Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les néo libéraux

    Universellement conspués par tout ce que la connerie et les préjugés peuvent avoir de plus gluant, de plus sous cultivé et de plus stupide, les néo libéraux gagnent à être connus: ils ont raison car démoniaquement constitués par la paranoïa gauchiste mais pas que, ils sont très nombreux et divers, et on doit en parler. (3). 

    Taguieff les défend, et cela vaut la peine de le noter: le lyncheur des lyncheurs, on ne se lasse pas de le féliciter et la dénonciation de la connerie, tout comme la connerie, existe, et cela est bel et bien.  Au passage il faut lire le très stimulant (5) à l'origine de ce raid. Qui plus est, le très intéressant thinkerview de la très belle fille de Bernard vaut le coup d'oeil (10). 

    Allons droit au but: les libéraux sont des philosophes, et dés la moitié du XIXème siècle, on passe à la politique et on y reste, c'est toute l'histoire. Sont néos ceux qui en déduisent comment faire face à la catastrophe qui vient, mais elle n'adviendra vraiment qu'au XXème siècle. On les soupçonne d'être des méchants et de vouloir abolir la démocratie sans doute pour mieux la défendre contre bien pire, pourtant je n'ai personnellement rien à reprocher à ceux qui veulent fusiller dans des stades les tenants du communisme, les principes prophylaxiques salvateurs et prudents du bon sens se devant d'être toujours vrais. Voilà ça c'est fait. 

    La vraie question est ailleurs et tient à l'histoire des idées et à l'histoire des différentes conceptions politiques et sociales du rôle de l'état dans la conduite de l'économie, le "néo" étant essentiellement celui qui conçoit l'Etat comme un acteur, à un degré ou à un autre. Cela fait du monde. 

    Social libéral

    On commencera donc par ce qui a tenu lieu de "gauche" dans le monde anglo saxons, Woodrow Wilson et Meynard Keynes étant bien sur des néo-libéraux, sous la forme "social libérale". Il ne s'agit bien sur pas d'une conversion du socialisme au libéralisme, mais bien de l'inverse, le libéralisme s'ouvrant à des formes d'interventionnisme, pour la bonne cause sociale bien sur. 

    Au passage, on a alors là une forme de technocratisme, la technique économique étant au service d'une philosophie du fait économique, et le Blairisme ou 3ème voie contemporaine en Grande Bretagne s'en inspire. 

    En fait on à l'origine de tout cela Mill, son utilitarisme et son parti "libéral" de 1839 (les Whigs). 

    Et puis il y a la "Fabian Society", le club de centre gauche (le premier des "think tank") à l'origine du Labour Britannique, le coeur et le noyau du travaillisme, c'est à dire du socialisme anglo saxon, disons anglais, les américains s'étant arrêtés en gros à ce qu'ils appellent "liberalism", c'est à dire précisément le "libéralisme social".  

    La "London School of Economics" fut une université fondée la Fabian Society... 

    Le Mont Pélerin

    La société du Mont Pélerin, fondée en 1947 par Hayek, son élève Friedman, Popper et Von Mises, et aussi Allais, en tout 8 prix Nobel,  dommage que le nom adopté ne se termina pas par "berg", est une assemblée complotiste crypto juive ayant vocation à détruire le monde. Elle est de fait, par son anti keynesianisme fondateur, le centre du "néo libéralisme" honni. 

    Y discutèrent des gens assez différents, depuis les théoriciens "autrichiens" (Mises, Hayek), leurs élèves monétaristes de Chicago (Friedman) et les ordo libéraux allemands (Röpke, qui quitta l'allemagne en 33). C'est toute l'histoire, mon libéralisme est "riche". 

    Les manchesteriens 

    On appelle école de Manchester, les libéraux "classiques", en gros Ricardo, les opposants aux Corn Laws, qui instaurèrent le libre échange en 1846. Disons que ce sont les partisans du "laissez faire". L'appellation est contestée et se trouve instaurée à postériori, dans les débats du XXème siècle.

    Lippmann

    Il faut mentionner le colloque Walter Lippmann de 1938 à Paris, qui discuta de l'opportunité de remplacer l'expression "libéralisme" par "néo-libéralisme". Fondateur en fait. Rueff, Hayek y participent.

    Walter Lippmann avec Dewey et Wallas est un réformateur du libéralisme, corrompu par sa version gauchiste. Issu pourtant de la Fabian Society, il est ainsi contre Rousseau et la volonté générale qu'il nie, absolument. 

    Mais il est d'abord contre les manchesteriens. 

    L'histoire du libéralisme

    Mais il faut revenir encore en arrière. D'abord le libéralisme, comme doctrine politique est issu d'une tradition qui voulait précisément séparer radicalement politique et économie: c'est bien cela le "laissez faire" ! 

    Simplement cette tradition est soumise au "dilemne de Burke" qui concerne le choix d'intervenir, justement, pour se défendre contre les despotismes, externes ou internes. Burke, comme critique de la révolution française considérait la question d'intervenir pour restaurer la monarchie, à moins que la mutation française ne soit déjà trop achevée... 

    C'est le paradoxe libéral, à la source de toutes les discussions et débat multiples dont pas mal d'assez pourris, sur la nature circonstanciée du libéralisme en général. En gros quelles sont les limites du "laisser faire" dans les deux domaines, économiques et politiques et/ou les deux. 

    Lippmann dans "The Good Society" ("la Cité libre"), élabore: il y a deux sortes de conception de la loi: comme liste de commandements, comme listes de relations entre les individus et les choses.  Cette conception toute libérale de la loi est de plus relationnelle: l'individu se trouve toujours lié, au point de n'être qu'en société et l'homme n'est donc pas, absolument pas Robinson...

    Et pourtant et là hiatus, cette loi il l'a critique quand elle est liste de choses justes à découvrir, le juge étant une sorte de scientifique du moral, à la recherche de ce qu'il "faut". Cela c'est précisément la loi "naturelle" des libéraux classiques que Lippmann rejette: il s'agit d'un ordre social a priori, alors que c'est à la raison de fixer la justesse des relations, et cela est sa position, c'est à la raison que d'améliorer les lois selon l'état de la société. 

    On a alors ici tout les entremêlements possibles des conceptions variées concernant cet épineux sujet. En particulier, la dénonciation de la loi "naturelle", qui se rattache à l'autorité royale pour Lord Coke, par opposition à la loi "artificielle" calculée par la raison. On voit bien la double opposition: la nature est tyrannique, si on la conçoit comme telle, ou doit être recherchée car naturellement bonne si on y croit... Ce débat et cette "structure" du débat en politique est une structure inépuisable, irrésolue et insolvable, un régal. 

    Et puis il y a le commandement, qui pourrait être imposé par la raison, nouveau souverain, ou la volonté générale tout simplement. Et bien Lippmann est contre tout cela. 

    Au passage, on dira que le débat du libéralisme, basé sur la conception de la loi et la nature de son autorité est aussi ou en plus, la question de l'étendue de son application, le débat sur l'excès ou l'insuffisance de lois étant une sorte de définition de ce qu'on appelle le libéralisme, c'est parait il ce que disait Foucault.  

    La sortie du laisser faire

    Cette question de l'abandon du "laisser faire" est centrale, car on considère après la guerre de 14 que le collectivisme (de gauche ou de droite) se trouve issu de son échec avec la massification de la société et l'introduction de la question sociale. Le doux libéralisme de Smith basé sur la sympathie  se trouve alors remplacé dans les descriptions par l'égoïsme des intérêts individuels tout puissants. C'est précisément cette question qui agite Lippmann, qui veut donc refonder le libéralisme et le modifier, d'où le néo. 

    Comme quoi, bien des paradoxes dont on se nourrit dans son histoire intellectuelle, et celui là en était un, et bien a  une histoire, et une objectivation. Pour celui là, c'est Lippmann qui en parle. 

    C'est d'ailleurs un article de Keynes de 1931 ("la fin du laisser faire")... 

    Lord Coke

    L'inventeur de la fameuse boisson, non je  rigole, fut le jurisconsulte qui fit torturer les conspirateurs des poudres et équarrir le pauvre Fawkes, dont la fine moustache décore nos masques "anonymous". Il s'opposa au roi Jacques 1er sur la puissance des lois: au dessus du roi, ou émanation de celui ci. Son opposition à Jacques et aussi à son âme damnée, Buckingham, lui valut retraite. Au passage il exprime une conception libérale de la loi qui conduisit l'Angleterre un peu plus tard à devenir la première démocratie moderne. Nous on avait Louis XIV... 

     Par contre, et c'est là toute la saveur de la chose, le culte du laisser faire contrevient aux principes de Lord Coke: une sorte de nature deviendrait elle souveraine ? Non ! (4)

    Les lois sont donc issues de l'expérience des faits et de la raison. On en vient alors aux institutions et au delà du dilemme de Burke, de s'organiser pour intervenir en tout (il n'y a plus la frontière entre loi et anarchie du monde du laisser faire)  mais ne pas trop intervenir.

    On en vient alors aux régimes parlementaires ou présidentiels, avec un parlement qui dirige et arrange la négociation entre les intérêts ou bien qui contrôle et évalue les politiques. Lippmann a conscience et peur des régimes pseudo démocratiques où le peuple se substitue aux souverains autoritaires et où la loi devient commandement. Il est bien sur plus "présidentiel" et en cela fut lu et estimé par De Gaulle lui même, lecteur de philosophie politique !  

    Ah le beau principe que celui de Jefferson qui ne voulait donner de privilèges à personne ! Lippmann s'oppose à une loi qui ne cesse de donner des privilèges à tout le monde... Et puis Wilson: je ne veux pas d'un gouvernement qui s'occupe de moi, je veux un gouvernement juste. 

    On retrouve alors l'idée libérale essentielle, qui base ses principes sur les relations entre les humains, au contraire des cultes autoritaires de droite et de gauche, fascinés par la technique du commandement. 

    Darwinisme

    Se pose au sujet de tout ça la question darwinisme, ou fausse conception nazie de la survie du plus apte, conçue comme nécessaire et donc à appliquer. Plus exactement, ce darwinisme là se transforme en quelque chose de différent, et qui serait l'injonction à s'adapter, sous peine de... sans doute. 

    Au fait, ce darwinisme de la race "la mieux adaptée" est évidemment une connerie sans nom, le vrai darwinisme se devant d'être neutre et de laisser prospérer les races supérieurement vicieuses, par exemple les juives... 

    Mais d'abord il y a Spencer, membre de l'anti corn law, et évolutionniste Benthamien. Sa conception de l'évolution qu'il généralise au social, d'où le "darwinisme social" , est d'abord particulière. 

    D'abord il est précurseur, 4 ans avant Darwin, il explique les changements de l'univers comme soumis à une loi universelle d'évolution qui concerne tout, y compris le biologique. Spencer n'est pas un scientifique, mais un philosophe, il préfère "survie du plus apte" à "sélection naturelle" qui suppose une finalité... C'est d'ailleurs bien bien ce qu'on lui reproche... "survival of the fittest" étant (évidemment) une injonction nazie.

    On expliquera d'abord, ce qui est à la source de toutes les interprétations  variées que "évolution" suppose une entité fixe, dont l'être est complet, et qui "évolue" c'est à dire qui se modifie progressivement. Par opposition, on la distingue alors de l'épi (epi=au dessus) génèse qui conçoit l'ajout de -nouveaux- états, organes sur ce qui est crée.

    Bien sur une "nature" soumise au principe d'évolution reste entière et directrice et peut  imposer ses lois, qui consistent précisément au "laissez faire" qui se voudrait contre les lois humaines au nom du libéralisme... L'éternelle opposition, donc. 

    Qui plus, est Darwin lui même était un scientifique, ennemi des controverses, et qui n'utilisait pas le mot "évolution". Spencer lui n'était pas scientifique et ne concevait que des grands principes qu'il jugeait valides au delà de la simple "théorie" darwinienne, pour lui provisoire. Une double erreur dans le jeu de mot "darwinisme social" attribué à Spencer, donc: Spencer n'est pas darwinien, et surtout pas scientiste. 

    Et puis ce "fittest" n'est pas non plus le plus blond, ou le plus cruel: il est plutôt le plus habile ou le plus susceptible de s'allier  par sympathie avec ses semblables pour mieux organiser diversité et cohérence: un fittest libéral, en quelque sorte.  Téléologique par contre, et orienté vers un progrès immanent. Il n'en reste pas moins ainsi qu'il fut critiqué, et par Bergson et par Dewey et par tout le monde. 

    En particulier, il fut descendu en flèche par les pragmatistes, les américains (Dewey bien sur) qui ne voient de significations qu'issues des actions rendues possibles par la pensée... Rien de surplombant ne peut exister, donc, et c'est la leçon de Darwin, il n'y a que des interactions et bien sur pas de communauté. 

    Il faut parler de Wallas, le maitre fabien de Lippmann, auteur de la "Grande Société" (1914). C'est lui qui met en avant la rupture entre l'évolution humaine et sociale et l'évolution biologique. L'humain se trouve inadapté ! 

    Plus exactement, on a un évolutionnisme qui rompt avec l'adaptation harmonieuse et graduelle de Spencer: on a rupture, émergence et surtout l'homme se doit de créer et de décider. En fait on débat et on a plusieurs possibilités: soit adapter l'homme au nouvel environnement, en l'éduquant et/ou en le sélectionnant, soit adapter la société aux facultés humaines (tentant, non?). 

    Mais là encore, on se retrouve dans les terribles réflexions, celles là dans le monde anglo saxon, qui ont précédé la deuxième guerre mondiale, sur fond, non pas de la "montée des fascismes", mais de la "crise de la démocratie". 

    Le biopolitique

    Il faut évidemment évoquer le thème branché, origine Foucault, qui désigne tout ce qui intéresse le politique dans le médical, le biologique, l'humain charnel. Au final, on aboutit à la volonté bourgeoise de contrôler le corps des humains et donc d'imposer une loi à la nature. Ce concept libertaire en vogue dans les années 60 s'oppose à la volonté de décrire le bourgeois néo capitaliste devenu chantre du laissez faire et de l'abandon des pauvres lépreux dans leur extinction désirée... Faudrait savoir et depuis le célèbre sado maso, tout s'est inversé, même l'inversion. On a ainsi le bourgeois gaulliste cul serré des années 60 qui est devenu partouzeur et inverti, adepte de l'achat d'enfant à rebours de la common decency.

    L'opinion publique 

    Revenons à Lippmann. Il publie le "public fantôme", qui explique que l'individu omniscient source de la volonté générale n'existe pas et qu'il est au contraire ignorant de son environnement mondialisé. On fit de Lippmann un technocrate, un défenseur des experts, il est en fait un libéral radical, mais c'est tout le débat.  

    Latour en parle très bien et ce que Lippmann veut dire est bien dérangeant pour tout le monde: 

    "Tout ce maquis de faux problèmes est nettoyé d’un seul coup si l’on voit que la société n’est pas le nom donné à une chose réelle mais le nom donné à tous les ajustements des hommes et de leurs affaires." 

    Tout comme l'amour, la société n'existe pas. 

    C'est bien cela dont on parle... 

    Disons que Lippmann veut un gouvernement fort, pour diriger des masses incultes; il est, avec ses maitres fabiens, une sorte de socialiste, donc... 

    Le débat Lippmann Dewey

    C'est le grand thème d'un livre ultra connu publié par Carey en 1989... Dewey répond au "public fantôme" par le "public et ses problèmes". C'est le débat Dewey Lippmann.

    Il est d'abord un débat entre deux visions de la démocratie, l'une (Lippmann) comme gouvernement des experts, l'autre (Dewey) comme expérimentation collective et participative. Le conflit entre néo libéralisme et pragmatisme.

    Le débat anima les années 1925. On en parle dans la préface de Latour à la réédition du livre de Lippmann (7) et dans une réponse à celle ci, bien argumentée (9). On y parle de Bernays, le neveu de Freud et manipulateur en chef, chargé lui aussi (avec Lippmann) de la propagande lors de l'entrée en guerre des US en 17. Stiegler en a assez parlé.

    Un élément important est la reconnaissance de la personne "morale" des corporations: cela fut fait en 1839. 

    Bon, Dewey est moins "pessimiste" que Lippmann et pense possible de revenir à une notion de la société jeffersonnienne en proposant une conception morale de la communication entre communautés formée de toute association défendant la liberté de ses membres (et pas seulement la communauté agricole du temps de Jefferson), cela jusqu'à former une grande communauté. "Tant que la Grande Société ne sera pas convertie en une Grande Communauté, le Public restera éclipsé". On a ainsi une pensée d'une sorte de volonté générale pragmatique, fondant au moins en principe l'idée de la solidarité des membres de la "société"... 

    Lippmann dans "Public Opinion" décrit l'opinion comme fondamentalement en déphasage avec les événements: il est une sorte de Platonicien décrivant la caverne: l'humain est d'abord en retard et ne produit que des fictions, c'est l'industrie du spectacle qui règne. Cela remet en cause la démocratie, de fait: les représentations du citoyen ne sont pas en adéquation avec le monde réel. Cela depuis la "Grande Société", qui a remis en cause le modèle traditionnel de la démocratie des petites communautés de Jefferson. 

    Et puis il y a la finance

    Il n'empêche qu'il y a toujours le théorique et celui ici identifie les camps en présence. Le néo libéralisme que l'on décrit ici à partir de Spencer dont l'évolutionnisme serait (cela reste à confirmer) voisin de ce qui donne naissance à l'organisation moderne, compagnon pervers de la financiarisation du capitalisme...  Bref, de quoi disserter. Au passage un autre couple maudit, et belle idée, est celui de l'état libéral qui renonce aux valeurs, confiées aux entreprises en charge de gérer les citoyens... 

    Inutile de dire ici que comme d'habitude, on ne peut qu'être effaré devant la totale vacuité des discours d'égalité communistanistes qui forment le fond du ressentiment sentimental des crétins abrutis influencés par cette saloperie qu'on appelle la gauche. Comment comprendre autrement l'extrême supériorité des cultures qui produisirent des intellectuels de ce calibre ? Heureusement que la sagesse française n'a jamais cessé malgré l'agitation médiatique finalement superficielle, efféminée et "de façade" (comme disent les anglais) de cette gauche là, de produire des réflexions ou des perceptions "à la hauteur" . Rueff et De Gaulle, vingt ans pour  faire tout le siècle... Et il y a encore de braises, au moins dans l'esprit de quelques désespérés. 

    On cloturera par des réflexions sur l'écologisme et le néo libéralisme. Barbara suggère que les néo libéraux (pour elle, Macron est la quintessence à l'état pur du néo-lib, c'est dire) vont essayer de récupérer les écolos mais échoueront à cause de la contradiction entre mondialisation productiviste et destruction de la planète. On pourrait dire que c'est le management (les stieglers n'ont pas capté le truc) qui enrôle le souci de la planète pour mieux enrégimenter les trieurs d'ordures et les pro-bio obsédés de leur santé pour une meilleur performance... Ou bien que c'est bien la preuve que Macron, en fait un socialiste décroissant, organise avec la ruine de son pays le zéro industrie, faible croissance et haut chômage propice aux travaux agricoles à faible productivité et bas salaires.

    Bien sur aucune mention des nations nécessaires, la gauche n'a vraiment rien compris et les ex tenants de l'internationale communiste se désespère de voir la mondialisation néo libérale... Que cela se passe autrefois au profit de la russie, aujourd'hui de la chine ne stimule pas leur riche pensée. 

    On se souviendra de l'admirable conceptualisation de la fille de son père et là il faut retenir l'expression "réthorique de la promesse" mise en oeuvre par les scientifiques à temps plein pour chercher des fonds et réduits donc par le libéralisme à annoncer n'importe quoi pour vivre. On retiendra aussi sa définition de la philosophie, manière particulière de penser inventée par les grecs. Bref, une femme intelligente, merci à elle pour le ride. 

    (1) https://laviedesidees.fr/L-imperialisme-liberal.html

    (2) Le site des théories libérales: https://www.catallaxia.org/wiki/Accueil

    (3) le délire anti néo libéral : http://ac.matra.free.fr/FB/ultraantiliberalisme.htm

    (4) https://www.cairn.info/revue-cahiers-d-economie-politique-2005-1-page-79.htm

    (5) la femme de Stiegler ? https://lvsl.fr/le-neoliberalisme-est-imbibe-de-categories-darwiniennes-entretien-avec-barbara-stiegler

    (5.1) http://www.philosophicalenquiries.com/numero6Stiegler.pdf

    (6) Spencer philosophe préféré de Still, inventeur de l'osthéopathie https://approche-tissulaire.fr/origine.html

    (7) http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/111-LIPMANNpdf.pdf

    (8) http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/14544/HERMES_2001_31_63.pdf;jsessionid=23764BBB0A7811BD0678F86AF75AFE9E?sequence=1

    (9) https://corpus.ulaval.ca/jspui/bitstream/20.500.11794/24077/1/29631.pdf

    (10) https://www.thinkerview.com/barbara-stiegler-sadapter-a-une-societe-malade/

  • Tout Schubert

    Schubert-Totenmaske.tif.jpg

    Lire la suite

  • Les bourgeois

    A l'occasion des interprétations diverses émises au sujet des "gilets jaunes", on voit bien qu'on finit par s'en prendre aux "bourgeois", et que le vieux thème romantique qui marqua tant notre histoire dans tous les domaines semble revenir en cour...

    Qu'est ce que ce "bourgeois"? C'est d'après une définition un peu abrupte et un peu intellectuelle, un être qui a un patrimoine et un discours, le discours étant celui qui protège son patrimoine qui ne peut être acquis et conservé que si on se soumet au système de pensée qui produit le discours... Le noeud formé entre les deux nécessités qui se soutiennent l'une l'autre fait l'objet. Ferait l'objet... 

    Bien sur l'adéquation entre discours auto légitimant et situation de richesse dans les sociétés est tellement évidente et universelle qu'on ne voit pas bien comment toute position dans la société pourrait y échapper. Aurait-on là l'argument de l'universel appliqué, consistant à appliquer à la partie qu'on déteste du monde, un jugement universel, donc toujours vrai ? Un ciblage, la direction de la flèche n'étant qu'un choix particulier... Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade.

    La définition ne tient donc pas et il faut bien donner une réalité supplémentaire à ce qu'on continue à qualifier de "bourgeois" et qui a, c'est une évidence, une réalité, le tout étant de savoir laquelle.

    D'abord, il faut bien décrire ce qu'on a vu "soi". Issu d'un milieu de petits commerçants, je suis marqué par deux choses, le mépris simultané des pauvres et des riches. Le propre des classes moyennes, et ce que je sais des vrais bourgeois, je veux dire des riches, et qu'il est marqué par l'exact même sentiment, le mépris de la haute étant universel, seul le sultan de Bruneil pouvant y échapper, et encore, sa haine de la reine d'Angleterre... Elle même, qui peut elle haïr au dessus d'elle ? Cette question n'est pas bien intéressante en fait, disons qu'on va la reporter à plus tard et établir que la position sociale est toujours -intermédiaire- et que c'est la gestion de cet intermédiaire qui fera les choses à regarder. 

    Naturellement cet intermédiaire se massifie, se regroupe et se généralise. La France, marquée par la destruction brutale d'un ordre ancien inventa une sorte de bourgeoisie particulière qui s'appropria ou intériorisa une conception d'être le peuple. Pour se protéger des accusations infamantes dans les moments dangereux, sans doute, mais aussi par reconnaissance identitaire de ses origines. Le bourgeois est dans son bourg, et a quitté le rural, mais il en vient, il s'en souvient et s'en sert, et il en vit: le marché noir de la guerre a joué un rôle là dedans, on fit son jardin, on trafiqua le jarret de cochon. 

    Emergé sociologiquement de la destruction de la ruralité dans la deuxième partie du siècle précédent, le bourgeois fut aussi celui qui s'y rattacha nostalgiquement, construisant un merveilleux consensus, qui conserva un art de vivre réel, et envié en bien des endroits. Le bourgeois français se construisit ainsi en liaison avec ses origines rurales et s'encra ainsi dans le peuple, ce qui fit la société cohésive française, ce qui fit ce qu'on appelle la "République", ce qui succéda avec succès à l'époque d'avant, et qui fit entrer la France dans le monde moderne avec les autres. 

    Simultanément se créa une classe, justifiant ainsi ce qu'on s'obstine à appeler la "question" sociale, d'ouvriers et d'employés au service de l'industrie. Flux qu'une théorie de la fin du monde voulut faire un nouveau peuple, nouveau monde, nouvel homme: le prolétariat victorieux qui continue d'habiter le fond veule, ignorant et barbare de quelques intellectuels perdus plus ou moins cultivés, plus ou moins psychopathes... 

    L'organisation de ce peuple là dura cinquante ans, et rêva très fort à une révolution mondiale, rêve qui fut nourri par des aspirations réelles à un progrès matériel qui paraissait d'autant moins inaccessible qu'il se manifestait effectivement. Mais le rêve s'effondra: le scientisme triomphant passa de l'autre coté, et on compris que la raison à l'oeuvre derrière le grand espoir était bidon, mensongère et ne fonctionnait pas. Le peuple jeta le jouet, exclusivement manipulé depuis par les psychopathes cités. 

    Par contre, le système dit "industriel" lui fonctionnait et avec succès, mesuré par l'accroissement des richesses produites. En perpétuel renouvellement, sans trop de garde fous, il arrivait toujours à trouver mieux et se développa au delà du possible, profitant d'une civilisation universaliséee qui recouvrit tout. Même les examens traditionnels chinois pratiqués depuis des lustres se déguisèrent en MBA... 

    Mais par peur des syndicats, peur d'une autre guerre, dans l'intervalle, on donna l'argent. Au point d'en donner trop. Au point de faire système et de compromettre l'enrichissement officiel de ceux qui savaient y faire et qui donc, comme de juste firent sécession et nous y serions: le riche, celui qui a les moyens de continuer à s'enrichir, se mettrait à vouloir quitter le peuple, et ainsi à se satelliser hors des nations pour imposer au monde un capitalisme hors sol impitoyable et individualisé. Notons que cette belle évolution abondamment décrite sous le nom de "capitalisme néo libéral" par les intellectuels français n'est hors sol qu'en Europe. Dans ses manifestations chinoises et américaines, il est strictement patriotique, bizarrement. Comme si on dénonçait des élites ciblées... Il est frappant de voir l'arrière ban d'une gauche intellectuelle qui vota Hollande par peur du fascisme se plaindre en gémissant à la mort de ce qu'incarne effectivement le dauphin du dernier espoir: corruption et fédéralisme hors sol. 

    Mais avant, il y eut l'expansion infinie de la caste des fonctionnaires. On peut lui assimiler tout ce qui vit d'assistance depuis les emplois aidés et tout ce que la régionalisation démagogique produisit de fonctionnaires mal payés mais travaillant peu et pour toujours. Les "je suis titulaire" des chevaliers du fiel le montre bien: un réflexe et un mode de vie, au moins aussi cynique que celui des pires des bourgeois. Bien sur, on trouve là dedans toutes les belles motivations qui s'excusent ainsi de leur prélèvement aujourd'hui exagéré et qu'il faudrait réduire à tout prix. Inutile de dire qu'ils n'en sont pas d'accord: ils lutteront jusqu'au bout. 

    Il ne faut pas oublier le reste, bien sur. C'est la sociologie des gilets jaunes (1). Aides soignants, routiers, employés temporaires, tous ceux qui rament pour survivre sans qu'on leur donne vraiment rien. Ils jouent le jeu de la vie, sans statut et sans protection particulière, comme des "parasites", c'est à dire dépendant de la prospérité générale, avec la différence, et c'est là tout le problème, qu'ils souffrent les premiers quand la société s'appauvrit, ce qui arrive en ce moment. Ces gens aspirent à la bourgeoisie et ne se passionnent ni pour la culture ni pour les modes de vie sophistiqués ou authentiques: ils font ce qu'ils peuvent. Des petits bourgeois, nationalistes en plus: ils sont besoin d'un pays fort pour les protéger. Des protos fascistes, d'où leur solitude. 

    On parlera rapidement de l'immigration, pour l'instant invisible sauf dans les fantasmes des futurs remplacés, un oeil ayant pu s'ouvrir chez les cons et les veaux avec le 20% de prénoms musulmans décernés en 2017. Elle n'a pas ou peu de bourgeoisie, et se constitue en "peuple" pour les bourgeois. Appelées "classes populaires", les populations arrivées récemment d'Afrique n'en finissent pas de se constituer en représentant d'un peuple nouveau qui ne s'assimile bien sur plus du tout, (même pas au sens antillais), ni bien sur ne s'intègre à rien, les usages, modes de vie, cultures et religions étant et restant radicalement différents et diversifiés, l'harmonie entre noirs et maghrébins étant bien sur totale. La petite bourgeoisie immigrée qu'on distingue mal des classes supérieures algériennes ou sub sahariennes qui abandonnent leurs pays trop misérables avec l'aide au développement qu'ils ont prélevé en prédateurs ordinaires, aide à l'éducation comprise bien sur, se manifeste encore peu. Elle ne s'intéresse encore pas du tout à la politique, ne vote ni ne se fait élire. Elle permet juste au hiérarques blancs des départements où elle est presque majoritaire de se déshonorer en leur construisant des mosquées salafistes. 

    On ne sait pas bien ou situer le bourgeois dans cette belle histoire, le sort de 1% qui ont tout l'argent n'étant pourtant pas le leur. Alors ? Y aurait il des valets de la noblesse qui nous trahiraient pour capter les quelques miettes qui restent ?

    Et bien ils sont divers eux aussi, et sont présents comme couches supérieures de tous les modes de vie décrits. Comme bavards et pensants ils produisent bien sur des discours et sans doute des discours de "légitimation" mais dans tous les domaines où ils sont présents, c'est à dire partout. Cela s'appelle l'espace public et la compétition est intense. 

    On pourrait parler des passionnés de l'écologie, terme générique que j'associerai à ce qui -explicitement- est décrit comme la dernière source de valeurs positives à consommer dans notre monde sans foi: la sauvegarde de la planète, disons du résultat objectif de l'expansion démographique chinoise et de sa tyrannie productiviste, bien sur hors contrôle, ce sont nos valeurs que de manifester contre sans les accuser directement. Cette stupidité totale doublée d'une absence complète de bon sens ou même de souci des chiffres, des sciences ou de tout ce que la technique moderne peut apporter à la conduite des politiques publiques, conduit à investir dans le ruineux ou l'inutile pour précipiter à une "transition" qui est en fait un suicide organisé délibéré sur fond de haine du progrès et de, vous ne rêvez pas, de la croissance économique elle même, car on déteste sa propre prospérité. 

    Mis sur le devant de la scène par un politicien de droite tout content de remercier la gauche d'avoir voté pour lui, le monstre infernal changea la constitution pour  une précaution principielle absurde et stérilisante puis  généralisa la corruption municipale à coup d'éoliennes histoire de défigurer les paysages pour mieux produire de l'énergie couteuse bien plus polluante que le nucléaire qu'on abandonna à son sort. Une bourgeoise écologiste sorti des écoles d'ingénieurs pour déclarer non conforme à la sécurité tout ce qui était nucléaire histoire d'en augmenter le cout et donc la défaveur, bien joué, émergea : le culte de la procédure bureaucratique tatillonne élevée au rang de technique modernisatrice. 

    Pendant ce temps, leurs mères se jetèrent sur le bio, certifié en Espagne par l'effrayante corruption qui ruine le pays de la prochaine interdiction de la corrida chaque fois que des socialistes y sont au pouvoir. Bio pour tout même pour les ... (je me reprends). Bref pour rien. De quoi et c'est en cours, ruiner l'agriculture du premier pays agricole d'Europe, dont les paysans se suicident étouffés par impôts, règlement imbéciles et mépris haineux des tenants de la nature sauvage. Que tout ce qui compte pour écologue soit maudit. On est loin des fils de bourgeois en communautés pour partouzer à l'ombre de leur chèvres... 

    On pourrait parler de ceux qui suivent les  médias, qui transmettent dans la suite de l'esprit Canal+, une vision harmonieuse de l'actualité branchée, celle qui fit fureur dans les anciennes heureuses années de la "libération" des télévisions. Cette course à l'esprit branché sympa qui séduisit tout le monde par sa légèreté heureuse bat toujours son plein, même si l'esprit en question n'a plus que celui de Cyril Hanouna, exploité pour cela sans vergogne par le politique actuel, c'est à dire détruit définitivement... Bien sur sous contrôle par les socialistes, le fameux esprit canal avait pu se démarquer des discours officiels (consacrés à la gauche triomphante) pour réaliser le discours officieux (celui de la gauche libérale). Il célèbre aujourd'hui l'esprit tout court. Si on peut appeler ça un esprit. 

    En tout cas, la légèreté en question reste celle du temps, très française en fait, et on ne s'en défait pas comme ça. On pourrait la qualifier de "bourgeoise" car elle qualifie bien un esprit "friqué" explicitement superficiel, en gros celui de la "connasse" personnage féminin égoïste et branché explicitement agressif et égocentrique mais pourtant drôle car assumant l'artificiel de ses positions et la prédation qui l'accompagne. Une sorte de bourgeois qui ne ferait pas semblant, justement. C'est cela qui rend drôle le personnage de De Funes dans la "folie des grandeurs" : l'honnêteté de l'affirmation de ses travers. 

    Mais ce cynisme est aussi celui du pouvoir pur. Il peut être sec, et c'est le "venez me chercher" de Macron au début de l'affaire Benalla... Là on ne fait pas semblant, mais on n'est pas drôle pour autant.

    On en vient alors aux deux bourgeoisies, celle qui règne et celle qui la soutient. La première est très riche et très financée et joue le contrôle sans vergogne d'un pays perdu qui ne comprends pas ce qui lui arrive. La seconde est la dupe de la première. Encore toute heureuse d'avoir repris le contrôle d'un libéralisme qu'on lui avait ravi à la faveur de l'élection  précédente, elle est d'abord bien pensante, et traumatisée par ce qu'elle ne comprend pas et à quoi elle s'attache à s'adapter à toute force: le monde moderne, sa bêtise, sa cruauté, son inculture. 

    Traumatisme: c'est le fond de l'affaire. Assimilé par un gauchisme séduit par le très vicieux mitterand à un pétainisme qu'elle avait abandonné par force, la droite française pourtant  modernisée s'est faite basculer de manière inattendue, quoiqu'on en dise. Ringardisée avec joie et extrême méchanceté (comment se relever de la haine affichée du "peuple" pour Danielle Gilbert?) elle se prit de centrisme et après force défaites sanglantes, assumée pourtant par le traitre qu'elle punit par en dessous, elle se résolut à la non réforme pour ne pas fâcher. Cela conduisit à l'inaction, à une dernière tentative pour faire un peu et la crise aidant (si l'on peut dire) à la défaite absolue, celle qui nomma Macron pour le malheur de tout le monde. Les deux forces se rejoignirent: la bourgeoisie fut réunifiée et donc constituée. 

    Pourtant, il y eut brièvement la manifestation d'une force qui bien qu'aujourd'hui disparue de l'affirmation publique, subsiste misérablement dans les trous à rats de la détestation furieuse et de la haine absolue: les 6 millions de gaullistes qui votèrent à une primaire de la droite pour un candidat qui parla de la France pour la dernière fois. Bourgeois de province convaincu par le discours de l'autonomie des entreprises libérés d'impôts qui ne seraient plus nécessaires du fait de la baisse drastique d'une dépense publique devenue folle, bourgeois modernistes conscient de l'infernale afaiblissement d'une société en déclin paralysée par la connerie gauchiste et écologiste, bourgeois racialistes conscient de la folie de la tolérance à l'invasion de l'Europe par une afrique misérable et islamisée. 

    Ces bourgeois là sont perdus et haineux. Contents de voir ravagé le Fouquets de ce corrompu de Sarkozy, content de voir Macron chier dans son froc devant les black blocks, content de voir l'armée enfin en scène, prête à intervenir, il suffira de la convaincre quand ça chiera vraiment. Bourgeoisie fasciste, car il n'y a plus que ça, en tout cas, elle n'interviendra pas pour sauver ce qu'elle méprise et déteste autant que les misérables qui s'essayent à défier Macron. Cette bourgeoisie là, elle pourrait bien s'allier aux pauvres, et provoquer vraiment, cela en est la condition nécessaire et suffisante, ce qui fit le titre d'un livre commis par le gamin taré et corrompu qui joue à diriger la France: REVOLUTION ! 

    A tous les centristes, socialistes , écologistes et macronistes que je hais pour avoir détruit et continuer de détruire mon pays: allez vous faire foutre ! 

     

     (1) https://www.institutmontaigne.org/blog/les-gilets-jaunes-la-partie-emergee-de-la-crise-sociale-francaise

  • Les fonctions (Quatre)

    Au hasard du web, on peut trouver de la vraie, de la bonne pédagogie. On a vu (1) et on en est très content. 

     

    D'abord pas de flatMap, un "bind" qui compose, non pas deux bêtes fonctions, mais, et c'est là toute  la question, deux embranchements de cette sorte: 

    train1.jpg

    On a ici en fait une fonction avec un "traitement d'erreur". Pour les composer, on va faire:

    train2.jpg

     

    J'adore cette représentation, qui illustre très bien comment le flatMap ou "bind monadique" rassemble tous les flots d'erreurs et permet de composer en fait simplement les blocs de lego... 

    Que cela fasse de la composition monadique une sorte de monoïdisation de la composition de programmes porteurs d'effets, et donc, que si ces effets sont de même type donc "endo", on aie des monoïdes dans la catégorie des endofoncteurs, et bien cela est tout à fait naturel et évidemment compréhensible. 

    Bravo à l'orateur  !

    Le monoïde

    Au passage, il fait très bien comprendre ce qu'est le fameux "monoïde", abstraction ultime ou première abstraction, c'est selon. On a fait exprès ici de ne pas commencer par ça. 

    En gros, c'est un truc qu'on peut additionner. A partir de là, on en abstrait la sommation indéfinie, qui permet alors au concept de transcender l'infini. Et oui.

    Anéfé, toute addition de PLUSIEURS instances d'un monoïde se confronte à la répétition, et donc à l'accumulation indéfinie d'une même chose (une addition). D'où la nécessité de la contrôler programmatiquement: 

    --------

    totalisateur = 0

    for(pour) chaque "i" dans l'intervalle  0..N ,  N exclu, faire la chose suivante:

        additionne totalisateur et l'élément i   et remplace totalisateur par le résultat

    ---------

    Ce contrôle répétitif, esclavagiste, est l'archétype de l'horreur impérative non abstraite. 

    On a ici la projection, ou plutôt l'incessante répétition rituelle de l'horreur du for, dont l'abstraction se nomme "fold":

    (fold 0 add) est la -fonction- qui somme TOUS les éléments monoïdaux d'une séquence indéfinie de ceux ci, en partant de zéro.

    Elle est la sommation monoïdale: un objet calculatoiresque, un animal vivant, un esprit à invoquer pour faire le boulot, une arme libératrice. 

    Dans les exposés pédagogiques courants, on se focalise sur la programmation en style fonctionnel de la chose. Cela est bien sur une erreur totale: la vraie compréhension de la chose est que l'implémentation véritable EST la boucle for impérative, parangon de ce que font les pauvres programmeurs impérativés toute la journée...

    La révélation doit être immédiate: FP for ever... 

    Et puis on peut avancer encore. 

    En effet, les fameuses "lois" du monoïdes que l'on s'empresse d'asséner stupidement n'ont évidemment aucun intérêt "en soi". Elles ne sont que des propriétés additionnelles qui peuvent être utilisées ou pas. 

    Par exemple, le cas donné par notre brillant pédagogue des logs de la journée dont on veut la synthèse hebdomadaire. Faut il vraiment tout additionner tous les jours pour synthétiser le week end un monstre multi gigabité ? 

    Alors qu'"évidemment", on peut synthétiser tous les jours et du fait d'une propriété intéressante, l'associativité de cette addition là, n'additionner une fois par semaine QUE les synthèses, de bien plus petites tailles.

    Au passage, on comprend avec ce cas là, EN PLUS, le véritable intérêt de cette histoire de monoïde, et mieux comment s'en servir utilement. On a ici deux types de monoïdes dont on peut sommer les éléments associativement. En projetant l'un sur l'autre, c'est ça l'idée, mettre en correspondance avec le bon monoïde; on optimise... 

    SOLID 

    On se doit d'évoquer les grands  principes de l'orienté objet, dont se gargarisent les pédants pour mieux nous enfumer... 

    Le mot est SOLID, formé des lettres des initiales de "bons" principes.

    - S(olid) ingle responsability: "only one reason to change" or "do only one thing well". 

    Evidemment une fonction peut faire ça

    - sol(I)d  nterface segregation: "one interface per function" or "one function per interface". 

    A  function is an interface, isnt'it ? 

    - s(O)lid : pen Closed principle: "only change a class to fix a bug". Open to extension Closed for change.

    Bien sur, cela suppose l'héritage. En fait non.

     - so(L)id : Liskov "substitution principle" : "dont change what your parent dont". "be a good son"

    En fait la contravariance appliquées à des fonctions ferait la chose... 

    - solid(D): Dependency Inversion.  The holywood principle: dont call us, we call you. 

     

     

    Les patterns fonctionnels 

    Le pédagogue présente aussi la célèbre mise en correspondance des fameux patterns orientés objets et des patterns fonctionnels équivalents: la partie droite n'est composée que des mots "fonction", tous les patterns OO n'étant que des resucées variées de la bonne idée qui consiste à considérer  un programme (une fonction) comme une donnée, parangon depuis toujours de l'idée qui est la bonne et qui fut occultée cinquante ans. 

    L'imam caché est là. Ca va être la fin du monde. 

     

    Les renversements de tendance

    Au sujet de la fin du monde, maintenant passée (...), il convient de faire remarquer, que comme on l'a vu, appliquer le pattern "interpreter" pour calculer à run-time un programme qu'on va exécuter à la fin revient à faire deux choses opposées: se mettre à la place du compilateur pour construire un programme à sa place, et aussi s'en affranchir pour manipuler les structures calculatoires qu'il se charge d'optimiser ordinairement... Comme les temps changent.  

    Et puis bien sur il y a l'inversion de pratique qui mène de l'idée d'objet (association entre la donnée et le comportement) et son inverse strict (la séparation absolue des données et des fonctions). Ces passages à 90 degrés qui ponctuent le passage du temps sont fascinants. 

     

    (1) la très pédagogique présentation: https://vimeo.com/113588389

     (2) Une sorte de somme http://gorodinski.com/blog/2013/09/18/oop-patterns-from-a-functional-perspective/

     

     

  • Les turcos mongols

    Les mongols turcidés et apparentés sont nombreux et se succèdent. La question est donc de savoir s'ils sont turcs, mongols ou autres. Et puis, il y a les Tokhariens.

     

    Les Tokhariens

    Des celtes, ou du moins des squelettes et momies (blondes) de type européens dans le Xinjang... Des indo européens qui ont disparu 1000 ans BC, balayés par les turcs qui s'installaient. Des sibériens, sans parenté avec les ouïgours, et donc génocidés... Ils étaient installés dans le bassin du Tarim, autrement dit le takla-makan.

     

    Les Khunnu ou XiongNu

    -300/+200

    Ils seraient les "huns" (le mot veut dire "homme" en mongol), mais cela n'est pas sur... 

    Ils forment le premier grand empire des steppes, contemporain de la dynastie Han.

    Au centre de la mongolie, à l'ouest d'Oulan Bator 

    Les cimetières scrutés montrent qu'il y a deux types humains, asiatique et occidental. 

    Ils justifièrent la construction de la grande muraille... 

    RuanRuan ou Avars

    De 300 à 550. Ils furent battus par les GökTürk.

    GökTürk 

    Vasseaux des RunanRuan, ils s'en émancipent en 552. 

    Ils sont vaincus par les chinois Tang et ils fuient vers l'ouest. 

    Ils formèrent des khaganats turcs, qui furent finalement battus par les Ouïghours qui leur prirent le titre de Khagan.

    En 2016, Arianespace mit en orbite le satellite Göktürk 1, payé  par la Turquie... 

    Ouïghours

    Le Khaganat Ouïghour pratiquait le manichéisme.

    En 751, la dynastie Tang s'effondre à la bataille de Talas. 

    Khirgizes

    En 840, victoire Khirgize les Ouïgours s'installent au Xinjiang. 

    Le mot "Khirgiz" signifie "les 40 filles" (qui furent  fécondées par un griffon). 

    Khitan 

    Un empire qui n'eut que la dynastie Liao entre 900 et 1125, fondé à la suite de la chute des Tang. 

    Ils furent détruits par les Jürchen. Pourtant, ils fondèrent par la suite une dynastie dite des Liao occidentaux, ou Kara-Khitan, plus tard conquis par Gengis Khan. 

    Jürchen 

    Ils firent un empire chinois à partir de 1100, et fondèrent la dynastie Jin, contemporaine de celle des Song au sud.

    Pour finir, il disparurent devenant les mandchous, ceux qui firent la dernière dynastie chinoise, les Qing, à partir de 1644. 

    Les Mongols

    On se doit bien sur de les mentionner, Gengis Khan ayant sa place là dedans, pour avoir fondé un empire des steppes assez étendu, de fait le plus grand empire jamais crée, juste avant celui de Staline en 1945... 

    Temüdjin était un Borjigid. Ce fut lui qui fédéra des tribus sous le nom de "mongol". 

    En fait il est issu du peuple XianBei qui battit les XiongNu en 156, leur chef Tanshihuai, fondant un état. Les XianBei eurent même une dynastie centenaire dans le nord de la chine vers 390. Il s'agissait bien d'un peuple turco-mongol. 

    Il recut le titre de "Tchingis Khagan"  le khan des khan quoi... Rien à voir avec dominique, le vilain petit canard de la famille. 

    La dynastie mongole fut celle des Yuan, fondée par Koubilai Khan celui que visita Marco Polo. 

     

  • Les communalistes

    Au détour des perceptions du monde produites par la lecture des journaux, en fait le monceau de papier plus ou moins imprimé que constitue aujourd'hui l'internet, on se prend à mettre en correspondance de multiples pensées, initiatives et combats. Les anarchistes, c'est d'abord une chanson de Léo Ferret et aussi une profession de foi à l'aube de mon adolescence de la part d'une endiablée jeune fille à peine plus vieille, mais déjà bien convaincue.

    Tout part de ce qui sépara toujours libertaires et communistes, la lutte des classes, que j'abhorrerai toujours. Ca tombe bien si on regarde les grands principes, on y est c'est bien ça.

    La guerre en Syrie

    Tout part aussi d'une contemplation de l'actualité récente, alors que les FDS, Forces Démocratiques Syriennes finissent de vaincre l'Etat Islamique. Formées principalement de kurdes, ces forces furent dans l'anonymat et la méconnaissance, voire la méfiance complète des opinions occidentales en pointe dans la lutte contre l'Etat Islamique depuis ses débuts.  

    Ces kurdes là, d'abord Syriens, viennent des forces dites PYD Parti Démocratique de l'Union (Partiya Yekîtiya Demokrat), le frère syrien du PKK (Parti Kommuniste du Kurdistan) Irakien. Il veulent un Kurdistan Syrien indépendant ou du moins autonome, on va le voir. Cette région s'appelle le Rojava (1).

    Il faut savoir que le PKK, fondé en 1978, considéré comme terroriste par les USA est l'ennemi absolu de la Turquie, qui s'acharne contre lui de manière séculaire et structurelle. Son grand leader Abdullah Ocalan est emprisonné (à vie) dans l'ile de  Besbikos (son nom grec), au milieu de la mer de Marmara et y théorise, on y reviendra. C'est de cette île que s'évada en 1975 le héros de Midnight Express. 

    L'amitié franco turque survivra-t-elle à cette longue évocation des méfaits de ce qu'il faut appeler l'"Ottoman", dont on ne dira jamais assez que François 1er n'aurait jamais du s'allier avec ? J'en doute. 

    Evacuée par la Syrie d'Assad dés le début de l'insurrection syrienne, la Rojava fut donc "prise" par ces kurdes là, spécialisés depuis le début dans la lutte contre tout ce que la région comptait d'islamistes, Al Quaida, Al Nosra et bien sur Etat Islamique compris.  Elle correspond à la région kurde que la France rattacha à "sa" Syrie en 1923, à l'issue du traité de Lausanne qui fit le deuil de l'indépendance Kurde décidée à Sèvres, et qui entérina en 1939, on ne le dira jamais assez, la cession à la Turquie du Sandjak d'Alexandrette, c'est à dire d'Antioche, zone toujours revendiquée implicitement par la Syrie. 

    La Rojava inclut Afrine, repris par la force par la Turquie début 2018. Elle inclut bien sur Kobane la ville héroïque qui se signala par sa résistance à l'Etat Islamique en 2015, sous le regard hostile de la Turquie l'arme au pied... 

     

    L'inspirateur de Ocalan

    Ocalan a un maitre, l'américain Murray Bookchin, un vieux bolchevico anarcho bronxo (du Bronx) juif américain, théoricien de l'écologie sociale. Maitre récent, car Ocalan abandonna le marxisme pur et dur pour lui. 

    Mort en 2006, Bookchin inspire donc le "confédéralisme démocratique", on pourrait ajouter "communal", doctrine des PYD, et donc véritable innovation politique, puisqu'il s'agirait du régime politique en vigueur au Rojava. 

    On ne rêve pas, on n'est pas dans Tintin et Milou et les journaux (presse pourrie, toute dévouée à Macron, incapable, veule et inutile) n'en parlent pas, ils ont mieux à faire, les gilets jaunes à déconsidérer sans doute. 

    La doctrine est communale au sens municipal, il inspire le "municipalisme libertaire", doctrine originale, qui ramène tout à la cité, l'état nation disparu n'étant plus qu'une confédération de cités libres, dont les représentants révocables vont simplement représenter leur ville à un échelon "supérieur", mais dépourvu de la seule légitimité, celle des vrais égaux, qui n'existent qu'à l'ombre de leur clocher. Le mot "commun" lui même désigne ainsi la première ressource qui justifie par la nécessité de son partage, le premier niveau d'organisation collective. 

    On peut citer le prix nobel accordé à Elinor Ostrom pour ses travaux sur les "biens communs", qui se distingue des "communs", dont le premier vrai exemple serait Wikipédia lui même !!!! 

    Fédérant magnifiquement communisme et commune, l'échelon électoral préféré des français devient donc la base de la seule (et dernière ) révolution politique en cours dans le monde, celle qui tente désespérément de s'affirmer aux confins de la Turquie, de la Syrie et de l'Irak, chez le peuple le plus arriéré du moyen orient, non arabe et non turc...

    Ce qu'il y a de remarquable chez Bookchin, c'est son caractère "écologique", en opposition à la fois à l'écologie dite "profonde" (celle qui veut supprimer l'espèce humaine, en gros les Vegan), et à l'écologie "mondaine", dite environnementaliste, celle qui veut organiser la société autour de la protection culpabilisée de la planète. Bookchin est écologique certes, mais pour protéger la liberté et l'autonomie des humains qui veulent librement s'organiser dans une communauté anarchiste à l'échelon municipal, respectueuse de chacun et aussi de l'environnement. 

    Il a finit par se désolidariser de l'anarchisme proprement dit, se disant simplement "communaliste", le mot mérite d'être retenu. Il désigne l'équilibre ville campagne gérée par la "commune", magnifique lieu de la vraie démocratie, locale en l'occurrence. 

    J'avoue apprendre tout cela brutalement et avec stupeur, mais pas vraiment étonné, je n'étais pas sans savoir l'absolue dégénérescence de la gauche française dans son ensemble, engluée dans la pourriture verdâtre de la chiasse marxiste jusqu'au bout, son cadavre puant mélangé à tous ces excréments là, une seule substance, un seul jus. Il y avait donc à la lisière des lectures de mes copains anars, une idéologie somme toute assez vivante et documentée, et qui prospérait ailleurs que dans le décadent, et inculte, pays des cons et des veaux.

    Il est possible d'ailleurs que Bookchin ait pu inspirer au moins à la marge les écologistes libertaires de la ZAD de notre dame des landes (les fameux lanceurs de boules de pétanque à lames de rasoir). Y a t-il du communalisme chez les gilets jaunes et leurs bras armés (les fameux lanceurs de kakatov, bouteille d'évian remplie de merde de chien)? Il inspire en tout  cas un combat contre le diable incarné, et il y a quelques idéalistes ancien de l'armée française qui vont aider les PYD  et leur bras armés, les fameuses nanas combattantes rendues célèbre à Kobane. 

    La Nature

    On repartira sur l'idée de nature, décrite en (3) et commentée là bas. Il y a bien un thème majeur de la réflexion sur cette question et nous y sommes, l'histoire du monde se continuant sous nos yeux. 

     

     

     

     

    (1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Rojava

    (2) https://fr.wikipedia.org/wiki/Murray_Bookchin

    (3) l'annotée via hypothes.is rescension du livre de Virginie Maris: https://via.hypothes.is/https://laviedesidees.fr/Qui-veut-la-mort-de-la-nature.html#annotations:0mqUxD0FEemfWdMPooCJCg