Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2016

Les justices

Les faits divers sont constitués aussi bien des évènements violents qui sont relatés peu de temps après leur arrivée, que des jugements prononcés par la justice à leur sujet bien des années après. Une fois l'émotion retombée, on peut en effet juger tranquillement des choses et prononcer à leur égard des jugements, prononcer des peines et commencer à les faire appliquer ou pas. On peut aussi se satisfaire des jugements et juger de leur pertinence ou pas.

Un critère pour cela, consiste, mais ce n'est pas ce que fait la justice, à comparer des situations sans points communs autre que les peines prononcées ou les mesures judiciaires prises. Il apparait que la fameuse balance, icône, symbole ou allégorie, se trouve, du moins à mon humble avis, un peu "déséquilibrée".  

3 affaires récentes, d'abord le buraliste du Tarn, condamné en appel à dix ans de prison ferme, trois de plus pour prix de son appel, on ne dérange pas les juges pour rien. Intention de tuer, et absence de légitime défense, il n'y a pas coupé. En pleurs, il demande pardon à la mère de sa victime, un enfant innocent de 17 ans qui avait scié les barreaux d'une fenêtre, déclenchant la panique meurtrière, l'ignoble assassin veillant fusil à la main l'arrivée nocturne des cambrioleurs. 

On évoquera la fameuse Catherine Sauvage, dont on refusa aussi la légitime défense. Elle tua son mari dans le dos, en tirant à deux reprises peu après 47 ans de sévices, qui plus est avec son propre fusil, elle était chasseuse. Dix ans de prison, qui suscitèrent un émoi considérable: grâce présidentielle et libération immédiate furent exigées, des centaines de femmes révoltées hurlèrent au féminicide. 

On évoquera pour finir Jawad Bendaoud, "chef de rue", (la rue  Corbillon, à Saint Denis), qui en 2006 tua à coup de hachoir un homme de 16 ans qui s'interposait pour un vol de téléphone portable. Condamné à 8 ans de prison, il fut libéré "pour bonne conduite" en 2013, le temps de reprendre sa rue, et de se voir condamné 13 fois pour diverses violences en réunion ou non. Pour finir par loger les terroristes de Novembre 2015, puis de se révolter pour des conditions de vie trop dures en prison, la requalification de sa culpabilité en recel de malfaiteur pouvant lui valoir une libération immédiate. Dura lex sed lex. 

Les raisons de ses comportements et de ces pathologies (je ne parle ici que ceux des juges en charge de se prononcer au nom des lois) sont complexes et peuvent s'apprécier. Deux critères fondamentaux président aux appréciations qu'il portent sur les faits qu'on leur soumet: l'intention de commettre l'acte répréhensible  et la capacité d'être à la hauteur de la sanction. Ces deux critères de jugement, peut être même essence du jugement sont les caractères essentiels qui doivent présider, c'est leur métier, à l'élaboration de leur jugement public, et exécutoire.

A priori, le jugement ne parle pas des réduction de peine, décidées indépendamment, (les moitiés des durées sont exécutées en fait ), sans doute n'en tient il pas compte (quoique la grille des réduction de peine, un jour de moins par semaine etc etc soit connue). Cela sert pourtant à consoler le prévenu, parfois abasourdi par le jugement que ce soit dans un sens ou dans l'autre. 

Prenons le cas du buraliste du Tarn. Habitant en zone dangereuse, pleinement conscient de son acte horrible, accessible à la sanction, les cinq ans (réels) de prison qu'il va faire sont indispensables à la société, du moins à ses lois. Ils seront les mêmes que celui que fit le caid de la rue Corbillon, à qui il pourra penser avec joie, rien ne l'empêchera (le buraliste) de recommencer à maintenir son emprise sur son village, une fois libéré.

On pourrait penser à réformer la justice au delà de ce que pourra faire Fillon (se décider à condamner à trente ans les retours de Syrie, construire des places de prison). On pourrait penser à interrompre enfin les frais de "déradicalisation", à rebours de beaucoup de jugements. On peut rêver. 

D'abord cette notion d'intention semble étrange, et la notion de légitime défense tout autant. Elle est d'ailleurs en discussion, et l'auto défense, prônée par des groupes d'assassins veillissants, sans doute racistes et donc responsables directs et uniques de la dangereuse dérive haineuse dont la recrudescence agite les villes et les campagnes, doit être combattue.

Certes, mais être à la hauteur de la peine ? Le comportement "c'est pas moi" de Jawad Bendaoud, assez reconnaissable en fait pour avoir donné lieu à des milliers de détournement audio visuels sur les réseaux sociaux, semble fonctionner: il n'est pas à la hauteur de la peine, et sa libération s'impose: il ne la comprends pas, puisqu'il la refuse. Un jugement similaire devra être fait de Nicolas Sarkozy: inaccessible à la sanction, sa personne doit être soustraite à ce qui ne conduira pas à son édification.

Le buraliste du Tarn, lui est accessible à la sanction. Ses pleurs lors de la condamnation le montrent: sans doute le juge se trouva alors trop indulgent, il se mordit les lèvres. S'il avait condamné le méchant raciste au double, celui ci se serait peut être chié dessus, ce qui aurait fait davantage avancer la société.  

Il y a bien sur la notion de "dangerosité". Un caïd est il dangereux ? Non, pas la plupart du temps, la menace de l'acte barbare suffit, un de temps en temps suffisant à rendre possible l'indicible violence et donc l'absolue obéissance, c'est le principe. A mille lieux de ce qui motiva sans doute le principe de la réduction des peines appliquée en droit à ce type d'individu, cela serait raciste que d'évoquer une culture ultra marine entière dans des affaires d'incivilité.

Puisque la justice ne peut changer, on ne peut truquer les balances, même les déréglées, il faut donc changer les coupables. Du moins ceux qui sont manifestement trop mal traités. 

On ne pourra donc qu'adresser un conseil simple aux prévenus d'actes de légitime défense. D'abord nier. La négation du fait, quel qu'en soit l'évidence, ne pourra qu'ébranler le juge: comment accorder ne serait ce qu'un microgramme d'intention à un acte nié avec force: cet homme est fou, ou inaccessible à la réalité. Fou donc excusable, ou bien inaccessible à la sanction, donc libérable.

Ensuite accentuer la sauvagerie de l'acte, de manière à le rendre similaire à un acte divin, symbolique ou surtout, surtout "social". L'acte doit être du à autre chose que de l'intention, il doit être obligatoire, causé par une nécessité qui ne tient pas à l'individu. Il doit être religieux par exemple. La sanction sera alors une déradicalisation, des soins psychologiques, des sermons à écouter. Mais pas la prison, naturellement.

Les critères de la sauvagerie pourront être sexuels si possible, cela émoustille tout le monde, depuis le lecteur de journaux jusqu'aux jurés. Vous imaginez Catherine Sauvage manger les testicules de son tortionnaire de mari? Elle aurait sa statue en art contemporain au coin de bien des rues! Le buraliste du Tarn aurait du déshabiller sa victime et prétendre l'avoir abattu alors que celui ci se masturbait avec des cigares, pour mieux aiguiller l'enquête sur le fait que c'était lui en fait qui avait cette obsession: il aurait alors été libéré, puis médaillé pour homophobiephobie. 

J'arrête là mon délire, ne sachant comment équilibrer mes jugements, l'absurde de la vie sujette aux lois étant le sentiment que l'on éprouve quand mal symbolisée, sa castration refoule et que l'on se prend à souhaiter la violence comme exutoire. A moins qu'on ne la redoute, au contraire, car on prête aux braves gens innocents et pacifiques des pulsions cachées: les sujets au bon sens pourraient se voir contraint d'aller à ces extrêmes là quand toutes les issues auront été bouchées. C'est pour ces raisons là que les malheurs du monde s'accroissent quand des mauvais jugements sont prononcés. Les attendus de justice m'excitent. 

 

P.S. Je ne dispose, pour élaborer mes jugements tordus (...) que d'information publique. 

http://www.leparisien.fr/bobigny-93000/huit-ans-de-prison-pour-le-meurtrier-de-david-06-11-2008-301100.php

L'état de fureur dans lequel ce type d'article laisse certains de ses lecteurs se doit d'être apprécié...  

Les commentaires sont fermés.