Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2015

Les frères

Il faut se préparer à une évolution des discours publics (mais pas de tous) au sujet de la présence en Europe d'un grand nombre de personnes d'origines Africaines ou moyen orientales, et marqués à divers degrés par la culture musulmane. 

Cette évolution devrait accompagner, celle récente, d'un certains nombre de pays du monde au sujet d'une composante importante de ce que l'on appelle l'islamisme en général, et qui est la confrérie des "frères musulmans". 

Ensemble idéologique et politique transnational, à l'origine égyptien, la confrérie, qui n'est pas en elle même dotée d'une organisation centralisée, est connue pour influencer ou plutôt être soutenue par des organisation aussi dissemblables que l'UOIF Française (dont est membre un Imam Français respecté, Tarek Obrou), le Hamas palestinien, et bien sur l'organisation des Frères Musulmans en Egypte, brièvement au pouvoir avant un coup d'état militaire qui prononça la condamnation à mort de centaines de ses membres. On doit également mentionner le président de l''Association internationale des savants musulmans", Youssef Al Qaradawi, citoyen Qatari, prédicateur sur Al Jazeera, personnage clivant bien connu. Qaradawi est par ailleurs actif en Europe, où il préside (d'où?) Le "Conseil européen pour la fatwa et la recherche". 

Quels sont les rapports entre AlQuaradawi et Tareq Ramadan? La question est intéressante, et il faut bien reconnaitre que Ramadan à  part des allusions et des connivences géographiques n'est pas explicitement rattaché au personnage ni à la confrérie. Il a néanmoins des rapports qui ne sont pas hostiles avec l'éminent religieux Qatari. Ramadan est depuis peu (2012) directeur du "Centre de Recherche Islamique sur la législation et l'éthique", basé à Doha (Qatar). On le qualifie ainsi de "proche" de ce milieu et il parait difficile de soutenir qu'il en est l'adversaire idéologique. Au minimum un compagnon de route, dans le sens classique du terme. 

Le Qatar, publiquement soutien ces dernières années de la confrérie, est fortement battu en brèche par la défaveur récente de la confrérie dans le monde arabe. La récente classification comme "terroriste" (en Novembre 2014) par les Emirats Arabes Unis des associations liées aux frères (dont d'ailleurs UOIF Française) en est la marque. S'agirait de la résistance des pétro-monarchies à une idéologie, pourtant soutenue par l'une d'entre elles, qui pourrait remettre en cause leur autorité ? Intéressante question.

Un pan de la nébuleuse "islami(que,iste) se trouve donc identifiée, et les noms de Marwan Mohammed,  Nabil Ennasri, et bien sur Tariq Ramadan y sont associés. 

Nabil Ennasri est un jeune intervenant fréquemment invité pour parler (et défendre) le Qatar. Il est financé par l'Emirat et exprime des points de vues nuancés, très nuancés avec une grande prudence. 

Marwan Mohammed, du CNRS, l'un des concepteurs de l'Islamophobie, le sabre laser idéologique d'un mouvement d'opinion dont on peut saisir clairement les contours maintenant. On ne saurait être jamais assez reconnaissant à Caroline Fourest d'avoir identifié la lumière verte et de lui avoir magnifiquement résisté. La condamnation et la manipulation médiatique de la chose ainsi nommée est clairement une habileté, rendre illégale les opinions de son adversaire étant évidemment une stratégie. 

De quoi s'agit il? Non pas d'un complot, car tout cela est en fait parfaitement public, même si encore un peu obscur, mais d'une cohérente vision du monde, visant à instaurer un communautariste religieux en Europe en prenant le contrôle d'une partie de l'immigration de culture musulmane. 

Ce qu'il y a d'intéressant dans ce mouvement multiforme, c'est sa similarité avec le bien connu communisme, qui fut finalement mis à bas il y a 30 ans: même entrisme, même hypocrisie, même soin des banlieues et du peuple, même idéologie autoritaire et religieuse. Ce bien connu là devrait permettre à l'Occident de s'en débarrasser. Simplement cela pourrait lui prendre un peu de temps. 

Pour finir, il est vrai que M. Ramadan a trouvé plus "à droite" que lui, voir http://la-verite-sur-tariq-ramadan.over-blog.com.  On a les adversaires qu'on mérite et ceux là sont particulièrement saignants. Leur présence excuse en partie la prudence du prédicateur qui a sans aucun doute des préoccupations que nous n'avons pas: tous ces gens là sont très loin de nous, c'est assez clair.    

Commentaires

Je me suis permis de commenter un article
décrivant l'action de "réforme radicale" menée par le CILE à Doha
http://www.saphirnews.com/Tariq-Ramadan-La-reforme-radicale-passera-par-le-Centre-de-recherche-pour-l-ethique-au-Qatar_a13947.html?com#last_comment

"
Il est clair que la présence du très radical réformateur Al Qaradawi dans l'assistance est particulièrement réjouissante. Elle assure à elle toute seule l'absolue crédibilité de l'oeuvre, de l'auteur, du pays hôte, et du reste.
"

On le voit au premier rang: sur ce thème (la réforme radicale) il est omniprésent.

Écrit par : François Carmignola | 04/03/2015

Un petit point d'histoire. Le Père de Tariq Ramadan, Said Ramadan gendre de Hassan Al Bana, aurait été un compagnon de Sayd Qotb, le bien connu théoricien de la guerre totale pendu par Nasser; il fut lui aussi l'envoyé des Saoudiens pour lutter idéologiquement contre Nasser.

Écrit par : François Carmignola | 04/09/2015

Début 2016, on trouve ça dans le Figaro:
http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2016/02/05/31003-20160205ARTFIG00415-uoif-freres-musulmans-salafisme-le-dessous-des-cartes.php

Comme quoi, on n'a pas tort d'avoir raison.

Écrit par : François Carmignola | 07/02/2016

Les commentaires sont fermés.