Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2017

Les universaux

Il est temps de se lancer dans la vraie métaphysique, la seule, la vraie: l'ontologie ou classification du monde. 

"Qui sommes nous pour décider de la nature des choses ? " 

David Armstrong

A propos de David Armstrong, auteur de la présente, et aussi à propos des universaux et de ce qu'il en dit (Armstrong).

Bon il y a deux options: réalisme et nominalisme et leurs variantes respectives. 

La question est celle de la classification, et de son origine et de la réalité des classes elle mêmes.

Les réalismes sont ceux des attributs ou des tropes. Les nominalismes sont ceux des classes naturelles ou bien des ressemblances.  

Le nominalisme a un problème: la réalité de ce que font les choses serait elle due à la classification nominaliste elle même ou bien à des caractéristiques intrinsèques à l'origine de la classification? 

Ainsi de manière générale, le nominalisme n'admet pas les propriétés, choses partagées entre les objets et ne conçoit les choses que comme des particuliers sans forme. Cela est bien sur inacceptable... Pour Armstrong, les particuliers ont une structure. 

On en vient alors aux solutions, elle même multiples. 

2 théories donc, distinguées selon que la propriété est seconde ou première. Seconde pour décorer les substances, ou bien première, multiple et en faisceaux, en tropes ou non. 

Armstrong est un réaliste, adepte des "états des choses" et des "particuliers structurés", les formes universelles étant non pas transcendantes (Armstrong n'est pas platonicien), mais incluses dans les choses, immanentes, sous la forme de "manières d'être". 

Le problème par contre, ici, est toujours le même: comment diable se produit l'instanciation ? 

 Les réalismes

Il faut cependant revenir aux fondamentaux du langage et distinguer les réalismes car on s'y perd. 

Les réalismes sont trois: 

- métaphysique: il existe un monde indépendant des représentations

- scientifique: les représentations scientifiques sont "vraies". 

- des universaux: les entités représentatives classifiantes sont réelles 

 Les trois systèmes se recouvrent, se contaminent et se mélangent. En particulier les réalismes scientifiques et universalistes sont couplés. Forcément. 

Il faut tout de suite parler de Popper et de son réalisme "critique", caractérisant le réalisme comme métaphysique, et donc non scientifique, mais permettant la réfutation, et donc la science, qui attribue des vérités aux représentations. Popper est donc bien un réaliste scientifique, mais d'un genre spécial, son réalisme de la vérité étant provisoire et auto défini. 

Le réalisme scientifique a pour adversaire l'instrumentalisme, selon lequel la théorie n'est qu'un instrument: selon Berkeley, la force de gravitation Newtonienne n'a pas de réalité, elle est une fiction commode pour prédire. De fait, on a une belle fiction non véritable, du genre de celle qui permet de considérer que Copernic ne contredit pas le dogme catholique et qui constitue donc aussi l'instrumentalisme "réthorique". C'est aussi la doctrine de Mach: la théorie est ce qui permet d'économiser une expérience.

Et puis, il y a Hume. Pour lui, il n'y a que des régularités, d'apparition ou d'évènements. La loi déduite inductivement n'a aucune réalité. C'est parce qu'on prédit avec que c'est une loi et non pas l'inverse. 

Popper détruit le principe de l'induction et fonde le "rationalisme critique", approche dynamique de la connaissance, qui renonce à la vérité pour faire de la connaissance quelque chose d'absolument vrai, rationnellement, et en même temps révisable. J'ai toujours été surpris de voir que Popper est régulièrement critiqué, mais on dirait qu'il est mal compris, comme si il y avait des échappatoires à ses conceptions. Souvent, on le critique pour n'être pas assez Popperien. 

Citons Van Fraassen (l'"empiriste constructif") qui souhaite accepter le réel scientifique, non comme vérité, mais comme adéquation, comme vérité non absolue, mais observable, "empiriquement adéquate", et cela sans sembler considérer le caractère provisoire des théories. En fait, il critique les contenus des théories, qui font semblant (à condition d'être falsifiables) de donner une réalité au monde alors que celui-ci en quasi totalité non observable. Frassen refuse le réalisme métaphysique des représentations utilisées. Ainsi, l'énergie n'a pas besoin d'exister vraiment pour être mesurable, en tout cas n'a pas "besoin" de s'identifier -en réalité- à la mesure qu'on en fait. Un point important: Frassen ne nie pas toutefois cette réalité: le monde est bien pour lui indépendant.

Van Fraassen cite une métaphore, que je qualifierai de "Poperrienne": la recherche des explications conduit à de nouvelles théories comme la recherche de l'orgasme conduit à la reproduction de l'espèce: non strictement nécessaire, l'orgasme reste toutefois un facteur incitatif essentiel (misère du réalisme...).

De fait l'empirisme constructif est assez métaphysique: il dénie le caractère "vrai" des théories, même avec un statut provisoire et ne considère le succès de la théorisation que comme une adéquation des théories aux données (ce qui est un critère de vérité, d'ailleurs...). L'exemple parfait est bien sur la "sous détermination" de la théorie quantique, qui s'offre, bien que scientifique, à plusieurs "interprétations" ontologiques radicalement différentes. 

La querelle des universaux. 

Cette histoire de la réalité des représentations mérite toutefois d'être brièvement résumée.

D'abord il y a l'"Isagoge" (l'"introduction") de Porphyre de Tyr (270) qui expliquant les "catégories" d'Aristote, introduit le problème. On rappellera que les catégories ("chefs d'accusations de l'être", ) sont dix: la substance (ou essence), la quantité, la qualité, la relation, le lieu, le temps, la position, la possession, l'action, la passion. Elles sont les "genres" de l'être. 

Genre, espèce, différence, propre, accident sont ce qui qualifient les prédicats. 

Les universaux sont les genres et les espèces. 

Ensuite il y a Boece et sa classification, sorte de programme de Hilbert de la philosophie, qui introduit 8 siècles de discussions. Il élabore en prison avant sa mise à mort par Théodoric l'Arien en 524, la "consolation de la philosophie". Il invente aussi le "quadrivium", les 4 matières (arithmétique,géométrie,musique,astronomie) et lutte contre Eutyches et Nestor. Au fait, dans la classification Deway, la section 200 c'est "religion, philosophie,psychologie". 

Son commentaire de Porphyre est la classification des natures possibles des universaux.  Existence propre ou dans la pensée uniquement ? Corporels ou non? Comme sons ou comme significations ? 

Bref, les concepts sont-ils:  ante rem, post rem, in re ? 

On commence par Roscelin de Compiègne pour qui ils ne sont que des sons (flatus vocis). Le slogan est "genus est nomen". On distinguera par snobisme les "parvipontanus" (près du petit pont) et les mélidunenses (de Melun) auteurs de l'Ars Meliduna. 

Nominalisme, donc, avec comme grave inconvénient et c'est en partie le fond de l'affaire (de la querelle), de porter atteinte à la trinité: les trois personnes ne peuvent plus avoir rien en commun et donc, ça ne va pas. 

Abélard met le concept dans les choses et ce n'est que par abstraction qu'il en est extrait. In re. Cela permet de garder l'essence divine (mais pas le reste hélas, pardon il fallait la faire celle là).

Duns Scot est particulièrement retord et génial. D'une certaine manière, son principe d'individuation universel est d'une extraordinaire subtilité (d'où son surnom). Mais Scot est toujours en dehors de tout... 

Guillaume d'Ockam dénonce lui l'universalisme par la cinglante dénonciation d'un universel existant qui serait un individu, ce qui est absurde... Il ajoute son rasoir, qui élimine l'inopportun universel, double inutile du singulier. Il admet par contre l'universalité des significations (pas bête).

 

L'existence des choses 

La question de l'existence des choses et de ce qu'on en dit reste une interrogation valide bien que l'on en soit réduit à trouver et à préférer et aussi à choisir. Ce principe d'essais et d'erreurs peut répondre à la question d'Einstein, qui s'interrogeait sur le fait que "le plus incompréhensible est que le monde soit compréhensible". Pour Van Frassen, parce qu'issues de la sélection naturelle, il est assez naturel que les théories qui survivent mettent à jour des régularités dans la nature. C'est l'idée de la sélection des idées, les "memes", vous savez ces trucs qui existent...