Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2015

Les sociologies

Avec Raymond Boudon j'avoue avoir toujours été: son ton, sa clarté, sa bonhomie avant sa disparition après des vidéos en bonnet m'on toujours séduit. Il est pourtant porteur d'une sacrée ambition: expliquer en général les comportements des hommes en société. Mazette.

Il y a sur la question des avis multiples mais une ambition qui date d'Auguste Compte: il s'agit de la sociologie, et mieux de la possibilité d'une théorie générale des objets sociaux, sil il y en a.

La sociologie

Pour définir cette discipline, il faut se référer à la physique, reine des vraies sciences, mais dont le domaine est différent et dont le contenu est différent. Qu'est ce qu'une explication ? Qu'est ce qu'une théorie scientifique ? Qu'est ce qu'une science ? Qu'est ce que LA science ? A partir de la remarque que les faits sociaux, même si en principe réductible à des mouvements moléculaires, doivent être décrit "à un autre niveau", on distingue deux sortes de réponses:

- il existe des forces sociales globales à déterminer qui agissent sur les volontés

- il n'existe que des aggrégats de décisions individuelles fondées sur des raisons qu'il faut déterminer

Entre "holisme" et "individualisme" il faut choisir. Freud, Marx, Foucault, Bourdieu d'un coté, Weber, Boudon de l'autre. Sans parler des américains Pearsons puis Merton, et aussi Coleman l'homme de la théorie des choix rationnels.

Merton est une référence fondamentale: il décrivit les "prophéties auto réalisatrices" et la "serendipité", et fut le père de Merton l'économiste, nobel avec le Scholes de l'équation de Black et Scholes, responsable du crash de 2008. Avec Coleman, quoique lui, porteur de la théorie des choix rationnels, ils sont des "individualistes", tout comme le véritable inventeur de cette sociologie là, Max Weber. Weber avait pour objectif de "comprendre" et l'objet du débat est l'immortel "Verstehen" weberien, qui veut faire de la sociologie une science au sens de connaissance du réel dans un domaine, il faut bien le dire ou l'obscurité rêgne.

Becker est un utilitariste moderne, mais c'est une sociologue rationnel. 

L'explication

Qu'est ce qu'une explication? Et bien Boudon la définit assez bien par ce qu'elle n'est pas en sociologie, matérielle. Par définition, l'explication est basée sur des intentions, des discours, bref de l'immatériel. Par contre, il ne s'agit pas de forces extérieures, mais de manifestations humaines exprimées. L'explication doit alors être formée, c'est sa définition en 3 points, de considérations acceptables portant sur des actions humaines individuelles, et aussi rationnelles.

Quelles sont les explications ? Et bien il y a en a de célèbres celles des grands hommes Tocqueville, Weber, Durkheim inventeurs du domaine.

Les aristocrates anglais restent sur leurs terres et innovent, tandis qu'à la cour, leur pendants français célèbrent le culte de la raison. Cela explique les différences de richesses entre ces pays et la révolution... Ca c'est Tocqueville.

Weber explique le polythéisme des paysans (pagan) soumis à la météorologie tandis que les fonctionnaires romains et les officiers se convertissent aux cultes de Mithra et du christianisme, à l'image des hiérarchies spirituelles et matérielles qui leur conviennent.

Contre Levy Bruhl ou Needham, Durkheim refuse le déterminisme des "cultures" et affirme au contraire le choix rationnel de théories qui diffèrent entre et dans les cultures, leurs stabilités s'expliquant par la tendance rationnelle à minimiser les contradictions en agissant cognitivement sur les aspects secondaires.  

68 fut il une révolution ou une manifestation brutale de tendances de long terme déjà bien engagées et commune à tout le monde occidental ? Weber avait décrit la tendance à la rationalisation diffuse des sociétés, au détriment de la sempiternelle "crise des valeurs" au moins aussi ancienne.  

On peut aussi parler de Smith, qui explique les salaires du bourreau et du médecin, élevés pour des raisons opposées (la compétence et le respect) et aussi du soldat et du mineur (inversés car le soldat se paye en gloire).   

On peut aussi parler de l'explication de la chute de l'URSS, causée par son incapacité à répondre au bouclier anti missiles de Reagan, son pouvoir tenant justement à sa capacité de s'opposer militairement à son adversaire... 

La rationalité

Qui dit science dit rationalité est on va commencer fort, car la rationalité c'est celle de l'acteur le fameux individu "home sociologicus", mais aussi (et surtout ) celle du sociologue lui même, voire la rationalité elle même, dont la définition porte une ombre...

Qu'est ce que le rationnel ?

D'abord, et c'est le credo des individualistes, le rationnel n'est PAS réduit à l'instrumental (capacité de faire correspondre une action à un but) et doit inclure, c'est la condition pour rendre la sociologie scientifique, le rationnel "cognitif", quand l'action est justifiée par des considérations théoriques valides ou non, mais acceptables, et le rationnel "axiologique", quand l'action est justifié par la considérations de valeurs, elle même exprimée par des jugements de valeurs compréhensibles faisant appel à une psychologie rationnelle et non à une psychologie des profondeurs.

Le caractère scientifique, selon Boudon, porte donc sur des explications d'un contexte donné, excluant une théorie générale de tout le social. Il s'agit de répondre à une question, pas de décrire une partie identifiée du réel. On peut alors accéder à du scientifique poppérien en sociologie.

Car le fond de l'affaire, c'est que les causes des actions des hommes sont les raisons qu'ils donnent de leurs actions. Nul besoin de forces occultes: la raison ordinaire, base de la rationalité des explications du monde. Ces principes, d'inspiration cognitiviste, sont valides dans les sciences humaines en sociologie et en économie, c'est le projet global. 

Pour préciser les théories de Boudon, on peut d'abord le lire. Il y a donc 3 rationalités: utilitariste, cognitive et axiologique suivant qu'on se soucie de ses intérêts privés ou que l'on suive des raisons objectives ou inspirées par des valeurs. Boudon n'est donc pas un utilitariste à proprement parler: il inclut toutes les rationalités de l'individu. 

Il faut noter que la rationalité utilitariste est privée et ne correspond qu'à la description de l'individu égoïste, alors que bien sur l'humain est aussi à la recherche de théories et de valeurs partagées publiquement. L'individualisme théorique est ainsi parfaitement "collectif" et donc respectable, les confrontations comme dominant ou dominé à des états de choses n'ayant aucune signification propre.  

Car nous sommes là dans l'idéologique, et au plus haut point: tout ce à quoi tiennent les moralistes et sociologistes de tout poils, bref ce qu'on appelle le système de gauche, structurellement holiste, et manipulateur de la culture se trouve ici nié avec puissance et définitivement. Boudon se trouve donc un immense penseur libéral au vrai sens du terme.

Au fait il faut rappeller la définition que Boudon donne de l'idéologie: une ensemble de descriptions prescriptives. Définir le rationnel en le décrivant et en règlementant son utiisation se trouve donc idéologique, non ?

Oui mais alors

Deux sujets prêtent à discussion. D'abord l'explication des sentiments nationaux et de leur permanence. On pourrait les décrire comme la stabilisation historique de modes de vies et d'intérêts collectifs bien compris exprimables individuellement, une sorte de rationalité axiologique du drapeau. Mais cela demanderait à être raffiné.

Un autre point est la nature du religieux. Même si on peut expliquer la stabilisation ou l'évolution des croyances, le principe même de la pratique religieuse demanderait à être clarifié: homogène à l'humain lui même, et donc aussi important que le rationnel lui même ?

Les deux question sont liées et l'appartenance social et morale, en général fait question... On s'arrêtera là.

Les commentaires sont fermés.