Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Les échiquiers

    On a lu le "grand échiquier" de Brzezinski, prénom Zbigniew. Sorti en 1997, il est totalement démodé, bien sûr, ne parlant ni du 9 septembre, ni de Poutine et pourtant tout y est, la politique et la pensée américaine y est exposée sans fard, et c'est la même aujourd'hui, quoiqu'on en dise... Utilisé comme "preuve" de la méchanceté américaine par tous les complotistes et tous les complotismes, il ne s'agit pas d'en tirer quoi que ce soit en ce sens, simplement ce qui est logique de penser en tant qu'américain quand on regarde le monde. 

    D'autre part, il suffit de lire, et la position actuelle des "occidentaux" telle qu'elle est exprimée actuellement au sujet est très exactement ce qui est décrit dans le livre. 

    Allons à l'essentiel. 

    L'Amérique "est" hégémonique, point. La Russie post soviétique est trop faible pour partager l'hégémon, point. Son projet géopolitique, seul projet qui lui reste après la fin de l'empire et du communisme est donc de coopérer avec l'Europe et l'Amérique. Ici le mot "coopérer" est bien sur le sens de la coopération entretenue par l'Europe avec les USA... 

    C'est le seul moyen de récupérer son rang et de se moderniser.

    L'alternative, faire avec d'autre une alliance visant à contrer l'hégémonie américaine "n'est pas souhaitable". Elle se ferait à l'avantage de la Chine, qui elle pourrait revendiquer des territoires, ce qui n'est pas le cas de l'Europe. 

    En revanche, pour être acceptée dans le club, la Russie doit 1) renoncer à toute ambition impériale 2) cesser de craindre les alliances entre l'Europe de l'Est et l'Amérique. Et pour cela, la reconnaissance de l'existence séparée de l'Ukraine est fondamentale. 

    Et voilà. Les considérations suivantes sont accessoires : la Russie n'a pas encore son Ataturk (on est en 1997), et prétendre imposer à des pays des restrictions à sa politique étrangère (rejoindre l'OTAN) sous des prétextes variés n'est pas acceptable. L'hégemon est absolu, il est celui de la Grèce dans un monde "mélien" : Athènes ne négocie pas avec des puissances inférieures: elle assiège Mélos qui voulait rester neutre, tue les hommes et met en esclavage le reste. 

    Avant de crier avec les complotistes, comme dans un certain nombre de cas, il se révèle qu'il n'y a pas complot du tout: c'est écrit dans "Mein Kampf" ou dans "Le grand échiquier", il suffit de lire et les choses sont claires. 

    Brzezinski là devient visionnaire: 

    « En revanche, l’intégration de l’Ukraine bouleverse les certitudes les plus enracinées. L’admettre, c’est reconnaître que le destin de ce pays ne dépend plus d’un lien organique avec la Russie. La survie de l’Ukraine comme État indépendant suppose qu’elle s’arrime fermement à l’Europe centrale et s’émancipe de la région eurasienne. En toute logique, il lui revient de partager les liens que l’Europe centrale entretient avec l’OTAN et l’Union européenne. L’attitude de la Russie sur ce sujet servira de révélateur : aura-t-elle choisi de devenir un acteur européen, ou, rejetant cette option, s’entêtera-t-elle à poursuivre une identité eurasienne et un destin solitaire, émaillé de conflits avec son proche voisin ? »

    Ainsi les choses sont claires: la Russie doit rompre avec le rêve funeste de l'Eurasie. Le carrefour des carrefours doit se normaliser et abandonner la tentative grecque de fusionner avec la Perse, la Viking d'avec les slaves, la Mongole d'avec les turcs. Tout cela pour partager avec l'Ukraine les subventions européennes sous la protection militaire Américaine. 

    On sent derrière tout ça la, très justifiée historiquement, haine féroce du Polonais envers la Russie, et l'apatride fanatisme envers son maitre d'un revanchard haineux... 

    Bien sur, il y a plus, et l'évocation gourmande d'un toujours possible "flirt" entre la France et la Russie comme déjà plusieurs fois dans l'histoire, le montre: l'Amérique ne veut pas d'une souveraineté alliée à son est, l'Europe ne doit pas s'allier à la Russie comme ensemble souverain. C'est ce qu'explique Del Valle (2) qui ajoute qu'à la fin de leur vie, aussi bien Georges Kennan (3) que Brzezinscki lui même ont expliqué qu'en fait cela était une erreur totale, et que cela précipiterait la Russie vers la Chine. 

    De fait, la sous estimation de la Russie et sa perception comme un pays failli est une erreur monumentale. Obama, élu en 2008, architecte du Maidan et aussi de la catastrophe Daech est le plus taré de tous les présidents US. Avoir laissé un keynian prendre les US fut une erreur monumentale de la part de l'Occident... 

     

    (1) Friedman et Stratfor : https://blogs.mediapart.fr/jocegaly/blog/170515/g-friedman-c-est-cynique-amoral-mais-ca-marche-discours-au-council-foreign-relations-de-chicago

    (2) Del Valle sur l'Ukraine: https://www.youtube.com/watch?v=iVGDj2m_VWs

    (3) Georges Kennan https://fr.wikipedia.org/wiki/George_F._Kennan