Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/02/2016

L'épigénétique

Un mot à la mode, "épigénétique" mais que désigne-t-il exactement ? 

On va suivre par exemple Etienne Danchin et ses explications. 

Et bien d'abord, que l'hérédité, ce qui est transmis entre ascendants et descendants n'est pas -que- génétique. 

L'exemple fondateur

Car les gênes transmis peuvent s'activer ou non, d'une part , et d'autre part que la capacité d'activation des gênes est transmise aussi. Allons plus loin dans les détails. Le mécanisme le plus connu est celui des souris femelles, des soins qu'elles donnent à leurs petits, soins qui activent des gênes producteurs d'une hormone, qui stimule les comportements de soins. 

activation de gêne -> production d'hormone -> comportement de soin -> activation de gêne ... 

Et bien si on désapprend le soin, le gêne ne sera pas activé, la production d'hormone pas faite, et les souris resteront peu soigneuses. Un caractère acquis se trouve ainsi non pas inscrit dans le gêne, mais transmis héréditairement. 

L'autre exemple archétypique est la reine des abeilles, génétiquement identique aux ouvrières mais rendue obèse et productrice par une alimentation particulière, obtenue après une sélection sociale. 

On observe des transmissions de cette sorte sur plusieurs générations, mais avec atténuation: des mécanismes de hasard peuvent rétablir des déséquilibres provisoires. C'est la longévité du fameux ver Caenorhabditis Elegans (n'oubliez pas son prénom) qui devient extraordinaire sur quelques générations seulement. 

On généralise 

Un autre exemple est celui du territoire avantageux: on le possède par hasard et les enfants qui y naissent sont mieux nourris et plus grands: l'avantage est il génétique ? Non, pourtant il est transmis, et nous y sommes : voilà qui explique la race des seigneurs. Laissons ce domaine de coté pour l'instant. 

La théorie 

Il faut bien voir qu'il n'y a que 2 théories de la genèse des individus: soit ils se constituent à partir de l'informe, soit ils existent pré formés. La théorie génétique est typique du préjugé de la "préformation", tandis que l'épigénèse aristotélicienne ne l'est pas. 

Il se trouve que ces deux conceptions (en fait l'une ou l'autre) sont profondément ancrées dans les appréciations cognitives pré conscientes des individus. Remettre en cause cet essentiel, c'est à dire la croyance à la mécanique préformée ou la mécanique à former déclenche des bouleversement intérieurs générateurs d'agressivité. C'est la querelle de l'inné et de l'acquis, une occasion comme une autre de se déchirer, c'est ça qui en fait le prix. 

Il y a d'autres aspects, et qui concerne les présupposés concernant l'évolution. Une partie de l'épigénétique attribue à des mécanisme évolutifs internes au vivant les fameuses querelles de l'activation des gênes. On se retrouve alors avec des évolutions enchassées, totalement non conscientes ni voulues, qui mettraient le hasard au coeur du fonctionnement des organismes. Ceux qui prétendent à ces conceptions hurlent bien sur à la révolution conceptuelle, un deuxième Darwin étant à naître...

Les conséquences

J'avoue être intéressé par l'épigénétique de par son rapport avec les GPA/PMA que projettent de généraliser certains. Or la mère porteuse transmet c'est ça qui est important: ainsi , une souris anxieuse génétiquement peut transmettre cette anxiété à un embryon issu d'une lignée saine et implanté. Activation d'une hérédité, voilà la clé du portage. 

Un autre aspect est la contamination sur plusieurs générations par des substances nocives. Ce serait le cas de l'affreux Distilbène, aujourd'hui interdit, mais qui a activé des transmissions qui continuent... On peut aussi penser à l'obésité ou même à l'homosexualité... 

Une théorie récente propose d'expliquer l'homosexualité par l'épigénétique. Magnifique tentative de résoudre le paradoxe de l'aspect ni inné ni acquis, mais naturel de l'homosexualité, source de bien des interrogations. 

Les dérives

Les dérives du jeu avec ce concept sont bien sur légions, et orientées dans le sens auquel je pense, c'est à dire le bien évident, je le savais, principe de l'influence du psychisme sur le physique, c'est à dire la bonne vieille magie, la noire bien sur,  la plus fascinante. Les progrès de l'épigénétique sont ainsi bien sur suivis par toutes les bandes de lascars bien connues. Tout comme la mécanique quantique et les nombre réels en son temps, le mystique est toujours tapi dans l'ombre quand le conceptuel est trop compliqué. 

Le point important est l'influence que l'on voudrait accorder aux comportements avant plutôt qu'aux remèdes après: le rituel en quelque sorte. 

 

 

Les commentaires sont fermés.