Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les confréries

On veut dire les confréries Soufis bien sur. Ce sont des merveilleux papillons à épingler. Il y en a au moins 40... 

 

Soufi: les gens du "banc". Les adeptes du "dhikr", de l'évocation rythmée. 

D'abord, tout cela vient d'Ali. Non pas que cela soit chiite, bien sur, mais tout de même, il y a le tropisme "parentée", comme si cela était important. Sans rire, Ali, le gendre, est le premier des "saints", détenteur de vérités profondes.

"je suis la cité de la science et Ali en est la porte" (Muhammad).

 Et puis, il y a Rabi’a al-Adawiya, la sainte esclave affranchie qui voulait contempler la face de Dieu. 

Et puis, il y a al-Hallaj (+922), "je suis la vérité". Crucifié à Bagdad.

Et puis il y a Junayd (+911), "Ne suis-je point votre seigneur?".

Al Gazhali (+1111) le grand initiateur mystique de l'islam obscur, l'homme du Tahafut, l'anti philosophe. 

Et Ibn Arabi (+1260) né en Andalousie. Il ne fonda aucune voie... L'un des plus connus, pourtant voir par exemple (1). Dieu est amour et n'aime que lui même, la clé de la chose sans doute. 

 

On parle de "Tariqa" ou "voie", chaque voie ayant son "saint" fondateur, ou premier de cordée, le "cheikh" (prononcer "cher"). Là encore, on est un peu limite, on substitue un saint au gendre lui même, mais c'est le même esprit: une sorte de prophète, de guide est devant. Ce guide se rattache à la tradition prophétique par une chaine d'enseignements successifs, un peu comme le principe de validité des lois musulmanes. Ces chaines remontent presque toujours à Ali.

Il faut bien distinguer les saints soufis fondateurs et les confréries, organisations qui jouent le rôle d'ordres religieux en islam et dont les influences séculaires perdurent aujourd'hui. Elles furent en particulier très  importantes dans l'empire Ottoman. Ataturk les interdisit toutes.

Un point important est que beaucoup des confréries datent du XVIIIème siècle, le siècle d'Abd el Wahhab, celui d'un renouveau tout azimuths de l'islam. L'opposition entre l'islam des saints et celui de la loi centralisée est essentielle, constitutive d'une opposition séculaire avec le sunnisme strict. On  pourrait dire que le soufisme est le 3ème islam.

 

 Adham-iyya: la toute première, fondée en 777 par Ibn Adham.

 

Qalandar-iyya les hippies nus et débauchés, en tout cas ultra pauvres. Les meilleurs.

 

Tijan-iyya en Afrique noire, en fait au Sénégal. Fondée en 1782 en Algérie.

Mouroud-iyya en Afrique Noire, fondée par Amadou Bamba

 

Quadir-iyya  Al Qadir Al Jilani (+1166)  Bagdad mais surtout la confrérie de l'émir Abdelkader.

 

Rhaman-iyya fondée au XVIIIème siècle en Algérie. 

 

Sanouss-iyya: fondée au XIXème siècle, l'ordre wahhabiste du roi Idris renversé par Kadhafi... 

 

Khalwat-iyya : fondée à Hérat en Afghanistan. La khalwa c'est la "retraite". Religion de Bajazet 2, le fils du conquérant d'Istambul, elle fut pratiquée dans tout l'empire Ottoman et refondée par Yayha Chirvani. Encore active en Albanie, par exemple.

Chadhil-iyya fondée au maghreb au XIVème siècle. Opposés au Wahhabisme (bien sur), ils sont des mystiques. En débat avec Ibn Taymiyya...

René Guénon en fut adepte.  

l'Imam Chadhil aurait inventé le café. Ca ne s'invente pas.

Elle est origine de nombreuses ramifications dont la Darkaw-iyya et l'Alaw-iyya, elle même très influente actuellement.

 

Nashband-iyya  en Asie centrale et dans le continent Indien: les soufis silencieux et la voie du coeur. La chaine iniatique remonte à Abu Bakr (Al Siddiq, le véridique). Mort en 1388, Naqshband, tadjik, a son mausolé à Boukhara. 

 

Rifa-iyya en Irak, l'ordre Qadiri: au XIXème siècle en Irak.

 

Chisht-iyya en Inde. S'occupe des pauvres, visitée par tous, y compris les hindous.
 
 
Rahman-iyya fondée aux XVIIIème siècle en Algérie. 

Suhraward-iyya : le héros d'Henri Corbin, Suhrawardi. Persan au delà du possible.

 

Rumi : les derviche tourneurs Mevlevi et la grande oeuvre le Masnavi: une volumineuse poésie traduite en Français aux XXème siècle par Eva de Vitray-Meyerovitch, une grande dame de l'islam européen.

Nematollahi: un ordre iranien, depuis la révolution dans le monde entier.

 

Le Bektachisme, fondé par le fondateur des Alévis. La  religion des janissaires. Le tombeau de Gül Baba est à Budapest.

 

(1) http://www.ibnarabisociety.org/articles/ddelamour.html

Écrire un commentaire

Optionnel