Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2016

L'affaire Dieudonné

Alors que "Ce soir ou jamais" est arrêté (l'homme blanc de cinquante ans qui la  présentait, Dominique Taddéï était un fasciste, en plus), on se prend à évoquer ses grandes heures, et on tombe sur un entretien électrisé entre Dieudonné (une de ses dernières, sans doute, prestations à la télévision) et deux avocats dont maitre Thierry Levy, défenseur du droit par rapport à tout le reste allant même à l'occasion jusqu'à accuser avec véhémence les accusateurs des pédophiles, bref, un avocat fanatique. 

L'échange a plusieurs phases et je voudrais les commenter. Mais d'abord une remarque générale: Thierry Levy finit par l'affirmation du nécessaire combat contre Dieudonné, bien que celui ci soit venu "en paix" (il avait déjà adopté cette posture, "christiano-africaine" et qui a le mérite d'être "correcte" globalement).  C'est la fameuse phrase du "d'abord il y a les insultes, ensuite les lois, et ensuite les coups"). Dieudonné alors éclate de rire, d'un rire presque léger, sans le caractère gras et cruel qui accompagne souvent ses saillies méchantes. Il y avait pourtant de quoi, il avait gagné. 

Mais remontons en peu en arrière. On finissait par l'identification de Dieudonné avec un combat politique, celui avec le Front National, celui avec Faurisson. Accusation un peu brouillonne, et Dieudonné n'y répond pas. L'accusation, qui évidemment ne correspond pas à la réalité est au pire indirecte: Dieudonné par son humour supporterait indirectement la formation d'opinions en rapport avec ce combat politique là. Car on ne peut bien sur établir sa participation coordonnée avec un parti ou une organisation souterraine révisionniste, ce que d'ailleurs personne ne prétend. Il faut d'ailleurs différencier les deux accusations, l'assimilation au FN, donc au révisionnisme étant, malgré la condamnation de Jean Marie Lepen dans l'affaire du "détail", quelque chose d'un peu bénin, tout de même. 

Bien que (il n'avoue pas si ce fut effectivement le cas) Dieudonné avait annoncé que Jean Marie Le Pen était le parrain de son fils prénommé Judas, le flirt avec le FN, que Dieudonné avait énergiquement combattu en son temps, ne fut que rigolade, et Dieudonné, d'ailleurs avec Soral, avait poussé la plaisanterie à visiter l'Iran, fallait le faire et c'est très au delà. 

Je me souviendrais toujours de cette visite au centre Chiite Zahra, avec des jeunes gens barbus déguisés en Ali, et Dieudonné portant je crois le bonnet de bain, faire "salamalikoum mes frères". Quoiqu'on en dise, c'était furieusement drôle et je ne doute pas une seconde que Dieudonné se soit pas marré comme un fou à l'occasion.

Continuons: la présence du gâteux Faurisson lors d'un spectacle fut une provocation théâtrale, et si elle favorisa au nom du rire le droit de cité d'une opinion douteuse, elle ne fut qu'une provocation contre une loi, elle parfaitement infâme, voulue par un communiste (cela parait presque incroyable que cette loi liberticide fut celle d'un admirateur  des pires crimes de l'histoire)  et qui limite la liberté d'expression, on continue d'en parler donc. Oui Dieudonné joua avec le fait que la réalité de l'extermination nazie pouvait être remise en cause, mais il joua. 

On en revient donc à un humour ravageur, qui fut extrêmement drôle, la présentation de Faurisson étant le caractère principal de cette drôlerie: il fut lui aussi le dindon d'une farce qui ne fut à aucun moment un appel à la violence et plutôt une mise en scène provocatrice qu'en d'autre temps, plus tolérants, on aurait accepté en riant. Et d'ailleurs, ce spectacle, j'y ai assisté par internet, et j'ai ri. 

Comme si en fait, du fait même de la liberté médiatique donnée par l'Internet, il fallait "symboliquement" (comme si le symbolique avait encore quelque valeur, on peut en parler) marquer une interdiction qui ne pouvait avoir lieu. L'audience effective de Dieudonné ne fut pas limitée, et il n'eut, et c'est d'ailleurs pour cela que c'est encore plus inacceptable, qu'à payer quelques amendes pour en disposer. Car il faut gloser sur le hiatus scandaleux (ici encore doublement imposé) entre la dénonciation de l'inqualifiable et le peu d'effets autre que "symboliques" qui en résulte, un ostracisme finalement inefficace réduit à ce que l'on contrôle encore, la télévision... 

Tout le reste est public, vu par ceux que cela intéresse, et introduit la fin de l'âge de la télévision, maintenant remplacée et ce n'est qu'un début par une autre manière de consommer les médias, débarrassée des prescriptions morales, voire des discours publics (imaginez que Dieudonné fut l'ennemi personnel d'un premier ministre, qui organisa un cabinet noir pour le poursuivre, plus de solennelles déclarations publiques qui faisaient zapper, gênés, les audiences des 20 heures...).  

Car l'internet révèle la réalité du blasphème, de l'offense: en fait une série de pantalonnades provocatrices, menée par un orgueilleux sur de sa drôlerie et avec raison: il moque le sérieux, l'emphase et la prétention au bien. Qu'il le fasse en prétendant à son tour un réel imaginaire tout aussi prétentieux et ridicule et bien il y a arrive aussi, et intentionnellement: Dieudonné est donc un maître en significations multiples et il n'a (presque ) pas manqué de bon gout.

Car il a tout de même dépassé certaines limites. Dans l'expression. A plusieurs reprises, voire de manière continue, il céda, c'est clair, c'est sur l'internet, à la véhémente logorrhée antisémite "classique", celle que reconnaissent tous ceux qui fréquentèrent, même sans l'avoir vécue, la terrible histoire du siècle dernier. Il le fit sans cette culture, je pense, même si rien n'y manquait: le protocole, le complot, l'argent et tout le reste. Il se documenta, je pense, chez plus littéraire que lui (Soral lui, prit le temps de se renseigner en détail sur cette période) et donc se laissa aller. Grassement avec l'humour qui était le sien, mais hélas dans ces phases là, en cessant de raconter ses histoires à lui, et cela devint insupportable: il traita le thème complètement, il faut le lui accorder. Zap.

Puis il se repris: quelqu'un le sauva je pense,(à moins que ce ne soit une baisse d'audience) et il tenta, il tente toujours, de redevenir ce qu'il est, plus "gentil" comme on dit. 

Car l'homme est porteur d'une grande richesse humaine, celle précisément (là c'est moi qui vais déraper) de l'africain noir marqué par des racines chrétiennes, et possesseur de ce fait d'un recul supérieur quand à l'injustice du monde et des hommes. Généreux, mais aussi exigeant, il est implicitement porteur d'une culture morale globale, parfaitement orgueilleuse et qui s'est toquée de refuser la soumission publique à ce qu'il reniflait comme un mépris.

Je déteste Soral, ne suis pas antisémite, fut gêné par la comédie (un peu trop sincère, lui aussi est victime du ressentiment) "antisioniste" de Dieudonné. Mais quoi, il prenait soin de faire rire, et bien mieux que bien des blagueurs du même terrain de jeu. Du fait même de leur prudence, il se trouvent castrés: l'ombre de Dieudonné recouvre tout  l'humour de cette sorte et le condamne à ce qu'il est: une petite échelle qui n'a plus beaucoup de vrai intérêt. A ce propos, la personne de Sophia Aram mérite d'être citée. C'est le pire de ce que l'on peut imaginer comme contraire de Dieudonné, à l'avantage et à l'honneur de celui ci, service rendu au pouvoir en place compris.

 

On continue avec la contradiction qu'on lui apporte chez Taddéï: la preuve que Dieudonné ne lutte pas pour la liberté d'expression, c'est qu'il fit des procès...  L'un des procès en question, Dieudonné l'évoque, fut celui fait à Marc Olivier Fogiel, pour avoir fait un sms (on ne twittait à l'époque) évoquant "ce qu'on dirait si on parlait de l'odeur des noirs". Là Dieudonné prend un air offusqué. Il essaye, sans doute sincèrement, de revenir à l'origine: sa position confortable d'antiraciste patenté, contre le seul racisme à ses yeux, celui qui concerne les noirs. Le noeud du drame médiatique se noue alors sous nos yeux ébahis, les éclats de voix se multipliant, jusqu'à la conclusion déjà décrite et le rire de Dieudonné... Cela n'a rien à voir disent ils tous !

L'analyse de cette confrontation là est toujours d'actualité. D'abord, le sms de Fogiel apparut "bien intentionné": en évoquant une situation fictive, sensée (dans son esprit à lui) être "équivalente" du point de vue de la perception victimaire à celle produite par une plaisanterie sur la Shoah, il aggrave son cas en fait, et c'est cela le problème.  Car pour Dieudonné, "cela n'a rien à voir" et DONC l'évocation de l'odeur, comme si il pouvait être possible d'en parler, était d'emblée une manifestation raciste qui devait être condamnée quelque soit son intention, et quelque soit ce qu'il pouvait dire par ailleurs, dans la mesure où là cela ne pouvait être "possible". 

On a là une bifurcation. Une voie mène à l'équivalence des crimes, l'autre à leur stricte asymétrie. Dans les deux cas, une autre bifurcation, suivant que dans l'un, on soit indulgent ou impitoyable, et dans l'autre que l'on soit partisan de l'un ou l'autre des cotés.

Indulgent pour toutes les provocations, on pourrait l'être: l'odeur des noirs, qui d'ailleurs n'est pas toujours désagréable, en fait bien sur ça dépend des noirs, même si les peaux sont différentes forcément, bref, on peut vite tomber dans le mauvais gout, bon passons. La mort supposée des juifs qui se plaignent tout le temps, les exagérations des colons israéliens, on pourrait pouvoir en rire, en passant des messages, si c'est drôle pourquoi pas... Bien sur, il y a des combats en cours et de la haine et tout ce qu'on veut, mais quand c'est drôle d'abord, que c'est fait en occident, qu'il n'y a pas d'appels à la violence quoiqu'on en dise ? 

Impitoyable pour toutes les expressions de la haine d'autrui, destructrices du vivre ensemble et surtout des susceptibilités ombrageuses de tous les minoritaires, voilà l'alternative: la réglementation de tous les humours, de toutes les allusions, la perpétuelle paranoïa communautaire, bref, on y est un peu tout de même: tétanisé par le soupçon de racisme, prêt à tout accepter de peur d'être stigmatisé (vous voyez ce que ça fait hein ?). 

Cela dans un monde qui majoritairement occidental n'a pas demandé non plus à devoir vivre en faisant attention à ne pas vexer des gens qui pourraient rentrer dans leur pays ou être plus timides, vu  leur nombre et un passé raciste qui pourrait se réactiver, on ne sait jamais. C'est ce que je pense, et il va falloir reprendre la main. Ce qui est arrivé à Dieudonné, à mon avis injuste, et que d'ailleurs il soutient, en quelque sorte, à cette occasion, lui montre bien que cela ne peut être souhaitable ! 

On arbitrera difficilement en faveur de Dieudonné dans la guerre totale: l'odeur des noirs est bien plus réelle que le complot juif pour la fabrication des preuves de leur inexistante extermination. Mais d'autre part, la haine folle de l'establishment judéo socialiste, euh socialisto judéen, bon, le lobby juif en France, contre le pauvre Dieudonné est tout aussi complotiste, tout aussi folle, surtout quand il s'applique à un humoriste, peut être le dernier qu'on puisse trouver en France... Qu'en est il de l'antisémitisme des banlieues, porté par une immigration inféodée à une religion régressive ? On s'en moque, il se terre dans les zones géographiques cédées par les élus de gauche aux salafistes. Contre qui lutte on ? Contre Dieudonné... 

Revenons à ce dont Dieudonné semble persuadé: que l'odeur des noirs ne peut pas faire partie du discours public, et que l'on peut dénoncer les complots juifs ouvertement. N'est il pas pris à son piège ? D'une certaine manière, et peut être certains ont préféré un antiracisme classique à la folie noire américaine qui nous pend au nez: que ce passerait il si on avait le post colonialisme à tous les repas ?  De ce point de vue, l'establishment juif arriverait ainsi à maitriser le discours public, au nom du combat exclusif contre l'anti antisémitisme classique, celui issu de la deuxième guerre mondiale. Un pis aller ? Jusqu'à quand ? 

Et bien Dieudonné y fut sacrifié et cela est profondément injuste, je le redis, même si cela n'a pas de vraies conséquences, l'internet ayant rendu tout cela visible. Car il y a d'autres régulations en cours, il nous faut l'admettre, et le discours moral public, plus que jamais éclaté, est maintenant soumis à l'accès direct des âmes à l'information.  

Pour conclure il me faut parler de la quenelle, la fameuse sodomisation des victimes de la shoah en forme de salut hitlérien renversé. D'abord je n'arrive pas à me souvenir si c'était un footballeur qui fut interviewé récemment devant une bibliothèque qui portait mis en évidence un exemplaire du protocole des sages de sion. Le plan, de quelques secondes, en fut une... Et bien un de mes commentaires passa sur un article de Saphir News au sujet de la spiritualité musulmane à destination des jeunes et qui citait un verset neuneu mentionnant l'amour divin (le 3.31).

http://www.saphirnews.com/L-amour-de-Dieu-cle-d-une-education-epanouissante_a22392.html

Je fis remarquer, (c'est une théorie), que ce verset était bien entouré de deux autres versets (3.28 et 3.32) qui eux menaçaient les infidèles, du moins si on les lit. Ah quelle belle invention la quenelle ! 

P.S. Qui plus est, je me suis permis de la renouveler au sujet de la fête des voisins recommandée au nom de l'islam par une femme au nom français qui cite 4.36 en remplaçant "les esclaves", pour ceux à qui faire du bien, par "ceux qui sont en possession par voie légale" (ce qui est le comble du cynisme). 

http://www.saphirnews.com/Fete-des-voisins-de-l-importance-du-voisinage-en-islam_a22430.html

Je massacre la dame avec délicatesse en citant 4.34 ("frappez les", les femmes) et 4.37 (le châtiment avilissant pour les mécréants, j'en tremble encore). 

Combien de temps encore pourrais je continuer de me foutre de la gueule de ces crétins ? Autant que Dieu voudra ! 

 

21 Juin 2016: Dieudonné condamné en appel pour avoir dit qu'il se sentait "charlie coulibaly". Honte aux scandaleux crétins qui judiciarisent les plaisanteries qui nous font rire: mort aux cons ! 

Les commentaires sont fermés.