Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2014

Suppositoire

La cour de cassation 

http://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/avis_cour_15/integralite_avis_classes_annees_239/2014_6164/15011_22_30158.html

statue aujourd'hui que:

"Le recours à l’assistance médicale à la procréation, sous la forme d’une insémination artificielle avec donneur anonyme à l’étranger, ne fait pas obstacle au prononcé de l’adoption, par l’épouse de la mère, de l’enfant né de cette procréation, dès lors que les conditions légales de l’adoption sont réunies et qu’elle est conforme à l’intérêt de l’enfant."

Le principe du "suppositoire à crans" est ainsi pleinement validé et ce de deux manière différentes et simultanées. 

Tout d'abord, PARCEQUE il y a la loi du mariage non paritaire, la situation des couples adoptants ne génère plus de restrictions sur le mode de conception de l'enfant. 

Ainsi, du fait qu'un couple non paritaire puisse être pleinement parent sans possibilité physique que l'enfant soit issu de leurs corps physique abolit TOUTE restriction au mode de conception de l'enfant. 

ENSUITE parce que le fait qu'il y ait des modalités particulières à la pratique légale de la PMA (stérilité du couple) rend la pratique non contradictoire avec le droit Français. 

Ainsi, le fait qu'une modalité particulière (la nécessité de stérilité etc)  d'un mode de conception soit acceptée par la loi Française fait que TOUTE les autres ne sont DONC pas en contradiction avec elle. 

Ces deux raisonnements, entérinés par la cour de cassation, introduisent donc à une nouvelle ère du culte de la raison dans ce pays. Bien loin d'être rejetés avec mépris car sophistiques et absurdes, il deviennent l'étalon du droit et du raisonnement, du moins pour ce qui concerne le juridique, les autres domaines étant encore (du moins pour l'instant) intacts. 

Ainsi donc le raisonnement juridique pratique désormais la généralisation par le factuel et valide le fait que  toute demi loi suppose implicitement sa généralisation a postériori. 

C'était très exactement la thèse des opposants à la loi Taubira, qui se trouve donc pleinement justifiée. 

Une autre interprétation de ce principe consiste à considérer qu'il existe des évolutions inéluctables de la culture et de la civilisation, la loi et les débats démocratiques étant chargés de les entériner progressivement, en dissimulant soigneusement les avancées futures encore insupportables par des avancées présentes assorties de précautions prises la main sur le coeur. Tartufferie et hypocrisie sont donc les nécessaires accompagnateurs du progrès, celui-ci ne lésinant jamais sur les moyens. 

Le pouvoir actuel devant bientôt céder la main, les conséquences de cette constatation devront être tirées: plus jamais ça ! Il faut détruire radicalement et empêcher à tout jamais le retour de ces abominables raisonnements et pratiques. 

Le seul moyen d'empêcher (en toute logique) l'absolue disparition des notions de filiation, de relation paritaires des humains, de non marchandisation des corps, de non technicisation du vivant etc etc (on se comprend) est DONC de supprimer toutes les lois concernant partiellement ces sujets, dont bien sur le mariage non paritaire, et aussi toutes les techniques de procréation artificielle, bref tout ce qui "pourrait" entériner dans un futur proche ou lointain une justification du genre de celle que nous voyons. 

Il conviendra ainsi aussi de supprimer les lois sur le divorce, ainsi que l'attribution de la nationalité française à un natif d'une communauté ayant un contentieux avec la République. Sans parler des lois attribuant quoique ce soit comme droits proprement sociaux. Toute limitation de la durée du travail devra être supprimée etc etc.

Que sais je? Le raisonnement juridique doit maintenant être impitoyablement traqué, bref, il conviendra de faire en sorte qu'il ne puisse plus jamais s'appliquer de cette sorte là. Cette démarche devrait simplifier tous les codes, et l'on pourra peut être enfin vivre dans un état de vraie Anarchie, sans autre loi que celle de la nature et du bon sens. Bien loin de vouloir instaurer une loi autoritaire qui ne serait que liberté donnée à ces êtres malfaisant que sont les juges et les juristes, il convient de la détruire dans ses tréfonds.  

Mort aux vaches et gare au Gorille ! 

 

 

05/09/2014

De la gauche

Le rattachement sentimental, puis politique  à "la Gauche" est le fait de plusieurs types de personnalités. Comme pour toute revendication d'être qui a une connotation morale, voire spirituelle, des phénomènes de "tartufferie" peuvent s'y associer, dans certains cas. 

Prenons par exemple les motivations profondes du président de la République, telles qu'elles s'expriment dans l'intimité de son couple décrit en détail récemment (dans un livre d'une de ses épouses publié hier): il serait un menteur pathologique, cynique et méprisant les pauvres gens.

Appelé au pouvoir pour résoudre les graves problèmes de représentation du pays posés par le président précédent, personnage trouble dont la personnalité fut contestée directement, y compris pendant le dernier débat; on peut dire qu'il échoua à fournir une alternative.  

Considérons le récent rémaniement. Celui d'hier. La démission immédiate d'un contempteur de la finance, membre, ne riez pas de la commission Cahuzac, qui démissionne pour "raisons personnelles", tu parles, il  n'a pas déclaré ses impôts pendant des années... C'est celle de Thomas Thévenoud, un ministre récemment nommé, contraint avant tout scandale de quitter un gouvernement auquel il ne participa que 9 jours, l'avant-dernier gouvernement n'ayant lui vécu que 100+47 jours...

Triple tromperie: que le choix fut d'un ministre raisonnable, lié à la connaissance profonde de gens dont on a besoin, que la fraude fut caractérisée, poursuivie pendant des activités officielles de nombreuses années, plus un communiqué à la presse niant qu'il y ait un problème quelconque. 

Le mensonge est ainsi intrinsèque à une manière de voir, à une manière de penser qui s'appelle "la gauche". Le gauchissement des sentiments, du sens commun, du raisonnement moral, politique, et bien sûr économique est l'expression de ce sentiment. Conçu par les grands ancêtres pour émouvoir en faveur des pauvres, il se transforma (par la force de l'hypocrisie) en une vision globale du monde caractérisée par le déni de la réalité. La réalité extérieure (l'existence d'une économie, d'une différence entre les gens, de l'existence de lois économiques) mais aussi la réalité intérieure (le savoir de ces choses, que l'on nie à soi-même).

Certains (dont moi) considèrent comme infamant et absurde de se référer à cette direction.

Naturellement, on se met immédiatement à gloser sur les institutions de la Vème république: serait-ce un problème institutionnel ? Nous sommes là dans des spéculations journalistiques, les opinions profondes des membres de la corporation étant ce qu'elles sont.

Dans ce cas la généralisation au-delà de la gauche, s'impose je dirais "naturellement": que la faille s'applique à soi même ne pouvant être conçu.

L'impossibilité morale de conduire normalement un pays démocratique s'imposant désormais, le désastre actuel étant lui normal car il caractérise le capitalisme, la chose que l'on dénonce, forcément avec raison.

Pour ce qui concerne l'intéressé, 

"Être au service des pauvres est ma raison d'être"

imparable.