Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2014

FNPS le parti à (a)battre

Il est d'évidence en cette sombre période, que la gauche, décrite mourante par son propre premier ministre, et qui bien que disposant encore d'une confortable majorité législative, régionale et départementale (à défaut de municipale, mais on ne peut pas retarder toutes les élections) a besoin d'alliés, pour le moins. 

On connait la fameuse classification en 4 des politiques suivant les axes des libéralisme culturels et politiques, le libéralisme culturel étant appelé "libertaire". On connait la haine de Zemmour envers le "libéral libertaire", titre revendiqué par Cohn Bendit, ce qui lui valut son exclusion de l'écologie malgré ses succès électoraux, ceci valant cela.

On réalise moins que le Front National, dont le chef, divorcée deux fois, vivant en concubinage, rejointe récemment par un militant actif de la cause homosexuelle, et dont le principal collaborateur, HEC Enarque, vient de se faire "outer", muette sur le mariage gay, a ainsi toutes les caractéristiques du coté libertaire du libéralisme. Nous avons en effet ici l'attitude typique post soixante huitarde, acceptant tous les comportements possibles, voire luttant pour de nouveaux, hostile à la famille, manifestant par exemple, par un baiser public adultérin, sa volonté de l'humilier.

Pour ce qui concerne le volet économique du programme, on a par contre un libéralisme qui manifestement, c'est le moins qu'on puisse dire, est teinté de social. Si on met de coté la sortie de l'Euro, on se trouve face à un contrôle strict de la finance dont on pourrait croire qu'elle se trouve désignée comme ennemie, un protectionnisme dont l'intelligence n'a d'égale que la volonté de surtout plus jamais exporter, etc etc. Bref, un communisme primitif, proscrivant le commerce et l'industrie capitaliste, acharné à ré instaurer le moyen âge pour ne pas dire l'âge de pierre. Nous avons donc là la partie "autoritariste" du volet économique de la classification. Les deux aspects considérés classent donc le FN dans la même case que le PS, d'où le titre: FNPS. 

La collusion n'est pas qu'idéologique. Elle est politique. Pratiquement fondé en fait par le vichyste  partisan de l'Algérie Française Mitterand qui lui donne accès à la télévision et au parlement avec la proportionelle de 1986, le FN fut fondé en droit et en partie par des collaborateurs pétainistes condamnés pour trahison et par des membres de l'OAS, comme on se retrouve. Pendant toute la période, toute la lutte électorale du FN eut pour objectif, via des triangulaires meurtrières, de faire élire contre l'avis exprimé des électeurs, des encartés socialistes. Cela réussit magnifiquement à bien des reprises.

Les Le Pen ont bien mérité de la gauche, et l'incompréhensible vote de 97, qui nous valut tout de même les trente cinq heures, fut bien récompensé : un Le Pen au second tour, juste ce qu'il voulait, faire brièvement le malin, apparait avec le recul comme un renvoi d'ascenseur. 

Sans accord officiel mais avec une efficacité d'autant plus redoutable, la collusion FN PS fit sans doute élire Hollande, au moins en partie, la détestation anti Sarkozy ayant mordu "à droite" à un point qu'on imagine pas, sans parler des discours du candidat, anti finance et anti européen (la fameuse re-négociation des traités avec l'Allemagne). 

Bref, le tableau paraitrait complet s'il ne fallait lui ajouter le fond, voire l'essentiel : l'attitude psychologique, le substrat cognitif, l'origine de tout. Je vous en parle en connaissance de cause, je suis psychologue expert.

Le chemin de la gauche est celui de la passion triste de la contemplation du malheur des hommes, celui de l'extrême droite la passion triste de la contemplation de leur bonheur passé. A la base des sentiments, d'abord la tristesse, c'est à dire l'impossibilité de la vraie joie, consumée pour toujours par l'horreur irréparable du monde, ensuite la haine, celle de ceux qui sont supposés avoir commis le crime qui ne peut être absous. 

Car le monde est mauvais, et les hommes qui en sont issus aussi. Rien ne peut l'améliorer, tout ce que l'on peut faire c'est le diriger de manière autoritaire, en fêtant rituellement, régulièrement, qui les fusillés de 17, qui l'Algérie perdue sans parler des multiples autres occasions de se mortifier et de bien faire comprendre l'impossibilité du bien, et l'absolue nécessité du mal éternel, seul moyen et occasion excitant d'accéder à la transcendance.

Ceci s'étend bien sur à tout, y compris bien sur à l'activité économique, l'argent, maudite fiente, ne pouvant être possédé que par le souverain, en charge de toutes les dépenses et de toutes les prévisions.  

Il y eut  bien dans le passé quelques projets pour un avenir possible. Il y eut la fusion de tout le social dans le communisme total qui allouerait scientifiquement à chacun suivant ses besoins, il y eut la pensée de la restauration de la royauté bienveillante et sacrée. Mais cela fut abandonné, non sans pleurs, non sans regrets et mains anathèmes dont d'ailleurs certains sont encore murmurés malgré la modernisation nécessaire. Il ne reste aujourd'hui que l'immense misère spirituelle, intellectuelle et morale d'une bande d'abrutis mondains dominés et pilotés par des arrivistes cyniques qui vivent de leur malheur et de leurs économies, puis, in fine, des impôts de tous. 

Qu'on me comprenne bien: il y a des gens estimables qui vivent cet enfer horrible et désespérant et je ne peux que les plaindre et les supplier de s'en sortir, mais cela ne tient qu'à eux, ils n'ont qu'à lire.

Pour le reste, les militants, les responsables, les propagandistes, les théoriciens je voudrais leur adresser mon total mépris et ma totale détestation horrifiée. Je les conchie absolument pour toujours et ne serais satisfait que de leur mort avec tout ce qu'ils représentent : le monde peut et doit se passer de tout ça. 

 

 

Commentaires

http://www.lepoint.fr/politique/le-rassemblement-oui-mais-pas-pour-tout-le-monde-04-01-2015-1893825_20.php

En gros:
1) Le 31 décembre, des responsables des jeunes de l'UMP ont célébré le passage en 2015 avec des "amis" du Front national. Étaient présents à cette soirée le vice-président du parti frontiste, Florian Philippot, ainsi que Pierre Gentillet, président des jeunes de la Droite populaire

2) le magazine gay Têtu a demandé à ses lecteurs d'élire Mister Gay 2015. Matthieu Chartraire a obtenu 30 % des suffrages, contre 19 % pour le concurrent arrivé en deuxième position. Il est alors encensé par le journal, d'autant qu'il coche toutes les cases du politiquement correct ! Selon l'interview de présentation, le beau gosse est né à Grenoble, vend des yaourts, vit avec une petite chienne, est engagé depuis l'âge de 13 ans contre la détresse du monde et est devenu végétarien à 16 ans ! Le rêve...

Sauf que, lors d'un entretien accordé à Libération, Matthieu Chartraire lâche une petite phrase qui fait beaucoup de bruit : "C'est vrai que certaines de mes idées font que je me sens plus proche du FN que de tous les partis qui nous dirigent depuis vingt ans et qui sont dans un déclin total."


Cela illustre parfaitement mon propos: le FN séduit les libertaires culturels et se trouve donc maintenant, par exemple, en charge de la défense de la libération du sexe. Ce qui confirme la collusion idéologique anti-libérale et libertaire du FN et du PS.

La réaction violente des organisateurs du concours de beauté, apparemment surpris, montre que la chose est spontanée, incontrôlable, et actée.

Écrit par : François Carmignola | 04/01/2015

http://www.lexpress.fr/actualite/politique/exclus-du-fn-pour-avoir-mis-du-laxatif-dans-le-vin-de-louis-aliot_1636433.html
Pardon d'en rajouter mais chaque marque potache ou non, du libéralisme culturel débridé des moeurs du Front National ne peut que me réjouir. Pleurant de rire à la merveilleuse plaisanterie, je ne peux que plaindre la victime, concubin non marié de la très tolérante multi divorcée, silencieuse car consentante, de la filiation non paritaire.

Écrit par : François Carmignola | 06/01/2015

Dimanche 18 Janvier, surréaliste confrontation de Frédéric Mitterand et Sébastien Chenu, fondateur de Gaylib.
http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2015/01/18/25002-20150118ARTFIG00106-la-theorie-de-frederic-mitterrand-sur-le-fn-et-les-homosexuels.php

Le neveu du vichyste dit de la fille de Le Pen qu'elle est une "Mandone à pédés" (sic).
Le maréchal (Pétain), le général (Salan) et tous les long couteaux se retournent dans leur tombe. Quelle rigolade.

Écrit par : François Carmignola | 18/01/2015

Un petit échange entre le gaulliste Phillipot, par ailleur récemment "outé" et le fondateur de son parti, le jeune accusant le vieux de boire de la vodka.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2015/01/24/25001-20150124ARTFIG00141-jean-marie-le-pen-tacle-l-outrecuidance-de-florian-philippot.php

Voilà qui est déconnant et libertaire à souhaits.

Écrit par : François Carmignola | 24/01/2015

Les commentaires sont fermés.