Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/08/2016

La traduction

Accusé/suspecté/considéré pour avoir francisé son nom exagérément, celui qui intervient régulièrement dans C dans l'air sous le nom de Mathieu Guidère est l'auteur d'une thèse en linguistique décrite ici:

http://www.theses.fr/1998PA040113

et dont le thème est le titre. La théorie du complot dont je vais me faire l'écho ici est issue de la phrase suivante, tirée de la présentation de la thèse:

"La traduction apparait, de ce fait, comme un facteur cle de ces stratégies d'internationalisation."

Nous y sommes et le super agrégé d'Arabe est un maitre, il alla jusqu'à traduire son nom, on prétend (une discussion houleuse sur Wikipedia n'ayant pas tranché) qu'il s'appellerait en fait "Kouider", le patronyme "Guidère" étant inconnu des sites qui prétendent lister les patronymes français connus au XXème siècle.

Le fripon est d'autre part l'auteur d'un ouvrage "Introduction à la traductologie" qui justifie encore mieux le titre.

La question de la traduction est une question profonde, avec de multiples aspects dont le premier est celui de sa possibilité même. On pourrait imaginer à première vue qu'elle est impossible, les différentes neiges des esquimaux manifestant des activités mentales impossibles aux autres peuples et donc définitivement hors de leurs portées. Qui écouterait les cantates de Bach traduites ? Que ne se moque t on (ou pas) des traductions en français de l'Orphée de Gluck, ou même des doublages des films américains ?

Car on confond là l'équivalence des sens et l'enchassement d'un fait linguistique dans une pratique ou une culture. Mon allusion au sens de paroles destinées à être chantées était bien sur une forme d'extrêmisme, mais en fait, TOUTE parole a vocation à être chantée: dans la vie, dans l'action, dans ce qui lui donne sens, efficacité et donc vraie signification.

Toute langue porte un chant, ou une poétique propre et qui se traduit, là c'est moi qui me lance, par la plaisir (j'insiste sur ce mot là) que l'on éprouve à la "chanter" (j'insiste aussi sur ce mot là) c'est à dire à prononcer avec sensualité les mots forcément magiques qu'elle autorise. Chaque variante de ces langues porte aussi des plaisirs variés dont l'abandon est impossible, ou sans cesse différé par ceux qui les ont éprouvés, comme enfant ou adulte. Car les mots ont d'abord une saveur et procurent partout dans toute l'humanité des sensations profondes de plaisir c'est à dire du mélange de joies et de peines qui caractérise l'activité de toutes les psychées de tous les humains.

Mon allusion à la musique est indirecte, autant le préciser: bien qu'il y ait dans le language quelquechose de musical, ce que je voulais dire,  la musique à  proprement parler reste quelquechose de distinct.

A partir de là, on pourrait prétendre que ces émois là, directement liés à ces chants particuliers ne sont pas traduisibles et que donc, les langues humaines ne seraient pas traduisibles entre elles, point final.

Ce paradoxal là est d'ailleurs exprimé par les linguistes eux mêmes, Georges Mounier lui même disait que "l'existence de la traduction est un scandale", mais bien sur pas pour les raisons que j'avance ici... 

Bien sur, on fait là fi de la signification des mots employés et du sens global de leurs assemblages, que l'on peut discerner, toutes les expériences humaines le prouvent. Mieux: il semble bien qu'il soit possible de se comprendre, et même si cela se fait de multiples manières, et même si il n'y a pas de langue commune implicite (le fameux "mentalais"), on PEUT mettre des équivalents aux mots d'une langue étrangère et partager le haha, l'éclair de compréhension qui se manifeste d'ailleurs chez l'enfant nouvel arrivé quand il s'y met, à comprendre...

Par ailleurs, et cela est affirmé par le projet (presque incroyable) du "dictionnaire des intraduisibles" de Barbara Cassin, la "normalienne française qui, jeune, servit le café à Heidegger " (je rigole), la philosophie est traduisible dans TOUTES les langues, et elle le prouve, même si bien sur on philosophe dans une langue, et que de toute façons, à l'intérieur même d'une langue (définie par Lacan comme la "somme de ses équivoques"), on traduit aussi...

Car il y a quelquechose dont on ne se départira pas et qui est que TOUT est traduisible, l'impossibilité de la chose étant à la hauteur de sa nécessité, c'est à dire que la négation de cette chose ne pouvant s'appuyer que sur la négation de la possibilité même de la langue, il faut choisir.

Et puis la traduction c'est aussi substituter plusieurs mots d'une langue à un seul d'une autre et réciproquement, on le fait DEJA dans une même langue, alors... Quand au plaisir, et bien on peut l'expliquer  aussi, même si on ne peut pas le traduire, simplement faire des allusions. Quand on pense au fameux "Shadenfreude", peut on vraiment affirmer que les innocents français sont vraiment totalement ignorants d'un tel sentiment ?

Et bien la langue Arabe, puisque c'est de cela qu'il s'agit, est une langue porteuse à un haut degré de cette poétique là et de cette complexité là. Elle a de plus une originalité, qui la rend particulière et qui la prétention de l'ensemble culturel qui la manie, d'être le réceptacle unique d'une parole divine, suivez mon regard.A ce propos, il faut bien admettre que l'Islam (avec un grand I, l'ensemble culturel) semble considérer qu'il y a là quelquechose d'intraduisible. Naturellement le caractère "intraduisible" du coran n'est pas "essentiel", ni affirmé par celui ci (du moins je ne le crois pas), mais son intraduisibilité fondamentale, même si sans doute on peut en accepter des traductions de convenance, d'ailleurs prises en charge ou asummées par les différents propagateurs du texte sacré.

On notera au passage que c'est la traduction de Mohammed Hamidullah qui serait la traduction française utilisée de préférence par les musulmans francophones.

Un exemple mis en avant, mais qui conforterait plutot mes thèses est le mot "attaqwa" qui peut se traduire par "crainte" ou "piété". Quelle admirable langue ! Quelle richesse de significations ! On voit bien laquelle d'ailleurs et la double expression éclaire en fait le vrai sens de ce religieux là, je dirais bien sur.

 A partir de là on en vient à la fameuse traduction. Avant d'accuser Guidère, pour l'instant je ne sais ce qu'il prétendit spécifiquement sur ce point, mais il nous faut considérer non pas ce qui est intraduisible, mais ce qui précisément l'est. Car on a affaire à une double affirmation, exprimable suivant deux modalités.

D'abord celle de la traduction "à équivalence": le hijab par exemple est l'équivalent, la -traduction- du foulard que mettait la mère de Juppé pour aller à l'église. C'est comme cela qu'il (Alain Juppé) "comprend" le phénomène. Dans ce cadre, on peut mettre en correspondance les choses et donc les "comprendre", c'est à dire les accepter, elles sont les mêmes.

Ensuite celle de la non-traduction admise: les occidentaux ont perdu le sens des valeurs et ne peuvent plus comprendre ce qu'est la foi. Il leur faut donc admettre l'impensable: que des hommes et des femmes en ont besoin, eux, et il se doivent d'autoriser leur culte, sans le comprendre. C'est l'interprétation "ignorante" de la laïcité. Suivant le principe qu'on ne peut que tolérer ce qu'on ne comprends pas, il faut accepter les manies de certains, aveuglément.

On passera sur la traduction "savante", qui réalise par la compréhension des mots l'incroyablement primitif socle des croyances musulmanes, entièrement basées sur le respect absolu d'une autorité divinisée, et donc d'un totalitarisme parfait, image moyen-âgeuse de ce que l'occident mis des siècles à inventer pour finalement y exceller et au combien.

On passera aussi sur l'intraduisible effectif (assez similaire à la traduction savante, au demeurant) et qui consacre la radicale fracture qui oppose les spirituels occidentaux et d'ailleurs asiatiques et l'islam strict, le culte obsessionnel de l'unique autorité étant de fait, incompréhensible et incommunicable, voire insupportable.

 

On concluera sur les actions de communication effective de Matthieu Guidère, dont le rôle dans les médias français est d'expliquer, de traduire la complexité des moyens orients. Force est d'admettre qu'il pratiqua des silences coupables, minimisant de manière systématique la dangerosité, quand il ne la soutint pas, de l'organisation des frères musulmans lors des affaires tunisiennes et égyptiennes

. En ces matières, le compte rendu de son livre "l'état du monde Arabe" publié en 2015 par la revue "Oumma.com" (1) est un modèle du genre. Alors qu'il ne mentionne pour ce qui concerne les frères ni le Soudan ni le Hamas palestinien, il y annonce que la Qatar a laché la confrèrie, l'assistance de la femme de l'émir aux conférences de Karadawi cette année ne valant pas preuve, sans doute, selon lui.

Bref, un expert aux avis suspects, mais dont l'aspect lisse et globalement peu "informatif" a plutôt pour fonction de tranquilliser les esprits troublés. N'a t il pas nié la volonté de l'etat islamique de s'en prendre à l'occident ?

Le fait est qu'à part quelques critiques savoureuses ici ou là (2), rien n'en fait un dangereux personnage. Pourtant il semble bien que comme beaucoup il différencie exagérement le salafisme des frères de celui des autres.

On avait accusé Tariq Ramadan de pratiquer un "double" language. Peut on en dire autant de l'islamologue de Cdansl'air? Et bien non: Guidère n'a pas d'autre roles que celui d'universitaire polygraphe. Par contre il aurait manifestement minimisé l'importance et le rôles des organisations issues des frères musulmans et il reste à estimer comment cela s'est traduit exactement.

(1) http://oumma.com/220170/leclatement-presque-systematique-freres-musulmans

(2) assez marrant : http://parlons-islam.fr/lislamologie-sexcite-vie-privee-musulmanes-470

Les commentaires sont fermés.