Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/02/2016

Levy, Bernard Henri

Un interview aujourd'hui d'une personne contestée de toutes parts, mais extraordinairement prétentieuse et intéressante.

Il s'agit d'un richissime et mondain personnage, possesseur des édtions Grasset,  "nouveau" philosophe (certains disent pseudo), hagiographe de Sartre, Jean Paul, il revint au Judaïsme en même temps qu'un secrétaire de Sartre, Benny Levy. Toutes ses oeuvres artistiques furent des échecs moqués cruellement et à raison.

Il se veut un Malraux du présent, à la fois aventurier et philosophe, mais aussi religieux, il parle maintenant directement de judaïsme et d'universel, en relisant Rosensweig. Il intervint dans l'histoire pour défendre la Bosnie attaquée et attaquer  la Libye mal défendue.

Il est aussi extraordinairement superficiel. Piégé par un canular d'anthologie (la fameuse affaire Botul), il théorisa doctement l'identification de la pensée et la vie sexuelle d'Emmanuel Kant en citant une blague préparée de longue date.  

Sous nos yeux aujourd'hui même, il évoque le concept d'"avertisseur d'incendie" de Walter Benjamin à propos de la Shoah. Ici le contresens absurde est double. Benjamin mort en 40 ne fut pas au courant de l'extermination des juifs d'une part, et d'autre part évoqua la chose au sujet de la nécessité de la révolution, seule capable d'arrêter l'utilisation des armes chimiques par les bourgeoisies.   

Connu pour cela depuis un lustre, l'homme est ainsi d'une faiblesse totale et peut être éreinté, moqué et ridiculisé sans vergogne aucune, l'antisémitisme ne pouvant être évoqué pour défendre un pareil cuistre dont l'allusion à la "solidarité des ébranlés" est presque un aveu: comment être solidaire d'un pareil onaniste ? 

A rebours de beaucoup j'avoue toutefois garder un peu d'estime pour les actions du malheureux, son soutien à la Libye en révolte contre Kadhafi me l'ayant rendu, malgré ses horribles manières, sympathique, et oui. La situation actuelle de la Libye n'est en rien du à ses actions, ou à celle de Sarkozy, l'abandon de la Libye datant de la fin 2012, et fut le fait de Obama et Hollande qui abandonnèrent le pays à son sort. Sa défense de l'interventionnisme se trouve de plus absolument justifié par l'immense succès du non interventionnisme en Syrie. Bref, il n'a pas toujours tort, et cela va muscler mes critiques. 

On va commencer par son appréciation du judaïsme, dont le culte de l'autre serait anti communautariste. Et bien on peut dire le contraire, l'essence communautariste du judaïsme étant essentielle à ce qu'il est et ce d'autant plus que le caractère "autre", et je l'ai décrit ici, est constitutif de cela. L'"autre" juif est le message juif, et tout ce qui l'accompagne, et qui le protégea contre l'histoire, circoncision et kippa compris, est l'affirmation de cet autre là, et ce pour l'élévation de tous, en particulier pour les autres que juifs, à qui ils sont chargé d'enseigner cela: l'irréductibilité de la différence, et donc justement, le refus de l'universel au sens strict. 

Parler d'universel au sens naïf pour ce qui concerne le judaïsme est donc bien dans cette veine du débat superficiel, et bien sur Levy là comme ailleurs plonge dans le dogmatisme religieux commun à tous les bigots: on va donc chercher dans la Thora des allusions aux 70 nations à qui elle s'adresserait ! Mieux, et encore pire, le judaïsme se trouve irreligieux et contre l'irrationalité, l'idée du Messie n'étant ni irrationnelle (bien sur), ni déiste (bien sur). 

La comparaison entre kippa et niqab est la même veine: cela le révolte, le voile étant politique et la kippa symbole de l'humain, (mais ne s'addressant pas aux femmes, non symboliquement humaines sans doute). Bref, le refus de la classification de l'appartenance communautaire universelle, de la mauvaise foi donc. Sa révolte contre l'assimilation kippa/sionisme, qu'il juge "immonde" se trouve ainsi en dehors des rails, sans parler de sa comparaison morand/céline contre soral/dieudonné, les premiers (surtout céline) ayant tout de même "une autre allure". 

Mauvaise foi? Connerie ? Bref, on peut être riche et aussi misérable. Sa souffrance exprimée ailleurs sur le web, de voir sa soeur convertie au christianisme ne sembla pas non plus très spirituelle, elle fit l'objet d'un buzz:  son manque de sportivité dans la compétition entre les religions y fut particulièrement apparent. 

Un jugement sur l'internet qu'un journaliste à raison décrivait AUSSI comme le lieu du témoignage sincère (merci pour moi): il s'écrit : "c'est AUSSI le lieu de la haine, ne l'oubliez pas! "

On pourrait donner du sens (à l'universalisme juif), et je le perçoit, et c'est ce que je dis d'ailleurs, mais il est clair que ce sens ne sera pas donné par notre homme, celui ci comme on a dit étant le contraire du juif qu'on aime: il n'est ni cryptique, ni profond, ni acharné à l'étude, mais superficiel, transparent et inculte. Bref, comment être antisémite envers son contraire ? (pas mal non?)

Commentaires

Buzz du monstre chez Ruquier: Laurent Fabius et le crime rituel pour "une obscure affaire de sang contaminé" et Strauss Kahn dont la dénonciation ne sentait pas bon...
La confirmation de ce que je disais: un crétin furieux de première catégorie.

Écrit par : François Carmignola | 14/02/2016

Les commentaires sont fermés.