Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2016

Les libertés

Il y a dans la liberté quelque chose qui ressort de la psychologie, mais pas que. Car elle est à la fois possibilité de percevoir et de ressentir, et aussi reconnaissance publique de la possibilité de cela, chez soi et les autres. 

Allons au but,  il s'agit de morale et de la capacité, du droit, de la légitimité de se refuser à soi ce qu'on autorise aux autres. Une variante du principe libéral en communication électronique et qui consiste à être flexible dans ce que l'on accepte et exigeant dans ce que l'on envoie (le fameux principe de Postel, un fondateur de l'internet). Ce principe s'applique en de multiples occasions et en particulier dans l'élaboration des points de vues dans les choix sociétaux. Il peut s'appliquer à soi ou aux autres, l'exigence de la tolérance pouvant être retournée. 

Puisque nous en sommes à la campagne présidentielle champ clos où va se régler bien des comptes, et bien cela s'applique à l'avortement et à la filiation paritaire, et se trouve arbitre de conflits qui vont servir à la décision finale. 

L'avortement comme droit "fondamental" se veut expression de l'autonomie du possesseur du corps qui abrite la gestation, donc de LA femme. Naturellement, nul ne peut influer sur cette décision personnelle, et tenter de le faire est un délit, un délit d'entrave que l'on doit poursuivre, depuis les manifestations organisées devant les cliniques où se pratiquent les avortements, jusqu'à l'internet que l'on doit expurger des sites conseillant de toutes les manières possibles de ne pas avorter, quitte à mentir. Sanctionner la fausse information, car elle porte atteinte indirectement à un droit fondamental fut donc édicté la semaine dernière. Cette loi infâme, qui condamne ce qui n'est PAS une violation d'un droit fondamental, EST une violation d'un droit fondamental, celui de la liberté d'expression.

Mais la décision d'exercice du droit fondamental est bien sur souvent partagée. La décision d'avorter est prise dans un contexte, et la capacité de l'accueil de l'enfant à venir est bien sur un critère, du moins dans certains cas. Le comportement du conjoint ou des proches peut participer à la décision. Un sentiment moral, autoritaire ou non, généreux ou non, peut jouer et favoriser ou influer sur la décision. Celle ci n'est donc pas univoque, uniquement dictée par un choix personnel: d'autres êtres sont à prendre en compte. Le sentiment d'un conjoint peut jouer en principe et celui ci, se refusant ce qu'il accepterait d'autres, pourrait décider par référence à des idéaux autres, (tout mélange de respect de la vie ou d'engagements moraux variés), de supporter et d'encourager la poursuite de la grossesse, bien que cela n'ait pas été prévu, ou que cela soit difficile à assumer.

Naturellement, dans un milieu poussant à garder à tout prix l'enfant, et tout en reconnaissant ce droit à vouloir à tout prix manifester des idéaux, une femme pourrait se refuser à elle même une exigence qu'elle reconnait à d'autres et pratiquer, avec ou sans l'aide de l'Etat, l'opération en question. Bien sur cet entourage peut ou non en accepter au moins le principe, quitte à devoir être déçu que ses encouragements ou son soutien n'ait pas été acceptés. 

Par conséquent, l'affirmation colérique haineuse et féministe que nul ne peut exprimer publiquement son désaccord personnel avec la pratique de l'avortement même s'il accepte que cela se pratique avec les lois et organisations publiques qui le rendent possible et inacceptable. Cela se traduit par deux choses étranges qui ressortent comme souvent d'un mélange de bêtise et de méchanceté. Bêtise car il y a incompréhension des sentiments et jugements exprimés plus haut, dont l'expression publique est la marque de la liberté de jugement comme possibilité de l'autonomie intérieure par rapport à l'environnement, méchanceté car cela sert à calomnier et à diffamer dans le cadre d'un combat politique. Le crétin est l'esclave du vicieux. 

Ce combat politique est un conflit d'ordres moraux en apparence entre le camp de la liberté et celui de l'oppression patriarcale, il est en fait entre  le camp de la liberté et celui de l'oppression communiste. J'utilise ici le mot "communiste" au sens le plus péjoratif du terme, le mot désigne à la fois le collectif uniforme et le camp politique oppresseur qui le domine et le manipule. En plus c'est bien la gauche, celle la plus proche de l'ancien communisme honni, qui s'identifie globalement à ce camp là. 

Il n'est pas le camp de la liberté en deux sens: d'abord il ignore la distinction entre le sentiment personnel et la réalité collective ou mondaine, ensuite il refuse la liberté de l'exposer publiquement. Cette unidimensionalité du monde est typique de tous les fanatismes, et se trouve précisément ce qui caractérise l'idéal dévoyé, l'incapacité de s'accorder au réel et de symboliser une maitrise possible du monde. Le refus chiite de la mort d'Hussein, la création gnostique du monde par le diable, l'accueil illimité des migrants, le remboursement de l'homéopathie par la sécurité sociale sont autant de marques de cette incapacité de faire la distinction, de penser la liberté, de rendre le monde social acceptable avec ses limitations et aussi la possibilité de ne pas y être entièrement assimilé. 

Cette marque de l'autre monde possible, au moins en principe, caractérise la liberté au sens moral, elle permet de considérer l'impossible et de ne pas se résoudre au réel tout en l'acceptant. La liberté, invention humaine, rationnelle et morale. Y a t il une instance de cette conception dans la philosophie morale traditionnelle ? 

Appliquons ce beau principe à la filiation paritaire. On l'appliquera bien sur au mariage entre personnes de même sexe, la liberté de ne pas le pratiquer tenant plus de l'acceptation de son hétérosexualité qu'autre chose, même si cette liberté pourrait s'appliquer à ceux qui seraient pressés de conclure des mariages blancs avec des migrants, on a bien le droit de rigoler. 

Non, nous considérons ici les droits de l'enfant avant que celui ci en dispose vraiment: on voudrait ainsi barrer à certains d'entre eux une filiation paritaire et les considérer de par la loi complètement, de manière plénière, enfants de personnes de même sexe. La chose est débattable mais le point intéressant est ici que l'on exigera que le principe de Postel s'applique. En effet, imposer à une opinion en retrait dans son autonomie morale que les lois communes puissent violer ce qu'ils considèrent important est un déni et une violence, mais pas seulement: par respect pour les enfants soumis pendant leur minorité aux lois de tous et aussi pour ceux qui refusent au nom de leur autonomie que les lois de tous s'appliquent de la sorte, c'est à dire envers de futures personnes protégées par les lois qu'ils décident, il faut suspendre la filiation non paritaire. 

Ce raisonnement se trouve donc être une sorte de principe de précaution moral. Y a t-il dans la littérature un autre exemple d'un tel raisonnement ? 

La dénonciation comme homophobe de cette volonté est bien sur décrite par l'alliance de bêtise et de méchanceté dont je parlais plus haut. 

Equipé de cette belle philosophie nous voila donc armé pour aller au combat. Bien sur, qualifier de bête et méchant et d'ennemi les concurrents adversaires à une élection qu'il faut bien accepter de perdre si l'on veut que les autres y participent, est impropre, mais c'est un argument de campagne, on voulait dire bien sur: ne soyez ni bêtes ni méchants. 

 

Les commentaires sont fermés.