Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2016

Hourra ! Une bouteille de Jaja

La "rencontre discussion" entre Isabelle Stengers et Houria Bouteldja https://www.youtube.com/watch?v=RN3dDXOcnXE est diablement intéressante.

A partir de l'affreux brulot qui déchire la gauche radicale française (le fameux "pamphlet" c'est le moins qu'on puisse en dire, du porte parole du PIR, "Les blancs les juifs et nous, vers une politique de l'amour révolutionnaire"), on assiste là à un cours de décolonisation, qui bien que n'en couvrant pas tous les aspects, forcément, en est tout aussi forcément représentatif quelquepart.

On commencera par réaliser que la liberté d'expression c'est aussi la liberté de parole. Il y a donc, il ne faut pas se cacher les yeux, c'est le Parti des indigènes de la république qui nous l'annonce, les blancs, les juifs, les indigènes, les arabes/berbères (c'est pareil), chacun dans son role et dans sa race. Le juif se blanchit vicelardement, tous les autres sont racisés, le blanc doit morphler. On n'ose se lacher, cela voudrait il dire qu'on pourrait aussi parler de beurgeoise, de demi crouille, de melonne, de youyoutre ?  Non bien sur, n'est pas Céline qui veut, mon défoulement dans le néologisme s'arrêtera donc là.

Le blanc (l'homme blanc) est ainsi pris en tenaille, (je n'ose dire en sandwitch) par le haut (la vieille soixante huitarde qui évoque gouattari) ou par le bas (la vindicative indigénatrice de sa race). Brrr.

Paradoxalement, la folie nazie de la fifille du père humilié (c'est évident, elle nous fait là le plus hystérique, le plus dévorant retour affecteux vers le pénis en plusieurs morceaux de son papa chéri, et je le prend pour moi avec satisfaction en trouvant tout de même qu'elle exagère) n'est pas le plus intéressant dans l'histoire.

On se contentera donc de constater que le racisme n'est pas symétrique, et que tous (sauf les blancs) ont tous les droits plus ceux qu'ils peuvent s'inventer à loisir, au grès de leur apocalyptiques ressentiments. Au passage, le caractère dangereux et aggressif est revendiqué, c'est meindjihad, y a qu'à lire.

Le concept d'"Amour révolutionnaire", mystérieux, mérite le détour: il s'agit de ce qu'on offre au blanc en échange de la paix seule solution à la guerre qui s'annonce, amour qui se trouve un prix à payer, la reédition immédiate  nécessaire pour éviter la guerre à outrance. En gros l'adhésion sans condition au thèses exposées baties sur une conception claire du déclin du blanc. "Révolutionnaire" car comme le vote du même nom il profite à son adversaire, pour mieux vaincre. Passons sur le rôle du juif, pire que le blanc en tant qu'envoyé par lui pour polluer de sa race maudite le sol arabe et d'ailleurs, la greffe ne prendra jamais.

Ainsi, malgré le titre, le contenu dément des annonces de guerre des races de la fofolle est trop provocateur pour que l'on s'y intéresse autrement qu'avec un fouet et son manche. On verra quand il faudra vraiment s'y livrer, Inch'Allah, c'est elle qui l'aura voulu.

Non, la vraie découverte c'est Stengers: la sorcière était une colonisée et représente le vrai peuple, la vraie race, celle que l'universalisme baroque a humilé au nom de la raison. Et oui, je découvre. D'abord c'est vrai, le moyen âge ne brula que des juifs, et les sorcières furent modernes en fait ou plutôt anti modernes, donc féministes tout ça c'est pareil. On a donc la conceptualisation des trois ravages dus à l'homme blanc: de l'environnement, des mentalités, de la société (gout à tari). Mieux, le concept de décolonial se trouve ainsi fondé en philosophie (une vieille lune donc) ! La modernité est ainsi ancrée dans l'humiliation infligée, crée par elle donc ? (je m'égare). En tout cas, et là la pensée (ultra complexe, tu parles) peut se déployer comme invaginée: vous devons vivre dans des ruines, rabaissés et cela est maintenant notre essence: nous nous devons de rendre ces ruines vivables ou bien alors c'est la barbarie (ah bon?).

Au passage, on apprend la différence (Deleuze) entre la droite (qui soumet)  et la gauche (qui pense). Une vraie dualité rentre dedans, témoin vivant du crépuscule du féminisme ancien, elle le dénonce justement la garce, maintenant qu'il est devenu respectable, nos orgies lesbiennes étaient bien plus rock que les vôtres (je délire). En fait, le féminisme, et c'est une catastrophe, est devenu, tenez vous bien, universaliste. Alors que de fait il est vivant et non universel, et je vais vous expliquer comment, depuis la Belgique, la France étant un pays de cons, j'exagère à peine son propos.

Quand on pense que hourra la belle promeut par effet de style sans doute (comment l'expliquer autrement?), la nécessaire soumission à la virilité bien de chez nous, c'est ça ou rien, on voit les con.verge.nces. J'arrête. Non je continue, youyoutre est très homophobe, à la Genet (son idole) c'est tout dire. 

Car il y a chez la pensée proprement et délibérement "femme", la même connerie visqueuse qui anima jusqu'à y a pas si longtemps la pensée de la nécessaire virilité masculine: la dualité nécessaire du monde pensée avec ses organes génitaux. Je sais de quoi je parle, je suis un révolté du thymos, et l'ai expliqué en détails hier, j'ai horreur de ça et le voit partout. Et il faut réaliser la nature "viriliste" de mémère, qui à la grande horreur de toute la jaquette libertaire, abomine la tapette arabe, honte de sa race. Une horreur, on y est en plein.

Quoique naturelle, et au combien, cette (forcément divine) complexion ne peut résumer à elle seule toutes les conceptions philosophiques, mesdames. Bien sur, cette idée là (celle que je dis là), au demeurant assez primaire, fut inventé par les hommes, tout comme l'idée géniale de la divine virginité, conçue pour libérer les femmes, réfléchissez y bien. Mais la nécessaire possibilité de l'abstraction de la merde, du sang et des larmes au profit d'idées générales qui ne soient pas la conceptualisation d'y tout ramener est à mon avis la marque de la vraie humanité. Non pas celle racisée, d'abruties victimes de l'histoire encore incapables (mais cela n'aura qu'un temps) de se prendre en charge elles mêmes, mais celle libre de toutes les dualités organiques, d'évoquer le vent sur une peau, nous avons les mêmes chairs. Non pas que je sois complètement hégélien, mais l'esprit a du bon de temps en temps, buvez en un coup.

En parlant de dualité, le débat droite/gauche abordé ici du coté du poil ne doit pas faire oublier que oui, il y a du bipolaire là dedans. Non pas celui qui nécessiterait d'arroser de lithium la tribune de la vidéo, mais bien de la fondamentale nécessité d'admettre que tout n'est pas unique. Je ne suis pas monique, euh moniste et tiens à le faire savoir. Non pas qu'il y a ait un bien et un mal (quoique quand je me contemple, il me semble avoir raison) mais bien que rien ne peut unilatéralement se faire cataloguer de la sorte par une nécessaire autorité. Il y aura donc toujours de la liberté et le chiffre deux en est le premier et seul exemple: oui s'opposent nécessairement les camps et cela doit être réglé, non pas par un combat à mort ou une fin de l'histoire, mais par l'amour et l'esprit, et par l'altérité des corps et des esprits.

Rien ne me fera jamais vivre dans les ruines d'un amour révolutionnaire, dans les psychoses des chartbées ou dans les glaires des excisées qui s'en ventent. Mort aux connes !

 

 

 

Les commentaires sont fermés.