Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/10/2015

Proust Berl Mauriac Rebatet Céline

Pardon d'associer ainsi 4 noms oubliés qui marquèrent l'histoire des lettres en France, mais ça vaut le coup,on parle d'eux dans la presse. 

Emmanuel Berl, évoqué par Brice Couturier récemment, fut un personnage extraordinaire: mari de Mireille, qui forma Françoise Hardy, apparenté à Proust qui lui jeta ses pantoufles à la figure car il croyait à l'amour (Berl), celui ci (Proust) lui aurait proposé un faux certificat d'inversion pour l'aider à pénétrer les milieux littéraires.

Cette histoire du certificat d'inversion (le mot est utilisé par Proust dans ses merveilleuses descriptions de la société en question) est absolument fascinante: un certificat d'inversion signé Proust ! Combien cela vaudrait il aujourd'hui ? 

A propos de cette fameuse inversion, certains en souffraient à l'époque et wikipedia  rappelle ce qu'en disait Berl lui même: 

"Je voudrais que les invertis pratiquent sans être inquiétés la sodomie et renoncent à un sodomisme qui devient une sorte de nationalisme avec cérémonie et fanfares, haine de l'étranger, culte des grands hommes, panthéon des invertis célèbres et, sous l'arc de triomphe, la tombe du pédéraste inconnu."

L'appréciation est piquante, et on peut la partager à travers le temps: elle illustre magnifiquement une tendance qui ne dépend pas des époques, et on pourrait encore être d'accord avec lui. Eviter les mots "homosexuel"  ou "gay", trop modernes pour ne pas désigner la même chose afind de les remplacer par "inverti" ou "sodomisme" est trop délicieux. Cet homme reste notre presque contemporain, et si on peut lui reprocher d'avoir écrit quelques discours de Pétain, il faudrait être bien méchant pour le haïr pour cela. 

Cela permet de faire le lien avec Lucien Rebatet, réédité réecemment et dont l'inversion, cette fois antisémite, fut patente et active. Car la littérature n'a pas de frontières, surtout en France, et celles ci, surtout en cette période de droitisation de la gauche, peut se trouver appréciée même quand ses thèmes sont constitués d'appels au meurtre divers et de détestations variées ainsi donc d'après tous, très bien exprimées. 

J'avoue apprécier au delà du possible celle ci: 

L'"obscène coquin" Mauriac: "L'homme à l'habit vert, le bourgeois riche, avec sa torve gueule de faux Greco, ses décoctions de Paul Bourget macérées dans le foutre rance et l'eau bénite, ces oscillations entre l'eucharistie et le bordel à pédérastes qui forment l'unique drame de sa prose aussi bien que de sa conscience, est l'un des plus obscènes coquins qui aient poussé dans les fumiers chrétiens de notre époque. Il est étonnant que l'on n'ait même pas encore su lui intimer le silence." ("Les décombres").

Elle fait doublement le lien, merveilleusement "années trente" entre divers thèmes et diverses personnes et pourtant n'est pas antisémite, pour une fois. Mais Rebatet en fait était un négatif multiple. Tout comme Céline, à qui on veut l'attacher, le gout fumé de ce type d'oeuvre et de ce type de personne devenant à la mode, il détestait comme on respire, tout simplement. Pourtant il fut un critique musical et devint même sur le tard, par anti gaullisme sans doute, défenseur de l'Israël combattant de 1967. Né en 1903, il mourut en 1972...

J'avoue me rattacher comme être à ce type d'attitude personnelle, ma détestation de la gauche se voulant être à la hauteur de celles là,  qui ne furent que bêtement dédiées envers des gens qui n'y pouvaient rien: Proust le dit bien, on est juif ou pédé malgré soi. Alors qu'on se doit d'être de gauche: à moins qu'un gêne ? 

Pour évoquer Rebatet, l'interview par Jacques Chancel est saisissant: 

https://www.youtube.com/watch?v=rhMQHT9aifg

Une remarque: mon grand père, né en 1902, avait l'accent du sud ouest, et absolument pas celui là. 

Il parle des "gaffes" d'Hitler, et de la dramatique ignorance de l'accueil enthousiaste des ukrainiens. Et puis la chartreuse de Parme est une histoire de collaboration, ajoute t il malicieusement... Il dénonce Claude Roy comme renégat (il "nous" léchait les pieds et fut communiste après la guerre).

Il aimait beaucoup Céline, avec qui il alla à Sigmaringen. Nous y voilà donc, car Céline est considéré comme l'égal de Proust et d'ailleurs cela par Rebatet lui même... Voilà donc la littérature Française du XXème siècle... 

Pour conclure je dirais que Proust, né en 1871, me semble être la seule personne digne d'admiration là dedans: il échappa à la destruction. 

Se pose ainsi la question de cette destruction. Journaliste à l'Action Française, de quelles vilainies des juifs le jeune Rebatet fut il témoin? Une piste, d'après l'entretien ci dessus: il fut traité de nazi alors qu'il décrivait la montée du nazisme en Allemagne en étant, c'était le cas de Maurras lui même, anti allemand. Ce furent donc ces juifs là qui poussèrent à la guerre, alors qu'il fallait s'entendre avec Hitler ? A moins que le ressentiment aveugle de proto fascistes déchristianisés effrayés par le monde moderne libéral ne causa leur affaissement et pour finir la ruine du nerf Français, dépeuplé par une guerre que les fils des survivants finirent par détester.  

Tout l'épouvantable drame de l'époque, dont Rebatet fut partie prenante et acteur est partiellement là. La France y a t elle survécu ? Et bien c'est la question, et il est possible que non. 

Que fut le gaullisme dans cette histoire ? Celui dont Rebatet célébra joyeux la mort, à qui manque t il ?

Écrire un commentaire