Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Il se fait appeler Arthur

Arthur Shopenhauer est un personnage fascinant, "vaniteux jusqu'à la folie" d'après Rosset. Il fait de la musique l'art suprême et il a raison, il est tout avant tout le monde, hippie indhouiste grande gueule qui insulte à qui mieux mieux tout ce qui dépasse. Mais il se trouve d'abord l'anti Kant par excellence et cela sur la question la plus importante, celle de la liberté. 

Le Rosset

On commencera par lire le S. de Rosset, qui en fait un philosophe de l'absurde, mais surtout comme le précurseur inconscient de la philosophie de la "généalogie", principale marque de Nietzsche et de tous ceux qui l'accompagnèrent dans sa pholie, en gros tout le XXème siècle qui suivit Marx, Freud etc.

Arthur commence par nier la causalité en général, puis introduit la volonté comme seul concept indépendant de tout phénomène. Volonté comme vouloir (Wille), inconscient, instinctif, inconnaissable: la "chose en soi" elle même et tout est là. On a de plus la soumission de l'intellect à cette volonté, ce qui est la vraie signification du généalogisme futur, que par ailleurs Arthur ne formalise pas. Rosset l'explique par la volonté d'Arthur de faire du monde un absurde global en en décrivant l'essence: l'absurde vouloir. 

La critique de Kant

La volonté d'Arthur est une chose en soi, et à ce titre renverse Kant: étant l'opposée de la liberté cela ruine directement l'autonomie non intelligible et inconnaissable de la liberté de Kant (1).

 

Et pourtant 

Arthur est pourtant un admirateur caractérisé du Königsbergeois: il lui reconnait ainsi à raison "l'immortel mérite d'avoir donné le coup de grâce au théisme philosophique", mieux, il compare sa lecture à une opération de la cataracte qui nécessite les lunettes d'Arthur non mettables sans ! En cela et bien il a totalement raison.

Le Droit

Un point de clivage monumental est aussi le droit. "Pour moi, le concept de droit relève de la morale" dit Arthur.  Alors que Kant entend séparer radicalement le droit de l'éthique.  

 

Le reste

Arthur reste un lascar de première. Sa forfanterie, réjouissante et hardie lui fait théoriser la pédérastie, encouragée par la volonté de l'espèce pour éviter de faire les enfants faiblards qu'engendrent les jeunes et les vieux... Il en plaisante, même, de sa théorie foireuse !

 

La musique

Mais bien, sur la spécialité d'Arthur, c'est la musique. La chose qui continuerait d'exister si l'univers n'existait pas... 

La théorie est en fait assez complexe (MVR 52). En gros, l'art ordinaire imite les idées, alors que la musique imite la volonté, comme les idées elle même. On en revient en fait à ce qu'Arthur pense des idées: elles sont l'objectivation de la volonté, et ainsi une forme de représentation de celle ci, mais AVANT la multiplication des individus. 

C'est pour cela que l'art est dans l'unique: il est recherche de l'idée. Au passage le caractère non multiple de l'idée vaut même si il n'y a qu'un seul objet qui lui correspond... 

 

La Morale       

On parlera ici de la morale Kantienne...

C'est l'intention: n'est moral que ce qui veut l'être avec l'intention de respecter une loi. Il y a ainsi doublement: on a l'intention et aussi l'intention de respecter une injonction particulière à faire ... le bien.

La chose se transforme en "impératif catégorique": le bien se définit comme le respect d'une maxime qui a vocation à avoir une portée universelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(1) https://philitt.fr/2012/10/28/schopenhauer-critique-de-la-morale-kantienne/

Écrire un commentaire

Optionnel