Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/05/2016

Les post coloniaux

L'après colonialisme est un état du monde, qui a l'immense avantage sur le colonialisme de n'avoir ni fins ni terminaisons et donc de justifier les statuts à vie de pacifiques fonctionnaires en lutte. 

Il faut en fait parler de "post colonialisme".

D'abord rattaché à Franz Fanon qui fut associé à la lutte pour l'indépendance algérienne (il se déclara algérien mais mourut en 61), mais pas à la martiniquaise, ce courant de pensée s'attache à décrire la persistance des représentations coloniales dans un monde ou le colonialisme au sens strict a disparu. Les noms d'Albert Memmi et bien sur d'Edward Saïd, y sont attachés. 

D'abord il faut remarquer que Fanon et Memmi vécurent durant la période coloniale de l'Algérie et de la Tunisie et exprimèrent mieux que personne un problème dont on pourrait croire qu'il aurait été résolu par l'indépendance de ces pays.

Edward Saïd vécut surtout aux Etats-Unis, et son célèbre livre "l'Orientalisme" paru en 1978 reste considéré comme la véritable origine du post colonialisme, car exclusivement consacré aux représentations faite de l'orient par l'occident. 

Tout d'abord, on doit faire état des polémiques US sur la rigueur historique et intellectuelle du livre (en particulier avec Bernard Lewis), résumées sur wikipédia en disant que sa critique des caricatures occidentales de l'orient était elle même caricaturale.  Ensuite, il faut dire que Saïd, éminent défenseur de la cause palestinienne, reconnut le droit sioniste à un état juif, et qu'il fonda avec Daniel Barenboim l'orchestre divan occidental-oriental. 

Le reste de l'histoire est maintenant entre les mains du présent, et une nouvelle discipline universitaire, que dis je une nouvelle science se déploie sous nos yeux, instrumentalisée et au combien par les fragiles nouvelles identités d'une mondialisation en crise. 

 

Venons en directement à l'affaire du jour: la non mixité (raciale) d'un colloque organisé à Paris dans l'enceinte d'une université. Le fameux "paroles non blanches", à ne pas confondre avec "le camp d'été décolonial".

 Un(des) scandales dont se défendent ses organisateurs en révélant (dénonçant) qu'il y a d'autres non mixités qui plus est subventionnées par la mairie de Paris, dont  la maison des femmes de Montreuil et le festival international du Film Lesbien et Féministe, exclusivement réservé aux femmes. Au passage, un appel au "droit à la non mixité" est publié par des féministes, principalement, Eric Fassin en étant signataire, on ne se refait pas.

Au passage définissons le terme de "racisation", renvoi de personnes à leur appartenance raciale. Les racisés sont ceux qui ont subi la racisation. L'utilisation du mot affirme bien le refus du "déni de la race", considéré comme remplaçant le discours raciste, le "blanc" s'opposant à "racisé".

C'est alors que se déploie la belle théorie généreuse (et convaincante) de l'asymétrie raciste: le racisme des blancs est domination et fait système; son inversion n'est qu'anecdotique, c'est du racisme "édenté" (Albert Memmi) qui ne fait pas système, lui. D'autre part, la classe ne supprime pas la race: l'affaire Benzema le montre, le millionnaire est racisé aussi.

Au sujet du mot "blanc", il faut bien comprendre qu'il n'a rien à voir avec la couleur de peau, les roux étant bien sur concernés, mais pas les arabes et les berbères considérés eux comme racisés. Malgré les deux milles années que ceux ci passèrent à d'impitoyables razzias esclavagistes qui détruisirent tous les royaumes noirs d'Afrique, malgré la persistance contemporaine de ces pratiques et l'inconcevable racisme qu'éprouve tout ce qui se rattache à l'arabité envers le reste du monde, on ne discute pas: blanc c'est blanc et la racisation n'est qu'univoque. 

En lien avec les fameux "indigènes de la république", nos associations sont bien en pointe aussi contre l'islamophobie, mais pas que. Car il y a la délicate question des peuples noirs, bien sur à l'oeuvre et de manière souterraine: cette division entre eux des peuples racisés est bien sur  une arme "blanche" et on s'y oppose, comme on a vu, complètement.

Au passage on remarquera que cette petite polémique se produit à la fin du phénomène "nuit debout", qui fut, il faut bien le reconnaitre parfaitement blanc, l'expression "nuit blanche debout" n'ayant pas été employée, mais c'est tout comme.  

Plutôt que de dénoncer la main mise des frères musulmans sur toute ces affaires, les pauvres,  sont ils vraiment responsable de tout avec ce qui agite l'AKP en ce moment? il nous faut considérer que toutes ces conceptions ont bien pour objet de parler des identités personnelles dans un monde à la fois unitaire, tout le monde vit au même endroit, en l'occurrence en Europe, et segmenté à priori par l'évidente disparité entre les histoires des peuples auxquels il faut bien se rendre compte qu'on appartient.  

Cette question de l'histoire est centrale, et bien qu'en apparence il n'y ait rien à voir entre nos petites simagrées parisiennes est les thèses de Saïd, il y a bien en commun de l'histoire, celle qu'on peut se raconter, ou pas. 

C'est là qu'arrive la question de la Nation, et de son maintien, menacé, dans le paysage. Car après tout, le post colonial, après les indépendances, supposerait il que les nations ont disparu et que la mondialisation doive à nouveau se déverser de part et d'autre de la méditerranée ? Franz Fanon se retournerait dans sa tombe et on referait l'empire romain, c'est la thèse de Houellebecq: ah ! Caligula ! 

Ou bien qu'il existe plusieurs sortes de racisés, les migrants rançonnés au Maroc ne devant être indemnisés qu'après la réussite de leur passage à travers les barbelés européens seuls responsables de leurs malheurs mais aussi épreuve initiatique qui les entraine pour leur futurs Kholantha ?

Sus aux sans papiers donc, seuls les africains ayant déjà fait souche ayant droit aux subventions de la mairie de Paris, les autres dehors: un somalien reste un national somalien, il lui faut l'assumer, comme marque de sa croissance démographique et de la fierté qu'il revendique. 

Il nous faudrait parler aussi de la racisation en cours au maroc et en algérie, en première ligne dans l'"accueil" des population migrantes qui traversent le grand désert, et dont la couleur de peau se distingue de la leur, pardon de le rappeler. Inutile de dire que les traitements que les différents niveaux de tiers monde se réservent les uns aux autres n'ont évidemment rien à voir avec ceux dont sont injustement victimes les membres de nos associations parisiennes. 

La théorie de l'asymétrie racisationaliste pourrait alors alors jouer, mais entre les nations et en plusieurs couches. Simplement, on se trouve alors dans des situations plus dangereuses, ou plus violentes. Il faut faire attention à ce que la communautarisation rendue incompatible avec un libéralisme maintenant nécessaire et qui va subventionner de moins en moins, ne soit plus qu'à l'origine de camps de réfugiés, par définition réductibles, dans toutes les régions du monde où ils se constituent.  Les représentants anciennement installés de ces peuples, si ils rompaient avec leur nation, pourraient alors leur être associés.  

Quelle envolée messieurs dames ! Nos porteurs de couleurs racisées sont pourtant eux mêmes dans des fantasmes tout aussi sinistres, tout aussi tentants, et tout aussi sombres... 

 

Les commentaires sont fermés.