Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/08/2016

leichtgesinnte flattergeister

"Les esprits frivoles et écervelés" est le titre/premier vers de la cantate éponyme, BWV 181.


Elle condamne sans ambages et avec une grande précision les excès du monde médiatique moderne et de ses réseaux sociaux habités par le diable. Elle laisse tout de même un espoir au demeurant.

Cantate parfaite, entièrement écoutable avec attention, la totalité de l'oeuvre étant accessible, raisonnable dans tous ses aspects, appelant à la réflexion et remplie de trouvailles musicales magnifiques dont l'écho disparait, c'est le charme des cantates, après leurs exécutions: conçues pour un seul jour, elles ont la perfection de l'unique. 

http://www.bach-cantatas.com/Texts/BWV181-Fre6.htm

Le premier morceau est étonnant: les esprits faibles se volent la parole entre eux, se disputant la force du vrai. Et bien Belial (ach Belial) avec ses enfants (toute une troupe) cherche tout de même à l'empêcher... Même les écervelés peuvent être utile en somme, c'est la morale d'un air de basse soutenu par le sautillement traditionnel au violon du diable quand il est acteur, souligné par les basses qui approuvent. Il y faut de la gravité et de l'énergie.

En fait ce n'est pas tout à fait cela, c'est Bélial qui empêche toute utilité par son obstruction. Troupe contre troupe donc: les démons contre les écervelés. 

Bon on passe au récitatif d'un Alto. Une parole lente au sujet des âmes perverties et ignorantes qui ne comprennent ni ne croient au mal. Celles que l'on vient de décrire, au prise avec le diable. Et là l'alto éclate en sanglots, ces âmes deviennent de pierre, elle gâchent leur salut et meurent ! Quand le récitatif devient mélodie puis cesse et que reprend le récitatif, on reçoit une sorte de coup de pied extraordinairement expressif: qu'elle belle idée!  Et la conclusion est d'ailleurs bien celle là: auriez vous un coeur de pierre ?

Ensuite la menace de l'Enfer. Le sautillant violon est presque incroyable (il faut l'accentuer au maximum) il termine sa partie par une dissonance saisissante présente dans ses premières et dernières instances et menace en permanence en arrière de l'extraordinaire et magnifique mélodie.

Celle ci s'achève avec une merveilleuse tournure de la langue allemande en deux vers: le début du premier est l'être futur (werden) et la fin du deuxième est le verbe (nähren, nourrir), avec entre les deux l'objet (le feu des tourments infernaux éternels). Un régal linguistique, accentué par la très baroque (qui prouve encore une fois que Bach est d'abord un musicien) ééééé ééééé ééééé éééé ren de cloture ensuite définitivement achevée par la deuxième et dernière apparition du redoutable air de violon. Il faut aussi noter que dans l'avant dernière apparition de ce vers, on avait eu droit au ahahahaha des Qual (tourments) suivi d'une näheren bref. Comme ça tout le monde est content sans doute.

Un récitatif du soprano, indulgent pour l'esprit et le coeur, et le final avec trompe s'il vous plait.

Un admirable choeur avec un duo soprano tenor enchassé en écho splendide. On reprend soprano/tenor puis alto/basse, toutes les combinaisons se manifestent avec la basse qui fait la main toute puissante (Allmachtshand)... 

En fin de compte, on a besoin dans nos coeurs, qui ne sont plus de pierre, d'une terre fructueuse (fruchtbar). En fait (pardon, je ne suis qu'un pauvre fransoze), d'une fruchtbar Land (d'abord), à l'intérieur de nos choeurs, ensuite. Pardon encore mais ce n'est toujours pas cela: dans nos coeurs, enfoncés (zubereiten).En fait c'est zu ber ahahahahahahahahahhah eiten, il faut être précis. Le rythme, endiablé, est à l'avenant... 

L'air de trompe est original: vraiment très joyeux au sens élévation du terme, il rattrape (écrase victorieusement)  toutes les diableries qui ont précédé. Un régal on peut maintenant aller boire un coup, merci J.S.

 

J'ai le gardiner, le suzuki et surtout le très supérieur (à mon avis) bachstiftung, plein d'énergie. Renate Steinman comprend magnifiquement la dissonance du violon du diable et nous la rend audible alors qu'elle n'existe pas chez gardiner ou suzuki par exemple, dont les violonistes nous la font mièvre. En fait il s'agit d'une pièce de violon diabolique, sans doute incroyablement difficile à maitriser émotionnellement. La cantate, art à part entière, permet à des musiciens de s'engager à fond, et il n'ont que quelques secondes... Par contre, pour comprendre, une bonne cinquantaine d'auditions dans tous les sens, dans toutes les interprétations disponibles est un minimum. Au boulot.

Voilà. L'immense plaisir que peut offrir ces très pieuses réflexions d'il y a trois cent ans reste intact, cela doit être la musique sans doute. 

 

Les commentaires sont fermés.