Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2014

L'arrivée de Ségolène Royal au gouvernement

Se fait avec tambour et trompette. 

http://www.developpement-durable.gouv.fr/Segolene-ROYAL-presente-les-6.html

est ma référence. Commentons: 

1) L'intitulé du ministère est clair, et l'objectif est unique : créer 100 000 emplois.

S'agit il des seuls emplois que le gouvernement compte créer ? Sont ce des emplois d'avenir ? 

On pourrait imaginer que l'action à conduire, et qui caractérise le ministère, puisse amener au contraire à économiser de la peine et donc ne pas nécessiter de bras supplémentaires ce qui pourrait permettre à ces bras laissé libres d'oeuvrer au développement d'industries à haute valeur ajoutée. Non, les actions entreprises on pour objectif de créer de l'emploi. Pardon au sexe de la ministre, mais cela s'appelle mettre l'action de son ministère "cul par dessus tête". Pour ne pas dire plus. 

2) L'action 10 concerne le marais poitevin. Cantelou a donc été pris de vitesse; tant pis pour lui.

3) L'action 11 concerne les perturbateurs endocriniens, angoisse manifeste de la société et sujet traité au niveau ou les solutions seront les plus rapides. Espérons que cela ne perturbera pas trop les futures versions de la loi sur la parité. 

4) L'action 14: le plan déchet 2020 montre bien la hauteur de vue et la capacité de se projeter dans le temps de l'auteur du plan. Jeter ses déchets aussi loin n'est pas très responsable, je trouve : un problème d'âge de retraite? 

5) L'action 19 est splendide: 34 plans industriels pour les filières d'avenir! Quel dommage qu'ils ne soient pas 36... La langue de bois est ici numérisée! 

5) La qualification de "chantier" de la préparation des réunions internationales (ce qui est en fait le principal role du ministère, non encore récupéré par Laurent Fabius) est plaisante. Qualifier d'action une réunion est également plaisant. 

6) Malgré l'allusion aux économies d'énergie, qui justifient le fait que le plan d'action agit sur le pouvoir d'achat (ici les plans agissent), pas de mention de celles-ci dans le document. Une volonté d'économiser sa salive sans doute.

7) L'action du plan d'action sur le bien être est renforcé par une alimentation saine et de qualité, qui bien ayant un rapport vague avec l'intitulé du ministère n'est pas clairement tracée dans le reste du document.

8) Le sommet : l'action sur l'emploi, c'est "le coeur de MON action". Je t'ai reconnu Ségolène ! 

Pas une ligne qui ne soit de la pure novlangue, prétentieuse et vide de sens. Quand on pense que tout cela est recouvert par le buzz sur l'interdiction du décolleté ! 

 

 

 

 

 

Monnaie Commune

(voir http://www.slate.fr/story/86133/euro-fausse-alternative-monnaie-unique-monnaie-commune) 

 

Il y a là dedans comme un déficit d'histoire, du à l'oubli de l'histoire récente.
L'histoire ici, c'est le story telling.
1) les règles imposées par l'Allemagne: elles furent les conditions de
l'Euro, acceptées par la France. Le seul moyen d'échapper à l'inflation locale et au déclassement
définitif causé par les dévaluations incessantes.
2) L'Euro fut le seul moyen trouvé par les socialistes impécunieux pour emprunter à loisir, voilà le
fond de l'histoire. En l'absence de politiques d'adaptation au marché mondial, la dévaluation
est mortelle, cela a été compris et théorisé il y a vingt ans !
3) Nous sommes aujourd'hui, toujours sans politiques d'adaptations structurelles, aux limites du
modèle de l'emprunt massif. Par contre, juste avant l'effondrement il marche encore très bien : les taux
restent somptueusement bas, et c'est précisément ce qui décide Hollande à attendre que ça passe.
4) Le concept de monnaie "commune" avec des monnaies locales qui peuvent dévaluer est contradictoire dans les termes et signifie que l'euro aurait exactement la même valeur que la pire des monnaies laxistes, ce que, précisément, la construction de l'euro avait pour objet d'éviter.
5) La Grande Bretagne mène depuis 30 ans une politique quasiment constante d'adaptation au marché mondial. Elle se retrouve aujourd'hui avec un chômage, une industrie et une croissance bien meilleure que la France. La raison n'est pas l'euro, mais l'adaptation menée, qui est effective et opérante.
Alors que la France paralysée par sa gauche, se contente de se vendre morceau par morceau en empruntant, en empruntant.
Note: la dette de la Grande Bretagne est très importante, mais a des raisons différentes (10 points de moins de dépenses publiques)

6) Fin de l'histoire : la société Française ne réagit pas, et suscite des Lordon...

7) Un point positif : il apparait de plus en plus nettement que les gauches et droites extrêmes ont exactement le même point de vue économique, anti libéral et anti européen. C'est une belle économie cognitive que cela nous fait faire : nous n'avons plus qu'une seule chose à détester !

20/04/2014

Citations

Tout d'abord un grand classique : 

« Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire » (Evelyn Beatrice Hall) 

(voir wikipedia:Hall)

Il ya aussi : 

"Pour savoir qui a réellement le pouvoir, demandez-vous de qui on ne peut pas parler.(Kevin Alfred Strom)" 

Auteur qui, dans site:jesuissouventmalcité, affirme être l'auteur de : 

"je ne suis pas plus un suprématiste blanc que le dalai-lama"

 

 

De la liberté d'expression

Quel beau titre, mais il fait peur. 

 

Il faudrait faire un dossier, sur l'internet

Une analyse globale  site:maitreAntonyBen

avec la loi wikipedia:IncitationAlaHaineRaciale

dont le texte complet est cité, dans sa forme actuelle (largement amendée depuis 1881).

Et les lois wikipedia:LesLois

Le point particulier qui m'intéresse ici est l'intitulé du délit: 

"(La) provocation à la discrimination, à la haine raciale ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée".

Le point concerne la notion de "discrimination" 

Sa définition est ici    association:droitpourlajustice

« traiter différemment des personnes placées dans des situations comparables en se fondant sur un ou des critères prohibés par la loi ou par les engagements internationaux".

Est il possible de discuter et d'évaluer les conséquences effectives de cette conception? A moins que son interprétation stricte ne soit déjà affaiblie (cela serait douteux) ?  

En tout cas la conjonction entre une notion de la discrimination comme pratique (avec une définition strictement juridique des critères) et une notion de délit de "provocation à" semble contraignante: d'où le titre.