Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La bêtise

Segolène1.jpg

Le singulier s'impose tant il convient au multiple infini qu'est LA bêtise, ou connerie, qui étend sur le monde son manteau sinistre aux plis innombrables. 

Le représentant de ce multiple sera pour notre époque une représentante, l'ange de la stupidité, la madone du con, la gaïa  du trou de balle, la péronnelle du vide, ou encore Ségolène Royal, le non être incarné, le sourire au visage humain (1). 

Personnage au wikipédia contesté, on attribue à la dame de multiples actions, lois, et influences, toutes organisées autour de l'expression publique d'un bon sens populiste particulier. Celui d'une femme bavarde profondément stupide, vantarde et irraisonnée, ce qui en fait l'archétype de la justification par l'exemple de l'absolue nécessité de tenir ce féminin là à l'écart de la conduite des affaires publiques. 

Ségolène, féminine ? Certes, et par tous les pores... 

On commencera par l'attribution des dérives de l'affaire d'Outrau à sa loi enfantine de 1997 permettant de faire confiance au témoignage des enfants. Exemple typique de l'effet pervers absurde lié à un sentiment féminin exprimé dans les faits par la symbolisation de la conne, l'affaire vraie en son principe, tant la personne voulait décider. La réalité abominable et dérangeante nous a montré la réalité du monde, tel qu'il est géré par ce genre de personne: atrocement défiguré. Le visage humain de la connerie est un enfer grimaçant et les bonnes intentions de la bêtise enconnée, l'oeuvre de l'enfer sur terre. 

On parlera de l'écologie, son statut d'ambassadrice de pôles (non rémunéré) parachevant son oeuvre sinistre de ministre.

Car l'écologie est associée à la dégénérescence finale du socialisme, qui le conduisit à y chercher  une source ultime des valeurs, palliant l'atroce pourriture de la question sociale, à la fois abandonnée car devenue inutile faute de communistes à sucer et surtout source de tellement de reniements qu'il fallait rompre là, l'odeur était trop forte. 

On se lança donc dans le vide, car vide il y a à se battre avec Fabius sur le concept d'un sommet ou l'on entérine le loisir de la Chine à polluer encore 30 ans, l'essentiel des efforts étant destiné à être assumé par nous même. Immédiatement et fortement augmentées dans les quelques mois qui suivirent le départ de l'empereur de Paris, les émissions chinoises, tempérées par les nouilles du même nom qu'ils nous servent en guise de promesse de se torcher leur cul très pollué (ce qu'ils ne font pas, préférant péter dans les routes de la soie qu'ils veulent imposer au monde pour payer leurs retraites d'assassins pollueurs). 

L'oeuvre de ministre de la dame fut ainsi consacrée à ce petit raoult, ou radieuse la connasse célébra et adouba un monstre, pour notre dégout, notre déplaisir et notre honte. 

Car l'écologie qu'elle insuffla dans le monde cul serré des partis de gouvernement avait de l'avenir. Repris partout, au nom de l'alliance des femmes et de la propreté, le constat de la planète bava partout. Comment qualifier la connerie de la jeune Koziuskokotte, qui fit foutre le principe de précaution dans la constitution ? Ah que Ségolène aurait voulu l'y faire mettre elle même ! Le principe est là et "rien ne vaut une femme pour faire le ménage", disait elle même Valérie Pécresse. Royal est donc directement associée à la généralisation du principe, affreuse pollution de l'espace public aux conséquences innombrables, aujourd'hui l'une des principales sources, raisons, et causes de l'ignoble abaissement auquel se résout notre monde. 

Inauguré sous Chirac, l'enculé par Mitterand célébrant après sa victoire sur Lepen, qui la fracture sociale (alors cet arrêt du chômage, on en est où?), qui la maison en feu (ta gueule Roselyne, l'énergie nucléaire ça pollue), pour plaire à la gooooche, qui trop contente d'abattre Sarko se lança alors dans l'écolomunisme, la grande oeuvre du couple. L'échec de Ségolène à la présidentielle ? Un pur effet de sa connerie foncière, c'était imperdable. Son étalon magnifique s'unifia avec Duflot, détruisit le socialisme, puis la nomma. C'est dire le mépris qu'il éprouvait pour la chose.  

Car on a dans ce genre de morue, dans son haleine et dans son ADN vérolé de fille de militaire facho, tout ce qui fait l'abaissement de la nation: la conversion de la cinquantenaire à un idéal mondain frelaté qu'elle met en oeuvre avec conviction arrachant la sympathie du nombre. Du nombre de quoi? D'abord des "femmes", ces êtres à la fois fidèles dans le long terme et capricieuses dans le court, influençables par le bien, surtout et toujours. 

On leur refusa le droit de vote pendant la moitié du vingtième siècle pour cause de bigoterie, travers qui les reprend immédiatement une fois le droit alloué, on finit toujours, mesdames par vous voir penser en biais. Car la bigoterie écologiste, bio sain oblige et lait de remplacement de son nichon sec, ultra pur oblige est un travers femelle, accentué après 50 ans. La lamentable coucherie passive qui nous met en faiblesse à la portée d'une désastre de plus dans notre histoire est maintenant à l'oeuvre. Royal, quel beau nom disait Lepen, en est l'étendard vivant. 

Photographiée en marianne mais le sein flasque bien sur couvert, la connasse suprême symbolise cela: une loche mal léché et l'affreuse et stupide hypocrisie de qui ne pense qu'à son cul, au fait gros et sans doute blet. Au nom de la rance et sinistre bêtise.

Le socialisme dont vient la dame, remarquée par Attali (qui remarqua aussi Macron, quel instinct) avec son associé Hollande, elle apprit la réalité du monde à l'Elysée dans les années 80, a un rapport avec l'économie. 


La ruine finale d'une idée très conne, entièrement mise en oeuvre avec pour souci sa forme, toutes les autres justifications étant subsumées par la volonté de plaire au public est récente: on abandonne donc hélas l'utilisation d'une route comme support de panneaux solaire, la surface utilisée par intermittence s'y prêtant. Finalement non, les raisons de l'échec, directement liée au rapport de la chose, n'étant calculables qu'après l'inauguration glorieuse par la dame.

La subvention effrénée de la région Charente Poitou à une entreprise en perdition, chargée au nom de l'électrique de promouvoir le volontarisme efficace (le vrai) d'une incompétente gaspilleuse qui finalement acta la faillite et surtout l'inutile, ruineux et à toujours éviter interventionnisme des collectivités publiques dans la gestion de l'économie. 

A l'Elysée lors des désastreuses nationalisations qui ruinèrent l'industrie gaulliste puis la France dans sa totalité, la connasse magnifique dépensa encore des millions pour administrer une faillite, et avec le sourire et le sentiment du devoir accompli, demandez lui si elle le regrette. Bigote oui, économe non: elle consomma la bien pensance avec la même prodigalité qu'une cocotte se couvre de cosmétiques et de franfreluches: en gaspillant affreusement, à la hauteur de ce qu'elle avait à embellir et de ce que les michetons avaient à donner: tout.

Elle se présenta à une élection présidentielle pour se venger de son cocufiage, le chef socialiste avec qui elle coucha dans sa jeunesse entre deux pipes à Mitterand (2) en fut pour patienter 5 ans pour finir de ruiner la France, entre deux attentats et gateries de l'actrice qui vengea la dame. Du cocufiage au carré, vous m'en garderez deux, un de chacune. 

Bête? Ben oui, on vit même, filmé depuis l'immeuble d'en face, la grande déclaration de la dame à son ex, avec en prime, des allusions graveleuse à un Bayrou dans la rue envoyant du gravier aux fenêtres pour rien... Le palois bègue ne rata par contre pas ses fellations dix ans après, juste jeté une fois son ignoble moralisation (qui ne s'appliquait pas à ses propres escroqueries) achevée.  

Environnée de pareil mâles, il est clair qu'il n'y avait qu'une telle femelle pour hausser le niveau. 

On a parlé d'écologie, d'économie, voyant l'alliance des deux. Elle participa et insuffla un plan d'équipements en panneaux solaires et autres énergies "renouvelables". On rappellera que produire de l'énergie de cette manière (solaire et éolien) est complètement dénué de sens et d'utilité: non pilotables, ces sources d'énergie nécessitent des sources elles permanentes (nucléaire ou carbone) d'une puissance équivalente, pour pallier leur régulières absences de fonctionnement. L'absurde de la bêtise instituée en gaspillage dément (des centaines de millions d'Euros au bénéfice exclusif des panneaux solaires chinois) de cette monstrueuse absurdité est infini. Elle participa de toute la force de ses reins à cela, merci encore, le contraire aurait surpris. 

La dame parle en bois. Au soir de sa défaite, elle consola ses partisans avec un splendide "je vous mènerai vers d'autres victoires". Tout, absolument tout est comme cela: pipeau, mensonger, et surtout absurde. Mais avec le sourire, le fameux sourire... 

Elle représenta la France à la mort de Fidel Castro en 2016, à la demande de son ex, sachant que la liste des cocus français en visite à Cuba qui se firent baiser leur femme par Castro est remplie (Kouchner et Debray, par exemple). Hollande eut l'infâme et subtil humour de célébrer ainsi une icône de la gauche, le lamentable dictateur taré qui sans doute baisa aussi la mère mitterand, mais on en a pas la preuve, sucer n'est pas tromper. Bien sur la bigote célébra l'indépendance cubaine et nia les prisonniers politiques; avec une langue en bois, on peut sucer un cadavre, la preuve. 

Elle admira en public, qui plus est en Chine, l'efficacité des tribunaux chinois: c'est le sens de la fameuse "bravitude", expression célébrée partout depuis et qui illustre mon propos. 

Encore toute enthousiaste de la coupe du monde ratée, elle proposa des matchs de football mixtes, en voilà une idée qu'elle est bonne, et illustre mon propos. 

Toute ses allusions à la pompe sexuelle, destinées à stimuler la vieillissante matrone n'ont bien sur pour but que d'illustrer la grande chasteté de l'icône prolifique: elle nous épargna, elle, les amants trop jeunes et fut même à son ministère rédactrice d'une code de conduite limitant les décolletés; elle fut contre le string. Un point pour elle ? Tu parles ! Elle s'opposa à la suppression du délit de racolage passif, pendant de la pénalisation du client édictée par un gouvernement Hollande. Complexité, embarras, volonté vicelarde de faire débander son ex ? On ne sait et l'ambiguité de son émotion laisse perplexe, ce qui illustre mon propos. 

Pour conclure, disons que les quarantes années que cette grosse vache stupide consacra à notre ruine nous ont fait bien du tort et qu'on peut à raison la maudire, elle, son époque, ses "idées", ses compagnons et tout ce qui l'accompagna. Il n'en restera que le gros cul mimé par un humoriste et la grasseyante gouaille d'une bourgeoise détestable. 

(1) http://philippemuray.e-monsite.com/pages/textes/le-sourire-a-visage-humain.html

(2) il est encore temps, monsieur le président ! : https://www.ina.fr/video/I07002981

P.S. "Il y a un lien très étroit entre les violences faites à la nature et les violences faites aux femmes," (https://www.rtl.fr/actu/politique/segolene-royal-de-nouveau-candidate-a-l-election-presidentielle-7798217204)

P.S. (Octobre 2019, JJ Bourdin): Vous vous rendez compte qu’aujourd’hui plus d’une femme sur dix est touchée par le cancer du sein ? Est-ce que vous vous rendez compte de ça ? C’est dû à quoi, ça ? C’est dû aux pesticides.

 

 

 

 

Commentaires

  • bonsoir,
    Article jouissif. Je vous trouve un peu difficile à lire parfois. j' ai cherché en vain sur youtube cette vidéo où l' on voit Sécotine demander sans vergogne à Mitterrand de lui donner un poste....dommage!

  • Je vous l'ai trouvé ! C'est sur l'INA, voir la référence (2)...

Écrire un commentaire

Optionnel