Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2014

L'antisémitisme ou l'anti anti moi

Le contact à l'autre perçu comme différent de soi et lui même conscient de cette différence est un sentiment constituant de sa propre identité. 

La perception du "juif" est donc un élément important de la formation de soi. 

 

Cette perception peut être traumatisante ou innocente, rejetée ou supportée tranquillement. On a là l'antisémitisme fondamental, qui trouvera tous les arguments du monde pour se justifier. Quand la perception de l'autre radical affirmé (radical au sens de racine) n'est pas douloureuse, il y a deux cas, suivant que l'on est au second ordre ou non. 

Qu'est ce que le second ordre ? Il est la situation d'un monde après l'antisémitisme du premier ordre ainsi décrit, quand il y a chasse et diabolisation, non pas du juif, mais de celui qui éprouve le sentiment identitaire décrit, virtuellement et constitutivement antisémite. 

 

Là encore il peut y avoir ou non traumatisme : la conscience de soi coupable d'un sentiment est analogue à la lutte contre sa sexualité envahissante et il y a forcément des révoltes. L'antisémitisme qui en résulte se trouve dénonciateur d'une bien pensence qui redouble l'antisémitisme du premier ordre: comme si il était constitutif du juif d'imposer une morale insupportable portant sur l'intime... 

 

Bref, les choses sont bien compliquées et il se trouve que certaines défenses trop énergiques contre des fantômes pourraient avoir pour effet de les invoquer. Faut il vraiment diaboliser le diable ?  

 

Les commentaires sont fermés.