Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2017

Bach et Vivaldi et Reich

Bach a beaucoup pompé, ce sont ses femmes qui ont tout fait, parait il, mais aussi sur Vivaldi. 

BWV1065=RV580 et 4 clavecins remplacèrent 4 violons. 

On connait les 4 pianos avec Argericht:


 

La frénésie du largo, qui arrive tout doucement après une introduction grandiloquante, et qui EST du Steve Reich, est absolument pharamineuse. Le 3ème mouvement en fait, ne lui cède en rien ou à peine.

En fait c'est du Vivaldi, voilà l'original: 


Le larghetto au moins aussi dément au violon, est en 4:30

Il y a aussi un Bach très bien joué (ah le son...) :


 

RV580 fait partie de l'Opus 3 (l'Estro Armonico). Il date de 1711. 

En 1730 Bach doit alimenter la musique de Leigzig, très au delà de ses petites cantates, et il recycle, mais génialement, des transcriptions de quand il était jeune. On imagine les Bach (ses fils devaient être de la partie) en train de s'agiter sur leurs instruments... 

L'ensemble est à travers le temps, l'espace et la musique la consécration d'un même plaisir, une seule chose en fait, mais qui ne se laisse pas aisément définir...

 

On avait parlé de Steve Reich ? 


 

Les commentaires sont fermés.