Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les critiques

Kritik der reinen Vernunft s'est attiré de nombreuses critiques. Un certain nombre d'entre elles sont débiles, comme par exemple sur la page noire de Kant (on va parler de la gestapo d'Onfray) l'affligeant (1): 

 

"J'ai donc dû supprimer le savoir pour lui substituer la croyance." Slogan typique du complot kantien contre la raison? Ou bien expulsion définitive de la preuve ontologique de la philosophie ? Comment savoir ? Qui sait ? Qu'est ce que la vérité ? 

La connerie des critiques ne peut donc qu'éberluer, alors, éberluons nous ! 

 

Le noumène

Le noumène serait contradictoire. Schopenhauer le dit et il y a plusieurs variantes de l'argument, dont l'un affirmé par Luc Ferry lui même ! 

En gros, la réalité du noumène ne pouvant être pensée que, et c'est Kant qui le dit, par l'entendement subjectif, elle est contradictoire. 

A plusieurs reprises, Kant affirme la différence entre connaitre et penser, la chose portant précisément sur l'appréhension de la chose en soi, pensable mais pas connaissable. Toute la critique expose la barrière infranchissable entre les deux mondes, qui permet précisément de lever la contradiction fondamentale de la métaphysique, et qui est de penser pouvoir raisonner par une opération intérieure à l'esprit sur la réalité d'un objet extérieur à l'esprit. L'essence même de la critique porte sur cette question. La transformer (qui plus est victorieusement) en contradiction fondamentale est la marque de la plus parfaite incompréhension ou de la plus parfaite connerie. Dans le cas de Luc Ferry, la deuxième hypothèse me parait à favoriser. 

La porte de derrière

Nietzsche qualifiait ainsi la philosophie de Kant (il voulait dire sans doute "enculé"). La mise de la croyance dans la pensée et aussi l'expulsion des petites simagrées divino exotiques du raisonnable avait mis colère le futur fou. On le comprends.

Le yaourt renversé

La critique dit de ce nom là (c'est ma tradition à moi) consiste à moquer le vieux boche qui se ventait d'avoir fait une révolution copernicienne. L'image du retournement de situation ne pourrait s'appliquer ici, car c'est l'homme qui se retrouve avec Kant au centre... Qu'importe la figure, du moment que le yaourt est par terre. Les adeptes de Freud, Marx et ... de Copernic sont ainsi tourneboulés. Que l'intelligence humaine puisse se dévoyer au point de publier de telles bavasseries ivrognes est fascinant. Merci à toi, manu d'être venu nous visiter: nous en avions besoin.

C'est la critique de Russel: une "contre révolution ptolémaïque". 

Le temps

Il est plaisant de voir tous ces gens vouloir réfléchir avec profondeur sur le fameux concept, en ignorant que la chose, parfaitement conventionnelle n'existe pas... Parfaitement modélisable sans cette fonction là, le monde n'en a cure, et la chose étant évidemment connectable et déduite du changement de valeur des attributs des parties du monde, celui réduit à de l'espace noué décidant de l'immobilité ou non. Ce n'est pas moi qui parle, c'est Einstein, et pour l'instant on ne l'a pas contredit. A partir de là, il m'est parfaitement loisible de caractériser mon intuition, en moi, et sans aucun rapport avec le réel tel qu'il se modélise, d'ailleurs avec mon entendement même, et qui inclut le temps comme catégorie fondamentale, responsable entre autre de mes connaissances sur la succession des nombres entiers. Intuition à priori, parfaitement décrite par le vieux branleur boche qui vous encule tous (je m'égare mais me comprends). 

En gros, il semblerait bien que vouloir remettre en cause la structure de la raison pure telle que décrite par Kant, au nom de la révolution scientifique du XXème siècle, soit un hors sujet complet. La relativité du temps tel que modélisée par les théories d'Einstein n'a strictement aucune conséquence sur la notion de temps décrite et utilisée par Kant, et qui fait évidemment partie de ce qui est nécessaire pour comprendre, voire imaginer les productions d'Einstein. Quand est il du temps de Rovelli, qui n'existe pas ? Ou de celui de Leo Ferré ? Ils rendent Kant caduque ? 

Qui regarde sa montre bizarrement après avoir lu de la relativité? Kador ?  Bref, l'éberluement stupide et moutonnier des crétins qui continuent par ailleurs de penser qu'il y a quelque chose dans la clairière de Heil de guerre me font profondément chier. 

Plus sérieusement: le paradoxe évoqué par Etienne Klein par exemple, et qui est que le temps ne peut être à la fois un objet d'étude et une condition de l'intuition est une naïveté. La conception kantienne du temps est en effet une condition de l'exercice de TOUT raisonnement par rapport à TOUTE réalité extérieure, y compris donc une matérialisation du temps dans un cadre de la théorie physique. Cette tentative de tourner Kant dans l'essence même de la profondeur de sa position est ainsi naïve, et ressort de ce que je disais: l'incompréhension complète de ce qu'il veut dire.

Il faut bien voir aussi que cette question du temps est considérée comme fondamentale: on parle de la "subjectivation" du temps par Kant. L'ambiguité mentionnée par Klein est au coeur de l'incompréhension: il y a le temps de Kant et le temps "réel" qui sont confondus dans l'esprit des critiques. Comment ne peuvent ils pas être distinct pour le vieux boche, tout de même pas complètement crétin ? Celui ci se tue pourtant à distinguer le temps "phénoménal" (il nie l'existence réelle (comme chose en soi) et aussi l'existence phénoménale, du temps). Cette confusion a d'ailleurs une autre forme, encore plus stupide: comment le temps existait il avant que l'homme n'apparaisse sur terre? Encore une fois, le temps est, -pour nous- condition de perception. Avant nous, et avant toute perception, il n'y a que des phénomènes inscriptibles comme ils le souhaitent sur le sable des plages désertes, et des choses en soi, de toutes façons, inconnaissables. 

Bref, Etienne Klein, qui n'a manifestement pas plagié Kant, a manifestement plagié le plat d'huitres qu'il s'est tapé avec l'argent qu'il escroque. 

"Le temps NESTPAS un concept empirique qui vient d'une expérience quelconque". Capito pepito?

 

McTaggart

Il prouve lui que le temps n'existe pas en utilisant une preuve métaphysique particulièrement tordue. En gros, on ne peut considérer le temps qu'à condition de le voir comme la juxtaposition du passé, du présent et du futur (la fameuse série "A"). L'alternative "mathématique" qui serait de le voir que comme une notion relative d'antériorité, de simultanéité, et de postérorité (et oui le futur est derrière nous) n'étant pas tenable car n'incluant pas la notion de changement. A partir de là, on a une régression à l'infini, car sinon on ne peut expliquer comment un évènement n'est pas ALAFOIS présent, passé et à venir sans utiliser une notion du temps... Donc le temps n'existe pas.  

 Coluche

"C’est des mecs qui disent des trucs qu’on comprend pas a propos de trucs qu’ils comprennent pas pour nous faire croire qu’ils les comprennent ....vous comprenez ?"

Cette magnifique définition de la métaphysique donne raison à Kant sur toute la ligne. Capito? 

 

Hegel

On a lu (3).

Hegel est un ennemi "absolu" de Kant. D'abord il nie le "concept" de chose en soi (qui n'en est pas un d'ailleurs, on le comprends...), car les pensées sur les choses sont l'"en soi" des choses, ça tombe bien: les qualités sont dans l'objet. On ne saurait être moins kantien. 

Mieux: la chose en soi illustre le refus de Kant de connaitre la vérité qu'il craint, et il n'est qu'un idéaliste timide et subjectif. 

Bien sur on revient sur le refus de la preuve ontologique, et on va même jusqu'à identifier foi (la science immédiate) et indivisibilité entre l'être de Dieu et sa pensée... 

On avait donc bien compris l'importance de la démarcation, et son aspect insupportable pour tout ce qui compte dans les milieux fidéistes et spirituels... 

Néanmoins, la caractérisation de la position de Hegel comme affirmant les besoins de l'Esprit de s'affranchir de toute limites est sans doute le fond de son "envie".  

Lénine

Il aurait dit: "On dit que la raison a ses limites. Dans cette affirmation réside l’inconscience de ce que, par cela même qu’on détermine quelque chose comme borne, on opère déjà son dépassement.  "

Bien vu, mais pas kantien pour autant... 

Hermann Cohen et les Néo kantiens

Noumènes et chose en soi. Le noumène est pensé est donc interne à la critique, alors que la chose en soi est véritablement extérieure. Disons qu'en gros, l'apriori de la connaissance donne à l'objet de l'expérience une réalité objective... 

Cohen fonde l'école de Marbourg, ennemie radicale de la phénoménologie, d'après H. qui y fut, c'est un comble, professeur. Il y coucha même avec Arendt ! 

Et puis il y a la fameuse controverse de Davos avec Cassirer en 1929. Il y fut discuté "Kant et le problème de la métaphysique"... L'interprétation de Kant faite par H. revient en gros à dire de Kant, que dans la dialectique dentale, met en lumière que du fait de la vacuité du discours, on ne peut comprendre vraiment l'être et que donc tatata. Kant annonciateur du berger, voila le "premier" Heidegger ! Bien sur il y eut un deuxième H. celui là féroce: Kant n'est qu'un métaphysicien de l'oubli de l'être etc etc... 

Au sujet de Davos, Cassirer se fit balayer par les jeunots (4). "Heidegger veut il renoncer  à l'objectivité ?". Rosenzweig, malade, il mourut cette année là, prit parti pour H. en lisant les journaux: l'objet G était du coté du nazi, et donc... Cassirer était juif, se fait menacer par H., et meurt en avril 45 aux US. Il avait quitté l'Allemagne en 33. 

Au coeur de la polémique proprement philolosophique, la question du shématisme. 

 

Au passage, Hermann Cohen, antisioniste, et mort en 1918, voyait le judaïsme comme religion universelle, apte à préparer le messianisme. On a là l'antinationalisme qui fut considéré comme si menaçant par les intellos allemands d'avant la grande catastrophe. 

Cohen en fit une "interprétation" de Kant, en fait dans la "théorie Kantienne de l'expérience", il veut rompre avec tout psychologisme et affirmer le caractère métaphysique des apriori de la raison pure. 

Et puis il y a cette question des deux sources de la connaissance l'entendement ET la sensibilité dont l'origine commune resterait selon Kant inconnue. 

 

La lecture Fichtéenne de Kant

On a là l'"idéalisme subjectif", ce qui est autre chose. En gros, Fichte se fiche de nous et conçoit et pense l'action de l'"Absolu", la chose en soi dont il ne peut se passer, tout en bien sur se réclamant le plus fidèle des fidèles de Kant. Un lascar, fondateur de l'idéalisme Allemand, le vrai, le gras. Qu'on puisse associer à Kant ces lamentables décadences m'a toujours fait hurler. 

 Et puis, Schopenhauer. 

C'est bien sur Arthur qui défonce Königsberg avec le plus d'énergie. Précisément sur la question de la liberté, et on se trouve plongé dans le drame du XIXème siècle, qui nous donnera d'après Rosset, la généalogie et puis l'absurde, mais c'est une autre histoire. 

 

 

(1) http://www.willeime.com/noire-kant.htm un rationaliste éberluant

(2) http://www.philopsis.fr/IMG/pdf/temps-kant-node-langlois.pdf

(3) http://digression.forum-actif.net/t303-hegel-critique-de-kant

(4) https://www.persee.fr/doc/phlou_0035-3841_1969_num_67_96_5514

Les commentaires sont fermés.