Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2017

Les libertés

A l'occasion d'une tentative en cours de changer les idées ordinaires sur le monde, il convient de se relier aux théories exprimées, elle permettent de faire justice de certains avis ou tendances, toujours pilotés de l'extérieur par des corpus réfléchis dont il suffit d'avoir le texte pour en prendre la mesure. 

http://www.laviedesidees.fr/Une-theorie-liberale-de-la-religion.html

https://www.franceculture.fr/emissions/les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance/lideal-republicain-44-la-laicite

Cecile Laborde parle au nom des néo républicains qui à la suite de Philip Pettit promeuvent la "non domination". Il s'agit d'une conception de la liberté qui se veut alternative à la fameuse dichotomie de Isaiah Berlin entre liberté positive et liberté négative. Il faut tout de suite préciser que Berlin fait le choix de la liberté négative, dite "des modernes", se définissant comme négation de la contrainte, par opposition à la liberté positive, dite "des anciens", toute emplie de la notion de maitrise totale de soi et des autres, ce qui a bien des inconvénients. 

Tout cela vient des conceptions de Benjamin Constant, auteur de la distinction, et contempteur de Rousseau, qui voulut rendre illimitée la liberté du peuple, alors que selon Constant, l'Etat ne doit que faire respecter le droit naturel.

Dans le cadre de la discussion sur les libertés en général, il faut mentionner le très intéressant essai sur Bentham,  https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01017737/document, et aussi https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2011-3-page-125.htm. Sans oublier http://blog.turgot.org/index.php?post/Thellier-Libert%C3%A9-Responsabilit%C3%A9. 

En gros les choses restent relativement complexes, les libertés négatives pouvant s'exprimer avec Hobbes comme renonciation aux libertés source d'anarchie, le Léviathan donnant la sécurité et donc la liberté à son détriment même, ou bien pour Bentham, il n'y a de liberté que générale, le souverain ayant seul la possibilité de faire le droit en instaurant ce qui la rend vraiment possible. Dans les deux cas, il y a la funeste domination, ennemie du genre humain moderne et qu'il convient de supprimer à tout prix. 

Car le "moderne", le vrai, est confronté à la pensée nécessaire de l'autre, l'extra marin (que dis je l'hyper marin), qui présent sans qu'on puisse s'y opposer bien sur, réclame des droits compatibles avec sa religion et surtout avec son identité culturelle indémodable. Bien que sa défaite totale séculaire face précisément aux théoriciens de la liberté soit absolue, il se rend incontournable car on ne souhaite préserver à toute force que ce qui est promis au néant. 

Il convient donc de faire disparaitre du concept de liberté tout ce qu'elle a de négative bien sur, la chose reposant sur la nécessité du souverain, objectivement la cible du délitement volontaire en cours. 

Car la liberté positive, comme concept ancien,  reste de nécessité comme celle collective de l'imposition du bien, c'est la thèse de Berlin et ce que veulent laisser nos modernes aux vieilles cultures identitaires, qu'on ne peut réduire. Il faut donc totalement cesser de les vouloir dominer, on ne doit pas vexer ce qu'on ne peut vaincre. 

Cette ré-instauration du positif, à son détriment, est typique d'une tentative de prise de contrôle du monde qui vise précisément à faire disparaitre la liberté: il ne faut pas que ses volontés puissent s'opposer à un libre choix institué, et donc il faut réprimer la désapprobation des modes de vies et systèmes de valeurs concurrents, pourvu qu'ils ne remettent pas en cause la répression en question. 

Circularité de l'oppression et auto fondation de la souveraineté absolue: le principe impérial dans toute sa splendeur, qui n'a d'avantageux que l'objectif pacifiste global. Tous les complots pourront s'y dérouler, le terrain, le terrain est là pour les abriter, ils s'annuleront les uns les autres, c'est comme cela que les empires dominent, ils en ont seuls le droit. Prenez les empires coloniaux, bâtis sur les confrontations entre nations qu'ils étaient les seuls à pouvoir interdire, instaurant pendant leur règne des paix remarquées. 

Car il faut bien comprendre que les ensembles "nationaux" à l'intérieur de l'Empire, sont porteurs des formes de liberté positives traditionnelles, qui si elles se retournent effectivement vite en fanatisme, ont le mérite de pouvoir réaliser les différents égos. Pourvu que la haute classe, cynique et approvisionnée, y trouve son compte et nous y voilà. Cujus prolo, cujus religio.

Et bien cela ne tient pas, et n'a pas tenu malgré plusieurs tentatives. Qu'on ne parle pas de la Chine, qui a instauré forte de l'expérience mongole, un racialisation démente de son bassin géographique et qui se trouve être en fait la plus grande nation ethnique au sens strict du monde. Il n'y a jamais eu d'empire là dedans, le mot est tout simplement impropre, à part bien sur les ouigours et les tibétains, tout simplement écrasés et doucement exterminés. 

Marqué par la terrible confusion post nationaliste qui préside à l'effondrement et à la transmutation du socialisme, la connerie moderne s'enferre dans un fédéralisme européen ou canadien qui veut faire la part belle à ce que l'on continue de croire à tort capable de payer nos retraites. D'où l'abandon de la nation, seule capable de maintenir les libertés dans un ensemble homogène librement et historiquement choisi, tirant de ce principe unique la motivation et la fierté de soi nécessaire aux grandes choses.  

Qu'on ne s'y trompe pas: la liberté "négative" comme absence de contraintes suppose encore un souverain en charge de faire respecter le contrat: il ne doit pas se masquer derrière une nécessité historique ou psychologique et il faut discuter de ses droits et de sa légitimité. Seul le choix libre symbolisé d'un maitre individuel peut constituer cette légitimité. Au besoin, la fonder dans le temps au grès des solidarités familiales, mais sans jamais remettre en cause le possible déni, du refus ou de l'expatriation, pour cette raison même d'ailleurs. 

Mon propos a donc bien pour objet de remettre en cause la distinction de Berlin, qui a pour faiblesse d'attaquer Rousseau, qui se trouve, on l'a pourtant déjà dit ici, pourtant la seule solution au problème de la justification du souverain. Ni nécessaire au maintien de la paix, ni conventionnel c'est à dire insulaire, ni même impérial et les USA sont ils un empire, le national strict est une entourloupe symbolique certes, mais fondatrice, et qui vaut bien la trinité. Voir avant. 

 

Les commentaires sont fermés.