Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2017

L'Après Macron

Parler d'après Macron parait prématuré, mais c'est pourtant l'idée. Nous sommes en pleine macromania, les sans fautes s'accumulent d'après la presse, et pourtant la puanteur est déjà manifeste: le corps du gamin git déjà dans les gravats. Au fait, il vient de se mettre à excuser Assad.

On passera sur le réel, pourtant explicité par des mots dotés de sens, mais qui ne sont pas pris en compte dans les évaluations faites, toutes tournées vers ailleurs. Pourtant, on commencera par là, et c'est gravissime: les motivations de l'éviction des adversaires du gagnant ne lui sont pas appliquées. La morale, c'est pour les autres.

Trahison de son camp politique (Fillon et LePen furent affaiblis par l'équivalent) et indélicatesse manifeste de sa part comme ministre sur le départ faisant sa campagne: cela aurait du gêner, mais ce fut perçu comme  de bonne guerre. 

Entourage compromis dans un enrichissement familial et personnel patent et indélicat, quel entourage: il s'agit de son premier soutien; allié décisif compromis dans tout ce qu'il dénonce chargé, comble de la dégueulasserie, de légiférer sur la question; exfiltration de tout le monde du gouvernement juste après l'élection législative en catimini, bref l'horreur. Cynisme et culpabilité manifeste sous des protestations d'innocence relayées et conduites par l'opinion et les médias attachés. Tout le monde approuve la loi, taillée pour humilier Fillon une deuxième fois, mais bien sur considère un casier judiciaire possible pour être élu.  

Ma rage est extrême, mon sentiment d'injustice, d'incompréhension et de mépris pour tout cela en est au point de rejeter ce monde et c'est bien ce que je veux dire. 

Volée d'un débat, d'une élection et de l'application de politiques indispensables pour des raisons d'autant plus futiles que des reproches autrement plus graves s'appliquent manifestement à celui qui profita de la révolte morale, ma colère est extrême et ne se calme pas.

Il faut pourtant en parler, et la chose est bien plus grave qu'on ne croit, une élection est toujours l'occasion de réaliser quelque chose et après tout, celle là en est une.  

D'abord qu'alors qu'on croyait dans les situations d'attente, qu'allaient se révéler des forces cachées mystérieuses cristallisées au dernier moment, celles ci ne se manifestèrent aucunement, bien au contraire. Il faut donc en déduire qu'elles n'existaient pas, ou c'est bien là le problème, qu'elles étaient minoritaires, ce qui revient au même dans ce type de situation. 

Défi à la démocratie? Ou éloge de la marge ? La réalité est d'abord très triste: la majorité du "peuple" s'est abandonnée, à la résignation et au moindre mal. 

On commencera par le moindre mal: éberlué par l'échec absolu, cette fois totalement consommé, du socialisme traditionnel et des ses futures "avancées" devenues impossibles, il s'est donc agi surtout de ne toucher à rien, le confort est trop grand: fonctionnaires, 35 heures, assistanat indispensable, tout ce qui menaçait l'essentiel fut préservé et le contraire rejeté. Cela est patent, inscrit dans le vote: le "libéralisme économique" et donc la réforme, qui lui est attaché, fut refusé. 

On mentionnera la résignation: éberlué par la rupture avec la morale qu'entrainait le soutien à son programme, la droite libérale se réfugia dans ce qu'elle avait toujours envié à son adversaire: les bons sentiments. Cela fut aussi le choix des indécis qui trouva là une occasion de refuser le monde, le refus qui m'anime aujourd'hui pour les raisons inverses. 

La confusion des deux scella l'élection. J'avais pensé que la résignation post socialiste conduisait à l'acceptation de mesures fortes, qui appliquées rapidement, auraient méchamment cautérisé le purulant abcès. Démenti par les faits, je ne retire rien de mon mépris envers ce peuple de concitoyens aveugles et lâches, cette collectivité méprisable qu'on ne peut que tromper et qu'il faudra faire souffrir bien plus, plus tard, tant pis pour elle. 

D'autant plus que dans l'intervalle, son abjection ne va pas améliorer la générosité et la sympathie que l'on pourrait avoir à son égard. 

On avait parlé de moralité, allons y voir. Elle n'est formée que d'assemblages contradictoires d'équilibres précaires, tous consacrés à se masquer la réalité et gros de menaces diverses. 

D'abord l'humanitaire égoïste. Tout en refusant dans les fait l'accueil et le financement, on se prévaut, pour s'excuser, de bon sentiments qui pris à la lettre, pourraient retourner la situation et accepter finalement l'entrée massive. On laisse faire et on accueille en diluant en s'exposant petit à petit aux chantages des autres pays européens avec qui il "faudra bien" partager. Tactique similaire pour les travailleurs détachés, on fait semblant de vouloir les contrôler et on oppose, en bonne politique, l'argument des migrants aux pays de l'Est en colère. Tout cela bien sur sans aucun résultats ni décisions: la France étranglée pas ses mensonges et son déficit n'a rien à dire. Alors on continue de faire semblant.

Ce parangon du désaccord européen touche à l'essence de l'opposition idéologique irrémédiable qui me sépare de Macron et des ses affidés: l'intérêt de la Nation doit être premier et NE DOIT PAS être soumis à des obligations humanitaires ou internationalistes, c'est à dire à des sentiments obligés. L'essence du politique est de résister à la soumission à l'obligation extérieure qui s'exerce contre ses intérêts propres. 

Cette position souverainiste n'est pas celle des gnan gnan et autres sous hommes politiques qui font de ce bon sens un argument pour d'autres visées et qui ne proposent que le refus ou le retrait. L'Europe est bien entendu une nécessité historique pour le continent éponyme et il faut la contrôler et la dominer avec ses alliés, le bon sens et la raison devant toujours prévaloir, quitte à les forcer. Le soutien aux pays vraiment menacés et l'invasion migratoire est une menace, doit être apporté en échange bien sur des nécessaires ajustements à des phénomènes du même ordre (les travailleurs détachés) qui doivent par contre être préférés ouvertement, au détriment de la simple prédation d'allocations sociales. Car il ne faudrait pas s'acheminer, ce que souhaitent certains, vers une nationalisation de populations africaines qu'on encouragerait à s'installer en payant moins cher, c'est un comble, des services européens restés dans des pays d'Europe à bas couts... 

Le nécessaire cynisme du refus de l'installation de ces populations en Europe doit être rendu explicite, et l'opinion et ses "élites" se refusent à faire le pas que Trump vient de réaliser, sans doute avec dix ans d'avance sur le reste du monde occidental. L'humanitarisme migratoire et immigrationniste est une folie qui doit être arrêtée. Elle le sera "après Macron". Quand aux patrons des travailleurs détachés, ils doivent contribuer au chômage qu'ils provoquent et tant qu'à faire avec des blancs. 

Car on doit aborder aussi le délicat sujet dit de "la gale, opportunité économique", de l'accueil de tous ces enfants migrants de moins de dix huit ans (c'est ce que prouvent les papiers qu'ils n'ont pas) qui errent dans les landes du coté de Calais. Criminel de ne pas les nourrir, les doucher et les éduquer, sans parler de leur trouver du travail, un pays comme le nôtre en a bien les moyens. Le ministre de l'intérieur ne veut pas faire d'appel d'air, la justice dit le contraire, et le premier ministre arbitrera un jour en contredisant le président bien sur, des qu'ils seront dix mille on les logera en province, on sait comment faire. Sauvés par des italiens trafiquants d'esclaves (comment expliquer autrement leur absolue connerie humantaire) des milliers d'africains francophones issus de pays amis de la France sous perfusion économique et militaire de notre part, viennent tenter directement leur chance à la source de la manne: c'est la seule chance de survie, faut les comprendre. 

Au passage, prend garde, paysan du fin fond de la cambrousse: un fiché S en relégation peut te poignarder à n'importe quel moment quand tu bêche. Ca va s'accentuer, on verra après Macron. 

Ensuite, l'"esprit managérial fonctionnarisé". Pardon pour cet accumulation de termes, mais le français n'est pas l'allemand. Marquée par l'ambiance de bureau qui fait le vécu les classes moyennes, l'opinion est en phase avec le discours de motivation neu-neu dont s'aspergent toutes les propagandes modernes, depuis le "ça fait du bien à la planète", jusqu'aux festifs variés qui célèbrent l'unanimisme obligé du "vivre ensemble". Toutes ses ignobles saloperies collectivistes bêlantes qui nous font ressembler de plus en plus à la Corée du nord. Imitant les communismes, les "libéralismes" se rendent encore plus odieux qu'eux. Solidaires entre eux les fonctionnaires rament dans le même bateau et l'esprit "startup" n'est qu'une simagrée de plus dans ce genre là, les sourires béats des tee shirts collectifs sont tous les mêmes: la communication généralisée devient de la propagande au sens strict.Toute l'expression publique n'est qu'affirmation de cause à défendre, de soit disant victimes humaines ou animales à protéger, avec slogans, manifs et engagements divers pour masquer l'horrible pouvoir: quelle puanteur!

Le cynisme à son égard se répand, le dégout et le mépris aussi: qui ne pense pas à l'UERSS ? Partout un cynisme démobilisé compte ses RTT, épuise ses congés maladie et méprise tout le reste. L'encadrement n'est pas en reste et tout part en couille à l'unisson, regardez les chiffres globaux, ils sont significatifs.  

Eclatés et rassemblés occasionnellement sur des projets utiles précis, les travailleurs du futur, solidaires dans des liens qui ne peuvent s'exposer publiquement doivent vivre dans l'espace privé des décisions secrètes. Ce n'est que dans les uniformes des organisations collectives militarisées que l'on trouve l'esprit collectif national traditionnel, et pas dans la militarisation mensongère de la société civile. Car là, on obéit, on agit dangereusement, et on ne fait pas semblant: la fiction du bureau somnolant qui s'appliquerait à tous est un non sens. 

Le monde du travail c'est aussi le solitaire dans sa cabine de moissonneur et nul ne l'identifiera à l'inutile ou à une quelconque "tribu". Le monde est divers, vraiment divers et il faut illustrer les libertés de vivre, pas collectiviser les sentiments d'appartenance. Et puis il y a les familles, ceux qui sont en charge des enfants et des vieux: ils ne sont pas particulièrement sportifs ni branchés et méritent pourtant qu'on les représente dignement sans les humilier en leur donnant des conseils débiles ou en les hyper motivant de manière ridicule. Mais cela ne pourra être évité qu'après Macron. 

Et puis, le "mythologique vomitoire". Porté par une volonté de "revivifier" les symboles, l'esprit du temps veut toujours réinventer la symbolique, suivant le chemin suivi par l'église catholique en pleine modernisation, c'est à dire en voie de disparition. Le symbolique ne peut se contrôler, et ne peut qu'être révéré. Louis XIV ou Napoleon échouèrent l'un et l'autre à imposer plus que l'histoire: les souvenirs que laissent Versailles et l'Arc de triomphe ne sont, malgré le respect qu'on leur doit, que globalement surfaits. On célébra l'empire allemand dans l'un et on fit défiler les nazis devant l'autre. La France c'est autre chose, et c'est l'esprit qui présida aux triomphes militaires qui eurent effectivement lieu et dont il faut se souvenir en tant que tels, sans leur associer autre chose que ce dont ils sont le symbole: le triomphe des armes de la France, collectivité nationale puissante qui marque l'histoire des hommes. 

Le défilé de la victoire de 19 ne fut pas en l'honneur des victimes de quoique ce soit, pas plus que le défilé silencieux lors de la mort de De Gaulle. 

Les ignobles variétés chantées dans la cour des invalides lors de la remise de décoration posthume à des victimes d'assassinats sont à la hauteur des échecs variés systématiques à assumer le symbolique dont s'est toujours prévalu la gauche et ce qui lui ressemble. Le discours pyramidal de Macron lors de sa victoire sur fond de marche dans le noir et d'hymne à la joie fut ridicule, les médias le trouvèrent "sans faute", ce ne fut qu'une lamentable honte, une invention superficielle surfaite déjà oubliée. Les remerciements aux victimes de Nice faite sur le ton d'autorité de la tapette qui repeint son plafond furent vomitoires. On ne pourra faire mieux, donc, qu'après Macron.

Cette réflexion sur l'histoire, sur le respect du aux lieux, sur les traditions et sur les vrais souvenirs ne peut revenir qu'aux vrais nostalgies, qu'aux vrais souvenirs du passé qui eu lieu. Les cérémonies d'anciens combattants sont toujours navrantes, avec leurs vieux uniformes, leurs négligés de vieillards sales, et puis on a vu ce que ça a donné: vingt ans de souvenirs merdiques qui s'effondrent dans le pacifisme de 40. Qu'en reste-t-il ? Les célébrations des mutins (ils furent peu) fusillés, du rap à Verdun et l'aveu à un journaliste algérien de crimes contre l'humanité. 

On célébra d'ailleurs la rafle du Vel d'Hiv en accusant "La France". Chirac avait accusé l'"Etat Français" (ce qui était exact), on en rajouta donc une couche, le souvenir de Mitterand se devant d'être protégées et celui de De Gaulle méprisés. Hors de propos, inculte, méprisant et stupide, le nouveau président déshonora son pays. 

Il n'y a d'armée que jeune, impeccable et puissante, avec des chars neufs et modernes, pas l'otage déguisé de réductions budgétaires incessantes, avec foutage de gueule suprême, la position martiale du 2% du budget de l'Etat, je vous le donne en mille, annoncée pour 2025! En attendant, on sabre les crédits et on fusille le CEMA. Faut il que des officiers supérieurs expliquent au chef des armées que c'est bien lui qui mis sur la place publique les désaccords qui plus est de manière humiliante pour toutes les armées ? C'est fait. 

Et puis, cette tombe sous l'arc, pourquoi ne pas la déplacer qu'on puisse passer sous le triomphe, enfin ! Sinon, on n'a envie que de profanations... L'avion de Godefroy qui passa sous l'arc protesta contre une indélicatesse de l'organisation du défilé envers les aviateurs. De même le "j'avais un camarade" chanté par les copains de Bigeard à son enterrement sont la marque de la revanche du vrai symbolique français hostile aux marche funèbres romantiques qui n'évoquent rien. Ce qu'il y a de sacré, de puissant et qui appartient à tout le monde, est piétiné et méprisé par un gamin crétin: le symbolique doit rentrer en dissidence. 

Révolte contre le faux symbolique, mais aussi destruction de celui là, telle est notre destin de modernes et ce n'est pas les infectes obligations officielles de Hollande et Macron qui y changeront quelque chose: certaines cérémonies sont dégradantes. Y assister déshonore et humilie. Les commenter en parlant de "sans faute" encore plus... Les merdias seront férocement sabrés, mais seulement après Macron.

On ne peut éviter la "salissure de l'air" (je cherche une autre expression, par exemple "la puanteur des pets") pour désigner ce qu'est chargé de faire Hulot le fou avec l'interdiction des normes européennes moins contraignantes que les françaises, pour mieux détruire l'agriculture du pays de cons qui s'interdit de vendre aussi cher que ses compétiteurs. Avec l'interdiction, cela en fait partie, de la sauvegarde du taureau sauvage que permet la corrida au nom de la souffrance du presque humain, que dis je du sur humain: l'animal ! On passera sur l'interdiction des recherches sur tous les sujets que le taré au souffle rauque aura décidé mitoyen de la fameuse odeur carbonée issue de son trou de balle d'abruti. En attendant l'affreuse corruption due aux éoliennes que cette idéologie de la puanteur a répandu partout continue ses ravages hors de prix. Les gels douches enthousiasmants d'outre-patagonie versent leurs royalties à un unique actionnaire... Cela ne sera puni qu'après Macron. 

Et puis il y a le "bien parlé". En relation avec le point précédent, il évoque la possibilité de dire et de faire ce qu'il faudrait, au moins de ce qu'on voudrait qu'il fut dit. Ce désir lancinant peut disparaitre complètement car reconnu impossible et je n'en suis pas loin. Quoi? La musique ne servirait à rien et il ne serait plus, définitivement plus possible d'en jouir de la sorte ?! Et bien ce sentiment là arrive et accompagne les fins de vie. La mienne ou bien celle d'une époque, qui pensa possible de continuer un gaullisme qui fuit pour toujours dans le passé avec tout ce que cela implique... Car le "mal parler" célèbre aussi une impossibilité, maintenant établie par l'élection et reprise par tous: on renonce officiellement à une possibilité d'agir et de faire, explicitement rejetée.

La défaite de 2017 est plus qu'une défaite ou une alternance: elle entérine un choix de vie et de société, qui devient incontournable et qu'il faudra accepter pour vivre. On voit déjà les imitateurs de Macron, comme on a vu les imitateurs de tous les vainqueurs de gauche que ce peuple de cons et de veaux a mis au pouvoir: une génération au visage lisse se précipite pour imiter Napoléon, je ne vous raconte pas le romantisme qui va en découler. 

Et bien je refuse ce monde absurde et débile, je le rejette et le conchie et je serais aussi fou et aussi déraisonnable que les cons que je déteste et qui eux évoluent dans un rêve vraiment absurde, absurdité que je dénonce et dénoncerai avec haine et mépris dans tous ces paragraphes jusqu'à qu'advienne l'après Macron, ou jamais.