Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/09/2016

Les théologies musulmanes

Désordre fait religion et réciproquement, l'islam (avec un petit "i") est un ensemble brouillon de préjugés, de malédictions, de conceptions bizarres et contradictoires. Sans dogme, sans autorité centrale, exclusivement prêché par des individus prétentieux qui se succèdent en s'anathémisant les uns les autres, il est multiple, bigarré, étrange et comme de juste consacre exclusivement la seule chose qui compte, l'unicité de quelque chose appelé Dieu qui semble correspondre à l'unicité fantasmée d'une vérité que tous se disputent.

C'est pour cela qu'on se doit parler des théologies, il y en a plein. Le terme propre est la modalité d'"Aqida" (croyance) dont on parle. Par exemple, l'aqida chiite impose de croire, en plus, en l'occultation de l'imam no 12, qui s'appelle Al mahdi, comme de juste. 

On va commencer par mentionner les 4 écoles juridiques qui sont d'accord entre elles pour être différentes, les diversités géographiques étant les premières raisons d'une omnipotence divine relative à l'endroit où on se trouve, ce qui ne lasse pas d'ailleurs de surprendre.

On avait traité cela en http://francoiscarmignola.hautetfort.com/archive/2015/11/11/les-ecoles-musulmanes-5714316.html, ces écoles là étant juridiques et non théologiques, ce sont les "madhab".

Allons donc voir les différentes théologies et la gagnante s'il n'y en a une. 

Vocabulaire

Les mots ont un sens il ne faut ni les traduire bêtement ni les porter tels des valises.

Islam signifie "soumission", musulman "celui qui se soumet", Coran (Qur an) "message donné par la parole".

Cette notion de "révélation" est très importante, car elle est nouvelle, et abroge les précédentes. 

Le tahwid "unicité", "monothéisme" désigne le dogme fondamental (et il n'y en qu'un héhé).

Le kalam "discussion", "dialectique", s'identifie parfois à la théologie, façon de traduire raisonnablement ce qu'on sait de Dieu. Mais ce terme générique désigne une manière de le faire, la théologie musulmane étant partiellement le refus, précisément de cette activité là. Il est interdit en Arabie Saoudite, tout comme la philosophie.

Le  Kharidjisme

En pointe sur la question de l'autorité, ils furent ceux qui refusèrent l'arbitrage (perdu par Ali) entre Ali et Muawiyah, ils furent les "sortants" ceux qui disent: "l'arbitrage n'appartient qu'à Dieu". Ni chiite ni sunnites. 

Il en reste les ibadites à Gardahia au Mzab et aussi des gens dans l'île de Jerba.

Le Jahmisme

C'est la déviance de Jham ibn Safwaan, ceux qui croient que le coran est un ensemble de significations. Il s'agit là de la question de la nature du Coran.

La question des attributs est là extrême: Dieu n'a ni nom, ni attributs. 

L'homme ici n'a aucune volonté, il est soumis à commettre ses actes. 

Jham fut exécuté pour ces déviances.

L'Atharisme

Fondée par Hanbal lui même, athar veut dire "texte". La partie du Hanbalisme qu'on ne peut soupçonner d'anthropomorphisme. Notons qu'un athariste peut très bien ne pas être juridiquement un Hanbalite. 

Cette histoire d'anthropomorphisme est très importante: on parle de l'image de Dieu et de sa face et de ses mains. Cela doit faire place naturellement à considérer ici une allégorie, avec tous les problèmes que ça pose. Quoi ? Dieu ferait de la poésie ? Il y a de multiples solutions à ce problème, les plus réactionnaires acceptant à la fois la lettre et l'image, la contemplation du mystère suffisant quand ça bloque vraiment. 

Les atharites privilégient le tafwid, méthode de lecture qui exclut l'interprétation pour se conformer au texte. Par opposition au tawil, méthode d'interprétation. 

Le Qadarisme

Hasan Al basri, dans le milieu Omeyyade, tenant de l'interprétation des successeurs de Dieu plutôt que des successeurs de l'envoyé de Dieu, et DONC d'une doctrine favorisant la prédestination. Les tenants du contraire, les qadarites furent donc persécutés... 

Les qadarites furent des précurseurs du mutazilisme.

Le Mutazilisme

Première grande école de l'islam, celle des maisons de sagesse du grand califat abbasside, celui de Al Mamun, le fils d'Haroun Al Rachid, celui qui envoya un éléphant à Charlemagne, le protecteur d'Al Khawarizmi, qui fit fouiller la pyramide de Chéops.  Il imposa ces conceptions là et mena une inquisition autoritaire contre les traditionalistes qui niaient la création du coran. Ceux ci se sont bien vengés par la suite. Al Mamun mourrut à Tarse en 835.

Ils croient les actes crées par l'homme, que le coran est crée, que les attributs de Dieu ne sont pas éternels (et donc liés à la création) et aussi qu'il faut toujours interpréter les allégories. 

Les mutazilites donnent ainsi des noms à Dieu, mais pas d'attributs. 

Mais il y a la question du bien et du mal définis par l'ordre et l'interdiction divine, question épineuse car comment savoir si c'est Dieu qui parle ? On a ici le célèbre motto: ordonner le licite et interdire l'illicite. Le bien et le mal sont indépendants de Dieu pour les mutazilites.

Une autre question est le libre arbitre et le rôle de la raison nécessaire pour se convaincre de la révélation.

Le plus grand des mutazilites fut Abel Jabbar, mort en 1025. Son fondateur fut Wasil ibn Ata, mort en 750, connu pour un défaut de prononciation qui le conduisit à produire discours qui n'utilisaient pas la lettre "r". 

Les mutazilites sont les "séparés" ceux qui ne prennent pas parti. 

L'asharisme

Pour ce qui concerne la théologie, on avait parlé de l'asharisme, école principale du sunnisme, et qui donne à l'islam sunnite son caractère fixe et relativement unifié intellectuellement et théologiquement. Néanmoins, on se doit aussi de mentionner le maturidisme, dérivé de l'asharisme mais adopté majoritairement par les hanafites (les turcs en gros, mais aussi l'érythrée).

On a donc pour les asharites, créations des actes par Dieu (et pas par l'homme, selon les mutazilites) et liberté de l'homme de les accomplir. 

On a aussi l'incréation du Coran (cela est partagé par les hanbalites), celui ci faisant partie de Dieu.

L'asharisme fut propagé par les almohades et les ayyoubides (les kurdes d'où est venu Saladin). Al Gazhali fut bien sur un asharite.  

 

Ibn Taymiyya

Un point particulier à Hanbal: le plus fécond, celui qui règne sur ledésert Saoudien. Le plus réac aussi. De son école vint, bien plus tard, (1263-1328) mais avant Tamerlan (1336-1405) le fameux Ibn Taymiyyah, mentor du 5 ème monde, le salafisme véritable, ennemi de tout, et pourtant mystique et soufi, l'un d'entre eux donc.

Le dernier imprécateur (et oui même dans ce domaine, il arrive qu'on n'arrive pas à faire mieux), il fut ennemi de Ibn Arabi, d'Al Gazhali (faut le faire), et évidemment de tout ce qui ressemble à la philosophie, la "religion d'Aristote", Averroes occupant un rang enviable dans sa classification. Ennemi mortel des mongols qu'il assimilait aux chrétiens (c'est dire), il mourut emprisonné par les mamelouks, tant il les gonflait. Une perle. 

D'abord il était contre les asharites (la seule école théologique universelle de ce monde en morceaux). 

Quels sont les points discutés ? Toujours les mêmes et c'est cela LA théologie islamique: les positions des uns et des autres sur le statut des attributs de Dieu (en a-t-il et sont-ils différent de lui?) et sur la volonté divine (y-a-t-il une liberté possible quand Dieu veut tout et prévoit tout?). 

Les asharites, comme musulmans "modérés", récusent les attributs de Dieu (il n'y a que de l'essence), et considèrent comme mystérieuse la liberté humaine alors que  Dieu peut tout. Un point d'équilibre. Un point très important  est la notion d'anthropomorphisme, crime redouté par les asharites, et qu'on reproche aux extrémistes. 

Taymiyyah lui ne croit pas en la raison, dote Dieu de tous les attributs de la puissance infinie, et ignore, le contraire aurait surpris, la liberté de quoi que ce soit.  

 

Le Wahhabisme 

Fondé par Mohammed Abelwahhab (1703 1792), c'est une théologie d'origine Hanbalite, inspirée par Ibn Taymiyya. 

Abdelwahhab Meddeb, le charmant chroniqueur de France Culture s'en désolait mais assumait fièrement son prénom, il a disparu trop tôt (en 2014).

Les Saoud, à l'origine plutôt karidjites, embrassèrent la doctrine, d'abord pour leur malheur un seoud fut décapité par les turcs en 1818 puis plus récemment avec le succès qu'on a vu. C'est bien les wahhabites qui apostasient à tour de bras (le fameux tafkir, ou excommunication).

Al Farabi

Le joueur de luth perse, mort en 905 à Damas. Il fut le premier à considérer Aristote au point d'être le "second maitre". Il commenta la république de Platon. Il est porteur d'une angéologie faite de mondes sphériques emboités, mais n'est pas un théologien.  

Ibn Arabi

Le grand maitre, un andalou qui rencontra tout jeune Averroes et qui se lança dans le grand ésotérisme poétique de la consécration du "tawhid", le culte quasi idolâtrique (héhé) de l'unicité du divin. Il est à la base de la grande "philosophie" mystique qui recouvrit l'islam pour toujours. Après avoir vécu à Séville, il mourut en 1240 à Damas.

On peut noter une attention particulière aux multiples noms de Dieu et la présence d'une femme mystérieuse, Nizhâm, qui l'inspira. 

Un point important sur le tawhid: son contraire est le Shirk, l'associationnisme (gare à toi si tu en es).

Al Gazhali

Avant Averroes il y eut le grand soufi (mort en 1111), partisan exclusif de la révélation, critique de l'aristotélisme d'Avicenne, et auteur d'une réfutation de la philosophie (tahafut al falasifa) (déjà) qu'Averroes eut le tort (d'après certain) de réfuter (tahafut al tahafut)... Malgré Averroes il fut l'auteur de l'inexorable interdiction et rejet de la philosophie en Islam. 

Averroes

Il n'est pas un théologien, mais mérite le détour, il n'est que le "dernier" philosophe, voir 

 

Les hadiths

Il n'y a pas que le Coran (dans la vie). Il y a aussi les "hadiths", communications privées du prophète, rapportées, classifiées et authentifiée par tout un système de traditions variées. Responsables, par leur diversité et leurs origines variées de tout le désordre intellectuel islamique ils sont immensément nombreux. 

Ils ne sont PAS divins, mais vrais car reliés au prophète ou à ses compagnons. Avec le coran, ils forment la Sunna.

Ils sont caractérisés par leur chaine de transmission qui les relient à leur origine depuis ceux qui les rapportent.Leurs origines sont elles aussi classées par proximité avec l'origine (mahomet dit que dieu lui a dit, j'ai entendu le prophète dire que, on nous a ordonné que, le compagnon nous a dit que). De manière générale, il y a une multitude de vérités de différentes sortes, dont l'autorité de la tradition établit l'autorité par une sorte de redondance multiple d'actes d'autorités établissant les vérités, toutes se rapportant in fine à une unicité divine, contraire parfait de tout le système qui semble l'établir et la révérer... 

Malik et Hanbal furent de ceux qui recueillirent les premières grosses compilations de Hadiths, mais le principal auteur des hadiths originaux est le méconnu Abou Hourayra, compagnon du prophète. Son célèbre hadith est:"Allah possède quatre vingt dix-neuf noms, cent moins un, celui qui les apprend entrera au paradis" 

 

Le Soufisme

Compris comme original en islam alors qu'il en partage toutes les diverses orthodoxies, le soufisme se caractérise surtout par la croyance qu'il y eut en plus du Coran d'autres révélations, secrètes celle là. Tous reliés familialement au prophète, et donc rattachés à Ali et Fatima, les maitres soufis sont toujours suspects de chiisme. Les séfévides, qui succédèrent aux timourides en Iran et qui y introduisirent  le chiisme (1500) sont issus d'une dynastie Soufie. 

Les Bektachis et Alévis sont des soufis rattachés au chiisme duodécimain. Il y a une multitude d'ordres, tous fondés par des personnalités (les "saints") qui se rattachent à Ali.

Chaque fondateur fonde son xxxx iyya. Par exemple, le grand Suhrawardi (+ 1168) fonda la suhrawardiyya. 

Forme presque exclusive de l'islam en Afrique noire, le soufisme s'y mâtine de bien des choses. Citons Amadou Bamba, mort en 1927, fondateur du mouridisme au Sénégal. 

Conduit, de par leur relation personnelle avec le divin, à exprimer des opinions variées pouvant choquer, les maitres soufis furent souvent persécutés et dénoncés de manière diverses. 

Ils sont la cible et les bêtes noires des tenants du littéralisme en islam et en général. 

L'apocalypse musulmane

Certains hadiths transmettent une apocalypse reprise par l'état islamique en irak et au sham (le pays de la main gauche en regardant vers l'Est, c'est à dire tout le moyen orient, palestine comprise). Tout se termine à Dabiq à la frontière entre syrie et irak, Dabiq étant le nom d'un magazine bien informé issu de la région (comment, vous n'êtes pas "encore" abonné ?). Comme toute les apocalypes, elle parlent d'un combat contre les romains qui eut lieu contre les byzantins. Elles sont bien inspirantes pourtant, pour pas mal de gens. 

On y parle (y compris chez les sunnites) d'un mahdi suscité par Dieu qui doit instaurer le règne millénariste qui précédera comme de juste la fin du monde. Il y eut de multiples auto proclamés mahdi dans l'histoire. Curieusement, on n'en a pas cette fois ci, Al Bagdadi n'ayant pas pu percer (sa rolex sans doute).  Il faut citer le Mahdi soudanais qui tua Gordon, et rasa Khartoum. Son successeur fut défait à Omdurman, la dernière charge de cavalerie de l'histoire, et Churchill y participa. 

La fin de l'ijtihad

La fin de l'âge de l'interprétation, c'est après la terrible démoralisation qui suivit la destruction totale de Bagdad en 1258 par Hulagu Kahn, petit fils de Gengis. L'encre de tous les manuscrits détruits noircit les eaux du Tigre. 

L'art de l'interprétation ijtihad se voit alors condamné: ses portes se seraient refermées... Bon comme on date de tout cela d'Al Gazhali (bien avant donc) il y a discussion. Conceptuellement on dit aussi que le djihad remplace l'ijtihad, et aussi que seuls les grands savants y ont droit, comme quoi rien n'est jamais vraiment fini. 

La grande théorie

Une manière de voir et qui pourrait être la grande synthèse est que le sunnisme lui même eut ses "fitna" (grande discorde) au delà de la querelle avec les chiites.

D'abord la querelle Omeyyade, d'abord à l'origine du chiisme, c'est Muhawiyyah qui combattit Ali, mais qui se termina mal, tous étant assassinés après la bataille du grand Zab en 750 par les Abbassides, le seul survivant créant l'état Andalou de Cordoue. 

Les guerres civiles entre califes posent donc en permanence le problème de l'autorité et cela ne finit jamais...  

Les Abbassides prétendaient descendre de l'oncle de Mahomet. Jamais la stérilité d'un homme, en l'occurence Mahomet (infoutu de concevoir un fils) n'a eu autant de conséquences...

Car il y a aussi guerre civile entre les deux fils de Haroun Al Rachid, Mamun et Amine. Profondément déstabilisante elle fixa les 3 pouvoirs, ceux du peuple, des oulémas qui construisait le système juridique musulmans avec les hadiths et le calife lui même. Al Mamun voulut imposer au nom de la raison une sorte de théocratie qui fut en fait refusée par l'islam! Les oulémas voulurent être les interprètes d'un texte immuable et la théologie du coran crée/incrée a ce point là comme pivot historique et intellectuel. L'échec des abbassides fut complet: l'islam ne put se constituer que sur le refus de la prétention du calife à être celui qui "ordonne le bien et interdit le mal", car génératrice de la guerre entre frères.  

De fait l'islam se constitue ainsi CONTRE les califes. C'est le sens cette toute personnelle "synthèse", en forme de paradoxe. L'islam traditionnel, celui qui s'était endormi sous la férule ottomane est en fait non politique au sens strict, au sens qu'il refuse la dictature personnelle du calife/dieu/prophète. Ceci au prix de la captation du juridique, le calife n'en étant que l'exécuteur. On a donc bien en fait une théocratie non politique, toute entière consacrée au juste, assimilé par l'Islam (avec un grand i, c'est sa caractéristique) au judiciaire. Cela fonctionne admirablement tant que nul politicien ne se mêle d'en faire. C'est le règne du juge/prêtre, et la théologie se résume à l'explicitation du licite, les écoles théologiques réduites à presque rien se chargeant d'un discours périphérique, qui finalement n'intéresse pas grand monde. 

La réforme

La question de la "réforme" de l'islam, si on ne retient pas sa forme "traditionnelle" qui est bien évidemment le retour aux bien guidés, et qui a animé la totalité des réformes qu'on a pu connaitre depuis les almoravides jusqu'au mollah Omar et celle du retour à la seule variante intellectuellement véritablement distincte, et je ne parle pas du chiisme: le mutazilisme. 

Et oui, il y aurait une "réforme" avec le gout sucré de ce qui rend le café vraiment différent: peut on changer cela? En tout cas, si elle est concevable elle ne pourrait aller que vers cette seule alternative là. Inutile de dire qu'en l'état des choses actuellement on est loin. Mille ans de théologie réformée comme cela ? Plus que jamais cette "réforme", celle de l'islam n'a aucun sens ni réalité, quelque soit sa forme. On en vient alors à la seule réforme qui vaille, et qui est mise en oeuvre: fermeture du coffre à jouets et passage à autre chose. Mahomet est mort. 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.