Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Moisi l'Aveugle Sureau le sourd

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/0301782940043-la-faille-qui-separe-lamerique-de-ses-allies-2182693.php

https://www.lesechos.fr/28/04/2015/lesechos.fr/02136173497_le-drame-des-migrants-et-l-egoisme-de-l-europe.htm

L'homme est un "géo politicien". Chroniqueur à tout, du moins la partie orientée de ses tropismes, tous dirigés vers l'absence, forcément stipendiée (comment expliquer l'absurde? Par la bêtise ou par la corruption?), de toute espèce de bon sens. 

L'homme conjugue, et c'est lui qui le dit, les identités: juive, française, européenne. Le beau mélange, qui préside à sa corruption totale justifierait donc ses points de vue. Une larve, un lémure, un authentique con, bien sur totalement incapable de conceptualiser le mépris qu'il soulève, qu'il suscite, qu'il inspire. Un gibier. Nous sommes dans les années 30 et un bourgeois juif sentencieux hors sol fait la leçon aux peuples qu'il méprise. Sans nuances, sans empathie, juste l'arrogance assurée de celui qui ne mérite que les coups de bâtons réservés aux valets impolis.

Car son impolitesse est à la hauteur de sa forfanterie: le Trump qu'il méprise pour avoir trompé ses prédictions assurées (ah le plaisir du résultat commenté par le berné stupide après des mois de vomitoire politiquement correct), il le juge comme méprisant son allié (l'Europe) face à son ennemi (la Chine). L'inverse lui serait il venu à l'idée ? Que non: le barde tordu tellement infatué de son postérieur de vieux taré ne peut l'imaginer. Un con, vendu à Macron, tel est son rôle, sa fonction, son être.

Envahie et détruite par le libre échange chinois que les plus enragés des fédéralistes dénoncent maintenant à haute voix, c'est dire, l'Europe de Moisi ne peut même pas considérer qu'après avoir joué à fond l'avantage avec des rétrocessions conséquentes, l'Amérique est allée trop loin et qu'elle a décidé, oui  décidé, de faire autrement ? 

Entre de telles mains, de tels économistes, nous, et quand je dis "nous", je ne compte pas les allemands, ils ne sont pas fédéralistes, les européens misérables soumis à leur démagogie, vont encore faire semblant de croire restaurer leur puissance. Ils ne sont que des territoires à envahir, et on va voir leur troupes, bientôt. 

Moisi collectionne les perles et les éditoriaux chiassieux qu'il ne cesse d'aligner, à rebours de toutes les intelligences, de toutes les prudences et de toutes les lucidités avaient fini par m'en dégouter absolument. Par exemple, sur l'Iran, allié qui plus est de son ennemi la Russie: 

"Peut on s'appuyer sur Rohani ? Ben oui, de tous les mollahs, il est le plus modéré... L'europe a tellement besoin de s'ouvrir à l'Iran, qu'il ne se formalisera pas trop sur la démocratie..." Quelle habileté, quelle modération...  

Non pas qu'il ne soit d'un lobby judéo complotiste de quelque nature que ce soit... Il n'est que con, un libéral européen hors sol, porteur d'un idéal vérolé par le mondanisme sans volonté et le conventionnalisme bourgeois le plus dégénéré. Tout cela va se fracasser contre la violence des vraies volontés, les volontés de puissance qu'il dénonce chez lui et ses amis américains qui ne sont pas noirs et soutiens des frères musulmans. Ah oui, la volonté de puissance nationale israélienne, aussi, celle là on ne la critique pas...  Par contre, la Russie, (mais pas l'Iran) alors là... Bref: tout ce que je dis est vrai: il porte une conception "européenne" du monde: celle du bon sentiment, et de l'absence d'intelligence, de lucidité et de logique, celle des futures victimes. 

Que ce passe-t-il et qu'il ne voit pas? D'abord que son projet débile d'union mondialisée pacifiste reste une vieille lune absurde. L'Occident n'a pas réussi à civiliser le monde, et à part le Japon, et Singapour, et peut être le souvenir du knout dans la partie de l'Amérique du Sud qui n'a pas définitivement plongé dans le tiers monde, on ne trouve partout qu'un enrichissement provisoire et barbare qui ne se traduit par rien, sinon une monstrueuse croissance démographique sans buts. Bien au contraire, c'est l'Europe, voire les US, qui se bougnoulise, sauf la Chine, bien sur.

La Chine et le reste du tiers monde enflé de la bêtise humanitariste qui l'a nourri à toutes forces (depuis les petits chinois des années 30 jusqu'aux petits blacks aux ventres gonflés des années 80) on court vers une explosion abominable de ses inutiles populations avec un risque maximal avant 2050 de conflagration, juste avant l'inéluctable disparition de cette bulle humaine, inutile et dispendieuse. Fasse qu'elle meure de vieillesse, sans objet et encore une fois sans objectifs véritables. On ne parle pas de l'Inde, l'équivalent de l'Afrique, embourbée dans cette folie et au combien, ils ont l'air gentils, mais ils ne le sont pas plus que les autres.

Il faut bien comprendre la nature des "modernisations" célébrées de ces océans humains: une partie faible de la population accède aux standards occidentaux, avec des domestiques. Discriminés et sans avenir, le "peuple" qui est sorti pour son malheur de la famine se contente de se multiplier misérablement. On ne voit pas ce qui lui assure un avenir crédible ou intéressant et tout ce qu'on peut imaginer c'est une rigidification de ses structures sociales, avec la nécessaire stérilisation intellectuelle qui s'y associe et qui n'aura vocation qu'a protéger sa partie modernisée. L'autoritarisme asiatique est effrayant et sans recours: un tiers de la planète sombre dans une dictature technique sans merci et qui va s'accentuer, on le voit déjà. 

Face à cela, les Moisi prônent le libre échange mondial et l'accueil des réfugiés.

Et bien c'est le contraire qu'il faut faire maintenant. D'abord, il faut bloquer la Chine: engagée, et avec un empereur en poste, dans une course aux armements et aux routes commerciales terrestres et maritimes, elle EST menaçante et on doit lui faire savoir que cela se voit. Il faut tout simplement fermer nos frontières envers son expansion, jusqu'à ce qu'elle ouvre vraiment les siennes. Pour cela il faut de la volonté, et rompre avec des habitudes mortifères. L'enrichissement Allemand n'est pas un complot mais c'est bien la Chine qui lui achète. C'est le point aveugle de l'Europe et ce que défend avec les Raffarins et tous les autres adeptes de la grande civilisation confucéenne, les tenants du libéralisme fédéraliste: le commerce illimité avec une puissance qu'on a déjà renoncé à maitriser. 

Le cri du coeur de Moisi est pathétique! Comment? Notre allié dans le respect passif de l'inéluctable domination chinoise nous force à nous précipiter encore davantage dans la gueule du dragon ? Il l'aura voulu. Il faut bien sur calmer Trump et comprendre qu'il n'est qu'en avance par rapport à nous. Car se lève en occident un refus de l'alignement des blancs pauvres sur le standard mondial. Qu'importe si un milliard de surnuméraires mangent à leur faim en continuant de se multiplier comme des lapins! On ne veut pas vivre comme eux, c'est tout. Et bien le libre échange cruel sans calcul des nations qui sont pourtant responsables de son application intelligente est rejeté massivement. Aux US, et ça vient en Europe, il le faut. 

Cela s'accompagne d'un rejet épidermique des hommes efféminés et précieux dont la délicatesse cynique de corrompus gluants se voit comme le nez au milieu de la figure, sans parler des tigresses tarées qui les dominent et dont ils font la promotion. Une génération médiatique va y passer et l'acharnement contre les hommes blancs de 50 ans en cours est un élément décisif d'un populisme qui avance: tout cela sera balayé par un proto fascisme que les Moisi et consorts sont en train de susciter littéralement. Remarquons qu'on s'achemine, suivant en cela leur souhaits, vers un alignement avec le tiers monde. Qu'est que le populisme asiate sinon celui là ? Un fascisme technicisé rendu nécessaire par la haine incommensurable envers les revendications débiles et aussi  leur maitrise autoritaire source de révoltes irrationnelles. Le contraire de ce que tous les siècles troublés de l'histoire des précurseurs européens n'arrivent toujours pas à maitriser.

Fils de déporté, le moisi nous fait revivre l'hypocrisie et la faiblesse qui a conduit aux malheurs de son père. Car la mémoire historique, la vraie, ce n'est pas celle des citoyens trop lâches pour s'opposer aux dictatures, c'est ceux trop tarés, trop faibles et trop inconséquents pour la préparer directement en la justifiant. Le malheur des années 40 fut d'abord causé par les faiblesses, le pacifisme et l'inconséquence des années 30. 

L'autre abandon c'est l'Afrique: incapable d'y régner, et d'y imposer la réduction des naissances que cette partie de l'humanité n'a même pas commencé à imaginer, nous nous préparons à les accueillir (du moins c'est ce que Moisi fait encore semblant de nous dire, le cuistre). Une période trouble s'annonce, le temps que l'on se décide, mais il sera peut être déjà tard, à bloquer cette souterraine fusion des deux continents qui voudrait s'annoncer. 

Car l'Afrique ce n'est pas que le tiers monde. C'est aussi sa culture et sa grande religion. Tiens tiens, un fascisme de plus, et celui là vraiment totalitaire: même en se suicidant on est en enfer. Bienvenue à la grande religion de paix, faut il la laisser libre de s'installer chez nous? 

L'échec absolu du maghreb à se développer normalement, l'échec absolu du reste de l'Afrique à déjà vivre en paix fait de l'Afrique un réservoir à réfugiés infini et un foutoir chaotique pour encore un siècle au moins. Et bien il faut acter cet échec et rompre les ponts, puis construire un mur. Prendre pied sur les cotes comme à la grande époque et y redéposer les surnuméraires issus des ghettos qui se gonflent. En attendant, rompre les ponts serait déjà un progrès. Faut il attendre l'explosion effective de l'Algérie pour y procéder dans l'urgence ? Merci à Moisi d'anticiper tout cela et de vivre sa vision angélique débile et inconséquente. Merci à lui d'unir l'Occident dans ses craintes et ses envies. Contre lui, d'abord, et cela ne nous fera pas gagner du temps. 

Continuons à parler des craintes, et écoutons François Sureau, même génération, même soucis de vieillards tarés: 

https://www.youtube.com/watch?v=SeDvJQjI-hw

Un indigné qui défendit Fillon, en fait la justice contre lui, il défendait en fait un migrant, c'était la même motivation: l'excessive sévérité de la justice qui voudrait, livrée au ministère de l'intérieur, supprimer le droit d'asile, quelle horreur. Aveugle et imbécile, le juriste formé à l'ENA qui voit révolté les assassins pédophiles ne pas être libérés séance tenante, des criminels sans papiers relâchés dans la nature la veille de meurtres abominables pour lesquels ils sont condamnés à mort (euh, abattus comme des chiens par la police). Bref, le juriste vérolé par excellence qui se plaint non du dévoiement et de la faiblesse d'une justice formaliste absurde aux ordres d'un pouvoir corrompu, mais de... quoi exactement ? Du contraire de la réalité: une immigration sans contrôle ni limites s'installe sans être renvoyée après refus légal d'une demande mendiante injustifiée (faudrait lui enfoncer les chiffres dans le cul?) et le monsieur se plaint du fascisme. Il lui en faut un, et lui faut en être la victime, on ne le regrettera pas, il en est. 

Car c'est cela le fascisme: l'horrible envie qui nous prend de punir l'imbécile qui fait semblant de croire qu'il est déjà arrivé... Le cri au loup qui prépare sa venue. J'aime bien cette forme de phrase, elle semble obliger à la précision, alors que tout est dit. Car ce n'est pas la venue du cri qui est préparée, mais bien celle du loup, bien sur, faut il le préciser? Et bien non, car il faut que la faiblesse et l'abrutissement moderne se cache quelque part, précisément dans l'ambiguité du langage, là où on ne peut que les insulter pour les en faire sortir... Sale con ! Tss Tss !  

 P.S. En parlant de sale con, Moisi le 18 Juin: "Pour révoltant qu'il soit, le drame de l'Aquarius ne saurait être comparé à celui de l'Exodus". Légèrement ébranlé, le gluant reste droit dans ses bottes entre les "deux" camps: ceux qui "respectent les droits humains" et ceux qui "flattent les bas instincts". Mes bas instincts sont flattés et tu es mon ennemi méprisé. 

Un point au sujet de la "judéité" de Moisi, qu'il revendique d'ailleurs. Elle se caractérise par un cynisme faux cul explicite: il excuse les tirs de l'armée israélienne contre les foules devant le grillage à Gaza, et condamne ceux qui veulent fermer les frontières de l'Europe "au risque de perdre leur âme". Il refuse bien sur la comparaison Exodus Aquarius, mais pourtant l'émotion internationale contre les mauvais traitements faits à des civils n'a-t-elle pas favorisé la création de l'état d'Israël? Bref, un égoïsme géopolitique incohérent et il faut le dire dégoutant.

Et bien je serais ici un sioniste lucide et cohérent: les nations ont le droit de refuser d'être envahies, Israël se défend et l'Europe doit se défendre. L'Etat d'Israël est légitime et depuis le début. L'Exodus avait vocation à amener un peuple vers sa terre, l'Aquarius est un radeau d'esclaves vendus pour envahir et polluer. Moïsi est un hors sol méprisable et je le conchie. 

Il faut bien voir que ce clivage, qui peut cette semaine faire sauter Merkel, est maintenant essentiel. L'humanitarisme béat des lâches doit céder ou bien l'Europe explosera. La haine est là, je le sens, je la ressent. Est-il trop tard? Peut être pas, mais un mal considérable a été fait. 

Il suffisait pourtant d'être lucide et de dire le fait. Que des humanitaires manipulateurs des opinions et partiellement corrompus ne pouvaient se substituer aux états, que l'immigration économique n'est pas un droit, que les peuples d'Afrique doivent comprendre qu'ils ne peuvent migrer que dans leur zone géographique. Le bon sens, la sagesse, le réalisme. 

On a préféré comme Moisi, faire honte à l'ennemi qu'on méprise au nom de la cuculetterie humaniste. Je te ferais rentrer mes bas instincts dans ta gorge de pourri, sale abruti. 

Écrire un commentaire

Optionnel