'est à dire termine. Dans tous les cas, contradiction. Héhé: Turing est super fort aussi. Un hacker de première.

Les conditions de l'incomplétude

Cette petite disgression, pour bien préciser les conditions des théorèmes d'incomplétude. Gödel a besoin d'exprimer des énoncés méta mathématiques pour encoder le monstre. Pour cela, il faut Péano bien sur, mais pas seulement. Il faut que l'ensemble des axiomes de la théorie qui inclut l'arithmétique soit récursif. En effet, c'est LA condition sine qua non pour que Gödel puisse utiliser la théorie afin d'encoder le monstre. Peano pur, par exemple a bien des axiomes (en nombre infini) dont l'ensemble est récursif. Robinson, bien sur aussi (ses axiomes sont en nombre fini). Par contre, ce sont bien les théorèmes qui eux  ne sont que récursivement énumérables...

Pour finir, quelques remarques générales de plus. D'abord que l'encodage de Gödel est parfaitement du premier ordre et il est tout à fait faux d'imaginer que la complétude c'est du premier ordre et l'incomplétude, du second. Pire! Ce que démontre Gödel c'est que le fameux "méta langage " est en fait DEJA présent dans l'arithmétique, celui ci n'existe donc pas, et Girard a raison de le dénoncer.

Ensuite que la notion de "vrai" n'a de sens que relativement à un modèle. Par exemple, les théorèmes de Gödel ne disent pas du tout qu'il existe une vérité -absolue- non démontrable mais qu'il existe des indécidables et donc des énoncés vrais dans certains modèles et faux dans d'autres. Stricto sensu, c'est donc le contraire qui est dit, et du fait de la complétude !

Le XXème siècle fut un siècle complet (elle est bien bonne celle là).

 

P.S. J'ai passé beaucoup de temps à bien séparer les deux sens du mot "complétude". Ce n'est que dans la version anglaise de l'article wikipedia qu'on parle d'appliquer le théorème de complétude à l'assertion indécidable issue du deuxième théorème d'incomplétude... De plus, la "omega" inconsistence dont Rosser peut se passer pour démontrer le théorème d'incomplétude d'une autre manière n'a rien à voir avec la choucroute, contrairement à ce que semble laisser sous entendre Girard... Il y a donc toujours un doute, mon sentiment est mitigé, incomplet en quelque sorte...

La discussion en  https://sciencetonnante.wordpress.com/2013/01/14/le-theoreme-de-godel/ est particulièrement éclairante sur tout ça.

La syntaxe et la sémantique

Object des fantasmes de Girard, l'abolition de la distinction sémantique/syntaxe est bien mystérieuse et constitue un horizon sur lequel je me fracasse. 

Disons que c'est le coeur du propos de ce papier: le modèle est la sémantique, et le raisonnement la syntaxe (à moins que ce ne soit l'inverse). L'un est le réel de l'autre et c'est ce que veut dire Girard, qui veut abolir le réel, c'est à dire l'essence des choses. 

Dans sa fabuleuse "nécrologie" Nécrologie http://iml.univ-mrs.fr/~girard/titres.pdf il met en avant la chose, et prétend l'avoir résolue (ou pas).

Philosophie des mathématiques

Plus que jamais, la question de la nature du monde est posée et il semble bien que ces apories du raisonnement lui même en question agissent en faveur de deux points de vues à opposés, mais adversaires simultanés des relativistes et autres conventionnalistes  scientistes (et oui) qui veulent "écraser" la notation et faire du monde une simple mécanique.

Ces deux points de vue sont  le platonisme mathématique, et oui, c'était ce que pensait Gödel lui même, et ce que pensent les mathématiciens en général: un monde de réalité abstraite contraint la raison et se trouve à explorer, le faillibilisme, contrairement à ce que pense Girard en étant le critère d'exploration. Le monde mathématique EST naturel, et se trouve peuplé de monstres à découvrir. C'était ce que pensait Bach pour la musique, du moins j'en suis sur. 

L'autre point de vue est similaire, mais aussi radicalement opposé: un intuitionnisme forcené, qui ramène tout à la seule chose qui compte, l'ensemble des entiers naturels, seule chose crée par Dieu, totalement donné, totalement naturel (comme son nom l'indique) et qui contiendrait tout... 

15/08/2017

Qu'est ce que la droite ?

En ces temps de refondation, la question mérite d'être posée. Le thème est riche et commencera avec le "front des hommes quelconques" de Guglielmo Giannini, fondateur du "qualqunisme". On est là dans le foutoir des mouvements politiques italiens de la fin des années quarante  à cheval entre la droite et le populisme, les cinq étoiles actuels en étant un exemple. Le poujadisme en fut un et le font national, son successeur aussi. Expression d'une révolte populaire de droite, lit, cause et conséquence de tout fascisme, issu de la décomposition politique tout simplement, l'attitude en est une, et se trouve une structure des psychés collectives, un mécanisme. 

Le thème est dénoncé par Jean Yves Girard lui même: "le fantôme de la transparence"  utilise le mot pour désigner le "populisme intellectuel" qui entend tout ramener à l'"analytique", celui ci se trouvant par là même défini. Et nous y sommes: un infini de spéculations. 

Un interview radiophonique, hors du temps: https://www.youtube.com/watch?v=D-hxSy7BFBk

et puis aussi : https://www.youtube.com/watch?v=1m8duxXeubg

"Qu'est ce qu'une réponse ?" Demande Girard. Dur à répondre. C'est ce que produit l'ordinateur: des réponses.

Rappelons que Girard est le dernier logicien historique: la logique linéaire complète Aristote et Brouwer, rien de moins. 

La différence entre l'usine et l'usage, entrevue par Herbrand, mort à 23 ans. La différence entre existence et essence, entre parfait et imparfait.  Bref, la dualité fondamentale du monde, et ce que je veux dire: point d'essence centrale, mais opposition constitutive, l'interaction, catégorie essentielle du monde...

Quel rapport avec la droite et la gauche ? Et bien le fait qu'il y a dualité, et que le sens n'est jamais complètement capté par une formalisation. Cela signifie-t-il qu'il faut fuir vers la religion et chercher dans un grand existant en dehors ce qui fait marcher le monde ? Et bien non: il y a bien une critique rationnelle du formalisme et du scientisme et le miracle du XXème siècle est de l'avoir prouvé, c'est le (vrai) sens du théorème de Gödel.

Porteur et vulgarisateur quasiment poète de la dénonciation du scientisme, Girard ressemble bien à ces papis ronchons opposés à l'homéopathie: au nom du bon sens il moque et méprise ce que de grands esprits reconnus considèrent valides et en cela il est, et oui, de droite. 

C'est la première acception du mot et la première réponse à la question: le bon sens révolté contre l'acceptation officielle et l'omniprésence d'une règle, d'une poncif structurellement et manifestement faux. Ce rapport là à la vérité est le fondement de l'opposition duale de type politique: le refus d'un être extérieur, suffisamment gros (je veux dire quantitativement gros) pour être toujours visible et oppressant et surtout non valide, faux, affirmant l'irréalité... 

Je ne vais pas lister (voir ce que je pense de Macron et de sa clique) tous les points sur lesquels la conscience "de droite" se sépare radicalement de la société car ils sont trop nombreux. On a mentionné l'homéopathie, c'est déjà ça, ne parlons pas de son remboursement par la sécurité sociale.

Asymétrie

Passons tout de suite sur l'asymétrie de ce sentiment, l'énergie de la dénonciation tenant beaucoup à la position minoritaire du révolté: aujourd'hui la gauche est majoritaire, et au combien. C'est donc la droite qui porte la "liberté", et l'appartenance au plus petit des camps est un choix existentiel, ou non. 

L'échange symétrique de la droite et de la gauche eut lieu plusieurs fois dans l'histoire, au grès des majorités, mais la structuration historique du camp du bien eut lieu contre la droite scientiste, "bourgeoise" du XIX ème siècle. C'est la grande thèse de Philippe Murray et on peut (ne pas) y revenir. Le romantisme voulut construire une nouvelle religion et sombra avec la gauche et une idée dévoyée du bien dans l'horrible scientiste communiste qui n'en finit pas de produire ses ravages. C'est là ou nous en sommes: le "progrès" est toujours porté par une idéologie folle qui pense un "bon sens" particulier, celui de l'adéquation de l'action bonne à la bonne situation. 

C'est là que se situe le débat politique. Il faut noter que celui ci est d'abord hanté par la condition même de son existence, qui est le concept de "démocratie", les multiples révérences soigneuses à l'idole étant naturelles, voire indispensables, si l'on veut accéder soi même au pouvoir un jour sans avoir à exercer la violence dont on rêve la nuit... Cela étant posé, il faut bien comprendre que cette notion du coup d'état impossible reste un repoussoir explicite et que l'accusation de le fomenter est un argument symétrique, je veux dire employé par tout le monde. 

On en vient donc à l'expression de la symétrie et au concept de l'abolition de la différence droite gauche, aujourd'hui à la mode et qui veut vendre aux jeunes cons un nouveau qui fit les délices de la période d'abaissement française qu'on appela "à l'époque" la IVème république: écartés les extrêmes communistes et gaullistes, le centre, partiellement chrétien en plus, gouverna. On fusilla les communistes, on fit la paix et "modernisa".

Les larmes dans la voix, une génération entière célébra la modernité d'un homme politique de seconde zone qui se consacra à l'abandon de l'empire et aux bouilleurs de cru. Ecrasé et méprisé, incapable de s'imposer, Mendes fut abattu et trahi et finit en déchet, sodomisé par bien plus vicieux et incapable que lui. Que le champion final de la troisième voie soit celui qui finalement mit les communistes au gouvernement pour mieux les exterminer illustre finalement ce que je veux dire: le politique est rapport de force, et la vérité des concepts n'est que celle de la guerre entre DEUX camps, droite et gauche, majoritaire et minoritaire et qui s'opposeront toujours. 

Il n'y a de conception politique globale et acceptable que celle qui impose des choses à faire. Tout ce qui n'est pas cela, toute toge, tout drapé, toute idée globale nouvelle ou non n'est que rhétorique, attrape couillons et surtout mensonge éhonté, dont le cynisme est la marque de la corruption. La négation du conflit et la volonté "diplomatique" de passer outre ces différences, quand elle va au delà du nécessaire apaisement entre les propriétaires fonciers d'une petite commune est non seulement le signe de la corruption, mais sa marque et son essence. Elle doit être rejetée, combattue, moquée et méprisée. 

La droite est l'un des deux camps. Ce sera la première réponse mais on est dans la symétrie. Finissons avec elle: comme l'avait fait remarquer Fillon pendant la campagne, la volonté réformatrice de 1981 fut réelle et effective: on instaura diverses mesures, comme par exemple les nationalisations, avec comme objectif de changer un équilibre social et économique. On voulut socialiser, on le fit et cela eut des effets. La "gauche" voulait et on a vu. Là où la symétrie fut brisée c'est qu'au bout de deux ans, l'ensemble du système de décision français cessa de jouer. On garda les principes, les idées, et les prétentions, mais on réalisa qu'il fallait tenir compte du reste du monde. A défaut de conquérir le monde, la gauche française allait alors essayer de le baiser. 

La thèse et le grand récit de la "trahison" de 1983 mérite en effet qu'on s'y attarde. Il ne s'agit pas d'une conversion au libéralisme, bien sur, la fable, reprise à droite d'ailleurs (c'est bien sur la théorie de popolniette, qui reprend au passage la terrible thèse du désormais gâteux Todd) faisant fi de l'état actuel de la France trente ans après, plus communiste que la Chine, et désormais chainon manquant avec la Corée du nord, juste après la Grèce.

Non, Mitterand, totalement ignorant de toute question économique, décida bien sur en fonction du rapport de force, et refusa le FMI dont on lui présenta les inconvénients. Il fit donc semblant, la réforme simulée valant emprunt accordé, le mécanisme est toujours là, et il nous fait vivre.

Prédateur et affirmé le concept séduisit pour toutes les raisons qui avaient fait la grandeur française, impérialisme compris: on a fait de l'Est du continent un hinterland dévoué à nos plaisirs, et que l'on protégeait avec nos armées. Il capta tous les intérêts, et la reconnaissance de la "grandeur" du collabo est maintenant universelle.

Repris par le successeur, qui avait renoncé à toute réforme, peuple rebelle oblige, le principe demeure, il va bientôt avoir quarante ans. 

Retour en Arrière

Mais il nous faut revenir un peu en arrière. Les années 30, années de jeunesse de Palpatine, furent l'occasion d'une petite confrontation droite gauche qui sédimenta pour longtemps la sémantique du clivage. 

Deux aspects, à l'origine de l'équivalence symétrique qu'on lui associe (au clivage): la tyrannie et le scientisme. L'un découlant de l'autre, les deux aspects ont marqué l'histoire. Interféconds et similaires, ils se sont appareillés à merveille jusqu'à la brisure de symétrie due à la guerre contre un monde soit disant enjuivé: la science juive était la science tout court et il fallut la défaite nazie. Après tout, Hitler avait attaqué, mais pas Staline. Et puis, il s'était bien battu, Staline avait été utile. A la fois effectif et nié par l'histoire, le clivage ravagea l'après guerre du monde occidental, qui tout en se tenant globalement bien, coca cola oblige, continua de remâcher ses obsessions. Au point que des communistes furent ministres en 81, la honte totale... 

Car les funestes haines du siècle dernier étaient toujours là, et furent en fait ravivées par les terribles crimes, tous niés, tous célébrés. Il fallut attendre 92 pour que disparaisse ce qui restait d'un Empire qui fut bien plus puissant et étendu que celui de Napoléon. Il vérola le monde entier de sa propagande, l'inamovible mot "socialisme", le plus ignoble vocable de toute les langues, restant là pour en témoigner. Les dommages furent irréparables et 3 générations d'abrutis en sortirent crétinisés. 

La crétinisation se traduisit essentiellement par une disjonction entre les mots et leur sens, le principal rôle de toute propagande étant de manipuler le langage pour instaurer sa suprématie. En pleine prospérité, l'occident vécut dans une démocratie dont des partis avec pignon sur rue, heureusement minoritaires, affirmaient avec hauteur et constance le contraire de la vérité quand aux épouvantable tyrannies qui régnaient, au nom d'idéaux partagés, dans la moitié du monde.  Pour affirmer cette vérité là, on tenta de détruire l'essence même du vrai, on alla jusqu'à la promotion de tous les relativismes, jusqu'à la négation du principe de contradiction lui même.

Car le scientisme c'est aussi cela: on prouva la supériorité des races, celle de la science inspirée (Lyssenko), celle des hommes nouveaux. Partout le mot "socialisme" fut l'emblème du projet. On alla, une fois perçue l'importance du théorème de Gödel, prétendre qu'il s'agissait de la preuve de la défaite de la raison ! 

Heidegger, théoricien nazi, dont l'être, entièrement consacré à la plongée barbare dans le refus du principe de contradiction au nom de la "pensée", fut l'inspirateur de toute la philosophie française des années soixante, célébrée dans le monde entier pour sa créativité. Ils étaient tous de gauche (en doutez vous?).

Minoritaires, mais carburant de tout ce qui arrivait en masse dans des universités (trop) généreusement ouvertes, ces belles idéologies infusèrent. Vingt cinq ans après l'abandon par Mitterand de sa foi en la révolution nationale (la révélation eut lieu en 1943), un pseudo révolution mettait le gaullisme à bas. Ils étaient tous de gauche. 

L'infusion continua encore une dizaine d'années, avec des doses croissantes. Persuadé de l'efficience de l'Etat en matière de conduite des grands groupes industriels, on nationalisa à tour de bras, sans oublier de mettre la retraite à 60 ans, nos enfants paieront. Persuadé de l'efficience technocratique du trotskisme chez qui il milita en secret jusqu'en 93, un Jospin fut premier ministre et instaura pour résoudre le chômage, les 35 heures.

Partout derrière tout ça, une conception radicalement scientiste de l'organisation du monde et de la société, un dévoiement complet des principes de conduite des organisation humaines, des illusions absurdes sur la rationalité du monde et des hommes. Un horrible manque de culture lié à la fréquentation exclusive des pires livres des pires salopards fascistes ou communistes et surtout, une conception de la morale exclusivement consacrée à la satisfaction sans limites et sans justification des besoins primaires de tous, conception nommée, je vous le donne en mille, "justice sociale".

Quelle rapport avec la "symétrie" ? Et bien qu'il est erroné de croire qu'il y a une "alternance" et que des forces quasiment identiques avec des bonnets colorés du même coton se succèdent pour rassurer notre idée de la "démocratie". De grandes forces, incommensurables en moyens et visions s'opposent radicalement, et triomphent sur de grandes périodes. Nous sommes dans le cycle de la "gauche", instauré politiquement en 1981, et celui ci domine absolument en permanence depuis. Ce qu'on appelle "la droite" est la misérable horde dépenaillée de perdants qui se sentent mal à l'aise dans cette ambiance et qui se gratte avec inconséquence qui l'entre jambes, qui la tête, mais sans résultats tangibles, la preuve.

Foin de symétrie, il n'y a que des polarités et celle qui ne supporte pas l'état de fait n'est que potentielle: rien n'existe sans sa négation, c'est la logique qui le dit. La droite se trouve donc définie en creux... On pourrait parler des droites d'ailleurs. Chaque manie funeste, conséquence seconde des pratiques impériales a son club de contempteurs dextrogyre, depuis l'ultra laïcité jusqu'à l'avortement: cela fait il la droite ?  Evidemment non. Même le libéralisme, classé à droite par les communistes au moyen âge, est ouvertement revendiqué par des énarques adeptes des 35 heures, c'est dire.

Car il n'y a derrière tout cela que l'affirmation de la tradition nécessaire: l'argument de la morale qui aurait besoin de Dieu, tout comme la création et la règle du tiers exclu. Son coté paradoxal à part son coté vieux jeu, est qu'il est aussi celui du réactionnaire musulman lambda: il dénote en fait un intellectualisme daté et un raisonnement du tiers monde. C'est son utilisation déraisonnable qui justifia les grandes dissidences juvéniles de fait justifiées. Il est un argument "scientiste" du premier degré.

Mais il pose aussi la vraie question, la dignité humaine se devant de trouver une motivation véritable et acceptable à ses choix nécessaires, à moins de sombrer dans l'hypocrisie du relativisme, marque des solutions gauches, précisément. S'il y a un débat éternel, il est non pas dans l'opposition entre des principes, mais dans l'élaboration interactive de solutions aux problèmes humains. Voilà ce que je crois profondément.  

Il nous faut revenir donc aux grands choix. D'abord, ils ne sont pas issus d'un complot, l'entité qui y présida est composite, de motivations et de circonstances. Car c'est la conjonction de forces disparates indépendantes, réunies par les hasards de l'histoire et de la géographie qui toujours, fait le réel. Les mêmes choses naissent et disparaissent par des convergences qui s'accordent pour des raisons différentes. Pas de bête immonde, ou de sens de l'histoire: des agrégations, des évènements qui s'accumulent. 

Je suis très attaché à ce refus du scientisme et du réalisme de la grande force. Scientisme inventé par les marxistes, et parangon du sentiment progressiste qui fonde la gauche, il fut construit pour détruire le stable religieux, lui même construit sur un grand autre dont la civilisation occidentale avait réussi en fait à se débarrasser dès le moyen âge. Ce dieu non interventionniste était trop subtil, trop civilisé pour les barbares babyloniens qui détruisirent l'ordre ancien. C'est pour cela que le sentiment "catholique" est "de droite": il utilise le signifiant "Dieu" pour nier l'ordre rationnel scientiste qui fonde le progrès. Et encore pas n'importe quel Dieu: le chrétien, avec son pape et ses baroques, celui de la trinité, la fabuleuse ontologie irrationnelle mais signifiante de son propre mystère.  

On expliquera ici le tropisme antisémite: l'idéologie racine du judaïsme a bien un Dieu interventionniste, qui fit la gloire de ses rois. Reprise dans le monde entier, l'idée, déclinée donc par toutes les nations, doit assumer sa non-universalité au sens global: à moins de vouloir faire un empire mondial on ne peut intervenir que chez soi. Le Dieu juif reste juif, et le Dieu chrétien non: son universalité est d'ailleurs un problème, et c'est bien la preuve de son existence (de l'universalité), on en reparlera.

Par contre l'aporie de l'empire mondial est bien centrale ici: la droite est nationaliste, et l'empire est forcément tenu par l'ethnie qui tient la capitale. C'est pour ça que l'Autriche-Hongrie ne pouvait durer... Bref, les empires ne peuvent rester. Le soviétique s'effondra différemment du nazi, mais pour les mêmes raisons. 

Le national "de droite" est donc centré sur ce qui le fait exister, son histoire et sa géographie de Nation. Il se maintient et ne croit qu'avec précautions. C'est la volonté impériale qui donne des titres étrangers aux barons d'Empire. Il fallait un solide humour pour faire roi de Naples une personnalité aussi excentrique qu'un Murat! Un grand respect de la rigueur pour faire prince de Neuchatel le très cérébral Berthier. Ce sentiment là accorda le titre de "français" à d'anciens esclaves libérés il y a des siècles et vivant au bout du monde. Le fera-t-il à des populations déshéritées par toutes les histoires, qui subitement viennent ici nous détester, attirées par le confort de nos maternités ? 

La question de l'Empire, à la fois cynique et libéral est donc centrale, et on doit parler de l'Europe, à la fois conçue comme son modèle géographique, je dirais habituel. Tout ce que décrit la guerre des étoiles s'est donc produit une seconde fois après deux mille ans, et en Europe, bien sur.

La dictature nouvelle, poussée par des sentiments nationaux dévoyés à qui on donne à manger des alliances militaires franco-allemande, budgets oblige, devient de plus en plus visible: elle lutte contre le terrorisme... Quand à la plèbe, elle ne grogne que pour le principe: on lui a déjà tant donné !  

Ma théorie est donc bien plus puissante et effective que celle de Zemmour (je veux être un Zemmour de droite): De Gaulle était Péricles et les ingénieurs des années 60 des soldats laboureurs. Leurs descendants corrompus vont au cirque voir Hannouna torturer des homosexuels, et Caligula Macron épouse son cheval, euh sa grand mère, et il faut en plus l'en féliciter, comme à l'époque. Voilà l'héritage de Palpatine-Mitterand, il règne toujours, les forces de l'Esprit le maintiennent dans l'air.

On vient d'évoquer les problèmes budgétaires. Ils sont réels, et à la base de l'Empire. Déchirée par le clivage droite gauche, on y revient, la nation a du donner au point d'être en déficit, d'où la structure impériale, conçue pour emprunter à l'infini. La rigueur financière est "de droite": elle consiste à mesurer ses dons et à gérer l'acceptation digne de la misère inévitable, quitte à être un peu paternaliste en mettant en avant la prospérité globale que cela génère. Hélas, cette emprise là est instable, et sujette aux révoltes suscitées par les passages des générations. Elle n'est effective que de temps à autres et pas partout. 

Le miracle allemand d'après la réunification, qui a remis en selle la grasse germanie social démocrate fut un épisode de ce type, qui d'ailleurs se poursuit. Nous, nous n'avons eu que le bref moment de la fin des années cinquante, et peut être le (petit) sursaut de l'année 78. On peut parler de l'année 38, mais pas de l'année 98, l'année de la cagnotte et de la réduction du temps de travail. 2018 va être grandiose...

Venons en au "libéralisme": sociétal et économique on l'a dit, ce qui le clive plutôt, il a aussi deux dimensions duales, liées à ce qui est le fond commun de l'idée générale de liberté.

Point de censure, même si c'est contre le salafisme, et point d'intervention de l'Etat, même si c'est contre un achat des chinois: voilà la première dimension, que traite l'idée de Nation, l'Etat censeur et interventionniste se devant de restreindre les libertés quand il le faut. Sur ces questions, il est trop facile d'être d'accord, et c'est ce qui maintient au moins en principe la France dans le camp occidental. 

Mais il y a aussi les grands principes, les vrais et ceux là ne sont pas assumés par tout le monde. D'abord la liberté sociétale est celle du respect des choix personnels: la filiation, le familial, le personnel. Au nom d'une libéralisation de la possibilité d'être marginal, on censure la liberté de maintenir des positions majoritaires au nom du plus large partage des sentiments, une des sources du sentiment national. Mieux, on entreprend une ruine explicite systématique de ce sentiment, qualifié de "fauteur de guerre" et de "cul serré".

De la même manière, au nom d'ailleurs d'une "liberté de vivre" des plus faibles de la société, on réglemente à l'excès les activités économiques des acteurs sociaux, sans parler des taxes. Cela au détriment de la prospérité, maintenant compromise en France. A l'écart du monde (35h, retraites, impôts), un pays d'Europe occidentale s'enfonce dans le tiers monde par refus de se réformer. Au delà des théories économiques marxistes, on se contente de relativiser toutes les autres, en mesurant le multiplicateur de billets keynesien, qui justifie la dette hors contrôle, dont la maitrise passe bien sur par davantage d'investissements, il faut profiter des taux bas. 

La deuxième dimension du libéralisme, que l'on peut qualifier de "conservatrice" est évidemment ce que j'appellerai "la droite" au point que le mot (le mot "droite") n'a plus beaucoup de sens en lui même, comme signifiant "dual" dans une symétrie qui n'a plus lieu d'être et qui ressort d'une vision du monde "monique". L'être "de droite" es disqualifié moralement, et surtout politiquement: sa défaite est consommée. 

Le débat est maintenant interrompu: ce qu'on appelle aujourd'hui "la gauche" doit sortir pour toujours de l'histoire. C'est cela la vraie dualité: le combat contre un adversaire qui doit disparaitre, et non pas le débat avec un partenaire qui nous fait progresser. Cet adversaire a un nom, une réalité: l'argent qui corrompt tout, qui achète tout... Je rigole, là je fais mon Hollande. Non, cet adversaire s'appelle l'"Empire" (voilà que je fais mon Soral, maintenant) et qui est d'ailleurs en train de gagner. Un autoritarisme mou basé sur la corruption du peuple, et qui décline inexorablement. 

Y a t-il un espoir d'interrompre ce funeste destin ? A moins que l'aboutissement du destin soit justement ce que l'on souhaite, l'horreur étant, c'est d'ailleurs ce qu'on lui reproche à tort, déclinante ? 

Il nous faut savoir d'abord que nous avons progressé depuis le premier siècle de l'ère commune. Intellectuellement, les idéologies scientistes de droite et de gauche qui ont présidé à la montée de l'Empire ont été démontrées fausses. Je ferais donc ici Jean Yves Girard un prophète, et c'est pour cela que je le citais (en l'annexant sans vergogne). 

Les progrès de l'information ont donc, sauf si l'abêtissement, (d'ailleurs projet de l'Empire) se généralise, vocation à répandre un genre de "bonne nouvelle" qui pourrait convaincre le peuple de se livrer à la raison. Une raison libérée des fausses conceptions temporaires qui ont terni sa puissance. C'est le seul espoir qui nous reste. 

 

P.S. Le mot "socialisme" vit peut être ses derniers mois. Bien que brièvement encarté à la bête, Macron pourrait bien avoir provoqué ce qui fera la disparition symbolique de l'association criminelle la plus meurtrière de l'histoire, inventée en France. Bien sur, la perte n'est pas irréparable, et les métastases c'est pas pour les chiens, mais bon, l'histoire passe, du moins celle là.  

P.S. Comment se manifestera la dualité dans un monde débarrassé de la connerie ? Au risque de me cantonner dans l'impossibilité de la chose, je dirais que la connerie étant appelée à demeurer éternellement, elle pourrait au moins être minoritaire, ce qui est un objectif en soi, qui plus est souhaitable et aujourd'hui au combien nécessaire. 

14/08/2017

Le flautino de RV 441

On ne se lassera pas de révérer Antonio Vivaldi, le "bach italien" (pardon, je rigole), un extraordinaire compositeur d'une richesse humaine et d'une profondeur inqualifiable. 

vivaldi_01.jpg

Un concerto pour flute, en fait pour flautino (une sorte de piccolo petite, noire, mais qui se joue sur le coté comme la flute traversière) parmi toute une série, il suffit de fouiller, on se croit dans une bibliothèque oubliée, à farfouiller dans les déchets d'un cimetière recouvert de gravats, déménagé depuis longtemps. Et puis émerge le pur vivant, le pur magique tellement présent, tellement vivace qu'il acquiert une force incroyable. 

 

 

 


Voilà un truc analytique, qui a le mérite de "tout" avoir, la flute à bec et le clavecin étant bien sur inappropriés. De "tout" avoir ? Et non. Et c'est là toute la magie du bazar, celui de Vivaldi j'entends.

Il s'agit d'un concerto, et donc d'une relation complexe entre un orchestre et un instrument solo. Complexe est le mot: la vivacité de la chose, l'incroyable multiplicité de tout ce qui est dit en même temps est absolument inépuisable. On peut le réécouter: insondable... L'orchestre a en permanence des occasions magnifiques d'intervenir par en dessous, en glissant des allusions, des phrases, des sons variés, il suffit de les faire entendre. 

Et puis il y a la personnalité de la flute. Chaque instrument a son âme, son animalité je dirais, ce qui rend son instrumentiste caractériel, définitivement cabochard et étranger au reste de l'humanité: il porte une vérité qu'il ne peut qu'exprimer, pas transmettre, et a pris son parti de son étrangeté. La flute a le son de la magie surnaturelle et peut faire surgir des choses très lointaines, c'est fugitif, et cela est très puissant quand ça se manifeste... Un écho des plus anciennes mélopées, des plus antiques fascinations, des plus anciennes magies, là, comme à l'origine.

Vivaldi est un violoniste et préside à son armée de fanatiques à cordes avec tous les aigus et tous les graves, il met en valeur le soliste en le laissant "percer" avec grâce, puis reprend la main et ferme le couvercle. Nous sommes au XVIIIème siècle et l'individu doit faire la révérence devant la hiérarchie du monde. Seule la petite impertinence est  possible: il suffit qu'elle soit assez brillante et surtout assez inhabituelle pour passer inaperçue en tant que telle. La perle baroque dans toute sa splendeur cachée. 

Il y a une perle de ce type dans RV 441. 

Un introduction avec orchestre et une flute noyée dans l'ensemble, obéissante. Un brin de majesté et un thème.

Le thème est même abordé et cité nettement à l'unisson par la flute. 

Puis la flute est laissée seule, et toute timide se met à parler, c'est sa présentation à elle. Elle devient sentimentale, et aborde un sujet quasi dissonant, presque larmoyant, 4 petites phrases enchaînées deux à deux puis elle s'arrête, l'instant est passé. Le thème est repris à l'unisson. La flute reprend, mais semble nier ce qu'elle a dit, avec virtuosité d'ailleurs: un long staccato de flute, et puis on revient au thème. Retour à la déclaration de la flute, qui reprend la chanson du thème avec tristesse trois fois, puis le contre chant et un retour au perles de la flute, hors du temps. Le thème global reprend. Ca balance un peu est c'est fini. 

Le fameux instant est vraiment très subtil et il est gommé par la plupart des instrumentistes, le tort du flutiste étant d'aller trop vite (c'est ça "jouer", mâcher les difficultés en passant en vitesse). Il est pourtant réel (ou bien c'est moi), et totalement bizarre. Il se produit lors d'une répétition, la deuxième, forcée, qui semble venir d'ailleurs et produit l'effet magique de la flute: un seul son mais un deuxième objet, représenté, mais étranger, complètement étranger.

Mais d'abord il faut la fameuse armée vivaldienne, le Copley

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/vivaldi-concertos-for-recorder-rv-441-445-michael-copley-camerata-bern-thomas-furi/0002894152752

la fait merveilleusement entendre: tout le monde a voix au chapitre, et la flute est splendidement assistée. 

 

On listera ce qu'on a trouvé: ici,  une prise de son qui suggère le fabuleux mélange des genres de l'orchestre vivaldesque, et une tentative respectueuse de la flute.  


 

 

On se doit de citer le Gazelloni, qui m'avait fait entendre la perle: 


Comment peut on être fasciné par de pareilles choses ? Tout n'est peut être qu'un rêve... Le reste est bien sur enchanteur aussi, mais ne semble qu'organisé autour du point central. Nul ne peut nier qu'en musique, c'est souvent cela... Et puis il y a l'harmonie globale du concerto, incroyablement homogène, un tas de chapeaux en papier découpés précisément qui s'envolent les uns après les autres, et qui reviennent l'air de rien. 

 


Ici, une maitrisée et virtuose manière de voir, le flutiste est pas si mal, bon, mais pas si parfait, humain quoi.

 

Mais il y a aussi la suite du concerto. Le larghetto est déchirant: l'insondable tristesse italienne, détachée et qui se trouve mélodieuse en plus, la troisième reprise de la flute, unique aussi, est quasiment une perle également. L'orchestre termine gravement. 

On passe alors à la chambre d'échos, occasion pour l'orchestre de se déchainer pour faire la leçon et assister le stacatto flutiste. Le thème symétrique du premier mouvement (du moins à mon oreille d'amateur) entoure la flute qui danse toute sa petite liberté. La gravité de l'orchestre est indulgente pour la petite joie... La fin du concerto, épuisante pour le flutiste doit être terrible. Et voilà. Il y en a plein des concertos de Vivaldi. 

 

Pour finir, l'énergie et l'autorité, tout en puissance:


12/08/2017

La logique linéaire

Tant qu'on y est, je veux dire sur Girard (J.Y.) autant y passer. 

Qu'est ce que LL (la logique linéaire)? 

D'abord, c'est l'une des 3. Il n'y en a pas cinquante, en fait, et le mot "logique" désigne la méthode de raisonnement que tout un chacun applique quand il raisonne. Foin des "systèmes formels" et autre arithmétiques, en nombre indéfinis, tous instances d'axiomatiques variées, créateur de mondes dotés de significations. 

Là on est dans le dur, dans l'universel, quasiment dans le language: qu'est ce donc qu'on dit quand on déduit? 

On a abordé dans divers articles précédents, les séquents, Gentzen, son nazisme etc. Il nous faut passer à Girard, et à ses inventions. 

On se réfère à http://baptiste.meles.free.fr/site/B.Meles-Logique_lineaire.pdf

D'abord le language qui raisonne et qui se fixe une rigueur, des règles, la question étant le choix de celles ci, sachant qu'on a de l'esthétique là dedans: il faut, et oui, de la symétrie dans les principes. 

Bon au départ, il y a deux logiques. D'abord celle d'Aristote, de Hilbert, la logique classique. Ca fait deux mille ans que ca dure (plus en fait) et on a fondé une civilisation là dessus, dite occidentale vue sa position mais tout est relatif. On a d'abord "et, ou, non" avec une belle symétrie, celle de Morgan: non (a et b) == (non a) ou (non b).

On a aussi le "donc":  ((non a) ou b) matérialise l'implication et toutes les conséquences qui s'en suivent (...) dont le fait, bien rappelé par Duns Scot, que du faux on peut déduire n'importe quoi... 

Car la logique a un coté utilitaire: non seulement on exprime  des propositions (avec les connecteurs en question) mais on les relie entre elles. Il se trouve en effet, et c'est cela le raisonnement, que de la considération comme vraie d'une proposition, il est possible d'en déduire, sur la base de considérations sur la structure composite de cette proposition, une autre proposition. Ces considérations sont basées sur le bon sens acceptable de celui qui invente la logique, l'acceptation par la société de ce bon sens là étant motivé par l'évidence, il y a des choses qu'on ne peut pas refuser. 

Qu'est ce que ces "propositions" ? Il faut bien comprendre qu'elle ne sont pas qu'atomiques et que le fait, asserté faux ou vrai ne prête pas à discussion. Ce qui choque, fâche et irrite ce sont les conclusions qu'on en tire, connectées à d'autres propositions simultanées ou non. Conclusions qui font le langage, et dont on doit décider si elles sont fausses ou non, correctes "logiquement" ou non. C'est cela le raisonnement: raisonner sur des raisonnement. Cette activité dédoublée est souvent mal vue, elle est l'essentiel de la chose: le "bien raisonner" c'est d'abord l'application d'un nombre très réduit de principes, indépendants des vérités factuelles, et c'est le fantasme philosophique par excellence vrai par dessus tout, vrai absolument...   

La formalisation de ce raisonnement c'est la technique de démonstration, fait à la fin du XIXème siècle et proclamée comme un programme en 1900 par David Hilbert à Paris: les questions furent posées, c'est sur.

Sur le tard on introduisit une logique dit "intuitionniste", basée sur l'idée du refus de la règle du "tiers exclus". L'idée était de refuser de construire des objets magiquement par simple négation de leur non existence: il fallait que l'objet déduit soit construit explicitement pour accéder à l'être. Au passage, on rendait la logique capable d'exprimer un calcul véritable, on la rendait opérationnelle.

Hélas, au passage, on rendait le raisonnement asymétrique. Débarrassé des multiples conséquents (un séquent intuitionniste n'a qu'un seul énoncé en partie droite), des règles de négation, le système de Brouwer est très laid.

Cette asymétrie et cette laideur avait pourtant été combattue avec succès par un immense génie, nazi au demeurant, le fameux Gerhard Gentzen (GG). Le calcul des séquents a transformé la "logique" en un splendide alignement minimal, initialement appelé "déduction naturelle", incontournable description absolument claire de la pensée en marche.

Mieux, cet exposé de la marche du raisonnement le rend propre à la mécanisation. L'âge de l'informatique peut commencer. 

Mais revenons au tiers exclu et à la négation. Exprimée par Gentzen en logique classique, la négation bien loin d'être diabolique ou expression du non vrai, le vrai restant à définir, elle est essentiellement (...) géométrique et traduit en fait  le passage (de part et d'autre du "|-") du "ou" au "et" et du "E "au "A"  (retournez moi ces lettres) et réciproquement.  Là je fais mon Girard anti réaliste...

En gros, Gentzen rend symétrique et splendide la logique classique LK, alors que LJ la logique intuitionnisme constructiviste permet justement l'informatique, bloquée par les états permanents et les créations monstrueuses d'entités incontrôlées par le tiers exclu, autorisé par LK et interdit par LJ. 

Confronté au débat insoluble entre un beauté inopérante et une laideur utile, Girard (J.Y.) se trouva alors investi (par lui même) du soin de construire la logique des logiques, celle qui fusionne élégance et utilité, responsable du vrai passage en douceur et en beauté à l'âge de l'informatique, l'âge de l'action, qui succède à l'âge de l'état (je me lâche). 

Pour cela, il faut de nouveaux opérateurs et un système plus riche, mais plus puissant, avec des interprétations un peu alambiquées, mais qui ont le mérite d'être pensées, cohérentes et qui fonctionnent. Et puis, tout se ramène aux systèmes bien connus modulo des conventions. On ne fait donc qu'y gagner en pouvoir d'expression, le bain englobant étant un peu baroque, mais enrichissant et assez rigolo à interpréter.

L'idée de base est d'abord qu'on a des objets qui se transforment et des disjonctions qui sont exclusives. On matérialise des objets en transformation, des objets vivants. Cela concerne l'interprétation des nouveaux symboles introduits par LL (il y en a plein) mais aussi l'interprétation du "|-"  de chaque séquent. 

Implication

A --o B   signifie que A est "consommé" pour produire B. A est une "ressource" et ne peut servir qu'une fois. Le symbole "--o" est ainsi l'expression d'une causalité. 

Pour pallier le caractère évanescent de l'hypothèse en LL, on définit un opérateur "exponentiel" qui caractérise la ressource qui se renouvelle: "!A" ne se consomme pas. On peut alors exprimer l'implication traditionnelle comme: 

!A --o B   <=>  A =>B

"!" c'est l'infini, ce qui ne s'use pas quand on s'en sert... 

Il a son pendant "?" qui est un infini aussi mais dans le sens des lectures (en partie droite, donc).

Tenseur

L'opérateur "tenseur" "X" est une sorte de "^", mais non involutive: alors que A^A  se réduit en A, ce n'est pas le cas pour X: "AXA" est une juxtaposition. Quand on a une pièce de 1 euro ET une pièce de un euro, ça fait DEUX euros... 

Un truc marrant: AXA --o A  . Il y a bien un A qui disparait, on ne sait pas lequel. 

Choix

L'opérateur "avec" "&" est lui aussi une conjonction, mais là il y a le choix. 

Plus et PAR

+ et "par" (noté comme un "&" à l'envers) sont les duaux de "X" et "&".

"+" est une disjonction additive 

"par" est spécialement abscon et désigne un échange intriqué entre deux réservoirs en communication...

2 conjonctions et 2 disjonctions 

On a donc le titre... De fait chaque onction a une version additive et une version multiplicative.

Pour illustrer l'humour ravageur du soixantehuitard girard, comment modélise-t-on l'achat d'un paquet de Camels ET d'un paquet de Malboros en logique classique ? 

A|-C     A|-M 

____________

     A |- C,M 

La ruine de l'économie libérale: on peut acheter les deux ! Alors que le gauchiste, plus inventif impose : 

  A|-C       A|-M 

______________

    A,A |- C X M

Là on DEUX A nécessaires pour obtenir une ressource composite incluant les DEUX paquets de clopes.

 La négation

On en vient alors à la négation. 

D'abord elle noté "A  nil" avec "nil" noté "_|_" ... 

Bien sur elle exprime l'implication linéraire: 

"A nil par B"    est    "A --o B "

Mais aussi qu'elle est détruite ponctuellement, et non pas (comme en classique) perpétuellement niée. 

Pour exprimer que j'ai bien destruction d'un A "compensé" par la création d'un B, c'est l'interprétation de --o.

Le  tiers exclu

 Et là on résoud l'antinomie classique/intuitionniste

"A nil nil --o A" se déduit très bien, exactement comme en classique, par contre

A + A nil  n'est pas possible, on refuse le tiers exclu dans ce cas, il faut choisir, c'était ce que voulaient dire les intuitionnistes. 

On a donc le beurre et l'argent du beurre, le bon sens constructiviste avec toute les symétries possibles. Une merveille. 

Les délires

Bien sur le politiquement correct est donné en plus,

A nil nil = A exprime que ce que je donne est reçu

Les séquents suivant sont équivalents et expriment que A est donné puis reçu

A |- A     

|- Anil, A  

|- A --o A 

 

On a ainsi, en permanence, une logique de l'action et de la transmission... 

 

Les programmes

Au sens de Curry Howard, la logique linéaire s'identifie à la programmation, une proposition étant un type et l'implication un type de fonction de A vers B, avec consommation de l'argument A en entrée. 

Par contre, l'interprétation est facile et sans convolution ou autre tortillis cervical: c'est fait "pour"...

Par exemple, et c'est un chef d'oeuvre,  (A nil) est le type d'une fonction qui prend un A en entrée !!! 

La négation est donc interprétée comme un "input", la double négation comme le retour à l'output, ce qui exprime parfaitement l'involutivité de la chose, seule réalité qui compte... 

10/08/2017

La nature du christ

La question est d'importance, elle fonde les ontologies politiques de l'occident dit chrétien et se trouve formée de l'ensemble des réponses à la question mystérieuse de ce qu'est le christ, fils de Dieu à la fois Dieu et homme. 

Les réponses sont multiples, on sédimenté partout au moyen orient et sont responsables partiellement de l'épouvantable désordre qui a ravagé le monde ex romain, mais c'est une autre histoire... 

D'abord, la notion de "père" mentionnée apparemment par l'homme jésus lors des entretiens rapportés directement ou non par ses compagnons. 

Puis ça part en live. Qu'est il ? Quelle est sa "nature" ? 

1) Divine purement

Le Docétisme. (dokein, paraître)

Le christ est peut être chair, mais ne cesse jamais d'être Dieu. ("le verbe s'est fait "chair" (et non pas "homme")).

Une hérésie extrême.

2) Humaine purement

L'adoptatianisme . Un homme devient fils de Dieu après son baptème.

On peut classer là aussi les doctrines ébionites (les nazoréens qui auraient été à l'origine de l'islam). 

3) Arianisme

Le christ est humain, avec un part de divinité: l'Arianisme. 

On a là une version un peu plus "acceptable" du précédent... Ce fut la grande hérésie des premiers siècles, suivie par les vandales et des wisigoths, celle qui fut condamnée à Nicée et qui suscita l'élaboration du dogme trinitaire dans tous ses détails après des efforts démesurés politiques et religieux. Les barbares qui détruisirent l'occident étaient tous ariens, sauf les vikings.

Un aspect important de l'Arianisme est l'aspect temporel: le fils est venu APRES, et n'existait pas à l'origine: "il y eut un temps où il n'était pas".

 

4) La grande rupture

Le christ est "en même temps" homme et dieu. Comment ? 

A) Les deux natures sont séparées. 

La controverse entre Nestorius et Cyrille. Nestor est condamné à Ephèse en 431. 

En tout cas, il faut noter Babai le grand, l'école de Nisibe et Barsauma...

Ils refusaient deux choses essentielles: que Marie soit théotokos (mère de Dieu) et que Dieu ait "souffert". C'est le refus de "la communication des idiomes" et donc du théopaschisme. 

L'Eglise de Perse garda la formule nestorienne et s'en alla convertir les mongols. Elle est aujourd'hui l'église chaldéenne ou assyrienne, celle des chrétiens d'Irak. 

B) Les deux natures ne sont pas séparées. Oui, mais sont elle distinctes ? 

On arrive alors au monophysisme d'Eutyches. La nature divinie a "absorbé" la nature humaine et il n'y a qu'une seule nature, la divine. 

Les églises dites "des 3 conciles" (Nicée, Constantinople, Ephèse) et qui sont les églises copte, jacobite, éthiopienne, apostolique arménienne, plus d'autres, en sont toujours là. 

Le mot "jacobite" vient du nom d'un évêque, Jacques Baradée. On parle aussi de miaphysisme, "une est la nature", ou de "monophysisme", tout simplement.

Le patriarche d'Alexandrie, Dioschore, qui soutenait Eutyches, tenta d'imposer le monophysisme à Ephèse (449) lors d'un concile truqué qui fut qualifié par le pape Léon de "brigandage d'Ephèse" et annulé. 

 C) on arrive à la conclusion de Chalcédoine (451) qui est le dyophysisme: 2 natures en une seule personne. 

Eutyches est bien sur condamné. 

 D) A partir de Chalcédoine, il ne faut pas oublier un compromis intermédiaire, le monothélisme, qui tout en affirmant les deux natures, introduisit la nécessité d'une seule volonté ou énergie. Cette formule fut introduite par l'empereur Héraclius, puis condamnée. 

C'est la position de l'église Maronite, qui du fait de la conquête arabe, ne fut pas informée de la condamnation, mais se rattacha toujours à Rome. 

Les Melkites ("hommes du roi") furent des chalcedoniens purs et durs, mais arabes, car coupés du monde grec... 

E) Il ne faut pas oublier l'orthodoxie, séparée du catholicisme en 1054 lors du grand Schisme d'Orient. 

La question était celle du "filioque", bien sur, et portait sur sur la procession de l'Esprit, que l'orthodoxie refuse d'attribuer AUSSI au fils. 

5) Le mystère

Le mystère reste entier toutefois. On a 3 concepts: nature, hypostase et personne. Une personne , deux natures et une (ou deux) hypostases. Est on vraiment monothéiste ? Les musulmans disent que non, mais ils ont tort: les 3 dieux s'entendent trop bien pour que l'accusation tienne, et puis la substance unique...

Le principal inventeur de la triple chose est le théologien Tertullien, l'inventeur de l'histoire des personnes séparées, cathaginois berbère mort en 220. Auteur du célèbre "on ne nait pas chrétien, on le devient", il fut l'adversaire de l'antisémite Marcion et surtout de Praxéas adversaire de la trinité, dont il dit avec un humour surprenant qu'il avait rendu un double service au diable en chassant le paraclet et crucifié le père.

Tertullien fut un montaniste, défenseur fanatique du paraclet et donc de l'hérésie phrygienne, néanmoins, et bien qu'il décrive une trinité ou il y a encore une subordination de l'esprit et du fils envers le père, il en est bien le fondateur conceptuel, l'histoire de la substance partagée et des personnes différentes en faisant déjà partie.

Tertullien est sans doute (là j'exagère) un des fondateurs du christianisme, avec Paul. Il introduisit le traducianisme, qui fait que l'on touche après la naissance une âme déjà toute corrompue par Adam, bien que la liberté permette de le compenser, ce qui n'est pas tout à fait le cas de toutes les théologies ultérieures, par exemple celles de l'autre berbère, Augustin, bien plus sévère.

 

24/06/2017

L'Après Macron

Parler d'après Macron parait prématuré, mais c'est pourtant l'idée. Nous sommes en pleine macromania, les sans fautes s'accumulent d'après la presse, et pourtant la puanteur est déjà manifeste: le corps du gamin git déjà dans les gravats. Au fait, il vient de se mettre à excuser Assad.

On passera sur le réel, pourtant explicité par des mots dotés de sens, mais qui ne sont pas pris en compte dans les évaluations faites, toutes tournées vers ailleurs. Pourtant, on commencera par là, et c'est gravissime: les motivations de l'éviction des adversaires du gagnant ne lui sont pas appliquées. La morale, c'est pour les autres.

Trahison de son camp politique (Fillon et LePen furent affaiblis par l'équivalent) et indélicatesse manifeste de sa part comme ministre sur le départ faisant sa campagne: cela aurait du gêner, mais ce fut perçu comme  de bonne guerre. 

Entourage compromis dans un enrichissement familial et personnel patent et indélicat, quel entourage: il s'agit de son premier soutien; allié décisif compromis dans tout ce qu'il dénonce chargé, comble de la dégueulasserie, de légiférer sur la question; exfiltration de tout le monde du gouvernement juste après l'élection législative en catimini, bref l'horreur. Cynisme et culpabilité manifeste sous des protestations d'innocence relayées et conduites par l'opinion et les médias attachés. Tout le monde approuve la loi, taillée pour humilier Fillon une deuxième fois, mais bien sur considère un casier judiciaire possible pour être élu.  

Ma rage est extrême, mon sentiment d'injustice, d'incompréhension et de mépris pour tout cela en est au point de rejeter ce monde et c'est bien ce que je veux dire. 

Volée d'un débat, d'une élection et de l'application de politiques indispensables pour des raisons d'autant plus futiles que des reproches autrement plus graves s'appliquent manifestement à celui qui profita de la révolte morale, ma colère est extrême et ne se calme pas.

Il faut pourtant en parler, et la chose est bien plus grave qu'on ne croit, une élection est toujours l'occasion de réaliser quelque chose et après tout, celle là en est une.  

D'abord qu'alors qu'on croyait dans les situations d'attente, qu'allaient se révéler des forces cachées mystérieuses cristallisées au dernier moment, celles ci ne se manifestèrent aucunement, bien au contraire. Il faut donc en déduire qu'elles n'existaient pas, ou c'est bien là le problème, qu'elles étaient minoritaires, ce qui revient au même dans ce type de situation. 

Défi à la démocratie? Ou éloge de la marge ? La réalité est d'abord très triste: la majorité du "peuple" s'est abandonnée, à la résignation et au moindre mal. 

On commencera par le moindre mal: éberlué par l'échec absolu, cette fois totalement consommé, du socialisme traditionnel et des ses futures "avancées" devenues impossibles, il s'est donc agi surtout de ne toucher à rien, le confort est trop grand: fonctionnaires, 35 heures, assistanat indispensable, tout ce qui menaçait l'essentiel fut préservé et le contraire rejeté. Cela est patent, inscrit dans le vote: le "libéralisme économique" et donc la réforme, qui lui est attaché, fut refusé. 

On mentionnera la résignation: éberlué par la rupture avec la morale qu'entrainait le soutien à son programme, la droite libérale se réfugia dans ce qu'elle avait toujours envié à son adversaire: les bons sentiments. Cela fut aussi le choix des indécis qui trouva là une occasion de refuser le monde, le refus qui m'anime aujourd'hui pour les raisons inverses. 

La confusion des deux scella l'élection. J'avais pensé que la résignation post socialiste conduisait à l'acceptation de mesures fortes, qui appliquées rapidement, auraient méchamment cautérisé le purulant abcès. Démenti par les faits, je ne retire rien de mon mépris envers ce peuple de concitoyens aveugles et lâches, cette collectivité méprisable qu'on ne peut que tromper et qu'il faudra faire souffrir bien plus, plus tard, tant pis pour elle. 

D'autant plus que dans l'intervalle, son abjection ne va pas améliorer la générosité et la sympathie que l'on pourrait avoir à son égard. 

On avait parlé de moralité, allons y voir. Elle n'est formée que d'assemblages contradictoires d'équilibres précaires, tous consacrés à se masquer la réalité et gros de menaces diverses. 

D'abord l'humanitaire égoïste. Tout en refusant dans les fait l'accueil et le financement, on se prévaut, pour s'excuser, de bon sentiments qui pris à la lettre, pourraient retourner la situation et accepter finalement l'entrée massive. On laisse faire et on accueille en diluant en s'exposant petit à petit aux chantages des autres pays européens avec qui il "faudra bien" partager. Tactique similaire pour les travailleurs détachés, on fait semblant de vouloir les contrôler et on oppose, en bonne politique, l'argument des migrants aux pays de l'Est en colère. Tout cela bien sur sans aucun résultats ni décisions: la France étranglée pas ses mensonges et son déficit n'a rien à dire. Alors on continue de faire semblant.

Ce parangon du désaccord européen touche à l'essence de l'opposition idéologique irrémédiable qui me sépare de Macron et des ses affidés: l'intérêt de la Nation doit être premier et NE DOIT PAS être soumis à des obligations humanitaires ou internationalistes, c'est à dire à des sentiments obligés. L'essence du politique est de résister à la soumission à l'obligation extérieure qui s'exerce contre ses intérêts propres. 

Cette position souverainiste n'est pas celle des gnan gnan et autres sous hommes politiques qui font de ce bon sens un argument pour d'autres visées et qui ne proposent que le refus ou le retrait. L'Europe est bien entendu une nécessité historique pour le continent éponyme et il faut la contrôler et la dominer avec ses alliés, le bon sens et la raison devant toujours prévaloir, quitte à les forcer. Le soutien aux pays vraiment menacés et l'invasion migratoire est une menace, doit être apporté en échange bien sur des nécessaires ajustements à des phénomènes du même ordre (les travailleurs détachés) qui doivent par contre être préférés ouvertement, au détriment de la simple prédation d'allocations sociales. Car il ne faudrait pas s'acheminer, ce que souhaitent certains, vers une nationalisation de populations africaines qu'on encouragerait à s'installer en payant moins cher, c'est un comble, des services européens restés dans des pays d'Europe à bas couts... 

Le nécessaire cynisme du refus de l'installation de ces populations en Europe doit être rendu explicite, et l'opinion et ses "élites" se refusent à faire le pas que Trump vient de réaliser, sans doute avec dix ans d'avance sur le reste du monde occidental. L'humanitarisme migratoire et immigrationniste est une folie qui doit être arrêtée. Elle le sera "après Macron". Quand aux patrons des travailleurs détachés, ils doivent contribuer au chômage qu'ils provoquent et tant qu'à faire avec des blancs. 

Car on doit aborder aussi le délicat sujet dit de "la gale, opportunité économique", de l'accueil de tous ces enfants migrants de moins de dix huit ans (c'est ce que prouvent les papiers qu'ils n'ont pas) qui errent dans les landes du coté de Calais. Criminel de ne pas les nourrir, les doucher et les éduquer, sans parler de leur trouver du travail, un pays comme le nôtre en a bien les moyens. Le ministre de l'intérieur ne veut pas faire d'appel d'air, la justice dit le contraire, et le premier ministre arbitrera un jour en contredisant le président bien sur, des qu'ils seront dix mille on les logera en province, on sait comment faire. Sauvés par des italiens trafiquants d'esclaves (comment expliquer autrement leur absolue connerie humantaire) des milliers d'africains francophones issus de pays amis de la France sous perfusion économique et militaire de notre part, viennent tenter directement leur chance à la source de la manne: c'est la seule chance de survie, faut les comprendre. 

Au passage, prend garde, paysan du fin fond de la cambrousse: un fiché S en relégation peut te poignarder à n'importe quel moment quand tu bêche. Ca va s'accentuer, on verra après Macron. 

Ensuite, l'"esprit managérial fonctionnarisé". Pardon pour cet accumulation de termes, mais le français n'est pas l'allemand. Marquée par l'ambiance de bureau qui fait le vécu les classes moyennes, l'opinion est en phase avec le discours de motivation neu-neu dont s'aspergent toutes les propagandes modernes, depuis le "ça fait du bien à la planète", jusqu'aux festifs variés qui célèbrent l'unanimisme obligé du "vivre ensemble". Toutes ses ignobles saloperies collectivistes bêlantes qui nous font ressembler de plus en plus à la Corée du nord. Imitant les communismes, les "libéralismes" se rendent encore plus odieux qu'eux. Solidaires entre eux les fonctionnaires rament dans le même bateau et l'esprit "startup" n'est qu'une simagrée de plus dans ce genre là, les sourires béats des tee shirts collectifs sont tous les mêmes: la communication généralisée devient de la propagande au sens strict.Toute l'expression publique n'est qu'affirmation de cause à défendre, de soit disant victimes humaines ou animales à protéger, avec slogans, manifs et engagements divers pour masquer l'horrible pouvoir: quelle puanteur!

Le cynisme à son égard se répand, le dégout et le mépris aussi: qui ne pense pas à l'UERSS ? Partout un cynisme démobilisé compte ses RTT, épuise ses congés maladie et méprise tout le reste. L'encadrement n'est pas en reste et tout part en couille à l'unisson, regardez les chiffres globaux, ils sont significatifs.  

Eclatés et rassemblés occasionnellement sur des projets utiles précis, les travailleurs du futur, solidaires dans des liens qui ne peuvent s'exposer publiquement doivent vivre dans l'espace privé des décisions secrètes. Ce n'est que dans les uniformes des organisations collectives militarisées que l'on trouve l'esprit collectif national traditionnel, et pas dans la militarisation mensongère de la société civile. Car là, on obéit, on agit dangereusement, et on ne fait pas semblant: la fiction du bureau somnolant qui s'appliquerait à tous est un non sens. 

Le monde du travail c'est aussi le solitaire dans sa cabine de moissonneur et nul ne l'identifiera à l'inutile ou à une quelconque "tribu". Le monde est divers, vraiment divers et il faut illustrer les libertés de vivre, pas collectiviser les sentiments d'appartenance. Et puis il y a les familles, ceux qui sont en charge des enfants et des vieux: ils ne sont pas particulièrement sportifs ni branchés et méritent pourtant qu'on les représente dignement sans les humilier en leur donnant des conseils débiles ou en les hyper motivant de manière ridicule. Mais cela ne pourra être évité qu'après Macron. 

Et puis, le "mythologique vomitoire". Porté par une volonté de "revivifier" les symboles, l'esprit du temps veut toujours réinventer la symbolique, suivant le chemin suivi par l'église catholique en pleine modernisation, c'est à dire en voie de disparition. Le symbolique ne peut se contrôler, et ne peut qu'être révéré. Louis XIV ou Napoleon échouèrent l'un et l'autre à imposer plus que l'histoire: les souvenirs que laissent Versailles et l'Arc de triomphe ne sont, malgré le respect qu'on leur doit, que globalement surfaits. On célébra l'empire allemand dans l'un et on fit défiler les nazis devant l'autre. La France c'est autre chose, et c'est l'esprit qui présida aux triomphes militaires qui eurent effectivement lieu et dont il faut se souvenir en tant que tels, sans leur associer autre chose que ce dont ils sont le symbole: le triomphe des armes de la France, collectivité nationale puissante qui marque l'histoire des hommes. 

Le défilé de la victoire de 19 ne fut pas en l'honneur des victimes de quoique ce soit, pas plus que le défilé silencieux lors de la mort de De Gaulle. 

Les ignobles variétés chantées dans la cour des invalides lors de la remise de décoration posthume à des victimes d'assassinats sont à la hauteur des échecs variés systématiques à assumer le symbolique dont s'est toujours prévalu la gauche et ce qui lui ressemble. Le discours pyramidal de Macron lors de sa victoire sur fond de marche dans le noir et d'hymne à la joie fut ridicule, les médias le trouvèrent "sans faute", ce ne fut qu'une lamentable honte, une invention superficielle surfaite déjà oubliée. Les remerciements aux victimes de Nice faite sur le ton d'autorité de la tapette qui repeint son plafond furent vomitoires. On ne pourra faire mieux, donc, qu'après Macron.

Cette réflexion sur l'histoire, sur le respect du aux lieux, sur les traditions et sur les vrais souvenirs ne peut revenir qu'aux vrais nostalgies, qu'aux vrais souvenirs du passé qui eu lieu. Les cérémonies d'anciens combattants sont toujours navrantes, avec leurs vieux uniformes, leurs négligés de vieillards sales, et puis on a vu ce que ça a donné: vingt ans de souvenirs merdiques qui s'effondrent dans le pacifisme de 40. Qu'en reste-t-il ? Les célébrations des mutins (ils furent peu) fusillés, du rap à Verdun et l'aveu à un journaliste algérien de crimes contre l'humanité. 

On célébra d'ailleurs la rafle du Vel d'Hiv en accusant "La France". Chirac avait accusé l'"Etat Français" (ce qui était exact), on en rajouta donc une couche, le souvenir de Mitterand se devant d'être protégées et celui de De Gaulle méprisés. Hors de propos, inculte, méprisant et stupide, le nouveau président déshonora son pays. 

Il n'y a d'armée que jeune, impeccable et puissante, avec des chars neufs et modernes, pas l'otage déguisé de réductions budgétaires incessantes, avec foutage de gueule suprême, la position martiale du 2% du budget de l'Etat, je vous le donne en mille, annoncée pour 2025! En attendant, on sabre les crédits et on fusille le CEMA. Faut il que des officiers supérieurs expliquent au chef des armées que c'est bien lui qui mis sur la place publique les désaccords qui plus est de manière humiliante pour toutes les armées ? C'est fait. 

Et puis, cette tombe sous l'arc, pourquoi ne pas la déplacer qu'on puisse passer sous le triomphe, enfin ! Sinon, on n'a envie que de profanations... L'avion de Godefroy qui passa sous l'arc protesta contre une indélicatesse de l'organisation du défilé envers les aviateurs. De même le "j'avais un camarade" chanté par les copains de Bigeard à son enterrement sont la marque de la revanche du vrai symbolique français hostile aux marche funèbres romantiques qui n'évoquent rien. Ce qu'il y a de sacré, de puissant et qui appartient à tout le monde, est piétiné et méprisé par un gamin crétin: le symbolique doit rentrer en dissidence. 

Révolte contre le faux symbolique, mais aussi destruction de celui là, telle est notre destin de modernes et ce n'est pas les infectes obligations officielles de Hollande et Macron qui y changeront quelque chose: certaines cérémonies sont dégradantes. Y assister déshonore et humilie. Les commenter en parlant de "sans faute" encore plus... Les merdias seront férocement sabrés, mais seulement après Macron.

On ne peut éviter la "salissure de l'air" (je cherche une autre expression, par exemple "la puanteur des pets") pour désigner ce qu'est chargé de faire Hulot le fou avec l'interdiction des normes européennes moins contraignantes que les françaises, pour mieux détruire l'agriculture du pays de cons qui s'interdit de vendre aussi cher que ses compétiteurs. Avec l'interdiction, cela en fait partie, de la sauvegarde du taureau sauvage que permet la corrida au nom de la souffrance du presque humain, que dis je du sur humain: l'animal ! On passera sur l'interdiction des recherches sur tous les sujets que le taré au souffle rauque aura décidé mitoyen de la fameuse odeur carbonée issue de son trou de balle d'abruti. En attendant l'affreuse corruption due aux éoliennes que cette idéologie de la puanteur a répandu partout continue ses ravages hors de prix. Les gels douches enthousiasmants d'outre-patagonie versent leurs royalties à un unique actionnaire... Cela ne sera puni qu'après Macron. 

Et puis il y a le "bien parlé". En relation avec le point précédent, il évoque la possibilité de dire et de faire ce qu'il faudrait, au moins de ce qu'on voudrait qu'il fut dit. Ce désir lancinant peut disparaitre complètement car reconnu impossible et je n'en suis pas loin. Quoi? La musique ne servirait à rien et il ne serait plus, définitivement plus possible d'en jouir de la sorte ?! Et bien ce sentiment là arrive et accompagne les fins de vie. La mienne ou bien celle d'une époque, qui pensa possible de continuer un gaullisme qui fuit pour toujours dans le passé avec tout ce que cela implique... Car le "mal parler" célèbre aussi une impossibilité, maintenant établie par l'élection et reprise par tous: on renonce officiellement à une possibilité d'agir et de faire, explicitement rejetée.

La défaite de 2017 est plus qu'une défaite ou une alternance: elle entérine un choix de vie et de société, qui devient incontournable et qu'il faudra accepter pour vivre. On voit déjà les imitateurs de Macron, comme on a vu les imitateurs de tous les vainqueurs de gauche que ce peuple de cons et de veaux a mis au pouvoir: une génération au visage lisse se précipite pour imiter Napoléon, je ne vous raconte pas le romantisme qui va en découler. 

Et bien je refuse ce monde absurde et débile, je le rejette et le conchie et je serais aussi fou et aussi déraisonnable que les cons que je déteste et qui eux évoluent dans un rêve vraiment absurde, absurdité que je dénonce et dénoncerai avec haine et mépris dans tous ces paragraphes jusqu'à qu'advienne l'après Macron, ou jamais. 

14/05/2017

Les théories de la valeur.

Les valeurs

On va commencer par les fondamentaux. Un bref cours de base. 

On a d'abord les classiques et la théorie de la valeur dite "travail", qui attribue au travail la source de la valeur. Puis les "néo-classiques" qui introduisent la théorie de la valeur dite "utilité marginale" qui considère la valeur comme pur épiphénomène, une adaptation. Marx est un classique.

Smith inventa la valeur comme travail mais comme ce qui permet de commander le travail des autres tandis que Ricardo décrivit la valeur comme travail incorporé dans les biens reproductibles. Pour Smith, la richesse n'est donc ni physiocrate (avec la terre comme origine) ni mercantiliste (avec l'argent comme support). Il modélise le prix comme somme des 3 origines du bien: rente, profit et salaire. On a donc un prix "naturel", les prix effectifs "gravitant" autour au gré des circonstances. Cet étalon de valeur, le travail, se trouve en concurrence avec d'autres objets, l'or, ou le blé, mais c'est une autre histoire.  

Ricardo critique cette histoire d'étalon et introduit une valeur liée à tout ce qui a permis la fabrication de l'objet, il introduit de plus une échelle de valeurs permettant de comparer les valeurs sans étalon fixe. 

Il est à noter que pour Ricardo, la rente est un prélèvement indu: il prône dans l'Angleterre de la révolution industrielle l'étatisation des terres. Notons que le profit lui est légitime: il est un travail accumulé. 

Parmi les classiques, il y a pourtant Say qui attribue la source de la valeur à l'utilité du bien. Contrecarrée par Smith et son paradoxe de l'eau et du diamant, cette théorie devient acceptable avec la modification néo-classique de la valeur "marginale" du bien, l'unité supplémentaire d'eau (la goutte) ne valant vraiment rien... On arrive alors à la théorie de valeur dite symétrique, sans valeur intrinsèque, uniquement issue de l'équilibre offre/demande de Walras et Pareto. 

Faisant un petit aller retour chez Marx: pour lui, qui reprend Ricardo, le travail est bien incorporé dans la valeur, mais la valeur d'échange est socialisée par les hommes. C'est ce qui lui fait dénoncer le "fétichisme" de la marchandise pratiqué par ceux qui veulent mettre la valeur dans la chose... Il introduit aussi la notion de plus value qui est la différence injustifiée entre valeur d'échange et la valeur travail, l'équivalence entre profit et plus value étant son théorème fondamental.

Quelques compléments méritent alors d'être introduits.  

Le Marginalisme et les néo classiques

D'abord que la théorie de la valeur devient vite celle de la formation des prix. C'est l'approche moderne, la valeur n'étant que l'entité conceptuelle origine de la décision d'y mettre le prix. Pour Walras, elle est la "rareté", mélange de source de désir et de difficulté à obtenir qui motive l'allonge du bifton. De fait, la valeur s'exprime par un prix, qui varie continument.

Ces gens sont les "néo classiques": Walras et Pareto forment l'école de Lausanne, Jevons (puis Marshall) celle de Cambridge, et Menger l'école Autrichienne. Tout cela ira de 1870 jusqu'à la crise de 29. Marshall, mort en 24, considérait l'économie comme achevée par son livre, "Principes d'économie politique".

Il faudrait expliquer pourquoi on veut et on doit accoler le mot "politique" à "économie": en fait c'était l'expression originale, datant du XVIIème siècle (de Monchrestien, 1615),  et ce serait Jevons qui simplifia en parlant d'économie tout simplement ! 

Notons que Jevons est un disciple de Bentham, l'utilitariste inventeur du panopticon, il pense "utilité" ou plaisir marginal. Marshall est son successeur. 

L'identification de la valeur à l'"utilité marginale", c'est à dire au prix de la dernière unité acquise constitue ce que Schumpeter appelle la "révolution de la théorie de la valeur". De quoi s'agit-il? Voyons la demande: elle est fonction d'une utilité employée de chaque bien acquis. Quand un certain volume est acquis, on arrête d'acheter. Le dernier bien acquis est à un prix, dit marginal terme qui s'applique en fait à la dernière consommation faite. C'est le prix du bien. Cette assimilation de la valeur à celle de la marge suppose une forme de courbe particulière qui lie prix et quantité plongés tout deux dans le raisonnement utilitariste: si le prix monte, l'utilité marginale décroitra et DONC la quantité commandée diminuera d'autant... Cette introduction du troisième terme, l'utilité comme mesurée par un montant variable de valeur d'échange avec un maximum possible constitue l'essence du marginalisme, inventé par Jules Dupuit (1844) qui lui, identifie utilité avec valeur d'échange maximale. 

Citons Walras, le socialiste né en 37, d'ailleurs partisan lui aussi de l'étatisation des terres et théoricien de l'équilibre général.

Puis Marshall, le maître de Keynes: il réintroduit le coup de la valeur de travail en parlant prix de production, en fait en voulant calculer le prix des choses. Au delà de la valeur, il s'agit de trouver l'algorithme qui lit production et demande avec comme point fixe le croisement de deux courbes. On a ainsi une théorie de la valeur "symétrique", le marginalisme étant appliqué AUSSI à la production. Simplement cela est plus difficile à concevoir et suppose des considérations variées.

D'abord que le cout de production fait partie de la valeur, on revient un peu aux classiques mais en déclinant: c'est uniquement sur le long terme, à court terme, c'est la demande qui est prépondérante. Puis que l'on ne raisonne que par branches et non pas sur toute l'économie, c'est le fameux "ceteris paribus". Ensuite, qu'il faut que les rendements soient décroissants, en fait décroissants à terme: Marshall conjugue les lois de rendements croissants (les fameuses aiguilles de Smith) et de rendements décroissants (les terres moins fertiles de Ricardo), l'important étant que les rendements ne soient pas constants. 

Cette nécessité de la loi des rendements décroissants mérite le détour et là je me lance, car on ne la trouve pas vraiment bien expliquée. Elle est due à l'"algorithme" de marche vers l'équilibre qui ne fonctionne QUE si les deux courbes demande et offre sont convexes ! Dans le cas contraire il y a divergence dans au moins certains cas, suivant que la marche part d'une zone ou d'une autre de l'espace. Ces modélisations mathématiques variées font les délices des néo-classiques qui s'en amusent à un point extrême, mais le point est là.

C'est cette non complètement satisfaisante modélisation de l'offre qui fit l'objet d'une dénonciation destructrice de Piero Sraffa en 1925, celui ci remettant en cause la notion de concurrence parfaite pour introduire à l'étude de la concurrence monopolistique. Sraffa prônera le retour à Ricardo et cherchera à réinstaurer un étalon de valeur. 

Il parlera de compter dans le salaire, en plus de la subsistance, une part du profit réalisé et surtout caractérise le salaire comme "post factum". La décision est d'importance...

Sraffra, connu surtout pour son travail de réédition des oeuvres de Ricardo se fait remarquer aussi en 1960 lors de la querelle des 2 Cambridges, entre Robinson (UK) et Samuelson (US), sur la comptabilisation des machines et donc la valeur des biens de production. Les keynesiens voulaient la considérer nulle, et les néos classiques la conserver. Sraffra prit position en détruisant tout comme d'habitude et en réutilisant des concepts marxistes de comptabilisation. 

On pourra alors dire qu'il continue d'y avoir deux théories de la valeur, l'une de Ricardo à Marx et Sraffa, basée sur la répartition et une conception intrinsèque, classique de la valeur, et l'autre depuis Say, Walras, Samuelson, basée sur la rareté marginale, la répartition n'étant que secondaire. Le débat est toujours actuel, s'identifie au conflit droite gauche ou libéralisme contre "socialisme", celui ci se modulant suivant encore d'autres circonvolutions. 

...

 

L'équilibre général

On finira sur l'équilibre général de Debreu et Arrow, le prix Nobel de Debreu datant de 1983. Walras avait raison, donc. C'est le livre "Théorie de la valeur" de Debreu. 

En gros, en 1953, Arrow et Debreu démontrent mathématiquement l'existence d'un équilibre général possible des demandes et des offres basées sur les prix.

Mais il faut mentionner aussi, en 1973  le théorème de Sonnenschein-Mantel-Debreu qui montre qu'on peut en réalité obtenir n'importe quoi, les fonctions de demande nettes pouvant être quelconques. La main invisible existe bien, simplement elle peut faire n'importe quoi... 

10/05/2017

Xylophagies Macronésiennes

Pardon pour le titre empoulé, mais il y a pire.  On aurait du parler de xyloglossie, ou de xylolalie. La « langue de chêne » (yazik dub?)  russe, qui date du tsarisme, d’ailleurs. Ce sont les langues de pouvoir, la « lingua tertii emperii » nazie en étant l’exemple le plus affreux (1). Macron en est un locuteur, permanent et insupportable.

Cette réthorique là est étudiée, connue et analysée. Toute une partie de la culture et de l’intelligence s’y consacre, pour notre plaisir, notre élévation et aussi notre clairvoyance.

Pour commencer, on se réfèrera à http://g-langue-de-bois.fr/ dont le générateur, du premier coup nous produit ça:

« la dynamique vertueuse fait ressortir le réel attrait d’un rassemblement des conditions de base pour construire sa vie et envisager son avenir. »

Au détour d’un raid sur le twitter de Macron, j’ai réalisé la profondeur de l’absurde langage de celui que les sondages annoncent gagnant. Comme en fait ils annoncent un état de l’opinion avec une bonne moitié d’indécis, il convient de tenter de dire à ceux là ce qu’on pense de leur hésitations… Car les commentaires des saillies du monsieur sont partiellement accablants: bien souvent tout passe inaperçu.

Bien sur pas pour tout le monde, la chaine Youtube ridiculeTV:  https://www.youtube.com/channel/UCIu1KhZAvIiujTIgNAz22sQ parait il faite par des fillonistes (des talentueux vidéastes fillonistes) offre un florilège incroyable de macronneries indicibles.

Il faut citer, et notamment les perles les plus belles. Elles sont constituées de fragments de discours en forme de slogan, que l’on peut reprendre dans sa tête ou retweeter, tout simplement. Toutes candidates à un passage par « ridiculeTV », avec des commentaires du Camelot d’Alexandre Astier pour en dénoncer le vide de sens, sous la critique de la grosse reine qui elle y est sensible, on peut les collectionner.

On a ainsi sur ce compte twitter là le plus remarquable amas d’exemples de la langue de bois la plus grasse, la plus construite, la plus dénuée du moindre sens autre que sa fonction: stupéfier, terrifier, perturber. Car l’acceptation de ces absurdités change l’auditeur et c’est le rôle de ce type de parole: dominer, essentiellement. C’est en cela que ce type de discours, inventé et mis en pratique par tous les socialismes et en fait, et oui, fasciste.

Le mot peut sembler fort pour désigner le successeur de Hollande, le timide freluquet qu’on pourrait croire efféminé, chienchien à sa mémère. Il ne l’est pas: ses fadaises centristes sont un refus profond de tout débat, de toute opposition, de toute politique en fait. Il ne veut rien faire et l’imposer à tous au nom d’un consensus sous son autorité qui est le propre du fascisme, lui seul pouvant donner sens à la destruction totale du sens, qu’il organise avec son langage truqué.

Il hérite ainsi de ses mentors dont Ségolène Royal, son soutien discret n’étant pas douteux en est un, la capacité d’émettre le  langage frelaté de la fausse connivence politiquement correcte. C’est la plus horrible chose qui soit au monde, la plus destructrice du lien social et symbolique qui unit le citoyen à l’Etat. On l’a vu cinq ans et cela veut continuer à tout prix, il est là pour ça et il fait le maximum.

Il faut noter que l’aspect absurde voire délirant de la démarche s’est accentué depuis le premier débat, on atteint ainsi maintenant (début avril 2017) régulièrement des sommets et cela se voit ici.

 

Voyons voir la collection.


Une constante, l’adjonction pour faire sens de plusieurs (au moins deux) significations distinctes juxtaposées qui semblent se renforcer l’une l’autre. Trois cas suivant que les deux significations se contredisent, se répètent ou tout simplement n’ont rien à voir.

Par exemple:

« Je défends l’ouverture et l’esprit de conquête. »  Rien à voir.

« Nous allons sortir du passé qui ne veut pas passer. » Se contredit.

« La société est formée à moitié de femmes et à moitié d’hommes ». Evidence

 

———–

Le multiple ne nuit pas. A partir d’un terme, ou d’un thème, on peut tripler la dose:

« l’emploi des autistes sera encouragé par une reconnaissance des entreprises inclusives. »

« Nous allons sortir des divisions, sortir de la Françafrique, sortir de tout ce qui nous a tués. »

———–

Parfois, l’articulation des qualificatifs les renvoient les uns aux autres, par exemple dans le très réussi:

« J’ai décidé de franchir une nouvelle étape pour aider la France à se transformer elle aussi. »

———–

Une constante, la nuance qualificative. Une affirmation doit être paradoxalement qualifiée par son contraire pour la nuancer et en établir la mesure. Bien sur cela en modifie substantiellement la portée et souvent prête à rire car précisément cela détruit le sens global, en montrant une volonté de dire « tout et son contraire » c’est à dire d’accorder à tout prix des contraires.

« Nous aurons une politique de tolérance zéro : à l’égard de la délinquance et à l’égard des abus des autorités policières ».

———-

Ici on l’introduction du quantitatif (le doublement) mais dans un domaine qu’on ne peut établir que qualitativement (le manque): une merveille:

« Protéger, c’est aussi soigner. Je veux doubler les maisons de santé partout où le soin manque. »

———-

Une constante: le « nous » qui alterne avec le « je » des exhortations, il  est descriptif et généralement transforme la foule en quelquechose:

« Nous sommes le projet qui protège les Français. »

————–

Une magnifique double adjonction en forme d’écho; le « rien à voir » est ici doublé:

« 50 milliards d’euros pour investir dans le numérique et l’écologie. Pour changer nos manières de produire, de consommer. »

————-

Une figure triple avec double don, qui plus est redoublé:

« Nous redonnerons de l’espoir par le pouvoir d’achat. »

Qui complète harmonieusement le:

« Nous redonnerons de l’espoir par la culture. Elle est ce qui nous fait peuple. »

et aussi :

« La France a besoin d’espoir et nous ramènerons l’espoir par l’école ! »

et aussi:

« Nous redonnerons de l’espoir par le sport. »

——-

Les allusions sexuelles. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il y a du sexe chez Macron, mais sous une forme cachée délicatement masturbatoire:

« Un lien pour recréer la sève de la République et ses principes. C’est la force des patriotes. »

« Nous sommes l’alternance profonde »

« Il faut créer un nouveau rapport à l’autorité et à la police. Je créerai une police de sécurité quotidienne. » (ici le rapport quotidien en plus à l’autorité, fait sens).

« Je mets mon énergie à faire plutôt qu’à durer ! »

« Nous allons porter l’alternance véritable qui rassemble des femmes et des hommes jusque-là divisés. »

——

Parfois, on passe dans le néologisme, mais qui évoque un soupçon: ici par exemple, disposer de deux langues a un coté sexuel, ou mensonger, en tout cas, vaguement inquiétant, les « humanités » renforçant le coté bi… Notons bien que bilangue n’est pas bilingue.

« Je veux rétablir les classes bilangues, je veux rétablir l’enseignement des humanités. »

 

——-

Une belle répétition (le slogan est martelé régulièrement) qui avoue la responsabilité (il était au pouvoir les 5 dernières années) et aussi  l’irresponsabilité (il ne l’était pas avant):

« Nous allons tourner la page, non seulement des 5 dernières années, mais des 20 dernières années. »


Les allusions à ce que suscite un tel langage sont parfois fièrement provocatrices, quitte à être un peu douteux:

« Nous sommes l’alternance profonde : c’est pour cela qu’ils nous détestent autant, mais c’est pour cela que nous gagnerons ! ».


Le charme du ni droite ni gauche contradictoire atteint parfois des sommets:

« Cela fait 20 ans que nous sommes bloqués par le balancier permanent entre la droite et la gauche. »

Bloqué par un balancier ! Il fallait y penser.


En économie, le principe du rapprochement entre les deux directions du monde  s’applique aussi:

« Il faut réconcilier ceux qui investissent et ceux qui travaillent. »


Parfois le constat est sévère, voire paradoxal au point d’être gênant: faut il éviter d’aller à l’école, voire de fréquenter des professeurs ?

« Aujourd’hui l’école creuse les inégalités de départ ! »


Le pléonasme redoublé, il fallait y penser et ça marche, cela se renforce, même:

« Nous devons parler d’orientation plus, et plus tôt. Faire venir des professionnels à l’école, présenter leurs métiers. »


 

Délicate opposition entre des comparables, avec un soin laissé à la formation du sens qui force l’admiration:

« Le vrai clivage de cette campagne est entre les patriotes et les nationalistes. »

Car il faut vouer le nationalisme (« le nationalisme c’est la guerre ») au gémonies.


Il faut creuser davantage et vraiment. Sans craquer:

« Je recréerai un véritable creuset national. »


« Le service civique, l’apprentissage… il faut multiplier les voies qui permettent aux jeunes de sortir des sentiers battus ! »

Ainsi donc on va multiplier les sentiers battus pour en sortir!


Une  triple adjonction, le sel étant donné à tout ce qui ne compare pas:

« On doit redonner du sel à un engagement, à de l’ouverture. »


Certaines conclusions sont paradoxales et attirent l’attention:

« On a un paradoxe français : on n’aime ni la réussite ni l’échec ! Il faut dédramatiser l’échec. »

Cette priorité donnée à l’échec est un effet. Prémonitoire sans doute.


Là on a une figure en forme de double sens évident: qui mieux que les enfants des quartiers pour… ?

« Qui mieux que les enfants de la République comme ambassadeurs des quartiers ? »


On peut se trouver fasciné par les différentes modalités de l’action. Par exemple, ici, on peut compléter la mobilité ou bien l’entreprenariat mais l’assonance « mobi » domine:

« On facilite l’entreprenariat qui est un élément de mobilité économique et sociale. Il faut la compléter d’une mobilisation sur le terrain. »


Le baroque peut parfois mettre les voiles,  à la proue de la volonté, le présent confirmera le futur annoncé en lequel, il faut le noter, on croit:

« Je crois à la croissance bleue. Elle passera par une politique d’innovation très volontariste dont l’Ifremer est la tête de proue. »


Parfois on dissipe des doutes. Le soin à l’agriculture (on avait pensé à l’oublier) sera à la fois permanent et fort. Le coté sexuel est indéniable.

« Oui, dans mon gouvernement, il y aura bien un Ministère de l’Agriculture. Il sera fort et à plein temps ! »


En parlant d’agriculture, au cas où les paysans n’auraient pas à s’occuper avec l’argent qu’on leur donne:

« Mon plan d’investissement pour l’agriculture permettra aux paysans de garantir le bien-être animal »

Sans parler de la sécu pour les bêtes:

« Je ne connais pas un éleveur heureux avec des animaux malades »


 

On trouve une tendance à récupérer le sens à son avantage mais en même temps, il y a quelque chose de forcé:

« Marine Le Pen vous désigne aujourd’hui comme son adversaire principal. – Elle a raison. »


En tout cas, on trouve, dans le langage, une volonté de nuance; le ni ni est patent:

« Je veux être un président engagé : ni suractif, ni en retrait. »


Parfois les priorités se multiplient, au point d’égarer: (elle est pas bonne celle là?)

« C’est par l’accessibilité que nous garantirons la participation de tous à la vie sociale. J’en ferai l’une de nos priorités. »


L’utilisation de l’anglais pour lutter contre les discriminations n’est pas à négliger:

« Nous lutterons contre la discrimination à l’embauche des personnes en situation de handicap en généralisant le testing et le name and shame. »

Le software c’est le hardware: « Il y en a qui pensent que quand on fait des choses par le numérique, ça n’existe pas. Non : le numérique, c’est du matériel. »


Au delà du sexuel il y a un sommet de politiquement correct, en fait limite:

« Le Premier ministre sera choisi sur des critères d’expérience et de compétences. J’aimerais que ce soit une femme. »


Un doublement classique:

« Il n’y aura pas de vraie relance sans une politique de relance européenne »

Encore un doublement, celui là pléonasmique, mais associant passé et avenir:

« C’est à partir de notre histoire commune que nous écrivons un avenir commun. »


On a aussi des passages d’idées, voire des communications sur les convictions, mais on ne peut s’empêcher de les masquer quelque peu.

Il y a dans certains choix politiques, par exemple l’abandon du paritarisme en matière d’assurance chômage, une franchise programmatique claire, pas si éloignée du revenu universel. Il n’en demeure pas moins que l’argument reste défaitiste:

« Le chômage est devenu un vrai risque social qui touche tout le monde et doit être financé par l’impôt. »

Mais il y a aussi, dans l’européisme forcené, de quoi faire peur si les allemands sont meilleurs que nous:

« L’excellence est tout sauf un gros mot. L’excellence dans l’école publique, c’est la vraie méritocratie européenne. »

Il y a aussi les aveux déguisés:

« Je suis contre la GPA. Je ne souhaite pas l’installer en France. »

Sa pratique encouragée hors de France satisfaisant les besoins, bien entendu.


L’adaptation est un thème important: quoi de mieux que les flexibilités pour s’adapter aux contraintes, tout cela est réuni.

« Les contraintes naturelles et géographiques de La Réunion supposent d’utiliser toutes les flexibilités. »


Il y a aussi les honneurs déjà rendus, mais qu’on renforce, quitte à innover:

« Je souhaite que soit rendu hommage à tous les anciens combattants. Pour eux, je recréerai le Mérite Combattant. »


Tout ce qui concerne le plus de mooooyens  doit être renforcé:

« Il faut donner à la France les moyens d’une autonomie stratégique accrue. »


Pour finir la dernière phrase de son discours de conclusion lors du deuxième débat:

il faut « renouer avec un optimisme volontaire ».

L’expression, déjà utilisée par Hollande en 2012, a une variante « je suis un optimiste de la volonté ».


Il y a pire, voir même inquiétant, à la limite de la folie, sur le thème de la réconciliation:

« Pensez printemps mes amis, c’est réconcilier l’ambition et le réel »

« La réconciliation cohérente que je propose et le projet progressiste assumé sont de nature à réveiller des initiatives très fortes au niveau de la société »


 Quadruple composition, l'expression "promesses non tenues", parce que venant spontanément à l'esprit, étant rejetée et imposée vicieusement en même temps: 

"Je veux que l’Europe soit digne des promesses d’hier pour porter les promesses de demain."

 __________________________________________________________________________________________

 

 

Certains slogans sont répétés: « L’alternance profonde » est présent dans plusieurs discours et tweets variés. Le qualificatif de profond pour désigner la « ternance » figure répétée trois fois sans doute, a, on l’a vu, une connotation sexuelle enthousiasmante. Elle est aussi sans doute une allusion au « gouvernement profond », le complotiste directoire à qui sans doute on veut s’allier, ou dénoncer, c’est selon…

Pour conclure, l’horreur de ces abominations soulève un tel dégout (cette expression là me parait douteuse, mais je la garde) que nous en sommes maintenant à la haine, et au refus d’un résultat défavorable de l’élection. Les tenants de cette saloperie prennent un risque et un sort funeste pour les tenants de l’alternance profonde est à prévoir si ça se passe bien pour eux. Tout, absolument tout sauf Macron.

 


(1) Sur le livre de Klemperer, https://germanica.revues.org/2464

(2) Une couverture du thème: https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2010-3-page-33.htm

(3) Philippe Murray avait prévu Macron !  http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/04/05/31001-20170405ARTFIG00239-macron-fillon-debat-presidentiel-philippe-muray-avait-tout-vu.php

 

07/05/2017

Le carré de Nolan

On connait ce parangon de l'intellectualisme politique, la division des opinions en 4 par le croisement des deux subdivisions des intérêts humains, sociétaux (comme on dit) et économiques. Quatre cases et on se plait à dire que la récente élection française a mis au premier tour des représentants des quatre positions, le second tour actant le choix entre ce qui fut prétendu: la liberté totale contre l'autoritarisme total. 

En fait, les choses ne sont absolument pas celles là, et on va le démontrer. 

Tout d'abord, le fameux carré oppose conservatisme et libéralisme dans les deux domaines. Tout étant affaire de degré, on acceptera de dire que Fillon est conservateur et Macron libéral dans le domaine sociétal. Immigration, mariage gay, rapport à l'autorité, relation avec l'histoire, Fillon a beaucoup insisté dans ce domaine, et se trouvait en en désaccord radical sur ces points avec son adversaire. 

Notons toutefois deux étrangetés:d'abord que Marine Le Pen deux fois divorcée, vit en concubinage, est entourée d'homosexuels partisans du mariage gay, et a pris des libertés avec les lois sur le financement politique. Même si on pourrait considérer François Fillon féministe pour un ollé ollé financement limite de femmes au foyer, il n'y a pas vraiment à hésiter: le front national s'est dédiabolisé sur toutes ces questions, et à part l'appartenance de certains de ses fondateurs à la Waffen SS ou à l'OAS combattante, n'est plus vraiment différent, à part l'immigration, d'une France tout aussi insoumise, pardon, ils sont trotskystes, ou ex, et ce n'est pas pareil, comme dirait Renaud dans la chanson "Le HLM": 

Au quatrième, dans mon HLM
Y'a celui qu' les voisins
Appellent " le communiste "
Même que ça lui plaît pas bien
Y dit qu'il est trotskiste!
J'ai jamais bien pigé
La différence profonde
Y pourrait m'expliquer
Mais ça prendrait des plombes

Bref, le coté "conservateur" du FN, sur le plan des moeurs laisse à désirer. Ne pas en être persuadé depuis longtemps, connaissant la vie turbulente du père est un aveuglement. De plus, vouloir conserver l'Algérie et faire français dix millions, maintenant trente de maghrébins inassimilables, c'était faire preuve d'une grande ouverture d'esprit, au moins aussi grande que celle qui consista à vouloir faire l'Europe avec Hitler, mais là on se rapproche d'un autre paradoxe, on y reviendra. 

Tout cela pour dire que le conservatisme "réel" n'est pas celui là, et ses véritables partisans pourraient réfléchir, il n'y a pas, et c'était mon point, de conservatisme hors de la droite maintenant entièrement républicaine le reste n'étant que chimère vomitoire, je le sais, j'ai voté Le Pen ce matin. 

Le résultat du premier tour montra de plus qu'entre 2012 et 2017, le sociétal n'avait pas bougé: droite et gauche culturelle se partagent exactement à 50 pour cent. Mâtiné du fait que le FN compté ici à droite est en fait à gauche, on a bien un 70/30 en faveur du libertinage, le souci des traditions ne se matérialisant que par le rejet de l'immigration que les attentats n'ont ni entamé ni renforcé, donc. Ce paradoxe central est le coeur de la démonstration: le peuple content, baise sentimentalement à l'ombre de. 

A l'ombre de quoi? Et bien de l'autre clivage, l'économique, dont les années qui viennent de s'écouler ont renforcé la haine du libéralisme: 10 points de chaque coté passent l'arme à gauche depuis 2012 pour désirer la prébende, et les gaspillages insensés. 200 Milliards coté Mélenchon (le plus fou fou) et 100 Milliards seulement coté Le Pen (un souci louable de tempérance).

Si l'on veut se persuader d'un peuple adulte libre de ses choix, et de l'expression cohérente et à propos de ses volontés, il faut y aller: le signal est clair, nous avons décidé de devenir le Venezuela, il faut se soumettre à la volonté générale.

Ainsi donc indifférent à l'actualité, le peuple veut des subventions, voilà la leçon du premier tour que Macron va devoir gérer.

On passera ainsi rapidement sur la France dite insoumise. Perdue dans la folie d'un brave sénateur socialiste vieillissant devenue bolivarien, elle est aux fraises, simplement forte de quasiment 20% des voix, après un écrasement des frondeurs malgré tout insuffisant. 26% de socialisme déconneur, le PC de la grande époque. Macron fait 24, et voilà la gauche de la France. Si on compte 1,6 % de trotskistes , on a donc de quoi assurer, vive la sociale! Libéraux sociétalement, les insoumis ont tout de suite commencé à se disputer avec les communistes, qui il est vrai, ne comptent plus pour grand chose, malgré la lutte des Michéa et autres crypto clouscardiens en faveur du vrai brun rouge, le rouge brun. Cette étrange alliance, celle de la morale naturelle qui serait celle du prolétariat quand il n'est pas dans la vraie misère totale, dans ce cas, comme en chine, il se met brutalement à pratiquer le cannibalisme, conduit donc à mépriser le libéral sociétal, qui avec l'accueil illimité des migrants est pourtant la pierre de touche du vrai christianisme et pourtant le caractère fondamental de la vraie gauche. Les insoumis n'ont pas voté Le Pen au second tour, préférant de loin s'abstenir. Ils sont en fait trop attaché au "libertaire", bien sur, c'est à dire aux migrants en général... 

Il faut aborder les théories de la domination, le peuple opprimé économiquement et qui veut la fin de la lutte de tous contre tous, tu parles, aurait (l'idée est excellente) cette envie d'un politique qui serait d'abord de répondre à l'appel des victimes des révoltes passées qui échouèrent. Cette idée de Benjamin, base de réflexions indéfinies de toute une philosophie de la gauche éternelle, veut célébrer la question du peuple qui ne se révolte pas ou dont les révoltes échouent toujours...  Vieux sentiment fondateur de la gauche, sans doute. 

Parlons en de Macron. Clairement libéral sociétalement, (on ne saurait mieux dire), il serait libéral économique. Tu parles et c'est bien la deuxième illusion: il ne l'est pas du tout. D'abord sa relation à l'étatisme est caractérisé: suppression du paritarisme pour la gestion du chômage, suppression des mutuelles étudiantes, intégration du RSI dans le régime général, il nationalise le social et cela est le coeur de ses propositions: state is back. 

Comme de plus il "investit" en profitant (il a le culot de le dire) des bas taux d'intérêt, on a un état emprunteur de dernier ressort, en charge de tout, à sa guise. Le résultat est le maintien, et le renforcement de la politique de gaspillage assise sur l'emprunt que mène l'état français depuis trente six ans. C'est écrit, c'est prévu et les gentils trentenaires, dont la pratique très hypstérique des modes de vies branchés qui se veulent libéraux dans tous les sens du terme, vont devoir passer à la casserole que mérite leur attitude efféminée et se faire trombiner par un socialiste, mais cela les arrange, leurs parents ont encore un peu d'argent. 

On pourrait parler de réduction de dépenses publiques, mais à part les économies qu'il chiffre comme Hollande chiffrait les siennes avec le succès que l'on sait, mais j'y pense, il était son ministre de l''Economie", et bien il n'y en a pas, et ce n'est pas le sujet, bien le sur. 

On pourrait parler de réduction de la fiscalité: charges sociales et impôts (au pluriel) sur les sociétés: ils ne s'aggraveront qu'un peu et celle des "entreprises" n'est réduite que de 12 GE (capital + IS), ce que proposait Fillon, qui lui ajoutait 30 GE d'autres réductions. Le bilan global du changement de l'imposition est quasi nul. 

http://www.ifrap.org/budget-et-fiscalite/depenses-et-recettes-ce-que-nous-proposent-le-quatuor-de-tete

On a donc la stricte continuité un peu énervée de la présidence Hollande. Rien à boire et rien à manger. Cette position dans le libéralisme économique est donc totalement  usurpée: Macron ne réforme pas et reste un socialiste gaspilleur, il sera élu pour cela et a globalement le soutien des autres, leurs murmures pro libéraux n'étant que ce qu'on a vu sous Hollande: de la folie mièvre, pour s'attirer les bonnes grâces des sociaux démocrates allemands, en charge de persuader l'Allemagne de donner de l'argent, sinon ce sera Le Pen... 

A droite, cela aura été l'explosion, mais bien pire: d'abord la défaite, imméritée, mais aussi les engueulades, qui ont des raisons profondes.  Dans les deux axes. 

D'abord le social: indifférentes à l'immigration, les classes supérieures françaises méprisent maintenant ouvertement ce qui n'est pas leur monde et qu'elle assimile non seulement à l'africain, mais au ringard sans dents: pour elle il n'y a qu'un seul tiers monde mondialisé, l'antiracisme c'est ça: que les pauvres s'aident entre eux, c'est leur destin. 

De l'autre coté, ceux qui savent bien que la nation souffre et pas seulement de sa pauvreté: de la disparition et de l'humiliation de ses habitudes anciennes et cela dans tous les domaines, au point que rien ne vient remplacer ce qu'on aimait bien et qui se trouve donc perdu, à quoi bon finalement ? Tristes et vaguement désespérés, ils savent que la révolte contre ce qu'on assimile au temps qui passe est impossible, et  ils prennent leur coup de vieux en patience, soit en se retirant du monde, c'est la fameuse habitude du vote FN que les médias exploitent, on va en reparler. Ils peuvent aussi confusément espérer que quelqu'un se lève et se mette à bien parler. Fillon fut une tentative, il n'y en aura peut être pas d'autres.

 

Ensuite l'économique: même principe mais dans l'autre sens, la peur de la révolte et de la rue oblige au maintien des subventions aux professions protégées fonctionnaires et salariés. Le centre droit est donc très prudent et se refuse à la brutalité que seuls les libéraux de droite, classé cruel donc radicaux veulent instaurer. Il n'y aurait parmi eux que des retraités, déjà tiré d'affaire, ou pire des cathos tradis adepte des macérations. Même mépris raciste pour ceux qui pourraient porter à raison un vrai souci portant sur le réel: celui d'une nation qui se refuse à l'effort, à la lucidité et donc à la réforme d'importance maintenant absolument nécessaire. 

Car on peut parler bien de certaines choses. Alors que la mièvrerie ou le cynisme affiché dégoute ou inquiète, on peut simplement et sérieusement rappeler les fondamentaux de l'humain et de la nation sans en faire un jeu vicieux ou un ridicule, simplement en respectant ce que croient ou ont cru bien des gens. Mais cette sentimentalité là est bien personnelle. J'ai cru entendre dans la parole de François Fillon ce qui me donnait une confiance simple en quelque chose de partageable et de commun. Et bien cela n'aura pas d'effets. A la prochaine fois, s'il y en a une, et cela n'est pas certain du tout. 

Décus et hostiles, un grand nombre des petites mains et d'humbles cultures ont rejoint le négatif d'un parti repoussoir attirant : ils ne savent qu'une chose, que les grands bourgeois qui devaient jouer leur rôle, assurer la prospérité, ont failli et que cette défaillance est humaine. Gros bataillons traditionnels des bourgeoisies conquérantes, ils ne servent plus à rien et rejoignent progressivement les cohortes de prolétaires qui n'ont plus que les prébendes à espérer. Et ils en souffrent.  Leur utilité se réduit au dégout qu'ils inspirent. 20% de l'électorat.

On doit y ajouter les absentionnistes structuraux, à qui ils s'assimilent, mais qui sont difficiles à compter et bien sur à mobiliser. Ils ont fui loin et ne reviendront que si on recommence à avoir besoin d'eux, physiquement. Quels nouveaux fromages vont-ils inventer dans leurs provinces entre temps ? 

C'est le moment de parler de l'immigration. Nous avons sur notre sol une population du tiers monde qui reproduit en Europe son mode de vie traditionnel, élites vérolées et prétentieuses comprises, avec une fuite, à ne pas négliger, vers une assimilation de certains qui a pour rôle de justifier les nouvelles arrivées et de renforcer l'indulgence envers la situation. Cette population n'est pas respectée, ni acceptée par la Nation dans son ensemble. Elle ne souhaite pas s'y insérer sinon sous forme de la fameuse "inclusion", qui allie, en même temps, le terme devient à la mode, l'inamovible avec la non appartenance, voire la haine cultivée. Tout le problème va consister à en contrôler (ou pas) le flux entrant avant que les premières violences et autre politiques évoquées ici et là de déportations de population ne soient mises sur la table. 

Et les libéraux dans tout ça? D'abord, inconscient de ce qui les divisent, ils allient comme tels revendiqués le mélange de toutes les libertés, y compris bien sur celle de vivre où ils veulent, rien de plus libéral qu'un migrant sub saharien: sa femme excisée, sa société rurale fétichiste détruite et son statut d'esclave dans le monde entier en fait un frère, enfin de loin: le libéral s'en fout en fait, de tous ces gens là, la première des libertés c'est l'indifférence.

Le "libéralisme" est donc une idéologie avec ses dogmes à qui il faut logiquement se soumettre, au point qu'un science existe du respect à ceux ci: on y pratique les très libérales onctions et autre anathèmes qu'on trouve dans toutes les églises, et celle là en est une. Ce bloc, composite au sens du carré de Nolan, est ainsi en fait parfaitement monolithique et se trouve caractériser le centre, celui que voudrait dans leurs rêves, Bayrou et Macron. Autoritarisme, unicité du point de vue (celui du chef, celui ci arbitre tout et surtout le contradictoire qu'il prône partout par ailleurs). De manière étonnante, le libéralisme total est l'autre pôle de l'autoritarisme intégral, et se trouve constitué des mêmes étendues glaciales et invivables. Il EST un fascisme, hystérique, faussement rassembleur, autoritaire et surtout abominablement faux cul (je me lâche).

Pourtant les libéraux se déclinent, et la pensée nord américaine, en passant par Rawls blacklisté sous Jospin car "libéral" justement. Il y a deux libertés qui s'opposent. La négative et la positive suivant Isaiah Berlin, mais aussi la perfectionniste et la neutraliste, tout comme la tolérance avec l'autonomie et le critique avec le volutionnel. Droite et gauche donc, l'intervention et l'autonomie se croisant. L'idée de liberté est complexe, et se prête à bien des visions, y compris la liberté des communautarismes, seuls capable d'assurer celle des individus obligés. Une riche réflexion s'y déroule, au moins aussi importante que celle de gauche et de plus en plus à la mode. Mais l'intellectualisme n'est pas le politique...

Et puis, il y a la Nation. Battue en brèche par le "patriote" Macron, qui sait ce qui est bon, et ne respecte pas ce qui est plus grand que lui, elle est, je l'ai déjà dit ici ce qui résoud bien des problèmes. Atome d'individualisme au delà de l'individu, elle est l'atome conventionnel et historique qui permet de décider de l'intérêt de tous, la justification de la volonté générale. Elle est conservatrice de son être qui plus ancien que nous, exige la liberté face aux autres nations, et encourage celle de ses soutiens. Elle décide de la prospérité et de l'assistance, elle justifie l'action publique. Elle est ce qui permet le libéralisme économique et aussi la  protection autoritaire des intérêts locaux. Elle est ce qui exporte sa culture et donc le gout libre pour le nouveau, mais aussi ce qui garde en bon état ses cathédrales. Elle est ce qui est pour moi la vraie liberté.

On pourrait la croire défendue par un front qui ne sera jamais pour moi un parti politique mais un repoussoir, faire valoir politisé d'un complot ancien. Tout vint de l'affreuse exploitation de la destruction européanisante de la France réalisée en 1940. Vexé de n'avoir pas été assez fasciste, la terrible idée d'union du peuple et du capitalisme dans l'état, inventée, comme le communisme, en France, fut reprise à l'occasion de la guerre perdue. "La patrie renaîtra": elle était bien morte, il s'agissait de révolutionner la Nation et de l'abandonner donc à un empire supranational. Idée brillante que l'héritier, au sens Macron, de Pétain, François Mitterand, se chargea de réaliser trente six ans après la fin de la guerre lors d'une cérémonie funèbre avec hymne à la joie. Il fit voter Maastricht et construire une pyramide, utilisée lors de la cérémonie refaite hier soir à l'identique avec le même ridicule, exactement trente six ans après. 

Car l'abominable enthousiasme qui séduisit brièvement les lumières allemandes lors des succès de la révolution avant qu'elles ne plongent dans le nationalisme qu'on vit durer cent trente cinq ans fut aussi celui de l'abolition des nations... Le nationalisme c'est la guerre, parait-il. 

Au service de l'imposteur le fameux parti fondé par des complices, waffen ss, collaborateurs et oas avec l'aide des médias des années 80. Avec un seul raté en 2002, qui fut en fait un remerciement à la fois à Le Pen et Chirac, il servit magnifiquement lors de toutes les triangulaires et de toutes les cérémonies de motivation du peuple de gauche; dédiabolisé par des "gaullistes" il fait élire bébé dans un fauteuil, on vient de le voir. Cela s'appelle le FNPS est quoique parfaitement clair et évident, le concept est évidemment refusé par tout le monde... Que prouve l'élection d'hier? Que le FN est le seul opposant du PS, non? Pour convaincre davantage de la chose, on doit réaliser que l'argumentaire de Macron à destination de l'Allemagne qu'il veut séduire c'est on l'a dit: donnez moi l'argent, sinon il y aura Le Pen... Le repoussoir marche aussi à l'export.

La Nation, pour les raisons exposée plus haut existe pourtant malgré tout, au delà de toutes les idéologies universalistes ou impérialistes, par définition. Elle résume l'aspect conservateur et porteur de toutes les libertés de toute les assemblées de peuples construits par l'histoire. Ne pouvant être généralisée, elle est forcément jalousée, ou imitée. Chronologiquement la première d'entre elle, la nation juive a bien ses rois sur le portail de nos cathédrales. Evidemment insoluble dans une quelconque Europe, même si elle doit bien sur commercer avec, elle est le contraire exact du pétainisme, de l'algérie française et du retour au franc prôné par les Le Lepen. 

Et bien, il faut s'en débarrasser pour accéder à l'universel qu'impose les guerres perdues, et aussi la généralisation de l'arrivée dans notre histoire et notre géographie de nouveaux peuples. Cette disparition est possible, et elle est souhaitée, nous y sommes. 

Pour faire quoi exactement ? On a vu plus haut que ce n'est pas pour réformer, mais pour justifier le maintien d'une politique trans-séculaire d'accroissement de la dette au bénéfice d'un secteur public en expansion. Ce n'est pourtant pas l'avis d'une autre quadrant du carré de Nolan, celui des communistes, qui y voit au contraire ce dont je dénonce l'illusion: l'ultra libéralisme. L'Europe est donc accusée deux fois, et de deux choses contraires: par moi de provoquer à l'endettement étatisé, par lui de provoquer au licenciement du social, à l'instauration de l'individualisme destructeur de tout social et de toute solidarité. Le discours de folie anti capitaliste anti macron de Michel Onfray d'aujourd'hui en est un exemple effarant. Pour mettre les points sur les "i", oser dénoncer comme ultra libéral un pays dont les dépenses publiques sont à 57% du PIB est évidemment la marque de la plus infâme, de la plus affreuse, et de la plus définitive connerie. 

On a donc, selon moi dispute dans le quadrant maudit du socialisme, ultime masturbation désespérée de la ruine de l'idéal de Baboeuf ou bien, comme je le sous entend aussi, lutte du peuple contre l'illuminati inventeur de la révolution française? Cela nous fait tourner d'un cran, vers le carré rouge brun, on a dit ce qu'on en pense. Il faut noter que ce sous-carré là est maintenant un point de fuite de l'intelligentsia anti Macron qui se trouve donc le meilleur allié de celui qu'elle dénonce. L'usurpation du mot "intelligence" est patent. 

Plus que jamais, il me semble avoir montré non seulement la vraie place de chacun mais aussi que le carré politologique n'a qu'une seule position saine. Elle fut scandaleusement évincée du débat politique ces derniers temps et ma tristesse est comme mon inquiétude, non pas infinie, mais très grande. 

Pour conclure de manière plus intellectuelle, il faut noter que le carré rompt avec l'opposition binaire, trop simple, et trop efficace pour faire accepter les choix imposés. En possession d'un quart de l'adhésion totale, tout vainqueur ne peut qu'avoir beaucoup trop d'ennemis et les critères de choix trop nombreux génèrent bien trop de confusions. 

Le désordre est là. 

 

 

 

 

30/04/2017

Les nuages

Les noms des nuages sont composites et organisés à partir de préfixes et suffixes latins. 

On distingue:

- "nimb" (us, o) porteurs de pluie

- "strat"   étendus

- "alt"  élevés. 

- "cumul"  moutonneux

- "cirr"  en formes de filaments

On a donc: 

les nimbostratus, altonimbus, cumulonimbus   aucun cirrus n'est nimbique...

les stratocumulus, altostratus, stratocirrus, altocumulus

les status, cumulus, cirrus

 

Pour plus de précisions:

http://zebulon1er.free.fr/clas%20nuages.htm

 

On a donc les 3 genres: cirrus, stratus, cumulus

Les 3 genres intermédiaires:  cirrostratus, cirrocumulus, stratocumulus

Les 4 genres dérivés:  cumulonimbus et nimbostratus qui donnent de la pluie

et altocirrus et altostratus pour les nuages d'altitude... 

 

15/04/2017

La messe en si

Bon, c'est un texte infaisable. Mais Bachstiftung vient de sortir sa messe en si mineur, (en H moll), BWV 232.

On rappelle que BWV veut dire Bach-Werke-Verzeichnis, un catalogue établi en 1950 par Wolfgang Schmieder. 

Les impressions que je donne ici n'engagent que moi, et qui suis je pour oser penser quoique ce soit à l'égard d'un truc pareil. Cependant, mon admiration totale va au moins à un jeu particulier de la chose, on le trouve sur YouTube c'est ça: 

 


https://www.youtube.com/watch?v=7F7TVM8m95Y

Harry Bicket est le chef, l'Alto, particulièrement remarquable, est Iestyn Davies

Pour une raison mystérieuse, je suis en adhésion quasi totale avec la manière dont c'est amené ici et mon autre référence, une messe (en si)  entendue il y a des années au premier rang dans une église à Montparnasse me semble avoir déclenché chez moi la même stupeur. 

D'abord, une source essentielle de l'emprise qu'exerce ce genre de chose, entièrement liée à ce qui est propre à la musique de Bach, est l'absolue importance de l'"humilité" des musiciens. Ce que j'entend par "humilité" est une attitude générale d'accord humble, dégagée, confiante et obéissante envers la musique. Cela s'applique au chef, qui n'est pas un "interprète", mais le reconstructeur forcément malhabile d'un monde provisoire, et bien sur aux chanteurs et musiciens qui doivent chacun à leur tour, jouer leur partie de quelque chose qui nous dépasse tous. Cela se voit quand on a affaire à des musiciens qui ne font que leur métier, cela se voit quand des humains assez chanceux pour tenir raisonnablement leur rôles dans de telles aventures le font bien, tout simplement. Car pour faire bien ce genre de choses, il faut y croire, et cela se voit, d'une manière spéciale: le calme intérieur assuré de participer à quelque chose de vraiment nécessaire, de vraiment bien. Le choeur des fidèles ?  

Pardon pour une telle idolâtrie, mais "musicien du roi David" (c'est Gardiner qui dit ça), projet idéal du plus grand auteur de musique de l'histoire de l'humanité, ça se mérite.

Ensuite, il faut dire aussi que les enchaînements jouent un grand rôle et que le découpage en morceaux des disques les gâche horriblement. Le cor qui soutient  le "Quoniam tu solus sanctus" (Car toi seul est saint) qui reste en se tortillant jusqu'au "Jesu Christé" (hé hé hé) en accompagnant majestueusement la basse dans un entrelas mélodieux, termine l'air pom pom pom et puis ça explose ! "Cum Sancto Spiritu" il fallait pas l'oublier celui là. Tout le choeur, toutes les trompettes, à fond les caissons avec la grande aspiration des "trombas" et tout le coeur ! 

On s'arrête avec l'effet du redépart en sous régime qui reprend une ascension irrésistible en se passant la main, en se permettant même de le refaire encore une fois alors qu'on est déjà en vue du sommet, le voilà: "in Gloria dei Patris" ! 

La transition sur le "Credo in unum Deum", immédiate, est aussi un effet et c'est ce que je voulais dire. L'oeuvre composite est ainsi totalement unifiée et la tempête déchaînée, océanique se poursuit du "Kyrie" au "Gloria" puis au "Credo". Les ruptures se produisent pourtant, la fin du "Kyrie" par exemple, et le frémissement du choeur qui s'éclaircit la gorge entre deux folies à plusieurs est lourd de promesses à satisfaire... 

 

Mais revenons au début. L'intro au clavecin "de voleur" de Bachstiftung est assez bien trouvée. Puis c'est le vrai début.

Tout le choeur tout de suite: "Kyrie eleison", ça commence direct, mais brièvement. Une immense introduction symphonique se déroule alors longuement en ré-explorant toute la base de la chose. On brode, on répète, on se fait attendre et puis une profondeur incroyable se met à rouler en hésitant: les voix arrivent et c'est vraiment parti. Les trois ensembles se superposent et les femmes se mettent de la partie, ça y est nous sommes en pleine mer. 

Et puis à la moitié, on se repose un peu, tout s'apaise. On marque le coup. Mais ce n'était que partie remise, les basses reprennent et tout recommence: on repart dans une mélodie en médium différente dans un mélange incroyable de graves et puis tout le choeur s'y remet avec les femmes au maximum, qui s'éloignent progressivement, quoique. La majesté s'achève enfin, vous pouvez tousser, y a de quoi. 

Passons sur le chef d'oeuvre du duetto "Kriste Eleison" entre deux sopranos plus mélodie accompagnée: on se permet d'opposer des duos de violons, de violoncelles et de tout successivement, avec des accompagnements quasi sentimentaux, presque nostalgiques, du Bach tout craché, période baroque. Et l'accompagnement conclut. 

Parce que ça repart tout de suite dans le grand Kyrie sérieux, profond et océanique. Kyrie les 4 successifs, et la majestueuse polyphonie se déroule dans toute sa gravité, avec la poussée des femmes, deux fois, trois fois, puis la fin. Repos. 

Bon. "Gloria" vite, puissant, timbales, trombas, tout de suite au maximum de toutes les voix. On croierait qu'on y est depuis toujours. "Gloria In excelsis deo".

Et alors on se calme. "Et in terra pax". L'océan de nouveau, mais on repart de zéro: les sopranos déclenchent la course à l'échalotte sur le dos de la grosse, très grosse vague qui se met à monter, je vous dis pas. L'affirmation de la paix sur la terre se termine alors en apothéose guerrière. Puis Repos. 

"Laudemus te" est un charmant aria de décontraction avec reprise et violon virtuose, le meilleur des trente ans de cantates  dont vient tout ce bazar.  Le charmand "moussedé" est répété encore et encore avec les violoncelles qui supportent le tout.  

Je saute le "Gratias". Euh non. Un round d'observation du choeur qui se passe la main avec un avant gout de ce qui nous attend plus tard, quelques brefs coups de timbale et puis c'est tout. 

Le duetto ténor soprano "Dominus deus" avec une introduction à la flute d'une étonnante mélodie détachée est bien sur une pure merveille. La flute tatatiti en descente et en montée est omniprésente, ah que c'est bien, quand sur fond de grattes grave, les violons l'imitent brièvement. Pour finir, le choeur s'en mêle, "Qui tollis", comme quoi c'était important tout ça. La puissance du choeur submerge la scène mais la flute continue malgré tout. Les vagues se succèdent puis se calment. 

"Qui Sedes" voix d'alto, désespoir baroque. miserere nobis. Il faut noter le hautbois, c'est important, obsédant: un travail important de l'époque se déroule. deeheeheeheeh xtram patris. L'arrêt brusque, souligné par les cordes est une merveille en fait. noo oo oobis. 

On en vient alors à la fin du gloria déjà décrite. Le cor ! Et le "Sancto Spiritu". 

On reprend donc au "Credo", le symbole de Nicée, commun aux catholiques et aux protestants. Petit à petit, en route vers le centre de l'occident, dit chrétien (on se demande bien pourquoi). La marche est audible, les graves le disent, pom pom pom. "Credo!"... "omnipotem" avec la trompette suraigue,  et "et invisibiliououm". Repos.

Le duetto "Et in unum Dominum" est une parfaite cantate baroque issue des trente ans de maitrise totale du sujet par un compositeur génial. Parfaitement accompli, une pure merveille, comme cela est il possible?

C'est alors que les choses se corsent: un drame inouï se déroule alors en quelques phrases: "est incarnatus est", d'une gravité incroyable au delà de tous les noëls et puis le centre de la messe, le terrifiant "Crucifixus", toutes les passions, toutes les histoires, en trois vers. Il souffre et il est enterré. 

Au delà de toute dramaturgie au sujet de la personne en question, on a là toute une tristesse résumée de manière incomparable. C'est ça Bach: tout sauf de l'Opéra et je n'arrive toujours pas à suivre et à comprendre les passions.

Vient alors l'explosion de joie: Resurrexit ! De quoi s'y mettre à y croire... 

Après une douce répétition du thème: 

et ascendit in caelum, il faut le dire, on repart tromba et timbales.

Et puis après une brève pause, le coeur des basses (des chanoines): 

et iterum venturus est
et il reviendra avec gloire
cum gloria judicare vivos et mortuos,
pour juger les vivants et les morts, 

Pour finir, tout le monde se joint finalement dans la plus bel enthousiasme qu'on puisse imaginer:

cuius regni non erit finis.
et son royaume n'aura pas de fin. 

Répété plusieurs fois, par tout le monde. 

La symphonie finale semble modeste, tromba et tout, elle ne l'est pas, elle se permet même d'ajouter un motif.

Le crédo se poursuit, avec la description détaillée des relations de l'esprit saint avec Dieu. Pour mettre les points sur les "i" aux grecs, "qui ex patre filioque procedit" (répété deux fois). Avec l'affirmation de l'église unique et sainte (il a du se mordre un peu les lèvres, le luthérien). 

Le "confiteor" est du choeur pur entremélé à plusieurs voix, rythmé. Distinct et enchanteur: les parties basses et sopranes s'opposent magnifiquement et on se permet des dissonances virtuoses. Et puis tout en soupir descendant on espère la rémission des péchés, celle là infiniment triste et peu sure d'elle même.

On continue sur un expecto languissant une seconde, puis là boum ! Ca explose encore, toujours pour cette histoire de résurrection. Trompettes ça y va, avec le grand cri de joie "de dessus". Amen.

C'en est au point que certains commencent à applaudir... Mais c'est pas la fin ! 

Car c'est alors le Sanctus. Grandiose comme il se doit, avec les voix en harmonie et les timbales. 

"Osanna in excelsis" avec la célèbre montée, est purement extraordinaire. Osanna quoi. 

Mais tout s'arrête, et sur le bord de l'histoire, il nous faut un étrange intermède. 

Le "Bénedictus" rend à la flute le soin d'assister le ténor, avec une mélodie "orphique" qui retourne plusieurs fois le gant baroque du "in nomine domini". Une merveille d'aria en plus. Combien de cantates en seraient fières? 

Osanna encore (repetitus). Energique et rythmé, les violons et le choeur qui se passent la main, ou plutôt des lames étincelantes qui se recouvrent et la montée encore pour un triomphe retardé et son motif encore.

Vient alors l'"Agnus Dei". Profond et déchirant avec l'Alto dans une longue plainte, le contraste avec l'océanique laminage des violons (empoulée mon émotion, non?). Le blam blam de fond de caisse des violoncelles rythme l'ensemble, du Bach, quoi. Le dédoublement de l'exploration surprend bien sur: au milieu de la chose, un violon se détache pour un dernier sanglot et continue brièvement, puis c'est la fin. 

En conclusion, l'apaisement du "Da nobis pacem", céleste (pour le moins) pour trois minutes de collage au plafond. Mais bien sur il faut que ça frappe, et on conclut tout en majesté. 

Bien sur il ne faut pas applaudir, tout de suite. Le silence qui suit la chose est écrasant. 

25/03/2017

Le Mésozoïque

L'ère "intermédiaire" ou secondaire est le Mésozoïque s'étend entre -250 et -65 millions d'années donc environ pendant 200 millions d'années. Elle vit le développement des dinosaures avant de se finir tragiquement. 

On distingue 3 périodes géologiques: trias, jurassique, et crétacé d'environ 60 millions d'années chacune.

Les dinosaures  (de "deinos, effroyablement grand et sauros, lézard) se divisent en deux ordres: les saurischiens et les ornithischiens suivant leur os pubis vers l'avant ou vers l'arrière, comme les oiseaux. Ils forment un clade, et ou un taxon identifié et nommé en 1842 par Sir Richard Owen. 

Les ornithischiens donnent des quadrupèdes herbivores; les saurischiens les autres dinosaures. 

Les saurischiens se divisent en clades: les théropodes, qui donnent le tyrannosaure et les oiseaux et les sauropodomorphes, qui donnent les brontosaures et autres diplodocus, mais d'abord divisés en sauropodes et en prosoraupodes plus anciens. 

Les sauropodes ce sont les gros quadrupèdes à longue queues. Au fait Brontosaurus et Apatosaurus un temps identifiés par le grand découvreur Charles Marsh(en 1877) sont aujourd'hui séparés (depuis 2015 par Tschopp). 

Les théropodes ont donné les oiseaux, et non les ornithopodes, qui sont en fait des ornithoschiens. 

Il faut de plus être clair: les ptérosaures ou reptiles marins ne sont pas dinosaures, pas plus que les reptiles marins les plesiosaures. Pas plus que Dimétrodon, qui non non non, n'est pas un dinosaure. 

 

Les ornithisciens forment un ordre qui a 3 sous ordres: ornithopodes, thyréophores, marginocéphales.

Les ornithopodes ont 6 familles dont les hadrosaures et les iguanodons.

Les thyréophores ont 6 familles dont les stégosaures et les ankylosores

Les marginocéphales ont 8 familles dont les cératopsidés et les psittacosauridés. 

 

Les saurischiens forment un ordre qui a 2 sous ordres: théropodes et sauropodomorphes

Les théropodes ont 3 super familles coelurosauriens, les deïnonychosauriens, les carnosauriens

Les coelurosauriens, dont les oviraptors, 

Les deïnonychosauriens, dont les Dromaeosauridés et donc les vélociraptors 

Les carnosauriens dont les tyrannosaures

 

Les sauropodomorphes ont deux super familles : les prosoraupodes et les sauropodes

Les proposoraupodes ont 5 familles dont les mélanosauridés 

Les sauropodes ont 8 familles dont les brachiosoridés, les diplodocidés, les titanosoridés

 

 

05/03/2017

Les musiques électriques

Au risque de me ridiculiser, mais le temps est aux juvéniles enthousiasmes, voici ma révérence à certains des sons électriques, mon instrument de jeu, un ordinateur connecté à un dac et à un casque correct est trop bon à m'enchanter les oreilles et ce qu'il y a entre (comme disait france inter dans le temps). 

D'abord il y a la guitare électrique, invention somme toute récente (un transfuge de la firme Gibson, Loyd Loar en breveta une en 1934), et dont le son est "original". Ce point est important. Il s'agit bien d'un son particulier, fait de quelque chose que les lutheries antérieures n'avaient jamais produit. Au delà du style de son utilisation qui est une chose différente, le son mélodique, source de la perception auditive avait une nouvelle forme possible, et produisait une impression jamais entendue. Charlie Christian, chez Benny Goodman fut l'un des premiers guitaristes électriques avant sa mort en 1942.

La suite est qualifiée par une explosion cambrienne inouïe qui chamboula le reste du XXème siècle, on la décrit par exemple ici:

 http://techno.org/electronic-music-guide/

Mais ce qui m'amène à la chose est un truc relativement récent dans le genre: Superpoze.

Je ne voudrais pas, par mes hurlements, le faire passer pour l'idole de la fachosphère et je le supplie de me pardonner de l'apprécier. Mais il y a dans le ton de cette musique quelque chose qui me fait être sur que c'en est. 

Son copain Fakear est du même style, et les deux gars ont quelque chose. 

A moins que ce ne soit l'ambiance lounge que j'avais beaucoup pratiqué il y a longtemps, cela réactive des zones profondes de ma mémoire, peut être bébé avais je été séduit par le bruit des vagues... 

Bon, foin de fascination, c'est le son sans doute. Le mélange de ceux ci. Il y a une complexité de superposition supérieure à deux ou trois et les plages qui se superposent, tiens tiens, font appel à quelque chose qui n'est pas seulement le plaisir romantique ou la répétition du boum boum. Il y a domination des répétitions et j'adore ça. 

Dans le cas de Fakear, l'entrée de la guitare au milieu des sons de nulle part avec le bruit de bout de bois dans le fond, tel qu'on l'entends dans "Morning in Japan" est vraiment étonnant. La Lune Rousse (Animal de Fakear) est aussi une belle scie, et me voilà victime de tubes, pourtant c'est super bien trouvé. En plus, il y en a plein d'autres.

Théo Le Vigoureux et Gabriel Legeleux bravo et merci ! 

https://www.youtube.com/watch?v=-xtUzPaRfhE est un interview de G.L. Il le dit lui même: il fait de la musique  pour la musique, y a pas d'images, il y a le son et l'harmonie et aussi les mélodies, et d'ailleurs plus que le "beat", exclusif. 

Ce style de musique, qualifié par le site http://www.trip-hop.net/ comme "electro-xxx" a sans doute un grand ancêtre, Massive Attack dont j'avoue avoir été très fan il y a bien des années. Comme si je n'étais qu'une mémoire imprégnée qui décompense, mais la magie de ce type d'impression A une réalité: une attente et puis les petits tap taps comme récompense, c'est entrainant et fascinant. La variété infinie des sons électroniques qui viennent de partout et de tout le possible, il est vrai en succession rapide, mais bon... 

Et puis ces effets, ces arrêts subits, ces formes indéfinies qui se superposent: ces gens là cherchent quelque chose... Au delà du triste et du gai, il y a un optimisme du mécanique qui n'est pas naïf et c'est ça l'étrange, on cherche la variation, c'est à dire le toujours différent qui caractérise le gout "ancien". Paradoxal de dire cela pour la musique la plus automatisée qui soit (soit disant) ? Et bien c'est l'enjeu, et on y va, les plus belles histoires qui se peuvent raconter dans le monde étrange de la musique sont bien là. 

Toutes les musiques suggérées par triphop.net ne sont pas de cet acabit. Par exemple, Six de Doctor Flake. Le gout du genre, certes mais une richesse bien moindre, une répétition ennuyeuse, celle de la triste lounge. On pourrait parler de Terranova Restless, par exemple rituel mais chiant: c'est toujours pareil là c'est clair et j'y reviens, il y a une sorte d'abandon au rythme, une sorte de fétichisme qui refuse la variation. Superpoze ou Fakear n'ont pas cela: on voyage, on évolue dans un son qui change. 

Et puis l'obsédant, qui est légitime peut se glisser mais en catimini. 

Y a aussi Thylacine, Clement Bazin et tout une petite bande. Faut se brancher... Parfois, on prend peur et on pense se retrouver dans une imitation par les inconnus des chansons des années quatre vingt. "Et vice versa" pour se moquer de Macron...  

Note: un E.P. est un "extended play", entre 45 tours et un album... Une chanson longue, quoi. 

26/02/2017

L'art suprême

Arthur Schopenhauer, l'anti Hegel (comme on dit l'Anti Christ) est l'auteur de "Le monde comme volonté et comme représentation", somme philosophique totale décrivant tout du monde, dont les premières et dernières éditions sont séparées de quarante ans (entre 1819 et 1859). 

D'abord le monde EST volonté: aveugle, unique, globale, orientale, implacable et d'arrière plan, reconnue comme l'origine conceptuelle de l'inconscient de Freud, de Jung et aussi de la vie acharnée derrière l'évolution de Darwin. Comme il le pensait d'ailleurs lui même, il est donc l'unique philosophe et il a entièrement raison. Il est bien sur opposé à la vivisection et auteur de la dialectique eristique (l'art d'avoir toujours raison) il est le seul maitre de Nietzsche. 

Admirateur du Védanta, l'une des 6 philosophies Hindoues dites astika (soumises aux Véda et aux Uspanishad). On distingue les astikas des nastikas (qui ignorent les Védas), et à qui appartiennent le Bouddhisme et aussi le Jaïnisme. On rappellera qu'un hôpital Jaïniste pour oiseaux, qui soigne les pigeons, se trouve à Delhi, en face du fort rouge.

Le monde est représentation, issu de l'unique réel indifférencié, le Brahman, tout le reste n'étant qu'illusion, le voile de Maya. Héritier de Kant et donc de l'inventeur de la chose en soi que l'on ne peut connaitre, le noumène, il le rejette comme n'étant ni représentation ni volonté et donc que chimère... La seule chose en soi est la volonté.

La perception haute est donc, celle possible de la forme derrière l'illusion, et donc voilà la base de l'esthétique: la vision du vrai. 

Revenons au cercle d'Iéna, creuset du vrai romantisme, l'allemand. La fin du XVIIIème siècle y fut mémorable... 

Les deux frères de lait, Tieck et Wackenroder sont connus pour leur idolâtrie intellectuelle de la musique, conçue comme ce qui exprime de manière abstraite les émotions: les mouvements de l'âme sont désincarnés. 

Il y eut d'autres frères, les Schlegel, Auguste le philosophe théoricien du romantique, frère de Friedrich, qui lui fut le philosophe, le "grand" Schlegel, celui qui vécut à Paris. Avec Novalis, et Schleirmacher, le cercle d'Iéna, et la revue Athenäum, toute une époque. 

August Schlegel sur la musique: "Elle purifie pour ainsi dire les passions de leur souillure matérielle en les représentant dans leur forme même, sans aucun rapport à des objets,". On dévalorise les livrets d'Opera, et considère la symphonie comme forme suprême.

E.T.A (Ernst Theodor Amadeus) Hoffmann, celui des contes, parle de Beethoven:

"La musique ouvre à l’homme un royaume inconnu ; un monde qui n’a rien en commun avec le monde extérieur des sens qui nous entoure, et dans lequel il va abandonner tous les sentiments qui se définissent en des concepts afin de s’adonner à l’indicible"

 

 

19/02/2017

La partita no 1 en Si bémol majeur BWV 825

La partita est en B flat major , ou B dur. 

Les partitas sont les suites "allemandes", l'opus 1 du klavierübung. 

BWV 825 la première d'entre elle est parfaite, ça commençait bien. J'avoue ne pas pouvoir me détacher de l'impression de perfection totale ressentie à entendre jouer ça: rien qui ne soit incroyablement à propos, merveilleux et délicieux. 

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/johann-sebastian-bach-rafal-blechacz/0002894795539

en est un jeu particulièrement brillant, rapide et percutant, d'une virtuosité incroyable, en tout cas à la hauteur du morceau. 

Le prélude est une sorte de choral un peu triste, une vieille chanson et hop ça part le rideau de perles en arrière plan qui parle, de plus en plus grave. Imité par la main droite, puis on recommence la tristesse. Le dialogue s'amorce pourtant, la main droite accepte puis refuse. Elle a le dernier mot. 

L'Allemande est plus vive, joyeuse et chantante et on ornemente. On repart une deuxième fois encore sur la si belle phrase. Une troisième fois un peu en retrait, et tap et tap, on insiste, ornemente, quitte à dissoner un tout petit peu, que c'est virtuose tout ça. La fin est juste un peu étrange. 

La Courante est la plus fade des danses. Mais bien joué ça balance comme une toile un peu lourde qu'on décore du bout des doigts. 2 phrases, et la 3ème est plus en retrait, mais continue l'exploration et hop ça part par en dessus et en grave en plus, la conclusion se répète. On repart une 4ème fois, le passage par en dessus est moins net mais bien enlevé. 

La Sarabande est le centre de la partita, incroyablement nonchalente et douce. La main gauche arrive tout doucement sur le travail qui s'est bien développé. Chaque fin de séquence a ce terrible tadada conclusif. On repart alors dans la méditation dansante, il s'agit bien d'un corps qui tourne lentement sur lui même à la recherche d'une montée sans effort et puis dans la troisième séquence la terrible montée de la main gauche qui se replie mais qui en fait parle. La quatrième séquence est profonde et colorée de la main droite. Et puis les perles, qui s'achèvent encore, et encore. Et c'est le dernier tadada. 

Le premier menuet est une machine magnifique, avec en fait un rythme puissant et doux dans toutes les sonorités qui tournent autour de l'obsédante marche. Court pourtant. Le deuxième menuet est statique, étrange, méditatif. On retrouve le tadada de la sarabande. 

Et puis la marche folle reprend en sur aigu. On se lance alors avec énergie, et c'est tout.  

La Gigue est un monument de complexité. Ca part dans tous les sens. Des pointes de partout. La fin de chaque phrase endiablée et un tadada inversé. On se permet même de faire des perles descendantes qui n'en finissent plus, et la main gauche qui rattrape avec agilité. tadada. 

 

Mei est très bien aussi, en fait avec tout la subtilité de la dame... 

http://play.qobuz.com/album/3760127221562

 

18/02/2017

Les nombres de couches

Vers 2012, il n'y a pas si longtemps, une méthode d'apprentissage dite "multi couches" ou "profonde" fut enfin considérée, preuves à l'appui, comme très efficace. Toute l'Intelligence artificielle sorti alors de son long hiver (30 ans) et se mit à exulter de joie: l'homme va être remplacé, enfin.

Entre temps, Marvin Minsky et Seymour Papert avaient en 1969 démontré les limites intrinsèques du perceptron ce qui avait drainé tout l'argent destiné aux neurones vers les approches symboliques, elles même ruinées avec l'effondrement du marché de la LISP machine en 1987. L'hiver de AI commençait. 

Evidemment, il s'agit en fait pour l'instant de reconnaître automatiquement les amis d'un utilisateur de facebook qui publie bêtement les photos de ses "soirées", même si cela sert aussi à conduire les voitures de Google. Yann Le Cun, éminent chercheur français, honneur des universités américaines dans lesquelles il a mené toute sa carrière, vient de s'y faire embaucher ciao (chief intelligence artificielle officer, pardon, aucune machine ne pourra jamais faire ça). Il nous explique tout cela depuis le collège de france. 

 https://www.college-de-france.fr/site/yann-lecun/course-2016-02-12-14h30.htm

D'abord, il s'agit de reconnaitre, tout est là et la reconnaissance des formes, d'abord une théorie de l'analyse des images, est la préoccupation première. Notons que cette reconnaissance, qui porte d'abord sur des champs de bits à 1 et à zéro (plus les couleurs), est aussi celle que l'on cherche à faire dans n'importe quel ensemble de données: les formes sont aussi des regroupements dans des résultats d'élections selon les catégories socio professionnelles par exemple. On distingue ainsi les régressions (sur les nombres) des classifications (sur les objets) mais cela revient au même: on veut reconnaitre et cela plus vite qu'en énumérant les fameuses bases de données de cas déjà résolus constituées par des professeurs humains. 

On en vient donc à la différence entre apprentissage supervisé et non supervisé.L'apprentissage non supervisé consiste à classifier la base d'entrée en en exploitant les différences présentes tout seul comme un grand. C'est évidemment l'avenir, mais dans un premier temps c'est plutôt difficile et il sembla dans un premier temps que cela ne servait pas à grande chose, l'apprentissage supervisé étant tout à fait suffisant.  

La supervision consiste ainsi à tenter d'établir une machine, un programme, une boite,  qui résout tout de suite par calcul une collection de cas déjà traités et qui peut AUSSI répondre à des questions portant sur les cas intermédiaires. Comme si dans l'ensemble des cas possibles, on avait trouvé l'équation d'une surface qui séparait exactement les différents regroupements d'objets similaires. Est ce une femme nue ? 

C'est la grande affirmation de Le Cun: il ne pourra pas y avoir d'intelligence, au moins au niveau d'un animal, sans apprentissage non supervisé. Et il se trouve qu'on en est très loin. Au passage, on considérera aussi l'apprentissage "par renforcement" qui se contente d'utiliser une récompense attribué de temps en temps. La rétro propagation ne fonctionne pas dans ce cas et ce type d'apprentissage est terriblement lent. Par contre, ça marche dans certains cas, en particulier dans les jeux et Deep Mind, qui joue au GO a été entrainé de cette manière. Quand la récompense est un click sur une pub, cela marche aussi et c'est mis en oeuvre dans les régies publicitaires: le nombre de récompenses devenant très grand. 

Mais revenons au problème. 

Quelques précisions d'abord. Il n'y a de classification que sur des objets déjà identifiés. La chaine de traitement est donc formée de 2 modules au moins: un extracteur de caractéristiques et un classifieur. Ce principe est totalement général: on n'élabore rien sur du sable, ou de l'eau. Il faut d'abord faire des tas, ou des tasses et après on commence à comparer ou a choisir. Toutes les techniques d'apprentissages ne concernent que les extracteurs, et il importe de comprendre pourquoi. D'abord, une classification ne peut être que linéaire, c'est à dire qu'elle consiste à diviser un espace d'objets en zones distinctes séparées par des plans. De part et d'autre on trouve des zones qui ne contiennent QUE des points identiques du point de vue de la classification, du moins c'est ce qu'on a calculé en "apprenant" à partir d'un nombre fini d'exemples.  Un nouveau point, le "truc" à reconnaitre se positionne dans l'espace au dessus ou au dessus du fameux plan et se trouve donc "reconnu". 

Quand le problème impose des surfaces de séparations convoluées et non linéaires, on ne peut presque rien faire. Pour obtenir des séparations linéaires, il faut ajouter des dimensions et chercher des projections dans d'autres espaces, plus commodes à découper. 

Le Cun n'en fait pas mystère: on a des espaces de grande dimensions, et la surface en question est un un espace de dimension inférieure inclus dans le premier. Car il y a autant de dimensions que de variations possibles, par exemple une image de 1 méga pixels donne bien un ensemble de 1 million de dimensions, chacun de ses axes ayant 24 degrés. Un autre exemple, saisissant est celui des ensembles de visages soumis à Facebook: le nombre de dimensions serait le nombre de muscles du visage humain (on oublie les cheveux et les orientations de la tête). Environ 50, avec des variations continues de leur contractions. Reconnaitre c'est isoler les régions qui se ressemblent. Un voile tortillé partage cet espace là, une surface impossible mais calculable. LA surface, si on savait la construire, permettrait de tout faire... 

Pour parvenir à tout ça, on commence par le perceptron. Inventé en 1957 par Franck Rosenblatt, il est une sorte de rétine artificielle qui répond oui ou non après qu'on ait agencé ses bits de vision répartis sur une surface. Plus exactement la machine fait une somme pondérée des valeurs de ses bits, un jeu de poids particuliers qualifiant un état donné du perceptron. 

Les systèmes à deux couches sont prouvés, et suffisent à tout modéliser. C'est un théorème, qui prouvant (existentiellement bien sur, et seulement) qu'on a -toujours- une solution se permet de considérer acceptable celles qui sont vraiment compliquées: des centaines voire des centaines de milliards de dimensions et de paramètres à introduire, bref, en général c'est l'horreur. Ces espaces gigantesques furent à l'origine d'un long mépris: le perceptron, comme énumération fastidieuse n'était qu'un immense réseau de "if", inintéressant et stérile et surtout totalement impuissant.

On passa alors au multicouches, en fait à plusieurs modules en série qui chacun transforment leur entrées avec leurs propres "poids". Chaque niveau a donc sa matrice de coefficients de transformation. Ce sont ces coefficients qu'on sélectionne et qu'on ajuste lors de la comparaison du résultat global avec ce qu'on veut voir deviner. Ce qu'on appelle la "rétropropagation du gradient" consiste à modifier les poids d'un module d'autant plus qu'ils contribuent à l'erreur. L'algorithme est itératif, bien sur, on corrige progressivement, exemple par exemple en supervisant donc l'évolution des différents modules et au bout d'un certain temps, le système se stabilise, le réseau multicouches a "appris". Un point intéressant est que le test du système "global", bien sur capable de reconnaitre les exemples qu'on lui a soumis pendant l'entrainement (c'est bien le moins) doit aussi être capable de reconnaitre des ensembles de tests particulier, mais ceux "nouveaux" pour lui... Pour le reste: inch Allah ! La voiture se débrouillera... 

Mis au point en 85/86 et en particulier par Le Cun lui même la méthode fonctionne bien, voire même très bien. Elle fut d'autant plus utilisée que vers 2012, on se mit à utiliser les processeurs graphiques des PC "gamers" indispensables aux jeux vidéos, pour accélérer la chose. Les fameux GPU se mirent à calculer autre chose que les lapins crétins: hardware dédiés au calcul parallèle de multiplications entre matrices, ils permirent des facteurs mille d'augmentation des performances. Par contre, un point intéressant: il n'y a pas de résultats mathématiques qui expliquent ou justifient le fait que les systèmes "profonds" soient aussi efficaces. Seul un robot supérieur à l'homme pourra prouver la chose, sans doute, en tout cas bien des gens sont sur sur le coup en ce moment. 

Mais il y a encore mieux ou plus ! Les réseaux convolutifs. Il s'agit d'une application aux plans de neurones de la technique de convolution, qui consiste à isoler des petites portions d'espace et de leur appliquer un traitement particulier, toujours le même. De proche en proche, on recouvre finalement tout le plan. Tout se passe comme si chaque tuile était un réseau particulier avec son ensemble de poids. Tous les ensembles de poids sont identiques (c'est ça la convolution) et chaque tuile produit un résultat (elle a un neurone associé). Cette technique, inventée par Le Cun s'est trouvé très efficace, par exemple pour lire des chèques (on ne se lassera pourtant jamais de trouver qu'écrire un chèque à la main est particulièrement idiot). La chaine de traitement multicouches de 1987 fut reprise à l'identique vingt cinq ans après, et après améliorations se mit à faire des merveilles. 

Allez, on en rajoute une ? 

Il y a une célèbre maxime qui permet de comparer toute pratique innovante au "teenage sex": tout le monde en parle, personne ne sait ce que sait, tout le monde croit que tout le monde le fait, et tout le monde prétend en faire.

On y est en plein, l'excitation généralisée étant à son comble, Facebook (là où travaille Le Cun) ou Google devenant tellement forts que leurs robots pourraient être plus puissant que ceux de l'armée, raison de plus pour nationaliser les GAFA, il fallait y penser. 

Toutes ces belles techniques sont donc en plein progrès. Une application intéressante de cet apprentissage est la "boterie" ou l'élevage de "bot", un bot étant une machine apte à dialoguer sur des messageries instantanées. Participant aux discussions collectives, capables d'exécuter certaines tâches tout comme tout un chacun, on s'acheminerait donc vers des équipes de travail mixtes comprenant un ou plusieurs robots, dont on ne saurait pas très bien le niveau de conscience, et d'ailleurs c'est déjà le cas avec les humains eux mêmes, tout le monde le sait bien.

L'important est que le degré de complexité de la conversation serait lissé, les jargons d'adolescent étant particulièrement bien adaptés à la commande de machines: un seul milieu de travail et de commande et pourquoi pas organiser des communautés de production autour de tels processus ? En charge de démarrer sur ordre des chaines de taches plus ou moins formalisées, capable d'en saisir le paramètrage dans des contextes bien connus, les fameux "agents" ont bien une réalité, il suffit que le fameux contexte, bien verrouillé soit en place et surveillé de loin en loin... 

On se retrouverait là non pas dans l'intelligent, mais dans ce qui a toujours vexé et humilié la vraie intelligence, je veux dire la bureaucratie, fonction exclusive des secrétaires, femmes enceintes récemment revenues de couches et des pré retraités. Ce cadre là est aussi celui des fameux "jobs de merde" dont l'apparition aurait mécaniquement générée l'ambition de leur disparition, vous verrez, les chtis bouseux  se révolteront quand même... 

Les considérations sur le thèmes sont évidemment multi couches encore, et on pourrait parler des techniques d'apprentissage utilisant des jeux d'exemples erronés pour plus d'efficacité: en présence de bruit, et pour des raisons bien évidemment inconnues, l'apprentissage est meilleur !

On doit aussi mentionner une théorie expliquant au moins en principe l'efficacité du multicouches: il encoderait une hiérarchie des structures à reconnaitre, le qualificatif de "profondeur" désignant le nombre de niveaux (layer, couche) que possède le problème de reconnaissance à traiter, c'est à dire le nombre de plans indépendants emboités qui constituent le problème. Une telle figuration, d'ailleurs proprement logicielle au sens classique, désignerait ainsi les espaces conceptuels indépendants, quasiment "idéaux" qui constituent -réellement- le réel de ce qu'on veut classifier. Comme si l'approche neuronale, fourmillière, n'était qu'un moyen détourné, salement biologique, d'en revenir aux sphères et dodécaèdres de la grande science, la seule, la vraie. 

 

17/02/2017

Les notes de musique

UT queant laxis

REsonare fibris

MIra gestorum

FAmuli tuorum

SOLve polluti

LAbii reatum

Sancte Iohannes.

 

Les  notes: Do C UT , Ré D  , Mi  E , Fa  F , Sol G , La  A , Si  Anglais: B , Allemand : H  , Si bemol=B 

C Do , F c'est FAcile, Ré c'est RéD 

Les demi tons:   dièze, bémol  ; sharp,flat   ; -is , -es

 

Les modes: majeur, mineur  ; major,minor   ; dur,moll

 

Donc

la messe en Si mineur, B minor, H moll

le concerto en Si bémol majeur, B flat major, H dur   

 

Le système tonal occidental est construit sur un système harmonique "perturbé". Harmonique veut dire "plaisant" à l'oreille, capable de distinguer des sonorités distinctes et mieux, de "reconnaitre" des "tons", les notes.  

On a 7 tons distincts, représentés par le motif répétitif du piano. Chaque motif décrivant les tons d'une octave, chaque octave ayant sa première note de fréquence double (deux fois plus aigue) que l'octave qui précède.

Ces tons ne sont pas des points mais des "plages", des ensembles de sons apparentés. La largeur de ces plages n'est pas uniforme, et c'est tout le problème. Disons qu'en fait, il y a 12 notes (comme de juste)  et qu'elles sont regroupées et renommées. Cette échelle à 12 tons est la gamme "chromatique", systématique. 

Ces notes sont en fait des demis tons. Chaque demi ton est le "dièze" de celui qui précède et le "bémol" de celui qui suit. Par exemple, "fa dièze" et égal à "sol bémol". C'est la touche noire du piano qui sépare le demi ton "fa" et le demi ton "sol". Par contre et c'est tout le charme de la chose, le nommage des demi tons n'est pas uniforme: "do bémol" est égal à "si" et "si dièze" est égal à "do" lors d'un changement d'octave, et surtout (pourquoi surtout?) , "mi dièze" est égal à "fa", et "fa bémol" est égal à "mi". 

C'est le piano, andouille: do, do diéze/ré bémol, ré, ré dièze/mi bémol, mi, fa, fa dièze/sol bémol, sol, sol dièze/la bémol, la, la dièze/si bemol, si. 

En fait, (je me fie à mon oreille), on dit: do, do dièze, ré, mi bémol, mi , fa, fa dièze, sol , la bémol, la , si bémol, si. 

Ce sont les 12 vraies "notes" ou "demi tons".   On remarquera les perturbations fondamentales, le grand mystère de la musique: mi et fa sont à un demi ton de différence, tout comme si et do. Toute la complexité de la théorie de la musique est là... On appelle gamme "chromatique" l'ensemble de ces 12 demi tons. Notons bien que le premier d'entre eux, si on double sa fréquence prend le même nom, mais "à l'octave". Les gammes se succèdent ainsi du grave vers l'aigu ou dans l'autre direction si on veut... Mais le do reste le do. 

Maintenant, reste à expliquer cette histoire de "mode" mineur et majeur....

En gros, pour chanter il suffit de 7 notes. C'est tout ce que l'on peut (même si moi j'en suis incapable) distinguer mélodiquement. 7 notes distinctes constituent une "tonalité", (on peut dire une "gamme"). Dans une tonalité, comme on a dit, il y a 7 demi tons choisis parmi les 12 possibles.

Une tonalité est identifiée  par une note de départ, par exemple si bémol, et par une structure de choix des notes qui se suivent et qui recouvrent toute la gamme chromatique. Les 7 notes à utiliser sont trouvées successivement en ajoutant un ou deux demi tons pour trouver la note suivante.

La gamme de do majeur sera ainsi typiquement formée des touches blanches du piano exclusivement.  

En partant de "do", on fait (en unités de 1/2 ton) +1 (ré), +1 (mi),+1/2 (fa), +1(sol), +1(la), +1(si), +1/2, (do)

Ainsi donc le majeur c'est 7 notes parmi douze avec seulement deux "perturbations", après 2 tons et après 3 tons.

On a douze notes, et donc douzes tonalités "majeures" possibles basée sur cette structure...

Mieux, un "mode" désigne une structure possible de répartition des 7 notes, incluant les couples maudits de deux notes successives distinctes alors que séparées de seulement un demi ton. 

Le premier mode, le mode "ionien" est celui qui correspond au mode "majeur" expliqué plus haut. Le terme "ionien" est purement conventionnel et le mot est celui d'une classification faite arbitrairement à la renaissance... 

On a 7 intervalles entre 7 notes à caractériser.

Le mode majeur est donc de type 2,3  (2 tons successifs, un demi ton, 3 tons, un demi ton)

Le mode mineur  sera: 1,2,2. En fait dans le mode mineur "classique", il y a une violation caractérisée de la règle, l'avant dernière note  occupant 3 demi tons ! 

Pour être plus précis, on appelle les modes "diatoniques" les modes obtenus en décalant le mode "majeur", chaque mode étant nommé par le nom de la première note. Le mode de "do" sera le mode "majeur", et le mode "mineur" sera le mode de "la". Les autres sont des modes exotiques. En fait les 4 modes diatoniques utilisés aux moyen âge (ceux de mi, fa, sol, et ré) furent abandonnés au XVIIème siècle en faveur des modes "classiques" majeur et mineur. 

 

 

 

 

14/02/2017

Les concertos pour violon de Vivaldi

Antonio Vivaldi dit il prete rosso, rouquin et prêtre donc, a composé comme il respire un nombre indéfini de concertos pour violon qu'il vendait à la pelle pour payer ses dettes. Certains font la fine bouche devant ces munificences, (un seul concerto infiniment long et chiant), d'autres, dont moi collectionnent leurs écoutes comme des papillons. 

Certains d'entre eux sont à tomber par terre de surprise. On n'en finit pas de se faire prendre, éberlué, par des machins de derrière les fagots qu'on voudrait ne jamais oublier. 

RV 267: le premier mouvement est complètement dingue, deux danses obstinées délirantes avec une grande période lente entre les deux; un andante rythmé tout sautillant en virtuosité absolue absolument saisissant qui vous emmène n'importe où, avec un clavecin qui se moque de vous derrière et qui se permet de conclure. Une totale merveille ! Le troisième mouvement, quelconque, recouvre le bijou derrière une étoffe un peu prétentieuse, avec une fin faussement vertuose... 

RV 134: une entrée étonnée, et puis un martellement complexe doublé, triplé, arrêté, redémarré et le grand air qui revient, tchac, tchac. Quand le virtuose chantant multiplié par deux, devient ultra compliqué... L'andante avec le luth, tout délicat est une merveille absolue. Tchac, Tchac. Et c'est très court. On termine avec énergie, sans y toucher. 

RV 281: la folie totale, le plus grand de tous, sans doute... Une intro musclée et l'explosion foldingue, tempérée deux fois. Le grand air, et on repart... Le solo est divin extrêmement pointu et puis le jeu du patron (c'est Carmignola qui régale). Le tambour encore et la folie revient. Puis encore Carmignola, le sujet romantique de l'âge baroque totalement libéré qui élabore. Tout se mélange à une hauteur démente, infaisable et la folie encore. Mais pour finir, tempérée et pour en revenir au début, mais cette fois pour conclure. Un point: la prise de son fait pour Carmignola rend particulièrement audible le caractère enchassé des sons de Vivaldi: le soliste est dans une chambre d'échos entouré par sa garde qui l'approuve par un contre souffle, comme un voile qui le recouvrirait. 

Le Largo martelé, est à la hauteur, dans un souffle puissant, méditatif, de cette grandeur triste d'un Vivaldi qui se permet d'y inventer des nouvelles façons de l'être, triste. Et puis toujours, cette pudeur qui ramène le groupe pour interrompre l'individu ou le ramener de son voyage sur le grand lac. Le troisième est celui du groupe à la hauteur du premier, qui relance Carmignola en un truc quasi miraculeux incroyablement virtuose en écho avec l'orchestre, plusieurs fois. Toujours l'incroyable solitude pointue du soliste, et puis les tambours qui viennent le chercher. Ces fameux tambours sont bien sur des cordes, points de tam tam ici (à part la caisse des violes, mais est cela qui produit l'effet?) le plus extrême des aigus des lames aiguilles tranchantes accompagnant les soupirs profonds... 

 

P.S. Des commentaires passionnés encore plus riches avec la classification en "opus" des oeuvres de tonio et des exemples:  https://www.musicologie.org/publirem/rusquet_vivaldi.html 

Les 4 saisons c'est l'opus 8, la Cetra l'opus 9.

11/02/2017

L'espérance de Fakir

Traité jeune pour une épilepsie, une femme eut deux enfants autistes, ils avaient une chance importante, après exposition in utero à de l'acide valproïque de le devenir (30 à 40% de cas de retard cognitifs) . Connus pour des effets tératogènes (10% des cas) depuis les années 80, cette substance donna lieu au scandale récent de la Depakine. Prescrite aux épileptiques et aussi pour les "troubles de l'humeur" (avec le lithium, les maniaco dépressifs, quoi, le mal du siècle), elle est aussi fortement déconseillée aux femmes enceintes souffrant de ces maux là... Pourtant après la publication de ces risques, elle fut tout de même mal prescrite et cela se traduisit par les drames possibles en rapport. 

L'article de Fakir qui relate l'histoire condamne le règne de l'argent exercé par les laboratoires pharmaceutiques qui vendirent ce poison pour pouvoir mieux se "gaver", se "goinfrer", etc etc aux dépends d'enfants débiles, de parents désespérés. Tous les malheurs du monde causés par l'argent, l'argent fou dont se goinfrent et se gavent les actionnaires pourris hyper riches qui vivent et se goinfrent et se gavent du malheur des innocents...Il faut qu'ils payent et que la totalité des bénéfices indus qu'ils déclarent soient donnés aux victimes...

Fakir parle aussi d'espérance, celle d'un monde, d'un état des choses, ou le malheur du monde ne serait plus là, car organisé différemment, non seulement l'épilepsie ne serait plus là, mais aussi les infâmes remèdes qui la soignent au prix d'enfants débiles dont le malheur peut aussi être d'origine héréditaire, qui sait. Pour cela, l'importance de l'abolition du règne de l'argent est majeure: elle constitue (peut être) un préalable... 

Que considéré et connu pour une arme efficace contre un malheur, cette drogue en provoque d'autres dans des cas relevant de choix ou de hasards mal informés fait partie du monde et les cas extrêmes, oui doivent être indemnisés voire poursuivis, pour que les alertes informatives sur les drogues et les pratiques dangereuses soient publiques. Au point d'aller jusqu'à l'obsession maladive du risque et la règlementation autoritaire de toutes les pratiques ? A moins qu'on ne puisse améliorer les pratiques et après la thalidomide, il y a cinquante ans, à nouveau faire en sorte que le drame absolu du médicament poison ne se reproduise pas ou au moins moins bien, qu'avant ? 

La réflexion sur le règne de l'argent deviendrait elle alors une réflexion sur la liberté ? Nous ne sommes pas à l'époque de la liberté mais de celle de la dénonciation morale. 

Cette espérance qu'est elle? Elle est aussi ce qui motive, confusément, les personnes poussées par un idéal religieux à aller combattre l'injustice en Syrie. Poussés par autre chose (évidemment) que l'envie d'écorcher des bébés et de violer des jeunes mécréantes, ils ne peuvent que souffrir du terrible mal qui ronge l'occident: l'argent et la perte de l'espérance. S'agit il d'excuser ou d'expliquer ? On pourrait dire qu'il s'agit de comprendre. Ou bien de choquer les fascistes qui ne veulent que les déchoir de la nationalité et les buter dans les chiottes. 

Fakir nous la fait donc dans l'espoir. Cette espérance, qu'est elle ? 

Est elle celle du salut ? Le fameux salut qui tarabusta tant nos ancêtres attachés aux religions et vivant non pas dans le malheur prolétaire du présent, mais dans la crainte des souffrances éternelles, bien pires, de l'enfer ?

Car le malheur du présent est un signe, un signe du futur, et c'est là l'incroyable force de ce sentiment: ce futur peut être l'infernale damnation éternelle, la chose la plus redoutable qui soit, et qui peut ne pas arriver. Car l'espérance ancienne, c'était celle d'autre chose que de cela...  Mais cela c'était avant: l'enfer a disparu et personne n'en a plus peur, ou bien alors sous une autre forme et nous y voilà donc. 

Et puis le mot, tout droit tiré des vieilles croyances, est attaché au soupir sentimental de l'impossible souhaitable malgré tout, qui serait, c'est là le débat, la marque du bien: comment ne pas s'enthousiasmer, au nom de la jeunesse et de l'idéal, de la passion pour l'impossible ? C'est parce que la disparition du mal est impossible qu'on fait le bien en la souhaitant. Car l'enfer est sur terre, et il est éternel, voilà la thèse, ou plutôt la gnose, le terrible mal qui ronge l'occident à nouveau en proie aux millénarismes. 

Il y a dans le Fakir en question un article étrange, quand l'auteur aide un jeune SDF à transporter une machine à laver: à l'exemple de Simon de Cyrène qui aida le christ à porter sa croix... Est ce faire le bien que d'aider le sauveur du monde à surmonter une faiblesse passagère ? Pénétré de la signification, des théologiens moralistes du XXIème siècle, par ailleurs voulant abolir le règne de l'argent, font les déménageurs gratuitement... Je m'égare, mais on est là dans l'interprétation tendancieuse, voire à contre sens, en tout cas discutable... Y a t-il du malheur et cela est il mal ? Voilà la question: seul idéal possible, la dénonciation du malheur et du mal doit nous occuper, et l'espérance confuse justification du malheur qu'on doit infliger aux autres comme preuve supplémentaire de l'inéluctabilité de ce sentiment qui nous fait vivre: l'espérance sans objet, le mal absolu dont on se goinfre, dont on se gave. 

Ces gens sont des misérables et souffrent horriblement, ou bien jouissent de ce qu'ils s'imaginent être l'enfer, leur vie sur terre. Le spectacle qu'ils donnent est désespérant. Que faut il espérer pour l'interrompre ?

La société soviétique d'avant la chute (du mur) peut donner un exemple de ce qui pourrait être la solution: un enfer liberticide mais partagé, dont les solidarités collectives nécessaires faisait le lien social. C'est ce que souhaitent politiquement nos petits saints idéalistes. Privés d'industrie chimique, les épileptiques pourraient baver à souhait sans qu'on les féconde exagérément: point de folie infantile bourgeoise dans ce monde là. Quelle espérance dans ce monde là? Et bien la même que la nôtre, celle de la Liberté, celle de s'arracher à la connerie de l'oppression et du malheur, mais non pas pour s'en faire des idoles, des monstres, ou des dieux nouveaux: pour s'en moquer au delà du possible !

Malheur au fakir assez con pour se faire mal lui même: je le conchie le moque et le méprise: je me torche avec son espérance, et le méprise au point de ne rien lui dire de plus que ce que moi j'essaye d'affronter: le silence, distrait par quelques musiques, de l'énigmatique Liberté. 

05/02/2017

La nocturne numéro 13

http://player.qobuz.com/#!/album/0190295896423  (David Fray Chopin)

est un disque comme un autre, avec une prise de son qui sonne bien (ça tombe bien) dans mon casque.

En gros un pot pourri de petites pièces de Chopin, jouée par un pianiste expérimenté, qui a du travailler la chose, et qui joue et enregistre avec du matériel convenable pour son époque. 

Le nocturne numéro 13 en Ut Mineur opus 48 numéro 1 est long pour un nocturne, et il est absolument dramatique, 

J'avoue bien aimer le nocturne numéro 15 aussi. Les nocturnes c'est du Chopin gnan gnan, certes, mais avec des variations de discours toutes en subtilité et en brièveté qui en font des "bijoux" extraordinaires, des monuments de réthorique pleins de sens multiples. 

Car comment décrire autrement ces merveilles que comme des pensées exprimée dans un language? Cela est d'ailleurs dit par Chopin lui même, c'était précisément ce qu'il disait: la musique est l'art d'exprimer sa pensée par des sons. Cette permanente association de la musique et du langage, idée baroque au demeurant, est bien revendiquée par Chopin le romantique. Voilà donc le style du monsieur, la revendication précise que jouer c'est parler, qu'il faut phraser, dire, c'est ce qu'il recommande en permanence à ses élèves. Que cette idée de la musique comme langage soit baroque me rassure sur moi même: j'ai donc raison et connais donc mes gouts: chez Chopin on est chez Bach. 

Ainsi donc voilà aussi pourquoi il jouait par coeur tout le clavecin bien tempéré et le recommandait aux pianistes qu'il conseillait: l'homme est un bavard, baroquement bavard, mais surtout il vénère Bach au delà de tout. Comme quoi le vieux boche eut bien des admirateurs, et pas des moindres. Pour finir avec les rapprochements théoriques, il est intéressant de savoir que le piano de Chopin doit être considéré comme un chant, la voix humaine étant là, l'humain qui s'exprime étant ici, immédiatement présent. 

Le nocturne 13 c'est d'abord sa mélodie, au dessus du rythme puissant de l'introduction, deux fois, et puis cela s'affirme, je vous le dis gentiment 2 fois aussi. Une petite réflexion triste, et puis le ton monte: TADA DADA 2 fois. Le dernier regret, d'un triste presque neutre mais bien réel et puis le ronflement commence, mais d'abord hésitant, comme si on regrettait, mais c'est parti: roulements de tambour multiples, de plus en plus forts. Dans un autre ton, et enfin la vague déferle deux fois, puissamment, et on rappelle la mélodie du début mais encore toute en écume. Le frémissement semble repartir avec deux grands soupirs, un éclat et une affirmation grave puis la descente finale, un dernier souffle et enfin ce qui reste du rythme et qui vient s'éteindre enfin... 

Avant le roulement, qui s'annonce avec progression, là ou on peut menacer pour notre délice, se situe le moment de "la fenêtre ouverte" propre à presque toutes les pièces de piano de Chopin: le moment ou la méditation romantique est suspendue, fenêtre ouverte, et ou on entend les bruits de la ville, propres à distraire, apaiser, enchanter, mais aussi exciter. Car la puissance psychique du maitre reprend le dessus et peut alors enfin se déchainer... Ah Chopin... 

Le nocturne est le lieu du "Tempo Rubato", le temps "dérobé", l'altération de la mesure qui permet d'écarter les notes du rythme pour produire ces effets étranges d'hésitation et d'excitation. Chopin en est le champion du monde... Car la musique c'est aussi l'art du temps, plus exactement l'art de "voler" (rubare il tempo), de transformer, d'habiter le temps. Plus exactement, du moins de mon point de vue, on a là ce qui fait l'incroyable puissance de la musique occidentale que j'aime: celle qui fait que le rythme sort de la musique au lieu d'en être le préalable. Il n'y a pas de basse répétitive derrière, pas de coeur qui bat, pas de sang qui gicle au début: tout cela est inventé dans le temps du son musical et se trouve issu du déroulement temporel de la pièce, véritablement exprimé, comme crée sous nos yeux. Le rubato et ses infinies variations, danse et chant, figure de toutes les émotions possibles en est bien sur la manifestation... 

Inventé par John Field (qui vécut en Russie), juste avant Chopin, le nocturne est donc le haiku occidental, la petite pièce courte pleine de poésie. Dans le premier d'entre eux, on trouve même ce qu'a pompé Chopin: un petit éclat, noyé dans dans le flot très convenu d'un "vieux", à peine en train de transitionner (né en 82, il meurt en 37). Le sixième est particulièrement complexe et admirablement "nocturne". 

http://player.qobuz.com/#!/album/0002894789675 

Il est toujours plaisant d'entendre les précurseurs, et en général ceux dont s'inspirèrent les maitres. On réalise à quel point un Chopin fut génial: totalement libre, il navigue sans répétition, complètement maitre du son, du temps et de l'émotion.

Revenons au numéro 15 de Chopin. La mélodie d'introduction est construite sur un rythme moins puissant mais tout aussi insistant. Et puis l'arpège dans le petit air triste est délicieux. Après un silence, elle revient encore mais altérée, et de plus en plus allongée. On cogne alors, brutalement, mais en rythme deux fois et le roulement se met en place. Mais cela ne se concrétise pas,  une descente affirmative sur un ton significatif précède le retour de la mélodie ultra calme, avec le nocturne scintillement qui s'accélère. Un peu grave et quelques scintillements, et c'est fini, comme une petite vague. Une merveille.

Mais la 13 continue de m'obséder. Tous les grands s'y essayent: 

Pires est particulièrement grave et puissant: 

https://www.youtube.com/watch?v=fck-EoNcFyg

On doit citer Valentina Lisitsa, l'ukrainienne pro russe qui se fit censurer pour cela: 

https://www.youtube.com/watch?v=8ZzzQbvFBJg

Et puis Rubenstein (je l'ai vu en concert jouer Chopin, comme on dit).

https://www.youtube.com/watch?v=-7mntyrW3HU

Samson François dans mon enregistrement qui grésille dans sa dynamique est particulièrement puissant et détaillé. Cela est il si difficile à jouer ? Difficile de dire: le musicien est un magicien et sa magie n'est pas un fait mais un évènement... 

 

23/01/2017

La religion de Troeltsch

Au début du siècle dernier se trouve remis en cause au sommet de la culture européenne le statut intellectuel de la religion. De fait, le religieux occidental disparait à ce moment et se trouvent alors matérialisées lors de cette explosion des réflexions très profondes, à la fois sincères et subtiles, dont l'objectif est de continuer à garder pensable le religieux. On a parlé de Tillich, il nous faut parler de Troeltsch. 

D'abord la théologie libérale: elle est celle qui substitue comme critère de vérité de la religion, le sentiment personnel à l'acceptation du dogme. C'est une expérience subjective interne qui prend le pas sur l'assentiment à une force supranaturelle décrite par l'autorité des églises. La disparition du religieux en occident c'est d'abord cela: une question d'autorité... 

Ernst Troeltsch, ami de Max Weber, il fut un homme politique fondateur de parti dans les années 20, au coeur du terrible drame historique qui détruisit l'âme de l'Allemagne. A ce titre, il tente de penser non seulement le religieux chrétien, mais une une conception du politique, peut être spécifiquement allemand, qui fait la part entre l'individualisme romantique allemand, le dogmatisme religieux, la personne individuelle moderne issue du christianisme et le totalitarisme fou qui émerge du romantisme. A ce titre, il veut réconcilier cet individualisme fondamental, fruit (allemand, bien sur) de la modernité avec la démocratie "occidentale". Nous sommes au début du siècle, et l'Allemagne se dirige, isolée et impériale, vers deux guerres mondiales épouvantables. Nul ne pourra dire que des allemands n'aient pas réfléchi à la chose... 

Il sera celui qui donnera à la théologie une raison d'être fondamentale: l'étude de la compatibilité du religieux avec la raison et avec la société. En parlant de théologie, il classifie, il décrit les différences. Alors que la théologie est ce qui doit faire passer le "mutos" au "logos", la philosophie ne s'intéresse qu'au statut de la pensée et de la conscience et ne peut penser l'extériorité religieuse. De fait, la théologie doit établir l'autonomie du religieux, décrire l'homme tel qu'il est affecté par Dieu, et surtout expliquer pourquoi le christianisme est, en occident, la forme supérieure du religieux.

On est assez loin dans la modernité avec ce monsieur, et tout ceci illustre bien l'effort fait pour continuer à faire vivre intellectuellement, à penser ce que le monde occidental était en train de rejeter à jamais... 

La question de l'universalité du religieux chrétien, chez Troeltsch est à préciser.    

http://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1997_num_214_2_1181

est un article remarquable de clarté dont on fait la paraphase...

Tout d'abord, il y a une conférence en 1902, sur l'absoluité du christianisme et l'histoire de la religion. Cette histoire d'absoluité est d'emblée relativisée, et c'est d'ailleurs pour cela que Troeltsch est considéré relativiste par exemple par Tillich. Alors qu'il y a deux modèles apolégétiques, celui du dogmatisme supranaturel et celui des conceptions idéalistes de l'histoire, on doit considérer que c'est l'expérience intérieure qui sera désormais source de validité pour soi, et non pas une absoluité extérieure. Car Troeltsch l'affirme, le noeud de la chose est que le christianisme qui a toujours été historique et dépendant des époques qu'il a occupé, ne peut pas ni démontrer ni exclure de prétendre qu'il est la forme la plus élevée de toute religion possible.

Un noeud en effet, parfaitement puissant, et centré autour de ce qui est historiquement l'apport chrétien par excellence, l'apparition de la personne, qui plus est, et là c'est très fort, solution à l'aporie de la disparition des vérités éternelles manifestement historiques imposées par les dogmes. C'est  l'explication par l'intériorité essentielle de l'individu, qui de plus échappe à l'explication comme épiphénomène. 

Ensuite il y a une mémorable typologie pour les sociologies religieuses, qui peuvent se manifester comme des églises, voulant couvrir tout le social; comme des sectes, dénonçant le social;  ou comme des mystiques ignorant le social. Cette classification, partagée avec Weber, ne classe pas vraiment l'islam. Mais l'islam est il une religion? 

Cette classification permet bien des réflexions. L'église privilégie la grâce et l'administre, tout en permettant le séculier. La secte minore la grâce et privilégie le comportement, tandis que le mystique purement spirituel renonce au séculier et se soumet entièrement à l'éthique spirituelle. Un autre aspect de la réflexion est celle de la dichotomie droit absolu celui d'avant la chute et d'après la rédemption et le droit naturel (c'est la proclamation stoicienne, il n'est de droit que fondé sur la nature), d'après la chute et voulu par Dieu comme institution pour gérer le péché. Nous voilà donc dans le conflit, explicité par Troeltsch, entre les exigences de l'éthique chrétienne et la possible vie authentique en société. Ce conflit structure le monde moderne, il faut bien l'admettre. 

En tout cas, Troeltsch en fait le conflit qui oppose ethique chrétienne et culture. L'éthique luthérienne introduit alors selon lui une partition entre entre les deux règles, mais à l'intérieur de l'individu. C'est l'idée de la vie dévote, et de l'éthique du métier.  

Continuons avec la dichotomie sur la religion: éphiphénomène de l'humain ou du social? Troeltsch veut en faire autre chose, c'est à dire peu ou prou la théorie "ultra moderne" (la mienne): un élément de l'humain, voire ce qui fait l'humain. Pour ce qui concerne Troeltsch, on n'en est pas encore tout à fait là, car il associe plutôt le christianisme en tant que tel à l'émergence du monde moderne, et cela via l'apparition de la personne. 

On arrive là à une sociologie du christianisme (via "Doctrines sociales") qui va jusqu'à penser une nouvelle expression religieuse, au delà de l'église, et tenant compte de l'individu démocratique, c'est ce qu'on esquissait plus haut de la conception de l'individu allemand face à ses tendances... 

 

Mais continuons aussi sur la pensée possible du divin: au risque de me faire rouler dans la farine par d'habiles manipulateurs, on pourrait le décrire comme non supranaturel (on en a parlé) mais de tout de même transcendant, avec une utilisation de l'immanence et non pas une suspension... Habile non ? Le divin sera pensé transcendant sans autres effets physiques que ceux du don de signification, et cela sans passer par un sens de l'histoire hégélien qui en ferait une puissance du réel... De quoi réintroduire le bien connu dans un cadre acceptable... Il nous faut l'admettre, ces gens là (Troeltsch, Tillich) sont des génies.

Par contre, Troeltsch, il faut le savoir rompt avec l'approche supranaturaliste de l'incarnation du christ comme évènement absolu de l'histoire, dogmatiquement affirmé, et révéré explicitement pas les grands conciles... Il meurt subitement en 1924 sans s'être complètement expliqué... 

Sa subtile approche d'une incarnation qui est à la fois un phénomène quasi naturel (j'exagère) en tout cas multiple et aussi ce qui rend le christ unique et propre à l'essence de l'humanité  est toute une histoire... 

 

 

 

21/01/2017

La conclusion répugnante

Derek Parfit est mort. Il serait le plus grand philosophe Anglais vivant mort.

Immortel auteur du concept de "conclusion répugnante", il est un philosophe de l'économie, métaphysicien de l'identité personnelle (son livre essentiel Reason and Persons porte sur ce sujet) et donc sur ce qui peut motiver l'attribution de valeur, l'être soi, ce qui va décider rationnellement entre ceci ou cela ou du moins les théories invoquées pour ce faire...

On aura lu sur lui cela: http://oeconomia.revues.org/2175

D'abord, il y a deux conceptions de l'humain: le dualisme qui attribue à l'âme l'individualité fondamentale, et le réductionnisme, qui réduit l'identité à un sentiment de permanence, de continuité qui va au delà de soi, au moins relativement. L'essentiel de la fascination qu'on peut éprouver au réductionnisme est qu'il permet de relativiser son propre soi et par exemple, préférer un autre que soi à son "futur soi", car plus directement relié à lui ...

Qu'elle belle définition de l'altruisme !

Cette histoire de réductionnisme vient de Locke, qui affirmait contre le dualisme cartésien une continuité corps esprit. La réflexion sur l'identité de Parfit se situe à son sujet... 

On va donc jusqu'à évoquer la prétention extrême qui consiste à ne pas avoir à se soucier de son futur, le "futur soi" étant radicalement différent. On se retrouve alors dans une méditation sur la mort, ou l'on compare télétransportation et mort, ou clonage et mort et pour finir la transmission de ses idées mieux que la mort.

Pour lutter contre cet extrêmisme, on pourrait imaginer de promouvoir un utilitarisme qui impose de penser à l'utilité globale diminuée par l'imprudence de la prétention extrème, de promouvoir un sentiment kantien qui au nom de la défense des autres pousse aussi à se défendre soi-même, ou bien de promouvoir une défense des générations futures, équivalentes, finalement à tous les "futur soi".  

Hélas, Parfit reconnait un échec en ne pouvant prouver cette valorisation, plongé et cela serait la difficulté, dans des comparaisons abstraites entre théories, en utilisant les préférences théorisées pour les départager (tous les domaines théoriques ont leurs auto références...) on s'y perd.

On en vient pourtant à l'intérêt, à l'objectif rationnel de tout cela est qui est de démonter le modèle de l'égoïsme rationnel utilitariste, réfuté par la prétention extrême. Ah quelle belle théorie: la forfanterie du présent pur, pour insulter l'avenir, conçu comme différent de soi et sans importance. 

Mais Parfit a d'autres trucs dans son sac: il se lance dans la théorie des préférences pour finir par démontrer le théorème de la conclusion répugnante qui statue que la comparaison utilitariste conduit à trouver meilleure une masse immense de valeurs quasi nulles comme supérieure à un nombre plus réduit de hautes valeurs, comme si dans ces domaines, une puissance pouvant se faire à basse intensité. Il y a la valeur instantanée, et le nombre de personnes qui en bénéficient. Un examen théorique signé Parit démontre qu'il n'y a pas moyen de sortir du paradoxe, et que quelque soit la méthode de valorisation, les effet pervers maintiennent l'absurdité qu'elle soit celle de la conclusion répugnante ou pire... D'où le titre. Il y a même un théorème de TRES répugnante conclusion.

La démonstration est assez vicieuse et suppose une transitivité. On part d'un monde avec dix personnes heureuses, qui n'est pas pire que lui même augmenté de dix personnes un peu moins heureuses. Ce deuxième monde est clairement moins bien qu'une troisième monde, formé de vingt personnes aussi heureuses que la moyenne du bonheur du deuxième monde. Par transitivité et récurrence, on se retrouve à l'état décrit: une masse innombrable de personnes à la limite du malheur devient "plus heureuse" que la population initiale... C'est ça la vie ? 

Ce paradoxe "répugnant" permet à Parfit de (tenter de ) rejeter le calcul utilitariste et c'est l'objet de cette réflexion, en lien avec la notion d'identité personnelle et c'est toute la question. En effet, l'utilitarisme fait du choix, non pas un arbitraire issu d'un individu, mais un calcul de préférences, à priori soluble et c'est toute la question. Nous voilà donc au coeur de la réflexion moderne sur la liberté, et Duns Scot est toujours d'actualité.

Parfit met donc en avant la possibilité d'une autre conception de soi, différente de celle, selon lui, du "tunnel de verre", dans lequel on serait enfermé jusqu'à sa mort. Une conception dans laquelle la relation de soi à soi serait similaire à celle de soi à autrui. On se retrouve donc face à une tentative de diverger des notions éthiques classiques. Ce que Parfit revendique d'ailleurs, en prônant une éthique non religieuse. 

 Tout cela est expliqué en détails en https://plato.stanford.edu/entries/repugnant-conclusion/

 Mais on a mis le doigt dans la philosophie de l'Esprit. C'est là où il y a la "sentience" (qui est au fait de ressentir ce que la raison l'est au fait de penser, une capacité) et les "qualias" (propriétés incommunicables de la perception, niées par Daniel Dennet). 

On est aussi dans la réflexion sur la conscience animale et sa représentation philosophique. De fait l'idée consiste à mettre "dans" le monde la sentience et donc de rendre l'éthique objective puis de déprivatiser le sujet, qui ne peut plus s'isoler dans son arbitraire. La sentience n'est plus isolée et nous devons toutes les prendre en compte. Et hop, vidéos de chats ! 

http://www.cahiers-antispecistes.org/personne-tunnel-de-verre/#nh10

Nous avons donc, avec l'évident génie de cette réflexion, encore une autre tentative, très puissante, de dézinguer rené. Mais il y a aussi, comme toujours dans ce genre de guerre, des effets collatéraux: l'utilitarisme en prend plein la figure, et cela ne peut pas laisser indifférent... 

14/01/2017

La décadence

Pour Onfray nous vivons la décadence et la civilisation judéo chrétienne est perdue. Nous sommes malades, mais pas lui. Entomologiste de la vie infantilisée, Onfray nous explique la vie, à nous tous. 

D'abord, l'athée qui nie l'existence historique de Jésus, comme il identifie la force d'une civilisation à celle de sa religion proclame la nôtre ( de civilisation) foutue à cause de notre athéisme... Pas mal: la philosophie en forme de serviette nouée. 

Non pas qu'il soit décliniste: il est tragique à la Nietzsche et ne veut rien restaurer comme Zemmour ou Finkielkraut, simplement comprendre et vivre sans être dépressif le réel tel qu'il est. Ni pour restaurer l'ordre ancien, ni pour en fonder un nouveau, simplement vivre tragique. 

Spinoza: ni rire, ni pleurer, mais comprendre. 

La décadence est donc un mode de vie, mais du coté de l'ermite. Nanti d'un être "de gauche" revendiqué, mais sans aucune appartenance politique revendiquée, notre homme propre sur lui, a don sa couille gauche plus basse, c'est un tropisme, et pas un engagement. 

Interviewé par tous, il se livre, et je commente. Au passage, on voit un homme donner son avis et il me parait surprenant de voir que loin d'être profond, ou drôle, le personnage semble étonnamment superficiel...  

Hamon est plus sympathique que les autres, mais Onfray ne veut pas que Liliane Bettancourt touche le revenu universel. Fillon peut se dire catholique, cela ne me dérange pas (il s'est dit "chrétien" en fait), mais en tout cas, il n'est pas gaulliste car il accepte l'ordre maastrichien, mieux en disant lors du brexit qu'on aurait du donner droit de vote double aux jeunes, il s'y soumet honteusement (rappel d'une boutade du candidat qu'on dit sans humour).

Sur les deux points de vue, une rapidité sans trop d'analyse, une détestation tranquille des deux libéralismes sociétaux et économiques. Onfray est un homme de gauche, donc, mais un peu détaché. Est il aussi éloigné qu'il le dit de la dépression ? 

Venons en à la décadence, thème du titre. D'abord elle commence à la découverte du manuscrit de Lucrèce en 1417, par Le Pogge, Bracciolini qui fouillait à Fulda la bibliothèque de Raban Maur.

On pourrait aussi dire qu'elle commence aussi en 1379, lorsque Gerard Groote, inventeur de la "devotio moderna" commence sa prédication. Ou bien en 1303, date du départ de Paris de Duns Scot... Bref, on peut en dropper des dates... En gros tout ce qui introduit l'occident à la modernité lors de la longue fin du moyen âge inaugurée par sa plus grande splendeur à la fin du XIIIème siècle. Lorsque fut mise par écrit les grandes philosophies qui inaugurèrent la réflexion libre, lorsqu'apparut le "sujet". Tu parles d'une décadence: elle est en forme de trompette...

Le résultat, qui de plus produisit l'inouïe révolution industrielle elle même suivie de deux autres processus tout aussi incroyables, l'explosion de la chimie du pétrole, puis celle des télécommunications, sont assurément des signes d'une décadence extrême: tous ces petits cons accros à facebook, un bout de plastique dans la main sont de lâches dépravés incapable de mourir comme les jeunes héros de l'état islamique, qui eux on de quoi mourir pour quelque chose: une religion...

On aurait pu célébrer la dépravation d'un système culturel autoritaire en explosion, médusé et fasciné par la violence et le porno que leur déverse, goguenard, l'occident libéral qu'ils sont incapables d'imiter autrement qu'en continuant pour de vrai et dans les sables les masturbations effrénées que leur impose leur délirante passion de cocus pour leurs soeurs voilées. Naturellement cela n'est pas de la décadence, mais l'expression virile d'un projet sociétal séduisant et plein d'avenir... A qui d'ailleurs le monsieur donne raison d'exercer sa rage en tuant des prêtres: on l'a bombardé, et sa colère est légitime. Encore une fois, l'ex ouvrier tripier, trieur de foies de volailles, qui a prétendu échapper au sort que méritait son congénital abrutissement en écrivant des livres paraphrases d'auteurs qu'il prétendait comprendre en analysant leurs urines, montre sa totale et absolue connerie. Vive la liberté d'expression, et la province normande est entrée en décadence, en voici la preuve. 

 

Mais parlons des catholiques, on les a mesuré en Janvier 2016. 

http://www.la-croix.com/Religion/France/Qui-sont-vraiment-catholiques-France-2017-01-11-1200816414

2 axes, la pratique religieuse et le soutient au migrants. 

55/45 en la défaveur des migrants (plutôt balancé en fait) et 75/25 de non pratique religieuse.

Parmi les tièdes de la messe, 50 % de racistes et 50 % de zombies pro migrants. Parmi les pratiquants, 2 camps, les conciliaires de gauche (15%)  et 10% de cathos de droites plus ou moins mystiques... 

Ainsi, droite et gauche sont assez balancés en fait, et la manifestation de l'axe "migrants" montre bien l'importance de la question au coeur de la réflexion morale française. 

 

Revenons au nihilisme. Le mot viendrait d'un roman de Tourgeniev: 

https://bibliotheque-russe-et-slave.com/Livres/Tourgueniev%20-%20Peres%20et%20enfants.pdf

 

L'air de la clope

Il y a deux sortes de particules PM10 et PM25 (en fait PM2.5)

PM signifie Particle Matter et désigne une petite boule de merde dont on exprime le diamètre en microns et qu'on qualifie de "fine" alors qu'elle simplement de petite taille. Ces chtites boules vont dans les poumons. 

Un cheveu fait 60 um de diamètre. (j'ai pas le "mu" dans mon clavier).

En gros, les teneurs de pollution dites insupportables dans nos espaces urbains pourris par la bagnole sont de l'ordre de 100 ug/m3  pour les deux types de particules. Les particules plus petites, encore plus dangereuses, car invisibles sont tenues à l'écart par le lobby pétrolier et le gouvernement socialiste.  

Allez on compare avec la cigarette. 

Un humain respire et fait transiter par jour dans ses poumons environ 20 m3 d'air. En fait un peu moins mais bon. 

Il inhale donc par jour, du fait de la pollution 100 * 20 = 2000 ug de PMx soit 2mg. 

Une clope, c'est 12 mg de PMx. 

Donc la terrible pollution urbaine c'est une clope par semaine. De quoi mourir du cancer à 200 ans...

Mieux, le taux acceptable (donc recommandé) qui est de 30 ug/m3 de PMx, et qui bien sur déclanche la circulation alternée, histoire de faire chier le maximum de monde avec une raison, nous la fait à une clope par mois. Dire que j'ai fumé 50 clopes par jour pendant trente ans... 

 

P.S. Novembre 2017: une terrible pollution à New Delhi a fait monter le taux de PM 2.5 à 1000 ug par m3. 

Les photos sont terribles: on ne voit rien et le brouillard est partout

20 m3 * 1000 ug = 20 mg = 2 clopes par jour. 

De kisemokton ? 

 

08/01/2017

F.A.E

La sonate "Frei aber Einsam" est une sonate de Schumann, Brahms (jeune encore) et d'un inconnu nommé Dietrich.  Cadeau à un violoniste ami (geliebten Freundes), il s'agissait de jouer fa-la-mi le plus possible. 

Son scherzo est  ultra joué est d'origine Brahms et ça se voit: 

 https://www.youtube.com/watch?v=3MreemUwbHE

ou

https://www.youtube.com/watch?v=plbbiSV-zlA

ou (j'aime bien le piano)

 https://youtu.be/o1hvBuLl_Uc

   qui joue aussi le 1er mouvement de la Sonate, c'est ça du Dietrich: https://youtu.be/atbF0JCIa0c
   et aussi le 2ème, Schumann lui même, tout de même: https://www.youtube.com/watch?v=3UbPFQzV-iE

et le son de Suk:

https://www.youtube.com/watch?v=SwX6JIw_D2g&list=RDSwX6JIw_D2g#t=14

 

Pièce géniale de 1853, elle conjugue tout ce qu'on peut imaginer de romantique: son et allusions philosophiques et amitiés musicales. Joué par Clara Schuman et Joseph Joachim qui déballa ainsi son cadeau, cela du être grandiose (mélomaniaquement parlant bien sur).

Max Weber a-t-il tout pompé sur Nietzche ? Le grand sociologue aurait théorisé la domination (Herrschaft) sur un conseil (bref) de frédo de substituer une théorie de la domination à la sociologie. Mais aussi, l'auto destruction de la morale: la recherche puritaine du salut conduit au capitalisme et à la ruine de la fraternité et aussi la théodicée de la souffrance qui génère le désenchantement, et enfin le prix de la liberté qui se trouve être la solitude, d'où le titre... C'est le paradoxe des relations entre l'intention et le résultat de l'action, l'effet pervers quoi. 

Pourtant en fait la distance est immense: l'homme de la probité, attaché à la description pure ( par opposition à la prescription voire au prophétisme), du Wissenschaft als Beruf, de celui qui distingue Lehrer et Fuhrer, de l'inventeur de l'éthique de responsabilité, est le contraire du fou furieux effondré dans son satanisme de la mort de Dieu, détestant la science et partisan de l'irresponsabilité. 

Un point, intéressant, au sujet du sentiment aristocratique que Weber en bon sociologue attribue aux traditions et certes pas à la volonté. Prend ça Nietzsche. 

Mais il y a cette histoire de domination (Herrshaft). Weber en distingue 3, traditionnelle, charismatique et légale. "chance de trouver des personnes prêtes à obéir", par opposition à la puissance, "chance de faire triompher sa volonté", elle est reprise bien sur par tout ce qu'on trouve aujourd'hui d'ultra modernes applications du concept à tout, y compris, on croit rêver, à l'écrasement du féminin, de l'indigène, sans oublier du chti ouvrier bien sur. 

Les idées ont une histoire. Celle ci ne lasse pas d'être étrange. Obéir n'est pas univoque et la qualification "nietzschénisante" d'un principe scientifique demande réflexion. Pourquoi diable Weber s'est il lancé là dedans ? Et bien c'est la question. Le contrepoint de la chose est évidement la capacité de se soustraire à la domination, d'être libre : cela signifie-t-il la solitude ? D'où le titre. 

J'avoue avoir toujours été méfiant sur le son des mots, utilisés pour faire plus vrai, alors que chacun sait que la musique n'est qu'une distraction, et surtout, qu'elle a un langage propre, indépendant, dont les significations ne sont pas verbales. Bref, l'emploi d'un mot au son qui se trouve signifiant d'autre chose m'a toujours paru, soit une allusion graveleuse en forme de contrepet, soit la révélation gênante d'une incrongruité tenant à la fragilité, voire à la vulgarité de la personne. Son éviction de la cour pour ridicule doit s'en suivre, on ne peut plus vivre avec. 

"domination" fait partie de ces sons, que je ne peux m'empêcher d'associer à des pratiques sado-masochistes perpétrées à l'insu de tous, Weber se faisait il pincer les têtons ? Pourquoi utiliser le mot de l'humiliation forcée qui plus est du coté du manche pour qualifier l'histoire, l'état de tous et de nos parents ? Pour plaire à Michel Foucault, qui lui se faisait pincer aussi le reste, à moins, ces rapports là étant symétriques, qu'ils n'en ai été un manche, je ne me souviens plus ? 

Cette substitution du sociologique au sacré de l'ancien temps, qui plus est pour mieux marquer le désenchantement du monde, désormais privé du soin de se qualifier lui même autrement qu'avec les mots douteux d'un boche prétentieux, me parait inacceptable et je le juge faux, dépassé, et infamant. Il convient de trouver autre chose pour décrire le monde, ce qui nous débarrassera du boche en question, vivant en 14 du mauvais coté de la frontière, et surtout surtout de toute sa postérité, dont je conchie au passage une grande partie. 

Car l'obéissance a bien des caractères, et celle de l'enfant docile ou rebelle n'a qu'une manifestation, et se trouve nécessaire dans bien des cas, à l'avantage de tous. Associer mentalement ou soniquement les comportements humains à ceux des machines ou des animaux m'a toujours paru violer une forme de nature, et le mot de "domination" utilisé pour qualifier les sociétés humaines me parait impropre, la fausse objectivité du terme me paraissant à déconstruire, et la jeunesse de Weber consacrée, avec toute sa génération (je ne vous raconte pas les suivantes) à se branler sur Nietzsche me parait en cause. 

Non pas que je me fasse freudien, ou pire bhl-élien voire onfray-iste en reconnaissant l'influence de la vie privée sur l'élaboration des oeuvres de l'esprit: il s'agit ici de communication souterraine entre oeuvres de l'esprit justement, et l'idée que le monde ne soit fait QUE de ce genre de choses (Freud y ayant trouvé lui le cul, Foucault, encore lui, le mélange de deux) me parait symptomatique. Les grandes idées ne sont pas si fréquentes, souvent elles se déguisent pour passer inaperçues, et c'est bien ce que je veux dire. 

Nous voilà donc à Nietzsche et le fait que l'importance de son influence sur le siècle qui le suivit reste prodigieuse, quand on y pense. 

Comment exprimer ce qu'avaient derrière la tête les romantiques du F.A.E ? Un sentiment esthétique, le détachement associé à la liberté pouvant être bien celui de l'individu qui peut s'exprimer soi même sans retenues, bref la suite de Rousseau... Il y a pourtant dans cette liberté là toutes les autres, et en particulier celles que l'on associe à la modernité, toute de subversion, de transgression de tout et donc de ces fatums dont on nous rebat les oreilles ? 

Comment imaginer que cet esprit de liberté qui souleva le monde il y a deux siècles soit à ce point oublié pour que l'on considère normal une description de toutes les sociétés en terme de domination et d'obéissance ? Cela entérinerait-il les langues de bois effroyables qui nous entourent, toutes destinées à cacher non pas la domination (ce que crurent tous les marxistes et autres soixante huitards qui polluent les cerveaux), mais le fait qu'on a intériorisé une description du monde qui ne pense qu'avec ce terme là ? 

Non pas que Weber soit un fasciste, ou un allemand dont les traditions autoritaires, construite sur la domination obligée des tempéraments querelleurs décrit par Jules César seraient propres à sa race, quoique. Il assume ses prétentions et son sérieux n'est pas en cause. Il va même jusqu'à penser la légitimité de cette autorité, de cette domination, ce qui fut l'objet de bien des pensées dans les années 60... A-t-on mis en cause le concept lui même ? Et bien il faut le faire ! 

Imaginons une pensée sociologique débarrassée de cette idole. Descriptive et soit disant objective, mais aussi capitaliste ( et c'est aussi Weber qui a mis ça dans la tête de nos chers petits), ou maintenant ultra libérale, on a dans le concept même de la chose un impropre, un révoltant qui tient au mot, désolé. Les hommes libres exigent une sociologie d'hommes libres, et la simple évocation de ce concept là les révolte et les poussent à l'insoumission. 

Bonjour, je suis le nouveau chef et vais vous dominer. Vous allez obéir. Belle méthode de management, promise au succès. Et bien c'est cette question qu'il faut poser, et non pas en travestissant la réalité: la domination c'est pour les esclaves et non pas pour les maitres, comme l'on crut ceux qui voulurent, une fois les mécanismes explicités, les utiliser à leur profit. Les esclaves veulent maintenant qu'on les décrive poliment, et sans langue de bois, ni second degré s'il vous plait. 

Serais je le seul à penser cela ? FAE

02/01/2017

Les écologies

Dans le combat séculaire entre civilisation et barbarie, entre bien et mal, entre manichéisme et christianisme, il y a la dénonciation absolue du principe de précaution, le viol de Nathalie (Lucrèce), le déchirement de la robe de Cécile Duflot, et la fin de la tonsure de Cohn-Bendit.

Le principe de précaution est il techno ? Et oui: le concept de climatospécisme, néologisme de ma part, se doit de dénoncer une violation caractérisée du bon sens qui affecte la lie boboisée de l'humanité, acharnée au nom de sa conception dévoyée de la nature de vouloir l'organisation enfin matriarcale de la terre mère. 

Certain de l'influence de l'homme sur le climat, l'humanité libérée de la météo peut maintenant tout vouloir et organiser le bien, c'est la thèse. 

Frédéric Neyrat le dénonce à raison dans http://www.seuil.com/ouvrage/la-part-inconstructible-de-la-terre-frederic-neyrat/9782021296488

Le bon sang mais c'est bien sur raisonne dans la tête des sots, et j'en suis bien sur, mais l'évidence du constat et de la figure sonne bien. Le transhumanisme est bien sur écologique et tout ça c'est pareil. 

D'abord on partira des conceptions de la nature, puis du relativisme et du constructivisme... 

La nature est ce qui nous est à la fois extérieure et bien connue, elle est l'image ordonnée du réel. Longtemps puissante, elle est depuis peu fragile voire notre victime et on doit maintenant, non plus la maitriser, mais la préserver. Ce changement d'ontologie, qui suppose qu'il puisse y en avoir plusieurs (d'ontologies) fut décrite par le successeur de Levi Strauss, Philippe Descola dans son "par delà nature et culture". Il y a deux décisions à prendre et donc quatre positions possibles à occuper. Nous avons un intérieur et un extérieur, un corps et une âme. De notre corps et de notre âme, qui est lié à, en communion avec, la nature et qui ne l'est pas ?  

L'occidental moyen a un âme (intériorité) distincte du monde et un corps (physicalité) naturel. L'asiatique est complètement extérieur au monde, corps et âme. L'animiste amérindien ou africain et le dual de l'occidental: son âme est dans la nature, et son corps vit suivant d'autres lois. Le totémiste australien est entièrement naturel, corps et âme.

Une chose extrêmement intéressante: l'ontologie naturaliste a émergé en occident de l'ontologie analogique en cours à la renaissance... 

L'idée est parfaitement passionnante car Eco l'avait rappelé: la renaissance rompt avec le moyen âge en sombrant dans un monde à la fois fanatique et "hermétique": le monde devient un livre rempli de symboles, et donc radicalement spirituel et surtout signifiant pour l'âme, évidemment extérieure au monde. Le moyen âge fut plutôt animiste, on faisait bien des procès aux animaux, mais là je ne serais pas aussi affirmatif que d'habitude, les allégories moyenâgeuses étant bien analogiques aussi...  

De manière générale, le point de vue "analogique" est une vision essentiellement digitale, analogique du monde comme expliqué par des combinatoires discontinues d'états dont les proportions variables qualifient les différences d'être (pas mal le "digital, analogique" non?) . De ce point de vue, il semblerait (mais là encore, je m'avance peut être) que la classification de Descola lui même n'est qu'une variante intellectualisée à la française de la grandiose division du monde chinois en composants issus de l'eau, du feu, de la terre, et il ne faut pas l'oublier, du métal et du bois. Le chaud, le froid, l'humide et le sec, tout se classe et l'homme est image de l'univers et réciproquement. 

Cette belle conception est à la fois constructiviste (des principes généraux abstraits gouvernent le monde, ex cathedra), et soupçonnée de relativisme (tout ce vaut, et l'occidental n'a raison que relativement à sa croyance) se veut en fait scientifique et résolument naturaliste, même, c'est son auteur qui le dit. 

Elle introduit néanmoins la possibilité d'existence de points de vue tout à fait différents quand au monde, et donc de les légitimer, voire de rendre obligatoire leur reconnaissance. On est dans l'ontologisation du monde, les différentes êtres, tels les pokemons, se devant de se faire face dans toute leur diversité irréductible et à quoi ils sont attachés. La nature de cet attachement, si elle est ontologique est doublement irréductible: il y a l'être de la classification, et celui de l'individu, plus bien sur l'attachement définitif entre les deux. Ce qui fait que la "reconnaissance" de cet état est en fait multiple: on accepte (de manière tolérante) une différence irréductible tout en la rendant obligatoire (on pourrait exiger que les préceptes correspondant soient respectés). 

L'alternative à ces types de conceptions consiste à se référer à des ontologies minimales, qui attribuent aux objets la liberté de se décrire eux même sans en avoir l'intention. On se retrouve dans des théorisations dites "cognitives" plus proche des conceptions individualistes. Par exemple, un certain type de culture, associé à des modifications volontaires du mental par une prise de drogue, pourrait être approchée: on rendrait possible le "going native", l'être "natif" se réduisant à une attitude humaine possible, reproductible et descriptible.

Ainsi, l'illusion de Müller Lyer (les deux segments égaux rendus plus grand ou plus petit suivant les flèches qui l'entourent), est surtout visible par les européens, habitués aux décors avec perspectives, ou un coin de mur intérieur est plus "prés" que le coin d'un immeuble. Il s'agit d'une explication par adaptation à l'environnement, au contraire d'une explication sur une structure préétablie géométrique de l'esprit humain. De fait des peuples vivant dans le désert ne seraient pas sensibles à cette illusion...

On peut aussi (là c'est Sperber) évaluer l'importance dans les attitudes collectives de ce qui favorise dans la sélection des discours l'importance donnée à des autorités extérieures qui les valident plutôt qu'à un jugement personnel immédiat. Cela peut expliquer par exemples les croyances collectives à un invisible. Bref, on est là dans les explications de type "cognitives". 

On ne peut ici se passer de raconter l'histoire de la "rencontre des antilles" quand l'indien qui rencontre l'européen se demande si celui-ci a un corps différent tandis que l'européen se demande si l'indien a une âme. Au delà des ontologies, on pourrait aussi y voir un premier contact entre des armures en métal d'une part, et des hommes nus d'autre part. 

Il y a aussi l'histoire du Douanier Rousseau qui vécut la forêt qu'il peignait, mais dans les serres du jardin des plantes. L'évocation est poétique, et on se demande ce qu'elle vient faire là. 

Par contre, il y a cette question des psychotropes et de leur rapport avec les religions. Il y aurait une ligne est/ouest en Amérique, qui sépare ceux qui en prennent ou non, alors que les représentations religieuses n'ont pas cette différenciation. On est là sur l'autre versant de l'argument, la prise de drogue et le "going native" ayant beaucoup fasciné une génération entière d'ethnographes, c'est la fameuse question de l'ayahuasca.

En bref, les méta croyances et donc au final les positions politiques explicites sont assises sur les modes dans la pratique des sciences humaines et les débats théoriques font rage, les sciences en question ayant leur histoire, et leurs extensions géographiques et temporelles. 

Perçue comme "science", l'éco "logie", dont les racines psychotropiques non cannabiques quoique, sont tout de même liées à ce rêve de faire pousser quelque chose sur le sol sableux de la planète Dune, en tout cas c'est le souvenir que j'en ai et j'ai l'âge qui correspond, permet de mettre en oeuvre toute l'artillerie conceptuelle exposée peu avant. On trouve pourtant à la base de la chose, une conception puissamment scientiste et naturaliste, mais aussi fictionnelle et spirituelle et c'est ce qui produisit le dérapage et la grande confusion de valeurs qui produisit cette sorte de cancer idéologique qui pourrait (ou en tout cas voudrait) contrôler ou animer les caractéristiques techniques en évolution des sociétés modernes.

Ce qu'on y voit est une substitution, une inversion quasi magnétique entre matière et esprit sur le schéma suivant: la nature que l'on maitrise/pollue peut être maitrisée/dépolluée, le point focal concernant non pas la maitrise physique à développer, mais à la nécessité de la pratiquer, et donc la modification de la manière de la pratiquer, voire l'étude exclusive des pratiques spirituellement bonnes, la maitrise portant désormais sur l'étude du spirituel de l'activité. Une volonté de maitrise du surnaturel est à l'oeuvre et voilà ce qu'est l'écologie: une post-religion, mais dans un cadre de changement ontologique revendiqué des relations entre culture et nature. 

Ancrée bien sur dans la possibilité même de renverser le sens commun, elle subventionne le relativisme dans sa forme la plus extrême, la découverte de l'autre allant jusqu'à la possibilité, voire la nécessité de se transformer en lui, cela au détriment de ce que nous sommes, corps et âmes bien entendu. C'est bien sur l'aporie de ce relativisme là que d'aller jusque là, la démarche étant contradictoire, car la nécessité faisant loi, la liberté de choix n'est réservée qu'à quelque uns, Beaupin ne demande jamais la permission au libertinage.  

L'idée est tout de même là: l'essentialisme des points de vue se veut porteur de rupture d'être, ceux qui sont en avance espérant disposer d'avantages sexuels, comme de bien entendu. 

Il est clair que les attitudes à ontologie fixe, qui ne se lasseront  jamais de ne jamais considérer qu'il y a du nouveau en quoique ce soit, sinon dans les inventions des hommes, dans leurs idées donc, plutôt que dans leur être, sont par essence (héhé) irréductibles à ce type de propagande et s'en défendront toujours. Cette critique se doit d'être réservée quand aux expressions utilisées dans les conversations, explicite dans le combat idéologique et bien sur insultante et vulgaire dans les combats systématiques contre les méchants. 

On s'appuie sur une critique (rien ne vaut un bonne critique) de Descola menée par Martin Fortier.  

 

 

31/12/2016

Großer Herr, o starker König BWV 248/1

La première cantate rassemblée pour composer l'oratorio de Noël contient un aria de basse, suivi d'un choeur qui devrait faire justice de toute allusion à la crèche de Noël comme d'une innocente joyeuseté culturelle destinée à décorer les mairies en faisant foin d'une indispensable laïcité à s'infliger. Tout comme d'une célébration d'une quelconque pauvreté qui devrait nous associer aux migrants, aux pauvres, ou à tout ce qui  n'est pas ça:

https://www.youtube.com/watch?v=m7Vr__Nsnlg

Très puissante interprétation par une basse complètement désinhibée, pour moi le top de la sincérité et de l'énergie!

IL faut noter à ce sujet l'incroyable difficulté de cette proclamation, Fischer Diskau, Pray, et la basse de Gardiner y échouent selon moi. Le Harnoncourt, lent et majestueux reste rythmé, mais la basse quoique puissante, reste insuffisante pour marquer vraiment. Le Fasolis, endiablé bien sur, est particulièrement magnifique et la basse idéale à mon sens (il s'agit de Klaus Mertens): jamais l'effrayante dynamique de l'air ne la prend en défaut.  

 Texte en http://www.bach-cantatas.com/Texts/BWV248-1-Fre6.htm

Großer Herr, o starker König,
Grand Seigneur, ô roi tout puissant,
Liebster Heiland, o wie wenig
Très cher Sauveur, ô combien peu
Achtest du der Erden Pracht!
T'importe les gloires de la terre !
Der die ganze Welt erhält,
Celui qui entretient le monde entier,
Ihre Pracht und Zier erschaffen,
Qui a créé sa magnificence et sa beauté,
Muss in harten Krippen schlafen.
Doit dormir dans une crèche

 

Tout est dit là dedans. C'est bien le grand dieu tout puissant qui est à plaindre, et il n'y a de vraie religion que ce qui souffre pour lui, tout le reste étant bien fade et certainement hérétique, mais ça on verra l'année prochaine. 

Le choeur final qui commence par:

Ach mein herzliebes Jesulein,
Ah, mon petit Jésus bien-aimé,

Confirme bien évidemment l'attitude, c'est la musique qui doit indiquer l'état d'esprit à avoir au cas où il y aurait un doute. C'était un autre temps, certes, mais nom de Dieu, que ça avait de la gueule ! Le contraste entre la terrifiante entrée de trompettes et le "jesulein" est saisissant.  

Bon, on reprend depuis le début.

La cantate commence par une réjouissance, 

Jauchzet, frohlocket! auf, preiset die Tage,
Exultez, réjouissez-vous ! debout, louez ce jour,

Evidemment. Tonitruant avec choeur et tambours, il s'agit bien de se réjouir, et la mièvrerie n'est pas de mise, on y va à fond. Fasolis clairement y va à fond. 

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/j-s-bach-weihnachtsoratorium-bwv-248-diego-fasolis/0829410848053

Après quelques récitatifs pour rappeler l'histoire, l'air d'Alto: 

Eile, den Bräutigam sehnlichst zu lieben!
Hâte-toi d'aimer ardemment le fiancé !

Du fait d'un texte de Picander lui même, l'arrivée du petit jésus est celui du fiancé de Sion ! Double étrangeté par rapport à notre noël à nous, consacré à la misère et aux cadeaux immérités: celui là se consacre à la célébration dansante de la puissance et du sexe ! 

Air de cantate, entièrement complexifiée et dansant dans son paradoxe: 

Den Schönsten, den Liebsten bald bei dir zu sehn!
À accueillir le plus beau, le plus aimé près de toi bientôt,

Il ne peut être chantée avec négligence et doit tourner et retourner avec obstination: l'époque est celle du baroque, et l'ouverture (on dirait une "ouverture") toujours reprise doit être hypnotisante, den lieeebsten, den schooensten. Landauer chez Fasolis champion, il se permet d'ornementer en plus... 

Après un choral et un récitatif, l'étonnant et jamais vu duo entre un choral soprano et un récitatif de basse. Le rythme profond avec flute se relance et la voix (céleste) affirme. La basse se prononce (Mertens sait y faire) et ça repart. On termine tout tranquillement. 

Et puis c'est la basse, ce qu'on voulais dire au début. C'était la cantate du 25 Décembre.

26/12/2016

La révélation de Paul Tillich

Au détour d'un exposé synthétique sur Paul Tillich, (1), mais aussi (2), me voilà révélé le concept de "révélation". Comme beaucoup de mots ordinaires issu des pans oubliés des vieux et oubliés systèmes religieux, le mot me restait mystérieux, et en fait incompréhensible, comme enterré avec tout le surnaturel. Pourtant, avant que le monde ne s'opacifie définitivement, des hommes intelligents, en bute avec la modernité avait pris le temps de rationaliser la chose, même si ils sont restés derrière la barrière.  

Tillich est l'immense théologien protestant du XXème siècle, après Karl Barth, et c'est aussi un grand philosophe. Il théorise et soutient le "socialisme religieux". Depuis 1919, et sa fameuse conférence sur "la théologie de la culture", puis dans sa "philosophie de la religion" de 1925. Le socialisme religieux doit lutter contre le capitalisme démonique. On a donc chez le génial Tillich ce qui fait du christianisme moderne un compagnon de route du socialisme, même s'il théorisa aussi le démonique communiste et nazi. Tillich a fuit l'Europe dés 1933.

Il est comme théologien protestant, l'auteur de "Dieu nous accepte, alors que nous sommes inacceptables".

Révélation

Tillich fait de la philosophie de la religion, et la confronte avec la théologie et la religion. Il utilise donc un concept, celui de révélation, qui comme les mots doués de sens se met à rayonner et à convaincre, à faire comprendre et à réaliser. D'abord, il distingue la religion du révélé en considérant oxymore le terme "religion révélée". La révélation n'est pas religieuse, et c'est toute l'affaire... Admirable conception! Elle définit aussi ce qu'on appelle la théologie, qui est indissociable de la croyance issue de la révélation, et qui a pour objet de décrire la révélation en termes doctrinaux. 

La révélation est un évènement, qui n'est pas communication d'un savoir, dont un extérieur, Dieu en l'occurrence, a l'initiative. Elle est rencontre effective, affective et pourtant publique et universelle. Les religions expriment et s'arrangent avec la révélation, et pourtant la trahissent par nature et par définition, au point de ne se justifier que par les critiques qu'on lui porte et qui la font vivre. La religion est pas essence bipolaire: elle a besoin de son contraire pour exister... 

Cette définition de la religion comme expérience de l'"inconditionné", c'est à dire par celle d'un au delà du réel fait qu'on peut la positionner par rapport à la culture et donc penser une "théonomie", qui résout la contradiction entre absolu et culture en assujettissant la culture à ce qui la rend justement autonome, le fameux extérieur.   

Il y a 4 critiques de la religion: la mystique, l'éthique, la rationnelle et la théologique.  Et puis, il y a trois pôles dans le religieux: le sacramentel, l'éthique, et le mystique. Et puis, surtout, il y a la relations entre les religions. Tillich reste chrétien et pense la croix comme la crucifixion (le sacrifice?) du particulier devant l'universel, il reste religieux et renonce à la conversion de l'autre, classifiant et respectant les approches de la  religion, la révélation restant unique, et le "télos" commun, celui de Paul, l'esprit à venir, la fin de tout...

Pas mal non? Mécanisme proprement humain et moteur de l'histoire la chose conceptualisée a bien la sombre réalité décrite, et situe le divin par définition hors du monde, là encore on a du concept et pourquoi pas ? Définir ce qui hors du monde comme ce qui est hors du monde et qui se révèle est une position imprenable et la transcendance d'autrui symbolisée est pensable au moins en principe.

LES religions

La question reste celle de la multiplicité. Je ne puis me convaincre par contre de l'unicité de cette chose. Tilich parle de l'islam, décrite comme la religion qui interrompit la théologie du "logos" qui su si bien subvertir respectueusement les paganismes: violente et agressive, la religion mahométane conduisit le christianisme à se replier sur lui même. Admirable débat: nous y sommes en plein et certains voudraient réappliquer les bonnes vieilles recettes, à moins que d'autres, plus lucides, ne veuillent retourner au moyen âge guerrier. Le mot "révélation" comme phénomène est bien au coeur de cette autre belle conception de paix et d'amour. Le sens en est sans doute celui de Tillich et il permet de le penser. La question reste celle de l'unicité: phénomène commun certes, mais qui injecte dans l'histoire des conceptions bien différentes, et si les religions peuvent être victimes des démons de l'histoire, pourquoi pas celle là ? Le nazisme aussi fit partie de l'histoire et en sortit, tout comme les démons assyriens.  Ainsi, il tente de penser un partage possible entre les religions monothéistes, qu'il décrit comme les trois branches de la famille d'Abraham. Pas de paix entre les peuples s'il n'y a pas de paix entre leurs religions disait Hans Kung. 

Et puis, cette histoire des religions inclut aussi celle des paganismes, qui préparent aussi bien la révélation chrétienne avec le monothéisme juif: là Tillich est encore une fois génialement moderne. 

Mais il y a plus, Tillich est le théologien de la "culture", comme identifiée à l'histoire, à la religion et à l'histoire de la religion. Tout d'abord, le religieux est un actuel de tous les secteurs de l'esprit humain, un élément essentiel des cultures, donc. Là Tillich pense alors l'autonomie de la culture comme liée à sa "théonomie", c'est à dire son extérieur absolu reconnu, l'hétéronomie et donc le démoniaque de la soumission à la théocratie ou à l'absolutisme étant la seule alternative. La culture purement immanente ne peut devenir qu'idolâtre d'elle même et démoniaque. 

La théonomie, qui approfondit l'autonomie est le but du socialisme religieux. L'autonomie est cognitive, la théonomie saisit le monde inconditionné. Il y a unité forme/substance et unité religion/culture: la théonomie. 

Schelling

Tout d'abord, et là le concept est roi, il étudie dans sa thèse Schelling, le pote et rival de Hegel (et d'Hölderlin), et qui en inspira plus d'un. Voir (3). C'est de là qu'il tire l'importance absolue de l'histoire comme histoire de la religion et de son identification à la culture. 

Puisqu'on est dans le concept, tentons de matérialiser ce qui le fait vivre quand la nature du monde devient "comme" ce qu'on en pense, quand l'essence des choses se décrit comme des mots articulés, sujets de la pensée... Révélation philosophique ? Il y a de ça, et cela s'impose.

Il y a donc 3 puissances, le subjectif, l'objectif et la liberté, image de l'esprit. J'avais déjà ici célébré la trinité comme aboutissant dans l'esprit avec la liberté, la belle invention chrétienne. Je faisais du Schellling... Le subjectif est potentiel, le divin indistinct, la nature, le mythe; l'objectif rationnel actuel et qui fait l'histoire, qui se résout dans l'esprit, après l'histoire.

On a ainsi l'Etre, la volonté contre lequel se révolte la nécessité, la rationalité et c'est la chute, qui inaugure l'histoire, celle de la religion et donc avènement de la liberté et de l'esprit, et de la révélation. Bien sur les 3 puissances sont en interaction perpétuelle.

Notons la conception de révélation comme expression de la première puissance, comme affranchissement de la nécessité et du rationnel. On a donc bien passage du religieux de ce qui est naturel et mythique à l'âge de la liberté et de la révélation, qui brise la nature. C'est le christ qui fait cela dans un acte libre, ce qui amène la liberté à l'homme. Schelling avait du souffle. Et puis il est aussi l'auteur de la théorie des 3 périodes pierre, paul et jean: la religion de l'esprit à venir, sera celle de Jean.

C'est l'histoire du rationnel séparé de Dieu lors de la chute qui la fait (l'histoire) et c'est le christ qui renonce à être Dieu qui se trouve être le christ à proprement parler, la croix de l'histoire, sa crux, qui crée la liberté, et qui fait pour Schelling l'originalité et la spécificité du christianisme, mais soyez en sur, il n'y a pas que pour lui...  Cette supra-histoire, qui fait l'histoire elle même est précisément ce qui permet de concevoir et de penser une signification globale à ces choses, êtres et croyances. Avec cette théologie du "kairos" (l'évènement divin, le moment) de jésus qui n'est "christ" que parce que crucifié... 

Cette distinction nom commun (le(un) christ) et nom propre (jésus) réaffirmée par Tillich, permet de transformer l'affirmation classique ("jésus est le christ") en un article de foi doté de sens. Cela n'est pas évident, et m'avait toujours apparu comme bizarre, voire absurde. En réalité, si on a une conception du sens du mot "christ" (le messie, en gros la personne envoyée pour réconcilier, pour résoudre les fameux problèmes de "sens", celui que "tout le monde" attend), l'affirmation, qui institue une caractérisation particulière de la présence du christ, fonde le christianisme comme religion.

On notera ainsi l'aspect double de la chose: d'une part on croit qu'il y a quelque chose qui ressemble à un "christ", d'autre part on pense que c'est bien jésus qui y correspond... Un troisième affirmation est naturellement que la mise en correspondance est elle même provoquée, ce qu'on appelle les "christologies" décrivant plus en détail comment cela se produit. Par exemple, pour Tillich, jésus est bien un humain mais d'un type nouveau, bref, en ces domaines, il y de quoi faire...

Réaliser la profondeur et la complexité de ces conceptions là est en soi toute une aventure. Simplement, on peut ne pas vouloir se laisser faire, un certain effet d'entrainement se manifestant assez vite, une pente quasiment glissante se manifestant assez vite, vers un discours autonome de répétions de significations plus ou moins profondes, en tout cas du genre qui suscitèrent l'ire des philosophes analytiques... 

Au passage, il y a chez Tilich la tentation de la réunion du christ humain religieux et de la philosophie, donc  de la question de l'être: l'être humain devient divin, c'est bien sur la promesse chrétienne.  

Mais revenons à ce que Tillich explique magnifiquement et qui sont les natures croisées des religions et des symboliques. La religion n'est PAS divine mais relève du symbolique, qui manipule le symbole comme signe d'autre chose. C'est la confusion du symbole et du divin qui constitue l'idolâtrie, car et là c'est brillant, lorsque le symbole remplace le divin (au lieu de le montrer) il sépare du divin, ce qui est le sens même de "diabolus" (ce qui désunit, ce qui sépare). Toutes les critiques de la religion reposent sur cette dénonciation là.

Cette conception là des choses illustre ainsi parfaitement l'aspect essentiel de l'idée claire d'un religieux construit sur un extérieur, qui est propre au religieux au point d'en être la définition. Nier cet extérieur au point d'interpréter le religieux autrement (comme une forme de politique, par exemple) est doublement faux: au sens strict, c'est une mécompréhension de l'essence du religieux, au sens religieux, c'est précisément l'idolâtrie, l'incapacité à symboliser... 

Au passage c'est là que se fait pour Tillich la notion de révélation, rupture d'avec la nature et la mythologie. Intéressante idée, qui fait du vrai surnaturel la rupture d'avec le mythe, toujours associé au nécessaire, au naturel.  

C'est là que se noue la liaison avec Joachim de Flore, avec l'évocation du troisième âge, celui de l'esprit et qui fait qu'on suspecta Tillich d'être gnostique, et ainsi la conception de "religion philosophique", une théologie qui serait indépendante de toute religion, objet de la théologie systématique de la fin de la vie de Tillich, en voyage au Japon au début des années 60. 

On a donc une pensée incroyablement moderne et séduisante, pleine de sens et d'intelligence et bien sur d'un irréel complet, dans l'idéalisme au sens plein, le plus complet possible, ça tombe bien ça s'appelle comme ça. On goutera aux délices de ces concepts et de ces belles idées, donc, mais sans en être dupe ou bêtement adepte: cette réflexion là porte sur une partie du monde, en tout cas c'est comme cela que la comprends. Et ce n'est pas parce qu'il y a des idées dans le monde que le monde est entièrement formé d'idées... 

Au passage, Tillich (on dit Tilik) est l'auteur d'une théologie "systématique", où "sustema" signifie "choses liées ensemble"... 

On doit parler aussi du Kairos et du rapport au temps, le christianisme introduisant l'histoire c'est à dire la phase du temps séparée des autres par un moment passé ou à venir.  Là se situe le fameux socialisme. L'on se prend à rêver à ce théoricien qui vit dans les années 60 se lever une forme émancipée du socialisme qui avait tant déçu l'histoire pendant la première moitié du siècle, et dont avons à présent à nous débarrasser, l'histoire étant toute de phases successives... 

En résumé et avec tout le respect qu'on lui doit à lui et à son idéalisme, on restera baba devant cette histoire de théonomie, concept fort mais caractéristique de l'aspect théocentrique de la pensée de Tillich, son mélange des religions consacrant une unicité pour moi inacceptable. La théonomie est toutefois une admirable tentative pour rendre réel et donc pensable un religieux autrement incompréhensible. A l'heure où on cherche à vous dominer avec des super croyances, pouvoir les penser comme objectivement démoniaques et donc susceptibles de périr par le feu après avoir subi les tortures qu'imposent le salut d'âmes perdues dans les mains du diable et particulièrement réconfortant. On ne pourra plus nous apprendre la religion. 

 

(1) http://andregounelle.fr/tillich/presentation-de-tillich.php

(2) https://rsr.revues.org/449

(3) Tillich et Schelling : https://www.cairn.info/revue-recherches-de-science-religieuse-2004-3-page-429.htm

25/12/2016

Christen, ätzet diesen Tag BWV 63

1ère en ancienneté sur ce thème, la cantate de Noël  "Christen, ätzet diesen Tag", BWV 63,  fut jouée en 1713 pour la fête éponyme. 

Je lui suis attaché d'une manière particulière, car elle initia ma (toute récente) passion pour les cantates de jiessebé, et fut un de mes points d'entrée dans ce qui constitue le plus gigantesque océan musical multiforme de l'histoire de l'humanité (on y ira carrément, sur ce sujet là, point de demi mesures), les 200 fameuses. 

Elle se récite ici: http://www.bach-cantatas.com/Texts/BWV63-Fre6.htm

Elle fit l'objet d'un documentaire montrant Gardiner la répétant:

https://www.youtube.com/watch?v=ere8CYfFq74

Cela donne l'occasion de voir des musiciens et personnes respectables et habiles se féliciter de partager mes gouts, et aussi d'approcher le type de passion que peut susciter la chose en question. Quand je considère les ravages qu'elle provoque chez mon humble personne, je n'ose imaginer ce que ça doit être chez les vrais fanatiques... 

Gardiner en parle aussi en:

http://www.bach-cantatas.com/Pic-Rec-BIG/Gardiner-P18c%5Bsdg174_gb%5D.pdf

et évoque le bicentenaire de la réforme de 1717 (mon fétichisme annuel aurait du reporter cette chronique à l'année prochaine, mais n'étant pas encore complètement Luthérien, je me permet de devancer l'appel).

On se doit d'évoquer Gardiner évoquant la musique de Bach comme matérialisation de la grâce divine, le concept en question, magnifique second degré particulièrement habile, aussi bien de la part des théologies chrétiennes que du magnifique musicien qui parle ici de Bach comme personne. 

L'extrait de Bachstiftung, qui me séduisit horriblement voilà déjà quelques années est celui ci: 

https://www.youtube.com/watch?v=C4jsRQf8J4M

On pourra écouter le concert d'Arte à partir de 51:35

http://concert.arte.tv/fr/les-cantates-de-noel-de-bach-par-philippe-herrewegh-et-le-collegium-vocale-gent

Mais, comme tout ce que fait Herreweghe, (du moins à mon minable avis), il y a là manque de ferveur... 

On va en reparler. 

La chose commence par un choeur endiablé poussant à considérer ce jour là (Noël) comme exceptionnel, car un "rayon" (Strahl), la grâce (Gnaden), justement, fait irruption dans l'histoire. Ca commence bien. 

La gravure dans le métal et le marbre est magnifique, et la danse frénétique doit être d'une grande puissance comme des vagues qui claquent en faisant le tour. Je trouve que Harnoncourt l'a.  

Puis le récitatif de l'alto et le Schilo. Le Schilo ? Le mojo de Bach ? Il est synonyme de Paraclet, de Jésus bien sur, et aussi de ce qui fut annoncé (par la Genèse, en plus): le Messie Roi. Le mot est traduit par "celui qui doit être envoyé", bref celui dont la venue est prédie par Jacob lui même.

En plus, cela se manifeste finalement par l'"inconcevable":

O unbegreifliches, doch seliges Verfügen!
O inconcevable, mais béni aboutissement !

Le duetto soprano basse a alors lieu et une grande magie se déroule majestueusement, pure réjouissance entre les deux voix majuscules, toute allusion à la sexualité serait hors de propos, qui ferait l'amour comme ça?  

Was uns ewig nun vergnüget.
Ce qui maintenant nous réjouira pour toujours.

Surtout que le couple hautbois violoncelle (continuo) reste triste et grave, comme c'est étrange. 

 

Il est suivi par un récitatif étrange, le lion de David tout armé avec arc et épée, "rétablit la liberté": 

"Womit er uns in vor'ge Freiheit setzt"  (restaure la liberté d'avant).

 

Et puis l'incroyable duo alto tenor, l'appel dansant à danser et à se réjouir de ce qu'il faut remercier ! Il peut être joué de bien des manières, mais l'énergie est de mise, entre les deux autres voix, alto et ténor. 

Kommt, ihr Christen, kommt zum Reihen,
Venez, chrétiens, venez danser,

Reihahahahahahah-en. 

 

Après une brève injonction de basse, qui se permet tout de même d'évoquer des flammes qui montent jusqu'au ciel et les prie de remercier Dieu (ah baroque, tu nous tiens). 

Et le choeur à étages, à trompette et roulements de tambour et voix de dessus, digne des plus grandes assemblées de choristes avec une montée océanique, puis la répétition modeste de la répétition mutine.

Quand je dis "à étages", la chose est incroyablement complexe, en fait on dirait un diamant qui tourne et toutes les couleurs se manifestent. 

Pour finir le  bigrement mystérieux, complètement dissonant bien sur et tant commenté par Gardiner: 

Dass uns der Satan möge quälen.
Que Satan puisse nous harceler. 

qui succède à un immense soupir:

Aber niemals nicht geschehn,
Mais qu'il n'arrive jamais

Mais cela repart, un coup d'océan (tu parles) et la quadruple pirouette rigolote termine modestement et dignement le voyage. 

Comme toujours, cette musique est intrinsèquement porteuse d'une énergie interne très forte que les musiciens doivent assumer ou pas. Rien ne peut être négligé ou ignoré et ainsi, la montée océanique monumentale du choeur final est inqualifiable et semble ne jamais finir de se raffiner. Sa dernière occurrence apparait chez Herreweghe comme "enfin c'est fini, on peut partir", alors que Gardiner en fait une montée interminable, la pirouette étant un regret, un clin d'oeil un coup de pied de lapin qui s'éloigne, bien sur en dansant. 

ET l'approche de Harnoncourt, avec les voix d'enfants, très lente c'est encore autre chose... 

18/12/2016

Mozart au piano forte

Ronald Brautigam est un vieux de la vieille bien connu. 

Mais au détour d'un écoute distraite brutalement captivée, un son étrange, qui "parait" authentique, on se trouve captivé et renversé. Je n'aime pas Mozart, et ne l'aime toujours pas... Mais bon sang, qu'est ce qui m'a pris, ce concerto no 2 K 39, ultra bien connu des vieilles mémoires, vieille scie oubliée, avec ces violons et ces vieux cors mozartiens venus du passé, repris par des claquements étranges, et le vieux soupir triste, celui qu'on sait bien qu'il n'est pas vraiment superficiel, ou en tout cas qu'il ne l'a pas toujours été... Au piano qu'il jouait, un de 1792... 

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/mozart-piano-concertos-nos-1-4-pasticcio-concertos-ronald-brautigam-michael-alexander-willens/7318599920948

Il y a dans le brillant juvénile du truc quelque chose d'étrange, du au son sans doute. Bref, une vivacité qui fait qu'on se dit que ça le fait... C'est pas grand chose, mais ça le fait...

L'immense mérite des musiciens, de ceux qui JOUENT, est de rendre vivant la portion de temps qu'ils lisent... A n'importe quel moment, l'un d'entre eux ou plusieurs d'entre eux, rassemblés font quelque chose qui change le temps, du moins pour ceux qui en "profitent" (vivent) brièvement. 

 

P.S.

Bon pour comparer, tous les catalogues étant disponibles, on peut voir ce que ça donne avec  un piano normal, 

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/mozart-the-complete-piano-concertos-daniel-barenboim/5099998461653

ou 

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/mozart-the-piano-concertos-vladimir-ashkenazy-philharmonia-orchestra-vladimir-ashkenazy/0002894437272

On a là le son différent normal, mais avec des ambiances différentes, plus subtiles, aériennes mais aussi plus négligentes, comme trop connues, la force de la musique s'éloignant un peu, comme si un tunnel nous séparait de la vraie musique, celle, bouleversante, qui provoqua mon flash décrit plus haut. 

Même impression avec le Brendel sur piano forte, tout y est bien plus fin, attentionné: 

http://www.qobuz.com/fr-fr/album/mozart-complete-edition-box-4-the-piano-concertos-alfred-brendel-ingrid-haebler-imogen-cooper-katia-labeque-marielle-labeque-ton-koopman-capella-academica-wien-the-amsterdam-baroque-orchestra-academy-of-st-martin-in-the-fields-semyon-bychkov-eduard-melkus-sir-neville-marriner/0002894648002

Serais je infecté de passéisme ?