Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les climats

On a parlé de l'écologisterie, il nous faut parler du climat, qu'en est il? 

Dans l'océan de conneries glaireuses dont le niveau monte à la vitesse de la lumière au galop, il me semble qu'un discours construit séparé par on ne sait quoi du minable, quoique, se présente dans la sphère publique française. Je veux parler de Jean Marc Jancovici (1). 

Le programme

Prolifique auteur de slides au look un peu ringard qu'il présente partout, prof aux mines et communicant convaincu et efficace, il est d'abord, et c'est ce qui fait son attrait un pro-nucléaire convaincu, c'est ce qui fait sa valeur et son prix. Le reste est bien sur écolo à mort, avec le CO2 et tout le toutim, mais son plan pour sauver la planète est au moins contraint par le réel le plus immédiatement accessible et propose donc, et d'abord de: 

- arrêter les centrales à charbon.

- développer le nucléaire.

Hors ces deux affirmations, assertives, obligatoires et imposées, qu'il reprend avec courage, toute discussion sur le climat et ses variantes est nulle et non avenue. Quand on sait et réalise que l'Allemagne de Merkel, le pays le plus développé et le plus riche d'Europe, le pays de Bach et d'Einstein, a fait sous nos yeux exactement le contraire au moment (à partir de 2000) où les chinois commençaient la multiplication par 4 de leur consommation et extraction de charbon(2), on réalise -vraiment- l'ampleur du désastre. Il n'est pas climatique, il est intellectuel et moral, bref absolument humain.

L'Allemagne, laissée seule par l'impéritie socialiste de la France, s'est lancée à nouveau dans la folie intrinsèque à la race des germains tarés qui l'occupent depuis l'antiquité: la connerie ultra violente aux effets mortels pour le monde entier. L'équivalent en bien pire de la 3ème guerre mondiale que l'on redoutait: la ruine du monde, et l'alliance productiviste avec le Mongol à qui elle vend ses berlines à la réputation surfaite fit la gloire des années 2000. La fin du monde a eu lieu, on les appelait les "Huns" en 14, on sait maintenant pourquoi. Le plus fabuleux est que l'incendie qui va ravager le monde, selon toutes les bonnes mythologies, est allumé. Le fameux réchauffement est d'abord une augmentation considérable de la partie "brulâble" du monde, la montée des océans ne servant que de bordure à une terre brulante du feu total. Les nazis aimaient aussi l'ambiance glaciale des glaciers nordiques en plus des crématoires, ils avaient tort.  

Cela étant dit, Jeancovici déroule ses chiffres et beaucoup sont très plaisants, et ont le mérite de clarifier bien des choses. 

Le CO2

D'abord, les émissions de CO2 et autres gaz à effets de serre dont on sait depuis la moitié du XIX ème siècle qu'elles réchauffent le climat dans un facteur à déterminer (les fabuleuses avancées scientifiques faites depuis n'ayant toujours pas vraiment affiné les prévisions, malgré toutes les vantardises, et puis Arrhénius prévoyait 4 degrés par doublement de CO2 en 1900) sont produites par quoi ? 

- 20 % le charbon électrique

- 20 % l'agriculture: le riz en particulier ! 

- 10 % fioul et gaz électrique

- 10 % transport 

- 10 % déforestation 

- 4 % cimenteries 

etc. Le reste, (les avions 2%) ne comptant pour rien, ou pas grand chose. 

Le reste des discussions est assez plaisant, tout ça pour ça ! Non seulement cela valide complètement les affirmations péremptoires assénées plus haut, mais cela ridiculise, invalide et pourrit tout le discours public officiel, exclusivement émis par des cons, des abrutis, des menteurs et des salopards. Qu'ils soient maudits eux et leurs descendants. Angela si tu m'entends, peut tu aller te faire mettre par ton million de syriens achetés à la Turquie? Merci. 

C'est la faute aux chinois

Vient bien sur alors mon assertion finale, le reste des remarques brillantes visant surtout à distraire ces dames dans les diners en ville, les anecdotes croustillantes étant nombreuses: la Chine fut responsable entre 90 et 2020 du doublement de la production de CO2 et donc des 5 degrés de plus en moyenne à quoi il va falloir s'habituer, la chose étant bien sur déjà pliée... Aussi simple que cela: riz et charbon voilà tout le drame. 

On peut bien sur ajouter qu'une attaque nucléaire (héhéà immédiate contre la Chine, qui détruirait ses centrales à charbon et toute son industrie, sans parler de son milliard et demi de vieillissants et inutiles victimes de la plus grande tyrannie du monde parait maintenant indispensable à défaut d'être inéluctable, je ne vois pas bien comment cela finira autrement, de toutes façons. 

Surtout que le CO2 est persistant, tenace, et à forte inertie. En gros, une fois émis et stocké dans l'atmosphère, il ne s'en détache que très lentement (50 % au bout de cent ans). Ce qu'on y a déjà mis y est pour longtemps, et ce qu'on y met encore plus.

L'aspect indispensable de l'arrêt immédiat de la scandaleuse existence de la chine et des chinois s'impose donc, et c'est la petite greluche suédoise qui porte plainte contre la France aujourd'hui (3) qui nous le dit. Au passage, l'alliance de la jeunesse dévoyée et fanatique, de la féminité dévergondée délirante, et de la connerie abjecte et irréaliste la plus sinistre, toute incarnée dans ce lapin aux yeux rouges ne peut aboutir qu'à absoudre la Chine et l'Inde, inatteignables car non signataire des traités violés (hi hi) par les accusés. On se réjouit au passage de voir la Turquie enfin condamnée, ou du moins menacée de l'être: la moustache sent. 

Renouvelable

Revenons à Jancovici et terminons avec le nucléaire, ou plutôt à son remplaçant, le renouvelable, éolien ou solaire, qui ne fonctionnant pas en permanence, nécessite d'investir AUSSI dans des équipements assurant la totalité de la production nécessaire d'électricité quand nécessaire (la moitié du temps en gros). Le renouvelable ne sert strictement à rien sinon à mettre au repos la moitié du temps des équipements traditionnels conçus pour fonctionner en permanence. Je parlais de folie, de déconnade, de connerie totale: je suis en dessous de la vérité. Jancovici explique tout cela assez clairement mais sans mentionner en rien les nécessaires qualificatifs à attribuer à ses adversaires.  Les gouvernements français veulent consacrer 100 Milliards d'Euros au renouvelable, éolien terrestre et maritime. Pour rien. Nada. Et oui. Les larmes viennent aux yeux, le dégueuli à la gorge. 

Au fait, vu son cout (équivalent à celui d'une deuxième programme nucléaire) il faut bien évidement arrêter immédiatement la totalité du renouvelable et pendre par les couilles tous les enfoirés qui ont eut le culot de le recommander. Jancovici ne parle jamais hélas des sanctions nécessaires, et il a tort. 

Energie

Spécialiste de l'Energie, Jancovici en fait le principe du monde. La définition qu'il en donne ("quantification d'un changement d'état d'un système"), est bien sur compréhensible, mais abstraite. L'énergie est d'abord quelque chose qui se conserve (le mystère s'expliquant par l'entropie, qui dissipe dans le néant l'énergie excédentaire) sans être de la matière, et surtout qui se transforme en s'attachant à des phénomènes physiques disparates lors de transformations naturelles ou pas qu'on assimile ordinairement à du "travail" dont l'unité est homogène à celle de l'énergie, le Joule ou son équivalent le KWh (égal à 3,6 mégajoule, le Joule valant un Watt seconde).

Le cheval vapeur (75 kg m / s) vaut 750 W environ. 

On expliquera le monde moderne par la machine. Un litre d'essence produit 10 KWh soit un mois de travail d'une force humaine. Tu m'étonnes qu'on se finisse avec des énergies carbonées partout... Le pétrole ayant remplacé le charbon dans le premier quart du XXème siècle, on se doit de méditer sur la vitesse de ce qui nous arrive... 

Pensons à ces africains qui vendent des bouteilles d'essence siphonnée on ne sait où au bord des routes... Le nerf de la guerre. 

En bref, la consommation de pétrole, d'énergie, quoi, est strictement parallèle à l'évolution du PNB du monde. On est là au coeur de la réflexion du bonhomme: pétrole = croissance économique.

Or ce qui le préoccupe d'abord, c'est la disponibilité de la chose: la quantité de pétrole exploitable est finie. Les 100 millions d'années nécessaires à la constitution du stock sont derrière nous... Il se trouve que cela implique que l'extraction du pétrole va passer par un pic (5), puis diminuer pour tendre vers zéro avec la fin de la consommation du stock. Il se trouve aussi que apparemment, un pic de production est observé depuis la moitié des années 2000. C'est là qu'est la grande angoisse de notre ingénieur: y a plus d'essence. On se trouve alors avec une nécessité de décarboner qui se trouve doublée: ça pue et y en a plus. Plus que ça,  l'homme attribue à ce pic franchi en 2006 les effondrements grecs et espagnols (60% et 45% de pétrole dans leur mix énergétique, 30% pour nous). Tout tient à l'énergie et rien à la gestion, la corruption, ou au socialisme... La thèse est forte. Guerre en Syrie, printemps Arabes, tout tiendrait à ce pic de 2006. 

De fait, c'est ce qui fait le charme de sa position: en enfant des années 70 (il est né en 62) il est écolo non pas contre la pollution, mais contre la pénurie, et développe son gout pour la décroissance au nom de la nécessité de faire avec ce qu'on a. Louable et vivant, il est un écolo "réaliste" et se trouve prêt à discuter en ingénieur de ce qu'il faut faire pour ramener la bouffe à la maison, au lieu de se livrer à la religion infâme de l'hystérie végano-bio.

Il n'en est pas moins adepte de la "transition énergétique", l'infâme expression qu'il reprend à son compte le classant tout de même, il faut bien vivre, dans le petit marigot des crapauds infâmes. 

On avait glosé sur les écolos-fachos qui veulent reprendre en main le monde pour son bien, et lui imposer les bonnes pratiques le solaire et le véganisme pour ce qui concernait un astrophysicien bien connu . Note homme évoque avec gourmandise le modèle chinois, qui permet de s'affranchir de la connerie des autres à bas cout. Il souhaite faire pression sur les gouvernements pour que ceux ci planifient correctement. Même s'il est sur que se lancer dans le nucléaire à tous crins est clairement une nécessité, les à cotés rendus indispensables pour faire passer la pilule (le véganisme et le tri sélectif) se trouvant rendus obligatoire sous peine de mort pourraient être considérés comme des inconvénients... Le problème est effectivement en tout cas, que l'effroyable connerie à laquelle il se confronte et qui fait douter de la démocratie pourrait bien accoucher à terme d'un tout aussi effroyable autoritarisme. Le tort de ces pratiques est qu'elles suscitent de la violence, et c'est bien la violence qu'on redoute, le chaud du sud de l'Europe pouvant pousser ses habitants à monter au nord, suivez mon regard, cela pourrait entrainer des résistances... 

Pour ce qui me concerne, je reste partisan de la démocratie classique, simplement avec des dirigeants qui mènent les bonnes politiques, mais je ne suis qu'un rêveur dont certains rêves sont inverses. 

Et puis, il y a le grand silence blanc sur les chinois,  je suis seul au monde à en parler comme ça. Responsables et acteurs majeur de la grande transition climatique, personne ne leur dit rien. Tyrannie active, acharnée à augmenter leurs émissions pour mieux nous narguer, ils souhaitent dominer le monde sans vergogne et nous enculer à sec sans moufter, leur mépris pour le non bridé étant à la hauteur de leur population, infini. Nous préférons ainsi nous décarboner nous pour passer avec fierté de 1% à 0,5 % des émissions mondiales, chacun devant faire sa part. Leur rire perfide et narquois devant notre invraisemblable stupidité devient strident et audible: ils font eux 30% des émissions mondiales, en croissance. Petites bites ? Mon cul ! 

Je suis partisan moi de me précipiter vers le nucléaire pour diminuer ma facture pétrolière, le réflexe des années 70 (j'y fus enfant moi aussi) valant toujours et d'arrêter les frais pour le reste. Greta doit être sacrifiée, son petit corps démembré et mordu jeté dans le feu. Vouloir, là le monsieur est démagogique, un zéro carbone en 2050 (date magique point de fuite de toutes les promesses de Macron, restauration de notre dame incluse) est ambitieux et marque, voire mobilise les esprits et les corps. Tu parles. 

Je crois moi à encore plus de nucléaire pour faire tourner NOS climatiseurs, ceux des autres étant à leur charge, le concept d'"autre" se devant d'être développé à nouveau. Au fait il faut re localiser d'urgence la production de munitions. 

Pour ce qui concerne le reste, il faut bien sur s'adapter à la marge, et cesser de bruler connement le pétrole qui nous reste. Même s'il est vraisemblable qu'on en aie sous nos pieds, les recherches sur le pétrole de schiste se devant bien sur d'être démarrée d'urgence et les opposants aux forages éborgnés comme il se doit. 

Jancovici est très réservé sur les piles à hydrogènes, seul espoir de stocker ce que produit le renouvelable et démontre son inexistence effective actuelle (ça commence comme ça) et surtout sa trop grande dépendance aux craquage d'hydrocarbures (c'est un comble) et aux catalyseurs hors de prix. Au passage, c'est le sens de l'allusion, il allume les abrutis (que n'utilise-t-il pas le terme) qui vantent l'éolien aujourd'hui au nom de cette possibilité là de stockage disponible "demain". L'argument réel et avancé et la SEULE justification rationnelle existante (et opérante, hélas) à la folie totale des décisions politiques prises aujourd'hui par les sinistres connards abrutis qui nous dirigent. Justification rationnelle, mais inexistante: le futur improbable justifie le présent inutile. Connards ? Abrutis ? Ah que les mots sont faibles à exprimer le réel. 

Et là il parle en connaisseur: il fréquente les cercles de ces décideurs là. Rendus muets par leur salaires, les ingénieurs des mines de la France d'aujourd'hui rajustent leurs costumes et sucent, sucent sucent... 

On le sent un peu déconnant toutefois, quand il aborde le numérique: sa consommation de courant devient équivalente à celle des cimentiers et la 5G qui ne sert à rien, devrait être abandonné. La vieille haine des mines contre les télécoms sans doute, et la décroissance doit se nicher là où ça fait le plus mal, donc... On notera l'interdiction des écrans à haute résolution, les pires. Au fait, Netflix, Youtube, le porno et les vidéos familiales font 80% de la consommation du réseau... 

 

P.S. Aujourd'hui même, Donald Trump, nous refait à l'ONU, devant Greta furibonde, l'histoire de la décennie 2000; 2001 année de l'entrée de la Chine dans l'OMC. Alors qu'on aurait pu croire à une honnête libéralisation, on a vu la plus sinistre et cynique croissance démente qui soit, organisée par des pillards menteurs sans scrupules. 

Trump ne mentionne même pas les raisons de son dédain du climat et de toutes les fiottes écolâtres: elles ne sont que les soumises des chinetoques, contre lequel il se dresse, en chef de l'Occident. Commentaire des journalistes et mezzo voce de tous les observateurs du monde: le constat est parfaitement fondé. Comme quoi, tout est une question de vocabulaire, et d'expression: nous vivons dans un monde poli où l'absolue évidence de la connerie la plus monstrueuse et la plus grande évidence de ce qui est nié et dénié en permanence ne peut être affirmé clairement. Les experts aux crânes chauves acquiescent à ce que dit Trump et soupirent à ce que dit Macron en dodelinant leurs têtes de la même manière: en silence. Le spécialiste de l'énergie dont tous les slides, présentés en public partout prouvent de manière absolument certaine la totale absurdité de politiques stupides à 100 milliards d'euros rechigne à l'insulte. Il espère convaincre. 

 

(1) https://jancovici.com

(2) https://jancovici.com/transition-energetique/series-longues/chine/

(3) https://www.lci.fr/planete/rechauffement-climatique-greta-thunberg-et-15-autres-enfants-deposent-une-plainte-contre-5-pays-dont-la-france-2132994.html

(4) https://www.youtube.com/watch?v=XkYTjeHIzGw

(5) https://jancovici.com/transition-energetique/petrole/a-quand-le-pic-de-production-mondial-pour-le-petrole/

Commentaires

  • On peut l' écouter sur thinkerview également. Les politiques ne seront jamais en reste de nous précipiter dans des formes diverses de suicide collectif, si ce n' est pas directement une guerre, ce sera une guerre à l' arrivée tout de même car leur transition est bien partie pour faire des morts, économiques, et de vraies, existentielles. On peut se rejouir que sainte Greta soit allée un peu loin dans le gros caca nerveux. Rien de telle que la musique pour supporter ce merdier, n' est-ce pas? Bien à vous

  • Merci pour thinkerview ! Il renforce hélas le coté écolâtre et planificateur du gourou. Il reconnait lui même qu'il n'est pas économiste et c'est tout le problème...

  • J' ai voulu mettre en lien un de vos articles ( bien défouloir jouissif excellent!!) sur Contrepoints mais il semble que vous y soyez banni. Merdre!

  • Banni ? bigre ... A quoi donc avez vous vu ça ?

  • Et bien j' ai voulu simplement coller le lien en commentaire qui renvoyait à un de vos billets, et il n' y a pas eu moyen, alors que cela ne pose jamais problème. Mon commentaire n' apparaissait pas et ce n' était pas dû à un délais pour modération.

  • Désolé: j'espère ne pas avoir contaminé votre karma...

Les commentaires sont fermés.