Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2016

Les cantates de Bach

L'ensemble d'oeuvres musicales similaires produites par Johann Sebastian Bach sous le nom de "cantates", sous leur forme "sacrées" et "profanes" est sans aucun doute la plus extraordinaire oeuvre composite globale de l'histoire de la musique. Formée d'au moins 200 pièces identifiées (il y en a en fait bien plus, dont beaucoup d'encore inconnues sans doute), elle manifeste la plus inconcevable variété formelle, tout en restant remarquablement homogène. Un océan dans lequel on peut nager à loisir, émerveillé par ce qui s'apparente à une nature supplémentaire, un complément de la création, ou son achèvement, là je m'égare, mais l'idée y est. 

Les cantates sont connues sous leur forme "sacrées": oeuvres jouées lors de cultes luthériens à Weimar ou Leipzig elles mettent en musique des textes à connotation religieuses, dont on pourrait interpréter le ton, le style ou la profondeur spirituelle. Cela n'est pas le propos, car il faut bien admettre que la musique qui les accompagne est d'une nature radicalement différente. On  va essayer ici d'en expliciter quelques aspects, à défaut de les identifier tous, ce qui est naturellement complètement impossible, le caractère (sur) naturel de ce déferlement étant accablant.

Accablant au sens qu'il parait impossible d'en saisir globalement l'unité, tout comme il est impossible d'embrasser un arbre, ou une montagne. On ne peut que les escalader et revenir épuisé pour dormir enfin, soustrait aux infinies variations d'un monde qui nous dépasse complètement. 

On ne peut ainsi à leur propos qu'évoquer des souvenirs de voyage et bien sur rester pétrifié si on doit dire ce qu'on en pense ou pire choisir celle qu'on préfère parmi toutes les petites pièces brèves. Toutes ? Non pas toutes, certaines sont pénibles, on y pleure trop. Ce sera un aspect: les larmes qui viennent subitement, que l'on ne peut reprendre en main qu'à la faveur d'un écart musical bienvenu qui survient subitement, pour distraire, voire pour faire rire, ouf. 

On peut souligner l'importance de ce qu'il faut bien appeler la "polyphonie" : la plupart des morceaux sont formés de musiques différentes superposées qui s'appareillent harmonieusement, enfin, en apparence: en fait elles sont la plupart du temps complètement indépendantes et se taisent subitement puis repartent sans qu'on ne puisse savoir vraiment comment. Très souvent, on voit bien pourquoi: pour le plaisir qu'elles causent, mais la raison est elle vraiment celle là ? Surtout que l'ensemble est contenu dans une hiérarchie de nécessités où règnent les mêmes types de variétés à la fois répétées et donc existantes mais aussi fugitives et parfois beaucoup trop ("quel gaspillage!" se dit on parfois). Non il y a quelque chose de plus: tout ceci est spontané et n'est pas issu d'un plan, ou bien alors de celui de quelque chose qui n'est pas humain. 

Serait il possible que mon manque de culture musicale me soumette à la magie d'un enchanteur qui à partir de quelques trucs qui se font oublier après chacune de leur apparition endort toute réflexion, toute mémoire, toute analyse ? 

Comment se souvenir d'un "air" de Bach au point de le fredonner ? Cela est impossible: chacune de ses mélodies est un amoncellement de dix airs différents tous accordés ensemble et qui changent en permanence. On ne peut mémoriser cela que structurellement je pense, et encore: d'un endroit à l'autre les choses sont retournées, similaires en écho, mais toujours "pas pareilles", ce qui produit sans soute ce sentiment éperdu de volume, de souvenir perpétuellement déformé de quelque chose qui vient de disparaitre et qui peut être, mais ce n'est pas sur va revenir, préparez vous ! 

Et pourtant, les choses sont claires au demeurant: nulle véritable obscurité. Au point que toute "fausse" note se détecte immédiatement. Quand il s'y met lui même, c'est merveilleusement annoncé et délicatement introduit, comme en s'excusant, puis envoyé avec énergie, et en connaissance de cause, oh combien. 

Parlons des voix. La tradition voulait que les femmes ne chantent  pas. On avait donc des enfants, mais avec le timbre légèrement mâle du gamin, un peu gênant. Alors que les terribles émotions qu'une puissante soprano femme adulte peut transmettre sont souvent effrayantes. Pourtant il est frappant de réaliser que la musique de Bach arrive souvent à se rendre indépendante de ces formes là, comme si les différentes variétés de sa restitution n'étaient que des variantes agréables. D'où l'importance, ou bien n'en est ce que la conséquence, de l'humilité des chanteurs: ceux ci ont en concert, du moins dans les bons, une allure humble et timide qui participe grandement au spectacle, comme si on ne faisait que redire encore une fois quelque chose qui existe de toute éternité. Tu parles: la chanson de ce dimanche là, rien de plus, à dimanche prochain. 

Revenons aux paroles des cantates: même si leur interprétation est oiseuse, et leur sens profond obscur, il est très important de les considérer comme partie intégrale de la musique. Elles en font partie, tout simplement et doivent être considérées comme telles: leur sens premier EST dans la musique et c'est le propre de l'incroyable variété de celle ci que de découper leur mots pour en éclater les sons dans toutes les volutes baroques possibles. La relation entre les sens de ces mots et ce que Bach leur fait subir est une source d'enchantement en soi. Certains effets sont incroyablement hilarants, mais au sens ou un bébé (nous) peut trouver drôle quelque chose de subit qui le distrait ou le surprend agréablement. Des rires et des pleurs à l'extérieur, mais à l'intérieur? 

Certaines de ces paroles sont par ailleurs incroyablement émouvantes et exprimées avec souvent une grande délicatesse. Par contre aucune mièvrerie: la sentimentalité est toute entière contenue dans le face à face avec un extérieur divin parfaitement puissant. L'émotion est humaine mais destinée à quelque chose de très différent de l'humain, ou bien alors c'est l'inverse strict: comme si on en venait à éprouver les émotions de Dieu ! 

On en finirait plus d'évoquer ces souvenirs de voyage. Vers quelles références, vers quels plaisirs passés peut on se tourner sans avoir à en vexer d'autres ? La seule chose possible sans doute, est de se saisir de l'un d'entre eux et de le jouer. Ce plaisir immense est réservé aux musiciens qui s'y livrent, qu'ils en soient remerciés, sans parler de l'auteur dont personne ne peut dire s'il est mort ou vivant pour toujours.  

 

P.S. Il faut entamer ici une discussion qui devra avoir lieu et qui porte sur la nature du religieux dans la musique de Bach. Considérée comme évidente dans le bouquin de Gardiner, entamé après la rédaction de mon éloge, et pour commencer, bien en phase (l'absolue admiration pour le sommet absolu de toute musique possible), il me parait problématique: Bach ne peut pas, à mon sens, être religieux, ou bien alors, et ce ne peut être que la seule hypothèse disponible, il est Dieu lui même...

P.S. Gardiner donne bien des pistes et on pourrait les énumérer. La plus émouvante: l'émotion supérieure d'un choriste de  douze ans à l'enterrement de son père, rejeton de la lignée des musiciens du roi David. La plus immature: celle d'un musicien accompli virtuose doté de l'arme atomique aux funérailles d'une jeune femme de l'âge qu'avait sa mère quand elle le laissa seul, enfant ? La plus cruelle, celle de barbe bleue, l'assassin des enfants qu'il fait chanter et qu'il engendre  par paquets de dix pour les voir tous mourir avec leurs mères ? On en peut plus de voir toutes les facettes possibles de l'humanité se succéder dans la vie du vieux boche. Là encore, il laisse un gout âcre d'infini. 

20/02/2016

La différence sexuelle

Beau sujet: elle doit être pensée d'une manière particulière car elle n'existe pas, bien sur, sauf qu'en fait...

On a bien là quelque chose de délicat qu'on ne peut, et oui, considérer que négativement: la différence sexuelle c'est ce qu'on ne peut pas nier. Point final. A partir de là, on peut se comporter dignement et c'est le seul moyen et aussi le but du jeu, dans tous les cas. 

D'abord on ne peut l'affirmer inconditionnellement: cela signifierait renoncer à l'égalité symbolique absolue, qui empêcherait la mère de raconter à on petit mâle son histoire sans le rendre débile: il a besoin de l'intelligence et de la respectabilité de sa mère pour ne pas se mépriser lui même. Pas de complémentarité non plus: on ne complémente pas celle avec qui on fait l'amour, on la complimente (pas mal non ? ).

Et puis la complémentarité, cela fleure bon l'idéologie des frères musulmans, celle qui voile son complément, pour le désigner ou le cacher on ne sait pas très bien. 

Ensuite, on ne peut l'affirmer comme décrivant des êtres de natures différentes, d'abord à cause de l'interfécondité, ensuite à cause de l'imbrication génétique, les gênes communs étant trop nombreux. Mais aussi parce qu'elle est de nature précisément, et nécessaire à elle. Sans aller trop loin dans l'analyse sémantique par jeux de mots, dire qu'il y aurait des êtres différents (hors nature donc) sur un tel substrat commun alors que la coopération dans l'être des êtres en question est absolue, historique, constitutive, essentielle car naturelle me parait tellement évident qu'une différenciation fondamentale est manifestement une absurdité, qui elle, est fondamentale et essentielle, ça c'est sur.

Et puis cela fleure bon le féminisme lesbien autonomisé trouvant la bite étrange: la femme, archétype du futur castré serait ainsi l'avenir pacifique du monde, après le grand massacre bien sur. 

Ensuite, on ne peut préjuger de ses choix: dans un univers virtuel conduit par les raisons et le langage, comment associer des flux d'hormones à la couleur rose pour l'éternité et ne pas voir le conventionnel derrière l'essence du genre ? Car avant de se lancer dans l'ultra moderne, il faut bien considérer qu'on ne voit pas le rapport entre la promesse hormonale de la maternité et l'extraction à la main des racines de deux. Les préférences ou l'habileté (con)génitale ne semblent pas intervenir, en tout cas, leur raison de le faire sont obscures et sans doute futiles. 

Si on passe aux genres et à leur théories, la chose se renforce encore: même si les petites filles semblent bien différentes (tu parles) la nécessité de leur déguisement en prostituées dès l'âge de trois ans reste incertaine et on doit se rendre à l'évidence, l'essence est difficile à prendre par la taille tant le social, les affects, les imitations jouent un rôle. Il y a bien une conceptualisation difficile à mener. 

Et puis il y a les "intersexuels": gonades déformées (parfois les hormones, il y en a trop de pas assez au mauvais moment, nous sommes chimiques) ou inverties, parfois les accoucheurs se méprennent. Qu'en dire ? Et bien évidemment tels les ornithorynques ils servent de témoins, de contre exemple et de preuves aux théories. On peut en effet en déduire qu'il n'y a pas de sexe du tout (la preuve) ou qu'il y en a de multiples (la preuve), ou même qu'on peut faire ce qu'on veut (si du moins on en donne le pouvoir au chirurgien accoucheur réparateur)... 

Non pas que le génétique fasse tout: les déformations possibles des chromosomes, pourtant à la racine du problème, produisent des paradoxes similaires, qui n'empêchent rien, la preuve Sheila, qui reste un homme, put accoucher elle même, comme quoi tout est possible. 

Pourtant, la méthode de reproduction qu'il faut bien pratiquer ou du moins laisser pratiquer à une certaine échelle, et cela ne lasse pas de se pratiquer, est assez ancienne, et précède dans la lente transformation des espèces toute espèce d'identification raisonnable à des ancêtres acceptables. Disons que le principe est acquis. Cela devrait suffire à en assoir le caractère inévitable; mais il y a plus que cela, il y a une question d'identité: en tant qu'être vivant on est dans la polarité et celle ci déborde toujours même si cela peut se faire de diverses manières . On ne peut la nier, c'est la thèse. 

Dès ce moment, et comme le négatif protège, on peut renoncer à tout positivité: "la femme" peut être n'importe quoi depuis une belle pouliche aux fesses et attaches proéminentes et fines respectivement jusqu'à la vierge marie dans toute sa splendeur en passant par toutes les transverbérations qu'on veut. "L'homme" pourra se pavaner avec ses droits, la généralité de son genre et aussi la hauteur de sa musique et la bassesse de ses cochons d'appétits, bref on pourra faire ce qu'on veut et cela a bien des cotés plaisants, la liberté en cette demeure étant le fond de toutes ces affaires.

Penser l'humanité à partir de cela peut donc se faire plus commodément, l'exclusion de toute essentialisation de la différence sexuelle permettant de se libérer de toutes les barbaries et de tous ces contraires oppressifs. 

A t'on vraiment atteint le but fixé? L'impossibilité de nier permet à la fois de rejeter l'uniformité qu'on sait bien inadaptée, mais aussi de garder la nécessaire et digne égalité officielle tout en préservant ses petits fantasmes bien pratiques. Un point d'équilibre, si on veut mais il est vraiment unique. Ailleurs on voit pas. 

Ainsi c'est le rejet de l'indentification d'un être à la chose qui caractérise la doctrine, et c'est bien cela que l'on affirme.

Car il n'y a dans l'être rien de ce qui ressemble au Dieu qu'Heidegger voulait nous imposer pour nous sauver malgré nous: il n'est rien du tout et le vrai athéisme permet de faire justice de bien des nécessités. 

A partir de là on peut aller au combat et défendre un patriarcat re-décrit convenablement qui pourrait bien ravager bien des points de vue. Car il y a dans le débat, au delà de personnes respectables, bien des connes qui prirent pour argent comptant ce qui n'était que dinette et poupées roses, hélas imposées et ingérées par ce que décrit la théorie du genre dans sa vraie acception: l'aliénation fut maintien d'une virginité trop longtemps. La fiancée enfin nue et sans voile doit être livrée à son équarisseur et la nature va parler !

Mon langage est transparent dira-t-on, sans doute, mais c'est intentionnel, c'est pour rire. Car le culte de la défloration virile est bien opprimant aussi et tout aussi ridicule. Aujourd'hui au courant de l'inanité de bien des cultes, on peut finir le boulot et se déclarer aussi contre la parité par exemple, plus exactement contre ce culte là, celui de la femme essentielle, forme moderne et pitoyable du vieux respect barbare pour la pute vieillissante, rendez nous, pitié, notre dame ! 

Pour faire court: on pollue l'esprit de nos filles par un féminisme de vieille ménopausée égoïste qui ne veut plus garder ses petits enfants. Et cela au nom d'un essentialisme qu'il faut combattre philosophiquement. En disant qu'on ne peut nier la différence des sexes, justement, voilà mon épée. Les femmes n'ont pas besoin de compenser leur trompeuse absence de quelque chose par une hystérie particulière: on ne peut rien leur refuser, en tout cas de ce qu'elles sont.

Ensuite que l'homosexualité comme institution est un aspect de la chose: ce n'est pas pour rien que Taubira paya à ce point de sa personne. Le mariage, la filiation et son financement doit être coulé dans le marbre, seul moyen de continuer l'obligation de la subvention à la méchanceté, la corruption et l'égoïsme. Pour mieux renforcer la différence d'avec le reste de l'humanité d'un peuple de bourgeoises divorcées entretenues, on institutionnalisa par compensation l'abolition de la filiation paritaire. 

Le lien parait tenu mais la chose est logique en fait: l'égalité suppose l'abolition du sexuel et donc son abolition "réelle": il faut compenser symboliquement le physique et réciproquement. D'où la subvention, le paritarisme, la garde des enfants systématique, les jetons de présence aux épouses, et le mariage homosexuel.

L'être supérieur est donc désexué, artificiel et virtuel, du fait de son appartenance au sexe et à l'âge idéal (la femme de plus de cinquante ans). Il a deux acceptions suivant ses préférences sexuelles. Hétéro, il exige que les hommes s'occupent en groupe des enfants et du ménage que leurs fonctions directoriales les poussent à négliger, Homo, il envisage de s'en passer complètement, la sélection des embryons permettant de faire disparaitre enfin les très laides bites. 

Et bien la doctrine s'oppose frontalement à ce déni et c'est son mérite. 

Car l'enfant, si tant est qu'on souhaite continuer à en faire, a des droits qui sont ceux de celui qu'on a finalement renoncé à tuer,  tant son apparition est dérangeante. En particulier, il a le droit de se sentir, dans les nuits d'angoisse qui l'attendent, héritier au moins en principe des grenouilles et autres lémures qui l'on précédé. Il n'est pas symboliquement héritier d'un amour désincarné entre deux socialisations ratées, il est le produit naturel d'une aventure vivante qui le rattache au plus glaireux et au plus magnifique des efforts, celui qu'ont mené faute de technique suffisante tous les êtres vivants du dernier milliard d'années. Il n'est jamais mort grâce à cela au moment ou il entre en scène, et cela mérite le respect. Et bien attribuer cette filiation "symboliquement" à un couple qui fait semblant c'est nier ce que l'on ne peut nier: la différence sexuelle.

Celle ci n'est pas accessoire, et subordonnée à je ne sais quel accord, amour, sauvetage, adoption qui nierait l'essentiel de l'histoire. Car il y a histoire et la réduire à une main éponge, une injection ou une vente à la découpe pour mieux en minorer l'importance est un oubli fâcheux. Oh bien sur cela est possible est ceux qui en sont issus gardent tous leur droits: raison de plus pour ne pas en rajouter, on ne peut vivre ni sans beurre ni sans argent. Il faut les plaindre et les dédommager et surtout leur permettre de revenir dans le tronc commun et d'y agir comme il sied de le faire.

Cela inclut t il le dévoilement systématique de la vérité biologique quand on finit par apprendre que son père n'est pas son père ? Et bien non d'après moi et je pense le justifier. L'une des armes de la PMA est en effet que le secret de la vraie origine devrait être rendu public quelqu'il soit, ce qui répondrait au gout pour les grenouilles que je manifeste moi le vieux salaud et aussi permettrait, une fois remis de l'obscénité de sa conception, de continuer sa vie d'enfant de convention.

Et bien cela est honteux et inacceptable.

D'abord pour des raisons de pruderie, car on ne peut assimiler une pénétration éjaculatoire fertile obtenue après bien des danses sociales et sentimentales aux horribles masturbations dans des mains éponges qu'on achète à des clochards ou pire à des prostitution de clochardes qu'on va même jusqu'à obliger à pratiquer les mêmes rites obscènes. L'obscène a des limites, et l'argent du gant de toilette l'est. 

Ensuite pour des raisons liées à la nature du lien que le compagnon de la femme qui accouche entretient avec l'enfant à naitre: il est son père -supposé-. Cette convention, et parfois cette erreur est une constante de la reproduction sexuée et structure déjà les sociétés animales. Vouloir rompre avec cela est à la fois une obscénité (on vient de le voir) mais aussi une négation de la différence sexuelle. La femelle est porteuse de l'histoire de la fécondation, à la fois socialement mais aussi du fait du rôle dissymétrique qu'elle joue  dans la chose, elle décide ou dissimule. Vouloir permettre à des coucous justifiés par de l'ADN de revendiquer leur rôle de père "biologique" et ainsi de briser des familles (il y a un fait divers récent absolument révoltant) est absolument scandaleux et infamant. Honte à la justice de mon pays qui n'en finit pas de se déshonorer à mépriser et piétiner ce qui est l'humanité.

Au sujet des relations entre ces sexes dont on ne peut nier l'existence, il faut admettre que la différence est sujette à tout ce que le social produit quand il y a différence, d'état, de condition, de sexe: la différence des occupations. Car la polarisation des vies sur des rôles différents est alors suffisamment fréquente pour qu'on ne la trouve pas anormale. Spécialisation économique, affective, artistique, tout se différencie car on ne peut nier les différences, on l'a assez dit. Vouloir l'égalité des conditions au point d'instaurer l'interchangeabilité obligatoire est un déni: elle viole des choix personnels. Déni de ce à quoi je pense, encore et qu'il faut rappeler: on ne le peut nier.

Qu'on me comprenne bien, c'est la polarisation qui a de la valeur, et pas l'essence de je ne sais quel male ou femelle, on l'a assez dit, l'essentiel est la différence, source d'énergie par ailleurs. Car la combinatoire des alternances et des spécialisations est assez riche pour permettre toutes les mixités. Cela s'applique à toutes les combinaisons des sexes virtuels ou réels: tous les rôles existent et doivent pouvoir s'investir à loisir: non à l'uniformité ! 

Qu'on continue à bien me comprendre: il existe une conception dévoyée de l'égalité entre hommes et femmes, issue du siècle dernier encore marqué par la virilité symboliquement affirmée. Elle a théorisé les pires absurdités au point d'avoir introduit une inégalité supplémentaire injustifiée. Alors que la modernité et la nécessaire camaraderie due à la mixité généralisée, sans parler de la contraception, a rendu les hommes infiniment plus tolérants à l'égard de toutes les formes de l'être féminin, il existe toujours chez bien des femmes des points de vue "sexués" issus tout droit du moyen âge. Supériorité de l'être féminin, revendication permanente contre une "domination" qu'on identifie à celle du capitalisme, relativisation de la paternité, exigence absurde de la parité, féminisation des noms de fonctions contre les usages de la langue, etc etc. Produit de la différence sexuelle ces préjugés là? Certainement pas! Ils ne sont que les scories de l'histoire et celle ci passera. 

Pourtant l'équivalent masculin a maintenant disparu et n'est remplacé que par une bienséance navrée qui se défoule au football:  le ridicule nous opprime ! Il est instrumentalisé par la démagogie politique, à droite comme à gauche, et n'est de fait qu'un culte tardif de la déesse mère, par ailleurs assumé par certains écologistes, de fait une barbarie dont tout le monde se moque. 

On pourrait parler de la notion de "domination masculine" pont aux anes(esses) des légendes qui justifient l'oppression matriarcale. Elles s'appuient par exemple sur la petitesse des femmes, sélectionnées par les dominants qui leur volèrent leur biftecks pendant toute l'histoire. Cette stupidité est contredite par la réalité de l'évolution humaine (beaucoup d'africaines et de suédoises sont diablement (trop) grandes), qui de toutes façons n'a pas eu le temps d'agir dans la faible durée écoulée depuis l'invention de la culture, et surtout par la réalité présente: qui peut dire que l'ignoble patriarcat a sélectionné malignement la sottise des femmes qu'il affirme alors que la parfaite intelligence des femelles en démontre le contraire chaque minute?

L'existence de l'homosexualité n'est pas un problème en soi: elle doit bien être supportée, la pauvre, depuis le temps qu'elle existe sous des formes d'ailleurs diverses, et là n'est pas la question. Même si elle a un rapport avec la sexualité et même avec les aspects de la différence entres les sexes, elle n'est pas en soi "sexuelle": qui n'a pas connu les affres de l'enfantement non voulu ou pas ne sait pas ce que c'est que le vrai sexe, celui qui produit, ou non. Le touche pipi est sexuel, mais n'a pas le gout du sang des couches, et ça lui manque. Je sais on peut entre lesbiennes jouer à cela et elles ne s'en privent pas, sans doute, mais le fait de ne pas avoir fait souffrir un véritable pauvre hétérosexuel masculin doit forcément gâter leur plaisir, du moins je me l'imagine. 

Maintenant le sexe est aussi infertile ou malheureux et l'homosexualité n'a rien à voir là dedans: le bonheur n'est pas universel et les destins sont multiples. Il est légitime de vouloir s'accomplir en faisant des enfants. Mais cela est il un droit ? Je crois que non, un droit étant proche de la considération de la nécessité de son exercice pour tous. Or le droit de ne pas s'accomplir doit exister aussi et la liberté de ne pas avoir d'enfants sans en être diminué doit être préservée. Le droit à l'enfant médical et subventionné par la collectivité est inacceptable: la stérilité n'est pas une maladie est doit être considérée comme le poil au sein ou la couille molle: un défaut à compenser avec son propre argent et sa propre tristesse.

Quelles solitudes, quels malheurs, quelles espérances ratées ont vécu sur cette terre ?  Et bien les sexes se partagent ces choses à égalité, même si elles sont, forcément, différentes.

 P.S. La journée de la femme vient de passer: une action intelligente menée par une (une) grande âme collecte tampons et serviettes hygiéniques pour les 15000 femmes SDF de la région parisienne. Une goutte d'eau dans l'océan pour pallier les dégoutantes sécrétions dont on le rappelle, l'épongeage n'est plus taxée à 20%. L'utilisation des coupes menstruelles plastiques réutilisables n'est pas de mise pour les grandes âmes adeptes de choix de la datte des menstrues: faut que ça saigne !

13/02/2016

L'épigénétique

Un mot à la mode, "épigénétique" mais que désigne-t-il exactement ? 

On va suivre par exemple Etienne Danchin et ses explications. 

Et bien d'abord, que l'hérédité, ce qui est transmis entre ascendants et descendants n'est pas -que- génétique. 

L'exemple fondateur

Car les gênes transmis peuvent s'activer ou non, d'une part , et d'autre part que la capacité d'activation des gênes est transmise aussi. Allons plus loin dans les détails. Le mécanisme le plus connu est celui des souris femelles, des soins qu'elles donnent à leurs petits, soins qui activent des gênes producteurs d'une hormone, qui stimule les comportements de soins. 

activation de gêne -> production d'hormone -> comportement de soin -> activation de gêne ... 

Et bien si on désapprend le soin, le gêne ne sera pas activé, la production d'hormone pas faite, et les souris resteront peu soigneuses. Un caractère acquis se trouve ainsi non pas inscrit dans le gêne, mais transmis héréditairement. 

L'autre exemple archétypique est la reine des abeilles, génétiquement identique aux ouvrières mais rendue obèse et productrice par une alimentation particulière, obtenue après une sélection sociale. 

On observe des transmissions de cette sorte sur plusieurs générations, mais avec atténuation: des mécanismes de hasard peuvent rétablir des déséquilibres provisoires. C'est la longévité du fameux ver Caenorhabditis Elegans (n'oubliez pas son prénom) qui devient extraordinaire sur quelques générations seulement. 

On généralise 

Un autre exemple est celui du territoire avantageux: on le possède par hasard et les enfants qui y naissent sont mieux nourris et plus grands: l'avantage est il génétique ? Non, pourtant il est transmis, et nous y sommes : voilà qui explique la race des seigneurs. Laissons ce domaine de coté pour l'instant. 

La théorie 

Il faut bien voir qu'il n'y a que 2 théories de la genèse des individus: soit ils se constituent à partir de l'informe, soit ils existent pré formés. La théorie génétique est typique du préjugé de la "préformation", tandis que l'épigénèse aristotélicienne ne l'est pas. 

Il se trouve que ces deux conceptions (en fait l'une ou l'autre) sont profondément ancrées dans les appréciations cognitives pré conscientes des individus. Remettre en cause cet essentiel, c'est à dire la croyance à la mécanique préformée ou la mécanique à former déclenche des bouleversement intérieurs générateurs d'agressivité. C'est la querelle de l'inné et de l'acquis, une occasion comme une autre de se déchirer, c'est ça qui en fait le prix. 

Il y a d'autres aspects, et qui concerne les présupposés concernant l'évolution. Une partie de l'épigénétique attribue à des mécanisme évolutifs internes au vivant les fameuses querelles de l'activation des gênes. On se retrouve alors avec des évolutions enchassées, totalement non conscientes ni voulues, qui mettraient le hasard au coeur du fonctionnement des organismes. Ceux qui prétendent à ces conceptions hurlent bien sur à la révolution conceptuelle, un deuxième Darwin étant à naître...

Les conséquences

J'avoue être intéressé par l'épigénétique de par son rapport avec les GPA/PMA que projettent de généraliser certains. Or la mère porteuse transmet c'est ça qui est important: ainsi , une souris anxieuse génétiquement peut transmettre cette anxiété à un embryon issu d'une lignée saine et implanté. Activation d'une hérédité, voilà la clé du portage. 

Un autre aspect est la contamination sur plusieurs générations par des substances nocives. Ce serait le cas de l'affreux Distilbène, aujourd'hui interdit, mais qui a activé des transmissions qui continuent... On peut aussi penser à l'obésité ou même à l'homosexualité... 

Une théorie récente propose d'expliquer l'homosexualité par l'épigénétique. Magnifique tentative de résoudre le paradoxe de l'aspect ni inné ni acquis, mais naturel de l'homosexualité, source de bien des interrogations. 

Les dérives

Les dérives du jeu avec ce concept sont bien sur légions, et orientées dans le sens auquel je pense, c'est à dire le bien évident, je le savais, principe de l'influence du psychisme sur le physique, c'est à dire la bonne vieille magie, la noire bien sur,  la plus fascinante. Les progrès de l'épigénétique sont ainsi bien sur suivis par toutes les bandes de lascars bien connues. Tout comme la mécanique quantique et les nombre réels en son temps, le mystique est toujours tapi dans l'ombre quand le conceptuel est trop compliqué. 

Le point important est l'influence que l'on voudrait accorder aux comportements avant plutôt qu'aux remèdes après: le rituel en quelque sorte. 

 

 

03/02/2016

Levy, Bernard Henri

Un interview aujourd'hui d'une personne contestée de toutes parts, mais extraordinairement prétentieuse et intéressante.

Il s'agit d'un richissime et mondain personnage, possesseur des édtions Grasset,  "nouveau" philosophe (certains disent pseudo), hagiographe de Sartre, Jean Paul, il revint au Judaïsme en même temps qu'un secrétaire de Sartre, Benny Levy. Toutes ses oeuvres artistiques furent des échecs moqués cruellement et à raison.

Il se veut un Malraux du présent, à la fois aventurier et philosophe, mais aussi religieux, il parle maintenant directement de judaïsme et d'universel, en relisant Rosensweig. Il intervint dans l'histoire pour défendre la Bosnie attaquée et attaquer  la Libye mal défendue.

Il est aussi extraordinairement superficiel. Piégé par un canular d'anthologie (la fameuse affaire Botul), il théorisa doctement l'identification de la pensée et la vie sexuelle d'Emmanuel Kant en citant une blague préparée de longue date.  

Sous nos yeux aujourd'hui même, il évoque le concept d'"avertisseur d'incendie" de Walter Benjamin à propos de la Shoah. Ici le contresens absurde est double. Benjamin mort en 40 ne fut pas au courant de l'extermination des juifs d'une part, et d'autre part évoqua la chose au sujet de la nécessité de la révolution, seule capable d'arrêter l'utilisation des armes chimiques par les bourgeoisies.   

Connu pour cela depuis un lustre, l'homme est ainsi d'une faiblesse totale et peut être éreinté, moqué et ridiculisé sans vergogne aucune, l'antisémitisme ne pouvant être évoqué pour défendre un pareil cuistre dont l'allusion à la "solidarité des ébranlés" est presque un aveu: comment être solidaire d'un pareil onaniste ? 

A rebours de beaucoup j'avoue toutefois garder un peu d'estime pour les actions du malheureux, son soutien à la Libye en révolte contre Kadhafi me l'ayant rendu, malgré ses horribles manières, sympathique, et oui. La situation actuelle de la Libye n'est en rien du à ses actions, ou à celle de Sarkozy, l'abandon de la Libye datant de la fin 2012, et fut le fait de Obama et Hollande qui abandonnèrent le pays à son sort. Sa défense de l'interventionnisme se trouve de plus absolument justifié par l'immense succès du non interventionnisme en Syrie. Bref, il n'a pas toujours tort, et cela va muscler mes critiques. 

On va commencer par son appréciation du judaïsme, dont le culte de l'autre serait anti communautariste. Et bien on peut dire le contraire, l'essence communautariste du judaïsme étant essentielle à ce qu'il est et ce d'autant plus que le caractère "autre", et je l'ai décrit ici, est constitutif de cela. L'"autre" juif est le message juif, et tout ce qui l'accompagne, et qui le protégea contre l'histoire, circoncision et kippa compris, est l'affirmation de cet autre là, et ce pour l'élévation de tous, en particulier pour les autres que juifs, à qui ils sont chargé d'enseigner cela: l'irréductibilité de la différence, et donc justement, le refus de l'universel au sens strict. 

Parler d'universel au sens naïf pour ce qui concerne le judaïsme est donc bien dans cette veine du débat superficiel, et bien sur Levy là comme ailleurs plonge dans le dogmatisme religieux commun à tous les bigots: on va donc chercher dans la Thora des allusions aux 70 nations à qui elle s'adresserait ! Mieux, et encore pire, le judaïsme se trouve irreligieux et contre l'irrationalité, l'idée du Messie n'étant ni irrationnelle (bien sur), ni déiste (bien sur). 

La comparaison entre kippa et niqab est la même veine: cela le révolte, le voile étant politique et la kippa symbole de l'humain, (mais ne s'addressant pas aux femmes, non symboliquement humaines sans doute). Bref, le refus de la classification de l'appartenance communautaire universelle, de la mauvaise foi donc. Sa révolte contre l'assimilation kippa/sionisme, qu'il juge "immonde" se trouve ainsi en dehors des rails, sans parler de sa comparaison morand/céline contre soral/dieudonné, les premiers (surtout céline) ayant tout de même "une autre allure". 

Mauvaise foi? Connerie ? Bref, on peut être riche et aussi misérable. Sa souffrance exprimée ailleurs sur le web, de voir sa soeur convertie au christianisme ne sembla pas non plus très spirituelle, elle fit l'objet d'un buzz:  son manque de sportivité dans la compétition entre les religions y fut particulièrement apparent. 

Un jugement sur l'internet qu'un journaliste à raison décrivait AUSSI comme le lieu du témoignage sincère (merci pour moi): il s'écrit : "c'est AUSSI le lieu de la haine, ne l'oubliez pas! "

On pourrait donner du sens (à l'universalisme juif), et je le perçoit, et c'est ce que je dis d'ailleurs, mais il est clair que ce sens ne sera pas donné par notre homme, celui ci comme on a dit étant le contraire du juif qu'on aime: il n'est ni cryptique, ni profond, ni acharné à l'étude, mais superficiel, transparent et inculte. Bref, comment être antisémite envers son contraire ? (pas mal non?)