Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2016

Le truc de Schubert

Qu'est ce qui qualifie Franz Schubert ? Sa syphilis ? Son jeune âge ?  Son maitre, Saliéri ? 

En 1823, il compose "la belle meunière". En Mars 1827, il est porte flambeau à la mort de Beethoven, et meurt du typhus un an après à 31 ans, en Novembre 1828.

Je me voudrais critique de disque, en admirateur prosterné d'immenses compositeurs, d'immenses personnes, sans parler des héros qui osent -jouer- ces gens. 

Né et mort à Vienne, dans une ville qu'on visite à pensant à lui et à d'autres, il est porteur de souvenirs, car la musique est par essence ce qui s'attache au temps. Un lieu commun, certes mais avoir le culot de s'exprimer sentimentalement en musique alors que Beethoven est mort, c'est grandiose et il y arrive.

Naïvement, on dirait, dans un piano ultra célébré, et décrit comme ultra profond: il me semble pourtant transparent, comme naïf, comme si ses mélodies étaient "actuelles", évidentes. Ce sentiment d'évidence, de parfaite adéquation à l'esprit du temps (je parle du début du XXIème siècle), est patent. Quand on m'avait conseillé (il y a longtemps) les impromptus j'avais ri. Ah oui ! Frère Jacques... Or c'est manifeste. Ou bien alors c'est moi. 

De fait il avait atteint dès cette époque, un niveau de simplicité absolu (le niveau, pas la simplicité). C'est ça Schubert. Cela va au delà des "lieds", parfaitement émouvants par ailleurs et fondés à faire le fameux schubertianisme qu'il a vécu d'ailleurs: star du rock viennois, il fut adulé. Mais cela ne suffit pas à le caractériser...

Car il y a dans la transparence la soif d'une perfection juvénile absolue qui ne se satisfait jamais... Il arrive à nous prendre, le diable, pour des voyages qui ne sont pas les seuls, mais qui en sont. 

David Fray, Lars Vogt, Mitsuko Uchida soyez bénis et les autres, en direct car ils étaient moins cher aussi, ça a marché aussi. 

 

Il est pour finir l'auteur de l'une des choses les plus émouvantes qui soit: 

jeune fille https://www.youtube.com/watch?v=1x1Q7LO_UlU

belle basse https://www.youtube.com/watch?v=cSzQm6exrT4 

1957 https://www.youtube.com/watch?v=e-E7IicGOfQ

1941, https://www.youtube.com/watch?v=I1CJrIbJHE8

1911, très lent: https://www.youtube.com/watch?v=KftfpeISbIw

Le plus admirable éloge de l'art suprême, de ce qui est au delà de l'humain, et exprimable de toutes les manières possibles ! 

 

Juste pour parler des "impromptus". Oeuvre tardive, partiellement posthume, ils sont très expressifs, et très connus. 

Il y en a trois, en fait trois groupes de pièces D 899, D 935 et D 946.

D 935 est formé de 4 pièces. 

La première contient le fameux "ta ta ta" (ta ta ta ta)"

La deuxième est une mélodie schubertienne délicieuse.

La troisième est le fameux "Rosamunde", avec la petite mélodie, thème utilisé plusieurs fois. 

La quatrième est une très rapide et sautillante danse cristalline

 

D 947 ce sont les fameux "Klavierstücke", de 3 pièces. 

La première est la très fameuse attaque puissante, tagada tagada 

La deuxième est la douce mélodie si tendre, qui se transforme si bien. 

La troisième est primesautière et entrainante, mais devient le da tata tata cristallin ravissant super connu.

 

Une référence est le "Voyage magnifique, un disque de Mario Joao Pires". 

 

Les commentaires sont fermés.