Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/11/2017

Les refondations tordues

Plongée dans la nuit de sa traversée du désert, ("je met une rose sur le siège avant, et je rentre à Dinan"), ce qu'on appelle la droite pleure à la fois le communisme repoussoir perdu et l'inacceptable défaite électorale que je n'arrive toujours pas à relativiser.  

Il y a encore d'innombrables scories fumantes sur la terre noircie par l'explosion, elles continuent de rouler sans raisons, la terre doit trembler encore un peu. 

D'abord la confusion entre le personnel et l'idéologique, entre le kakaaukuku et l'idée platonicienne: Sarkozy fut le premier à vouloir faire vaincre libéralisme et conservatisme, et les français n'en voulant pas, ils firent venir Hollande, donc. Tu parles: le sang mélé déconnant héritier de tout ce qu'on déteste et méprise, pieds écartés en claudiquant et paume gauche vers le ciel, image physiquement détestable du contraire exact de De Gaulle corruption comprise, fut rejeté en sa détestable petite personne.

Que cela arrive aussi à son successeur ne fut que justice: quand on choisit pour ces raisons là on n'a que ce qu'on mérite. Le président "normal" fut à la hauteur du "battant": alors qu'on ne devrait ne rien avoir à foutre de la douceur des couilles du monarque, le droit de vote accordé à tort à qui je pense a fait les décisions. Les connes et les génisses qui influent trop grandement sur le choix des dirigeants sont à l'oeuvre, elles le sont toujours et cela produira les mêmes résultats. 

L'ampleur de l'injustice laisse encore baba: initiateur de l'abandon de Fillon, Bayrou l'immoral détourneur de l'argent de l'Europe nous déféqua une loi honteuse avant de disparaitre à jamais, laissant le co fondateur d'En Marche se déclarer innocent. Partout on innocente avec le sourire bien pire que cette ignoble et prématurée mise en examen qui ne choqua que ce que j'abomine: la fauculterie hypocrite et lâche et l'immonde collusion nationale pour le maintien des RTT, bien pire qu'un complot.   

Car tous ces anathèmes moraux ont bien un pendant, et qui explique tout: des politiques à mener jugées impossibles et surtout inutiles. La France n'est pas en déclin, son industrie, ses services publics, et son imposition qui ont complètement divergé d'avec ses voisins de mêmes tailles n'ont besoin de rien. Immense et puissant le déni est complet: il nous faut ne rien faire, c'est décidé, et en plus il a de gros sourcils. Qu'y a t-il de plus à dire ? 

Ensuite, la vilainie du présent: on est toujours sur le coup d'après, et une réflexion sur le passé n'a d'abord pour objet que de faire gagner le futur immédiat. Ignorer ou faire semblant de croire au désintéressement des acteurs est bien sur non seulement absurde, mais ignoble: un pouvoir s'exerce et tous les journalistes y mangent: l'odeur est forte et ce n'est pas se boucher le nez qu'il faut, mais péter! Corrompu jusqu'à la moelle le journalisme français s'inquiète de sens commun, célèbre la double personnalité de Fillon et pousse Laurent Vauquiez au FN. Sans y toucher: il n'y a pas eu de complot et tout est resté normal: le conseiller du président de 2012 est toujours à l'Elysée, et pour faire la même chose. 

Combien de temps les ruines pestilentielles de la gauche pourrie vont elle cacher le deuxième "ni droite ni gauche, ni droite"? Macron serait de droite, et ultra libéral. Le rêve de 1983 serait accompli: l'ultime rêve final de la célèbre idée libérale qu'est la gauche (à moins que ce ne soit l'inverse, le libéralisme serait de gauche en fait) a donc vaincu. Ce noeud sépare "la gauche" des gauchistes réactionnaires et aussi des réactionnaires tout court. Deux dénonciations des politiques mitterandienne sous forme de flèches de directions opposées mais de même intention. Nous n'aurions pas, hélas, rompu avec le capitalisme cette année là.

Socle du réalisme de la gauche abusée par cinquante ans de communisme (et quatre ans de révolution nationale) mais enfin raisonnable, ce monstrueux courage fait encore pleurer d'admiration les disciples de celui dont le successeur à l'époque trotskiste militant, instaura les 35 heures pour résoudre le chômage...Le libéralisme est de gauche, tout le montre. 

La prétention, aujourd'hui universelle et pilier de la communication gouvernementale est bien totalement fausse, insensée et donc absolument ignoble. D'abord les faits: aucune réforme dans ce sens, et cela au contraire. Une étatisation forcenée, un autoritarisme forcené, et la poursuite de l'endettement mortifère sans aucune politique explicite de réduction des dépenses publiques. L'explosion du système des retraites nié et truqué comme à l'ancienne, les régimes d'emplois aidés et francs maintenus, les impositions absurdes maintenues et augmentées. A part de ridicules simagrées à coup d'ordonnances inutiles (c'est tout juste si les syndicats n'ont pas manifesté pour) qui pérennisent le pouvoir des branches et donc de la grande corruption syndicale plus bien sur l'éclatante instauration de la majorité sexuelle à 15 ans, rien de libéral, ou bien je me trompe... C'est l'état de grâce de monaco.

Notez cependant que ce que je nie avec force est toutefois affirmé avec force par tout un dispositif dont l'audience reste supérieure à celle des ces écrits. Certains murmurent au sein du parti que vient de rejoindre Darmanin au bout de six mois (dans le genre "je m'assure que j'ai vraiment bien fait de trahir", on ne peut faire mieux) qu'il y aurait un culte de la personnalité qui doit AUSSI révérer brigitte. Comment savoir si cela n'est que propagande nazie ?

En parlant de propagande nazie, le questeur de l'assemblée se juge heureux après et avant son changement de parti: ses électeurs, fans de sa carrière, avaient tout prévu.

Ce dispositif est en place, les salaires versés, le soin à diriger et punir les prébendés extrême. Un barbu inconnu passa tout l'interview de Stéfanini à lui faire dire que la droite centriste était en fait séduite par Macron depuis le début. L'évidence des convictions issues des "analyses" journalistiques est visible. A moins que je ne me trompe.

Qu'est elle, cette "droite", dont le plus illustre représentant, Alain Juppé le grand, le meilleur a fait rêver la France deux ans avant de se faire niquer sa sale gueule de prétentieux par son propre peuple? D'abord, il s'agit d'une génération entière, la mienne, qui fut écrasée par la gauche pendant cinquante ans. Séduite sociétalement par les deux libéralismes, mais bien plus par le premier, elle voulut construire une bien pensance "moderne". Elle abandonna pour cela sa religion, son nationalisme et son industrie. Voilà le drame.

Appeler avec des larmes dans la voix du nom de "droite" le fatras de conneries ridicules issues de la première grande escroquerie, celle du collabo qui ré appliqua, mais dans l'autre sens et sans le dire, le "ni droite ni gauche" précédent qu'on nous ressort aujourd'hui, est hors de propos. "Refonder" "ça" ?  Vous voulez rire...

Bien sur il y eut De Gaulle, qui refusa d'identifier la France à la droite ou la gauche: cela voulait il dire qu'il niait la différence ? Pas du tout, il parla des deux camps qui se font toujours face, et de la mère de famille préoccupée du sort de son foyer; il voulait bien sur condamner que ceux qui ne voulaient que l'un des camps. Quoi de plus haïssable que le franc maçon dévoyé dans son athéisme de gauche qui vomit les trop rares libéraux français?  

On reprend: après la révolution, saisi par l'ampleur du crime qui avait pris un peu tout le monde de court, il faut le dire, le peuple de cons et de veaux, encore à moitié fertile, se jeta dans le royalisme révolutionnaire en se donnant à un corse génial. La suite ne fut que de successives et toutes ratées, de tentative d'accommodements dans la dualité. Chaque fois, on chercha à faire évoluer la droite en revenant à la royauté nécessaire à la conduite de la nation mais en donnant  des gages à la modernité. Ce schéma est la base de la politique française.   

Car il y a la "question sociale", nom ampoulé que l'on donne au fait remarquable, remarqué depuis le néolithique, qu'il existe des riches et des pauvres. Cette "frage" là, (qui parle encore de la "judenfrage"?) hante encore les consciences cent ans exactement après l'extermination de la classe bourgeoise. Le sang des suppliciés, la boue des camps et la souffrance des torturés, cela plait aux dieux de la nouvelle religion: c'était à cause des pauvres. Néanmoins, le pouvoir de conviction de cette niaiserie est resté intact à travers les siècles: les duchesses ont expliqué par cela leur quelques jours effrayés au commissariat et en sont devenues centristes.  

La vieille religion nous avait déjà beaucoup gavé avec ses pauvres, il faut le dire: elle le faisait avec insistance, mais avec paternalisme et sans grande efficacité: c'était avant la grande industrie, du moins avant le plan marshall. Même s'il y eut la doctrine "sociale" de l'Eglise, ce n'est que la forme nouvelle du gnan gnan qui finit par saisir la société dans son ensemble avec l'instauration des doctrines sociales du gaspillage total et de l'endettement absolu sans limites, élargi d'ailleurs récemment à la planète entière par le pape actuel: il est maintenant le seul vrai grand révolutionnaire. Nos racines chrétiennes ont donc poussé jusqu'au ciel, maintenant atteint: les deux milliards d'Africains arrivent, il nous faut donc leur faire leur lit dans le nôtre. Au passage, on admirera l'ampleur de la violation du principe laïque de non intervention: le pape maintenant ordonne ! Il est vrai qu'il est argentin: il n'y a que la torture des religieuses qui peut le faire taire. 

Que voilà donc la belle transition avec nos racines chrétiennes à cultiver: crèches (à garder), mosquées (à fermer ou à ouvrir suivant les rues), migrants (à inviter), voilà donc posée la question de la gestion de ces choses difficiles, le bon sens n'ayant rien à voir avec tout cela, la seule pensée juridique assortie de la recherche permanente du buzz désespérant devant tout enduire. Ah oui j'oubliais ! C'est à partir des positions prises sur ces sujets là qu'on refonde et qu'on interroge: les camps se trouvent remplis selon. 

Car la droite sacrificielle c'est bien celle qui refuse qu'on refuse qu'on accepte des pauvres, à moins que ce ne soit celle qui par christianisme puritain mal placé, se consacre au travail rentable, seule moyen (hélas, trois fois hélas) de faire que les pauvres ne le soient plus, cette transformation, ignoble et impensable, ne faisant qu'accroitre le nombre des damnés. Seul le diable pouvait avoir ce projet là et le capitalisme est maudit, donc. 

Voyez bien les deux thèmes entrelacés: est il moral d'investir pour le profit construit sur le travail exploiteur ou bien de vouloir le décider à la place d'un état corrompu qui nourrit des fonctionnaires inutiles ? Vouloir la richesse, accepter qu'il y ait des pauvres, cela fait deux monstres, que l'on voudrait décrire par le désir personnel de se valoriser soi, et aussi par le refus personnel de nourrir l'inutile. Garder cela possible et en justifier l'institution possible, cela s'appelle la liberté, à refuser donc. Nous y voilà: comment ne pas comprendre que cela est bien peu libéral ? 

Notons l'exemple du "profiteur": cité par Macron avec ses allusions fines (le premier de cordée, le jeune futur milliardaire etc) toutes destinées à ne choquer qu'avec légèreté le chauvinisme familial des mères de familles qui se masturbent devant le mozart de la politique, le thème donc, ne s'accompagne absolument pas de l'acceptation du pauvre, qui lui doit mourir sous les flots de subventions chaque sujet ayant son miyar propre. Macron n'est donc pas libéral, CQFD et l'argument me semble puissant: un démagogue ne peut avoir de constances ni de résultats, et d'ailleurs tout cela n'a pas vocation à en avoir. 

Il est donc absolument faux et insupportable de considérer le libéralisme économique, principe inspirateur de politiques de gestion raisonnables de la natio,  comme "capté" par le pouvoir macronien. C'est bien le contraire qui est vrai et une opposition politique véritable doit se consacrer à hurler l'incroyable dangerosité  de cette auto satisfaction inefficace, mortifère pour ce qui reste de la gauche et de l'extrême droite, alliées "idéogiquement" contre ce qui les protège du réel. 

Comment une telle absurdité irréelle a-t-il été rendue possible ? On a parlé d'habileté, mais est elle autre chose que de la collecte d'ordures, les deux immeubles dévastés de la rue de Solférino et de la rue de la Boetie les ayant vomi partout ? Sarkozy, puis Hollande ont d'abord tout détruit, Macron tel le gamin dans une décharge, n'agite que des rats morts. Un glaneur. 

L'identité heureuse défendue par le fournisseur des emplois aidés de la ville de Paris, hélas pour lui dix fois inférieurs à ceux de ses successeurs, eux bien mieux et plus justifiés et surtout imposés, est ainsi ni plus ni moins qu'un socialisme. Son inventeur ne gémit que de n'être qu'un vieux macron et la droite centriste que nous avons eu tout de même la satisfaction de piétiner il y a un an, que voulait elle vraiment, sinon ce qu'elle a enfin maintenant ? 

Il est donc hallucinant qu'elle se plaigne encore de Fillon ou même de ceux qui n'appelèrent pas à voter Macron tout de suite (ce que Fillon fit)... Après avoir, avec la vergogne du pervers, agité son score au deuxième tour, il apparait pourtant bien que Macron fut très mal élu: il fallait bien sur voter Le Pen ou au moins s'abstenir pour que l'on réalise l'ampleur du "coup" et se vanter de l'avoir supporté montre bien qu'on est d'abord de ses amis. 

Refaisons un tour. Dégoutée par sa propre hypocrisie, la gauche a donc décidé de changer de cheval et d'en rabattre un peu sur le social pourvu que l'essentiel soit préservé: elle s'est donc choisi un dauphin, d'ailleurs déjà en place. Le prix à payer est bien la disparition de tous les symboles, mais qu'importe, les chiottes de Solférino étaient bouchées et les drapeaux rouges tachés. Du moment que le délicieux abandon de tout continue et au combien, la fuite vers l'Europe comme idéologie de rupture fera office de komintern. Il faut absolument que tout le nationalisme, la cause et la raison de toutes les guerres, disparaisse à jamais. Assimilé à la famille que l'on hait, la nation est ce que la bourgeoisie bohème déteste le plus.

De quoi muscler une opposition qui se doit de penser le contraire, de le théoriser et d'en faire bien plus que le fameux repoussoir à qui on va jouer pendant cinq ans à nous assimiler... 

On passera bien sur sur le caractère "nationaliste" de ce qui d'abord soutint la collaboration avec l'Allemagne nazie au nom de la paix, puis qui prôna l'union avec les algériens musulmans misérables. On passera par l'effective subvention de l'état socialiste à son vieux comparse poujadiste de la 4ème république pour mieux détruire ses véritables adversaires, ce qui réussit au delà de tout: le parti communiste fut remplacé à l'avantage de la gauche victorieuse et l'ignoble tromperie motiva et décérébra une génération. J'y inclus les adversaires centristes de sens commun et les "gaullistes" soutiens de dupond, sans parler non plus de philipopo, et des blondes jeunes ou vieilles, toutes et tous acharnés à une chose, l'élection de Macron, il les remercie encore. 

La Nation c'est autre chose. C'est d'abord ce qui justifie et rend possible le capitalisme nécessaire et lui interdit de se mondialiser bêtement. Ignorer la nécessaire alliance entre nation et liberté, garante de la puissance et des intérêts de nos nationaux est la plus profonde erreur de notre temps. Cette ignorance peut encore nous tuer. Tout est là.

Les valeurs chrétiennes ? Elles sont celles du désordre spirituel et temporel imposé à l'individu laissé seul devant des mystères insolubles. Plus que jamais le dernier état historique avant l'amour absolu ou mille ans encore de moyen âge.

Alors que va-t-il rester? Portelli n'a pas encore perdu et son énergie à se battre envers et contre tout mérite toute l'admiration possible. Que lui faudrait il pour qu'elle émerge et ridiculise l'inverse miroir de Juppé, un autre surdiplômé sans convictions qui ne cherche lui aussi que la figuration ?  Ah que j'aimerais que la petite blonde délurée puisse redonner un peu de fraicheur à tout cela ! 

 

Les commentaires sont fermés.